Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [-8]L & L

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
loulounie



Messages : 6
Date d'inscription : 04/10/2012

MessageSujet: [-8]L & L   Mar 9 Oct - 0:00

Bon, alors, comme premier écris, je savait pas trop si je devais le mettre là ou dans nouvelle mais comme c'est assez long je vais le mettre ici. C'est une histoire, je vise les 30 pages pour la présenter à un concour. À date, je dirais que c'est [-8] parce que ben, c'est involontaire, j'écris pour mon age et même si c'est pas particulièrement violent ou sexuel, mon style d'écriture est un peu... dur.

voili voila, je vous laisse profiter, hésitez pas à critiquer, j'essaye de m'améliorer...



Menue, elle se faufile entre les tables et les clients. Il souris. Elle lui plait. Vêtue de noir et de blanc, en petite robe un peu démodée mais tellement craquante sur elle, elle serre un petit paquet dans ses bras. Elle regarde un peu partout, et il sait parfaitement ce qu'elle cherche. Malheureusement pour elle.

Ah, elle s'approche. Il remercie ses clients, attrape son plateau d'une main et s'avance vers la cuisine.

Elle semble voir quelque choses d’intéressant, ou en tout cas plus que son trajet, ainsi que du beau serveur qui arrive à sa hauteur. La collision est imminente.

Boum. Explosion de corps et de cœurs, d'étincelle et de passion. Il ne flanche pas, elle tombe. Serais tombée, si il ne l'avais pas rattrapée de justesse. Elle lève les yeux sur lui. Dieu qu'il est beau. Puis, elle réalise le vide entre ses bras. Elle se penche mais il est plus rapide. Il observe la petite boite, sachant parfaitement ce qu'elle contient. Il lève son sourcil gauche, n'ignorant pas quel effet il a sur les femmes. Surtout les femmes douces et innocentes comme elle.

- un gâteau dans un restaurant?

Elle l'étonne, lui arrachant quasiment la boite des mains.

- Ça ne regarde que moi...

Un peu sur la défensive? Elle a toutes ces raisons, car il n'est pas prêt à partir d'ici sans avoir obtenu ce qu'il convoite.
- Ah oui? Et si...

Il se penche, la fixant si droit dans les yeux que ses mains se mettent à trembler.

- Si je t'offrais tout ce dont tu a toujours rêvé?

Ses yeux à elles s'écarquillent de peur tandis qu'il sourie de plus belle. Du sourire malicieux de celui qui est sur le point de gagner.

- Avoue le, tu ne rêve que de ça. Ta place au K.

À présent, c'est d'étonnement qu'ils s'agrandissent. Comment sait-il? Comment pourrait-il deviner qu'elle ne rêve que de ça, une place au K, Club de cuisine le plus select du monde, depuis qu'elle est en age de cuisiner? Il ne sera dans ce restaurant que le soir même, et elle avais bien l'intention de leur montrer son chef d’œuvre, sa création, le gâteaux le plus gouteux, le plus succulent, le plus savoureux que vous ne gouterez jamais, afin d'avoir enfin sa place dans leur cercle. En parlant de ce gâteau, d’ailleurs, que fait il de nouveau dans ses mains à lui?

- Oui, eh bien, sans ton petit plat chéri, tu aura du mal... Ah, et puis, tu va avoir besoin de mes indications pour les trouver, parce que tu n'y arrivera pas toute seule, je te l'assure! Quel heureux hasard que tu soie tombée sur moi!

Parle pour toi! Elle, elle tremble de terreur maintenant. Il faut dire qu'il la torture un peu. C'est comme ça, avec les filles, il faut être ignoble puis leur faire croire qu'elles pourraient le faire changer. Elles ont toutes un certain instinct maternel... Mais, là, c'est vrai, il n'a aucune envie de la séduire. Il a envie d'elle, maintenant, tout de suite, et après, on verra. Le bon coté des choses, c'est quelle est déjà quasiment à lui...

Il se retourne théâtralement, le paquet parfaitement droit sur son plateau, l'air d'un serveur parfaitement normal dans un restau parfaitement normal.

- Suis-moi.

Il la guide jusqu'à une porte et se glisse à l’intérieur devant elle. Elle ne veut pas rentrer mais elle n'a pas le choix. Il faut qu'elle soie forte. Si jamais elle sort d'ici sans avoir rencontré un membre de K, son père ne lui pardonnera jamais. Il a tout fait pour qu'elle puisse avoir un jour l'occasion de réaliser son rêve, elle ne va pas tout foutre en l'air pour un homme qui, techniquement, ne lui a rien fait. Enfin, pas encore...

Elle entre.

La pore se referme derrière elle dans un claquement sourd. Elle cligne des yeux, tentant de s'habituer à la pénombre ambiante. Sa petite boite est là haut, bien mise en évidence pour qu'elle comprenne que seul lui peut l'atteindre. Il est assis sur un bar juste en dessous, arrogant. Elle tente de se montrer courageuse, mais sa voix est faible.

- Que me voulez-vous?

Il rie

- Tu peux me tutoyer, tu sais...

Elle se tait.

- Bon. Eh bien, je veut que tu me veuille.

Elle fronce les sourcils d'incompréhension. Quoi? C'est facile de vouloir, mais un être aussi abject que celui qu'elle a devant les yeux ne peut être aimé. Encore moins dans le sens ou il l’entend. Oui, il est beau, mais la laideur de ses actes rend toute attirance impossible.

Il se lève et s'approche, se trompant sur la raison de son silence.

- Ah, ne fait pas ta timide, tu sait très bien de quoi je veut parler...

Il fait grimper une main sur son épaule tandis que l'autre glisse sur son bras. Leur nez se frôlent.

Non. Ça ne marche pas. Elle ne devrais pas être aussi terrifiée, bordel, il n'allais pas la violer, quand même! Il commence à s'éloigner mais elle se dégage plus vite que lui, lui explose son genoux au mauvais endroit et prend ses jambes à son cou, les larmes aux yeux.

Putain de MERDE! Il frappe le comptoir d'une main, l'autre trop occupée à contenir ce qu'il lui reste de virilité. Et voilà, il a dépassé les bornes. Rares sont les femmes qui le repoussent à ces plus viles extrémités, mais celle-là, Celle-là... Comment a-t-il pu être con au point de ne pas remarquer qu'elle tremblais de peur et non de désir? Il se sent coupable, à présent. Il a probablement traumatisée la jeune fille. Et si jamais elle était mineure? Elle faisait 19, 20 ans, encore toute fraiche, mais si il s'était trompé? Il soupire.

Toujours bien emballé, le petit paquet attend son heure, qui approche à grande vitesse. Il se fait attraper, par un homme qui sait très bien ce qu'il va en faire.

***

Lola regarde. Elle regarde ses yeux, trop grands, ses mains, trop légères, sa taille, trop menue. Elle regarde son bras, là ou il l'a touchée. Il n'y a pas de marque, mais elle se souvient de la chaleur de sa peau, quand il l'a caressé. Et sa douceur, aussi. L'autre d'avant n'avais aucune douceur. L'autre d'avant l'avais manipulée, tout comme lui, avec son sourire et ses yeux, et l'avais amené dans un endroit sombre. L'autre d'avant lui avait fait mal, à l’intérieur comme à l’extérieur, du haut de ses 13 ans. 6 ans plus tard, elle a encore peur.
Lola cligne des yeux. Maintenant qu'ils sont secs et qu'elle ne tremble plus, elle va pouvoir affronter son père. Elle quitte le miroir de l'entrée pour s’aventurer dans la maison. Elle sait qu'il a dépensé beaucoup pour cette école de pâtisserie et pour tous les gâteaux et autres cakes qu'elle a cuisinés toute sa vie, et les déplacement de K sont si imprévisibles qu'il est difficile de déterminer quand elle aura une autre chance de les rencontrer. Si chance il y a. Mais, elle sait aussi que sont père l'aime et que pour rien au monde il ne la fera souffrir.

- c'est qui la meilleure? C'est ma petite Lola!, hurle son père en la voyant entrer.

Lola baisse la tête, tout de même impressionnée par les confettis, les banderoles au mur et le gros plat de lasagne posé sur la table, surmonté d'un panneau « bravo ma petite fée! ». Bizarrement, de tout ça, la chose qui frappe le plus Lola est que son père ne l'a jamais appelée sa fée. En fait, son père ne lui donne pas souvent des surnoms, seulement quand elle fait quelque chose d'extraordinaire ou qu'il essaye de lui remonter le moral.

- Lola? Tout va bien?

Laurent regarde. Il regarde sa carrure, trop fine, ses cheveux, trop courts, ses pieds, trop larges. Il regarde son nez, là ou il la frôlée. Il en a encore des frissons. Et merde. Il se sent horriblement coupable. Qu'est ce qu'elle a du avoir peur... Oh, et puis merde, c'est pas son problème. Et puis, vu ce qu'il va faire pour elle, il sera entièrement pardonné. Du moins, y'a intérêt.

- Laurent, c'est toi? Entre, je t'en prie

Laurent quitte l'entrée, saluant chaleureusement son vieil ami.

- Arthur, ça faisait longtemps...

Arthur est petit, vouté, un peu édenté, mais il a le sourire franc de celui qui est sage et qui aime la vie.

- Alors, mon petit Laurent, qu'est ce que tu m’amène de beau, ce soir...

Laurent sourie en tendant le paquet

- Jeune, fragile comme une fleur, avec les yeux de sa mère...

- Les yeux de sa mère?

Le regard d'Arthur se perd quelques instants dans le vague.Il se souvient, et après toutes ces années, elle lui manque encore.

- Arthur?

Il secoue la tête

- Oui, bon, allons voir ce qu'elle a dans le ventre...

Ils se dirigent vers la table au milieu du salon. La maison est petite, mais la décoration fait un peu maison de gnomes, abaissant la taille au niveau de détail. Arthur attrape une pare de cuillere et 2 petites assiettes dans un tiroir sorti de nulle part. IL les déposent dur la table, laissant à Laurent tout le loisir de couper le gâteau. Il sait que Laurent ne l'aurais pas laissé le faire. C'est un peu leur tradition, comme à chaque fois que Laurent ramène un gâteau. Ils les savourent ensemble, critiquant les bons ou mauvais cotés, déterminant si elles ont le potentiel. Si elles viennent d'Elle.

Le plupart du temps, Laurent ne se trompe pas. Il a l'oeuil, pour ça. Menues, distantes, légères comme des plumes, elles se ressemble toutes. Et elles cherchent toutes la même chose. K.
D'habitude, Laurent les séduit, les embrasse, pour vérifier si il ne s'est pas trompé. Il adore ça. Se sentir mâle, faire glisser ses doigts sur des haches qu'ils pourrais casser d'un mouvement du poignet, mordiller des lèvres qu'il pourraient arracher si il le voulait, serrer contre lui un corps si fin qu'on dirais qu'il n'est fait que d'os et de douceur... Arthur est contre, bien sur, mais bon, à force, il a appris à accepter la presque violence de Laurent. De toute façon, c'est la seul manière d'être sur que c'en est Une. Une fée. Une fée cuisinière, pour être précis. Elles ont toutes un goût si unique, quand on les embrasse... Mélange de fondue au chocolat, de fruit exotiques, de menthe, de tout ce qui est bon en proportion parfaites. Le goût ultime. Une seule pâtisserie a réussi à l'atteindre, ce goût. Créée par la dernière fée naturelle, Katherine, elle est depuis toujours imitée par trop de gens, tentant sans succès de répéter le miracle. À la mort de Katherine, don bien aimé, Arthur, représentant des fées cuisinières et unique individu masculin de cette catégorie de son espèce, a commencé à désespérer réussir à reproduire la perfection. Et puis, quelque décennie plus tard, lors d'un conseil annuel, quelqu'un avais découvert que si une humaine mangeais un bourgeons de l'arbre de Katherine, son enfant avais un chance de devenir une Demi-fée. Malheureusement, cela impliquais que la mère meurt à la naissance, ce qui rendit les volontaires humains moins présent et les potentielles demi-fées moins vivantes. Avec le temps, Une colonie d'un centaine à travers le globe s'était développée, reconnaissable à leur carrure, leur goût et leur talent en cuisine, et le demi avais disparut.

Le travail de Arthur et Laurent est de retrouver ces fées qui ne savent pas en être, à l'aide de K, nommé ainsi en l'honneur de leu mère à tous, groupe illustre ne contenant aucun humain. La tache est ardue et ils doivent parcourir le monde, mais bon, Arthur est une fée, ne l'oublions pas, et pour les fées, tout est possible. Laurent, lui, est un humain. Un des rares qui connais l'existence des fées. Personne ne sait ce qu'un humain fait là, mais bon, tout le monde l'accepte.

- Pret?

Arthur sourie en portant la cuillère à ses lèvres. Ils goutent, se figent, se regardent dans les yeux.

- Eh bien. Les yeux de sa mère, tu disait?

- Elle n'aura pas hérité que ça d'elle...

- Effectivement... Ça a ce petit quelque chose de plus que Katherine mettais. Une goute de canelle, peut-etre?
Revenir en haut Aller en bas
Danaël

avatar

Masculin Taureau Messages : 175
Date d'inscription : 30/09/2012
Localisation : Dans mon univers bien à moi
Humeur : je plane (sans produits illicites bien entendu ^^)

MessageSujet: Re: [-8]L & L   Mar 9 Oct - 18:40

J'ai adoré comment tu écries mais tu étais partis sur une base plus qu'intéressante alors pourquoi partir sur une fée cuisinière?? Shocked
ça ma fait penser à du Werber mélangé à du Levy (certains livre, pour les deux) Franchement j'ai adoré mais la suite ma déçu.
Je ne comprend pas pourquoi partir sur un monde fantastique alors que le début est tout simplement génial à mes yeux.
Mais j'adore ton style d'écriture alors... encore,encore,encore!!

------------------------------------------------------------------------------------------------
"La critique est facile, mais l'art est difficile." Nicolas Boileau (1636-1711)

"L'amour aussi bien que le feu ne peut subsister sans un mouvement continuel; et il cesse de vivre dès qu'il cesse d'espérer ou de craindre". La Rochefoucauld, Maximes (1665)

"Si l'on n'est plus que mille, eh bien, j'en suis! Si même
Ils ne sont plus que cent, je brave encor Sylla;
S'il en demeure dix, je serais le dixième;
Et s'il n'en reste qu'un, je serais celui-là!" Ultima verba de Victor Hugo dans Châtiments (1835)

"Le bonheur n’existe seulement s'il est partagé" Into the Wild

venez lire mon récit ici :D http://www.encre-nocturne.com/t135-projet-ange où je viens de mettre la suite
et ma nouvelle idée de long récit là http://www.encre-nocturne.com/t726-idee-que-j-ai-eu-mais-pas-encore-de-titre
et n'hésitez pas à laisser vos commentaires qu'ils soient bon ou mauvais ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [-8]L & L   Mar 9 Oct - 20:46

Joli! Tu possede un tres bon style!
Revenir en haut Aller en bas
loulounie



Messages : 6
Date d'inscription : 04/10/2012

MessageSujet: Re: [-8]L & L   Mar 9 Oct - 21:19

Eh bien, comme je l'ai dit, ce texte es a l'origine créé pour un concours, et le concours stipule clairement que ce doit être une histoire d'amour entre un humain et une fille issue d'un univers fantastique... mais bon, si l'écris perd de son âme, autant que je recommence et utilise le début pour autre chose... merci de vos commentaires!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [-8]L & L   

Revenir en haut Aller en bas
 
[-8]L & L
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: