Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La crise [-12]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La crise [-12]   Sam 30 Mai - 18:34

Un autre jour de pluie est tombé, un jour comme les autres parmi une multitude de visages assombris. Comme les nuages le prouvaient, chaque instant redoublait de violence. Les feuilles des arbres s'arrachaient une par une pour se retrouver projetées dans la boue. Dans ce vacarme frottant contre le toit, Aède maudissait ces bruits qui la faisaient frissonner. Chaque crissement était amplifié dans les pièces aux contrastes sombres. Une ampoule céda, la pièce se retrouva plongée dans le noir. Elle s'assit à terre et commença à frissonner.
Prise d'une envie particulière, elle se releva pour aller dans la baignoire. Là, elle commença à faire couler un bain en dépit du temps. Elle retira ses vêtements avant de se glisser dans l'eau sombre. La chaleur du bain contrastait avec le froid glacial qui régnait dans la maison. Un souffle désagréable passait le long de sa nuque. Aède s'enfonça un peu plus dans la baignoire, jusqu'à se retrouver totalement sous l'eau. Les yeux fermés, elle imaginait des montagnes dont la pointe s'enfonçait dans sa tempe. La migraine était de plus en plus persistante. A travers la fenêtre, on pouvait voir les éclairs se démultiplier. Des bulles se firent à la surface et Aède réapparut, la mine déterminée.
Elle sortit de la baignoire, la laissant remplie totalement. Entièrement nue et frissonnante, elle marcha lentement, laissant l'eau envahir le plancher, jusqu'à la porte de sa maison. Elle vivait seule, près d'une station d'épuration.
Elle ouvrit la porte et un vent pénétrant envahit la pièce, fouettant tout son corps. Des larmes de douleur se mirent à couler le long de son visage transi de froid. Elle avança courageusement dehors, ne craignant pas qu'il y ait ne serait-ce qu'un chien pour l'observer. Le sol était fait de terre et de graviers, que ses pieds affrontaient sans faiblesse. Elle continua, luttant contre la tempête, jusqu'à arriver devant un lac totalement pollué par la station. Un animal mort gisait à la surface, coincé contre une branche basse. L'eau, plus abondante que jamais, s'écoulait et menaçait de déborder par endroit, tant la pluie s'acharnait à l'alimenter. Aède s'assit au bord de ce lac, en position fœtale. Ses cheveux, trempés contre ses joues, empêchaient les larmes qui animaient son visage de couler dans le vent.

Pourquoi lutter ? Elle se pencha vers le lac et la lueur d'espoir dans ses yeux s'éteignit. Pourquoi continuer ? Un monde hostile n'était que plus véridique, aujourd'hui. Il montrait le déséquilibre qui faisait flancher son cœur et sa raison. Le vent semblait porter une musique. Do I Wanna Know ? s'attaquait à son jugement jusqu'au plus profond de son cœur. L'air répétitif et le rythme plus qu'appuyé lui semblait comme une décision vers laquelle elle se sentait poussée ; des sanglots prononcés vinrent s'entrechoquer dans la rafale furieuse qui la poussait vers le lac.
Les poings figés dans la boue, Aède tenta avec difficulté de s'éloigner de l'eau agitée. Ses pieds glissaient contre la pluie qui s'acharnait. Ses mains cédèrent et son dos, ses cheveux, se retrouvèrent dans la boue glissante. Dos contre le sol, elle se mit à agiter ses bras de haut en bas, comme dans ses souvenirs enfantins. La pluie martelait son ventre, ses seins et ses cuisses. Mais elle ne ressentait plus toute cette douleur, la tristesse avait définitivement pris le dessus. Elle cessa d'agiter ses bras pour se retourner sur le ventre. Elle rampa dans la boue pour s'éloigner du lac et regagner la sécurité.

La boue recouvrait presque l'intégralité de son corps fébrile, et ses cheveux cachaient presque tout son visage ; telle une créature venue de la terre, elle tenta péniblement de se redresser pour s'en aller hors de cet endroit où la désolation ne pouvait la guider ; avec de grandes difficultés, elle fit fonctionner son corps pour avancer.
Après vingt minutes à arpenter dans l'orage, dont les grondements lui tambourinaient le cerveau, elle finit par trouver une route, recouverte par la terre et la pluie. Elle s'allongea contre l’asphalte, et ferma ses yeux rougis par la douleur. Une heure passa, elle gisait toujours contre le sol trempé.
Lorsqu'elle ouvrit ses yeux, elle ne reconnut pas l'endroit où elle était. Ses poignets et ses chevilles ne voulaient plus se détacher du lit lorsqu'elle se débattit pour s'enfuir. La fièvre était si forte qu'elle pensa que sa tête allait exploser contre le mur blanc de la pièce. Un infirmier entra au moment où elle se mit à crier à l'aide. Ce n'était rien, il fallait juste un peu de repos. Juste un instant, qu'elle puisse se relever, fière comme toujours , plus forte que jamais. Mais le passé la rattrapa, brusquement, et là, nue sous sa robe d'hôpital, elle pleura jusqu'à s'évanouir à nouveau. Chaque instant de son rêve fut un puits sombre dans lequel elle tombait à répétition. Dans la pièce, les médecins diagnostiquèrent un coma. Qui fallait-il appeler ? Qui était-elle ? La personne qui les avait prévenu ne savait pas où était sa maison, mais en cherchant sur les lieux, ils finirent par trouver. Aède Muller. Une femme solitaire, personne ne savait qui elle fréquentait, et la famille resta injoignable. Les fils pouvant la maintenir en vie furent donc détachés définitivement, et à 18:31, la jeune femme fut officiellement morte.
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4801
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: La crise [-12]   Sam 30 Mai - 18:47

O_____o
Euh...
ça se finit comme ça ?
Première réaction : c'est scandaleux ! :ffmental:

Bon, plus sérieusement, je ne perçois pas bien le "but", ou le fil directeur, de cette nouvelle... Elle est bien écrite, carrément flippante, elle commence tout à fait ordinairement et continue de façon limite malsaine (owi//SBAFF), et il est facile de s'identifier à l'héroïne inconnue. (d'ailleurs j'adore son prénom !)... Mais à la fin, le truc qui m'est venu en tête c'était : "KEUWA, tout ça pour ça ?! O__o "
Donc voilà, en fait je m'attendais à des flash-backs ou un truc du genre qui serait venu ajouter un peu de logique à tout ça...
Bon de façon générale, c'est un très bon texte, hein, c'est juste... je ne sais pas, un poil incompréhensible, comme si on prenait un train en route sans même savoir où il va x)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Ippa

avatar

Féminin Poissons Messages : 382
Date d'inscription : 01/02/2015
Humeur : Qui a voler mon lit !?

MessageSujet: Re: La crise [-12]   Sam 30 Mai - 18:53

Mon tour de commenter:

J'aime bien tu laisse tranquillement le lecteur inventai un vie a ton personnage.
Corn trouve que la fin est brutal. personnelement c'est ce type de fin que j'aime. je trouve qu'il apporte plus de poid a ton histoire. il illustre bien que la vie se fini vite.

Bref: joli texte bien sombre :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Etonnante est cette lubie qu'ont les hommes d'appeler les choses par leur nom
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La crise [-12]   Sam 30 Mai - 18:59

Merci pour vos commentaires, j'aime beaucoup l'opposition que vous proposez, ça donne deux visions différentes et j'adore !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La crise [-12]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La crise [-12]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: