Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [TP] Le soir de Noël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Namyon

avatar

Féminin Lion Messages : 79
Date d'inscription : 26/04/2013
Humeur : Woot woot

MessageSujet: [TP] Le soir de Noël   Dim 28 Avr 2013 - 22:02

Un grincement typique des petites maisons en bois se fit entendre quand la femme posa ses mains sur la fenêtre, ramenant tout son poids sur le petit socle de bois. Elle regardait mélancoliquement à la fenêtre, comme lassée du temps qui passe. Au dehors, de petits flocons tombaient doucement au sol, perfectionnant l'immense tapis blanc qui couvrait le village. Dans le jardin de la femme, l'épaisse couche de neige était lisse, elle n'avait jamais été troublée par la pression des bottes des gens. Même pas la femme, qui ne sortait jamais de sa maison chaude et douillette. Pourtant, ce soir là, elle devrait se résoudre à abandonner sa mélancolie et sa solitude. À l'occasion du 24 décembre, veille de Noël célébrée par tous les gens du village, elle était conviée, elle et les autres habitants, à une messe de minuit suivant d'un réveillon des plus chaleureux. Seulement, la femme ne se sentait pas prête à se fondre dans la masse. Elle remit derrière son oreille une masse de cheveux roux qui se faisait rebelle, insistante. Ses bouclettes retombaient joliment sur son visage, bien qu'elle ne fût pas contenté de leur aspect qui lui donnait un côté sauvage. Très peu pour elle. Sa peau pâle était parsemé de tâche de rousseur qui lui donnait un charme enfantin, ce qui l’écœurait au plus haut point. Ses yeux verts en amande en charmaient plus d'un, sauf elle, évidemment. Elle était très belle, mais elle ne le pensait pas. Elle se trouvait trop stéréotypée. Elle était la rousse typique. Yeux verts, tâches de rousseurs, cheveux bouclés et sauvages... Elle aurait encore préféré être la brunette de base. Mais son apparence la repoussait d'elle-même, c'est pourquoi elle sortait si peu souvent. Le reste de son corps, par contre, la contentait beaucoup mieux, mis à part sa peau très pâle. Des formes généreuses, mais pas trop, un corps fin mais avec de la chair. Le poids parfait, elle l'avait atteins dès la naissance.

Elle fut tirée de ses pensées par un bruit de bois qui grince. ''Encore mon poids qui balance...'' se dit elle. Quelle ne fut pas sa surprise quand elle vit sa porte d'entrée s'ouvrir dans un grincement. Surprise, elle se retourna encore vers la fenêtre et constata avec une pointe de déception que la couverture parfaitement lisse de son jardin était maintenant troublée par des traces de pas, ça et là dans le jardin. Quand elle dirigea son regard vers la porte, elle vit un petit garçon avec les joues toutes roses entrer en trombe dans sa maison, suivit d'un homme beaucoup plus âgé qui semblait être son père, lui aussi les joues colorées, mais avec un regard moins fou et agité que son fils. Le petit garçon fit un sourire craquant à la femme, mais celle-ci resta de glace, figée par son aversion pour les enfants. Le petit ange retira son bonnet, et des mèches rousses folles en sortirent, complètement décoiffé. L'homme se pencha et déboutonna le gilet de son fils, puis le lui retira. Le petit garçon arracha alors ses bottes puis se mit à courir dans la maison, comme si il savait parfaitement où il allait. Puis, de la cuisine, sa petite voix aigu cria :

« Joyeux Noël maman! Une sacrée surprise qu'on soit venus te rejoindre au village, hein? »

La femme se figea à l’appellation ''maman'', puis regarda l'homme avec de la colère dans les yeux. Celui-ci la regarda fixement, puis bougea la tête pour enlever tout son habit de neige. Le petit bout de chou revint de la cuisine, une verre de lait beaucoup trop rempli à la main, puis le porta à ses lèvres et but pendant longtemps. Quand il retira le contenu de verre, une moustache blanche s'était formée au dessus de ses lèvres. L'homme rit, ce qui contribua à ébouriffer encore plus ses mèches brunes. Puis, il sortit un kleenex de sa poche et essuya la bouche du petit garçon qui finit son verre de lait, puis se lécha les lèvres avec satisfaction. Il regarda son père, et l'homme se retourna vers la femme avec un air embarrassé, et lui dit :

« Euh... Joyeux Noël Sarah. En fait, si on est venus, c'est pour savoir si... si tu... si tu voulais venir passer l'année à New York avec nous. Tu sais, tu manques beaucoup à Mathéo, et à moi aussi d'ailleurs. Je n'ai pas voulu la tuer ce soir là. C'était un accident comme on en voit tant à la télé. J'aimerai tellement que tu me pardonnes. »

Sarah le regarda avec étonnement, puis se visage se figea dans une mine sans émotion. Elle fixait le plancher, et on aurait dit qu'elle bouillait de l'intérieur. Puis, elle se releva vers l'homme, les yeux déjà rougis par les larmes qui lui montaient aux yeux. Elle s'approcha de lui, et lui cria au visage :

« Ah, tu n'as pas fait exprès? Pourtant, elle est bel et bien morte! Mais tu n'as pas fait exprès? C'est bien, c'est bien! Même que tu t'excuses! Mais est-ce que ça la ramène à la vie? Laisse moi deviner... NON! Salaud, *insulte*... Tu n'es même pas foutu de... de... »

Puis elle s'arrêta de parler, et lui ficha une gifle bien sentie qui rougit encore plus les joues de l'homme, qui porta la main à sa joue. Le petit garçon, lui, avait déposé son vert vide et regardait ses deux parents avec incompréhension. Il savait de quoi ils parlaient, bien sûr. Du haut de ses huit ans, on l'avait mit au courant de beaucoup de choses. Mais entendre sa mère parler à son père avec une telle violence, puis le gifler de toutes ses forces... Avant leur divorce, il avait tenté par mille et un moyens de ramener ses parents ensemble, mais rien n'y faisait. Sa mère s'était noyée dans le chagrin, et elle détestait tout le monde maintenant. Même son mari, même lui, son propre fils, son petit ange, le fruit de ses entrailles. Elle le détestait uniquement parce-que c'était aussi le fils de cet homme. Elle le détestait autant que tous les enfants, que les gens, que le désordre... Elle le détestait autant qu'elle même. Elle avait éclaté en sanglot, et avait porté ses mains à ses yeux. Se laissant tomber sur le canapé, Sarah se roula en boule et pleura de plus belle. Touché, l'homme s'assit à ses côtés, mais n'osa pas établir de contact physiques avec elle. Le petit garçon, quand à lui, s'approcha de la femme, se planta devant elle et lui dit :

« Maman, je sais que tu ne m'aimes pas. Mais moi je t'aime. Je sais que tu n'aimes pas Papa, mais lui il t'aime. Je sais que tu n'aimes plus personne, mais que tout le monde t'aime. Maman, pourquoi est-ce que tu es comme ça? »

Pour toute réponse, elle releva la tête. Son visage tout rouges, ses yeux bouffis par les larmes, tout ce désordre lui était si inhabituel... Puis, à la surprise générale, elle pris son fils dans ses bras et couvrit de baiser son crâne couvert de mèches rousses, ses mèches rousses. Puis, elle regarda l'homme, qui lui la regardait avec émotion. Elle lui dit, avec des trémolos dans la voix :

« Oh, Paul, si tu savais comme je suis désolée... Je me suis laissée emporter par une simple erreur, et j'ai tout laissé derrière moi pour développer une haine de l'humanité... Même moi je me haïssais, bien plus que tout le monde... Mais au fond de moi, vous me manquiez tous les deux. Mon fils, mon mari... Nous ne sommes même pas encore divorcés, tu sais? J'ai toujours porté notre alliance, alors...

- Moi aussi Sarah, je ne l'ai jamais enlevée... dit-il en la regardant avec amour.

-Moi, j'ai toujours gardé ça, ajouta son fils en montrant un collier accroché à son coup. En forme de cœur, le petit pendentif s'ouvrit. Il contenait une photo de lui, bébé, entouré par ses deux parents. De l'autre côté du médaillon, il y avait une photo d'une dame rousse. Ses traits fins et son sourire d'ange lui avaient valu le titre de ''femme fatale'' à travers son quartier. Au dessous de cette photo étaient inscrits ses mots : ''Même là-haut, tu dois faire tomber tous les hommes. Nous t'aimons.''. Quand elle vit la photo de cette femme, Sarah fut encore plus émue. Elle prit dans ses mains le collier de son fils, et posa sur la photo un baiser singulier. Les mains toutes tremblantes, elle dit, s'adressant à qui voudrait bien l'entendre :

« Rebecca... Je suis sûre que c'est toi qui les a fait revenir ici, hein? Toujours aussi organisée, soeurette. Je t'aime, je ne t'ai pas oubliée, ne t'inquiète pas... »

Puis, elle referma délicatement le pendentif. Le rendant à son fils, elle s'approcha de son mari et ils se serrèrent dans une étreinte chaude, douce. Le petit Mathéo éclata d'un rire cristallin, un rire d'enfant, puis se joignit à eux. On entendit des coups résonner à la porte. Mathéo se précipita vers l'entrée, et quelques instants plus tard, toutes la famille de Sarah avait envahi la petite maison. Son frère, un homme grand et fort, cria d'une voix forte pour toutes l'assemblée :

« Joyeux Noël! L'esprit de notre sœur est au paradis depuis maintenant 2 ans, et jamais on ne l'oubliera. Elle est avec nous en cette belle nuit de Noël! »

Puis, derrière lui, sa femme apparu, les bras chargés de cadeaux, pour la joie des petits … et des grands.

#signénamyon


Dernière édition par Namyon le Mer 19 Avr 2017 - 5:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lullaby

avatar

Féminin Verseau Messages : 1454
Date d'inscription : 16/04/2013
Localisation : Dans un train, ou sur mon lit, ça dépend.
Humeur : Acqueuse ou vitrée peut-être ...

MessageSujet: Re: [TP] Le soir de Noël   Dim 28 Avr 2013 - 22:28

Désolée je commence par ce qui ne va pas:
"Elle fut retirée de ses pensées" -> "Elle fut tirée de ses pensées" c'est mieux^^

En dehors de ça je trouve l'histoire sympa^^. Au début j'ai cru que tu nous faisais encore une histoire triste mais je suis contente de voir que ça se finit bien^^.
Tu écris bien je trouve^^.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Lullaby, la [fonction au choix : proxénète, mendiante, distributrice de biscuits périmés, apprentie chimiste, etc] aux multiples talents !

Et ici ma chaîne Youtube spéciale EN!
Revenir en haut Aller en bas
Namyon

avatar

Féminin Lion Messages : 79
Date d'inscription : 26/04/2013
Humeur : Woot woot

MessageSujet: Re: [TP] Le soir de Noël   Lun 29 Avr 2013 - 2:03

J'ai corrigé. Oui, en général j'écris beaucoup de choses tristes et gores, mais celle-ci était pour une amie et elle m'avait demandé à ce que ça se finisse bien. Si ça n'avait été que de moi, ils seraient tous morts elle les aurait envoyé de chez elle et elle aurait regretté mais ce serait trop tard. M'enfin bref. Merci, ça fait toujours plaisir de se faire dire qu'on écrit bien!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [TP] Le soir de Noël   

Revenir en haut Aller en bas
 
[TP] Le soir de Noël
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: