Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [TP] En cette nuit de Primera Muerte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [TP] En cette nuit de Primera Muerte   Lun 29 Juil 2013 - 20:43

Il marchait dans ces ruelles familières. Beaucoup trop familières. Empruntant ces multiples passages qu'il avait si souvent traversés, un souvenir gravé en lui, pour son plus grand dégoût. Vingt ans. Vingt longues années. Et il se retrouvait ici de nouveau, ce lieu où il espérait ne jamais revenir. Ce trou perdu, fonctionnant au ralenti, ne connaissant rien du reste du monde. Ignorant totalement son identité. Pour eux, il n'était que celui qu'ils avaient connu enfant.

Il arpentait ces rues. Ces rues méconnaissables, parées d'orange et de noir. C'était jour de fête. Une fête très importante. Primera Muerte. La fête des esprits. Les enfants frappaient aux portes des maisons, déguisés en démons, lycanthropes, vampires et autres goules, ces créatures qui peuplaient uniquement un imaginaire venu d'un autre âge. Et les adultes  repoussaient les démons en les amadouant avec des friandises. Ce souvenir n'était pas non plus joyeux. Il n'avait jamais pu participer à cette fête. Mais en voyant les enfants, il esquissa tout de même un sourire. Ces enfants. Il savait faire la différence entre ses souvenirs, et il n'avait rien contre ces enfants, trop jeunes pour ne serait-ce que se douter du pourquoi de sa colère. Mais dans chaque ruelle, des villageois, le reconnaissant, faisaient mine de partager sa douleur. Par un quelconque moyen, qui ne faisait qu'attiser sa colère, sa haine.

   Toutes ces accolades, toutes ces condoléances, tous les moindres signes de bienveillance à son égard. Tout n'était qu'hypocrisie. Ces souvenirs. Ces souvenirs qui le dévoraient de l'intérieur. Le simple fait de voir toutes ces personnes faisait resurgir en lui toute la haine qu'ils lui inspiraient. Non, pas des personnes. Des individus, des créatures, des fantômes. De simples ombres surgies de son passé. Un passé vide de gloire et empli de souffrance. Dès sa plus tendre enfance, il fut capable de détruire, d'annihiler, de faire disparaître les obstacles qui se trouvaient sur son chemin. Les anciens voyaient en lui un démon, les plus jeunes, un monstre. Hypocrisie. Un mot taillé pour lui et sa vie dans ce village. Haï de tous, il avait vécu en paria, fui comme la peste par les adultes, insulté par les autres enfants, condamné à n'utiliser ses pouvoirs que pour faire disparaître les pierres qu'on lui lançait. Seule sa famille comptait pour lui. Enfin famille. Il ne lui restait que sa mère. Son père et ses trois frères avaient péri lors de la grande guerre qui dura cent longues années. Ils avaient vécu heureux dans ce petit village, ignorant tout des intrigues politiques du monde. Les armées de la nation du feu étaient venues recruter, de gré ou de force. Ils n'avaient pas eu le choix. S'engager était la seule solution. Il partirent et périrent, laissant une veuve éplorée et enceinte de lui. Lui qui a grandi, maudit de tous, et a quitté ce village quinze ans plus tard. Il a vécu. Il a combattu. Et s'est forgé un nom terrifiant pour ses ennemis, un nom rassurant pour les victimes, un nom triomphant pour tous. Mais il s'est écoulé vingt longues années, et sa mère a fini de vivre. Il est revenu pour enterrer cette femme admirable qu'il a du laisser. Elle qui lui a dit de partir, pour changer son étoile. Elle qui quittait son village pour venir l'accueillir, toujours souriante,quand il revenait de ses conquêtes, de ses combats innombrables. Son décès lui causa une tristesse qui lui déchira le cœur, et mit le feu à ses larmes.  Sa femme voulait l'accompagner pour la mise en terre.  Mais lui préférait y aller seul. Il ne voulait pas que les gens de ce village voient sa famille, sa joie, son bonheur. Ils n'en avaient pas le droit.

C'est pour cela qu'il était là. En ce jour de Primera Muerte. Seulement deux jours à attendre. Le Secunda Muerte, la fête des Dieux, ce jour consacré à la prière. Les rues seraient parées de bleu et de rouge et tous iraient au temple. Il le vivrait, au même rythme que les autres. Puis le Tertia Muerte. La Fête des Morts, ce jour consacré aux Disparus. Les rues seraient parées de vert et de blanc, et tous se rendraient dans les cimetières pour honorer les ancêtres et tous ceux qui étaient chers à leur cœur. Ce jour qu'il attendait. D'abord parce qu'il serait son dernier dans cet endroit. Et surtout, parce que c'était ce jour qui avait été désigné pour l'enterrement de sa mère. Il n'était pas croyant. Mais, pour cette fois, il était prêt à croire cette légende qui racontait qu'une personne enterrée lors du Tertia Muerte trouvait la paix de l'âme sans passer par les différentes strates de Lurr-tega, les multiples épreuves que doivent traverser les morts afin d'atteindre le lieu de toutes les sérénités.

Il haïssait ce village. Mais il aimait profondément sa mère. Et pour elle, il était prêt à affronter l'ignorance de ce patelin minable qui l'avait vu naître. Qui ignorait qui il était. Qui ignorait qui était Nihil Daemon, le Démon du Néant.




CORRECTION (merci d'en prendre connaissance) :
 


Dernière édition par Maekijo le Lun 29 Juil 2013 - 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ilya
mord-sith démoniaque
mord-sith démoniaque
avatar

Féminin Messages : 754
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Re: [TP] En cette nuit de Primera Muerte   Lun 29 Juil 2013 - 21:10

Alors, c'est bien, même si cela me paraît incohérent que les adultes qui le repoussaient et les enfants qui le lynchaient lui disent leur condoléance. Ce n'est pas parce que sa mère est morte qu'ils vont prendre un "démon" en pitié, ou plutôt adopter un comportement hypocrite. Certaines séparations en différentes phrases sont inutiles.
Par exemple, "qui ignorait qui il était" n'est pas très percutant, la séparation ne sert à rien.
Malgré tout, les sentiments du personnage sont bien exposés et ton texte est agréable à lire. :)
Ça a été très plaisant de lire ton texte, qui malgré quelques défauts mineurs et aisément rectifiable, est bien écris.


Dernière édition par Ilya le Lun 29 Juil 2013 - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Iskupitel

avatar

Masculin Cancer Messages : 612
Date d'inscription : 24/06/2013
Localisation : En haut d'un arbre, caché par des montagnes de sucre
Humeur : Comme un paresseux.

MessageSujet: Re: [TP] En cette nuit de Primera Muerte   Lun 29 Juil 2013 - 21:27

Comme je l'ai dit, je serai, au possible, impartial.

Commençons par le commencement, et tout de suite quelque chose me frappe : la disposition en trois paragraphes, que l'on peut voir grâce au centrage du texte. Pourtant, il n'y a aucune raison d'avoir fait ainsi consciemment. Peut-être n'est-ce qu'une coïncidence. Dans ce cas, c'est une jolie coïncidence, car ça fait commencer les trois paragraphes par un "Il", et c'est esthétique. De plus, les trois phrases de début de paragraphe sont courtes et directives, apparemment simplement là pour indiquer les actions du personnage, mais qui en fait revêtent une importance car elles le replacent toujours dans un endroit plus grand : "Il marchait dans ces ruelles [...]" ; "Il arpentait ces rues" ; "Il haïssait ce village". Tandis que la première est neutre, la seconde devient, avec "arpentait" plus harassante, on comprend le malaise du personnage. La troisième, enfin, est claire et pourrait être le résumé final de la nouvelle.

Le texte en lui-même, ensuite, est, quoi qu'un peu long, troublant, explicatif et nécessaire à la fois. En effet, c'est troublant car on ne sait pas grand chose du personnage, et à partir du milieu du paragraphe central j'avoue m'être perdu au niveau de qui est qui, alors que tu fais intervenir, toi auteur, le père et les trois frères. C'est alors flou : qui est revenu ? Que se passe-t-il ? On comprend donc qu'il y a une mise en terre (j'aurais dit mise en bière, mais après tout ça peut être les deux), une femme, un enfant mais on ne sait si cet enfant est bien le personnage principal ou non. Il est également explicatif, car tu introduis un imaginaire et un univers différents, dont on ne sait rien mais qui s'impose tout de même. Et nécessaire, car bien entendu il faut que l'histoire avance.

Je poursuivrai en faisant remarquer que, la lecture du début allant, on plonge peu à peu vers un suspense : on ne sait rien du personnage, mais on sait qu'il a subi quelque chose, et alors qu'on pense commencer à être rassasié par des explications avec "condamné à n'utiliser ses pouvoirs que pour faire disparaître les pierres qu'on lui lançait". On s'interroge alors : "Dys-paraître ? Que fait un tel jeu de mots ici ?" "pouvoirs ? Il aurait donc des pouvoirs ? Serait-ce un univers différent du nôtre ?" "Ses pouvoirs ne servent-ils qu'à cela ?" "Y a-t-il eu une quelconque malédiction lancée à son encontre ?" On replonge alors dans un certain suspense, et contrairement à mes attentes il ne reparaît plus, laissant planer le mystère jusqu'aux derniers mots. Mais ces derniers mots ne font pas disparaître le brouillard, et alors qu'on pense être nourri, on n'est qu'appâté.

Je terminerai et conclurai donc sur le fait que c'est riche en vocabulaire, bien écrit, qu'il y a une esquisse de rhétorique et qu'on s'interroge pour savoir beaucoup de détails.

Pour faire simple et très résumé : j'ai bien aimé, même si je pense qu'il y a des défauts. :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Vive l'ASM !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [TP] En cette nuit de Primera Muerte   

Revenir en haut Aller en bas
 
[TP] En cette nuit de Primera Muerte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: