Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'homme qui n'aimait pas Noël.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yggdarsil
Roi des Koalas
Roi des Koalas
avatar

Masculin Taureau Messages : 503
Date d'inscription : 25/10/2012
Localisation : Dans le doute. Ou l'ignorance. Surement l'un des deux.
Humeur : Pourvu que ça dure !

MessageSujet: L'homme qui n'aimait pas Noël.   Mer 18 Déc - 18:43

Je savais pas trop où le mettre, alors je l'ai mis ici :)
Donc voici une micro-nouvelle de saison  🎅 :

L'homme qui n'aimait pas Noël.


M. Jacques était une de ces personnes que l'on voyait rarement sourire, sinon par sarcasme. Il avait les sourcils constamment froncés, et grognait souvent contre tout et rien, des ongles rongés de la femme de ménage jusqu'au temps qu'il fait, en passant par le réchauffement climatique, le gouvernement, la crise, la hauteur des immeubles et tout le tralala. Bref, il faisait parti de ces personnes qui ont un mépris pour tout ce qui existe, sans n'avoir jamais tenté d'imaginer à quoi ressemblerait le monde si leurs vœux s'exauçaient.
Or ce mépris décuplait lors de l'arrivée des fêtes, et encore plus spécialement en approchant de Noël. M. Jacques détestait Noël plus que toutes choses au monde, plus même que le crissement d'une craie sur un tableau, plus que les gens qui ne savaient pas conjuguer correctement au subjonctif, et plus que sa vie qu'il jugeait bonne à rien.
Il ressentait ce mépris depuis le jour où, enfant, il avait été choqué d'apprendre que le Père Noël n'existait pas. Le jour où il compris la réalité réelle, il avait fallu l'emporter en urgence à l'hôpital pour traiter sa crise d'hystérie aiguë (depuis, il était épileptique).
Et cette année, comme toute année, l'arrivée des sapins l'avait plongé dans ce régulier état de frémissement.
Les gens qui se fatiguaient pour mettre de misérables petit arbres synthétiques, des guirlandes et fabriquer des crèches, pour tout enlever après, il trouvait cela d'un ridicule impossible. L'habituel délire de bonnes années à venir, de naissance du petit Jésus -alors qu'on a jamais été sur qu'il était né à cette date, de « Joyeux Noël ! » virulents, rien n'était agréable pour lui. Est-ce parce qu'on le souhaite qu'une année sera « Bonne » ? Et pourquoi diable souhaiter un joyeux Noël si de toutes façons tout le monde est stupidement content ? Pourquoi Noël DOIT-il être joyeux ? Ne pourrait-on pas en penser ce que l'on veut, chacun seul ?
Autant de gémissements résonnaient dans la tête de M. Jacques ce soir, en rentrant du travail. Or, en marchant dans la rue, il vît débouler sur la droite un Père Noël sur un camion. Il accéléra. Leur sourire rieur, leur habit rouge et ce ventre replet tout à fait innocent face aux régimes, tout cela pouvait le mettre hors de lui, c'est d'ailleurs pour cela qu'il allait voir un psychologue, et il s'y rendait ce soir.
-J'ai l'impression qu'il veulent me tuer, disait-il souvent, il sont là, à me regarder, et à me dire en parlant : « Tout le monde est content sauf toi ! Tu es tellement piteux ! », alors que ce sont des gens, de vrais gens, pas le moindre père Noël véridique ! Et il me poursuivent partout ! En gare ou au supermarché !
À la fin de la séance, il était plus détendu. Comme toujours, le psychologue n'avait rien dit. Sa technique consistait à apprendre assez sur un patient et son trouble avant d'intervenir dans son comportement.
Et au moins, cela offrait un moyen de se soulager à M. Jacques. Mais en revenant chez lui, il se souvint qu'après tout ce Psy n'était que quelqu'un de payé à faire son travail, non pas une personne passionnée, engagée dans ce qu'elle fait.
Et il se mit à détester son Psy.
Chaque jour ou presque, M. Jacques détestait une chose de plus.
Il marmonnait des borborygmes à propos du Psychologue quand il passa dans une ruelle.
Dans cette ruelle, il y avait un clochard.
Les clochards, ils y étaient passés depuis longtemps, dans l'inventaire des choses détestées de M. Jacques.
Il tenta donc de l'ignorer en passant à côté de lui. Mais il ne pût échapper au « S'youp'lé, m'sieu » qui retentit faiblement à côté de lui.
Il se retourna.
Le sans-abris avait un visage plutôt vieux, et un petit bonnet rouge. Il était emmitouflé dans une espèce de manteau rafistolé. Son visage était clair, il avait de petits yeux, et une volumineuse barbe blanche. M. Jacques plongea son regard dans le sien.
Ce n'était pas ce regard plein de lassitude ou de tristesse qu'il observait généralement qu'il voyait chez cet homme. C'était un regard empreint de pitié. Un regard sur le bord des larmes face au sien, si dur et méprisant, dénudé de quelconque âme. Un regard si profond. Un regard qui touche l'âme.
Alors l'âme de M. Jacques en fût toute renversée. Les Pères Noël, les sapins, les guirlandes, les souhaits, tout cela devint follement joyeux d'un seul coup. Alors il comprit qui était cet homme.
Il s'écria, euphorique : « Je savais que vous existiez ! Merci ! Merci mille fois ! Joyeux Noël ! » Et il s'en alla, chantonnant dans les rues, en courant dans la nuit, criant à tout bout de champ : « Joyeux Noël ! Joyeux Noël ! »  et plus jamais il ne se plaignit de sa vie.
En le voyant s'exciter ainsi, le clochard resta là sans bouger, en train de le voir courir, en criant et en chantant.

« Eh beh, ma pièce !Pour un'fois qu'c'est la fête ! »
Alors il se leva en grommelant et s'en alla rejoindre son banc dans le parc où il irait passer la nuit, comme d'habitude.

« Si c'est comm'ça y'en aura jamais assez pour nourrir les reines... chut, Rodolphe ! Rest'caché ! Et r'monte dans ton arbre ! Ah, pas étonnant qu'les enfants y r'çoivent jamais rien d'moi si on m'donne pas d'quoi acheter... »
Joseph Noël se rendit compte que cette année, cela ferait vingt ans que l'usine avait coulé.


Voilà. J'espère que ça vous aura plus! Je ne compte pas vraiment revoir cette nouvelle après, ni vraiment la réétudier ou quoi que ce soit (si vous le faîtes à ma place, ça me dérange pas :° *gros flemmard*), c'était beaucoup plus pour écrire un peu, comme ça. Mais n'hésitez pas à dire ce que vous en pensez!
Et Joyeux Noël!

Ps: On pourrait pas faire une section "Petit textes", tout types (réalistes ou fiction) confondus? Parce que "Autres" ça fait "mis à part", "3eme groupe", "poubelle", "non-recyclable", "Front National"[/beaucoup strike](Je plaisante),  enfin je sais pas, je trouve que ça met à part...

------------------------------------------------------------------------------------------------
Il est des gens qui sont là. Comme ça. En vrai. Et d'autres dont la présence est un mensonge. Une illusion. Efficace, quand elle trompe tout le monde. Ridicule, quand elle ne trompe que son porteur. -Lyonel Trouillot, Kannjawou

Proverbe Nocturnien : Wû Horör, wees qsüj gnü ubo wik s'wee kleesee kvieiir wâ krefüzâ d'wi kraork...

orgie de .-.
.-- .-- .-- .-.-.- .---- ----- --.- ....- ---.. .-.-.- ..- -. -... .-.. --- --. .-.-.- ..-. .-.

http://vocaroo.com/i/s1fCLpFwvSv0


#TextedeYgg
Revenir en haut Aller en bas
Lullaby

avatar

Féminin Verseau Messages : 1454
Date d'inscription : 16/04/2013
Localisation : Dans un train, ou sur mon lit, ça dépend.
Humeur : Acqueuse ou vitrée peut-être ...

MessageSujet: Re: L'homme qui n'aimait pas Noël.   Jeu 2 Jan - 12:03

Ygg je n'ai pas lu (désolée pas le temps) mais j'ai lu ton ps: un texte réaliste est un texte qui raconte quelque chose de possible. Mais ça n'en reste pas moins une fiction. Après si tu raconte une histoire vrai, il me semble important que ce soit mis en valeur. St puis il fallait te plaindre quand on à créer le nouveau plan.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Lullaby, la [fonction au choix : proxénète, mendiante, distributrice de biscuits périmés, apprentie chimiste, etc] aux multiples talents !

Et ici ma chaîne Youtube spéciale EN!
Revenir en haut Aller en bas
Mélancolie

avatar

Féminin Capricorne Messages : 210
Date d'inscription : 18/11/2013
Localisation : The sky is my limit
Humeur : nostalgique d'époques antérieures à ma courte existence

MessageSujet: Re: L'homme qui n'aimait pas Noël.   Jeu 2 Jan - 13:03

J'aime bien ta nouvelle ! :) sinon bah ... je n'ai pas grand chose de plus à dire :p la chute est surprenante, et un peu triste quand même ... je ne m'y attendais pas, et j'aime bien me faire surprendre, donc voilà ! :D (oui, je me sens très éloquente cette année ...)

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Pour savoir écrire il faut avoir lu, et pour savoir lire il faut savoir vivre." GUY DEBORD

''Ose rêver. Ose essayer. Ose te tromper. Ose avoir du succès. Vas-y. Je te lance un défi ! '' KINGSLEY WARD
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'homme qui n'aimait pas Noël.   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'homme qui n'aimait pas Noël.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: