Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Gardien du bosquet [-12] [C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alton

avatar

Masculin Lion Messages : 440
Date d'inscription : 12/04/2015
Localisation : La taverne la Pomme de Pin
Humeur : Eh Chaussette !

MessageSujet: Gardien du bosquet [-12] [C]   Dim 3 Mai 2015 - 10:44

Allez hop, je me lance et publie ma première (petite) nouvelle : gardien du bosquet.

Cette fois-ci, elle en avait assez ! Accoudée au comptoir d'une taverne stellaire, Fortune, la bonne étoile, regardait son petit protégé d'un œil rieur.
''Cours, mon petit loup, cours !'
Lui lança-t-elle, avant de détourner le regard.

Zoren n'avait pas d'autre choix. Il courait à s'en faire péter les poumons, chaque inspiration lui brûlait la gorge et un point de côté lui arrachait une larme de douleur. Mais il y avait pire, l'énergumène hagard et écumant de rage qui en avait après lui, lui donnait une bonne raison de ne pas s'arrêter. Malheureusement, au jeu du chat et de la souris, les Hobbits sont désavantagés, et le pauvre Zoren perdait du terrain à chaque foulée. Alors qu'il se voyait déjà finir sa vie empaillé à servir de porte manteau dans une cabane de bûcheron, il repéra sa dernière chance de salut. Poussant son corps grassouillet dans ses dernières limites, il fonça dans une haie de ronce et d'acacia. Son gabarit ''format de poche'' lui permit de se faufiler sans trop de mal dans le mur d'épines. Une fois l'obstacle traversé, il grogna quelque instants contre ''cette foutue cape, que c'est pratique que le diable !''. Quand enfin, il parvint à extirper l'étoffe enchevêtrée dans le buisson épineux, il eut un soupir de soulagement en constatant que son poursuivant tournait les talons à la recherche d'un chemin détourné. La flopée d'insanités lancée par l'homme n'ayant rien de rassurant, Zoren, à la manière d'un enfant sur un toboggan, dévala la pente qui se présentait à lui et prit ainsi une avance confortable.

Courageusement planqué dans son terrier, Zoren, encore essoufflé par sa folle épopée, faisait le point sur sa glorieuse situation. Il venait d'échapper de justesse à la cognée de Svard, un bûcheron rancunier et râleur, depuis le temps que le Hobbit lui pourrissait la vie, il ne comptait pas abandonner la poursuite, et le rideau de lierre grimpant qui dissimulait l'entrée du trou ne lui sera pas d'une grande aide. Pour fêter ça, il envisagea de se payer un cocktail surprise à base de ciguë. Oh et puis non ! Cela faisait dix-sept ans qu'il était entré en guerre et il n'avait jamais abandonné le combat, il n'allait pas commencer aujourd'hui !

Dix-sept ans... Déjà. Dix-sept ans que Zoren s'était autoproclamé druide et mis en tête de protéger ce bosquet, humblement baptisé Bosquet Zoren. Certes, c'était une bien modeste mission, quelques lieux de verdure, un ruisseau et une poignée de familles animales à protéger contre les intrusions des braconniers et bûcherons humains. Cependant, c'était déjà pas mal pour un Hobbit, qui d'autant plus, ne pouvait déchaîner la fureur des éléments contre ses ennemis comme le faisaient ses collègues barbus et décrépis. Alors il défendait son bout de terre comme il le pouvait, rivalisant de ruse et de fourberie pour saper, ruiner, saboter et détruire le travail et le moral de ses ennemis. Tout cela n'était ni très glorieux ni très héroïque, mais d'une efficacité redoutable, il avait ainsi rendu dépressif bien des hommes et des femmes harcelés nuit et jour par une ombre furtive qui sortait sa truffe de l'ombre pour frapper avant de retourner se terrer avec les rongeurs.

Il était évident que la lutte de Zoren était insignifiante, il défendait une terre ridiculement petite cernée par les villages humains et qui était de toute façon vouée à disparaître. Les membres du haut cercle druidique se moquaient sans doute de ce drôle de petit personnage qui, soyons honnêtes, n'avait de druide que le goût immodéré pour le vert, l'arrangement capillaire aléatoire et l'incroyable autant qu'indispensable compétence ''Parler philosophie avec les renards''. Pourtant, il était heureux comme ça : il se sentait utile, la compagnie des loutres et des hérons lui convenait parfaitement, il n'avait pas de compte à rendre à un conseil de vieux schnocks à moitié séniles et surtout n'avait pas à affronter les forces obscures qui ont toujours eut l'excellente idée de s'en prendre aux forêts millénaires, et c'était très bien comme cela.


Voilà quelques semaines que Svard avait installé sa hutte à l'orée du bosquet, faisant de lui la nouvelle cible de Zoren. Ignorant les histoires du vieux rôdeur, devenu alcoolique suite à sa dernière expédition dans le bosquet, il avait décidé de s'approprier le bout de terre en friche pour y installer une ferme où il coulera de jours tranquilles avec sa femme et ses enfants. L'homme était plus hargneux, plus coriace et plus bête que la moyenne des bipèdes qu'avait rencontrés Zoren, il aimait donc beaucoup le tourmenter. Encore en sueur et la respiration saccadée, le Hobbit échafaudait sa revanche, en grommelant dans sa barbe inexistante. Mille pièges machiavéliques et coups sournois venaient à son esprit tordu et retors. Pour sûr qu'il lui fera payer cet affront, mais il fallait faire vite, car il entendait le pas lourd et les vociférations de Svard. Sa prose si variée et si délicate qu'il est pourtant de bon ton de passer sous silence ici fit comprendre à Zoren que s'il venait mettre le nez dans sa planque, il allait vraiment passer un sale quart d'heure. Par réflexe, il fit une prière à sa bonne étoile, celle-ci, d'humeur magnanime, décida tout de même de lui faire un signe et lui fit parvenir le doux son des chopes qui s'entrechoquent suivi du cri de ralliement des personnes de bon sens : '' À la vôtre ! ''.
Le presque-druide encaissa le coup, la bonne Fortune venait de poser ses R.T.T sans crier gare, le laissant patauger dans la galère. Il regrettait d'être un simple Hobbit et enviait les héros pourfendeurs de dragons, qui frimaient dans leurs armures rutilantes ou avec leurs bâtons qui faisaient des éclairs. Ceux-là se retrouvaient-ils pourchassés par des bûcherons au vocabulaire limité ? Non, bien sûr que non. Zoren lui, devait se creuser la caboche pour ne pas crever ici. Il y en avait marre à la fin, pourquoi il y en aurait que pour les humains, les elfes et les nains ? Il était temps que les bardes chantent aussi les aventures des petits peuples et Zoren sera le premier à avoir cet honneur. Pour faire bonne mesure, il tira son poignard d'un geste théâtral et se dirigea d'un pas décidé vers le rideau de lierre, dernier rempart entre l'homme et un Zoren à jamais changé. Il sentait la puissance noble et fière des chênes ancestraux monter en lui, il sentait l'imprévisibilité destructrice des rivières battre dans ses veines, il sentait la fureur sauvage et meurtrière des loups brûler dans ses tripes. Il s'arrêta juste derrière le lierre, et prit une profonde inspiration, comme le font les guerriers avant d'aller poutrer les dragons.

Ah, quel moment magique qu'est celui où l'histoire choisit ses héros.
Zoren gardien du bosquet !
Ciel, ce que cela sonne bien !
Zoren gardien du bosquet !
Ah, ce qu'il allait prendre le casseur d'bois !

Hélas, parfois l'histoire se trompe. Quand le brouillard épique qui avait pris d'assaut l'esprit de Zoren, s'estompa, il se trouva là, droit comme un I son poignard à la main. Perplexe, il retourna à son siège.
''Par tous les dieux, qu'est-ce qui me prend moi ? Depuis quand je me comporte en héros ? J'ai pas mâché de champignons douteux depuis un moment, pourtant. C'est sans doute un retour d'acide, ou une indigestion. Faut que je fasse gaffe moi, ça va mal finir cette histoire.''
C'était bien trop d'émotions pour un si petit hobbit, pour se remettre d'aplomb, il tira de sa sacoche-panier pique-nique un flacon de liqueur de violette et de miel. Le breuvage était exquis, fait maison, bio et assez puissant pour faire tenir Zoren pendant les longues nuits d'hiver, et lui redonna le courage de se planquer et d'espérer ne jamais êtres repéré. Il ressortit son poignard et se tailla une tranche de terrine de navet, que voulez-vous il fallait bien s'occuper en attendant que l'orage passe.


Spoiler:
 


Dernière édition par Alton le Jeu 14 Sep 2017 - 19:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Gardien du bosquet [-12] [C]   Mer 13 Mai 2015 - 20:04

Yo.
J'ai corrigé ton texte, fais attention à ne pas oublier de mots à inadvertance, à ne pas en dédoubler certains, à bien conjuguer les verbes et à faire attention aux homonymes "Cela/ceux-là".
A part ça c'est nickel, peace mon frère, love mon cousin.

J'adore ton style. Il s'éloigne énormément de celui de Tolkien mais retranscrit parfaitement le caractère simple, terriblement attachant et agréable des Hobbits qui sont des petites gens de ce genre-là. (Quand il descend tel un enfant sur un toboggan la pente, c'était bien trouvé et facilement imaginable) Néanmoins, je l'aurais plus vu fumé un peu d'herbe à pipe plutôt que de boire cette potion, après tout, c'est important dans leur culture et ça peut être facilement casé ici. Tu as un vocabulaire riche, que tu utilises à bon escient. Cependant, gare aux quelques répétitions. L'histoire est bien pensée, on dirait un conte. Tu n'oublies pas d'y incorporer un humour fin et bien tourné, je l'ai bien apprécié.  

Deux-trois petites choses m'ont troublée : Le calembour avec les R.T.T., que j'ai compris et qui est typique de ton humour mais pour le coup je trouvais ça de trop, et le tout début (On aurait dit le commencement d'une nouvelle de S-F) mais ça ne dérange que moi ça, je te rassure.
Sinon, je te conseille aussi de ne pas mettre de virgule avant les et (Fais comme je dis, pas comme je fais) pour améliorer le rythme et alléger le débit des phrases et de revoir un peu la mise en forme d'un dialogue : nul besoin de tiret, cela n'arrive que si un interlocuteur répond au premier. Ici, les apostrophes seules suffisent. Voilà. A part ça, j'aime beaucoup, c'était épique par moments, drôle durant d'autres, tout ce que j'attends d'un petit texte de Fantastique de cette longueur. Continue !
Revenir en haut Aller en bas
Alton

avatar

Masculin Lion Messages : 440
Date d'inscription : 12/04/2015
Localisation : La taverne la Pomme de Pin
Humeur : Eh Chaussette !

MessageSujet: Re: Gardien du bosquet [-12] [C]   Mer 13 Mai 2015 - 21:47

Merci à toi pour la correction et pour ces conseils, je note tout ça dans un coin de ma tête pour la prochaine fois.

C'est vrai que l'herbe à pipe est en truc auquel je n'ai absolument pas pensé, et qui pour le coup, aurait été beaucoup moins capillotracté.

J'essaye de me mettre au point sur la ponctuation et l'orthographe/conjugaison,
En tout cas merci encore.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gardien du bosquet [-12] [C]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gardien du bosquet [-12] [C]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: