Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le traître du pays. [-12]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AntArum

avatar

Masculin Cancer Messages : 42
Date d'inscription : 05/09/2014
Localisation : Antarctique
Humeur : Sarcastique

MessageSujet: Le traître du pays. [-12]   Mar 23 Sep - 21:01:14

Voilà donc mon tout premier écrit fraîchement sorti de mon crâne. Je me demande ce qu'il vaut...
Je compte sur vous pour me le dire !


La brise soufflait quand Pierre sortit de son logement.
Il était neuf heures et une masse de personnes circulait déjà entre les rues de la capitale Primurbs. Le quartier où habitait Pierre était toujours calme le matin.
La masse s'écartait à la vue de Pierre, non pas qu'il fut dangereux mais par respect.
En effet Pierre était un "garde libre", il était comme un policier en civil que tout le monde reconnaissait grâce à ses attributs. Il portait une rapière à la ceinture, équipement qu'il avait lui-même choisi. C'était une longue et fine lame comme son propriétaire.
Pierre n'était pas très développé physiquement, il entrait dans la moyenne du pays mais son mental d'acier et son savoir étaient ses plus grandes qualités, il avait eu vingt-cinq ans il y avait une semaine.
La brume ambiante fut un moment dissipée par un dirigeable de combat lourdement armé, on pouvait lire facilement sur le côté:"Conqueror". C'était le bâtiment du haut commandement où l'Administrateur n'avait même pas l'accès.
Le gouvernement du pays était composé de trois branches bien divisées, en premier il y avait l'Administrateur et son conseil, ils prenaient toutes les grandes décisions et s'étaient installés dans la "tour de diamant" avec leurs familles et toute une cohorte de soldats armés de hallebardes, de sabres, de bâtons paralysants. Ensuite il y avait le haut commandement militaire qui comme son nom l'indique était chargé des guerres ou bien de l'armement. L'assemblée des sages était la dernière qui s'occupait de la politique intérieure du pays.
Pierre avait réussi à échapper à la circonscription grâce à son père qui travaillait dans l'assemblée, il mourut une semaine après à cause d'une explosion de bombe déposée par des partisans de l'impérialisme et de l'ancien système avec à sa tête un empereur surpuissant.
Toutes ces histoires, Pierre les avait lues dans des livres, il était dans une situation
respectable et confortable. Après avoir repris son souffle, il sentait l'odeur matinale de l'huile et de la poudre noire dans le quartier des armes.
Cette odeur lui rentrait dans le nez sans en sortir, il transpirait dans sa gabardine grise il dénoua son écharpe le temps de passer dans ces rues tortueuses et pavées.
Il soupira:"Enfin !" quand il sortit de cet enfer d'huile et de chaleur...
Il était arrivé à l'usine d'armes blanches nationale qui fournissait tout le pays d'ailleurs.
Il effectua un rapide tour des lieux puis s'assit en attente de son ami.
"Tu en mets un temps toi !", dit-il,"C'est toi qui marches trop vite !" Répliqua Grégoire avec ardeur.
Les deux amis discutèrent puis partirent pour prendre un café au bar "DuCoin".
-"Alors ? Tu vas accepter ce boulot ?" posa Grégoire.
-"Oui, je pense que ma place est dans l'assemblée." répondit Pierre.
-"Mais tu vas pouvoir garder ton arme ? Je crois bien que c'est interdit."
-"Je peux la garder, et même m'en servir si l'assemblée est prise d'assaut."
-"Qui voudrait prendre l'assemblée d’assaut ?! C'est complètement idiot."
-"Oui c'est vrai."
Les deux amis souriaient en pensant à cette image.
Une détonation acheva leurs rires et les deux commencèrent à courir vers le lieu de l'explosion. "Un attentat ? Vers la tour de diamant ?!". Hélas à peine Grégoire avait-il achevé sa phrase qu'ils virent le bas de la tour en feu. La stupéfaction et l'horreur prirent les gens alentour, comment se pouvait-il que des impérialistes puissent frapper le symbole de leur gouvernement ?
Les deux amis restaient fixes en voyant les flammes doucement s’éteindre...
Le jour suivant, Pierre partit pour son entretien à l'assemblée, les stigmates du jour passé étaient encore visibles sur le visage des gens. Quand il arriva à destination, il fut pris en charge par son parrain, celui qui lui avait offert ce poste. Puis il assista à un débat sur comment réprimander les impérialistes. Un homme se fit plus entendre que les autres c'était Huge Daéban, un très vieux personnage mais très intelligent il hurla à l'annihilation totale.
"D'un certain point de vue il n'avait pas tort" pensa Pierre. Quand la séance fut terminé et que tout le monde ou presque était à bout de souffle, Pierre se perdit dans les rangs d'hommes et fut transporté par son voisin dans une grande pièce sombre où on pouvait à peine voir les visages des hommes à l'intérieur.
Un lumière s'alluma et les ombres d'hommes se firent silencieuses. Un homme avec une canne avança lentement vers la marche, Pierre ne le distingua pas vraiment à part le son lent et lourd de cette canne.
Il commença son monologue :
-"Mes frères, l'empereur compte sur nous, l'attentat d'hier fut merveilleux à voir, bientôt la tour de diamant tombera ! L'Administrateur va congédier le haut commandement pour inefficacité comme prévu...
 Et il ne s'occupera pas des armées lui-même donc il nous les donnera avec un grand sourire !"
Un bruit de fond remplit la salle puis l'homme continua :
-"Et c'est là que nous renversons ce gouvernement de fou qui laisse la plèbe commander !"
Toutes les ombres acquiescèrent en cœur.
-"Nous remettrons tous les pouvoirs à la seule personne légitime ! Notre Empereur !"
Les corps sans faces sourirent avec un air malsain et approbateur... Prêts à renverser la politique actuelle pour l'anarchie impériale.
Pierre était sous le choc, l'assemblé des sages ?! Comment ?! Pourquoi ?! Tant de questions qui traversaient sa tête comme un sarcophage de torture transperçait un être humain.
Il ne dormit pas de la nuit, devait-il en parler ? Si oui comment ? Et y aurait-il des représailles ?
Cette longue nuit ne lui donna qu'un seul conseil, bien attacher sa rapière à sa ceinture...
Il marcha lentement dans les rues, ce samedi était un jour bien triste...
Le soir même l'Administrateur fit un long discours sur la sécurité et annonça le renvoi du haut commandement et expliqua pourquoi l'assemblé devait prendre le contrôle dans un tel cas de crise.
Pierre hurla avec silence sa douleur, l'impérialisme était-il de retour !? La chose que les professeurs dénigraient avec sourire ! Le moment où le pays était alors nommé Empire ! Il fallait dormir, demain serait une lourde journée.
Il avait raison, demain fut une longue et dure journée. On voyait déjà certains soldats renégats arboré leurs manteaux avec marqué sur la manche gauche : "Vivat et res Imperii", littéralement : "Vive l'Empire".
Pierre baissa son regard et marcha rapidement à travers la rue huileuse, mais cette fois, elle était déserte, froide, dépourvue de toute vie humaine. Seul, Pierre redressa la tête il allait droit vers l'assemblée des "Sages". En entrant il vit avec horreur l’assassinat d'Huge Daéban par les impérialistes de l'assemblée. Eux-mêmes se salissaient les doigts ! Pierre ne réfléchit pas une seconde et se précipita sur les trois hommes.
Un écho terrible se fit entendre dans l'assemblée, le fer était croisé et le sang n'allait pas tarder à couler. Chaque coup était calculé pour toucher ses cibles. Pierre embrocha l'un des hommes et
retira sur le champ son arme pour la replanter dans un autre. Les trois parias étaient étendus là sur le sol même d'un bâtiment voulant la paix. Les autres "Sages" débarquèrent dans le hall d'entrée et
virent leurs acolytes tués par le fils de Salvadil ! Pierre rangea sa rapière pour prouver sa légitimité et expliqua l'histoire. Pierre était fatigué de ce combat inégal, il fallait qu'il agisse, il envoya
une courte lettre à Grégoire : "Prends ton sabre, on se rejoint derrière l'assemblée." indiquait-elle.
Le lendemain les deux camarades étaient dans l'arrière-cour du bâtiment. Pierre expliqua les derniers événements de la semaine. Grégoire était intelligent, il savait qu'il ne disait pas un mensonge.
-"Que veux-tu faire Pierre ? On ne peut pas faire grand chose sans le haut commandement et l'Administrateur n'est pas assez fou pour croire une telle histoire !"
-"Pour le moment, gardons un œil sur les vingt-six autres sages."
La nuit fut calme, trop calme, Pierre était observé, ses voisins de nature bruyante étaient silencieux comme des tombes...
La porte éclata dans un grand fracas et deux hommes armés de poignards foncèrent sur lui. Pierre prit une lame dissimulée sous son lit et trancha la gorge à l'un. A peine l'autre constata qu'il était seul
que Pierre lui entailla le bras mais ne le tua pas.
-"Qui vous envoie ?! Les impérialistes ?!"
-"Tu es intelligent ma foi." répondit l'assassin blessé, il continua :"Tu veux pousser un trop gros poisson, il va te retomber dessus !"
Il croqua une fausse dent et tomba dans ses bras. Pierre était perdu dans cette mer de sang sans phare pour le guider. Il ne lui restait plus qu'une chose à faire : tuer les "Sages" pour en finir avec cet
enfer. Tant pis s'il était banni et son nom effacé, il allait sauver sa patrie des griffes d'avares avides de pouvoir et d'argent.
Chaque jour des combats et des explosions furent entendues partout dans la ville, les soldats contre d'autre soldats, la population était déchirée par les lames de celui qui voulait le contrôle absolu.
Il ne resta plus que deux "Sages", Pierre et l'homme à la canne, plus connus sous le nom d'Armand Vicaurias de Pranciples.
-"Sais-tu à quoi tu t'attaques jeune homme ? Je crois bien que ton père ne t'a pas appris à rester hors des discussion des hommes !"
-"Mon père m'a appris le respect et l’honneur, cela me suffit pour vous défier."
-"En garde, candide enfant !"
Armand sortit de sa canne un véritable dard en métal prêt à transpercer son ennemi. Pierre savait qu'il touchait à son but, en combattant il pensait à son père, remplit son cœur de haine envers celui qu'il
affrontait et frappait aussi fort qu'un orage sur une montagne. Au bout de dix minutes, il négligea son poignet et le vieux lui infligea un coup et le désarma.
-"Ainsi j’aurais tué le dernier fou des Salvadil !"
-"Jamais vous n’achèverez mon frère !" Et un sabre sortit du thorax de l'homme, éjectant un large fil de sang. Le vieux s'écroula laissant tombé son dard.
Grégoire enleva son sabre du cadavre, releva son ami et Pierre reprit son arme. C'était enfin terminé, sans ses têtes l'hydre de l'Empire tomberait pour de bon. Tout ce travail et ces efforts, enfin
il était récompensé par le repos ! Juste après leur sortie, ils virent des soldats de l'Empire les encercler et bondirent sur les assassins des alliés de l'Empire.
Grégoire céda sous le fer de trois hommes, il lança un dernier cri pour prévenir son ami de partir et se cacher...

Il courut aussi vite qu'il le pouvait, il ne savait pas où aller, et là son chemin le mit en face de la tour de diamant. Son sanctuaire ! Il se précipita
dans l'entrée et abattit les gardes qui lui barraient la route... Il allait droit vers l'Administrateur, son seul et dernier espoir pour sa rédemption, voilà d'autres gardes...
Il montait les marches trois par trois, couvert de sang, celui des impérialistes. Il enfonça la porte d'un coup d'épaule.
-"Que, mais..." l'Administrateur n'eut aucune autre parole en voyant cet homme couvert de sang et de larmes de souffrance.
-"Administrateur, vous êtes celui que le peuple écoutera pour le raisonner dans cette folie ! Vous êtes ma dernière chance pour que le pays ne tombe pas dans un chaos éternel !"
L'Administrateur ne dit rien, et demanda le prénom de l'intrus. Il prit un sourire que Pierre ne comprit pas.
-"Administrateur, il faut vous dépêcher ! Le peuple à besoin de vous !"
-"Tu es aussi aveugle que ton père, intelligent certes, mais aveugle. N'as-tu donc pas compris que tout n'était qu'une énorme mascarade ? Que une seule personne jouait les pièces ?
Regarde bien mon enfant, Que vois-tu autour de toi ? Du sang, celui des "Sages" l'avant-dernière branche de notre système ?
Et maintenant réfléchis, qui reste-t-il ?"
Pierre blanchit et tomba à genoux:
-"Non c'est impossible... Vous..."
-"Je suis le véritable Empereur !" Cria l'Administrateur avec orgueil.
-"Vous m'avez... manipulé ? Pendant... tout ce temps ?!"
-" Ton père t'a laissé assez de logique pour comprendre au moins..."
Pierre ne pouvait pas le croire. L'Administrateur ? Lui ? l'Empereur ?! Il répondit en serrant sa mâchoire:
-"Arrêtez, de parler de mon père et moi comme des abrutis. Je vous l'ordonne traître."
-"Ah! Je n'ai pas connu aussi pathétique depuis que j'ai vu ton père exploser."
Pierre se jeta avec toute la haine qu'il eut contre ce personnage, toutes ces années sans son père, c'était lui ! Tous ces combats, c'était lui !
Toute cette fatigue et cette rage, c'était encore et toujours lui !
L'Empereur, répliqua les coups comme les phrases lancées par Pierre.
Quant à Pierre, rien n'était choisi au hasard, chaque chose était calculée, l'écho du combat résonnait dans la tour comme la cloche finale.
-"Ne vois-tu pas ? C'est déjà trop tard Pierre ! Je suis le maître de cette échiquier ! Le roi !
-"Vous êtes comme tout les autres pions, renversables !"
La rapière s'était enfoncé dans l'estomac de l'Empereur et remontait vers son cou, laissant une large cavité s’ouvrir...
Pierre s’effondra sur son dernier ennemi. C'était fini ? Non, certainement pas... La ville devait se relever encore une fois.

Voilà donc comment s'achève l'histoire de Pierre sauveur qui ne sera jamais reconnu pour ses valeurs mais pour avoir assassiné plus de 200 hommes...


Correction de Jack Vessalius

mon tout premier écrits -> écrit
Pierre sorti -> sortit
9 heures -> neuf
déjà une masse de personnes circulait déjà -> un "déjà" est de trop
tout le monde reconnait -> reconnaissait (texte au passé)
grâce a -> à
un rapière -> une
lui même -> lui-même
25 -> vingt-cinq
il y'avait -> il y avait
c'étaient installés -> s'étaient
toutes une cohorte -> toute
de sabre -> sabres
de bâton paralysant -> bâtons paralysants
il y'avait -> il y avait
où bien -> ou bien
l'assemblé des sages -> l'assemblée
dans l'assemblé -> assemblé
bombe déposé -> déposée
tout ces histoires -> toutes
après avoir reprit -> repris
il sorti -> sortit
il [...] s'assis -> s'assit
l'assemblé -> assemblée
si l'assemblé -> assemblée
prise d'assaults -> d'assaut
la stupéfaction et l'horreur pris -> prit
alentours -> alentour
ce pouvait-il -> se pouvait-il
puissent frappé -> frapper
leurs gouvernements -> leur
restaient fixe -> fixe
pierre parti -> partit
à l'assemblé -> assemblée
les stigmates du jour passé était encore visible -> étaient encore visibles
le visages -> visage
il assista a un débat -> à
un homme c'est fait -> s'est fait
il n'avait pas tord -> tort


Correction du Cerf divin :la:

Le quartier où habite : habitait
mental d'acier et son savoir était : étaient
il y a une semaine. : il y avait
dissipé : dissipée (la brume)
Pierre les avait lues dans des livres, Pierre : il (répétition disgracieuse)
C'est toi qui marche trop vite : marches
assemblé : assemblée
Hélas Grégoire avait-il achevé sa phrase qu'ils virent : Hélas à peine Grégoire
la stupéfaction et l'horreur prit : prirent
Un homme s'est fait : se fit
ombres d'hommes se sont faites silencieuses : se firent
le sont lent et lourd de cette canne. : le son
sont monologue : son monologue
lui même : lui-même
qui laisse la plèbe commandée : commander (tu sais, l'astuce de remplace le verbe par "mordre" :la:)
tout les pouvoirs : tous
façes : faces
le chocs : le choc
Tant de question qui traversait : questions / traversaient
comme dans un sarcofage de torture transpersait un être humain : comme un sarcophage / transperçait
y'aurait-il : y aurait-il
bien attaché : attacher (remplace par "mordre", bis :-p )
le renvois : renvoi
l'impérialisme était de retour !? : était-il (phrase interrogative)
Il faut dormir, demain sera être une lourde journée. : il fallait / serait
renégas : renégats
l'assemblé : assemblée (x2)
Eux même se salissent : eux-mêmes se salissaient
réfléchi : réfléchit
Un échos : écho

Correction par Jack Vessalius

dans l'assemblé -> assemblée
chaque coup était calculer -> calculé
les trois parias étaient étendu -> étendus
le sol même d'un batîment -> bâtiment
pour prouvé -> prouver
on se rejoins -> rejoint
au derrière assemblé -> assemblée
arrière cours -> arrière-cour
les dernier événements -> derniers
les 26 autres sages -> vingt-six
ses voisins [...] était -> étaient
2 hommes armés -> deux
tu es intelligent ma foie -> foi
plus q'une chose à faire -> qu'une
tant pis s'il est banni -> était
son nom soit effacé -> son nom effacé
ton père ne t'a pas apprit -> appris
mon père m'a apprit -> appris
Armand sorti -> sortit
près à transpercer -> prêt
son poignée -> poignet
jamais vous n'achèverait -> achèverez
un sabre sorti du thorax -> sortit
l'hydre de l'empire tombera -> tomberait (futur dans le passé)
leurs sortie -> leur
des soldats de l'Empire les encerclés -> encercler
sur les assassin -> assassins
en façe de -> face
dans l'entré -> entrée
les gardes qui lui barrait -> barraient
d'autre gardes -> d'autres
il montais -> montait
l'administrateur n'eu -> eut
de larmes de soufrance -> souffrance
pour le résonner dans cette folie -> raisonner
vous etes ma dernière chance -> êtes
l'intru -> intrus
il faut vous dépêchez -> dépêcher
regardes bien mon enfant -> regarde
l'avant dernière -> l'avant-dernière
et maintenant réfléchi -> réfléchis
arrêtez, de parlez -> parler
toute la haine qu'il eu -> eut
tout ces combats -> tous
quant-a Pierre -> quant à Pierre
chaque choses étaient calculées -> chose était calculée
l'echos du combat -> écho
la rapière c'était enfoncé -> s'était
vers son coups -> cou

Cette correction peut être supprimée lors de l'édition de ce sujet.
   

------------------------------------------------------------------------------------------------
Demain je serai dans ton cœur et ta pensée,
et souviens-toi bien qu'hier nous avons dansé
Aujourd'hui je me meurs, mais ne pleure pas pour moi,
car hier j'étais le plus heureux avec toi.
Inconnu ?
Revenir en haut Aller en bas
Caro-Shizu



Féminin Sagittaire Messages : 383
Date d'inscription : 30/10/2013
Localisation : Toujours entre deux boulots mais toujours du temps pour EN ;)
Humeur : Faire des câlins à tout le monde! *sort*

MessageSujet: Re: Le traître du pays. [-12]   Sam 4 Oct - 11:04:34

J'avoue que je m'attendais exactement à ce genre de texte de ta part ^^

L'histoire est intéressante, tu écris bien même si cela manque peut-être de fluidité à certains endroits ^^
Fait aussi attention à ne pas trop alourdir tes phrases, mais sinon c'est sympas Wink

Bravo ^^

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Sometimes, all you have to do is... let it go, and then it's all right."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le traître du pays. [-12]   Sam 4 Oct - 19:09:48

Bon ; mon doux électeur, par où commencer ? :p

Tout d'abord, comme l'a fait remarquer Caro ; certaines phrases sont trop chargées et tirent un peu trop en longueur.
Tu y gagnerais beaucoup à fragmenter ces phrases en plusieurs petites phrases; ce serait beaucoup plus accrocheur vis-à-vis du lecteur.

Quelques images sont un peu étranges ; mais dans l'ensemble c'est très bon.
J'ai bien aimé celle du vieillard qui crie à "l'annihilation totale", je me le suis très bien représenté :-p
Pas mal de fautes ; autant de grammaires que d'orthographe, fais bien attention à cela.
Des sites comme BonPatron existent si tu as trop de difficultés ; et il te serait bénéfique de t'en servir car des textes dégoulinants de fautes peuvent totalement gâcher la vision d'un texte qu'a le lecteur.

Les dialogues sont un peu trop "formels" et peu réalistes ; tu devrais rajouter quelques punchlines et expressions histoire de leur donner plus de vie ^^
Sinon, des scènes et une intrigue bien trouvée et une fin satisfaisante avec un méchant plutôt charismatique (:

Pour un premier texte, ce n'est pas si mal, je t'encourage à en faire un autre et à apprendre de tes erreurs ! :p

Revenir en haut Aller en bas
Lacie Baskerville
Champion
avatar

Féminin Vierge Messages : 692
Date d'inscription : 07/07/2014

MessageSujet: Re: Le traître du pays. [-12]   Ven 10 Oct - 16:55:58

Correction terminée

------------------------------------------------------------------------------------------------
JE SUIS LE BRUIT ET LA FUREUR,
LE TUMULTE ET LE FRACAS

Quand Lacie passe, les fautes trépassent...

Invité règnera bientôt sur le forum !

"Prosternez-vous devant moi, vils manants !" Sharon Rainsworth
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le traître du pays. [-12]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le traître du pays. [-12]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: