Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Style : Rendre l'action réelle et prenante.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4842
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Style : Rendre l'action réelle et prenante.   Ven 21 Nov - 20:26

Bonjour à tous :niark:

C'est bien l'amie Cornouille à l'appareil, qui en a un peu marre de voir plein de super histoires -surtout dans les moments angoissants/gores etc - tomber à plat à cause du style... bah, plat. //SBAFF

Alors aujourd'hui, j'ai décidé de vous exposer une méthode rapide pour vraiment investir l'action que vous voulez décrire dans la phrase qui la décrit. (euh, vous suivez ?)

C'est un peu Flaubert dans ses descriptions - donner la forme de l'objet à la phrase qui le décrit -, mais adapté aux scènes d'action, si vous voulez. :-p


I. L'ACTION

Donc ! Je vais prendre un exemple, l'une de mes phrases qui s'y prête bien ; et vous exposer point par point le travail accompli.
(notez que je ne me considère absolument pas comme un modèle hein, je partage juste cette astuce. ^^)


Voici la phrase de base.
Citation :
Il le projette au sol.
On va essayer de rendre l'action plus... prégnante. Tout d'abord, premier point :

→ Comment, de quelle manière ?

Les adjectifs/compléments de manière donnent du corps, de la consistance aux textes, et pas seulement aux descriptions !
Donc, afin de les trouver - s'ils ne vous viennent pas en tête directement -, imaginez-vous la scène, le moindre détail.
ça y est, vous la voyez ? :-p

Tests :
Citation :
Il le projette violemment au sol.
Il le projette au sol avec violence.

Il le projette au sol d'un geste puissant.
D'un geste puissant, il le projette au sol.
Voilàààààà.


→ Question de rythme.

Regardez bien les deux dernières, elles sont intéressantes. Relisez-les, imaginez la scène. Vous notez la subtile différence ? :la:
La seconde fait naître une impression de scène plus lente : on a l'impression qu'il prend son élan, et qu'il le projette au sol. La première au contraire, donne une impression de rapidité, d'inattendu. Pof ! Il le balance par terre d'un coup.
→ Je choisis de conserver la première, ça correspond plus à ce que je veux exprimer ici.

Citation :
Il le projette au sol d'un geste puissant.

Seulement voilà, je veux encore jouer sur cet effet de rythme. Je voudrais une action vraiment fulgurante. Je vais donc encore imaginer la scène, l'analyser, comme si je voyais par les yeux de mon personnage (celui qui regarde cette scène à distance).
Et là, PAF ! Je comprends soudain. Pour donner cet effet de rapidité presque invisible, il faut inverser la chronologie de l'action ! :la:
Je m'explique.
Mon personnage va voir en premier la victime s'effondrer. Ce n'est qu'après qu'il va se rendre compte que l'agresseur l'a en fait balancé au sol ! :la:

Citation :
Il tombe. Son agresseur l'a projeté au sol d'un geste puissant.

Boarf, la première phrase est un peu nulle, là - même carrément. Même opération : comment, de quelle manière ? → Il va falloir insuffler plus de violence, de brutalité dans cette chute.

Tests
Citation :
Il chute au sol. Le soldat l'y a projeté d'un geste puissant.

Il s'écroule au sol. Le soldat l'y a projeté d'un geste puissant.

Il s'écrase au sol. Le soldat l'y a projeté d'un geste puissant.

Je choisis de conserver la troisième. (Notez que j'ai la possibilité d'ajouter "Il s'écrase violemment au sol" par exemple, mais bon, perso j'estime que ça suffit comme ça ^^)


Il manque encore une petit quelque chose... :la:


→ L'atmosphère : les sons, les odeurs, les sensations.

Un point particulièrement important ! Hélas, on se rend compte que peu d'écrivains amateurs - hé, c'est pas une insulte hein ! Vous préférez que je dise Nocturniens ? :-p - y font attention. Or, rien de mieux pour donner une vraie réalité à une scène, que de savoir ce que ça sent, le bruit que ça fait, ou ce qu'on ressent.

Réfléchir au lieu où l'action se passe, aux personnages, à la scène elle-même. Imaginer !

Ici, la bagarre a lieu dans un conduit métallique et grillagé ; cela sent la bête, la peur, la colère, le fer et le sang. Pour cette scène d'action, le plus logique serait d'indiquer les bruits, pas les odeurs.

Citation :
Il s'écrase au sol dans un fracas métallique.

Il s'écrase au sol et le métal hurle sous son poids.

Beaucoup mieux ! :la: :la:
Mais attention, ici nous avons un dilemme... cornélien Angel

La première est plus terre à terre, et les sonorités (assonance en a et allitérations en k et en r avec notamment écrase et fracas) rappellent effectivement le crissement du métal, ce qui est un plus indéniable (quand vous pouvez, pensez au jeu sur les sonorités pour donner aux mots le son que vous décrivez, c'est génial ! :la:)

La deuxième est plus littéraire, avec la personnification du métal, qui "hurle", exprimant ainsi une douleur qui peut être rapprochée de celle que doit éprouver la victime - le pauvre bougre qui se fait casser la figure depuis tout à l'heure Wiii)

Là, c'est votre avis personnel qui importe ; et aussi, faites attention aux répétitions : si les mêmes mots se trouvent un peu plus haut dans votre texte, ne les répétez pas, variez ! :la:

C'est pour cela que finalement je choisis la deuxième, étant donné que plus haut j'ai déjà utilisé les mots "fracas" et "métallique".



Bilan :


Citation :
Il le projette au sol.


Il s'écrase au sol et le métal hurle sous son poids. Le soldat l'y a projeté d'un geste puissant.

C'est... beaucoup mieux :la: :la: Voilà comment donner un vrai rythme, une vraie réalité à une action ! :la:


PS. Là j'ai détaillé au max, mais quand on est habitué, ces opérations successives prennent moins d'une minute, le temps de se poser les bonnes questions et d'y répondre ^^






II. LES DESCRIPTIONS


Astuce n°1


Vos phrases produiront toujours beaucoup plus d'effet si vous échangez le sujet et le complément... Démonstration :

Phrases de base :
Citation :

Elle prit un air agacé.

Il avait une voix colérique.

Cela puait, là-dedans ; une odeur putride et indéfinissable.

Ce sont des phrases simples, le genre de phrases qui vous viennent les premières à l'esprit lorsque vous écrivez.
Mais HOP ! D'un coup de baguette magique, vous pouvez changer ces phrases ordinaires en effets de style qui vous donneront trop la classe. Cool

Citation :

Elle prit un air agacé.
L'agacement luisait dans ses yeux.

Il avait une voix colérique.
La colère rugissait dans sa voix.

Cela puait, là-dedans ; une odeur putride et indéfinissable.
Une odeur putride et indéfinissable se rua sur eux, les faisant suffoquer.

Vous avez vu ce qui a changé ? Désormais, c'est le complément (l'agacement, la colère, l'odeur) qui est placé en sujet ; c'est lui qui fait l'action.
Cette astuce simple et rapide donne un caractère profond au texte, et de l'importance aux choses, qui en deviennent vivantes.
De plus elle vous permet de varier un peu vos verbes, de donner une richesse lexicale à votre texte.
Ainsi des verbes communs tels que "être", "prendre", "avoir", "faire" etc sont remplacés par des formules beaucoup plus originales.

Allez, quelques derniers exemples pour la route : :-p

Citation :
Il gémit.
Un gémissement s'enfuit de ses lèvres.

Elle leva les yeux au ciel.
Ses yeux se levèrent au ciel.

Une dernière remarque : mettre le complément en sujet permet aussi de donner une impression de réflexe, de réaction imprévue, comme si c'était non pas le personnage qui contrôlait ses actes, mais son corps qui se manifestait seul. Un effet sur lequel il peut être intéressant de jouer... :-p







Astuces n°2


→ le plus important pour les descriptions c'est de les rendre réelles et riches , grâce au lexique et au tournures utilisées.
ATTENTION. EVITEZ, EVITEZ, EVITEZ sérieusement tous les trucs de base comme "petit", "grand", "effrayant" et etc. Le mieux afin d'éviter ces descriptions "plates comme un trottoir de rue" (comme dirait Flaubert le grand :-p), ce sont soit l'hyperréalisme - et là tournez-vous vers Ygg - soit les figures de style qui donnent à la description un ton beaucoup plus intéressant.



Mais attention, afin que le lecteur ne se perde pas dans de trop nombreux détails, vous ne devez pas TOUT décrire. Ce serait inutile et une perte de temps. L'astuce, c'est de décrire uniquement le plus important, le plus intéressant ; ce qui met des étoiles dans les yeux du lecteur, ce qui attire l'attention du personnage, ce qui est cool à décrire. Laissez tomber le détail des vêtements que porte un personnage : on s'en fiche de savoir qu'il porte un short bleu en poils de lama et une cravate mauve en soie ! On veut juste savoir quelle tête il a, bord*l ! :révolution:


Exemple de figures de style dans le cas d'une description : métaphores, personnifications, ou juste l'échange entre le sujet et le complément, comme nous l'avons vu dans le premier tuto sur l'action :-p

Citation :
Phrase de base : Il vit un petit meuble dans un coin.

Personnification : Un petit meuble se blottissait dans un coin.
Echange sujet-complément : Un petit meuble attira son regard. (au lieu de "son regard fut attiré par un petit meuble")
Métaphore / comparaison : Il vit un petit meuble, qui lui parut aussi fragile qu'un bibelot de verre.

Description plus riche et détaillée : Il vit un petit meuble dans un coin. Son bois tendre avait été rongé par les insectes, des vrilles végétales y étaient sculptées. Les feuilles patinées par le temps lui conféraient un certain éclat antique qui n'eût pas déplu à un brocanteur.



Voici un autre exemple. Les métaphores et les comparaisons sont très utiles pour donner un aspect donné à quelque chose ! Ici, je vais jouer sur la lumière, le côté étincelant.
Mais dans un autre registre, j'aurais pu dire que ce personnage a des yeux "aussi ternes que des tessons de bouteilles" et des cheveux "rêches comme une poignée de paille" ! Pourtant, c'est toujours le même garçon aux cheveux blonds et aux yeux verts ! Mais les comparaisons changent TOUT. Jouez dessus ! Comparez, trouvez des objets qui se rapportent à ce que vous décrivez !

Citation :
Phrase de base : Il avait les yeux verts et les cheveux blonds.

Personnification : La lumière dansait dans ses cheveux blonds. Ses yeux verts souriaient, illuminant son visage.
Métaphore : Ses yeux étaient taillés dans l'émeraude. Un champ de blé doré par le soleil lui tenait lieu de chevelure.
Comparaison : Ses yeux étaient aussi verts que les jeunes pousses d'été, et ses cheveux pareils à un champ de blé doré.

Description plus riche et détaillée : La lumière dansait dans ses cheveux blonds, et faisait scintiller l'émeraude de ses yeux. Son visage semblait empreint d'une réelle douceur, d'une certaine bonhomie apaisante ; mais sa stature agressive surplombait tous les autres passants.


→ ATTENTION ! Regardez la toute dernière phrase. Le visage est "doux" ; la stature est "agressive". Ceci est une autre astuce. Cherchez toujours des adjectifs qui expriment des sensations, des idées concrètes. Ne dites pas d'un homme qu'il est "grand et large" ; dites qu'il est "imposant" ou "écrasant". Ne dites pas d'un dragon qu'il est petit, avec des pattes courtes et une grosse tête ; dites qu'il est "pataud et court sur pattes", avec une tête "massive".







→ Bon après, pour la forme des descriptions, vous avez deux choix : décrire le lieu ou la personne en bloc dès le début, ou bien parsemer les éléments de description au fil de l'action
Dans les deux cas, il faut vous mettre dans la peau du personnage, ou, si votre texte ne rend pas compte d'un point de vue particulier, de l'atmosphère du moment.

La description en bloc est particulièrement appropriée dans un moment calme, voire d'ennui total du personnage, qui n'est pas pressé par le temps et va donc pouvoir observer de façon détaillée. Dans ce cas-ci, pensez à la progression logique du regard du narrateur : il va commencer par le bas et remonter vers le haut, ou l'inverse, ou commencer à droite et décrire vers la gauche, ou l'inverse... Imaginez la scène, telle que vous la verriez.


Mais à présent voyons - enfin, essayons de voir - le must du must : les techniques pour parsemer les éléments de la description au fil de l'action.
Je trouve qu'il est important et plus logique de décrire les éléments lorsqu'ils sont en contact avec le personnage et avec ses sensations, ou lorsqu'ils ont une incidence minimale sur la scène. Ainsi, un personnage dévalant un escalier - mais qu'est-ce que j'ai avec les escaliers, moi ? Question - va noter que la rampe est rugueuse parce qu'elle lui accroche les doigts, que le bois est usé parce que ses pieds vont glisser, que les marches sont fendues ou fragiles... Un autre, qui va découvrir une vieille bibliothèque, va commencer par décrire le parquet grinçant lorsqu'il va se déplacer vers les livres, puis l'aspect des étagères qui les supportent - la poussière ou que sais-je -, et enfin, l'aspect détaillé du ou des livres qu'il va feuilleter. Pour un personnage qui sort à l'extérieur, il va tout d'abord décrire le ciel qui attire son regard, le vent qui vient le gifler d'un seul coup, puis le froid qui commence à le gagner ; ce n'est qu'après, peut-être, qu'il va noter la fine couche de neige qui s'enfonce sous ses pieds.
Pour ce qui est des portraits de personnages : ne les décrivez pas forcément de pied en cap tout de suite, gardez-en pour après. Parlez de la couleur de leurs yeux lorsqu'ils les lèvent au ciel, ou lorsqu'ils les plissent sous le soleil ; dites-nous la couleur de leurs cheveux uniquement lorsque le soleil les révèle. Ne nous assommez pas avec la description de leurs vêtements, gardez ça pour le moment où ça deviendra important ! (sinon c'est pa la peine, le lecteur s'en fout, il a pas besoin de ça pour imaginer les personnages AHDE )




Après, concernant l'utile et l'inutile, tout dépend de quelques critères, et notamment :

* l'atmosphère : le personnage paniqué en train de gravir les marches deux par deux aura plus tendance à penser à sa peur, à son poursuivant, à ses chances de survie ou aux issues qu'il pourrait trouver en haut de l'escalier, plutôt qu'à décrire les motifs de la rampe, le bois des marches, les toiles d'araignées au plafond. (Enfin, c'est comme ça que je le vois ; si vous parvenez à donner une atmosphère affolée en décrivant de façon détaillée, bah libre à vous et bravo :la:)

* les caractéristiques du personnage : On oublie souvent de caractériser les personnages grâce à leur vision des choses. Certains, à l'esprit vif et à l'œil perçant, vont systématiquement observer autour d'eux et décrire très précisément ce qu'ils voient. D'autres vont davantage se focaliser sur l'action, ou sur leurs émotions et leurs pensées, et ne pas voir grand-chose, voire ne rien décrire du tout !





N'hésitez pas à rajouter vos propres astuces si elles diffèrent des miennes ! :la:

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]


Dernière édition par La Lapine Cornue le Lun 3 Juil - 20:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lacie Baskerville
Champion
avatar

Féminin Vierge Messages : 700
Date d'inscription : 07/07/2014

MessageSujet: Re: Style : Rendre l'action réelle et prenante.   Sam 22 Nov - 8:33

AAAA mon post s'est effacé, connection de chiotte >.< A bout d'une heure je réussis à poster j'espère.

Bref je disais, déjà je voulais te faire la surprise d'une correction orthographique mais je n'ai rien trouvé :niark:
Bah écoute, c'est tellement super, que je te propose de le mettre aussi sur ZE, sinon c'est moi qui le ferais en mettant "ooooo regardez ce que Corne nous propose" Twisted Evil
Il faut une bonne passion de l'écriture pour travailler autant ses textes, après à force je suppose que ça devient un peu plus automatique.

C'est vraiment cool la personnification des objets, mais après le much c'est aussi personnifier les sons et les odeurs. elle "cherche à envahir" "se glisse", etc. trouvez en selon votre texte. Et aussi juste en changer la texture. Une odeur peut séévaporer, un bruit s'écouler, etc. Des rayons de soleil peuvent "surplomber" alors que c'est pas trop le mouvement physique de la lumière >.< et même emprisonner une ville par ex. Ce peut la résultant (le bruit) qui émet (un bruit qui "hurle","s'égosille", après je laisse à Corne le soin de dire quel effet cela fait sur le lecteur, tu as d'ailleurs des analyses très intéressantes des effets produits par les différents tournures !)

------------------------------------------------------------------------------------------------
JE SUIS LE BRUIT ET LA FUREUR,
LE TUMULTE ET LE FRACAS

Quand Lacie passe, les fautes trépassent...

Invité règnera bientôt sur le forum !

"Prosternez-vous devant moi, vils manants !" Sharon Rainsworth
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4842
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Style : Rendre l'action réelle et prenante.   Dim 23 Nov - 12:48

Owi, exactement, merci Jack pour avoir ajouté ce point très important :la:

Vos phrases produiront toujours beaucoup plus d'effet si vous échangez le sujet et le complément... Démonstration :

Phrases de base :
Citation :

Elle prit un air agacé.

Il avait une voix colérique.

Cela puait, là-dedans ; une odeur putride et indéfinissable.

Ce sont des phrases simples, le genre de phrases qui vous viennent les premières à l'esprit lorsque vous écrivez.
Mais HOP ! D'un coup de baguette magique, vous pouvez changer ces phrases ordinaires en effets de style qui vous donneront trop la classe. Cool

Citation :

Elle prit un air agacé.
L'agacement luisait dans ses yeux.

Il avait une voix colérique.
La colère rugissait dans sa voix.

Cela puait, là-dedans ; une odeur putride et indéfinissable.
Une odeur putride et indéfinissable se rua sur eux, les faisant suffoquer.

Vous avez vu ce qui a changé ? Désormais, c'est le complément (l'agacement, la colère, l'odeur) qui est placé en sujet ; c'est lui qui fait l'action.
Cette astuce simple et rapide donne un caractère profond au texte, et de l'importance aux choses, qui en deviennent vivantes.
De plus elle vous permet de varier un peu vos verbes, de donner une richesse lexicale à votre texte.
Ainsi des verbes communs tels que "être", "prendre", "avoir", "faire" etc sont remplacés par des formules beaucoup plus originales.

Allez, quelques derniers exemples pour la route : :-p

Citation :
Il gémit.
Un gémissement s'enfuit de ses lèvres.

Elle leva les yeux au ciel.
Ses yeux se levèrent au ciel.

Une dernière remarque : mettre le complément en sujet permet aussi de donner une impression de réflexe, de réaction imprévue, comme si c'était non pas le personnage qui contrôlait ses actes, mais son corps qui se manifestait seul. Un effet sur lequel il peut être intéressant de jouer... :-p

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]


Dernière édition par La Lapine Cornue le Lun 3 Juil - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yggdarsil
Roi des Koalas
Roi des Koalas
avatar

Masculin Taureau Messages : 504
Date d'inscription : 25/10/2012
Localisation : Dans le doute. Ou l'ignorance. Surement l'un des deux.
Humeur : Pourvu que ça dure !

MessageSujet: Re: Style : Rendre l'action réelle et prenante.   Sam 6 Déc - 20:46

Wow ^^ merci de toutes ces astuces, Corne, en tous cas bravo pour la présentation, claire et lisible, parfaitement compréhensible (j'avoue que j'ai copié ton post pour le garder sur mon ordi, à portée de main).
C'est plus ou moins ce que je réclame de certains passages de mes textes, c'est magnifique une fois qu'on a traduit ça en mots, on sait où se corriger.
Légèrement hors-sujet:
Je sais pas si un tuto similaire pourrait être fait sur la description au fil du texte, mais c'est tellement diverse qu'on risque de perdre le fil... (déjà entre action et description, dans un récit, la frontière est floue) C'est juste que des fois on s'abstient de décrire quelque chose d'inutile (disons une rampe d'escalier) alors que votre personnage aurait forcément dut la remarquer, à savoir qu'on peut utiliser autre chose que la vue pour décrire (ses doigts se tordaient autour des torsades finement sculptées sur le chêne verni... -à noter qu'on peut tout aussi bien détailler pour quelque chose de plus sobre, comme "la texture grossière et fibreuse du semblant de rampe"/ "Le craquement sonore de la triste barre sombre reluisante qui servait de rampe"/"L'odeur capiteuse des planches en bois de pin"...)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Il est des gens qui sont là. Comme ça. En vrai. Et d'autres dont la présence est un mensonge. Une illusion. Efficace, quand elle trompe tout le monde. Ridicule, quand elle ne trompe que son porteur. -Lyonel Trouillot, Kannjawou

Proverbe Nocturnien : Wû Horör, wees qsüj gnü ubo wik s'wee kleesee kvieiir wâ krefüzâ d'wi kraork...

orgie de .-.
.-- .-- .-- .-.-.- .---- ----- --.- ....- ---.. .-.-.- ..- -. -... .-.. --- --. .-.-.- ..-. .-.

http://vocaroo.com/i/s1fCLpFwvSv0


#TextedeYgg
Revenir en haut Aller en bas
Medee

avatar

Féminin Vierge Messages : 434
Date d'inscription : 12/10/2013
Localisation : Valhalla
Humeur : Do you see me?

MessageSujet: Re: Style : Rendre l'action réelle et prenante.   Dim 7 Déc - 23:11

Vraiment sympa ton post, merci Corne, mais au final, tes exemples ne marchent que pour des actions courtes, je veux dire, le pauvre Bob qui se fait laminer depuis le début ne tombe pendant trente ans, la scène dure 5 secondes, pas plus, idem pour l'agacement, la colère (etc...). Ce qui pourrait être plus important, c'est de garder le rythme pendant toute la scène, un combat qui se prolonge dans la durée, un ressenti qui ne dure pas que quelques secondes, mais plutôt des heures, des jours... Des astuces dans ces cas-là?

------------------------------------------------------------------------------------------------
"L'amour éternel a été inventé quand l'espérance de vie était de 35 ans" (anonyme)Twisted Evil

Vive le Droit!!!! :la:
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4842
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Style : Rendre l'action réelle et prenante.   Ven 12 Déc - 17:16

Contente que ça vous soit utile :la:
Bon, je vais essayer de vous répondre, même si c'est moins ma tasse de thé.


Les descriptions


→  le premier point pour les descriptions c'est de les rendre réelles et riches , grâce au lexique et au tournures utilisées.
De ce côté-là Ygg, tu n'as pas l'air d'avoir de problèmes :la: Mais sinon, évitez sérieusement tous les trucs de base comme "petit", "grand", "effrayant" et etc. Le mieux afin d'éviter ces descriptions "plates comme un trottoir de rue" (comme dirait Flaubert le grand :-p), ce sont soit l'hyperréalisme - et là tournez-vous vers Ygg - soit les figures de style qui donnent à la description un ton beaucoup plus intéressant.

Exemple de figures de style dans le cas d'une description : métaphores,  personnifications, ou juste l'échange entre le sujet et le complément, comme nous l'avons vu dans le premier tuto sur l'action :-p

Citation :
Phrase de base : Il vit un petit meuble dans un coin.

Personnification : Un petit meuble se blottissait dans un coin.
Echange sujet-complément : Un petit meuble attira son regard.
Métaphore / comparaison : Il vit un petit meuble, qui lui parut aussi fragile qu'un bibelot de verre.

Description plus riche et détaillée : Il vit un petit meuble dans un coin. Son bois tendre avait été rongé par les insectes, des vrilles végétales y étaient sculptées. Les feuilles patinées par le temps lui conféraient un certain éclat antique qui n'eût pas déplu à un brocanteur.



→ Bon après, pour la forme des descriptions, vous avez deux choix : décrire le lieu en bloc avant que l'action ne s'y déroule, ou bien parsemer les éléments de description au fil de l'action comme le désire Ygg.
Dans les deux cas, il faut vous mettre dans la peau du personnage, ou, si votre texte ne rend pas compte d'un point de vue particulier, de l'atmosphère du moment.

La description en bloc est particulièrement appropriée dans un moment calme, voire d'ennui total du personnage, qui n'est pas pressé par le temps et va donc pouvoir observer les lieux de façon détaillée. Dans ce cas-ci, pensez à la progression logique du regard du narrateur : il va commencer par le bas et remonter vers le haut, ou l'inverse, ou commencer à droite et décrire vers la gauche, ou l'inverse... Imaginez la scène, telle que vous la verriez.
Le deuxième cas d'utilisation du "pavé" de description - enfin, c'est un avis personnel, évidemment si vous adorez ce type de descriptions, foutez-en partout si vous voulez :la: -, c'est quand au contraire le personnage est complètement paniqué et qu'il fait irruption quelque part. Par exemple, il peut rechercher désespérément quelque chose : un objet, une personne, une échappatoire... Dans ce cas-ci, pas de progression logique du regard, au contraire ! Les yeux du personnage et/ou du narrateur vont noter les éléments les plus visibles, en survoler d'autres, remarquer certains détails étonnants ou au contraire ne rien voir du tout... Votre description doit rendre compte de cet état affolé.
Exemple - de qualité bof bof comme vous allez vous en rendre compte... :

Citation :
Il s'engouffra dans la pièce, et la pénombre se referma sur lui.
Au fond à droite se tenait un meuble massif qui attira immédiatement son regard ; puis un tabouret brisé lui sauta aux yeux. Une ombre étrange se découpait en face, près d'une table boiteuse ; il se rendit compte qu'il s'agissait d'un miroir en s'en approchant avec méfiance, puis il lui apparut que le miroir camouflait une armoire.

Voilà - bon, vous allez me dire qu'ici je mélange action et description, et c'est vrai... Mais c'est tout de même la description qui occupe la scène.



Brefouille, à présent voyons - enfin, essayons de voir - les techniques pour parsemer les éléments de la description au fil de l'action.
Ton exemple concernant "les torsades finement sculptées sur le chêne verni" est très bon, Ygg, puisqu'il nous transmet les sensations du narrateur via ses doigts qui se tordent sur la rampe et qui nous font découvrir ce détail.
Je te plussoie, je trouve qu'il est important et plus logique de décrire les éléments lorsqu'ils sont en contact avec le personnage, ou lorsqu'ils ont une incidence minimale sur la scène. Ainsi, un personnage dévalant un escalier - mais qu'est-ce que j'ai avec les escaliers, moi ? Question - va noter que la rampe est rugueuse parce qu'elle lui accroche les doigts, que le bois est usé parce que ses pieds vont glisser, que les marches sont fendues ou fragiles... Un autre, qui va découvrir une vieille bibliothèque, va commencer par décrire le parquet grinçant lorsqu'il va se déplacer vers les livres, puis l'aspect des étagères qui les supportent - la poussière ou que sais-je -, et enfin, l'aspect détaillé du ou des livres qu'il va feuilleter. Pour un personnage qui sort à l'extérieur, il va tout d'abord décrire le ciel qui attire son regard, le vent qui vient le gifler d'un seul coup, puis le froid qui commence à le gagner ; ce n'est qu'après, peut-être, qu'il va noter la fine couche de neige qui s'enfonce sous ses pieds.



Après, concernant l'utile et l'inutile, tout dépend de quelques critères, et notamment :

* l'atmosphère : le personnage paniqué en train de gravir les marches deux par deux aura plus tendance à penser à sa peur, à son poursuivant, à ses chances de survie ou aux issues qu'il pourrait trouver en haut de l'escalier, plutôt qu'à décrire les motifs de la rampe, le bois des marches, les toiles d'araignées au plafond. (Enfin, c'est comme ça que je le vois ; si vous parvenez à donner une atmosphère affolée en décrivant de façon détaillée, bah libre à vous et bravo :la:)

* les caractéristiques du personnage : On oublie souvent de caractériser les personnages grâce à leur vision des choses. Certains, à l'esprit vif et à l'œil perçant, vont systématiquement observer les lieux et décrire très précisément ce qu'ils voient. D'autres vont davantage se focaliser sur l'action, ou sur leurs émotions et leurs pensées, et ne pas voir grand-chose, voire ne rien décrire du tout !



------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]


Dernière édition par Cornedor le Sam 18 Avr - 18:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noctama-Sky

avatar

Masculin Balance Messages : 301
Date d'inscription : 09/11/2012
Localisation : Dans les rues de Novigrad
Humeur : HHHHYYYYPE !!!!!!!!!!!!!

MessageSujet: Re: Style : Rendre l'action réelle et prenante.   Mar 20 Jan - 13:00

Tuto pas fini ???? WTFF !!!!! fou
Qu'est ce qui t'arrive Corn ?

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais pas pourquoi je fais une signature je post rarement des trucs //SBAFF  

Dans ma folie perpétuel à l'interieur de la CB
Bumbleby GET HYPE


Urbosa <3

NEED ABS !!:
 

l'avenir est il un long passé ?
Revenir en haut Aller en bas
Agenor

avatar

Masculin Lion Messages : 11
Date d'inscription : 06/06/2015
Localisation : Est

MessageSujet: Re: Style : Rendre l'action réelle et prenante.   Sam 6 Juin - 23:06

Je n'avais jamais fait attention à ça mais lorsque j'ai vu la première phrase exemple je me suis demandé comment on pourrait l'améliorer. L'effet est tout de même amplement mieux ! Merci beaucoup pour ce tuto Cornedor :)
Revenir en haut Aller en bas
http://lecture-imaginaire.forumactif.org
Scrat

avatar

Féminin Taureau Messages : 392
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Style : Rendre l'action réelle et prenante.   Ven 12 Juin - 17:33

Mais que font donc tous ces jeunes ! Nous ne sommes plus au XIXe siècle !! Deux siècles ont passé réveillez-vous enfin, et pensez à des auteurs plus récents ! Souvenez-vous d'Hemingway LESS IS MORE. Et pareil pour les répétitions ! Comment voulez-vous que notre langue de vieux rouillés évolue ?

Ah, je salue l'initiative corne, mais tout de même non non non, on ne peut pas, de nos jours, créer un post pareil !


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Style : Rendre l'action réelle et prenante.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Style : Rendre l'action réelle et prenante.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Accueil :: Aide à l'écriture et édition :: S'améliorer à l'écriture-
Sauter vers: