Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Paysanne et Moi [TP]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Renarde82
Déesse des cookies
avatar

Féminin Poissons Messages : 223
Date d'inscription : 05/10/2013
Localisation : Bien au chaud dans mon grand terrier où il y a une pièce remplit de cookies.
Humeur : Si tu es gentil, tu as un cookie. Si tu es agressif, je te griffe.

MessageSujet: La Paysanne et Moi [TP]   Jeu 26 Déc 2013 - 21:41

Voici ma toute dernière nouvelle un peu du même style que "Mon Grand Amour est une Peinture". Enfin, je vous laisse découvrir...

La Paysanne et Moi

Je cours. Plus vite, plus loin, je les sent, ils sont là, tout près de moi. Je me cache afin qu'il ne me vois pas. Je lève mon arme, lourde, si lourde... Mais j'ai l'habitude, voilà déjà 7 ans que je m'entraîne, que je me bats. J'ai commencé à mes six ans et je pensais que ce serait difficile mais j'ai très vite pris les armes en main.
Je me tends. Saute hors de ma cachette et tire. Un de tué. Deux. Le dernier est presque mort mais soudain, j'entends une détonation et de la fumée me brouille la vue. J'essaye de me couvrir mais je suis perdu. Les balles volent tout autour de moi, sifflent à mes oreilles. Je le sais, je vais mourir. Une balle finit par me transpercer la poitrine. Mon sang s'étale sur le sol brute. C'est la fin. Je meurs...
« Bon, voilà je suis mort à cause de toi. Tu es contente ? »
Je me retourne pour voir ma petite-amie. De taille moyenne, des cheveux châtains légèrement ondulés montés en chignon, une mèche libre menaçant de cacher l'un de ses beaux yeux bleus foncés dans lesquels, si je ne fait pas attention, je risque de me noyer comme dans une mer déchaînée. Elle me prit doucement la main de sa peau légèrement froide et satinée.
« Je suis désolée, dit-elle d'une voix aussi douce que ses mains, mais je voudrai, s'il-te -plaît, que tu m'accompagne au musée. Il y a une magnifique exposition et...
- Attends, la coupai-je, tu veux que moi, j'aille au musée ? Mais tu sais bien que je m’ennuie dans ce genre d'endroit...
- S'il-te-plaît, pour me faire plaisir » Elle battit des paupières et pour m'achever, me lança sa moue boudeuse : l'arme ultime.
Je lâchai ma manette, éteignis ma console et sautai en dehors du canapé. Un blouson, des chaussures et nous nous mîmes en route avec l'interminable monologue de Marion. Si je compris bien, elle me parla d'une certaine peinture à l'huile,exposée au musée qu'elle voulait « absolument » voir.
Nous arrivâmes à l'exposition. Il avait tout types de personnes, des grandes, des petites, des hommes pareil à ceux des magazines ou bien d'autres qui avait tout des hippies des années soixante-cinq, des femmes trop maquillées ou celles qui portent des valises sous les yeux et des enfants dans leurs bras. Et tous ces gens aussi différents soit-ils, intéressés ou pas, se pressaient vers l'entrée. Marion me tira par la main, courant dans tout le bâtiment comme une enfant dans un magasin de jouets, mais prit tout de même le temps de regarder, critiquer, étudier chaque œuvre d'art. Nous nous arrêtâmes enfin devant le tableau qui passionnait tant ma compagne.
Une jeune paysanne pleurait devant nous, au milieu d'un champs de blé. Elle avait l'air d'être tombé de désespoir. Des brins de pailles se mélangeaient à ses cheveux châtains et lisses sur lesquels les rayons laissaient aller leur dur chaleur. Marion avait raison au sujet de cette œuvre. Jamais je n'avais autant apprécié une image autre qu'une publicité pour le dernier jeu vidéo. C'était si beau... J'entendais presque ses pleures... Mais... Non. Je l'entendais pleurer clairement et nettement.
Pris d'effroi, je me mis à reculer lentement, trébuchant, les yeux exorbités. Ma petite-amie ne compris pas ce qu'il se passait mais elle me rattrapa quand même avant que je retombe. A peine debout, je couru jusqu'à la sortie, bousculant toute personne m'empêchant de fuir cet événement que je refusai de croire réel.
J'arrivai chez moi et décidai que j'avais rêvé. Ainsi, je démarrai une partie de jeu vidéo. Je ne su pas quoi dire à ma mère étonnée de me voir arriver, seul, essoufflé, effrayé, alors je ne dis rien. Inquiète pour moi, Marion vint prendre des nouvelles. Malgré que mon explication fut bancale, mon amie vit bien que j'avais envie et besoin de rester là, à réfléchir en solitaire.
Les yeux rivés sur l'écran, je me battis contre des zombies pendant plusieurs heures. Tout à coup, deux yeux marron, presque orange apparurent sur l'écran de ma télévision. Ces yeux je les reconnus, c'étaient ceux de la paysanne du tableau ! Elle m'observait, me surveillait. Mes doigts, mes jambes et tout mon être se mirent à trembler. J'aurai voulus hurler mais ma dignité et surtout la peur, cette peur fourbe et machiavélique m'en empêcha. J'éteignis l'écran avec lenteurs comme si elle pouvait sortir de celui-ci à tout moment. Heureusement l'extinction de l'appareil fit disparaître les deux yeux. Je me remis à respirer. Tout cela n'était pas vrai, tout cela ne pouvait être vrai. Je devais être fou, c'était la seule explication possible. Après tout, j'avais été le seul à entendre la jeune femme pleurer alors que nous étions une dizaine autour d'elle.

Quelques jours passèrent pendant lesquels j'étais hanté par la vision et la voix de la paysanne. Finalement, je décidai de retourner au musée pour questionner les guides et en apprendre plus sur cette effrayante peinture. Un guide me raconta une histoire :
Autrefois, une jeune paysanne nommé Juliette, fille unique, était en mal d'amour. Elle tombait facilement amoureuse mais les garçons se moquaient d'elle et se jouaient d'elle lui faisant croire qu'ils l'aimaient pour ensuite la ridiculiser. A ses six ans, son père, soûl, avait même essayé de la noyer dans un ruisseau. Heureusement, elle s'en était sortit sans séquelles aucunes, ou presque.
Avec le temps, elle avait appris à haïr toute personne de sexe masculin.
Un jours, un jeune homme tomba passionnément amoureux de Juliette. Chaque fois qu'il avait un peu de temps libre il venait l'admirer travailler dans son dur labeur ou bien flâner, caressant les herbes hautes, cueillant des fleurs. Il pensait à elle chaque heure, chaque minute, chaque seconde de sa petite vie monotone dans laquelle seules la peinture et la rêverie méritées son attention.

Un matin de juillet alors qu'il scrutait la surface dorée des champs dans l'espoir de voir sa dulcinée, il l'avait vu arriver dans une course où se mêlait des larmes de rage et de désespoir. Elle était soudainement tombé au milieu de la vaste étendue d'épis de blé. Son admirateur trop timide pour aller la consoler était resté là à l'observer, inquiet pour elle.
Cette scène l'avait tellement marqué, tellement touché, qu'après cela , il s'était mis à la peindre. À peindre la jeune fille si belle, si seule, si désespérée. Une fois le tableau achevé il s'était forcé, combattant sa timidité, à montrer son œuvre à sa muse.
Juliette détestait de plus en plus les hommes, elle voulait les voir souffrir. Et lorsqu'elle avait vu son portrait où elle pleurait à chaudes larmes, elle s'était mise dans une fureur terrible envers le pauvre garçon qui, contrairement à ce qu'elle pensait, ne voulait pas se rire d'elle, tout au contraire.
Mais la jeune fille était déchaînée. La colère pris possession d'elle et Juliette s'attaqua au peintre, utilisant ongles, poings, pieds et fourche, si violemment qu'il mourut. La jeune tueuse s'était rendu compte de ce qu'elle avait fait et sous la torture de sa conscience elle a rejoint le jeune homme au pays des morts enfin, c'est ce qu'elle avait prévu mais, au lieu de cela elle se retrouva enfermée dans son propre portrait, condamnée à y vivre pour l'éternité.
« Mais bien sûr, ce n'est qu'une légende, compléta le guide. »
Je le remerciai et rentrai chez moi, la tête dans des nuages de peur.
Quand la nuit arriva je m'endormis étonnamment vite mais fis un étrange cauchemar dans lequel je tentai de me planter un couteau dans le cœur, mais deux mains m'en empêchèrent. Je me réveillai. Devant moi, ma mère essayait de m'arracher l'arme des mains. Je lâchai ce dernier. Ma mère totalement paniquée me prit dans ses bras, secouée de sanglots.
Je pris alors la décision de détruire l'objet de ma hantise. Dés l'ouverture du musée -ce lieu dans lequel je n'aurai jamais crus passer autant de temps- je me faufilai dans les couloirs et, pris d'une hargne folle, je m’apprêtai à déchirer la toile de mes mains nues, mais une voix brisée par la tristesse et la peur, m'interrompit :
« Non ! Non, ne fais pas ça ! Pitié.
- Et pourquoi aurai-je pitié ? Vous avez essayé de me tuer en contrôlant mon esprit. Et ce pauvre peintre, il vous aimait vous savez ? Dis-je observant la paysanne qui, devant cette dernière révélation se figea net.
- Il... Il m'aimait...
- Écoutez, lui dis-je d'une voix douce qui se voulait rassurante, je ne vous tuerai pas si vous me promettez de ne plus faire de mal à personne.
- Je... Je te le promet, jura-t-elle dans un flot de larmes. »

La vie reprit son cours comme anciennement, mais j'abandonnai les jeux vidéos au profit de l'art. J'accompagnai donc Marion dans les différents musées qu'elle voulait visiter. Au sujet de la paysanne, j'allai souvent la voir captant un clin d’œil qu'elle m'envoyait. Ce mouvement était le seul qu'elle faisait à présent. Personne ne connut la suite de son histoire dont, de toutes façons il n'y avait aucune preuve.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je suis une renarde. Les renards n'ont pas de nom, pas de prénom et ne peuvent pas écrire.



On a tous de la folie en nous, arrêtons de la cacher et devenons tous fous !!!
Revenir en haut Aller en bas
Kaze_Jiyu

avatar

Masculin Taureau Messages : 30
Date d'inscription : 27/12/2013
Localisation : Protégé dans sa bulle onirique...
Humeur : Lunatique

MessageSujet: Re: La Paysanne et Moi [TP]   Ven 27 Déc 2013 - 23:20

J'aime beaucoup :)Un peu sombre et... particulier, mais agréable à lire.

Quelques critiques néanmoins :

Citation :
Je me tends. Saute hors de ma cachette et tire
La ponctuation serait à retravailler un peu sur ce passage. Je trouve que le point après le verbe tendre coupe l'action dans son élan et introduit difficilement le verbe "sauter". Tu pourrais ajouter un point après "cachette" ou mettre des virgules partout, je pense que ça passerait mieux.

Citation :
comme dans une mer déchaînée
J'aime bien la comparaison mais tu ne sors pas des sentiers battus. Et je suis pas certain que ce soit vraiment flatteur ^^

Citation :
Elle me prit doucement la main de sa peau légèrement froide et satinée.
Pas français :/ On comprend que tu veux que la peau de la fille est froide et satinée, mais là ta phrase signifie plutôt "sa peau me prit la main", ce qui est assez étrange... Tu vois ce que je veux dire ?

Citation :
Si je compris bien
C'est peut-être personnel, mais je dois avouer que l'emploi du passé simple me fait un peu bizarre, là :S Par contre c'est vrai que je vois pas trop par quoi tu pourrais le remplacer...

Citation :
Elle avait l'air d'être tombé de désespoir
Je trouve que les compositions avec les auxiliaires affaiblissent généralement un texte. J'aurais plutôt mis un truc du genre : Elle semblait être tombée de désespoir.
Et quand tu dis "être tombée", ça signifie que la paysanne est agenouillée ?

Citation :
Des brins de pailles se mélangeaient à ses cheveux châtains et lisses sur lesquels les rayons laissaient aller leur dur chaleur
Bon, encore une fois on voit ce que tu veux dire mais c'est à mon avis un peu maladroit. Déjà l'alliance "dure chaleur" fait vraiment coutumier (oui, moi j'aime l'originalité), ensuite je trouve que le verbe est assez faible. Tu peux garder "laissaient" mais je pense que tu devrais remplacer "aller" par autre chose.

Citation :
A peine debout, je couru jusqu'à la sortie, bousculant toute personne m'empêchant de fuir cet événement que je refusai de croire réel.
Peut-être un peu disproportionnée comme réaction

Citation :
Malgré que mon explication fut bancale
Aaaaah, non, t'as pas écrit ça !! :0 Alors déjà "malgré que" s'emploie uniquement avec l'auxiliaire avoir conjugué au subjonctif (source : l'Académie Française). Cependant, ça reste malgré tout très dissonant. Pourquoi ne pas mettre tout simplement "Malgré une explication bancale" ?

Citation :
J'aurai voulus hurler mais ma dignité et surtout la peur, cette peur fourbe et machiavélique m'en empêcha.
M'en empêchèrent*. Il y a la dignité ET la peur :)

Citation :
J'éteignis l'écran avec lenteurs comme si elle pouvait sortir de celui-ci à tout moment.
On voit ce que tu veux dire, mais pourquoi, au lieu d'un simple 'avec lenteur", tu ne détaillerais pas un peu plus les sentiments, la peur et les ressentis du personnage ?

Citation :
Je devais être fou, c'était la seule explication possible.
Même remarque. Tu dis que ton personnage est hanté par l'ombre omniprésente de cette paysanne, alors pourquoi ne pas en parler un peu ? Montre-le ! Montre ses tourments, montre sa peur ! Montre nous qu'il est obnubilé par la paysanne plutôt que de te contenter de nous le dire.
Tu vois ce que je veux dire ? Quand on te lit, on doit pouvoir se dire "ah, ce personnage là est affligé" sans que tu aies besoin de nous le dire.

Citation :
Il pensait à elle chaque heure, chaque minute, chaque seconde de sa petite vie monotone dans laquelle seules la peinture et la rêverie méritées son attention.

Un matin de juillet alors qu'il scrutait la surface
Pourquoi changer de paragraphe ? :/

Citation :
Quand la nuit arriva je m'endormis étonnamment vite mais fis un étrange cauchemar dans lequel je tentai de me planter un couteau dans le cœur, mais deux mains m'en empêchèrent.
La seconde partie de la phrase ne me va pas trop, la virgule suivie du "mais" donne une impression dérangeante. Par ailleurs, les temps sont pas très bien choisis. Tu écris "je tentai". Il me semble que le plus logique serait de mettre ici de l'imparfait, donc "tentaiS". Ça pose ensuite problème avec la seconde partie : "deux mains m'en empêchèrent". Le passé simple est trop cru, il faurdrait l'introduire en douceur. Par exemple : " j'étais sur le point d'y parvenir lorsque deux mains m'en empêchèrent".

Citation :
je m’apprêtai à déchirer la toile de mes mains nues, mais une voix brisée par la tristesse et la peur, m'interrompit
Même remarque que précédemment à propos du "mais" que je trouve un peu maladroit. Tu peux essayer de changer un peu la structure de la phrase pour avoir une structure comme "alors que blablabla il se passa truc" ou remplacer "mais" par des mots comme "cependant", "pourtant", etc.

Citation :
- Écoutez, lui dis-je d'une voix douce qui se voulait rassurante, je ne vous tuerai pas si vous me promettez de ne plus faire de mal à personne.
- Je... Je te le promet, jura-t-elle dans un flot de larmes.
Un peu étrange comme dialogue ^^


J'espère que tu as eu le courage de tout lire xD Alors, essayons de résumer... Quelques petites maladresses, mais rien de très important. Elles ne gênent pas le plaisir de lecture. Cependant, il y a quand même quelques petites fautes par-ci par-là.

De plus, je pense qu'il y a des passages que tu pourrais développer un peu, en essayant de t'attarder sur des petits éléments, comme certaines actions ou les sentiments des personnages. Même si tu ne fais rien de vraiment original, je pense que ton histoire a du potentiel. Malheureusement, elle a un côté un petit peu négligé (je parle uniquement de l'intrigue là). Essaie de retravailler tout ça, je pense que tu peux arriver à quelque chose de vraiment bien ! :)

Après, on n'a pas du tout le même style d'écriture, et je pense que quand je critique ce genre de textes j'ai tendance à vouloir rapprocher un peu le style de l'écrit au mien. Si ce que tu as rédigé te convient malgré mes critiques, garde-le comme ça :)

AH, oui, et un dernier détail... J'aurais mieux vu ton texte au présent Wink
Revenir en haut Aller en bas
Renarde82
Déesse des cookies
avatar

Féminin Poissons Messages : 223
Date d'inscription : 05/10/2013
Localisation : Bien au chaud dans mon grand terrier où il y a une pièce remplit de cookies.
Humeur : Si tu es gentil, tu as un cookie. Si tu es agressif, je te griffe.

MessageSujet: Re: La Paysanne et Moi [TP]   Sam 28 Déc 2013 - 0:12

Je te remercie d'avoir prit autant de temps pour commenter avec autant de précision mon texte que, c'est vrai j'ai du un peu bâcler parce que c'était un travail pour l'école et que j'ai failli, malgré le fait que je me soit plusieurs fois couchée tard pour écrire, être en manque de temps. Je pense donc, suite à ton commentaire, retravailler mon texte quand j'en aurai le courage.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je suis une renarde. Les renards n'ont pas de nom, pas de prénom et ne peuvent pas écrire.



On a tous de la folie en nous, arrêtons de la cacher et devenons tous fous !!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Paysanne et Moi [TP]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Paysanne et Moi [TP]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: