Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Coma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Laure



Féminin Gémeaux Messages : 12
Date d'inscription : 24/07/2015
Humeur : heureuse!

MessageSujet: Coma   Ven 24 Juil - 15:22

Je déteste le soir, le noir, je hais la nuit... La pénombre, les ombres me font paranoïer à tel point que je ne trouve le sommeil qu'aux lueurs de l'aube. Je m'imagine combattre des personnages hideux, des choses obscures, tel un enfant. Tous ces monstres se faufilent dans ma chambre, dans mon lit, veulent me faire mal, je le sais...
Je déteste ça !!! Je n'aime pas avoir peur ! Je ne suis plus un enfant... Pourtant, j’entends autour de moi des personnes qui aiment cette angoisse, ce sentiment de grande inquiétude, j'ai du mal à les comprendre, pour moi ce sont des fous ! Que connaissent-ils de l'angoisse ?Comment apprécier ce qui nous glace ? Cette alarme qui vrille dans notre tête, l'idée d'un danger qui me guette, qui approche... Suis-je donc la seule à ne pas m'extasier devant un film d'horreur, voir et revoir le sang, entendre les cris, presque sentir l'odeur de...
Plus j'y pense, plus j'appréhende....

Depuis combien de jours, de mois ou d'années suis-je allongée sur ce lit ? Je ne sais même plus...
Le personnel médical entre et sort, me parle, me réconforte. Je ne vois pas leur visage je dors... Mais je les reconnais tous, je sais, j'ai appris à savoir à qui appartient un geste, une caresse, une odeur, un prénom.
Mes yeux, clos, sur cette pièce aux senteurs d’éther et d'antiseptique.
Moi, couchée dans des draps rugueux. Je ne sens même plus les aiguilles qui me transpercent mes bras, celles-là même qui me nourrissent, qui m'allaitent et qui m’empêchent de sombrer dans le néant.
Depuis combien de temps suis-je esclave d'elles...

Depuis LE jour, le jour ou j'ai croisé Sa route, le jour ou j'ai fait SA connaissance....
Et pourtant, jamais je n'avais pensé à elle, jamais cherché à la connaitre, c'est Elle qui est venue me voir.
La première fois, c’était à la perte de ma chienne. Ce pauvre canidé se prenait pour un chat, agile, ce qui n'est pas grave quand on vit au rez de chaussée mais qui le devient quand on est bien plus haut! Cette chienne avait la fâcheuse habitude de se mettre sur le rebord des fenêtres, quand même assez larges, elle y restait des heures à contempler les oiseaux. Elle me suivait partout, m'accompagnait à l'école et revenait, me chercher, bien sûr accompagnée de ma mère. Jamais elle n'a eu du retard, sauf ce jour-là, le jour où sa patte a glissé...
Je fus la plus triste des petites filles et c'est là, alors que je pleurais au bord du lit qu' ELLE m'apparut:
Belle, grande, drapée dans des habits lumineux. Elle s'assit à mes côtés et me parla, longtemps, très longtemps. Elle m'expliqua où était à présent ma chienne adorée : dans une campagne si grande qu'on ne voyait jamais la fin, où il y faisait toujours beau et chaud, sans nuages, avec des milliers d'autres animaux. Plus ELLE me parlait, plus ma peine s'évaporait et je prenais conscience du bonheur de mon amie perdue, je l'imaginais courant dans les herbes hautes...
Puis, aussi soudainement qu'elle était apparue, elle disparut, s'évapora, ne me laissant que sa douce et mélodieuse voix. Je n’eus pas peur à l'époque, et puis pourquoi avoir peur ? Pour une enfant elle était fée...
Le temps passa, je grandis, je devins adulte, et je ne la vis que rarement, car elle m'apparaissait seulement quand je pleurais la mort de quelqu'un.
C'est une fois adulte bien sûr que je compris qui elle était et c'est aussi à ce moment là que je pris peur de la voir.
Un après midi, alors que je me trouvais seule à la maison, Elle m’apparut. Je fus horrifiée et ma première pensée fut que j'étais morte !!! Tétanisée je la regardais s'approcher, lévitant, ombre d'elle même, mais si belle encore et j’eus encore une longue conversation, moins sereine cependant :
"Tu es en âge de comprendre, ne trouves-tu pas incroyable que tu sois la seule personne à me voir, m'entendre ? JE t'ai choisie, pour être près de moi, car je vieillis, sans connaitre la peur et la souffrance mais mon corps a besoin de repos... Tu deviendras l'ultime, en TOUT, voyages éternels pour vous simples mortels... Je ne peux pas continuer, j'ai trop parcouru le monde, plus la force, plus l'envie de le faire. Je t'ai choisie. Que toutes les années qui te restent t'aident à apprendre à être MOI. Laisse moi t'enseigner... je vais revenir...

J'attendis. J’attendis de la revoir pour qu'elle puisse m'emmener avec elle.
Je fêtais mes 50 ans, 60.. Je perdis du monde, des êtres chers, elle venait me voir, m'enseigner et repartait sans me prendre, me laissait vivante. Il suffisait que je parcoure le journal, à la rubrique nécrologique pour qu'elle m'apparaisse et m'explique ce voyage. Je restais des heures à l’écouter, frissonnante, et me rendais compte au fil des jours et de ses nuits que je ne voulais plus être ELLE. Jamais je n'ai eu le courage de lui dire...
Et plus les années passaient, moins elle était belle. Ses habits, si lumineux devenaient ternes et poussiéreux. Sa voix si douce dans mon enfance semblait avoir perdue de sa chaleur. Elle m'apparaissait alors comme elle était vraiment : froide, obscure.. morte... Je pouvais lire dans ses pensées et elles étaient comme elle, tristes, alarmantes, terrifiantes.
Il n'existe aucun endroit ou les chiens courent au milieu d'herbes hautes ; non, tout ce monde part sans laisser de trace, seuls nos souvenirs les font vivre, il n'y a rien après...

Si je suis allongée, sur ces draps raides de désinfectant, c'est que j'ai osé lui avouer que je refusais d’être Elle.
ELLE m'a alors punie en me brûlant les yeux pour l'avoir trop regardée en face.
Elle continue de me punir en me laissant vieillir, sans personne autour de moi pour m'accompagner pour ce dernier voyage.
J'ai si peur...

Madame la Mort ne vient que quand ELLE le décide, ELLE est égoïste et froide, se fout de la tristesse qu'elle engendre.

Si je lui dis que je suis prête, me rendra-t-elle mes yeux et mon esprit ?

Si je prends sa place, suis-je obligée de faire pleurer, serai-je jeune et belle, aux habits lumineux ?

La nuit revient, tombe sur l’hôpital. Je la sens, les infirmières sont moins nombreuses, le calme règne.

Je sens SA présence près de mon lit.

Je suis prête, enfin, j'accepte cette douce nuit pour éternité.

Emmène moi.........................
_________________

Correction:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Coma   Ven 24 Juil - 20:42

Bonjour
Je n'ai pas aimé ce texte. C'est toujours délicat de donner un retour sur quelque chose qu'on a pas apprécié pour une raison subjective. Je vais donc essayer de pointer des aspect objectifs qui nuisent au textes Wink
Déjà ta ponctuation. C'est inutile de mettre plusieurs points d'exclamation à la suite, en plus, ça trahis la grammaire. Ensuite, les majuscule, idem, on ne met une majuscule à un pronom que pour indiquer le divin, mettre des mots entiers en majuscultes au milieu d'une phrase c'est inutile voir grossier (sisi). Il y a aussi quelques cafouillage des fois, des points mi à la place de virgules.
Quelques fautes d'orthographe, mais c'est pas moi qui fait faire un cours là dessus x)
Et pour finir, c'est un texte à la première personnes, j'aime pas les texte à la première personne :p
Par contre il y a de joli sonorités parfois, une recherche qui est intéréssante et qui paye. De belle fulgurence ci et là

Au plaisir de te lireet de te recroiser Wink
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4802
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Coma   Ven 24 Juil - 21:30

Ah, moi j'ai bien aimé, franchement. C'est original. Je veux dire, notre perception de l'histoire change au fil de la lecture : au début je me suis dit : "Ah, une petite fille qui a peur du noir", après "Houlà, une paranoïaque/schizophrène", après encore "Hmmm mais alors c'est quiiiii ?" et au final... bah voilà.
Bref, j'aime cette espèce de suspense, cette évolution. Le début du texte est pour moi le meilleur, mais tout est digne d'intérêt :corn2:
Le style est basique mais fluide ; cependant, comme Ragne j'avoue que les tris points d'exclamation et les lettres majuscules ne m'ont pas convaincue - tu sais que si tu veux exprimer la peur, la colère ou juste accentuer un mot (genre elle), tu as l'italique, dans les icônes du cadre quand tu postes un texte...

Bref, je t'encourage à continuer :3

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Laure



Féminin Gémeaux Messages : 12
Date d'inscription : 24/07/2015
Humeur : heureuse!

MessageSujet: Re: Coma   Sam 25 Juil - 10:46

C est gentil merci.
Je prends note de tout ce qu on me dit,j aime écrire mais je n ai aucune formation,et les quelques coms que j ai eu m ont aidé pour mon futur texte.
Bises à tous et excellente journee.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coma   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coma
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: