Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entre chien et loup

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4815
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Entre chien et loup    Mer 12 Aoû - 20:30



ça va saigner, mes agneaux Angel


"Le jeu du Loup-garou, ça vous dit quelque chose ? Imaginez que ce jeu de rôle se déclenche dans votre vie quotidienne..."





Entre chien et loup

N'oubliez jamais que vous êtes à la merci du jeu. Que c'est vous qui suivez ses règles, qui vous soumettez à ses lois. Et non l'inverse…










           – Je m'ennuie à mort.
           – Arrête de te plaindre, ça nous fera des vacances.
           – Moi aussi, je m'ennuie. Hé, dites, vous voulez pas jouer à un truc ?
           – Genre quoi ?
           – Flemme.
           – Ferme-la, toi. Nous on veut jouer.
           – Genre… le jeu du Loup-Garou ?
           – Oh, génial !
           – Je vote pour.
           – Flemme.
           – On le connaît par cœur.
           – Ouais, on le connaît par cœur, y'en a marre, toujours les mêmes trucs…
           – Attendez. On pourrait, genre… le réinventer.
           – Comment ça, le réinventer ? C'est un jeu, tu le réinventes pas.
           – Bien sûr que si, crétin.
           – Tu veux dire, en créant de nouveaux rôles et tout ?
           – Hé, c'est génial comme idée !
           – Fl…
           – Ta gueule toi.
           – Bon, on le réinvente comment du coup, ce truc ?
           – Vous voulez quoi comme nouveaux rôles ?
           – Le… le dragon.
           – Le mec qui crie au loup.
           – Attendez attendez !
           – Un à la fois. Le dragon, ok, bonne idée. Il fait quoi ce dragon ?
           – Il crache du feu.
           – Euh… lol.
           – Non, je rigole. Bah, c'est une sorte de super loup-garou.
           – Mais le super loup-garou, il existe déjà.
           – C'est le loup-garou blanc. Celui qui peut bouffer tout le monde.
           – Oui non mais là y'aurait pas de loup-garou blanc et le dragon serait vraiment balèze balèze.
           – Comment ça, balèze balèze. Il ferait quoi chaque nuit ?
           – Bah il bouffe quelqu'un.
           – Quoi, c'est tout ?
           – Non, mieux. Il bouffe deux personnes chaque nuit.
           – Mais non. On est pas assez nombreux pour ça, on sera tous morts en quatre ou cinq tours.
           – Bon…
           – Bah alors c'est juste une sorte de loup-garou blanc – il peut manger tout le monde y compris les loups-garous – mais en plus classe.
           – Hé, j'ai une idée, j'ai une idée ! Et si, quand quelqu'un venait sauver le mec qui se fait bouffer, il pouvait avaler le sauveur en plus ?
           – Euh, ouais… genre la sorcière et ses élixirs, tout ça ?
           – Mais là, plus personne voudra sauver qui que ce soit. Donc non.
           – Rah. Pas drôle.
           – Ah je sais ! Il ne peut pas bouffer le sauveur, mais il peut cracher du feu et donc lui infliger des brûlures.
           – Tu veux dire, comme un indice sur la nature du sauveur ?
           – Oui. Quand le village se réveille, on peut chercher la brûlure sur quelqu'un pour avoir un indice.
           – Hé, super idée.
           – Bon, le dragon est torché, passons au reste.
           – Le mec qui crie au loup, le mec qui crie au loup !
           – Et il fait quoi, ce fameux type ?
           – Et bah, c'est celui qui arrête pas d'accuser des gens à tort et à travers.
           – Quoi, c'est tout ?
           – C'est déjà pas mal pour brouiller les pistes, non ?
           – Je vote pour.
           – Moi aussi.
           – C'est toi qui l'a proposé, andouille. Bon, ok pour celui qui crie au loup.
           – Non, non, j'ai une meilleure idée !
           – Ouais ?
           – Celui qui parle aux loups !
           – Oh, ça me plaît ça.
           – Moi aussi. Explique ?
           – Genre, il ne peut pas se faire bouffer par les loups. Lorsqu'ils le menacent, il peut leur parler et leur dire d'attaquer quelqu'un d'autre.
           – Ah !
           – C'est génial, ça.
           – On garde celui qui parle aux loups.
           – Autre idée ? Ah, ah, attendez, j'en ai une ! Le mouton !
           – Euh… et donc ?
           – Ben le mouton, il se fait bouffer. Genre au premier tour. C'est la victime numéro un.
           – Euh… génial pour lui.
           – C'est pas très utile comme rôle.
           – Bah ça reflète la réalité non ? C'est celui qui met la puce à l'oreille, pas celui qu'on veut sauver.
           – Bon, ok pour la victime mouton. Autre chose ?
           – Ah si si, je sais ! En gros, le mouton peut choisir de ressusciter quand il le veut pendant la partie, mais deux fois maximum, hein.
           – Et alors ?
           – Et bah alors il se refait bouffer.
           – Direct ?
           – Direct.
           – Euh… t'as quelque chose contre lui ?
           – Mais non, patate ! Il se sacrifie pour donner plus de temps aux autres.
           – Ah, pas mal.
           – Moi j'aime. On garde !
           – Autre idée de perso ?
           – Euh…
           – La licorne !
           – La quoi ?
           – Tu veux nous foutre une licorne au milieu ?
           – Bah on a bien un dragon non ?
           – Et un mouton kamikaze, aussi.
           – Oui, bref. Et donc ?
           – Je sais pas pourquoi, je sens que ce jeu va vite devenir n'importe quoi.
           – La licorne, déjà, peut flairer si c'est le dragon ou les loups qui ont tué la personne.
           – Ah bon ?
           – Ben oui, comme on n'est pas assez nombreux pour tuer deux personnes par nuit, bah faudra alterner entre les deux prédateurs.
           – Pas bête.
           – Genre la licorne va renifler le cadavre tout sanguinolent. C'est glauque. J'adore.
           – Mais pas seulement ! La licorne peut sauver quelqu'un…
           – Tu veux dire, comme la sorcière. On la laisse, d'ailleurs, la sorcière ?
           – Bah oui… ?
           – Bah on a déjà un dragon et une licorne, alors je vote pour la sorcière.
           – Vous allez me laisser parler oui ? Donc la licorne peut sauver quelqu'un, oui, comme la sorcière.
           – Ce serait mieux si elle se sacrifiait.
           – Hein ?
           – Bah oui, elle sauve la personne mais se fait bouffer en échange. Ça colle bien à l'esprit licorne, non ?
           – Pfeuh.
           – Si tu le dis…
           – J'ai pas fini, arrêtez de m'interrompre ! Donc voilà, elle peut sauver quelqu'un, mais elle ne peut pas se faire bouffer par les loups. Y'a que le dragon qui est assez fort pour la tuer.
           – Ah, j'aime.
           – Ça se complique, dites donc.
           – Du coup, ça veut dire que lorsqu'elle sauve quelqu'un attaqué par les loups, bah elle le sauve sans se sacrifier puisque les loups ne peuvent pas la tuer. Par contre, quand c'est le dragon, elle morfle.
           – Ah, bien. Génial.
           – Ok cool. On a fini là, ou on en rajoute encore un autre ?
           – Le… L'aveugle ?
           – Il ferait quoi, l'aveugle ?
           – Euh… ben il est aveugle.
           – Ok et ça nous avance à quoi ?
           – Il peut se trouver sur le lieu du crime et rien voir. Genre il peut assister à tout mais sans jamais rien voir.
           – C'est Mr. Inutile, quoi.
           – Au suivant !
           – Euh… C'est tout. Vous avez d'autres idées ?
           – Bah, on a déjà bien compliqué les choses hein.
           – Pas d'autre idée, personne ?
           – Nan.
           – Non plus.
           – Bon. Alors on va distribuer le jeu. Enfin, faire la liste des rôles.
           – La licorne.
           – Le dragon.
           – Les loups. On met combien de loups ?
           – Deux. Pas plus.
           – Deux loups, du coup.
           – La sorcière.
           – Le mouton.
           – La voyante.
           – Quoi, encore la voyante ? Marre de la voyante !
           – Mais quoi, elle est sympa.
           – Stop. Va pour la voyante.
           – Oui mais non, sinon on pourra pas mettre le mec qui parle aux loups.
           – Euh… Vous avez vraiment envie de l'avoir, ce type ?
           – Oui !
           – Oui.
           – Bon… Bah ce sera le dernier, na. Après la voyante. Et voilà, c'est complet.
           – Ah non, je voulais mettre la petite fille !
           – Ah là là, elle aussi on la connaît par cœur.
           – Laisse tomber.
           – C'est bon, tout le monde est prêt ? Les cartes sont faites ?
           – Attends attends, je finis d'écrire… Voilà.
           – Parfait. On lance le jeu. En garde !





***



           Les enfants passèrent les vacances à jouer à leur version du jeu du loup-garou, incluant licorne, dragon, mouton et "celui qui parle aux loups".
           La rentrée arrivée, ils se séparèrent, entrèrent dans des classes et des établissements différents. Les années passèrent. Peu d'entre eux conservèrent des liens. Tous oublièrent cet été à mourir d'ennui où ils avaient inventé un jeu.
           Cependant, entre leurs côtes, au creux de leur cœur, continuait de grandir la graine qu'ils y avaient plantée…




***






– Premier tour. Le soir tombe sur le village. –


           La ruelle était froide et obscure. Les vitres aveugles sous le givre blanc. Des pas lourds ébranlaient le goudron défoncé. Les petites maisons frileuses paraissaient figées comme un décor de carton, ombres noires sur ciel bleu velours piqueté d'étoiles.
           Il y eut soudain un souffle puissant et précipité, puis un cri de terreur pure. Le silence retomba. En émergeaient seulement, parfois, des bruits de mastication lourds et satisfaits.
           Lorsque le soleil se leva sur la petite ville, il fit scintiller le sang qui enrobait le cadavre à moitié dévoré.



------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]


Dernière édition par La Lapine Cornue le Sam 16 Sep - 16:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre chien et loup    Mer 12 Aoû - 21:45

Jumanji is back biatch.
J'ai aimé comme d'hab.
Ta narration n'est cependant pas adéquat à un format nouvelle c'est un film vialine x)
Revenir en haut Aller en bas
Bestiole



Féminin Verseau Messages : 32
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: Entre chien et loup    Mer 12 Aoû - 21:48

Coooorn :la:
Ce truc est plutôt coool. J'aime particulièrement le dialogue entre je ne sais combien de gamins exactement... mais tu mets "les enfants" mais à leur manière de parler j'aurais dit des ados plutôt... (peut-être à cause des "ta gueule" et des "cool", enfin ils ont pas un phrasé de gamins quoi xD je dirais plutôt entre 13 et 15 ans xD alors "enfants" (que je situe plus pour ceux qui ont 11-12 ans MAX) ça m'a fait bizarre... )
Heu, j'en reviens à mes moutons (ahah) : le dialogue donc ! j'aime beaucoup parce que c'est assez fluide et même si pendant quelques lignes on se demande combien y'a d'interlocuteurs après on se dit que ça n'a pas tellement d'importance en fait... Pas de longueur, suffisamment assez désordonnée comme une vraie conversation à plusieurs. Good

Bah, la suite est assez brève, alors... Je suis pas convaincue par ça : "La rentrée arrivée, ils se séparèrent, " je trouve que ça ne coule pas tellement, y'a quelque chose qui cloche, je ne sais pas... c'est le verbe "séparèrent" qui me dérange (peut-être parce que je le trouve moche tout simplement) ou alors "se séparèrent" qui donne un son hyper redondant et pas joli du tout niveau consonnes "s s p r r" è_é et qui casserait la fluidité ? bref j'aime pô l'emploi de ce mot (mais c'est mon avis, hein) Ou alors c'est tous les R qu'il y a dans ce bout de phrase ? Hm ? je ne sais pas...

Bon, je SURKIFFE ton décors de carton et le ciel piqueté d'étoiles (enfin la manière dont tu l'as formulé est bien cool aussi mais l'image *O*) mais du coup, comme ça fait complètement description de décors de théâtre, je pense que ça aurait mieux rendu au présent... comme la didascalie introductive d'une pièce de théâtre, qui te décrit le décors...
Alors OK ça pose problème niveau concordance des temps avec la suite... mais je ne sais si ça poserait un si gros problème que ça, en jouant par exemple sur la mise en page (sauter une ligne par exemple ?) enfin ce n'est qu'une idée ^^

Eeeeet, je trouve ça cool mais du coup je me demande : y'aura une suite ? :D ?? ça m'a l'air prometteur j'aime beaucoup (mais du coup, comme la fin fait un peu "commencement" hihi...)

:huh:

------------------------------------------------------------------------------------------------
:nyan:
« Il y a deux catégories d’êtres intelligents : ceux dont l’esprit rayonne et ceux qui brillent ; les premiers éclairent leur entourage, les seconds le plongent dans les ténèbres. » Marie EBNER VON ESCHENBACH
:totoro:
Revenir en haut Aller en bas
http://laborinthique.revolublog.com
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4815
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Entre chien et loup    Mer 12 Aoû - 22:52

Kuku :huh: heureuse d'avoir capté votre attention !

Ragne : merci :corn2: ... film vialine ?? Question

Bestiole : un aussi grand com pour un aussi petit bout de texte !! O_o Merci beaucoup ! x) Merci pour tes remarques pertinentes, notamment l'histoire du décor et du présent comme au théâtre, effectivement c'est une bonne idée, je vais y réfléchir ; j'ai de toute manière dissocié Jour - Nuit donc je pourrais faire la nuit au présent - scène de théâtre où chacun joue un rôle - et le jour au passé...

Merci beaucoup en tout cas, et non non, c'est une trèèès longue nouvelle, la suite arrive bientôt ! :D

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4815
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Entre chien et loup    Jeu 13 Aoû - 12:24

Ah oui, et au fait, les enfants ont une douzaine d'années :-p mouais, appelons-les pré-ados plutôt !










– Premier tour. Le soleil se lève, les villageois se réveillent. –



           Elise se réveilla en sursaut. Elle savait qu'il y avait eu cauchemar, mais celui-ci lui échappait. Tout ce qui lui restait en tête, c'étaient un œil et des dents. Un œil à l'iris cerclé de feu et à la pupille acérée. Et des dents nombreuses et tranchantes, des dents partout. Absolument partout.
           Elle bondit sous la douche, haleta sous le jet paresseux qui tardait à chauffer. Puis bondit à nouveau, mais dans sa serviette cette fois. Elise passait son temps à bondir, au rythme des idées qui se succédaient dans sa tête.
           Une absence de petit-déjeuner plus tard – elle avait cessé de manger le matin, et diminuait progressivement la ration du soir –, elle bondit dans la voiture de sa mère, qui la recracha bientôt dans la rue du lycée. La foule chamarrée des élèves s'écarta devant elle, lui faisant une sorte de haie d'honneur qui la fit sourire. Son groupe – une dizaine de jeunes aussi turbulents que populaires, qui avaient mis du temps à l'accepter parmi eux – déboula soudain ; des bras se posèrent sur ses épaules, des mains saisirent le coin de son T-shirt et l'emmenèrent loin de la foule. Son rire se joignit à celui des autres. Cela faisait tellement de bien de faire partie d'un groupe, de pouvoir compter sur des gens. Enfin, compter… dans la limite du possible, bien entendu.
           Une lumière stridente trancha soudain son champ de vision, et elle tituba. Son cerveau dansait la gigue à l'intérieur de son crâne. Elle s'agrippa à moitié à sa voisine, qui fit arrêter tout le groupe tandis qu'Elise glissait au sol. Celle-ci ne sentit pas les regards braqués sur elle. Une suite d'image défilait devant sa rétine, explosion de lumières qui faisait cligner ses paupières sans seulement qu'elle le sente.
           – Hé, ça va ? Hé, Elise ! Tu nous fais un malaise ? Ça arrive quand on mange pas le matin, tu sais. Faut manger un sucre. Allonge-toi. Hé, tu m'écoutes ? Houhou !
           Mais elle n'écoutait pas ; des sons étranges envahissaient ses tympans. Des bruits de pas, si lourds. Dans le même temps, un vieux goudron s'étalait devant elle, étirant une petite rue noire et déserte. Et soudain, des dents.
           Son cauchemar ! Elle revivait son cauchemar.
           Un grand œil cerclé de fer et de feu emplit sa vision ; puis l'immense paupière cligna et l'œil disparu.
           Une fille marchait le long du trottoir, une paire de talons hauts à la main. Elle titubait un peu. Ses longs cheveux noirs se délaçaient sur ses épaules, aspiraient à un peu de liberté. Elise vit enfin son visage. Des yeux en amande, fatigués, largement maquillés ; un petit nez mignon qui reniflait régulièrement. Il y eut soudain un bruit derrière elle. Celui d'un soufflet de forge. Si puissant qu'il paraissait imprégner toute la rue, jusqu'au goudron et aux murs sales. Comme si c'était la ville elle-même qui respirait ainsi. La fille se retourna ; sa silhouette cachait ce qu'elle regardait au loin. Elle poussa soudain un cri atroce. Fit volte-face et se mit à courir vers Elise, de toutes ses forces. Son visage était déformé par la terreur.
           Il y eut un éclair de lumière – Elise comprit qu'il s'agissait des dents étincelantes qui plongeaient vers leur victime.
           Puis le noir complet. La jeune fille revint à la vie sous les gifles qu'on lui infligeait.
           – Putain ! Tu nous as fait peur ! On t'avait bien dit, avant de commencer ton régime, de prévoir des sucres dans ta poche au cas où. On connait ces choses-là, nous, tu pourrais quand même nous écouter pour une fois !
           On lui glissa un morceau de sucre entre les lèvres, puis deux. Les yeux mi-clos, elle croqua, puis s'excusa platement.
           – Faudrait pas qu'on ait une autre victime sur les bras, gloussa l'une des filles.
           – Arrête, c'est pas drôle, quelqu'un est mort.
           – Euh… De quoi est-ce que vous parlez ? demanda Elise, sonnée, reprenant lentement contact avec la réalité.
           – T'es pas au courant ?
           Les autres la regardèrent avec curiosité.
           – Une fille a été tuée cette nuit, lâcha enfin quelqu'un.
           – Dévorée vive, à ce qu'il paraît.
           Il se passa un ou deux battements de cœur avant qu'Elise ne réfléchisse, assemble, puis réalise. Elle se sentit perdre pied.
           – Elle… elle… quoi ? balbutia-t-elle.
           Sa copine plissa le nez.
           – Une fille du nom de Maud Liret, apparemment. L'identification a été difficile.
           Les garçons gloussèrent à cette dernière phrase.
           – Relax, elle est dans un autre lycée. Enfin… était.
           Maud. Ce prénom éveillait quelque chose dans l'esprit embrumé d'Elise. Elle passe une langue timide sur ses lèvres sèches, et osa poser la question fatidique.
           – Elle… Elle ressemblait à quoi ?
           Pourvu qu'elle soit blonde. Ou châtain. Aux yeux bleus. Pourvu qu'il n'y ait pas de doute. Pas le moindre doute.
           La perplexité apparut sur les traits de ses amis.
           – Pourquoi ? Tu penses que tu la connais ?
           – Non, non. Je ne sais pas. Je… alors ?
           – Bah, d'après la photo – avant, parce que la photo après, on reconnaissait pas grand-chose hein – elle était brune.
           Non. Non.
           – Un petit air asiatique. Des yeux en amande, tout ça.
           Impossible.








– Deuxième tour. Le soir tombe sur le village. –



           Des cliquetis galopaient dans la ruelle. Ceux des griffes agiles sur l'asphalte. Des muscles étroits roulaient sous une fourrure brune. Des côtes s'essoufflaient, carcan d'os autour d'un cœur battant.
           Le loup cessa soudain sa course et leva la truffe vers le ciel.  Des fumerolles de vapeur s'élevaient de sa gueule humide, de son pelage brûlant. Il renifla le vent à petits coups précieux. Puis l'éclat ivoire de ses canines accrocha un rayon de lune, et il hurla. La rue, et toute la ville avec elle, s'emplit de ce son troublant. Lancinant tel une sirène mélancolique, il s'éleva d'une octave à l'autre, le long d'harmoniques inconnues. Les murs eux-mêmes parurent frissonner. Il y eut du mouvement derrière les fenêtres froides, mais la bête n'en avait cure.
           Le loup replia lentement l'éventail de notes qu'il avait déployé, du fond de sa gorge jusqu'au ciel puis du ciel jusqu'au fond de sa gorge. Fruit d'un tour de passe-passe aussi poétique que dangereux, le son s'évanouit.
           Il y eut un souffle précipité, en approche ; un deuxième loup apparut à la lisière des poubelles. Il fit quelques pas hésitants, exposant sa fourrure argentée à la lueur de la lune. Ils se rejoignirent sous la pluie de lumière que crachait le réverbère. Se reniflèrent calmement. Puis le brun leva le nez, suivi du gris ; ils étouffèrent un grognement. Filèrent le long de la rue, avant de disparaître dans l'obscurité.
           La chasse était ouverte.








– Deuxième tour. Le soleil se lève, les villageois se réveillent. –



           Le réveil se mit à hurler comme un possédé, beuglant à qui voulait l'entendre qu'il était l'heure. Et que Nathan avait intérêt à se lever s'il ne voulait pas encore récolter une ou deux heures de colle.
           – Aaaaah, mais ta gueule toi !
           Sa main jaillit du lit et gifla le petit appareil, qui gémit un instant avant de rebondir sur le sol. Où il continua à s'époumoner.
           – Ok, ok. Calme.
           Le garçon, dans un grognement, bascula à moitié hors de la couette et remit le petit bonhomme de métal sur pied. Il appuya enfin sur le bouton salvateur. Le silence reprit ses droits.
           – Putain, oui…
           Il s'étira voluptueusement, puis descendit l'escalier, encore emmitouflé dans sa couette. Il la largua à mi-chemin, comme une mue inutile ; s'installa à table avec un air de zombie gravé sur le visage. Il lui fallut bien deux minutes pour réaliser qu'il avait versé le jus de fruits dans le bol et le lait dans le verre, et qu'il était en train de manger ses céréales à coups de fourchette.
           Dans son verre, donc.
           – Mec, réveille-toi.
           Tant pis.
           Il finit son petit-déjeuner en engloutissant un ou deux fruits et la moitié d'une boîte de gâteaux, traîna les pieds jusqu'au lavabo pour se laver les dents, s'aspergea la figure et…
           Hé, une seconde.
           Ses mains se levèrent presque toutes seules jusqu'à ses yeux, pour qu'il les examine plus amplement. Elles étaient bizarres. La peau était…
           Il cligna des paupières.
           Brûlée. La peau était brûlée. Cloquée même. Il palpa. Aucune douleur. Rien du tout.
           Nathan ouvrit le robinet à fond et plongea son visage sous l'eau glaciale de l'hiver. Puis stoppa le jet et se fit à nouveau face dans le miroir.
           – Quelle sale tête. Ouais, c'est à toi que je parle, mon pote.
           Deuxième essai. Il leva les doigts devant son visage.
           Les cloques étaient toujours là, ainsi que les rides brûlées qui tendaient la peau rougie.
           Le garçon se creusa la tête plusieurs minutes. Pas question de partir avant d'avoir élucidé ça. Il n'avait rien fait de spécial la veille. N'avait pas fourré ses mains dans le feu, non merci. N'avait pas fait gicler l'huile bouillante de la poêle. N'avait pas… réglé la température de l'eau du robinet sur cent degrés.
           Cent degrés, sérieux. C'était même pas possible .
           Il y eut soudain un flash devant ses yeux, qui parut forer derrière ses orbites jusqu'à son cerveau. Ses jambes faiblirent et il se cramponna désespérément au lavabo. Avant de s'écrouler au sol.
           Il se releva presque aussitôt. Il n'avait rien. Un éblouissement, c'était tout.
           Son portable, à l'étage supérieur, se mit à vibrer avec une telle fureur qu'il l'entendait d'ici. Il s'essuya la figure d'un geste, jeta un nouveau coup d'œil à ses paumes martyrisées, et traversa toute la maison avant de franchir l'escalier d'une série de bonds. Son orteil fit douloureusement connaissance avec le coin de la table basse ; il décrocha en sautillant sur place dans un nuage de jurons.
           – Ouais, mec, qu'est-ce qui se passe ? Tu sais qu'il est six heures du matin ? Et que je viens de m'exploser ce putain d'orteil contre cette putain de table ?
           – Calme, Nat', répondit la voix mécanique que crachait l'appareil. Déjà, désolé pour ton orteil. Et aussi pour la table, en fait. Et ensuite, jette un coup d'œil à ta montre, il n'est plus six heures mais sept heures moins le quart.
           – Quoi ? (Un regard vers le réveil.) Merde, merde !
           – Ensuite, j't'ai appelé cette nuit. T'étais où ?
           – J'étais nulle part, je dormais, andouille !
           – T'as pas répondu.
           – T'as pas appelé.
           – Je te dis que si. D'habitude tu réponds direct. Attends, c'est bien pour ça que t'as réglé ton vibreur à la puissance huit, non ? Tu réponds toujours la nuit, même à quatre heures du mat'.
           – Bah là non.
           Une drôle d'adrénaline commençait à galoper le long des veines de Nathan ; son cœur eut un raté. Il y eut à nouveau un flash devant ses yeux, et il tituba comme un homme ivre.
           – Bordel !
           – Quoi ?
           – Rien ! brailla-t-il. Rien.
           Voilà qu'il commençait à suer. Comme un bœuf. Ses mains furent parcourues d'un picotement, et il en exposa les paumes brûlées à la timide lueur de l'aube. Quelque chose fit un déclic dans son esprit.
           – Mec… Tu crois que… je crois que… J'crois que je deviens somnambule.
           – Quoi ?
           – C'est possible, ça ? demanda-t-il, un voile de panique déposé sur sa voix. Hein, Léo ? Est-ce que c'est possible ?
           – Mais de quoi tu me parles toi ! J'en sais rien ! Oui, c'est possible ! Qu'est-ce qu'il se passe, enfin ?!
           – J'ai… Je me suis réveillé avec les mains brûlées.
           – Brûlées ? Genre calcinées ?
           – Mais non ! Genre des cloques.
           – Ça fait mal ?
           – Non. C'est ça qui est bizarre. Et aussi que j'aie pas entendu le vibreur cette nuit, tu piges ?
           Il y eut un silence à l'autre bout du fil.
           – J'étais ailleurs, mec. Je sais pas où, mais ailleurs.
           – Ok, bon, ben… Ramasse tes affaires et ramène tes fesses au lycée. On va parler. J'ai un truc à te dire.
           – Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ?
           La voix baissa jusqu'au murmure.
           – Des loups, mec. Genre… des loups dans les rues. Cette nuit.

***


------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre chien et loup    Jeu 13 Aoû - 16:12

Je connais pas le loup garou, ce qui fait que je manque de référence pour apprécier complétement je pense.
Mais c'est vraiment géniale, de joli fulgurence. Mais tes répliques s'enchaines trop vites, on manque d'infos sur les rupture de ton, les pauses etc

et pour mon précédent com je disais que ce que tu faisais vilaine, c'était plus un film qu'un nouvelle. C'est très court métrage
Revenir en haut Aller en bas
Tiunterof
Gardien grincheux de la CB
avatar

Masculin Bélier Messages : 1796
Date d'inscription : 24/10/2012
Localisation : Sur la CB, comme toujours.
Humeur : sss

MessageSujet: Re: Entre chien et loup    Ven 14 Aoû - 12:19

Bon bah je vais encore faire un commentaire très utile en te disant que j'aime beaucoup, j'ai hâte de voir ce que ça va donner même si pour l'instant j'ai du mal à savoir qui est qui.
Mais bon, comme d'habitude c'est très bien écrit, même s'il y a certaines images que tu utilise et que je trouve pas très... Instinctive, c'est beau mais je trouve pas ça forcément très naturel, enfin bon, c'est pas bien grave parce que le résultat est très bien quand même. ^^
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4815
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Entre chien et loup    Mar 18 Aoû - 12:55

Merci à vous deux :la: Ragne : bon, en résumé, chacun des villageois a un rôle. Les loups-garous ont pour but de dévorer tous les autres, et les autres doivent éliminer les loups avant de se faire bouffer, sauf que personne ne sait qui est qui... La sorcière peut tuer une fois et sauver une fois au cours de la partie, la voyante peut découvrir le rôle de quelqu'un à chaque tour. Le loup-garou blanc, ici le dragon, fait cavalier seul et doit réussir à survivre en tuant tout le monde. :-p
Tiun : owi, merci cute Tu peux me dire quelles images t'ont parues moins naturelles stp ?









***





          – Vas-y, explique, souffla Nathan une fois son sac balancé sous la chaise.
          Léo s'accouda à sa table et glissa lentement vers son voisin, les yeux fixés sur le tableau à l'autre bout de la classe.
          – Ma fenêtre donne sur la rue, tu sais ça.
          – Ouais.
          – Et ben j'ai… Ouah putain !
          Il palpa la peau cloquée de Nathan, qui ferma les poings en grognant.
          – Tu m'étonnes que ça te stresse, ça fait flipper. Euh, qu'est-ce que je disais déjà… Ah oui. Donc, cette nuit, insomnie comme toujours, j'étais sur mon ordi, et là j'entends un hurlement de malade.
          – Un… quoi ?
          – Un hurlement, Nat' ! Genre, de loup ! Comme dans les films, avec des putain d'échos derrière, dans toute la ville. C'était trop glauque. C'était génial. Genre, t'as pas entendu ?
          – Non. Mais les chiens hurlent aussi, tu sais. Y'a pas de loups ici. Y'en a même jamais eu.
          – Attends, attends ! reprit Léo, ses yeux noirs brillant d'excitation faisant le va-et-vient entre Nathan et le professeur. Donc voilà, je sursaute – je te jure, tout le monde l'a entendu, y'en a même qui en parlaient dans la cour tout à l'heure, c'était un truc de dingue ! – et je vais voir à la fenêtre, normal. Et là, devine ce que je vois.
          – Rien.
          – Allez, fais au moins un effort.
          – Un loup-garou dégoulinant de bave.
          – Héhé, sait-on jamais. Nan, un loup, mec. Un loup en pleine ville, tranquille.
          – Un chien, tu veux dire. Un chien-loup.
          – Mais non.
          – Ou un renard.
          – Putain Nat', je te dis que non ! Un renard c'est minus, tu te rends pas compte ou quoi ? Et un chien-loup au contraire c'est immense. Là je te parle d'un loup tout ce qu'il y a de plus normal, bien poilu, bien brun, la bonne taille et tout, le nez au vent dans la rue.
          – Ok, et donc…
          – Y'en avait même deux. Le deuxième était tout argenté. Une belle bête, vraiment.
          – Bref ! Il a fait quoi ton loup, tes loups ? Ils ont bouffé deux ou trois filles pour le déjeuner ?
          Léo prit un air mystérieux et mit un doigt sur ses lèvres.
          – Bingo, mec. Tu connais Elise Loriot ?
          Le nom entra par une oreille, réveilla un ou deux éclats de souvenirs que Nathan aurait préféré oublier, puis ressortit par l'autre.
          – Non. C'est qui ? Une louve ?
          – Te fous pas de moi. Elle a été attaquée par les loups, ces deux loups-là.
          – Elle ressemble à quoi ? Je connais ?
          – Teinte en blonde pour faire plaisir à ses potes, plus maigre que maigre et un air de pétasse timide.
          – Ça existe, ça, les pétasses timides ?
          – Ouais. C'est les pétasses en rite d'initiation, tu vois. Sur le point d'entrer dans la meute.
          – T'es con.
          Ils étouffèrent leur rire derrière leurs coudes croisés.
          – Ouais, et donc ?
          – Elle est trop discrète pour s'en vanter elle-même, mais ses gentils petits amis l'ont pas lâchée avec ça. Tout le monde est au courant.
          – Sauf moi, donc.
          – Exact. Je propose qu'on aille la voir.
          – De… Quoi ? Attends, pourquoi ?
          – Je veux savoir comment ça c'est passé. Pas toi ?
          Nathan se renfonça dans sa chaise.
          – Non.
          – Ok, mec, tu m'obliges à lâcher la bombe.
          – Hein ?
          – Elle a failli se faire bouffer…
          – Ridicule. Les loups ont peur des hommes. Et même, à deux, tu crois qu'ils vont s'attaquer à une presque-adulte ?
          – Je te dis ce qui s'est passé.
          – Tu parles, elle essaie d'attirer l'attention. Comme toutes les poufs.
          – Nan, je crois pas. C'est pas le genre. Et puis c'est logique, je veux dire, y'a eu un meurtre hier, tu sais bien. Enfin, un festin, pour ainsi dire. Qui pourrait faire un truc pareil à part des loups ? Bref. Tu veux savoir comment elle s'en est tirée ?
          – Dis toujours, des fois que ça m'arrive, histoire que je puisse m'en sortir.
          Les yeux de Léo brillèrent et il posa le menton sur son avant-bras replié, pareil au cancre prêt à faire la sieste – ce qu'il était ordinairement.
          – Mec, y'a un type qui est arrivé, et les loups se sont barrés.
          – Quoi, c'est tout ?
          – Non. Il a posé les mains sur ses blessures, et elle a guéri.
          Nathan éclata de rire, récoltant une remarque de la part du professeur. Il l'écouta à peine.
          – Jésus est de retour.
          – Nat'.
          – Cette fille est pire que ce que je pensais.
          – Nat'…
          – En fait elle est complètement barge, c'est tout.
          – Nathan.
          Léo le regardait du coin de l'œil.
          – Le type était brun, ébouriffé comme s'il sortait du lit, avec des yeux noisette et un air totalement halluciné. Genre…
          Il lui adressa un regard éloquent.
          – Genre ?
          Nathan se rapprocha davantage de lui, une grimace plaqué sur les traits.
          – Genre moi, c'est ça ?
          – Oui, genre toi.
          – Tu rêves, mec.
          – Ok. Alors tu ne verras pas d'objection à ce qu'on aille voir cette fille, pas vrai ?
          – T'es sérieux ? Mais qu'est-ce que je pourrais bien foutre dans une rue, en pleine nuit, en train de… de tripoter des fausses blondes anorexiques ?
          – Tout ce que je sais, Nat'…
          Léo tapa du poing sur la main de son ami, repliée sur la table comme un petit animal timide.
          – C'est que t'étais pas dans ta chambre cette nuit, et que t'as des putain de paumes bizarres au réveil, pas vrai ?
          Nathan baissa les yeux sur celles-ci, desserrant doucement les phalanges. La peau cramée se révéla à nouveau, et il eut presque mal rien qu'à la regarder.







– Troisième tour. Le soir tombe sur le village. –


          Deux ombres filant dans la nuit. Deux êtres fonçant à travers les rues. Une équipe parfaitement rodée, machine de guerre dépenaillée. Leur souffle bruissant dans l'air froid, s'enroulant sur lui-même dans des volutes blancs. Leurs griffes légères crochetant l'asphalte. Leurs muscles agiles roulant sous leur peau brûlante. Leurs gueules entrouvertes, qui semaient les gouttelettes comme autant de larmes.
          Les loups eurent beau chercher, cette nuit-là, personne ne mit un pied dehors.





– Troisième tour. Le soleil se lève, les villageois se réveillent. –


          Gabriel eut un réveil plutôt original, ce jour-ci, puisque ce fut un klaxon déchaîné qui le tira du sommeil.
          Sonné, il ouvrit les paupières… pour se retrouver face à un énorme 4x4 rutilant. Le monstre mécanique, à quelques pas de lui, le surplombait de toute sa masse titanesque.
          Dire qu'il y avait des gens suffisamment riches – suffisamment vains – pour s'offrir des monstruosités pareilles.
          Le garçon n'eut pas le loisir de poursuivre cette réflexion plus loin, puisque le klaxon s'énerva encore. Accompagné des gesticulations du conducteur dont Gabriel percevait une ombre approximative.
          – D'accord, d'accord. On se calme.
          Il se releva lourdement, arrachant son corps de…
          …la route.
          Sonné, il se frotta la joue, où étaient restés incrustés quelques gravillons.
          Voilà qui était nouveau. Que faisait-il couché en pleine rue ?
          Il gagna le trottoir, les membres gourds comme dans un rêve étrange. Il s'agissait probablement d'un rêve étrange, d'ailleurs. Ce ne pouvait être que ça.
          Gabriel baissa les yeux et rougit jusqu'à la racine de ses cheveux blonds.
          Il. Etait. Nu.
          Il bondit derrière le buisson le plus proche et s'accroupit, se raccrochant aux branches, y enroulant ses doigts dans l'espoir futile de se réveiller.
          – Pas de problème. Tout va bien.
          Il fallait que ce soit un cauchemar. Absolument.
          Quelle heure était-il, d'ailleurs ? Sa main chercha, dans le vide. Evidemment. Pas d'habits, pas de poche. Pas de portable. Bon. Plus simple. Quel jour était-il ?
          Pourvu que ce ne soit pas un jour de semaine. Pourvu que ce ne soit pas un jour de cours.
          – Samedi, se souvint-il enfin. Bien sûr.
          La veille, ils avaient regardé un film en famille. Et puis… et puis quoi ? Il s'était couché. Normal. Il en était tout à fait certain. Il s'était même endormi au bout d'une heure, alors, nom d'un sacré bon sang de chien, que fichait-il en plein milieu de la ville ? Avait-il dormi là ? L'avait-on… kidnappé ?
          Euh… violé ?
Les idées les plus folles se succédèrent sous son crâne. Personne ne s'endormait gentiment dans son lit pour aller se réveiller ailleurs. Personne de normal, en tout cas.
          Euh… Super pouvoir ? La téléportation, tout ça ?
          – Ok. Je me suis pas fait mordre par une araignée. Ni par, euh… un vampire. Ni un loup-garou, tant qu'on y est. Ni par un poulpe.
          Autant se rendre à l'évidence : il était seul, perdu en plein centre-ville. Or, il habitait en périphérie. Pire : il était complètement nu et aucun de ses vêtements ne gisait à côté – il vérifia d'un coup d'œil.
          Zut. Pour parler poliment.
          – Euh, salut ?
          Il fit un bond d'à peu près trois mètres et fit volte-face, oubliant brièvement sa nudité.
          Une fille se tenait devant lui. Une fille se tenait devant lui.
          Alerte, alerte.
          Il jeta un coup d'œil aux alentours avec un air de bête traquée, avant de se recroqueviller comme il le pouvait.
          Aleeeeeeeerte. Zut. Shit. Merde. Bordel.
          – Euh. Sa… Salut.
          Elle le considéra d'en haut, un air perplexe sur les traits. Son visage lui disait quelque chose.
          – Euh… t'es perdu ?
          – Ouais. C'est ça. Je suis… complètement paumé, ce matin, haha. En tout cas, qu'est-ce que je crève la dalle !
          Il aurait presque pu manger la fille. Mais à la place, dans une dérisoire tentative d'humour, il désigna sa tenue.
          – Je suis pas le seul à avoir dormi par terre, on dirait.
          Ses vêtements étaient déchirés d'à peu près partout ; des lambeaux frôlaient sa peau à chaque mouvement. Mais, au moins, elle en avait. Il aurait voulu lui demander ce qu'elle faisait ici dans cet état, mais se retint. Le plus bizarre des deux, ce n'était pas elle…
          Elle haussa un sourcil.
          – Dormi par terre, je sais pas, mais complètement paumée, c'est sûr. Je… Je me sens bizarre.
          Ils s'observèrent mutuellement puis éclatèrent de rire.
          – Ok. Deux paumés en pleine nature – en pleine ville, pardon, reprit-il. Qu'est-ce qui t'est arrivé ?
          Elle s'assit près de lui, et il retint un mouvement de recul. Il était quand même nu. Comme un ver.
          – Moi, qu'est-ce qu'il m'est arrivé ? C'est pas moi qui dort toute nue en plein milieu de la route.
          – Ok. Je me suis… réveillé là. Je m'étais endormi dans mon lit, normal, tu vois.
          Voilà qu'il se mettait à raconter sa vie à une inconnue. Mais sa tête lui disait vraiment quelque chose. Il la regarda plus attentivement. Elle avait de longs cheveux noirs, et un air indéniablement asiatique.
          – Hmm, ok, c'est tout à fait normal, dit-elle d'un ton faussement enjoué. Somnambule ?
          – Bah non. C'est ça qui est bizarre, justement.
          Il eut un sourire un peu hésitant.
          – Vaut mieux éviter, par les temps qui courent, non ?
          – Comment ça ?
          Son regard était fuyant, elle paraissait ailleurs. Son maquillage avait coulé sous ses paupières et sur ses joues. Il n'était visiblement pas le seul à côté de la plaque.
          – Et bien, dit-il en se raclant la gorge, les loups qui écument la ville, tout ça.
          – Des… des loups ?
          Elle le regarda comme s'il venait de mentionner des poulpes mangeurs d'hommes.
          – Des loups ici, sérieux ?
          – Ecoute… oui, à ce qu'il paraît. Y'a même eu un meurtre.
          – Quoi ?
          – Quoi, t'es pas au courant ? Bon sang, tu dois être la seule. Y'a eu un meurtre avant-hier. Il paraît que la fille était à peine reconnaissable. Elle aurait été… dévorée vive.
          – De… hein… tu…
          Un long frisson parcourut la fille des pieds à la tête ; ses yeux s'agitèrent en tout sens, traqués. Elle referma les bras autour de son torse et glissa les doigts dans les accrocs du tissu.
          – Je… avant-hier… un meurtre… ?
          Gabriel regarda son épaule dénudée. Le faire ? Pas le faire? Allez, un peu de courage. Elle avait l'air terrifiée. Il se décida et posa doucement une main sur sa peau. Elle sursauta et il se pencha vers elle.
          – Hé, du calme. On craint rien. Il ne fait pas nuit. Y'a eu une morte, mais c'est fini. C'est fini.
          Il aurait aimé y croire lui-même.
          Elle respirait fort, haletait même. Ses yeux balayaient le sol couvert de givre. Gabriel se mit à grelotter, réalisant enfin la température glaciale que son corps avait choisi d'ignorer jusque-là.
          – Alors, hmm… Tu… euh, tu t'appelles comment ?
          Bon sang, c'était pas possible, il était sûr de l'avoir vue. Récemment.
          Elle leva vers lui ses yeux en amande emplis d'incompréhension.
          – Je… Mon nom c'est Maud. Maud Liret.
          Dans un flash, ce qu'il cherchait depuis tout à l'heure lui revint enfin en mémoire. La photo dans le journal de l'avant-veille. Au dessus, un titre : "UN MEURTRE DANS LA NUIT". Et juste à côté, celle de son cadavre.



------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Tiunterof
Gardien grincheux de la CB
avatar

Masculin Bélier Messages : 1796
Date d'inscription : 24/10/2012
Localisation : Sur la CB, comme toujours.
Humeur : sss

MessageSujet: Re: Entre chien et loup    Mar 18 Aoû - 19:14

Les moments que je trouve pas naturels sont dans la scène où on a le point de vue des loups, en fait j'ai l'impression que tu te complique la vie sans que ce soit vraiment utile. X)
Ah et puis le lampadaire qui crache de la lumière, je vois ce que tu veux dire, mais je bloque sur le mot "cracher", que je trouve pas vraiment approprié, j'imagine un lampadaire avec une ampoule défectueuse qui balance des étincelles. X)

Sinon, j'aime beaucoup la suite mais...
Aaaaaaah. T_T
Le gars qui se retrouve nu dans la rue, je déteste lire ce genre de scène, quand une personne se trouve dans une situation honteuse que ce soit dans un film, un texte ou la vrai vie je me met à sa place et j'ai honte pour lui, c'est affreux, j'ai même pas pu apprécier la dernière phrase choc de cette partie. X)
Revenir en haut Aller en bas
Melati

avatar

Féminin Scorpion Messages : 24
Date d'inscription : 12/04/2015
Localisation : Dans un pays, lointain... ♪

MessageSujet: Re: Entre chien et loup    Jeu 20 Aoû - 18:37

Heyaaa !
Donc, alors. D'abord, c'est trop bien. :3
L'idée est tout con, mais franchement fallait y penser et ça peut vraiment donner un truc pas mal. Je compte sur toi là-dessus e.e.
En tout cas pour le moment chapeau, j'aime beaucoup le gros tas de répliques au début mode jesaispasquiparlemaisc'estpasgravec'estlegrosbordelmaisc'estdrôlequandmême. Hum, bref.
Par contre je crois que le petit paragraphe entre ça et le premier tour m'a pas convaincue :[
Je pense que je le trouve soit pas assez soit trop développé pour ce qu'il veut dire (je me comprends que je parle). Par contre la dernière phrase accroche bien ! :3
Pour le reste rien à dire, on est bien dans l'ambiance tout... On comprend petit à petit qui est qui.
Bref, bon boulot, continuuue ! =D

------------------------------------------------------------------------------------------------
(:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4815
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Entre chien et loup    Dim 23 Aoû - 21:04

Tiun : aaaah oui, je vois je vois :3 haha, ça m'étonne pas, avec le recul certaines métaphores sont effectivement bizarres x) Oh, trop d'empathie en toi, cher naga :niark:

Mela : merci beaucoup de ta lecture, ça me fait super plaisir, je t'offre un panda :ridicule:
Et pour le paragraphe, je sais... j'avais pensé à l'enlever carrément et à juste laisser une petite phrase (genre la dernière sur laquelle t'as flashé)... t'en penses quoi ? Question













– Quatrième tour. Le soir tombe sur le village. –









           Un fille marchait seule dans la nuit. Elle avait la peau blanche, presque spectrale sous la lune, et de longs cheveux noirs ébouriffés qui n'avaient pas connu le peigne depuis des jours. Ses habits étaient percés d'accrocs, déchirés dans les grandes largeurs. Elle était pieds nus. Et elle marchait seule, dans le bruit mat de ses talons sur le goudron.
           Peut-être était-ce la seule qui n'avait pas eu connaissance du couvre-feu. Peut-être était-ce la seule qui n'avait pas pris la menace des loups au sérieux.
           Ou peut-être était-elle juste la seule à qui il manquait plus d'un jour de mémoire. La seule qui avait vu, dans le journal que lui tendait un blondinet enfin rhabillé, sa propre photographie. Avant. Après.
           En quelque sorte, la seule à fuir sa propre famille, sa propre maison, son propre passé. Sans rien comprendre.
           Mais les loups n'étaient pas de sortie cette nuit-là.
           Un souffle immense, si pesant qu'elle eut l'impression d'en porter le poids sur ses épaules, résonna soudain dans la rue.
           Des images lui revinrent par paquets sanglants, dansèrent devant ses yeux. Des écailles et des dents. De la chair déchirée, coincée entre de longs crocs acérés.
           Elle fit volte-face, fixa le fond de la rue, plongé dans l'obscurité. Tendue face aux ténèbres. Et toujours ce bruit immonde qui imprégnait les murs. Lourd. Tranquille.
           Sa proie ne lui échapperait pas. Pas plus que la dernière fois.
           Maud resta immobile, comme un lapin en pleins phares, alors que les souvenirs se jetaient sur elle comme une nuée de corbeaux, la malmenaient, tiraient sur ses vêtements et traçaient de longs traits de feu dans sa chair.
           – Non, sanglota-t-elle. Non, non. Pas ce soir, je vous en prie. Pas encore… Je vous en prie. Je vous en prie…
           Cours, gémissait sa voix sous son crâne. Cours, cours.
           Elle se retourna et se mit à courir.
           Elle n'avait aucune chance.







– Quatrième tour. Le soleil se lève, les villageois se réveillent. –




           La première chose que fit Sophie en ouvrant les yeux, ce fut de vérifier qu'elle était bien dans son lit.
           La réponse était oui. Ouf.
           La veille, elle s'était retrouvée à plat ventre sur le trottoir, complètement nue.  Comme un asticot tombé du ciel. Heureusement, ladite chute céleste avait eu lieu juste en face de la porte de sa maison ; elle avait pu se glisser à l'intérieur, courbée en deux, avant que quiconque ait pu la voir. Sans compter la fringale qui allait avec. Sans rire, elle avait eu tellement faim qu'elle avait failli croquer la porte du frigo sans avoir la force de l'ouvrir.
           Sincèrement, c'était la chose la plus bizarre qui lui était arrivée depuis un bout de temps. Depuis toujours, en fait.
           Elle s'étira lascivement – une larve au réveil, pensait-elle toujours – avant de rouler hors de son matelas. Elle n'était pas du genre à ressasser des choses. Même des choses étranges. Bon, okay, même des choses très étranges. Genre… par exemple… lorsqu'au fait de se réveiller en pleine rue s'ajoutait celui d'avoir les paumes et les pieds sales et collants. Elle avait cru se réveiller dans la peau d'un chien errant. Mais bon.
           Après un petit déjeuner gargantuesque, elle se planta devant son ordi et fit un petit tour d'horizon sur Facebook. Quelque chose attira son attention sur la page du lycée – non celle tenue par les profs, claire et nette, mais plutôt celle où les élèves crachaient leur dégoût quotidien envers les cours et les autres. Ou bien leur vie. Amusant, s'était-elle toujours dit. Ça peut servir.
           Comme quoi…

           Ok, qu'on me dise si la même chose est arrivée à quelqu'un : se retrouver couché, nu, en pleine rue, je veux dire, en plein milieu de la route. Par exemple, être réveillé par le klaxon d'un énorme 4x4 sur le point de vous écrabouiller. Enfin quoi, délit d'assoupissement sur la voie publique, vous connaissez pas ?
           Bref. Je répète : suis-je le seul à perdre la boule ?
           – Celui-qui-ronflait-sur-l'asphalte-ce-matin


           Le post était suivi de commentaires passablement crétins et mal orthographiés – comme habituellement sur FB, se dit Sophie. Elle jeta un coup d'œil à la date, à l'heure. La veille, à huit heures du matin.
           La veille.
           Autrement dit, le moment où elle-même s'était réveillée rampant sur le goudron comme une grosse chenille.
           Elle se jeta littéralement sur la souris, accéda au profil du fameux "Celui-qui-ronflait-sur-l'asphalte-ce-matin". Un petit blondinet assez mignon. Gabriel Tirat.
           Hé ! Elle avait connu un Gabriel. Elle avait même… connu un Gabriel qui souffrait de son nom de famille parce qu'on le traitait de rat. De petit rat.
           Tirat.
           Sophie, nez pincé, fouilla dans sa mémoire. Plus loin. Encore plus loin. Houlà, c'était vraiment vieux. Ce n'était plus des bribes de passé, c'était carrément des décombres, des miettes. Elle en extirpa tout de même quelque chose. Un été entre amis. Elle devait avoir… quel âge avait-elle à cette époque ? Ah, c'était l'été précédent la rentrée en sixième. Ils étaient nombreux. Sept, huit ? Comment savoir ? Seul ce petit minois retrouvé dansait devant ses yeux, et ce nom, Gabriel. Oui, un petit blond aux dents du bonheur, avec une tendance à faire des caprices.
           Quelle drôle de coïncidence, quand même.
           Elle lui envoya une demande en ami, priant pour qu'il réponde vite. Il fallait qu'ils parlent. Il le fallait.



***



           Gabriel Tirat a dit : Euh, salut. Je peux savoir qui tu es ?
           Sophie Adam a dit : Oh cool, t'as répondu ! Ecoute, rassure-toi, chuis pas un pédophile.  
           Sophie Adam a dit : Enfin, pas encore :D
           Gabriel Tirat a dit : Euh
           Gabriel Tirat a dit : Cool.
           Sophie Adam a dit : Oui donc. J'ai vu ton post sur la page du lycée, tu sais ? Là où tu disais que tu t'étais retrouvé cul nu sur le goudron. En gros.
           Gabriel Tirat a dit : Ouais, en gros c'était ça. Et ?
           Sophie Adam a dit : Et… il m'est arrivé la même chose, le même jour.
           Gabriel Tirat a dit : Par terre en plein milieu de la route ?
           Sophie Adam a dit : Oui. Enfin non, en plein milieu du trottoir, disons. Et comme je me suis réveillée tôt j'ai pu me glisser chez moi discretos.
           Sophie Adam a dit : Euh, l'anecdote du 4x4 est vraie ? xD
           Gabriel Tirat a dit : Oui, elle est vraie xD t'as eu du bol, j'ai dû traverser la moitié de la ville en stop, après avoir mendié pour un plaid chez quelqu'un. Et… ouah, je pensais sincèrement que j'étais le seul, que j'étais devenu… somnambule ou un truc du genre.
           Sophie Adam a dit : Pareil. Et je sais pas toi, mais j'avais les mains et les pieds super sales.
           Gabriel Tirat a dit : Les pieds j'ai pas fait gaffe. Mais les mains oui, j'ai vu. Dégueu. On aurait dit que j'avais traversé la ville à quatre pattes.
           Sophie Adam a dit : Si ça se trouve on est des loups-garous, héhé.
           Gabriel Tirat a dit : Hein ?
           Sophie Adam a dit : Y'a deux loups dans la ville la nuit et nous on se retrouve à quatre pattes sur le bitume le matin, bizarre non ? :D
           Gabriel Tirat a dit : Flippant oui xD
           Gabriel Tirat a dit : N'importe quoi xD Si ça se trouve c'est juste euh… une forme de pédophile plus malin ou évolué que la moyenne.
           Sophie Adam a dit : Okay, bah tu sais quoi, je crois que je préférais l'option des loups.
           Gabriel Tirat a dit : Attends une seconde je…
           Gabriel Tirat a dit : OH LA VACHE
           Sophie Adam a dit : Quoi, quoi ?
           Gabriel Tirat a dit : Bon sang de Dieu
           Gabriel Tirat a dit : Je t'explique
           Gabriel Tirat a dit : C'est… C'est genre pas possible… Ils doivent forcément se tromper.
           Sophie Adam a dit : QUOI ??!!
           Gabriel Tirat a dit : Ok en gros, tu vois, me réveiller tout nu par terre c'était pas le plus bizarre.
           Sophie Adam a dit : Sans blague ?
           Gabriel Tirat a dit : J'ai… J'ai croisé une fille qui était censée être morte.
           Sophie Adam a dit : … WHAT ?
           Gabriel Tirat a dit : Je rigole pas. Maud Liret. Ça te dit quelque chose ?
           Sophie Adam a dit : … oui je crois
           Sophie Adam a dit : Attends, c'est… la fille qui est morte avant-avant-hier ?
           Gabriel Tirat a dit : Ouais. Elle ressemblait à la photo, elle avait l'air paumé, elle s'est présentée comme Maud Liret. Et ses habits étaient tout déchirés.
           Gabriel Tirat a dit : Mais c'est pas ça le plus flippant.
           Sophie Adam a dit : ah ouais ? Qu'est-ce qui peut être plus flippant que croiser une fille morte dévorée vive ?
           Gabriel Tirat a dit : Genre, voir qu'ils ont découvert encore un corps aujourd'hui.
           Gabriel Tirat a dit : SON corps.
           Sophie Adam a dit : WHAT ?!!!
           Gabriel Tirat a dit : Ouais, ils l'ont identifiée pour la deuxième fois. Ils comprennent pas. Elle est censée être morte depuis deux bons jours.
           Sophie Adam a dit : Zombie-power
           Sophie Adam a dit : Non sérieux, comment c'est possible ? Tu l'as vraiment vue, VUE ? En pleine forme, genre tout est normal ?
           Gabriel Tirat a dit : Comme je te l'ai dit, à part les habits, ouais. Aucune égratignure. Mais elle était sacrément paumée. Elle… elle n'avait aucun souvenir de la veille.
           Gabriel Tirat a dit : Genre… comme si elle avait pas été là.
           Sophie Adam a dit : C'est impossible
           Sophie Adam a dit : Comme si elle était morte, puis qu'elle était ressortie des Limbes juste pour se faire bouffer une deuxième fois
           Sophie Adam a dit : Putain de merde
           Sophie Adam a dit : Tu crois que c'était une coïncidence ? Le fait qu'elle soit revenue, et le soir même, BAM ?
           Gabriel Tirat a dit : Je sais pas. Un peu bizarre comme coïncidence, non ?
           Gabriel Tirat a dit : … …
           Gabriel Tirat a dit : Dévorée vive. Ça… C'est tellement horrible.
           Sophie Adam a dit : Ça fait pas un peu comme si elle était revenue pour ça ? Elle se pointe et PAF
           Sophie Adam a dit : Elle crève. C'est… C'est carrément flippant.
           Sophie Adam a dit : WAH PITAING
           Sophie Adam a dit : Je sais pourquoi son prénom me paraissait familier
           Sophie Adam a dit : On se connaissait, à une époque. Maud, toi, et moi. Et d'autres.
           Gabriel Tirat a dit : Comment ça ?
           Sophie Adam a dit : L'été avant la sixième. Réfléchis-y. Ton prénom m'est revenu en tête, celui de Maud aussi. On était sept ou huit gosses, je crois. On jouait ensemble, on se CONNAISSAIT.
           Sophie Adam a dit : Et comme par hasard
           Gabriel Tirat a dit : Comme par hasard, on se retrouve à ronfler sur la route et pendant ce temps Maud se fait tuer.
           Gabriel Tirat a dit : Deux fois de suite.
           Sophie Adam a dit : Tu penses que ça pourrait être… genre, une malédiction ?
           Gabriel Tirat a dit : Je crois pas à ces trucs-là.
           Sophie Adam a dit : Euh, moi non plus, mais on est face à un cas de double meurtre avec résurrection entre les deux
           Sophie Adam a dit : Je pense qu'on peut limite accuser Bloody Mary ou un spectre du genre.
           Gabriel Tirat a dit : Faut qu'on retrouve les autres.
           Sophie Adam a dit : Ceux qui étaient avec nous cet été là ?
           Gabriel Tirat a dit : Oui. Ceux qui faisaient partie du groupe. Et s'ils se faisaient tuer eux aussi ? Et si y'avait… comme une liste funèbre, comme si on allait mourir les uns après les autres ? Comme dans les films ?
           Sophie Adam a dit : Ouais c'est… C'est totalement flippant. Je vais essayer de me rappeler les autres. Toi aussi. Ou… peut-être sur Facebook… Je sais pas…
           Gabriel Tirat a dit : En tout cas…
           Gabriel Tirat a dit : On a intérêt à respecter le couvre-feu.
           Gabriel Tirat a dit : Y'a comme qui dirait un truc qui bouffe les gens, dehors.










– Cinquième tour. Le soir tombe sur le village. –



           Cette nuit-là, les loups étaient de sortie. Ils arpentaient la ville, truffe au vent. Leurs muscles tremblaient de faim. De longs filaments nacrés s'étiraient dans le sillage de leur gueule. L'un d'eux stoppa soudain, faisant trottiner l'autre, jusqu'à ce qu'il s'arrête lui aussi. Ils goûtèrent l'air doucement ; soudain leurs pupilles s'étrécirent.
           Ils avaient trouvé leur proie.
           Ils filèrent le long de la rue, prirent à gauche, à droite, encore à droite, sans jamais montrer la moindre hésitation. Ils s'immobilisèrent lorsqu'à leurs yeux apparut enfin une ombre humaine, flânant le long du trottoir.
           Les prédateurs se concertèrent du regard, firent un bond de côté et, échine hérissée, rampèrent vers leur proie. Deux longs corps ondulants, fumants dans l'air glacé, se rapprochant insensiblement de la jeune fille.
           Celle-ci se retourna soudain. Les regarda venir vers elle, sans un bruit. Elle s'accroupit  à leur hauteur. Leurs regards se croisèrent, noisette pour elle, or fondu pour eux. Le regard du loup argenté chercha celui de l'autre, sans succès. Le brun était fasciné par la jeune fille.
           Ils la frôlaient, à présent, si près qu'une goutte de salive translucide coula le long de son genou nu. Leurs souffles se firent écho.
           Les yeux de la fille perdirent soudain leur humanité, s'arrondirent, se teintèrent d'éclats verts, de reflets bleus, de lumières inconnues. Elle poussa un gémissement, mais les loups n'attendirent pas davantage.
           La queue basse, ils fuirent loin d'elle, leurs pattes minces martelant le goudron. La faim grondant dans leurs ventres. Ils se fondirent dans les ténèbres, ombres parmi les ombres, alors qu'elle changeait de corps.








------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Tiunterof
Gardien grincheux de la CB
avatar

Masculin Bélier Messages : 1796
Date d'inscription : 24/10/2012
Localisation : Sur la CB, comme toujours.
Humeur : sss

MessageSujet: Re: Entre chien et loup    Lun 24 Aoû - 20:56

J'ai rien de constructif à dire donc je vais juste te dire que j'ai beaucoup aimé, encore. :3
Surtout que là au niveau des métaphore c'est bien plus naturel et du coup la lecture est plus fluide.
Revenir en haut Aller en bas
Magostera

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 78
Date d'inscription : 10/03/2014
Localisation : La ou je rêve être
Humeur : Volatile

MessageSujet: Re: Entre chien et loup    Mar 25 Aoû - 11:58

Quand j'ai lu le premier chapitre, je dois avouer que je trouvais ça amusant plus qu'emballant. Et puis j'ai vu la suite et j'ai compris où tu voulais en venir. j'ai adoré l'idée :D Voir un jeu prendre vie de cette manière, terrifiante sans aucun doute pour ceux qui sont en train d'y jouer bien malgré eux, plus encore pour ceux ayant fixé les règles de ce cauchemar et n'ont pas l'air encore de se rendre compte de leur "responsabilité" ( quelle qu'elle soit ) dans celui-ci.


Je laisse les commentaires sur le niveau d'écriture à Tiun ( je me sens pas très qualifié pour en faire Embarassed ), personnellement je me contenterais de dire que je partage son avis sur la fluidité qui s'améliore dans le dernier chapitre. Ça coule plus facilement sur la langue si tu vois ce que je veux dire.

Au niveau de la forme, j'ai apprécié la différence de style entre le jour et la nuit, cette impression de regarder une partie avec le meilleur MJ du monde et des joueurs dotés de personnalités multiples pour renforcer encore l'immersion.

Bref, j'ai vraiment aimé  :p

------------------------------------------------------------------------------------------------

Even in the deepest madness, Lancelot of the Lake stay the unrivaled Knight of Honor.
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4815
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Entre chien et loup    Mar 25 Aoû - 20:08

Merci à vous deux, ta lecture me fait très plaisir, Flint, je me suis tellement éclatée à écrire ce truc. J'ai eu exactement la même réaction que toi en ayant l'idée : "ouais, héhé, marrant" et puis au fur et à mesure "Ouah, ça va devenir génial"  :-p

Allez, un gros morceau pour vous faire plaisir.

Et j'attends toujours le com' d'Ailée, namaiho ! :la:













– Cinquième tour. Le soleil se lève, les villageois se réveillent. –



          Clara, tête baissée, se traça tant bien que mal un chemin dans la foule de lycéens. Le cœur battant, le souffle court. Craignant à tout instant d'entendre un rire près de son oreille, de sentir des mains agripper cruellement ses cheveux, de vaciller sous un jet d'insultes ciblées. Ses yeux noisette surveillaient le sol à ses pieds ; la dernière fois qu'elle avait oublié de se tenir sur ses gardes, une jambe tendue l'avait envoyée se casser le nez par terre.
          Bon, bien évidemment, c'était avant. Elle étouffa un ricanement pour elle-même. Ah, la seconde et ses joies… Mais, même s'il n'y avait pas eu d'atteintes à sa personne depuis presque deux années, elle refusait de baisser sa garde. Le cauchemar qu'on l'avait habituée à vivre ne disparaissait pas facilement. Il empreignait encore ses pensées, son corps.
          Contrairement à ce que les gens croyaient souvent, le pire des harcèlement n'était pas forcément celui qui portait sur un plan physique. Les attouchements, les croche-pieds, les tiraillement de cheveux dans les couloir, les bousculades, cela elle s'y était vite habituée – on s'habitue à tout, paraît-il. Non, le pire, c'étaient les dégâts psychologiques. Les petites piques enjôleuses qui l'atteignaient en permanence – elle avait parfois encore l'impression de les entendre dans le brouhaha général –, les insultes, les critiques sur son corps, ses notes, son caractère de soumise. Bref. Un immonde amalgame assez dévastateur, qui avait fait d'elle une névrosée. Le genre qui ne pouvait pas traverser deux rues sans fondre en larmes sous le regard des gens. Le genre qui avait une peur panique du téléphone et surtout des gens cachés derrière. Le genre incapable d'aller seulement s'acheter un paquet de pâtes à l'épicerie.
          Est-ce qu'elle se soignait ? Tout était relatif. Disons qu'elle s'imposait à elle-même une thérapie. Une thérapie de la sociabilité. C'étaient ses amis qui l'avaient pour ainsi dire sortie de l'abysse, sans même qu'ils s'en rendent compte. Le dicton "l'union fait la force" était vrai, si vrai. Elle avait appris à relever la tête à leurs côtés. A rire à nouveau. A sourire, simplement. Mais il lui restait encore des progrès. Par exemple… ignorer les rires dans un rayon de cinq mètres autour d'elle. Elle avait trop pris l'habitude de les craindre pour les balayer du jour au lendemain. Même s'il ne lui étaient plus adressés, dorénavant.
          Oui. Clara avait remonté la pente.
          Elle bondit au milieu de ses amies, enchaîna les bises. La cloche sonna déjà et elles entrèrent en classe. Elle aurait tout le loisir de repenser à sa nuit étrange.
          Elle était sortie vers vingt et une heures, ce qui, en plein hiver, s'apparentait au milieu de la nuit. C'était comme si la rue était plongée dans l'encre. Les miasmes de ténèbres étaient si épais qu'elle avait failli ne pas les voir arriver.
          Eux, les loups.
          Elle était sortie pour eux. Ignorant le couvre-feu et les deux cadavres sanguinolents qui avaient été retrouvés. Elle ne pensait pas les loups capables d'une telle chose. Bon, elle avait un peu l'impression de tout savoir mieux que tout le monde, aussi ; elle le reconnaissait volontiers. Mais elle voulait les voir, en tout cas. Elle était certaine qu'ils ne l'attaqueraient pas, même en ayant la faim aux tripes. Ils la fascinaient. De fait, tous les prédateurs la fascinaient. Tout ce qui faisait peur aux hommes. Y compris jusqu'aux araignées, qu'elle estimait profondément pour avoir réussi à s'imposer à ce point tout en mesurant un centimètre. Extraordinaire. Malheureusement, elle-même n'avait pas la trempe d'une araignée. Elle était plutôt une petite souris. Discrète, fuyante, pas très jolie. Et martyrisée sans même que les gens s'en rendent compte.
          Bref. Elle s'était accroupie devant eux. Ils étaient venus la voir. Si près qu'elle avait pu sentir leur haleine pestilentielle. Si près qu'une goutte de bave avait coulé le long de son genou froid. Si près qu'elle aurait pu tendre la main et les caresser. Ce qu'elle n'avait pas fait. Les loups n'étaient pas des chienchiens de compagnie et ne devaient pas le devenir, jamais. Ils étaient des prédateurs et devaient le rester.
          Il y avait eu un flash devant ses yeux, et elle avait perdu pied. Aucun souvenir à partir de cet instant. Rien. Le néant. Elle s'était réveillée dans son lit, sous le hurlement de son réveil.
          Problème de maths à résoudre.
          Clara grogna et saisit son crayon, mais ce fut juste pour y appuyer son menton.
          Allez, cherche, cherche. Réfléchis.
          Elle fouilla dans sa mémoire, le plus profond possible, là où la barrière de néant – la limite de son inconscient, dixit Freud – accrochait ses pensées et les empêchait d'aller plus loin.
          Laisse-moi entrer. Allez. ALLEZ !!
          Voilà qu'elle se battait contre elle-même, à présent. L'énoncé de mathématiques la narguait toujours, mais elle avait un problème plus important – et plus ardu – à résoudre. Elle gratta délicatement à la surface de sa mémoire, les yeux fermés, se repassant encore et encore le film des dernières secondes où elle avait été consciente. Les loups. Leurs regards. Acérés au début. Puis curieux. Puis… fuyants.
          Ah !
          Elle avait quelque chose. Un changement dans sa propre vision. Les couleurs. Oui. Elle avait vu des couleurs inexistantes. Un camaïeu incroyable qu'elle n'aurait même pas su nommer. Sa vue avait changé. Ainsi que…
          ALLEZ !!
          Une douleur avait éclos le long de ses membres, s'était propagée en rampant sur sa peau. Oui. Elle la sentait presque. Presque, presque.
          Ensuite. Elle avait porté une main à son visage. A son front. Pour sentir sa peau se… se déchirer ?! Une douleur fulgurante…
          Clara se cramponna d'une main à sa table, se pressa le front de l'autre. Elle avait brisé la digue. Les souvenirs ressurgissaient. Elle n'était plus si sûre de le vouloir.
          Et toujours cette vision étrange, chatoyante d'énergies lumineuses, qui se déployait devant ses yeux. Comme si la rue avait été passée au filtre coloré.
          Ses muscles brûlèrent, comme en train de fondre. Elle se retrouva soudain à quatre pattes. Quatre pattes ?! Et sa peau protégée du froid. Elle s'était habillée ? A moins que… la douleur qui s'était propagée sur sa peau…
          Des poils ?
          Un loup ? Etait-elle un loup ? Etait-ce le regard des deux bêtes qui avait déclenché la métamorphose ?
          Clara regardait ses mains tremblantes, posées à plat sur la table. Les imaginant couvertes d'un pelage gris.
          Elle était un loup.
          Elle… elle pouvait chasser. Elle pouvait tuer. Sans le savoir.
          Elle devenait folle, aussi. Ça, c'était une autre possibilité.
          Mais ce n'était pas elle, ni les deux autres, qui avaient dévoré les deux victimes. Ou la victime, selon les versions des rumeurs – c'était complètement absurde. Bref.
          La veille, c'était elle qui avait découvert le corps. Elle, Clara Pailler. Enfin, le cadavre. La chose. Le machin répugnant, informe, qui rappelait à s'y méprendre une énorme boulette de viande hachée. Clara avait porté les mains à sa bouche, avait titubé, et s'était mise à étouffer littéralement. Elle avait glissé au sol, le cœur écrasé par la terreur, les mains crispées sur sa gorge haletante, les yeux pleins de sang, du sang sur ses cils, du sang sur ses joues, du sang sur ses mains. Un voile rouge posé sur ses prunelles.
          Lorsqu'enfin elle avait réussi à aspirer un peu d'air et posé à nouveau ses yeux sur le cadavre, elle s'était relevée, s'était un peu approchée. En composant d'un doigt moite le numéro de la gendarmerie, une drôle d'odeur s'était infiltrée dans ses narines. Pas celle du sang et de la mort, puanteur puissante qui l'avait tout de suite prise aux tripes. Non, celle-là était plus fine, réellement ténue, et il avait fallu qu'elle approche le corps, encore et encore, pour pouvoir y coller une étiquette.
          Soufre. Feu. Cendre.
          Le corps n'avait pourtant aucune trace de brûlure.
          Au sol, à ses pieds, quelque chose accrochait la lumière. Quelque chose de fragile, de translucide, qui lançait des éclats de détresse vers le ciel. Elle s'était penchée, sur ses gardes. Le cœur battant à tout rompre.
          Entre deux doigts, délicatement, elle avait saisi l'écaille. Légère et pourtant si solide, si dure. Aucun serpent, aucun reptile n'en avait de semblables. Elle le savait, elle s'y connaissait. Elle avait tout su des serpents, entre sa période chauve-souris et sa période requins.
          Son esprit fit soudain le lien entre ce qu'elle tenait entre les doigts et ce que ses narines inspiraient.
          Bien sûr.
          Dragon.







– Sixième tour. Le soir tombe sur le village. –



          La nuit était plus glaciale encore que les précédentes. Si froide que le moindre souffle paraissait embraser l'air, si froide que chacun avait l'impression d'héberger un feu entre ses côtes, qu'il ne fallait pas laisser s'éteindre.
          Les rues étaient désertes ; découvrir deux cadavres les avaient vidées. Ou plutôt, la peur d'en retrouver un nouveau. Désormais, la nuit était seule à s'y promener, flottant sous son long voile de velours, semant des étoiles dans son sillage.
          Pas si seule que cela, finalement. Un téméraire traversait l'allée de sa maison au pas de charge, un sac poubelle gonflé à la main. Ses yeux bleus balayaient les environs avec nervosité, son souffle était court. Mais la vision des barrières dérisoires, dressées autour de l'allée comme pour la défendre de la rue, le rassérénait sans doute.
          Mais défendre de quoi, exactement ?
          Le vent se leva, ébouriffant ses cheveux blonds auxquels il porta la main comme pour les empêcher de s'envoler.
          Sauf qu'il ne s'agissait pas du vent.
          Un deuxième courant d'air, large et puissant, s'enfila à nouveau à travers la rue en bruissant sur les murs comme un spectre errant.
          L'adolescent comprit enfin ce dont il s'agissait. Un long souffle, calme et régulier. Chargé de braises invisibles qui réchauffaient l'air glacé. Le même, finalement, que celui qui visitait ses propres poumons, son propre cœur ; mais le cœur de cette chose, là dehors, n'avait sans doute rien à voir avec les proportions humaines.
          La main du jeune homme s'ouvrit, sans force ; le sac noir s'écrasa au sol dans une explosion de bruit. Ses yeux, épouvantés, élargis sous la force de l'effroi qui s'y trouvait, étaient fixés dans ceux de l'être qui lui faisait face, à l'autre bout de l'allée. Cet être si titanesque que ses côtes puissantes semblaient transformer les murs de béton en découpes de papier.
          Un long frisson parcourut l'humain des pieds à la tête, lui arrachant un gémissement ; lorsque ses yeux se rouvrirent, c'étaient ceux d'un loup.
          Les deux créatures se firent face un long moment ; l'une minuscule, la fourrure ébouriffée par le souffle énorme, l'autre écrasante de force et de masse.
          Devenu proie, le loup se recroquevilla avec un couinement plaintif. Puis le prédateur passa à l'action.






– Sixième tour. Le soleil se lève, les villageois se réveillent. –



          Léo bondit sur son ami sitôt qu'il l'aperçut dans la foule. Comme à son habitude, ce vieux ronchon de Nathan bougonnait en incendiant du regard ceux qui osaient le toucher ou le bousculer. Non, rectification. Ceux qui le bousculaient, il les criblaient de trous. Toujours avec son regard.
          – Hé, mec, t'as l'air de bonne humeur aujourd'hui !
          Il lui attrapa le bras d'un geste vif et le traîna à sa suite. Ils gravirent l'escalier au pas de course.
          – C'était de l'humour ? grogna Nathan.
          – Comment t'as deviné ? répliqua Léo dans un sourire éclatant.
          – Tu pourrais ralentir un peu ? Tu fais quoi, là, tu essaies de me faire cracher mes poumons avant même d'entrer en classe ?
          – Non, ça, ce serait si tu fumais encore. Là, j'essaie juste de te faire reprendre l'entraînement en douceur.
          – T'es con.
          Un sourire apparut enfin sur son visage, qui laissa derrière lui son air renfrogné. Léo se tourna derrière eux, cherchant quelque chose du regard.
          – T'as perdu un truc ?
          – Non, mais toi oui. Je cherche ton air renfrogné. T'as dû le laisser tomber par terre, tu l'auras pas vu par hasard ?
          Nathan lui flanqua son poing dans l'épaule.
          – Bon, crétin, tu vas m'expliquer ce qu'il se passe, oui ou non ?
          Ils stoppèrent au beau milieu du couloir, et devinrent bientôt deux rochers au milieu du torrent déchaîné des élèves.
          – Fais pas genre, Nat'. Ça fait deux jours, non, trois jours… nan putain ça fait même quatre foutus jours que t'arrives à éviter ce qu'on avait prévu. Je sais pas comment tu fais pour me le faire oublier à chaque fois que j'y pense, mec, mais cette fois tu vas pas passer au travers.
          – De quoi ?
          Mais le regard brun de Nathan était fuyant et son ami comprit l'avoir ferré.
          – Ouf, je t'ai enfin eu. T'es un poisson sacrément difficile, toi.
          – Hein ? Quoi ?
          – Laisse béton.
          Léo attrapa le bras de Nathan et le traîna encore sur quelques pas.
          – Tu vas me laisser tranquille à la f…
          – Dis bonjour, Nat' !
          Léo sourit de toutes ses dents au groupe de filles qui leur faisait face. Rectification, au groupe de pétasses. Houlà, Nathan n'allait pas aimer ça. Pas du tout.
          Celui-ci releva le regard sur la meute de blondes, bouche bée, avant de se tourner vers lui et de le cribler de balles imaginaires.
          – Hey les filles, reprit Léo devant l'absence de salutation de son ami. Hmm… On voudrait… Enfin… Est-ce qu'Elise Loriot est là ?
          Les gloussements de pintades s'interrompirent soudain, et un silence lourd de sens tomba sur le groupe. Une grande blondasse au corps de mannequin fit un pas vers eux, leur bouchant la vue.
          – Qu'est-ce que vous lui voulez, à Elise ?
          Sa voix était vive, mélodieuse, et incroyablement… dure.
          – Discuter un peu.
          – Demande refusée, répondit-elle dans un sourire charmant, avant que ses traits ne se crispent. Foutez-lui un peu la paix. Elle en a marre, vous comprenez, marre.
          Léo contempla quelques secondes ce vivant exemple de mère louve.
          – Dégagez, conclut-elle calmement. Ouste. Du balai.
          Elle tourna les talons, entraînant le reste de la meute dans son sillage. Léo tenta d'échapper au regard meurtrier de Nathan. Rectification : au regard gore de Nathan. Il préféra finalement piétiner à la suite du groupe :
          – Elise ! beugla-t-il. Elise ! J'ai le mec qui t'a soigné !
          Sa main pressa le poignet de Nathan comme un étau, et il se mit à la brandir et à l'agiter stupidement au dessus de leur tête.
          – J'ai le mec qui t'a…
          – Tu vas la fermer avant que je te tue ou bien tu préfères que je te coupe la langue ? siffla Nathan en reprenant brutalement possession de sa main.
          Trop tard. Une fille aussi plate qu'une planche à pain, aux jambes semblables à des allumettes et à la longue crinière de paille débarqua devant eux. Ses yeux bleus les regardèrent sous sa frange impeccable. Elle avait l'air de… de vouloir s'enfuir en courant, en fait. Elle détailla Nathan d'un long regard des pieds à la tête – houlà, cette histoire allait mal se terminer, le garçon avait horreur de ces "scanners" comme il les appelait.
          – T'as un problème ? gronda-t-il.
          Elise préféra accrocher ses yeux à ceux de Léo, moins antipathiques.
          – C'est lui, dit-elle dans un filet de voix. C'était… vraiment lui.
          Deux minutes plus tard, leurs fesses posées sur un banc froid et inconfortable, ils reprenaient la conversation.
          – Tu veux bien nous raconter comment ça s'est passé ? demanda doucement Léo.
          – Ok. Euh… il ne se souvient vraiment de rien ? dit-elle avec un coup d'œil furtif vers le garçon aux muscles crispés.
          – A ton avis ? T'as vu sa tête ? Bref. Raconte.
          – J'allais pas loin. Vraiment pas loin. C'est pour ça que je suis sortie, en fait. Une amie à deux rues de chez moi. Je marchais toute seule, y'avait la lumière des réverbères alors j'avais pas peur. Et puis j'ai entendu une sorte de bruit, le genre imperceptible, vous voyez ?
Léo jeta un coup d'œil rapide à son ami, espérant que l'usage de ce mot rehausserait Elise à ses yeux. Ce n'étaient pas toutes les poufs venues qui utilisaient "imperceptible". Cela dit, une autre voix en lui se dit que normalement, un bruit imperceptible était justement imperceptible, or elle l'avait visiblement perçu.
          Bref. Ce serait bien s'il arrivait à se concentrer sur l'essentiel, aussi.
          – Donc voilà, je me suis retournée, c'était le silence total, il faisait très sombre dans les coins. J'ai commencé à flipper carrément, du coup j'ai couru. Et puis j'ai entendu le bruit des pattes sur le goudron – j'ai un chien, j'ai reconnu le cliquetis des griffes –, j'ai couru plus vite, mais trop tard, le premier loup s'était jeté sur mes chevilles. Je me suis explosée par terre, de tout mon long, j'ai voulu hurler sauf que mon souffle était bloqué dans ma gorge, il m'agrippait la cheville droite, avec ses crocs je veux dire, ça faisait un mal de chien, et il tirait l'enfoiré, il secouait la gueule pour me déchirer les tendons.
          Le souffle de la jeune fille s'accélérait ; ses yeux étaient toujours plongés dans cet entre-deux voilé, entre le présent et les souvenirs. Entre la vie et la mort.
          – Là j'ai eu un putain de gros sanglot, ça faisait un mal de chien – oups, je l'ai déjà dit – et j'ai commencé à flipper, encore plus je veux dire, parce que je me demandais où était l'autre.
          – L'autre ?
          – L'autre loup, répondit Nathan à la place de la fille.
          Sa voix était renfrognée mais il l'invita à poursuivre d'un hochement de tête. Elle le remercia d'un regard.
          – Et là je l'ai vu, l'autre, il s'approchait furtivement de ma tête. Je crois qu'il visait ma gorge. Là j'ai voulu hurler à nouveau, sauf que j'ai lâché une espèce de couinement ridicule. Et là, tu es arrivé.
          Nathan leva les yeux au ciel sans répondre.
          – Je te jure que c'était toi. Exactement toi. T'avais une vraie tête de zombie, d'ailleurs. T'as rien dit, c'était le silence complet, mais en te voyant les loups ont grondé, celui qui me mordait la cheville m'a lâchée, et ils se sont enfuis.
          – Trop badass, conclut Léo.
          – Et là, j'ai essayé de me redresser sauf que ça faisait un putain de mal de chien…
          – Troisième fois, dit Nathan.
          – Je sais, ça va hein. Bref, j'étais clouée au sol, ma cheville était genre déchirée, y'avait des litres de sang au sol. J'ai cru que j'allais m'évanouir, mais là tu t'es approché, tu t'es mis à ma hauteur, et tu as posé les mains juste au dessus de la blessure.
          – Et ?
          – Il y a eu comme une sensation de chaleur, de brûlure même, et j'ai senti la plaie se refermer, les tendons se reconstruire, la peau cicatriser à la puissance dix. Et quand j'ai touché, y'avait plus rien. Rien du tout.
          Léo adressa un clin d'œil à Nathan.
          – Une sensation de brûlure, mon pote, répétait-il d'une voix triomphante. De brûlure. Genre, comme tes mains, tu piges ?
          Le garçon leva ses paumes devant ses yeux, mais c'était inutile ; la peau était comme neuve. Elle avait guéri depuis longtemps.
          – Je sais pas ce qu'il s'est passé, Nathan, dit Elise en butant sur le prénom, mais je peux te jurer que c'était toi. Possédé peut-être, mais toi.
          Nathan leva les mains en signe de reddition.
          – Ok, ok, j'avoue, j'aime arpenter les rues la nuit en mode zombie. Que voulez-vous, c'est mon péché mignon.
          Léo lui envoya une bourrade ; il retrouvait enfin son ami.
          Le regard gris-bleu d'Elise hésita, oscillant entre ses amies qui l'observaient de loin et les deux énergumènes postés sur le banc à ses côtés.
          – Ecoutez, dit-elle enfin. Comme vous avez l'air concernés, je vais vous dire un truc. Un truc, genre, encore plus bizarre.
          Les deux adolescents échangèrent un regard.
          – Oui ? fit Léo, surexcité.
          – J'ai des visions.
          – Euh…
          – Je savais que ça allait arriver. Enfin, j'avais vu Nathan en train de soigner quelqu'un au nez des loups, mais je savais pas que ça allait être moi…
          Nathan semblait tout prêt à lâcher son devenu culte "Jésus est de retour" , mais Léo lui faucha vite l'herbe sous le pied :
          – Tu l'as vu… quand ?
          – Au début de la nuit. J'ai failli m'endormir, et là j'ai eu la vision. Deux heures plus tard, le truc arrivait en vrai.
          – C'est un truc de dingue…
          – Mais c'est pas tout, reprit la jeune fille dans une inspiration décidée. J'ai des visions toutes les nuits.
          – Attends attends, intervint Nathan, des visions sur moi ?
          – Non, non. Je t'ai vu seulement la nuit même. Ça change à chaque fois. J'ai vu… (Sa voix baissa jusqu'à frôler le silence.) Une autre nuit, j'ai vu des ados se transformer en loups.
          Silence radio du côté des deux garçons.
          – Vous savez, les deux loups, personne ne sait d'où ils viennent ni où ils se cachent la journée. Il y a un garçon et une fille. Un blond aux yeux bleus, et une fille aux cheveux courts, bruns, et aux grosses lunettes.
          – Attends attends, reprit Nathan, laissant son air renfrogné définitivement derrière. Tu veux dire que t'as vu, genre, des loups-garous ?
          – Un truc de dingue, répétait Léo. Un putain de truc de dingue.
          Elise balaya les environs de son regard traqué, puis se mit à parler très vite.
          – Je vous jure ! Ils sortent dans la rue, ils commencent à longer le trottoir en mode zombie, et après ils ont une espèce de… frisson… répugnant, qui réorganise tout leur corps. Après ce sont des loups qui vagabondent à travers la ville…
          Devant le silence des deux garçons, elle reprit vite :
          – Je deviens folle, je deviens folle…
          – Calme-toi, calme, intervint Léo. On va faire un truc simple pour vérifier ce que tu dis, ok ? Dis-moi la couleur des loups que tu as vus dans ta vision.
          – Leur couleur ? (Elle plissa les yeux.) La fille est devenue un loup gris, gris argent, et le blond un loup aux poils plutôt marron.
          Léo n'eut pas besoin de lui expliquer, elle avait déjà compris.
          – Ce sont les couleurs des vrais loups, ajouta-t-elle lentement. Donc ma vision est vraie.
          Léo se tourna vers Nathan d'un bond.
          – Jackpot, mon pote, il est en train de nous arriver une aventure de malade !
          – Une aventure qui peut tous nous faire tuer, tu veux dire, grogna le garçon.
          Trop tard, Léo s'était déjà retourné vers Elise.
          – Et à part les loups, t'as vu autre chose ?
          Elle respira à fond.
          – Une autre nuit, j'ai vu… ok, vous promettez de ne pas rire ?
          Ils secouèrent la tête à l'unisson.
          – J'ai vu une fille se transformer en licorne.
          Silence radio. A nouveau.
– Elle était face aux loups, normale. Elle n'avait pas peur d'eux. Elle était à la limite de les caresser. Et puis ses yeux se sont agrandis, ils ont pris une couleur étrange, une sorte d'indigo pâle, ses… oreilles se sont étirées, ses cheveux sont devenus blancs… un pelage argenté a poussé sur sa peau… une corne s'est construite sur son front. Une corne.
          On aurait pu entendre une mouche voler. Les adolescents se concertaient du regard.
          – Je plaisante pas, dit timidement Elise. C'est ce que j'ai vu.
          Léo retrouva sa voix.
          – Ok, euh… A quoi ressemblait la fille ?
          – Des cheveux roux, très longs, une peau très blanche pleine de taches de rousseur. Euh… après… je sais pas, normale. Des yeux marron clair, d'après ce que j'ai pu voir.
          – Avant qu'ils virent au violet.
          – Exact.
          Léo poussa un long sifflement admiratif.
          – Ces putain de visions.
          – Et qui d'autre ? demanda Nathan.
          – Cette nuit, je veux dire aujourd'hui… j'ai vu l'un des loups se faire tuer.
          – Hein ?!
          – Le garçon.
          – Attends, ils se bouffent entre eux maintenant ?
          – Non. Attendez.
          Elise eut un regard furtif vers le sol.
          – La première nuit, vous savez, la toute première, celle où la fille a été tuée.
          – Oui…
          – J'ai vu ce qu'il s'est passé. C'était ma première vision.
          Les garçons grimacèrent de concert.
          – Ouille.
          – Elle était terrifiée. Mais cette nuit-là, j'ai pas réussi à voir ce qui l'attaquait.
          Elle fit une pause.
          – Ben, c'étaient pas les loups ?
          – Non, trancha-t-elle et ses yeux perçants poinçonnèrent les leurs. Les gars, écoutez-moi bien, les loups n'ont fait aucune victime jusqu'ici. Sauf la fois où ils ont failli m'avoir. Mais c'est tout. Les deux meurtres, et même le troisième de ce matin, c'était… autre chose…
          – Quoi ?
          – C'était quoi ?
          Elle se leva du banc et attrapa son sac.
          – Quelque chose d'énorme. De vraiment énorme. Et qui… ne devrait pas exister.
          Elle s'éloigna au pas de charge, les plantant là.





------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Ailée-Folie

avatar

Féminin Taureau Messages : 261
Date d'inscription : 07/09/2013
Localisation : Poseeeeeey!
Humeur : Candide!

MessageSujet: Re: Entre chien et loup    Mar 25 Aoû - 22:27

Je suis accro, Corne, c'est définitif. :la: J'adore ton style, ta désinvolture, tes personnages, les dialogues (dialoooooooooooooooooogues!! :bave: )
J'ai ressenti une trop grosse frustration quand j'ai vu que tu n'en avais pas posté plus! Cri du coeur, j'adore! :la:

(est-ce que tu pourrais mettre un récapitulatif avec les pouvoirs et leurs modalités de chacune des créatures? A chaque nouveau post? Steuplaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiit... :3 parce que dans ma tête c'est tout confus. ^^ )

------------------------------------------------------------------------------------------------
:serpent:

(Les oiseaux vaincront!)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre chien et loup    

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre chien et loup
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: