Navigation


 Ecrits publiés


 Retour au forum

Encre Nocturne   

Le Câble [-15] (Chapitre 2)

Drôld'oizo | Publié sam 4 Nov 2017 - 14:15 | 341 Vues

   L'homme au teint blafard, accoudé sur le comptoir de la station, accueillit Freddy avec un large sourire emplit d'hypocrisie et d'ennui ; « Bienvenue à la réception du Niveau 2, ou, aussi bien nommé, « Le Iumentis ». Que puis-je pour vous ? » Lui servit-il, appliquant ainsi la formule qu'il se devait de respecter scrupuleusement, sous-peine de stérilisation.

-Bonjour, je voudrais un traîneau pour New Heaven s'il vous plaît. Lui demanda Fred, remarquant, tout en parlant, une ombre se faufiler derrière le réceptionniste.

-Pardon ? De quoi vous parlez ? On a pas de traîneau ici. Et puis c'est quoi New Heav... 

Avant qu'il n'ait le temps de prononcer ces derniers mots, un son électrique tonna, et l'homme s'écroula, sans faire plus de bruit, sur son comptoir. Un trou, fumant et rouge comme du fer chauffé à blanc, béait désormais à la place de son visage et de l'arrière de son crâne. L'ombre s'effaça soudainement, une femme à crinière dorée, masqué et revêtue d'un sombre uniforme, la remplaça. Elle s'avança de plus en plus, arracha le réceptionniste à son bureau, et s'installa en face de Freddy, encore ébahit par ce qui venait de se produire.

-B-b-bonjour, je voudrais un traîneau pour New Heaven s'il vous plaît. Lui demanda t-il en essayant de reprendre ses esprits.

-Un rouge ou un bleu ? Je vous conseil le rouge, cela me semble plus approprié par les temps qui courent. Lui répondit t-elle courtoisement en posant ses jambes sur l'étal.

-Eh bien, va pour le rouge alors ! Compléta, avec beaucoup d'entrain, Freddy qui reprenait son rôle en main.

-Vous avez fait vite, trop d'ailleurs. Un peu plus et on se manquait, vous avez idée de ce que ça aurait pu engendrer ? Non, bien sûr ! J'imagine que vous vous en beurrez les noisettes de savoir qu'il est primordial de tenir un timing parfait, je me trompe ?! Lui lança, d'un ton colérique, la femme masqué.

-Oh la, tout doux ma belle, du moins j'ose espérer. Pas besoin de crier. J'ai eu de l'avance et alors ? Y a pas mort d'homme à ce que je sache ? Enfin, mis à part lui. Signifiait d'un coup de tête Fred, tout en observant sournoisement son interlocutrice. 

-Dis donc tête de nœud, je dois te rappeler que je tiens un désintégrateur ou tu veux juste jouer au con ? Et si, y a mort d'homme; à cause de ta foutue avance j'ai dû éliminer les deux ou trois clampins qui aurait été susceptible de nous voir, y comprit celui-ci. Dit-elle en pointant l'homme troué, reposant au sol.

-Fallait pas les buter si ça te refile des hauts le cœur, poupée. 

-Appelle moi encore une fois poupée, et c'est ton cul que je m'en vais transformé en passoire fumante. Maintenant arrête tes conneries et écoute moi bien. Lui intima t-elle en le visant avec son revolver.

-Ok, t'as de bons arguments, je t'écoute, poupée. Plaisanta t-il en esquivant, de peu, un rayon meurtrier.

-Abruti dégénéré ! Qu'est ce que tu fous dans nos rangs bordel ?! Enfin merde, on a déjà perdu assez de temps comme ça. Prend ce bidule et fixe le derrière la console virtuelle, ça devrait empêché notre ami de se « décâbler », lorsqu'il sera brancher au système. Ensuite tu nous appelles à ce numéro et tu nous attends. Peu importe le temps que ça prendra, tu bouges pas. Une fois qu'il sera connecté, tu devras surveiller bébé, au cas où on est pas les seuls sur le coup. On peut te faire confiance ? Tu vas pas faire le con ? Lui demanda t-elle en lui donnant une carte plastifié, sur laquelle été écrit : « Léo & Carol, services de dépannage à domicile. NI (Numéro Identitaire) 777-4747-7474 »

-Bien reçu, chef ! Ironisa Fred avec un salut militaire.

-T'as pas finis de te payer ma poire ?! Allez disparaît. Et ne communique avec nous que si c'est nécessaire. On est pas censé avoir eu de discussion auparavant je te rappelles, donc comme tout à l'heure, tu ne t'adresses qu'en code. Y a pas intérêt qu'on se fasse gaulé par l'ALID (le bureau des Affaires Louches et Inter-Dimensionnelles) ; ils écoutent toutes les ondes de la ville, et ils pourraient, sans aucuns problèmes, nous faire regretter de ne pas être né déformé ou pauvre. Compris ? 

Puis, se levant et faisant dos à Freddy, elle dit : « Et t'as pas intérêt à nous vendre ; sois en sûr, tu ne ferais qu'écourter ton bref séjour dans le monde des vivants » Sur ces derniers mots, elle se fonda dans les ombres de la station, et disparut totalement. 

En sortant du bâtiment, Freddy tenait encore dans ses mains la machine qui venait de lui être confié, ainsi que la carte en plastique. Il se mit à réfléchir tout en marchant en direction de son auto-anti-gravité.

« Pourquoi cette hystérique était-elle si à cran ? C'est moi qui lui fait cet effet ou c'est l'autre benêt ? En tout cas quelque chose me dit que j'y gagnerai à les dénoncer. Je crois me rappeler qu'on peut encore toucher une prime en remettant à l'ALID des « double-vie », mais je risque aussi de tomber si je fais ça. Non, le mieux serait encore de retrouver leur commanditaire, et de lui remettre le « paquet » moi-même. Ensuite je balance cette poule survitaminée, ainsi que son gus, à la police, et à moi le pognon ! Chic, je vais enfin pouvoir me tirer de cette usine géante, et me payer du bon temps sur la Côte Artificielle. La plage, les filles et aucuns soucis, bref, le paradis ! » Et c'est avec un sourire, étiré jusqu'aux pommettes, qu'il pénétra dans son véhicule et rétablit le contact.

-Pourquoi tu souris comme un con ? Quelqu'un vient de te pomper ou bien ? Lui demanda Phil en le dévisageant avec dédain.

-Oh non, malheureusement. Mais la guichetière avait une bonne grosse paire de jumelles ! Répondit Fred en riant, tout en manipulant le tableau de bord.

À propos de l'auteur