Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Circus monster [-10]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ilya
mord-sith démoniaque
mord-sith démoniaque
avatar

Féminin Messages : 754
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Circus monster [-10]   Mar 5 Mai - 22:35

Voilà,une nouvelle (sans blague). J'aimerais savoir si ça vous a plu ou pas dans les commentaires. J'ai essayé de faire un style naïf, d'où certaines "approximations", mais si elles vous écorchent les yeux, dites-le moi, car je ne veux pas du tout ça!
Sinon, je vous laisse découvrir par vous-mêmes!

Circus Monster

Je me sens si... Je ne sais pas.

Les barreaux de ma cage rayent mon visage de larges bandes noires tandis que je passe ma main au travers. Mais ça ne sert à rien. J'ai beau essayer, je ne pourrais pas t'atteindre. Je le sais. Mais je ne peux pas rien faire. Alors mes bras brassent en vain. Ils déchirent un air trop pesant, trop funeste. Mais j'ai juste l'impression d'être un petit animal impuissant. Peut-être qu'ils ont raison... La part de moi qui vient de penser ça, n'aime pas ça. Ça lui fait mal je pense. Sauf que le reste a beaucoup plus mal si je ne fais rien. Alors je continue. En même temps, je pousse de petits gémissements pathétiques. Mais personne n'est là pour les entendre. Enfin si, toi, qui ne peux rien faire, et Barlente, qui ne va rien faire. C'est d'ailleurs de sa faute. Tout. N'est-ce pas ?

Tu tournes ton regard vers moi. Juste une fraction de seconde. Tu crois que je n'ai pas vu le désespoir dans tes yeux ? J'y ai aussi lu ton appel à l'aide. Mais j'ai beau crier, beau essayer de te toucher, je ne peux rien faire. Et ce n'est qu'un coup de plus pour moi. Je sens mes larmes couler sur mes joues, me rendant encore plus monstrueuse. Elle déforme mon visage... Celui que tu dis joli. Il n'y a bien que toi pour dire ça ! Mais est-ce que les autres l'ont un jour regardé ?

***

Barlente te saisit par le col. Tu lèves de nouveau tes yeux vers moi. J'y lis de la peur. Est-ce que j'ai le même regard, moi aussi ? Non, je ne crois pas... Je n'ai pas tes yeux bleus... Bleu glace disent les gens du cirque. Ils se trompent. C'est plutôt eux qui ont des yeux de glace. Les tiens sont bleu feu. De la couleur du cœur des flammes. Là où il fait le plus chaud. Des gens du cirque en ont parlé. On apprend beaucoup de choses là où je suis. Ou bien est-ce parce que j'ai beaucoup de choses à apprendre?

***

Maintenant, je ne vois plus tes yeux. Je ne te vois plus. Plus du tout. Le toit de ma cage est trop bas. Mais je t'entends. J'entends les murs vibrer quand Barlente te plaque contre eux. J'entends ton nez se casser sous son poing. Et ton cri. Je lui fais écho pendant que Barlente te jette au sol. Maintenant, c'est mon tour. Je ne peux que voir que tu ne t'es pas relevé avant que le géant retourne ma cage d'un coup de pied rageur. Ses phalanges blanchissent tant il agrippe fort les barreaux. Peut-être qu'ils vont se casser. Est-ce que ses bruits de pas sont les tiens ?

Les larmes se figent sur mes joues. Pas de soulagement, mais bien de peur. J'ai envie de crier. J'ai envie qu'on m'aide. Mais les sons se bloquent dans ma gorge. Et quand bien même, personne ne viendra. Alors, je ne bouge pas tandis qu'il martèle ma cage. J'aimerais me battre, tu sais. Comme les chevaliers de tes histoires. Mais eux, ils peuvent parler. Mais eux, ils n'ont pas de cornes. Je me remets à respirer. Barlente est parti, ma cage est de nouveau à l'endroit. Et je vois que tu as fui. Je suis si heureuse !... et pourtant, je suis si triste aussi... C'est comme je me sens au quotidien, mais en plus fort. Je gis pitoyablement. Je devrais me relever. Je ne le fais pas. Non, je n'ai pas la force de me battre comme ceux de tes histoires. Mais eux, ils n'ont pas passé leur vie dans une cage.

***

Je sais qu'il y a eu un avant. Mais je ne m'en souviens plus. Il est trop vague ou bien je l'ai oublié. Je ne sais pas. De toute façon, ça revient au même, non ?

Par contre, je me rappelle le jour où Barlente m'a trouvée. Même si tout est flou. Son cirque était sur une prairie verte. Je revois des taches floues et colorées. C'est elles qui m'ont attirée. Ensuite, il me semble que je me suis assise. Pour jouer probablement... ? Soudain, une grande ombre s'est étendue sur moi. C'était Barlente. Il était si grand qu'il masquait le soleil. Sans rien dire, il m'a regardé. Je crois que j'ai voulu partir. Mais mes jambes n'ont pas bougé. Sans doute avais-je aussi peur que ce soir et je suis restée paralysée... Barlente a regardé mes cornes, silencieux. Après, il m'a prise par le col.

C'est là que je me rappelle le mieux. Il me tenait fermement, et on traversé le cirque ensemble. Je me débattais, je criais. Alors, les passants se sont retournés sur notre passage. Ils m'ont vue. Ils n'ont pas réagi. Pas plus que lorsque Barlente m'a jetée dans ma cage pour la première fois. J'ai grandi, elle est devenue trop étroite. Mais je n'en suis jamais sortie, sauf pour les numéros.

Il me semble qu'un jour, un des gens du cirque a dit que ça faisait dix ans que j'étais là. Mais ça fait combien de temps ?

***

Un jour, tu es venu. Tu as dit à Barlente que tu étais clown. Après, tu as fait partie du cirque. Mais pas des gens du cirque. Pas pour moi. Une fois, je les ai entendus dire que tu étais fou. C'est peut-être pour ça que tu t'es approché de moi. Comme ça, un soir, après ton numéro, avant le mien, tu t'es adossé nonchalamment à ma cage, comme si de rien n'était. J'ai eu si peur ! J'ai cru que tu allais me jouer un vilain tour, comme les autres ! Mais tu n'es pas comme eux. Tu as simplement tourné ton regard vers moi. Et tu as parlé. Tu m'as parlé. Les autres soirs, tu es revenu. Tu as continué. Tu me racontais une nouvelle histoire.

***

C'est si douloureux de penser que c'est fini ! J'aimerais que tu sois encore là. Je t'aime, tu sais. Je crois que je ressens pour toi ce que les dames ressentent pour les chevaliers. Mais elles, elles peuvent parler. Mais elles, elles n'ont pas de cornes. Il fait noir. Je crois que j'ai encore peur. Peur de tout ce qui peut surgir de l'obscurité. De toute façon, je ne peux pas fuir. Je suis enfermée. L'air glacial me fait frissonner. J'ai froid. J'ai encore plus froid à l'âme. Je me sens vide, misérable. Je n'ai même pas la force de pleurer. C'est ça se sentir seule ? Tu aurais pu me répondre. Mais tu es parti. Et ce soir, j'attends seule mon tour. Non. Je n'attends pas. Je n'ai plus rien à attendre. Les dames de tes histoires attendent leur sauveur. Mais elles, elles ne sont pas des bêtes de foire humiliées à chaque instant.

***

D'ailleurs, c'est mon tour d'aller sur scène. Deux gens du cirque s'approchent de ma cage. Ils ouvrent la porte. Un temps d'arrêt. Ils sont étonnés que je ne sortent pas de moi-même, comme d'habitude. Mais d'habitude, tu es là, tout prêt. D'habitude, Barlente ne t'a pas surpris quand tu m'apportais à manger.

Ils me mettent mes chaînes au poignet. Et mon collier. Il me démange. Il y a des choses que même ton absence ne change pas... ils donnent à Barlente l'extrémité de la chaîne. Il est arrivé par derrière. Mais je le savais avant de le voir. Je frémis, je le revois, te frappant, frappant ma cage tout à l'heure. Mais je n'ai pas le choix. Et puis, c'est le seul moment où mes membres peuvent bouger « librement ». Alors, je le suis.

***

Les lumières m'aveuglent après l'ombre de la nuit. Le spectacle se finit. Et enfin, les gens voient ce pour quoi ils étaient venus. Ils voient la fille à cornes.

« Venez ! Venez ! Elle est à moitié bête ! Vous ne risquez rien, approchez ! »

A l'appel de Barlente, le public descend des gradins, il s'approche de moi. Il se masse autour de moi. Je suis toute petite au milieu de cette foule qui me piège pour me faire souffrir. Je ne peux pas partir. J'ai trop chaud, j'étouffe, la lumière m'écorche les yeux. Mais je dois rester. Alors, même si je ne veux pas, je ne peux que voir l'émerveillement horrifié de vos visages.

Mais qui est le monstre ? Est-ce bien moi, ou vous qui vous accordez comme un seul être quand il s'agit de me faire souffrir !? Vas-y, toi ! Approche-toi ! Prouve ton courage ! Viens affronter une fille enchaînée ! Quel courage ! Vas-y, soulève mes cheveux pour vérifier si ces cornes sont bien reliées à mon crane ! À ton avis, que ferais-tu là sinon? Que ferais-je là ? Pourquoi est-ce que j'aurais si mal dans mon cœur ? Ne me touche pas ! Sale garnement ! Comment oses-tu me toucher ! Je ne suis pas un chien ! Tu me débectes ! Vous me haïssez, hein ?! Moi aussi ! Je vous hais, tous ! Crevez ! Crevez ! Crevez comme les chiens que vous êtes ! Je vous hais ! Bien plus que vous moi ! Il m'a donné la force de vous haïr !

Je ne suis pas comme les héros de tes histoires. Jamais ils n'auraient ressenti ça. Jamais ils n'auraient pensé ça. Mais eux, ils peuvent parler. Mais eux, ils n'ont pas de cornes.

« Regardez, elle ne peut même pas parler, voyez : c'est bien une bête ! Écoutez-la grogner ! »

Bête ?? encore Barlente ! Tu te répètes Barlente. Même moi qui n'ai jamais quitté ma cage, même moi qui ne suis pas digne de vivre, je connais un synonyme ! Mais suis-je bête, animal est trop doux pour désigner la fille à cornes ! Je suis une telle abomination ! Mais c'est ta faute si je suis si horrible ! Si je suis inhumaine ! Oui, je les hais, mais toi je te hais plus que n'importe quel autre ! Pour ce que tu lui as fait, mais surtout pour ce que tu as fait ! Pour tous les coups, pour toutes les blessures que tu m'as infligé ! Quelle soit sur mon corps ou sur mon coeur ! Oui, je te hais plus fort que n'importe quel autre. Je te hais tellement que ça dépasse la haine !

Oui, je ne suis pas comme les héros de tes histoires. Désolé. Mais eux, ils ne connaissent pas le désespoir.

***

J'ai envie de te voir. J'ai besoin de te voir ! Je DOIS te voir !! Tout va redevenir comme avant sinon. Et je ne pourrais pas le supporter. Tu peux croire que j'arriverais à le supporter. J'ai réussi, avant. Sauf que je souffre bien plus qu'avant. Avant, je n'avais jamais connu l'idée de bonheur. Même si quand tu étais là, je n'étais pas vraiment heureuse non plus, j'ai découvert que j'étais malheureuse. Maintenant, à cause de toi, je sais à quel point je souffre. Et je ne peux pas le supporter !

***

Barlente me regarde, étonné. Je suis censée parler. Dans ma langue, mes petits bruits. Il a des yeux vides de porc. Il est drôle ! Il n'a jamais compris, hein ? Il n'a jamais compris que je racontais tes histoires quand je devais parler. Mais ce soir, je n'ai rien à raconter. Parce que tu es parti. Parce que ce collier m'étrangle plus que jamais. Alors, je me tais. Je n'ai rien à dire.

Barlente s'approche avec une pique. Il veut me faire mal. Pour que je crie, qu'ils m'entendent parler dans ma langue. Mais moi, je ne veux pas. Alors, je m'empale.

Ça fait mal. Mais toutes les piques de mon cœur se retirent. Et ça fait du bien. Les personnes de tes histoires n'auraient jamais fait ça, hein ?! Mais elles, elles ne souffrent pas. Mais elles, elles peuvent s'en sortir. Et moi, je ne suis pas là. Moi, je ne suis pas devenue bête à force de faire sans cesse le même genre de choses.

***

« Là, c'est les poumons, oui, là. Là, c'est ton cœur, au niveau de ta poitrine. Là. »

Je touche l'endroit que tu me montres. C'est là où j'ai toujours mal, je pense.

Tu m'apprends où sont les organes pour vivre. Parce que tu restes toute la journée avec moi. C'est un jour de pause. Alors, tu ne veux pas que me raconter des histoires. Et tu viens de découvrir que je ne savais pas ce qu'était un cœur, un foi....

***

Ce jour-là, tu m'as appris où sont les organes pour vivre. Aujourd'hui,  je sais où ils ne sont pas.

C'est pourquoi, dans le ravin où ils m'ont jetée, je me lève. Mais je suis trop faible. Je fais quelques pas, quelques mètres et je m'effondre près de la silhouette sur le rocher. Tu te retournes, tu me reconnais et viens vers moi. Tu me regardes. Joyeux ou inquiet ? Je m'en fiche. Je me contente de murmurer dans ma langue :

« Pour une fois, je vais faire comme les gens de tes histoires. Allons vivre heureux. »

Je vois dans tes yeux que tu as compris. Et pour la première fois, je souris.

------------------------------------------------------------------------------------------------
REJOIGNEZ LE MOUVEMENT OFFICIEL DES LAPINS ROSES FONDE PAR ILYA, REINE DES MORD SITHS AMOUREUSE DE SON LIT!!!


Dernière édition par Ilya le Mer 6 Mai - 14:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pako

avatar

Féminin Gémeaux Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2014
Localisation : par là bas
Humeur : GNAAAAA

MessageSujet: Re: Circus monster [-10]   Mer 6 Mai - 11:41

commentaire constructif : c'est trop choupi !  Cute 2

@Ilya a écrit:

Pour ce que tu lui as fait, mais surtout pour ce que tu as fait ! Pour tous les coups, pour toutes les blessures que tu m'as infligé ! Quelle soit sur mon corps ou sur mon corps !

j'ai compris l'idée générale de ce passage, mais certaines phrases sont un peu floues je pense.

sinon, j'adoore ! J'ai presque envie de savoir comment elle va pouvoir vivre heureuse avec le mystérieux clown !

------------------------------------------------------------------------------------------------
Paki-Pako !


Hautboïste et fière de l'être !


Il y a deux moyens d'oublier les tracas de la vie : la musique et les chats.  Albert Schweitzer

N'écoute pas ce que peuvent dire les gens sur toi. Vis juste tes rêves jusqu'au bout.

:dance:
Revenir en haut Aller en bas
Ilya
mord-sith démoniaque
mord-sith démoniaque
avatar

Féminin Messages : 754
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Re: Circus monster [-10]   Mer 6 Mai - 13:51

Pour le passage, elle fait allusion à la scène du tout début où le clown se fait frapper (c'est lui le "lui")puis au fait que Barlente l'a maltraitée, l'a frappée, mais aussi qu'avec les numéros, les moqueries, le fait qu'il niait son inhumanité, il la fait souffrir moralement.

Pour l'après la fin, je pense qu'ils vont vivre comme des saltimbanques, au jour le jour. Ou alors qu'ils vont vivre loin de tout en autarcie, autosuffisants. :p

------------------------------------------------------------------------------------------------
REJOIGNEZ LE MOUVEMENT OFFICIEL DES LAPINS ROSES FONDE PAR ILYA, REINE DES MORD SITHS AMOUREUSE DE SON LIT!!!
Revenir en haut Aller en bas
Pako

avatar

Féminin Gémeaux Messages : 155
Date d'inscription : 20/02/2014
Localisation : par là bas
Humeur : GNAAAAA

MessageSujet: Re: Circus monster [-10]   Mer 6 Mai - 13:57

mais du coup la phrase "que ce soit sur mon corps ou sur mon corps" devrait plutot être sur mon corps ou sur mon coeur nan ?

------------------------------------------------------------------------------------------------
Paki-Pako !


Hautboïste et fière de l'être !


Il y a deux moyens d'oublier les tracas de la vie : la musique et les chats.  Albert Schweitzer

N'écoute pas ce que peuvent dire les gens sur toi. Vis juste tes rêves jusqu'au bout.

:dance:
Revenir en haut Aller en bas
Ilya
mord-sith démoniaque
mord-sith démoniaque
avatar

Féminin Messages : 754
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Re: Circus monster [-10]   Mer 6 Mai - 14:52

Oui, j'avais pas vu O.O c'était ça que je voulais mettre. Je vais corriger. Merci! :D

------------------------------------------------------------------------------------------------
REJOIGNEZ LE MOUVEMENT OFFICIEL DES LAPINS ROSES FONDE PAR ILYA, REINE DES MORD SITHS AMOUREUSE DE SON LIT!!!
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4811
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Circus monster [-10]   Mer 6 Mai - 17:32

Ow ow ow
Ils sont rares les textes comme ça, mélange de fantastique et de réalisme dur, avec de l'amour, des coups, du glauque et du sang :la: (c'est la sadique qui parle)
Sérieusement, tout le long de ma lecture je me suis torturée à me demander si le clown allait revenir ou si elle allait finir seule dans sa cage (la fin m'a tellement soulagée - même si je trouve qu'elle est apportée un peu vite comparé au reste)
Le moment où elle clame sa haine est juste génial, avec ces phrases assassines qui montrent son dégoût qui va crescendo, c'est génial. (oups, j'ai répété génial :la:)
Bon sinon très bien écrit même si effectivement c'est un style assez basique ( je veux dire sans fioritures), on lit vite, clairement et on se représente bien les scènes.
Et puis franchement, rien que pour l'idée de la fille-dragon - fin c'est comme ça que je me représente mais en fait c'est peut-être une fille chèvre, ce serait trop chou - et du clown, aaaaw c'est tellement beau :huh:
(et je trouve vraiment bien que tu ne l'aie pas faite parler, je veux dire qu'elle reste aussi proche de l'animal, c'est tellement joli - mais rare hélas - les histoires d'amour entre deux êtres si différents *^*)

Bref, j'adore vraiment ce texte. Mais je trouve la fin amenée très vite en fait, on la retrouve d'un coup dans le ravin et qu'est-ce que fait le gars ici, coïncidence ou alors il l'a cherchée, il savait qu'elle était là ? Ce sera l'un de mes textes préférés si la fin s'étoffe un peu ! cute

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Ilya
mord-sith démoniaque
mord-sith démoniaque
avatar

Féminin Messages : 754
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Re: Circus monster [-10]   Mer 6 Mai - 17:41

Merci, je vais peut être la réécrire. Juste, je savais pas trop comment finir, donc... :p
Après, a posteriori, je suis d'accord avec toi Oden!

------------------------------------------------------------------------------------------------
REJOIGNEZ LE MOUVEMENT OFFICIEL DES LAPINS ROSES FONDE PAR ILYA, REINE DES MORD SITHS AMOUREUSE DE SON LIT!!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Circus monster [-10]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Circus monster [-10]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: