Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [TP] Fox.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HannLy



Féminin Vierge Messages : 21
Date d'inscription : 03/07/2013
Humeur : Non

MessageSujet: [TP] Fox.   Mar 30 Juil - 20:13

Personnellement, il n'y a rien qui me choque dans ce texte, mais peut-être que si vous avez 7 ans et que vous êtes sensible, vous allez réussir à trouver quelque chose qui le soit. Oui, le thème est assez... violent en soit, mais le texte ne se concentre pas vraiment sur ça. Vous allez comprendre en lisant - j'espère.



Après une nuit si pleine et bourrée d’émotions, rien de plus normal que la présence d'une jeune âme dans cette vieille construction ; ce quidam égaré et ses pas dans la poussière d’un quelconque grenier. Bientôt, ce ne serait plus que de simples cicatrices dérisoires tracées lâchement sur un sol calciné par la mort.

­­­­­~

Sa longue robe blanche bruissa, comme le tremblement d’une feuille, sur le bois du plancher. Le grincement de la chaise sur le sol abîmé fut pareil à une plainte lourde et étouffée. Une longue ceinture rouge fendit l’air, sortie de nulle part ; mais menant bien à un endroit précis. Les mèches enflammées d’un éclat colérique et délavé de la jeune âme dansèrent de ses épaules à sa taille lorsqu'elle se tourna vers la fenêtre. Dehors, le soleil se cachait, juste là, sous l’horizon, comme s'il avait peur d’assister à la scène depuis la cime d’un vieil hêtre. La créature, comme d’une diablesse personnifiée, empoigna une paire de ciseaux. Le métal glacé était comme la mort sur son cou ; ce fut tel un gémissement montant des ténèbres que de refermer les deux lames l’une contre l’autre dans un câlin froid et faux.

~

Un renard se laissa glisser dans la demeure vide, une fenêtre cassée lui ayant fait office de porte. Les murs pourris isolaient mieux que la neige, les vieilles étoffes putrides suffiraient à son confort. À petites foulées, son corps agile se faufila dans toutes les pièces, son museau humide se fourra dans chaque coin et recoin. Et soudain, ses oreilles se dressèrent sur sa tête. Un coup, un bruit étouffé parvint du ciel. Dieu jouait avec le feu ; et ça brûle les étincelles.

Lentement, la bête s’aventura. Délibérément, elle croisa ce qu’on appelle le destin, ou peut-être n'était-ce que le début de la fin. Ce quelque chose, elle s'en rapprochait à chaque pas.

~

La jeune âme se tortillait en se tenant la gorge, son visage séraphique se colorant progressivement d'une douce teinte bleue. Elle ne voulait plus, subitement. Qui lui avait dit que c'était si douloureux ? Qui était là pour lui dire quoi que ce soit, n’importe quand ? Ses pieds pâles, ses pieds nus battaient l’air à quelques centimètres du sol ; ils se tendaient pour l’effleurer, ils se tendaient pour au moins lui faire penser qu’elle aurait un peu essayé.

Et le diable de cuir lui enserrait le cou encore plus fort qu’elle ne l'avait estimé.

Seule au milieu de nulle part, au milieu des brumes de son esprit fracturé, elle croyait qu’elle pourrait se réveiller le lendemain et faire comme si elle n'y avait même jamais pensé. Mais la présence d’un autre être assistant à sa réflexion insolite vint chambouler tout ce qu'il y avait de planifié.

~

Il la regarda, elle le regarda. Il observa le large cercle rougeoyant sous ses pieds de cadavre qui flottaient, ballottés. Elle observa sa fragilité, sa vulnérabilité, sa fourrure d’un orange délavé ; ces choses si semblables à ce qu’on voyait en la regardant, elle, pauvre lâche suicidée.

De l’apogée de la peur au commencement de la terreur, ils partagèrent un peu tout, leurs frayeurs, leurs maigres bonheurs, leurs vies de fatigue et de désarroi. Ce qui semblait des secondes auraient bien pu s’étirer en minutes et en heures, en semaines ou en mois.

Dans un dernier souffle, un ultime soubresaut, la jeune âme libéra l’air de ses poumons, comme un cadeau qu’elle offrirait à Dieu ; un soupir désolé de recherche de pardon et de résignation. Il flotta dans l’air un instant, comme ses frêles pieds blafards, et vint mourir au museau du renard, à la naissance d’une erreur de la vie, de la fin, d’un destin sûrement un peu en tort.

Suspendue au plafond par une ceinture cramoisie vierge de sang, l’enveloppe charnelle de la jeune créature semblait légère, presque toujours vivante. Ses yeux vides et morts retombèrent sur l’animal avec un éclat surprenant ; la pitié, peut-être, le jugement sinon. Grands vides verts grands ouverts. La vie l’avait quittée. Mais c’est elle, au départ, qui avait abandonné.

~

Derrière le corps, le soleil se leva enfin. D'un halo orangé il teinta sa peau presque translucide ; il vint épouser les courbes de deux bras et deux jambes, d’un torse et d’une tête rousse aux mèches fraîchement coupées. Effrayé, le renard s’inclina à la hauteur d’un large cercle de rouge-orange, au sol, écrasé. L’auréole d’un ange déchu, d’un ange perdu, l’auréole d’un ange trop faible pour la maintenir en place, trop inerte pour ce sinistre matin.

On croirait voir des ailes sur cet ange. Déployées comme pour envelopper une créature de Dieu trop animale pour qu’on la dote de la parole. Conservant un corps de la même manière que l'on enveloppe un bébé dans ses langes. Protégeant un cœur fêlé, un cœur crevé qui avait poussé trop loin ses sombres idées folles.


La jeune âme s’était enfin envolée, loin, emportée loin comme par la brise. Mais c’était elle, au départ, qui avait lâché prise.

~

« Je sais bien qu'un animal ne connait pas la mort, mais parfois il peut abandonner la vie. »
Au prix fort de ne pas savoir espérer se retrouver au Paradis.



______

©
25/02/13

------------------------------------------------------------------------------------------------
On the other side of this road, the ones who wait are dead.


Dernière édition par HannLy le Mer 31 Juil - 5:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Orelian

avatar

Masculin Verseau Messages : 263
Date d'inscription : 20/10/2012
Humeur : Tranquille

MessageSujet: Re: [TP] Fox.   Mar 30 Juil - 23:31

Quel beau texte :D

J'ai eu beaucoup de mal à comprendre au début de quoi il s'agit, assez compliqué, mais une fois que j'ai saisi le contexte, je n'ai pu que l'apprécier ^^

Bon, par où commencer... Ah oui, les rimes. Je ne les ai pas étudiées en profondeur, mais l'idée des rimes a donné une belle tournure poétique au texte, et a rendu des sonorités agréables.

Ensuite, que dire de plus ? Vocabulaire très varié, comparaisons, périphrases, métaphores symboliques, champ lexical de l'enfer aussi symbolique, gradation, et j'en passe et j'en passe...
Bref, belle image d'un suicide :D(ça fait drôle d'écrire ça...)

Juste un pitit bémol, la phrase " La créature comme d’une diablesse personnifiée empoigna une paire de ciseaux" semble... étrange... Il aurait peut-être fallu rajouter des virgules.

('faut que je pense à lire tes autres textes, ils pourraient m'être bien intéressants, au niveau symboles)

------------------------------------------------------------------------------------------------

alt : signature Orelian

Tous mes textes sont sous copyright (me demander pour une utilisation quelconque).
Je demande à ce qu'ils ne soient pas modifiés directement par les chasseurs de fautes.
Revenir en haut Aller en bas
Boubaka

avatar

Masculin Gémeaux Messages : 40
Date d'inscription : 05/12/2012
Localisation : Derrière toi
Humeur : Très oui

MessageSujet: Re: [TP] Fox.   Mer 31 Juil - 2:34

C'est joli !
J'avoue que moi aussi, j'ai absolument rien compris au début, mais c'est beau, bien écrit, c'est frais et léger :=]
Ton texte m'a fait penser à Neige, de Maxence Fermine, mais aussi à Baudelaire, qui fait du beau avec du laid (tu devrais lire Une charogne, qui te dégoûte mais te fascine à la fois :)
Félicitations, j'ai hâte d'en lire plus !

------------------------------------------------------------------------------------------------
Apparences...:
 
Revenir en haut Aller en bas
HannLy



Féminin Vierge Messages : 21
Date d'inscription : 03/07/2013
Humeur : Non

MessageSujet: Re: [TP] Fox.   Mer 31 Juil - 5:40

Merci beaucoup à vous deux ! C'est vrai, je viens de relire, et c'est certainement très vague au début ; c'est probablement parce que le texte n'est pas exactement comme l'original : j'ai coupé des parties (que j'aimais moins, que je trouvais de trop) et finalement, j'aurais peut-être dû les laisser...
Orelian : J'ai mis des virgules pour encadrer le complément, c'est mieux ? Et pour mes « autres textes », tu ne devrais pas en avoir pour longtemps si tu veux vraiment « les » lire : il n'y en a qu'un.
Boubaka : « Une charogne », je ne connaissais pas, je vais aller voir ça(;

------------------------------------------------------------------------------------------------
On the other side of this road, the ones who wait are dead.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [TP] Fox.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[TP] Fox.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: