Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [TP]Abandonnée sur le trottoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lumi

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 152
Date d'inscription : 03/07/2013
Localisation : Hum... Si je mets Death City, ça marche ?...
Humeur : Absente pour un petit moment à cause d'une migraine continuelle ~

MessageSujet: [TP]Abandonnée sur le trottoir   Lun 9 Sep 2013 - 20:57

Voilà, mon premier texte sur EN mais il y a toujours un début à tout :D
Petit texte écrit dans le contexte d'une boite à inspiration, avec pour thème une image qui devrait apparaître dans votre imagination à la dernière phrase :3
Bonne lecture, je ne vais pas vous embêter plus longtemps avec mon blabla... Enjoy o/

***

Des parapluies, des parapluies partout. 
Que ça, depuis le ciel on ne pouvait voir qu'une mer de parapluies mouvante. Certains noirs, d'autres en couleurs, quelques-uns en forme de grenouille. Que de parapluies.
De sa fenêtre, sa toute petite fenêtre, un jeune homme regardait cette mer bizarre, tous ces parapluies. 
Lui, il était étranger. Et vraiment surpris qu'il fasse si gris dans la capitale française. Mais bon, il avait déjà vu pire comme temps. Et mieux aussi. Nettement mieux. 
Il avait déjà visité la plupart des pays du monde, malgré son jeune âge, mais il n'en avait pas à lui. C'était pourtant la première fois qu'il venait en France. Un pays sans guerre n'était pas important pour lui. Un pays sans guerre, c'était un pays sans marché. Et les français n'aimaient pas la guerre, ils évitaient de la faire. Pourtant, dans le passé, ils avaient participé aux plus grandes guerres qui avaient entraîné tellement de pays. Mais ce n'était pas la question. 
Son esprit vagabondait doucement entre plusieurs idées... Toutes plus saugrenues les unes que les autres, mais est-ce qu'il avait déjà contredit le fait qu'il le soit ? Non, jamais. Pour être ce qu'il était, on ne pouvait pas nier que l'on était fou.
Un sourire passa sur son visage quand il pensa à la question existentiel : "Être ?". Il regardait toutes ces personnes, qui se baladaient sous la pluie. Pour elles, qu'est-ce que c'était d"être" ? 
Son regard fut attiré par une jeune personne. Elle ne portait pas de parapluie, elle était cheveux au vent, ses habits trempés par le mauvais temps. Ce qui le marqua, c'est qu'elle était entièrement habillée de blanc, des chaussures au casque audio en passant par le sweat et le jean. Tout blanc, comme un être dénué de tout péché. Une espèce d'ange que l'on ne pourrait plus rencontrer aujourd'hui. Mais pourtant, elle était là, sous la pluie battante, luttant pour ne pas se faire entraîner par la marée de parapluies et aurait pu s'étonner qu'elle ne porte pas d'ailes dans son dos. Malgré la distance qui les séparait, il aperçut une jeune femme. Il l'avait déjà vu, il la connaissait déjà. Mais lorsque son regard se posa sur les yeux de l'adolescente, son cœur s'emballa. 
Ce n'était pourtant pas possible. Son esprit essayait de lutter contre cette vérité impossible tandis que son coeur lui disait de l'écouter. Que choisir ? 
Son choix fut de courte durée, il ne se passa même pas une seconde avant qu'il ne parte en courant, sa valise dans la main. Ses jambes le guidèrent vers l'ascenseur. Mais celui-ci n'était pas disponible. Il commença alors à courir dans l'escalier, ne s'arrêtant qu'à l'accueil de l'hôtel pour lancer les clefs de sa chambre et sortit du bâtiment en courant.
Vers où courait-il ? Il n'en savait rien, il courait juste là où ses jambes le guidaient, là où il voulait retrouver son ange. 
Avez-vous nagé à contre-courant ? Il avait cette impression là, lui. Il courait à contre-courant de la marée de parapluies.  Sa valise fut emportée mais il n'essaya même pas de la rattraper, lui ce qu'il voulait, c'était la revoir. 
N'était-elle pas morte ? N'avait-elle pas disparu dans la nature ? Pourquoi avait-il passé des heures devant cette tombe, la nuit, si elle n'était pas près de lui ? Pourquoi avait-elle stimulé sa mort si elle ne l'était pas, morte ? Tant de questions traversaient son esprit à ce moment là. 
La main de l'homme se referma enfin sur celle de la femme du même âge que lui. Elle se retourna surprise, mais quand elle le vit, elle sourit. Elle n'enleva néanmoins pas son casque audio et reprit sa route comme si rien n'était. Mais il la retint. Il ne voulait pas la laisser partir une nouvelle fois. Combien de fois avait-il prié pour revoir ses yeux, son sourire et entendre son rire ? Mais c'était bien elle, avec sa peau blanche, ses yeux bleus si pâles et ses longs cheveux châtains. 
Était-il digne de la retenir comme il le faisait ? Il savait qu'il ne faisait pas le métier le plus honorable. Un métier normalement inimaginable pour un adolescent comme lui.
Lui, il était marchant d'armes. Il partait dans les pays déchirés par la guerre et vendait sa marchandise. Un métier horrible qui tuait des hommes, des femmes et des enfants. Comme la famille de l'adolescente. 
Mais à ce moment là, il ne réfléchissait plus à sa condition, la jeune femme occupait toutes ses pensés. Il ne voulait pas la perdre une nouvelle fois. 
Alors il la serra de toutes ses forces dans ses bras avec une douceur de velours. 
Lui, un mal qui obéissait à la guerre et elle, un ange blanchi de tout péché.
Personne ne sut comment avait fini cette histoire, le marchant d'armes et l'ange engloutis dans l'océan de parapluies. 
Il ne restait de ce moment que la valise, ouverte et dont les affaires étaient éparpillées sur le trottoir. Rien d'autre...

Merci d'avoir lu ^^ Alors ? L'image est-elle apparue ?

ses -> ces parapluies
capital -> capitale
sweet -> sweat
se faire entraîné -> entraîner
marrée -> marée
aperçu -> aperçut
retrouvé -> retrouver
pâle -> pâles
blanchit -> blanchi

------------------------------------------------------------------------------------------------

~Music for ever ~
Bassiste et fière de l'être

S'il y a toujours quelqu'un à mes côtés pour tenir ma main, je suis sûr que, ni par la vie, ni par la mort, je ne serais effrayé.
Shino - Hakkenden Touhou Hakken Ibun ~







Dernière édition par Dystopies Elliptiques le Ven 28 Fév 2014 - 15:07, édité 4 fois (Raison : petite correction)
Revenir en haut Aller en bas
Iskupitel

avatar

Masculin Cancer Messages : 612
Date d'inscription : 24/06/2013
Localisation : En haut d'un arbre, caché par des montagnes de sucre
Humeur : Comme un paresseux.

MessageSujet: Re: [TP]Abandonnée sur le trottoir   Mar 10 Sep 2013 - 0:36

Bonsoir !

Après avoir passé deux bonnes minutes à écrire-effacer la lettre A au début de ce commentaire, je vais le faire sérieusement et avec toute ma concentration - parce que ce texte le mérite bien.

En effet, malgré quelques fautes d'orthographe éparses ne gênant pas le moins du monde la parfaite compréhension de la part du lecteur un peu fatigué mais intéressé que je suis. Je pourrais débuter en m'enorgueillissant d'avoir repéré des choses cachées dans ce joli texte, mais je n'en ai que très peu l'envie, donc je ne le ferai qu'en deuxième partie.
Comme je l'ai dit, c'est un joli texte. Plutôt que joli, j'aurais pu dire gentil ou sucré. Non pas qu'il soit naïf ou enfantin, avant tout de par la thématique abordée et l'histoire des personnages, mais bien que je le trouve, personnellement, beau, gentil, joli et sucré. Car ce qui n'est pas amer est sucré, et ce qui est sucré est bon. L'on pourrait disserter des heures entières sur le sens de "bon" dans cette phrase sans autre intérêt que le fait que j'en sois l'auteur, mais cela ne nous avancerait pas plus. Nous avancerait, car mon objectif est, bien entendu, de permettre à toute personne ayant trouvé le courage de me lire, connaissant pourtant l'ennui presque immuable renfermé par mes commentaires, puisse relire le texte commenté en adoptant un regard différent sur les mots, sur les phrases et sur le sens tout en en conservant un plaisir certain. Comme le dt si bien mon professeur de philosophie : "Pourquoi ferais-je cela, si ce n'était pour le plaisir, pour la passion de le faire ?".
Attaquons-nous donc au texte en lui-même, et pour cela nous allons parler de la forme ; parce que j'aime que la forme s'accorde au fond. Et avant que de s'occuper du fond je m'occupe de la forme. Si j'avais fait l'inverse, on s'y serait retrouvés, j'en conviens, mais j'aurais tiré la langue de malaise ; et ce n'est pas quelque chose d'agréable. Si tout le monde peut être content, soyons-le.
Alors, la forme ! (Oui, la forme, Isku, merci.)
La présentation simpliste n'enlève rien au sentiment de pureté que dégage ce texte. Avant que je continue, il faut savoir que je dispose d'un écran carré, et que cela risque de ne pas vous permettre de voir les mêmes choses que moi. Pourtant, c'est un fait que, en fixant un point au milieu du quatrième paragraphe, ma rétine assimile les espaces comme les lignes d'un dessin, et rendez-vous bien compte : j'y ai vu des ailes d'anges. Les retours à la ligne sont intelligents et, s'ils sont pensés, il le sont bien. Je ne saurai dire si tel était ton cas lors de la rédaction de ce texte sucré, mais tout le laisse à penser, ce qui n'est pas pour me déplaire et pour déplaire au lecteur moyen - que je me permets de représenter.
L'équilibre des paragraphes n'est pas assuré, mais ce n'est que pour mieux structurer le récit. Comme on s'y attend naturellement et instinctivement, le premier paragraphe est le plus court, puis on augmente lentement de taille avant de décroître de nouveau jusqu'à la fin du texte. Que de poésie dans cette disposition ! J'en danse en fleurs.
Pour en revenir à la forme, c'est fini. Du coup, je passe au fond. Comme c'est amusant, le fond !
Le fond est comme une montagne de sucre en hiver : de loin ça ressemble à ce qui l'entoure, mais quand tu y goûtes tu te rends compte que c'est bien meilleur !
L'histoire est légère sans être naïve et parvient à mêler les antagonismes. Mêler les antagonismes, il faut le savoir, c'est la passion de tous les paresseux. Que dis-je, la passion ? le hobby  de tous ces gentils êtres supérieurs. À titre d'exemple, j'aime le noir car le blanc existe, l'ombre car la lumière, les baleines car les loutres.
Pour continuer, car je n'ai pas l'intention de stagner sur un bout de début de phrase, je dirai que le rythme court des premières phrases et la répétition du mot "parapluie" installe un décor anglais. Par ailleurs, les parapluies en forme de grenouille doivent être... incroyables.
Du début à la fin, on dévore les caractères, on abhorre les espaces et on fait corps avec cet homme. Cet homme qui, loin d'être le centre de l'histoire, laisse sa place à la pluie, à la rue et à l'ange. Et quand bien même le fait que cette demoiselle soit vêtue de blanc peut être considéré comme classique et déjà utilisé, on retrouve dans ce récit une fraîcheur innovante. Si ce n'est pas dans la couleur, peut-être est-ce dans les habits ou la démarche. Y-a-t-il plus aisé, alors, que de l'imaginer, faisant claquer un pied après l'autre devant elle, éclaboussant faiblement ses voisins de fortune, alors qu'elle se précipite à contre-courant vers une destination inconnue ? A-t-on jamais vu regard plus ardent dans ces yeux d'un bleu si pâle ? A-t-on jamais vu pareille incarnation divine ?
Derrière une trame entre romantique, naïveté et sucrerie se dessine néanmoins un monde de mystère ; un monde qui va au delà de l'ignorance de la dénomination des protagonistes ; un monde qui pose toutes les questions. Ce monde est parfaitement introduit avec la question "existentielle", que j'aurais personnellement baptisée "futile et chronophage" : "Être ?". C'est peut-être un des plus beaux passages. Loin de l'accumulation de termes plus ou moins compréhensibles et des futilités de la langue française que j'ai l'habitude d'employer à outrance, ce simple mot, suivi 'une simple ligne courbée et pointée, pose une question en lui-même. Et l'on n'a pas besoin d'autre chose pour se perdre.
Puis intervient, quelques lignes plus loin, ces deux phrases que j'aime beaucoup : "Avez-vous déjà nagé à contre-courant ?  Il avait cette impression-là, lui.".
Alors que tout le texte se fait à la troisième personne, le narrateur stoppe un instant son acte et se tourne vers le lecteur pour lui parler en des termes simples, comme s'il n'avait rien pu faire d'autre pour que le lecteur puisse comprendre. Ces deux phrases sont une bouffée d'air du narrateur qui tranche radicalement avec le sujet qu'elles abordent, un peu comme si le conteur, se sentant trop impliqué dans l'histoire, décidait de s'en éloigner un instant, de ne pas se noyer dans cette marée humaine avec tous ces humains qui par un heureux hasard sont considérés comme tous habitant Paris. D'aucuns parleront de pause syndicale ; je n'en ferai rien.
Puis interviennent ces phrases-ci : "La main de l'homme se referma enfin sur celle de la femme du même âge que lui. Elle se retourna surprise, mais quand elle le vit, elle sourit. Elle n'enleva néanmoins pas son casque audio et reprit sa route comme si de rien n'était. Mais il la retint. Il ne voulait pas la laisser partir une nouvelle fois.". À travers ces quelques mots, on ressent énormément, et j'ai dû m'y reprendre à trois fois afin de parvenir à intégrer ma pensée à ce commentaire. Car à la lecture de ces phrases, on compatit. Romantique, cette suite de phrases se mêle à l'environnement concret dans lequel tout ce "beau" monde évolue. Lorsque je ferme les yeux et que j'écoute résonner ces quelques mots dans ma tête, loin de tout bruit parasite, je vois un fleuve puissant et recouvert de parapluie, dans lequel coule un ange ailé et casqué tout en étant porté par le fort courant. Et derrière elle s'étend le bras immense de la pensée de l'homme qui, libérant sa main droite de la poignée d'une arme automatique, s'élance plus vite que tout vers la femme en détresse, luttant contre le vent et écartant les parapluies, afin de retenir sa main et de la ramener vers lui. En y repensant plus profondément isolé du monde, je vois le sens de ces phrases comme un dogme à la persévérance. Alors qu'elle était déjà morte, l'Ange est revenu d'entre les morts dans le but d'être trouvé par le marchand d'armes. S'ensuit une disparition et une perte dans le flot immuable et immarcescible de la pensée humaine, si hermétique, si hypocrite et si peureuse à l'instar de ces badauds s'abritant d'un parapluie et l'adaptant à leurs mouvements, qui ne peut se solder que par la persévérance à vouloir la conserver et la force d'un jeune homme tenant dans la sienne la main d'une jeune femme. Et à la suite de cette persévérance se découvre l'abandon des ressources matérielles. Car loin de s'inquiéter de sa valise et de la postérité de ses actes, le marchand d'armes émoustille par la simplicité de l'amour provoqué par l'antagonisme de leur destin.
Que de belles leçons !
En toute honnêteté, je me suis autant amusé à écrire ce commentaire qu'à lire le texte ; et ce n'est pas peu dire !
En guise de petite conclusion, j'énoncerais bien les nombreux avantages physiques de ce récit sucré, mais il me semble plus intéressant de parler davantage de l'aspect intellectuel et philosophique dissimulé derrière une gentille couche de naïveté étudiée.
Pour faire encore plus simple : J'ai adoré ! :D
P.S. : J'espère ne pas avoir fait autant voire plus long que ton texte Embarassed

------------------------------------------------------------------------------------------------
Vive l'ASM !
Revenir en haut Aller en bas
Kawet

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 2153
Date d'inscription : 16/09/2012
Localisation : Ici
Humeur : Itseu djok ?

MessageSujet: Re: [TP]Abandonnée sur le trottoir   Mar 10 Sep 2013 - 2:24

Raté, Isku, il fait presque le double ! Pour te soulager après le paragraphe du vaillant paresseux, et puis parce qu'il a toit dit, je me contente d'un "beau texte !" :p et oui, j'ai nettement vu l'image...

------------------------------------------------------------------------------------------------
Merci Maw' :D:
 



Aide à l'orthographe ici Wink
Quand vous êtes connecté, n'oubliez pas la chat-box !! (n'est-ce pas, Invité :p )


BE AN ALCOHOLIC HORSE, ADULATE WHALE, FUCK THE REST :la: 
LPBCRQA :la: 
MawPowaaaaaa :la: 
Revenir en haut Aller en bas
Yggdarsil
Roi des Koalas
Roi des Koalas
avatar

Masculin Taureau Messages : 504
Date d'inscription : 25/10/2012
Localisation : Dans le doute. Ou l'ignorance. Surement l'un des deux.
Humeur : Pourvu que ça dure !

MessageSujet: Re: [TP]Abandonnée sur le trottoir   Mar 10 Sep 2013 - 17:12

Ton avatar me dit quelque chose...
Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai apprécié, bien apprécié le texte...
Peut-être parce que je me suis représenté chaque personnage par d'autres que je connais...
Je ne vois hélas pas les "ailes d'anges" dont parle Isku... J'ai beau regarder le texte, je n'y vois que des paragraphes et des retours a la ligne... et mon écran n'est pas carre hélas... Mais en louchant, il me semble voir un buste au-dessus de flammes ( a la verticale).
Les parapluies en forme de grenouilles sont de simples parapluies verts, avec des bouts de tissus en demi-cercle au -dessus, faisant comme des yeux... J'avais une profonde antipathie pour ces parapluies dans ma jeunesse, je ne sais pas pourquoi...
Mais bref, ce texte me plait beaucoup. Tout est bien raconte sans se complexifier...
...Mais je suis sur d'avoir déjà vu cet avatar!!

Ps: Isku, je n'ai pas tout lu, je viens de commencer ma rentrée et j'ai des spaghettis ramollis dans la tête, qui tiennent a reprendre leur forme initiale petit a petit.
Je me demande ce que ton prof de français t'enseigne... Il n'y a plus rien a t'enseigner Wink .



------------------------------------------------------------------------------------------------
Il est des gens qui sont là. Comme ça. En vrai. Et d'autres dont la présence est un mensonge. Une illusion. Efficace, quand elle trompe tout le monde. Ridicule, quand elle ne trompe que son porteur. -Lyonel Trouillot, Kannjawou

Proverbe Nocturnien : Wû Horör, wees qsüj gnü ubo wik s'wee kleesee kvieiir wâ krefüzâ d'wi kraork...

orgie de .-.
.-- .-- .-- .-.-.- .---- ----- --.- ....- ---.. .-.-.- ..- -. -... .-.. --- --. .-.-.- ..-. .-.

http://vocaroo.com/i/s1fCLpFwvSv0


#TextedeYgg
Revenir en haut Aller en bas
Lullaby

avatar

Féminin Verseau Messages : 1454
Date d'inscription : 16/04/2013
Localisation : Dans un train, ou sur mon lit, ça dépend.
Humeur : Acqueuse ou vitrée peut-être ...

MessageSujet: Re: [TP]Abandonnée sur le trottoir   Mar 10 Sep 2013 - 17:13

Je suis désolée Lumi, mais j'avoue que j'ai hésité, est-ce que je devais te lire ou lire Isku ?
Il faut reconnaitre quelque chose c'est que notre cher Isku dit des choses qui marquent "Le fond est comme une montagne de sucre en hiver : de loin ça ressemble à ce qui l'entoure, mais quand tu y goûtes tu te rends compte que c'est bien meilleur !" Bref, ça en ferait presque oublier ton texte Lumi.
J'aime beaucoup l'histoire, mais je trouve pour ma part qu'il manque quelque chose dans la façon de l'écrire. Je ne sais pas comment l'expliquer, mais je trouve que c'est raconté de façon trop ... placide, platonique. Il manque le truc, quoi.
Mais sinon ça a été un plaisir de te lire ^^.

Ps: j'ai très envie de commenter plus en avant le commentaire d'Isku, mais je suis pas sure que ce soit le bonne endroit pour le faire.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Lullaby, la [fonction au choix : proxénète, mendiante, distributrice de biscuits périmés, apprentie chimiste, etc] aux multiples talents !

Et ici ma chaîne Youtube spéciale EN!
Revenir en haut Aller en bas
Lumi

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 152
Date d'inscription : 03/07/2013
Localisation : Hum... Si je mets Death City, ça marche ?...
Humeur : Absente pour un petit moment à cause d'une migraine continuelle ~

MessageSujet: Re: [TP]Abandonnée sur le trottoir   Mar 10 Sep 2013 - 20:34

Merci beaucoup pour vos commentaires, ça me fait vraiment plaisir ^^ (surtout que j'ai failli être en retard en cours ce matin avec le com' d'Isku xD) Isku, c'est magnifique *larme à l'oeil* tu as même réussi à commenter des choses dont je n'avais pas fait attention :') Tu as toute mon admiration ~
Pour mon avatar, c'est un fan-art de Kirua dans le manga Hunter x Hunter si ça te dit quelque chose, Yggdarsil :3 (que je conseille plus que vivement o/)
Lullaby, c'est vrai qu'il faut que je m'efforce à travailler mes textes à la troisième personne... Je les trouve plats >> Mais j'ai plus souvent l'habitude d'écrire des fictions à la première... Je n'arrive pas à trouver ce qu'il leur manque et je ne suis jamais satisfaite, mais j'vais bosser ça o/

------------------------------------------------------------------------------------------------

~Music for ever ~
Bassiste et fière de l'être

S'il y a toujours quelqu'un à mes côtés pour tenir ma main, je suis sûr que, ni par la vie, ni par la mort, je ne serais effrayé.
Shino - Hakkenden Touhou Hakken Ibun ~





Revenir en haut Aller en bas
Meredith Epiolari

avatar

Féminin Balance Messages : 559
Date d'inscription : 14/01/2014
Localisation : Un peu plus loin sur la droite
Humeur : Malade de trucs inavouables

MessageSujet: Re: [TP]Abandonnée sur le trottoir   Dim 26 Jan 2014 - 13:36

Personnellement, plus encore que l'image de l'ange c'est l'image de cette mer de parapluies que j'ai retenue... C'est tellement beau à imaginer, tellement poétique... Et le fait que tu reviennes à la mer en parlant de nager à contre-courant a achevé de me séduire :)
Du coup, le fait d'apprendre que l'homme du début, celui qui avait réussi à capturer ce moment, cette image, la mer de parapluie et qui avait décidé de la traverser ; n'était autre qu'un marchand d'armes est venu casser cette image poétique pour en apporter une autre, celle de deux fantômes qui se serrent et cette valise ouverte qui semble dire : "il ne s'est rien passé".
Cette image est tout aussi poétique mais plus sombre, plus dure. Du coup, ça créé une sorte de choc absolument génial.
Merci, j'ai adoré lire ce texte ! :D(j'ai l'impression de m'écouter commenter --')


Dernière édition par Meredith Epiolari le Mer 26 Fév 2014 - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lumi

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 152
Date d'inscription : 03/07/2013
Localisation : Hum... Si je mets Death City, ça marche ?...
Humeur : Absente pour un petit moment à cause d'une migraine continuelle ~

MessageSujet: Re: [TP]Abandonnée sur le trottoir   Dim 26 Jan 2014 - 19:20

Ouah, tu as ressorti mon premier texte o:
J'aime la mer /o/ /PAN/
Désolée pour le choc, mais c'est coool s'il était génial 8D Pas besoin de me remercier, c'est trop d'honneur, et merci beaucoup pour ton commentaire :3

------------------------------------------------------------------------------------------------

~Music for ever ~
Bassiste et fière de l'être

S'il y a toujours quelqu'un à mes côtés pour tenir ma main, je suis sûr que, ni par la vie, ni par la mort, je ne serais effrayé.
Shino - Hakkenden Touhou Hakken Ibun ~





Revenir en haut Aller en bas
Meredith Epiolari

avatar

Féminin Balance Messages : 559
Date d'inscription : 14/01/2014
Localisation : Un peu plus loin sur la droite
Humeur : Malade de trucs inavouables

MessageSujet: Re: [TP]Abandonnée sur le trottoir   Lun 27 Jan 2014 - 19:48

De rien, c'est tout à fait normal :)
Je trouve intéressant de "dépoussiérer" de vieux textes, on peut même suivre la progression d'une personne avec ça :D
Revenir en haut Aller en bas
jeremiade



Masculin Gémeaux Messages : 13
Date d'inscription : 27/01/2014

MessageSujet: Re: [TP]Abandonnée sur le trottoir   Mar 28 Jan 2014 - 9:51

Le blanc et le noir. La vie et la mort. Le marchand d'arme et la vierge passante. Le ying et le yang....

Ce que j'aime le moins:
Le style (point de vue personnel, ce n'est pas un jugement...)

Ce que je préfère:
Le début du texte ( les parapluies) et la fin (la valise)
Le début pour la métaphore. Je pense qu'un petit boulot sur le champs lexical de la mer n'est pas inapproprié.
La fin pour la métaphore aussi, et pour l'efficacité de la phrase qui finit la nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Lumi

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 152
Date d'inscription : 03/07/2013
Localisation : Hum... Si je mets Death City, ça marche ?...
Humeur : Absente pour un petit moment à cause d'une migraine continuelle ~

MessageSujet: Re: [TP]Abandonnée sur le trottoir   Mer 29 Jan 2014 - 13:25

Merci pour ton commentaire jeremiade ^^
Pour le style, ce texte est un vieux texte, ça faisait déjà un petit moment que je l'avais écrit quand je l'ai posté, donc je pense que mon style a un peu évolué... Enfin, j'espère o/
Pour le champs lexical, je ne voyais pas vraiment ce que je pouvais dire de plus... Mais je pense que pour mon prochain texte j'essayerai de bosser un peu plus là dessus :3
Bref, merci pour tes critiques, c'est vraiment super d'avoir un avis comme celui-là pour s'améliorer !

------------------------------------------------------------------------------------------------

~Music for ever ~
Bassiste et fière de l'être

S'il y a toujours quelqu'un à mes côtés pour tenir ma main, je suis sûr que, ni par la vie, ni par la mort, je ne serais effrayé.
Shino - Hakkenden Touhou Hakken Ibun ~





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [TP]Abandonnée sur le trottoir   

Revenir en haut Aller en bas
 
[TP]Abandonnée sur le trottoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: