Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bob le Bricoleur [+18 et au-delà]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Bob le Bricoleur [+18 et au-delà]   Sam 7 Mar - 17:52

WARNING !

Ce texte est plutôt spécial car il n'est pas de ma plume (Fort malheureusement) et possède une histoire particulière.
Originellement posté sur Encre Nocturne, il fut l'objet de nombreux débats quand à la violence du texte et fut finalement retiré.
Je le mets ici car je le trouve, pour ma part, intelligent et beau à sa manière (Lulz) et aussi à cause de demandes de quelques membres.
Âmes sensibles, passez votre chemin (Même si je sais pertinemment que personne ne ne le fera), les autres, enjoyez-vous la vessie.


Bob le Bricoleur

 Bob le bricoleur.
Ma cervelle coule par mes oreilles et mon nez. Vraiment. Pas littéralement, mais genre vraiment.
Voilà trois jours que je ne sens plus rien et que je suis sourd comme un rave après 3 jours de dubstep.
Ma gentille fille ado, pas trop dévergondée, pas trop en crise.
Mon gentil fils de huit ans qui joue avec ses action-men gentiment
Ma ravissante épouse qui est toujours souriante et charmée de mes bricolages, deux trois bouts de planches bancales qui ne tiennent pas 6 mois avant de s'écrouler façon mariage à Vegas.
Ah oui, j’aime ma vie quand des morceaux de mon cervelet bouchent le passage aux conneries qu’ils jacassent sans fin, sans fin, sans fin, sans fin.
Mais je suis un super pervers mode sauvage. Nan je n’ai pas d’amante. Pas de maîtresse non plus. Je ne dialogue pas avec des inconnues sur le web. Je ne fais pas de hotcam avec des teenagers à la recherche du grand méchant loup où je montre mon chibre, un peu flasque et tout riquiqui.
Oh non, c'est pas le genre de la maison, ça madame.

Je fantasme juste sur Nabila. Sur Nabila dans Secret Story. Ses jambes. Ses seins siliconés. Sa chair couleur bronze étoilée de sueur, à l'allure ferme et à l’allant si féminin.
J’y pense quand j’accomplis mon devoir conjugal. Ainsi oui, j’avoue, je prends du plaisir avec Calista, mon épouse.
Je suis un bon mari, un bon père. Je change les ampoules et tonds la pelouse. Je vais courir ensuite.
Je fais quelques courses à Brico-dépot.
Parfois je bois une bière avec Cédric du pavillon à côté. Si rigolo et son épouse Rachelle aussi. Si elle savait qu'il baise avec la secrétaire de la Société Générale… Mais elle ne le sait pas. Et qui le lui dira ? Moi ? Sûrement pas moi.
Puis je rentre m'occuper dans le garage. Ça peut prendre une heure ou deux.
Ou un peu moins selon ce que je répare.
Mais aujourd’hui la cervelle me coule par les oreilles. Je n’entends rien. Le soleil est radieux. Cédric semble parler, sûrement de Louisiane, la secrétaire. Je dis "Ouais, ouais, nous les mecs, on n'est pas fait pour la monogamie, les femmes devraient l'avoir pigé depuis le temps qu'on les trompe"
Je tripote le lobe de mon oreille.
"Tu as perdu une boucle ?" Cédric plaisante, un petit rire faux de cocufieur.

"Oh je… Non, c’est un vieux tic"...Et j'invente une histoire sans queue ni tête de tradition africaine et de coutume franc-maçon.
Je rentre à la maison, je sors les outils, je change la lame de la scie à métaux. J’ai la main pour ça.

Je dégage de l’oreille gauche le morceau de thalamus, pour ne pas en renverser dans ma peinture. Ça dégouline.
Je sors mes clous d'une boîte en carton et je souris. Tout est si simple. Tout est si limpide, si serein quand le son est off.

Oui j’ai trouvé des capotes extra-larges dans le sac de Mayko. Un morceau de cervelle tombe sur l'établi. Je l’essuie avec mon papier super torchon absorbant essuie-tout, tout tout tout ! Toutou ! Et je me dis que Mayko est une jeune fille moderne et responsable. Une jeune fille responsable de douze ans. Pas trop dévergondée (je ne lui ai connu que trois petits amis, mis à part un léger doute sur Théodore, son prof de piano de 54 ans), pas trop en crise. Ce matin elle m’a crié quelque chose.
Peut-être qu’elle voulait une autre marque de gloss à paillettes. Ou de lubrifiant.
Calista était déjà partie au travail.
Sonny avec ses figurines en plastiques miniatures avait tracé des marques sur ma terrasse refaite à neuf.
Merde, ma terrasse !
Qui devait impressionner papa. Et aussi Morgane, mon frère aîné.
Cela nous avait coûté une fortune avec Calista. Une fortune. Morgane m’avait dit que j’avais besoin des services de Valérie Damidot. Morgane est une pute, vous savez ? Il s'est tapé sa chef pour avoir une promo de contremaître et décider des putains de pauvres pauses de merdes de ces connards de maçons dont il fait parti. Contremaître et PUTE !
Ce que papa ne sait pas.
Ni Calista.
Mais ma terrasse devait lui rabattre son claque-merde, lui qui se vante d’avoir pu se construire une niche pour chien, que ses merdeux de rottweillers mal élevés vont saloper en 2 jours.
Mais putain.
Ma compresseuse.
Je n’entend pas le moteur tourner. Je me contemple dans le verre de protection de mon casque de soudure. J’essuie mes oreilles avec un torchon. Le torchon est répugnant. Mes oreilles sont répugnantes. Mon hypophyse me tombe sur l'épaule.
Mais il faut tenir le rôle. Le motherfuckin' king rôle.
Je teste ma perceuse. Tout va bien. Et puis le moteur tourne, si de la cervelle tombe dedans, ça ne fera rien.
Je me sors le scarificateur à main.
Houla, ce truc ferait saigner un morse, un peu au dos de Sonny après que je l’ai puni ce matin. Très élastique, rouge bleuâtre et saignant. Au moins ce petit con mal élevé (par sa mère) ne foutra plus en l’air ma putain de terrasse réservée à mon frère et mon chieur de père. Surtout avec sa petite pédale en plastique bien tassée au fond du trou du cul sanglant.
Mon scarificateur, donc. J'aiguise, je recouvre la lame recourbée avec de l'huile de moteur et je fais chauffer à la flamme. Ça fait briller le métal, ça donne l'air propre, Bac Techno, les enfants, c'est ça la puissance intellectuelle.

J’enduis, je nettoie, j'aiguise. Je déploie les planches et les vis et j'ouvre..

...Ah bordel à queue. Un bout de ma cervelle est tombé sur ce putain de plan de montage.
Tant pis, ces enculés de première (car je sais que Calista est une enculée, je l’ai vu se faire mettre une raquette de squash dans le cul par son partenaire de jeu un jour où je suis rentré plus tôt de la course matinale) CES enculés de premières, Calista l'impie sodomite, Mayko la putain pré-pubère et feu Sonny et sa folle au cul (on suit les traces de maman ?) ne vont pas m’en vouloir.
Que je monte de la merde en mousse de chez Ikea, ils s’en battent les steaks.
Je lis le plan de montage.

« Visser les planches et le dossier en suivant la méthode SOH. Utiliser les vis de 12... »

Merveilleux, je fais ça.

Tiens, Cette traînée de Mayko revient déjà de l’école. Quelle heure il est ?
10h30.
Elle revient d’un bukkake plutôt. Je peux sentir d'ici l'odeur moite de toutes les bites sidaïques qu'elle a avalé plus tôt. Mode super papounet activé.
"Mais, ma libellule de Saïgon, tu rentres bien tôt ?"
"…..our…….ath…..lé"
"Je n’en ai rien à carrer espèce de petite traînée, tu vas monter dans ta chambre, te laver la chatoune à la soude mélangée a de l'eau javellisée et attendre que le repas soit prêt sans broncher d' UNE OREILLE ! SANS BRONCHER D'UNE OREILLE TU COMPRENDS PETITE PUTE ?"

Elle s’enfuit en pleurant. Pauvre petite fille riche. Si elle laisse tomber sa natte ou la ficelle de son tampon, un prince sera ravi de secourir Raiponce.
Mais Sonny atteint la rigidité cadavérique dans la fosse septique, mes planches sont prêtes à être rassemblées.

Ma tête est divinement vide. Sans matière cérébrale. Sans ouïe. Sans rien d’autre qu’un grand sourire plein de dents au milieu d'une barbe joviale.
Père Noël à son anniversaire.

Que dit le truc de merde là ? C'est écrit en viking. Ça tombe bien, j'adore Thor.

Nic-kel.
Je prends la scie égoïne électrique pour avoir une discussion père-fille avec ma douce et tendre Mayko. Elle est si influençable, si fragile.

Mais ne t'en fais pas mon petit crépuscule du Pacifique, Papa vient t'aider a passer la dure étape de l'adolescence et de ses chagrins d'amour.

Oh, la pauvrette. Elle pleure, affalée sur son lit, les fils de son string dépassant de son mini-short en jean effilé. Même en me reculant je vois son cul, et même sans cerveau et sans oreille j’entends sa chatte dégoulinante de mouille qui hurle à tout les mâles pourvu d'une libido "BAISES-MOI ! MAIS BAISES-MOI !"
"Ma fleur d'hibiscus de rubis ?"
"……..lo……pi……..ne….."
"Petite fille du soleil, ayons une discussion veux-tu ?"

A en juger son visage criard, Petite fille du soleil ne veut pas.

Tant pis. Je débranche son fer qui lui fait de si belles franges de pute mexicaine et l’aide à s’ouvrir aux hommes en lui ouvrant un peu plus l’entrejambe à la scie électrique.
Je crois que ses ongles de standardiste me déchire la peau du visage.
Je crois qu’elle hurle.
Je n’entends rien.
Quel dommage, peut-être disait-elle "Pardon papa !" ou "Papa, je me rends compte de tous les sacrifices…. "

Son string est rouge, très raccord. Et pas vraiment choquant avec le carmin des étagère du garage.

OH PUTAIN D'SA MERE ! MON BRICOLAGE !

Avec mes clous à béton taille 40, je cloue solidement les planches comme Calista les aime.
Ah tiens, la voilà.
Elle ouvre de grands yeux et une grande bouche. Les oreilles je ne sais pas. Je ne peux pas les voir sous ses cheveux noirs.
Il est vrai que ma chemise est couverte de ma propre cervelle et de mon sang. Enfin, en partie.
Mais ha, oh, l'homme de la maison vous distrait madame ! Un clou à béton dans chaque œil ! Ça change de la raquette dans le cul, non ? Et so fashion!
"Alors branleuse ?
"……AAAAAAAAAHHHHAAAHHAHAHRGGGAGG"
"Hé, qu’est ce qui est rouge, a des antennes et se cogne partout ?"
"………."
Je n'entends plus rien, plus rien du tout. Loué soit Allah pour m'avoir libéré d'eux, de ça, de tout.

-C’est Calista avec un clou en béton dans chaque œil !"
Elle qui dirige un restaurant … Paniquer aussi facilement. La scie égoïne est dans la chambre de Sainte-Mayko. Jouer à la poupée, c'est bon pour les pédés de 8 ans.
Me reste la tronçonneuse.

Vous ai-je dit que je découpais les rondins de bois comme un vrai bûcheron ?

Eh bien j’ai décapité ma vertueuse épouse comme un pur psycho, rien qu’en trouvant le passage entre les vertèbres avec les dents.
Et après putain.
Après m’être débarrassé de ces égoïstes pleurnicheurs, pinailleurs et ingrats, j'ai photographié l'étagère à souvenirs de la famille, ou je poserai toutes nos photos dans leurs cadres si jolis que Calista et moi avons choisi.

Le meilleur bricolage de ma vie.

Revenir en haut Aller en bas
Lacie Baskerville
Champion
avatar

Féminin Vierge Messages : 697
Date d'inscription : 07/07/2014

MessageSujet: Re: Bob le Bricoleur [+18 et au-delà]   Mar 10 Mar - 23:57

Oh.
Ma.
Gad.

------------------------------------------------------------------------------------------------
JE SUIS LE BRUIT ET LA FUREUR,
LE TUMULTE ET LE FRACAS

Quand Lacie passe, les fautes trépassent...

Invité règnera bientôt sur le forum !

"Prosternez-vous devant moi, vils manants !" Sharon Rainsworth
Revenir en haut Aller en bas
Emanon

avatar

Féminin Capricorne Messages : 61
Date d'inscription : 16/03/2015

MessageSujet: Re: Bob le Bricoleur [+18 et au-delà]   Lun 30 Mar - 2:05

C'est du pur génie ce texte, qui est le divin auteur de cette merveille que je lui construise un temple en dents de bébé phoque ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bob le Bricoleur [+18 et au-delà]   Lun 30 Mar - 2:45

Son identité reste inconnue ! D:
Mais à défaut d'ériger un temple en son honneur avec les dents de ces créatures grandioses, pourquoi ne pas juste imaginer que toute ta boîte crânienne est recouverte de dents qui entourent ton cerveau en ce moment-même ? Tu sens ce léger picotement qui naît dans ta tête ? Tu as été prévenue :3
Revenir en haut Aller en bas
Emanon

avatar

Féminin Capricorne Messages : 61
Date d'inscription : 16/03/2015

MessageSujet: Re: Bob le Bricoleur [+18 et au-delà]   Lun 30 Mar - 2:49

Les crânes sont des mâchoires géantes, c'est bien connus ; les dents sont tout de même les chose les plus utile de notre petite tête toute de cerveau rose et de langue gluante. Non plus sérieusement j'ai beaucoup apprécié la lecture. Ça m'a mit des frissons partout et ça m'a fit penser à American beauty sans que je puisse trop m'expliquer pourquoi.
J'ai kiffé sa mère.
Revenir en haut Aller en bas
Donaldo75

avatar

Masculin Bélier Messages : 138
Date d'inscription : 08/04/2015
Localisation : Paris
Humeur : Atonale

MessageSujet: Re: Bob le Bricoleur [+18 et au-delà]   Jeu 9 Avr - 8:40

J'avais lu ce texte sur un autre forum et il m'avait déjà impressionné. La montée dans la folie est progressive, même si d'entrée de jeu on sent que le gars ne se sent pas bien. La critique sociale est terrible.
C'est fort.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Des paroles carrées n'entrent pas dans des oreilles rondes.(Lao-Tseu)
Revenir en haut Aller en bas
https://donaldghautier.wordpress.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bob le Bricoleur [+18 et au-delà]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bob le Bricoleur [+18 et au-delà]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: