Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [-15] Descente aux enfers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Namyon

avatar

Féminin Lion Messages : 79
Date d'inscription : 26/04/2013
Humeur : Woot woot

MessageSujet: [-15] Descente aux enfers   Sam 27 Avr - 4:21

NDA : Il est possible que vous ne compreniez pas tout car ce texte à pour base le jeu vidéo ''Left 4 dead''. Juste pour vous remettre dans le contexte, nous sommes face à une infection qui transforme les gens en zombie. Ici, on voit un Hunter et une Witch. Pour plus d'infos sur la fiche technique de ces personnages, allez voir Left 4 dead 2 sur Wikipédia ^^

Je me sentis soudain très faible. Je leur demandais d’arrêter pour m’attendre, ou de ralentir, mais ils ne firent que me traiter de chochotte en partant. Moi, je tenais mon torse, et je tombais à genoux. J’avais l’impression de vomir en recrachant tout ce qu’il y avait à l’intérieur de moi. Au lieu de ça, je crachais un filet de sang, je le devinais au goût, car je ne voyais plus rien. La lumière m’éblouissait, je mis ma capuche pour me couvrir les yeux. Je continuais à cracher du sang. Une petite flaque se formait à mes pieds. J’essayais de crier, mais le sang qui remontait par ma trachée m’empêchait de produire tout son. Finalement, je fus couché à terre, sur le dos, en regardant le ciel. La douleur devenait de plus en plus grande. Mes yeux me brûlaient. Mes oreilles, bouchées, étaient encore plus douloureuses qu’une otite. Ma gorge était serrée, comme si de longues lames pointues s’y étaient enfoncées. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. Il y a dix minutes à peine, je me sentais en pleine forme et j’étais en route pour une boite de nuit. Un de mes amis se retourna, et je l’entendis hurler mon nom. Il attira l’attention des autres, et tous revinrent vers moi. Mais je ne les voyais pas. Je ne les entendais pas. Je les sentais, c’est tout. L’un d’entre eux s’agenouilla vers moi. Il tentait de me parler, mais ça voix parvenais à mes oreilles de manière estompée, atténuée … Je ne sentais plus rien. Pas même de la douleur. J’étais épuisé, je ne savais plus rien. Je tentais de parler, mais je ne pus qu’émettre un grognement.

Un d’entre eux tenta de me relever pour m’asseoir sur le banc, près de nous. Il voulait bien faire. Mais mon nouveau moi ne l’entendit pas de cette oreille. Je le poussais de moi. Je me tenais maintenant debout, recourbé. Je respirais difficilement, et je grognais à intervalle régulier. Je regardais mes mains. Ma peau était devenue verte, et de nombreuses pustules avaient poussé sur mes bras. Mes ongles avaient grandi de manière exagérée pendant que je souffrais le martyre, étendu au sol. Par je ne sais trop quel moyen, j’avais perdu mes chaussures. À cause de mon abondante hémorragie, mon sweat-shirt était couvert de sang. Mon pantalon était sale, couvert de la crasse du sol. Mes amis me regardèrent, horrifiée par mon allure repoussante. J’eu comme une pulsion de haine. Je me mis accroupi à terre. Ils eurent un mouvement de recul. Puis, dans un hurlement qui me terrifia moi-même, je sautais sur l’un deux, jadis mon meilleur ami. La chute le fit tomber au sol, et je vis la flaque de sang derrière son crâne. Rien que cela, je l’avais tué. À califourchon sur lui, je me déchaînais. De mes griffes, j’ouvris son ventre, et entaillait ses entrailles. De toute manière, il était déjà mort. Puis, je me relevais. Les autres, horrifiés par ma barbarie et ma nouvelle apparence, avaient décampé comme des lapins, laissant la pauvre victime à son triste sort. Je dévisageai le cadavre qui gisait devant moi. Comment avais-je pu faire quelque-chose d’aussi affreux ? Comment avais-je pu tuer le seul d’entre eux qui était vraiment un ami pour moi ? Que m’arrivait-il ?

Je me souvins du programme radio que j’avais entendu, quelques jours plus tôt. Envie de boire du sang, peau verdâtre, perte de la parole … Les jours suivants, on avait détaillés une série de meurtres. Il y avait des cas de morts dues à des brûlures d’acide, d’autre étaient mort écrasés, d’autre déchiqueté … L’horreur et le dégoût avait envahi les États-Unis, lentement mais sûrement, et une bonne partie de la population s’étaient déplacée au Canada, en Europe pour les plus peureux. On parlait de zombies, d’infectés. Étais-je l’un d’entre eux ? Les signes semblaient si clairs … Je décidais de partir de la ville. Je devais user de la raison qui me restait. J’étais à part : tous les autres n’avaient plus de conscience, et si c’était toujours le cas, ils étaient dépourvus de la parole et étaient tués sans scrupule. Je m’éloignais en sautant avec une souplesse qui m’étonnait. Après tout, il n’y avait peut-être pas que des mauvais côtés à cette transformation. J’avançais, toujours plus loin. J'avançais, guidé par la haine et par la faim. Je chassais pour survivre, je tuait froidement dans me poser de questions sur mes actes. Plusieurs semaines après ma transformation, je me retrouvais devant une ville décimée par l'infection. Je voyais les rues désertes s'étendre devant moi, à l'infini. J'avançais encore, ne craignant plus les infectés dont je faisait maintenant partie. En effet, nous évitions de nous entretuer mais parfois nous nous battions pour des proies. La vie était devenue très difficile. Nous en étions réduits au stade d'animaux. Nos instincts les plus primitifs nous guidaient. Rien d'autre. Alors que je m'apprêtait à mettre le pied dans un immeuble, j'entendis des pleurs. Étrange ... Je cru à une humaine. Alors, je me dirigeai vers la source des pleurs et ...

Je la vis, elle, seule, recroquevillée par terre. Elle pleurait. Ses cheveux sales retombaient sur ses épaules. Je voyais ses vêtements déchirés, presque haillons. Ses pieds étaient noircis par la crasse. Les mains posées sur les yeux, elle se couvrait du monde par ses doigts longs et pointus. J'entendais seulement résonner ses gémissements. Je ressentis un pincement au cœur. Depuis longtemps, je n'avais connu aucune émotion. Je tuais froidement pour survivre. Mais cette femme, créature aussi ravagée que moi, avait réveillé en moi ce que je ne connaissais plus. Il fallait que je fasse quelque chose pour elle. Elle semblait si vulnérable, si faible … Sa peau était squelettique, comme si elle ne se donnait même pas la peine de manger. Je devais l'aider. Mais comment ? Je savais qu'ils arrivaient. Mais j'étais seul, je ne pouvais rien contre ces quatre personnes …

Doucement, pour ne pas lui faire peur, je descendis et m'approchait d'elle. Je n'était plus qu'à quelques mètres. Malgré ma capuche, je la voyais, d'encore plus près. Doucement, tout doucement … Moi-même, je n'entendais pas le bruit de mes pas. Je ne regardai qu'elle. Par inadvertance, mon pied heurta quelque-chose, quelque-chose qui émit un craquement. La femme se figea et arrêta de pleurer. Je la vis se relever lentement vers moi, soudain menaçante. Elle grognait, comme pour me dire que je devais m'écarter. Je ne comprenais pas. Elle qui semblait si fragile il y a quelques instants à peine … Sans peur, je m'approchait encore plus. Je me plantais devant elle, et je l'observait. Sans doute avait-elle remarqué que je ne présentait aucune menace pour elle, car elle se remit à pleurer. Touché, je m'agenouillai, et relevait son menton vers moi. Elle était surprise. Ses yeux rougeoyant me regardaient. Une larme continuait sa course sur sa joue. Je l'essuyait du revers de mes mains. Elle se recourba, et se remit à grogner. Alors, je prit la parole.

- Ne grogne pas. Je ne vais rien te faire.
- …
- Pourquoi pleures-tu ?

Elle sembla me comprendre, enfin, je le sentait. Par contre, elle ne pouvait apparemment pas parler. Je la fixait dans les yeux. Mes yeux noirs, un puits profond de haine, rencontrèrent les siens, deux braises ardentes brillant dans la nuit. Elle posa sa main sur la mienne. D'un seul coup, je fut rempli d'image diverses. Je vit d'abord une humaine. Puis, je la vit à terre, la même humaine. D'un seul coup, elle avait changé. Ensuite, je vit cette humaine comme une boule recroquevillée, souffrante, et chassée d'un coup de pied. Ce coup de pied fut donné par un homme que je devinais être son père, tant les sentiments de la femme devinrent tristes et douloureux à ce moment. Puis, je la vit telle qu'elle était maintenant, éplorée. Je compris alors que la cause de son malheur était tout simplement l'infection. Tout ça avait brisé son destin, tout comme le mien. J’eus pitié d'elle. Elle avait été chassée par sa propre famille. Elle était seule et livrée à elle-même dans ce monde hostile.

- Tout vas bien. Je te protégerai. Je te donnerai l'amour dont tu as besoins. Je serais avec toi, lui dis-je.

Elle me regarda, et un sourire apparu sur ses lèvres. Quelque-chose de rare, peux-être même pour la première fois depuis ''ça''. Elle me sauta au coup, et m'enlaça. Puis, elle se remit à pleurer, mais dans mes bras. Je ne protestait pas. Car maintenant, c'était pour elle que je me battrait. Et je sentait que l'inverse était aussi vrai. En quelques minutes, ma vie avait changé. J’avais retrouvé le bonheur, l'amour parmi toute cette haine. Grâce à elle, j'avais trouvé une raison de continuer. Doucement, je caressais ses cheveux pâles. Je sourit. Mes dents pointues et couvertes de sang ne l'effrayèrent pas. Au contraire. Elle prit ma main, et en un instant, nos deux mains furent enlacées. Ce moment de bonheur, ce doux cocons chaud, ne dura cependant pas longtemps. J'entendis au loin des bruits de pas. Des pas humains. Puis, une voix. Deux voix, trois voix, puis quatre. La femme, effrayée, se remit à pleurer. J'entendis quelqu'un dire ''Merde, une Witch, éteignez...''.

Je les sentis s’approcher, plus que je ne les vit. Mes sens sur-développés me permettaient de percevoir les choses bien avant les autres. Je l’attrapais par la main et l’invitait à me suivre. Je ne voulais pas qu’ils la voient et qu’ils décident de la tuer. Surtout qu’ils l’avaient entendue, et qu’ils savaient qu’elle était là. Mais moi, j’étais invisible, ce qui me donnait un avantage. Cependant, je ne savais pas quoi faire. Ils étaient quatre, j’étais seul. Ils pouvaient me tuer d’un tir bien ajusté. À moins que … L’idée que j’avais eu était aussi dangereuse que tordue, mais malgré tout, je devais l’essayer. C’était notre seule chance de réussir. Et j’avais décelé que sous ses airs fragiles, la Witch était une créature redoutable. Je lui pris la main, et, caressant ses longs doigts, je lui dis :

-Écoute, je sais quoi faire. Ça peut te sembler fou, mais c’est la seule chose que nous pouvons faire pour au moins les faire reculer, fuir …Pour qu’ils nous laissent tranquilles quoi. Tu vas rester là où tu étais, de manière à ce qu’ils te voient. Quand ils auront baissé leur garde pour tenter de te … de t’éloigner, je les attaquerai, et toi aussi. Même si on se prend quelques balles, c’est mieux que de mourir. D’accord ?
Elle sembla hésiter, mais finalement elle accepta, car elle me faisait confiance. Je lui souris, un sourire lugubre, digne du Joker, mais qui sembla lui plaire. Puis, je partis me cacher en hauteur, sur le toit d’un des immeubles au-dessus de nous. Elle, jouant le jeu, se recroquevilla et se mit à pleurer, exactement comme quand je l’avais rencontrée. Les hommes, enfin, les trois hommes et la femme ne tardèrent pas à arriver. L’un d’entre eux, un vieux avec une veste verte et une clope dans la bouche, les stoppa :
-La voilà cette *insulte* … dit-il en braquant son fusil
J’eu envie de lui sauter dessus, de lui arracher les dents et de lui transpercer le ventre, mais je me retins. Je me mis simplement en position d’attaque. La Witch ne souffla pas mot, et l’homme se rapprocha d’elle, de plus en plus. Il s’agenouilla et, un sourire malicieux aux lèvres, rechargea son fusil et visa. Son doigt titillait ostensiblement la gâchette. Il allait tirer. Dans trois, deux, un … Je sautais. Dans un hurlement, je l’atteint et me mit à cheval sur lui. Sur son visage, je lisais la peur, l’horreur, le dégoût. Je souris de toutes mes dents, pour lui montrer le sang humain qui les recouvraient. Le siens les recouvriraient bientôt …Je me penchais, et griffait doucement son ventre, pour le lui ouvrir. Puis, encore plus rapidement, je le frappais et creusais encore plus à l’emplacement de son estomac. Je sentais les balles me traverser le corps, mais peu m’importait. Je voulais sauver ma Witch, et rien ne m’arrêterai.
Elle, d’un seul coup, n’était plus la femme fragile qu’ils avaient voulu tuer. Elle grognait, criai, hurlait. En ouvrant ses bras, et se dirigea très rapidement vers une femme qui tentait de m’asséner un coup de tronçonneuse. Elle lui fonça dessus, et sans qu’elle n’ait pu réagir, enleva l’arme de ses mains et la griffa jusqu’à-ce qu’elle tombe au sol. La femme et l’homme que nous tenions en otage criait de douleur, de peur, appelaient à l’aide. Les deux autres ne tardèrent pas à réagir. Mais trop tard. Le vieillard se tut pour sombrer dans un sommeil éternel. J’entendis quelqu’un crier :
-BILL !
Je souris pour la troisième fois. Toujours avec cette lugubre expression, je me retournais vers un jeune black qui avait baissé sa garde, trop occupé à se morfondre du sort de son pote. Je lui sautais dessus, et commençait à arracher ses entrailles. Il ne restait plus qu’une personne debout. La Witch, ayant tué la femme, courra vers lui et lui réserva le même sort qu’à tous les autres. L’homme que je tenait prisonnier était déjà mort. Moins résistant que l’autre. Je me levais et, fier de mon œuvre, me dirigeait vers l’homme que la Witch martyrisait. Il criait, mais, malgré tout, essaya de m’atteindre d’un minuscule flingue. Il était tellement ridicule … J’avançais, encore et encore. Alors que j’allais lui asséner le coup final, je senti une vive douleur sur mon crâne. Je m’effondrais.
POV extérieur : Le Hunter venait de sombrer. Dans son impertinence, il avait sous estimé l’homme. Celui-ci, avant de mourir, lui avait envoyé une balle dans la tête. La Witch, réalisant le macabre spectacle, s’acharna à déverser toute sa haine sur la dépouille de l’homme, déjà mort. Elle lui arracha la tête, puis, un à un, retira ses doigts. Le laissant là, et se dirigea vers le Hunter, gisant à terre. Elle se jeta à genoux devant lui, et lui prit la main. Là, elle pleura comme elle n’avait jamais pleuré. Elle tomba sur lui, et, croisant les bras, pleura sur son torse pendant de longues minutes. Elle le connaissait depuis très peu de temps, mais il avait tenté de la sauver de la barbarie humaine. Elle l’avait aimé, tout comme lui. Aimé pour une heure. Elle n’avait pas eu le temps d’apprendre son histoire à lui. Ça pouvait sembler très étrange, mais elle s’était attachée à lui dès l’instant où il s’était penché vers elle, comme si elle le connaissait depuis toujours. Relevant la tête, elle chercha quelque-chose des yeux. L’objet de sa convoitise lui apparu, à quelque mètre. La tronçonneuse encore fonctionnelle. Elle avait beau ne plus savoir parler, elle savait encore comment se servir de certaines choses. Les notions de base étaient restées. Elle la prit, et, sans émotion, s’approcha du Hunter. Elle s’agenouilla une nouvelle fois au dessus de lui, et alluma l’arme. Puis, déposant un dernier baiser sur son fond, dirigea l’engin vers son coup. Un hurlement paralysa le temps, puis plus rien. La tête de l’infecté s’envola pour se poser plus loin. Son corps tomba sur celui de son unique amour. Elle avait posé ce geste pour lui. Depuis qu’il l’avait protégée, par amour, elle l’avait aimé, même au-delà de l’amour. Se libérant de ce monde horrifiant, elle partit le rejoindre en enfer où ils purgèrent tout deux la peine de leur barbarie, et ce, éternellement.

#signénamyon


Dernière édition par Namyon le Mer 19 Avr - 5:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lullaby

avatar

Féminin Verseau Messages : 1454
Date d'inscription : 16/04/2013
Localisation : Dans un train, ou sur mon lit, ça dépend.
Humeur : Acqueuse ou vitrée peut-être ...

MessageSujet: Re: [-15] Descente aux enfers   Dim 28 Avr - 19:27

Il doit y avoir des fautes mais celles qui m'ont marqué c'est:
"stad"->"stade"
"une immeuble"-> "un immeuble"
"presque haillons"-> "presque en haillons".

En dehors de ça j'aime bien l'histoire (même si je connais pas le jeu), et l'histoire et trop mignonne à la fin... hein comment ça ils meurent tous les deux... et Roméo et Juliette ça te dit quelque chose?!
Désolé pour cette interruption (en plus je le connaissais même pas ce type d'où il est venu me parler!), je voulais donc te dire que c'est vraiment bien et que je suis curieuse de voir ce que tu as à nous proposer d'autre^^.

Au fait si ton histoire est finie là , elle aurait plus sa place dans fictions je pense^^

------------------------------------------------------------------------------------------------
Lullaby, la [fonction au choix : proxénète, mendiante, distributrice de biscuits périmés, apprentie chimiste, etc] aux multiples talents !

Et ici ma chaîne Youtube spéciale EN!
Revenir en haut Aller en bas
Namyon

avatar

Féminin Lion Messages : 79
Date d'inscription : 26/04/2013
Humeur : Woot woot

MessageSujet: Re: [-15] Descente aux enfers   Dim 28 Avr - 21:53

Oui quand j'écris trop je fais des fautes bêtes que je ne remarque même pas. Et oui je me suis inspirée de Roméo et Juliette, mais disons que Roméo il se suicide pas avec une tronçonneuse. x)
Bah si tu juges que ça va dans fictions je te crois, mais je n'ai pas le pouvoir de déplacer le sujet.

------------------------------------------------------------------------------------------------
"chacun est une sorte d'univers dans l'univers" – MAUPASSANT



#signénamyon
Revenir en haut Aller en bas
Lullaby

avatar

Féminin Verseau Messages : 1454
Date d'inscription : 16/04/2013
Localisation : Dans un train, ou sur mon lit, ça dépend.
Humeur : Acqueuse ou vitrée peut-être ...

MessageSujet: Re: [-15] Descente aux enfers   Dim 28 Avr - 22:12

je vais demander à un Admin^^

------------------------------------------------------------------------------------------------
Lullaby, la [fonction au choix : proxénète, mendiante, distributrice de biscuits périmés, apprentie chimiste, etc] aux multiples talents !

Et ici ma chaîne Youtube spéciale EN!
Revenir en haut Aller en bas
Lyric

avatar

Masculin Verseau Messages : 857
Date d'inscription : 06/10/2012
Localisation : = goto JustBehindYou;
Humeur : = rand();

MessageSujet: Re: [-15] Descente aux enfers   Lun 29 Avr - 10:25

Je l'ai fais. Cependant, fictions se trouve dans "Longs textes", et ce texte a plus la longueur d'une nouvelle... Du coup, je sais pas trop ou on devrais le mettre...

------------------------------------------------------------------------------------------------
Par un jour sans écrire une ligne de code.
~ Citation d'Emile Zola, améliorée par Lyric fou

Blagues de programmeurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://lyricoding.tk
Kawet

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 2153
Date d'inscription : 16/09/2012
Localisation : Ici
Humeur : Itseu djok ?

MessageSujet: Re: [-15] Descente aux enfers   Mar 30 Avr - 1:31

J'aime bien, au niveau de la catégorie, ça va comme fiction (c'est dans la partie longs textes, mais il y a une sous partie longues histoires :P ), mais aussi dans la partie nouvelle je pense.(enfin, si on considère la nouvelle uniquement comme.un texte court)...

Et tu n'as pas corrige ce que t'a indique Lulla, en éditant ton texte...

------------------------------------------------------------------------------------------------
Merci Maw' :D:
 



Aide à l'orthographe ici Wink
Quand vous êtes connecté, n'oubliez pas la chat-box !! (n'est-ce pas, Invité :p )


BE AN ALCOHOLIC HORSE, ADULATE WHALE, FUCK THE REST :la: 
LPBCRQA :la: 
MawPowaaaaaa :la: 
Revenir en haut Aller en bas
Namyon

avatar

Féminin Lion Messages : 79
Date d'inscription : 26/04/2013
Humeur : Woot woot

MessageSujet: Re: [-15] Descente aux enfers   Jeu 9 Mai - 3:03

Normalement toutes les fautes que j'ai repérées sont corrigées, ainsi que celles repérées par Lullaby.

------------------------------------------------------------------------------------------------
"chacun est une sorte d'univers dans l'univers" – MAUPASSANT



#signénamyon
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [-15] Descente aux enfers   

Revenir en haut Aller en bas
 
[-15] Descente aux enfers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: