Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Plus qu'un souvenir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gothica

avatar

Féminin Vierge Messages : 55
Date d'inscription : 31/10/2015

MessageSujet: Plus qu'un souvenir   Ven 15 Jan 2016 - 15:53

Je me souviens de cette nuit-là, elle a changé toute ma vie, a bouleversé mon quotidien.
Tout a commencé par un simple concert ou j’étais allée. Pendant toute la soirée j’avais eu une impression bizarre comme des picotements dans la poitrine. C’était un groupe que j’appréciais énormément. Pendant tout le concert j’avais l’impression que le chanteur me fixait de ses yeux marron si intenses. Mon regard se portait toujours sur lui comme si nous étions aimantés l’un à l’autre. Au final le concert s’est bien passé et je me suis bien amusée. C’est à ce moment-là que ma vie bascula.
Quand je commençais à sortir de la salle, un vigile me dit que le chanteur voulait me voir en privé, j’ai donc accepté étant heureuse de pouvoir rencontrer en personne mon artiste préféré, le vigile me conduisit donc vers sa loge et me fit entrer. Il était assis là sur sa chaise devant son miroir à enlever son maquillage de scène.
  -Tu peux t’asseoir si tu veux.
Il me disait cela d’un ton si naturel, comme s’il en avait l’habitude, ce qui devait être le cas, rencontrer des fans devait être habituel pour lui. Je me dirigeai donc vers le sofa qui était sur la droite.
J’avais toujours cette impression bizarre qui me tortillait dans la poitrine, comme si quelque chose voulait sortir de moi.
  -Tu es venue à notre dernier concert, je me trompe ? il me posa la question, tout en finissant de se démaquiller.
Il me prit de court et je bafouillai quelques mots, j’avais été démasquée.
  -Euh… oui, j’adore votre groupe et je voulais le revoir une deuxième fois sans mes amis.
  -Il me semblait bien que je t’avais déjà vue dans la fosse, ton visage me disait quelque chose, un si joli visage ne s’oublie pas aussi facilement.
Tout en me disant cela il se retourna vers moi alors que je sentais le sang affluer dans mes joues, je devais être rouge comme une pivoine.
Pendant quelques minutes on discuta de tout et de rien, jusqu’à ce que le batteur frappe à la porte.
  -On part dans 5 minutes, dit-il.
  -Oui j’arrive ! il répondait d’un air si exaspéré, qu’il me fit penser à un enfant qui ne voulait pas quitter son nouvel ami.
  -Bon je vais retourner à mon hôtel alors, je me résignais à devoir le quitter.
  -Tu es dans quel hôtel ? Si je peux me permettre bien sûr.
  -Au Giant Hôtel. Cette question je ne m’y attendais pas.
  -Je crois que c’est là-bas que notre manager nous à réservé des chambres, tu veux qu’on te raccompagne ? Si cela ne te dérange pas bien sûr.
J’acceptai sa proposition tout en bafouillant, le hasard fait parfois de drôles de choses, étant donné que j’étais venue en taxi. Mais quand nous nous approchâmes de la porte toutes mes pensées se dissipèrent comme effacées de mon esprit.
Il me prit brusquement dans ses bras et m’embrassa si tendrement que j’en étais toute étourdie. Alors celle-là on peut dire que je ne m’y attendais vraiment pas, mais je lui rendais tout de même son baiser, poussée par cette impression bizarre dans ma poitrine. Nous dûmes nous séparer pour reprendre notre souffle. Et nous partîmes pour l’hôtel.
Arrivés là-bas tout le monde se sépara, alors que j’allais rejoindre ma chambre il m’attrapa par le bras et me chuchota quelques mots qui me retournèrent totalement.
  -Viens avec moi, s’il te plait.
Il y avait tellement de tendresse dans sa voix. J’acceptai, toujours poussée par cette impression bizarre, je le suivis dans sa chambre et une fois arrivée là-bas on commença à s’embrasser si passionnément que cela en était étourdissant. Nous passâmes un moment si fabuleux et magique que cela en est indescriptible. Mais pendant la nuit tout bascula.
Je fus réveillée par une violente douleur dans la poitrine, là où j’avais cette drôle d’impression. Elle remonta vite jusqu’à ma tête. J’avais l’impression qu’un étau enserrait celle-ci, et la douleur, elle devenait de plus en plus forte. Je commençai à gémir, c’est à ce moment-là qu’il se réveilla. Il me regarda, j’avais la tête entre mes mains assise sur le lit totalement nue.
  -Qu’est-ce qu’il y a ? me demanda-t-il, mais je l’entendais à peine tellement la douleur devenait forte.
  -Ma tête, elle me fait mal. Même ces mots avaient du mal à sortir de ma bouche.
C’est à ce moment-là que le coup de grâce fut porté. Je hurlai tellement la douleur était insoutenable. J’entendis des pas dans le couloir courir vers notre chambre, c’était les deux autres membres du groupe qui venait, ils ouvrirent la porte sans ménagement, et c’est à ce moment que ma vie changea.
  -Merde, Dero écarte-toi, c’est un éveil.
C’était le guitariste qui demandais à mon compagnon d’une nuit de s’écarter mais pourquoi ? Je ne comprenais plus rien, et cette douleur elle m’empêche de penser, de respirer. Je ne peux que hurler, hurler de douleur.
  -Il faut que je l’aide !
Je l’entendais au loin, terrorisée par ce qui m’arrivait. Comme baignée dans un brouillard de douleur je distinguais à peine ce qu’il se passait autour de moi.
  -Non surtout pas, ça risque de te tuer ! Sa magie est très puissante et incontrôlable.
  -Je prends le risque quand même, je l’aime trop, je ne veux pas la perdre si elle échoue à son éveil.
Ces derniers mots me firent l’effet d’un électrochoc. Il m’aimait, mais je pouvais mourir aussi. C’était pourtant bien l’impression que j’avais en ce moment, l’impression de mourir. La douleur étant encore plus forte. Je le vis s’approcher de moi et poser ses mains sur mes tempes. Je ne savais pas ce qu’il se passait ou ce qu’il faisait, mais une barrière se leva au fond de moi, et tout explosa. Une onde de choc me parcourut et j’ouvris les yeux que j’avais fermés quand il avait mis ses mains sur moi. Je le vis être projeté contre le mur à l’opposé de la porte de la chambre, et ce que je vis dans le miroir en face de moi me fis frémir.
Mes yeux. Ils avaient changé de couleur, ils étaient passés d’un bleu si clair qu’il en était presque gris, à des yeux de différentes couleurs, l’un d’un bleu de mer et l’autre d’un rouge flamme effrayant. Ces couleurs s’estompèrent aussi vite qu’elles étaient apparues tout comme la douleur dans ma tête. J’étais totalement désorientée mais une évidence s’imposa a moi, Dero, il était toujours inconscient contre le mur, je me ruai vers lui et posai mes paumes sur sa tête et sans savoir ce que j’avais vraiment fait il rouvrit les yeux. Des yeux différents, l’un gris clair et l’autre marron, couleurs qui s’estompèrent aussi vite que les miennes.
C’est cette nuit-là que je compris que j’étais devenue une maîtresse des éléments tout comme les membres du groupe et que la couleur de nos yeux permettait de définir les éléments que l’on pouvait contrôler, pour moi c’était donc l’eau et le feu et pour Dero l’air et la terre. On m’expliqua ensuite qu’il était rare de rencontrer un maître des éléments qui puisse en contrôler deux à la fois et plus rare encore ceux qui étaient complémentaires comme moi et Dero qui réunissions les quatre éléments. Des deux autres membres du groupe, l’un contrôlait l’eau et l’autre l’air ce qui était très impressionnant quand je les voyais faire.
Maintenant à chaque fois que je m’exerce à contrôler mes éléments, je repense à cette nuit-là, pour moi ce sera un souvenir inoubliable, un souvenir qui m’aura écrit une nouvelle vie, un nouvel avenir.

Correction du jeune CDF enthousiaste:
 

------------------------------------------------------------------------------------------------
"La parole est d'argent et le silence est d'or"
J'en ai fait ma devise personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Plus qu'un souvenir   Sam 23 Juil 2016 - 13:25

gothica a écrit:
Je me souviens de cette nuit-là, elle a changée changé toute ma vie, a bouleversée bouleversé mon quotidien.
Tout a commencé par un simple concert ou j’étais allée où j'étais allée n'est peut-être pas important, on peut deviner qu'elle y était, il faut dire ça autrement. . Pendant toute la soirée j’avais eu une impression bizarre Virgule ici comme des picotements dans la poitrine. C’était un groupe que j’appréciais énormément. Pendant tout le concert j’avais l’impression que le chanteur me fixait de ces yeux marron Il faut accorder au pluriel je crois ! si intense. Mon regard ce se portait toujours sur lui comme si nous étions aimanté aimantés l’un à l’autre. Au final Au final ne se dit pas, préfère-lui finalement le concert c’est s'est bien passé et je me suis bien amusée. C’est à ce moment-là que ma vie bascula. Hm ... Faudrait changer par a basculé pour rester dans la concordance de temps. Pour ce début, je pense que ça aurait plus efficace si tu avais parlé directement du concert puis fini par cette formule au lieu d'introduire banalement dans les premières phrases ...
Quand je commençais à sortir de la salle, un vigile me dit que le chanteur voulait me voir en privé, j’ai donc accepté Encore une virgule qui manque ici étant heureuse de pouvoir rencontrer en personne mon artiste préféré, Et un point-là, mieux vaut commencer une nouvelle phrase. le vigile me conduisit Argh, conduisit ... C'est un verbe très moche à l'oreille donc vers sa loge et me fis fit entrer. Il était assis là sur sa chaise devant son miroir à enlever son maquillage de scène.
  -Tu peux t’asseoir si tu veux. Un espace entre le tiret et sa réplique
Il me disait cela d’un ton si naturel, comme s’il en avait l’habitude Mouais, ce qu'il dit n'est pas si extraordinaire, ça ne devrait donc pas frapper à ce point ton héroïne, surtout que tu donnes ensuite une explication logique qui rend bancale cette réflexion. , ce qui devait être le cas, rencontrer des fans devait être habituel pour lui. Je me dirigeais donc vers le sofa qui était sur la droite. Ce n'est pas très important de dire qu'il était sur le droite, dis juste qu'elle y va ! On imaginera plus facilement.
J’avais toujours cette impression bizarre qui me tortillait Se tortillait dans la poitrine ? Pas convaincu ... dans la poitrine, comme si quelque chose voulait sortir de moi.
  -Tu es venue à notre dernier concert, je me trompe ? il me posa la question, tout en finissant de se démaquiller.
Il me prit de court et je bafouillais quelques mots, j’avais été démasquée. Quoi, démasquée ? x) C'est un crime d'assister à plus d'un concert d'un groupe ?
  -Euh… oui, j’adore votre groupe et je voulais le revoir une deuxième fois sans mes amis.
  -Il me semblait bien que je t’avais déjà vue dans la fosse, ton visage me disait quelque chose, un si jolie visage ne s’oublie pas aussi facilement. Pas convaincu non plus ... Dans une foule pareille qui se tord sans cesse, remarquer et se souvenir d'un seul visage ? C'est un sacré exploit
Tout en me disant cela il se retourna vers moi alors que je sentais le sang affluer dans mes joues, je devais être rouge comme une pivoine.
Pendant quelque minute on discuta de tout et de rien, jusqu’à ce que le batteur frappe à la porte.
  -On part dans 5 minutes, dit-il.
  -Oui j’arrive ! il répondait d’un air si exaspéré, qu’il qui me fit penser à idéalement, "à celui d'un"un enfant qui ne voulais voulait pas quitter son nouvel ami.
  -Bon je vais retourner à mon hôtel alors, je me résigner je me résigner ? Pas très français ...à devoir le quitter.
  -Tu es dans quel hôtel ? Si je peux me permettre bien sûr.
  -Au Giant Hôtel. Cette question je ne m’y attendais pas. Elle le dit ou elle le pense, ça ? C'est un peu flou.
  -Je crois que c’est là-bas que notre manager nous à réserver a réservé des chambres, tu veux qu’on te raccompagne ? Si cela ne te dérange pas bien sûr.
J’acceptais sa proposition tout en bafouillant, le hasard fait parfois de drôle de chose de drôles de choses et je ne suis pas sûr que l'expression ici soit correcte , étant donné que j’étais venue en taxi. Mais quand nous nous approchâmes de la porte toutes mes pensées se dissipèrent comme effacées de mon esprit.
Il me prit brusquement dans ces bras et m’embrassa si tendrement que j’en étais toute étourdie. Alors celle-là on peut dire que je ne m’y attendais vraiment pas, mais je lui rendais tout de même son baiser, pousser poussée par cette impression bizarre dans ma poitrine. C'est dommage parce que ton texte démarrait sans cliché apparent, contrairement aux autres textes que j'ai lus de toi, mais là l'amour instantané comme ça, ça fait un peu mauvaise romance ... Nous dûmes nous séparer pour reprendre notre souffle. Et nous partîmes pour l’hôtel.
Arrivés là-bas tout le monde se sépara, alors que j’allais rejoindre ma chambre il m’attrapa par le bras et me chuchota quelques mots qui me retournèrent totalement.
  -Viens avec moi, s’il te plait. C'est pas vraiment des mots très percutants ça, de quelque façon qu'ils soient prononcés xD
Il y avait tellement de tendresse dans sa voix. J’acceptai J'acceptais , toujours poussé poussée, n'oublie pas que c'est une femme qui s'exprime par cette impression bizarre Cette expression se répète un peu ..., je le suivi suivis dans sa chambre et une fois arrivé arrivée là-bas Virgule ... Tu loupes trp de virgules, c'est dommage et dans une oeuvre qui doit être éditée par exemple, c'est le genre de détails qui ne passe pas bien. on commença à s’embrasser si passionnément que cela en était étourdissant. Nous passâmes un moment si fabuleux et magique que cela en est indescriptible. Mais pendant la nuit tout bascula. Cette expression aussi se répète et elle est malvenue puisque le rebondissement initial s'est produit avant.
Je fus réveillée par une violente douleur dans la poitrine, là où j’avais cette drôle d’impression. Elle remonta vite jusqu’à ma tête. J’avais l’impression qu’un étau enserrait celle-ci, et la douleur, elle Supprime la virgule et elle devenait de plus en plus forte. Je commençais à gémir, c’est à ce moment-là qu’il se réveilla. Il me regarda, j’avais la tête entre mes mains assise sur le lit totalement nue. Encore une ponctuation trop absente ici.
  -Qu’est-ce qu’il y a ? me demanda-t-il, mais je l’entendais à peine tellement la douleur devenais devenait forte.
  -Ma tête, elle me fait mal. Même ces mots avaient du mal à sortir de ma bouche.
C’est à ce moment-là que le coup de grâce fus fut porté. Je hurlai hurlais, mais je ne suis pas sûr sur ce coup-là. tellement la douleur était insoutenable. J’entendis des pas dans le couloir courir Des pas ne courent pas, des pieds oui, il faudra penser à exprimer cette idée d'une autre manière. vers notre chambre, c’était les deux autres membres du groupe qui venait, ils ouvrirent la porte sans ménagement, et c’est à ce moment que ma vie changea. Pfff ... C'est saoulant à la force cet effet de style qui essaie d'instaurer du suspens continuellement, on a compris qu'il va se passer quelque chose, c'est une nouvelle, c'est le principe, qu'il y ait de l'action.
  -Merde, Dero écarte toi, c’est un éveil.
C’était le guitariste qui demandais demandait à mon compagnon d’un nuit de s’écartait s'écarter mais pourquoi ? Je ne comprenais plus rien, et cette douleur elle m’empêche Non, ne repasse pas au présent ici. de penser, de respirer. Je ne peux que hurler, hurler de douleur.
  -Il faut que je l’aide !
Je l’entendais au loin, terrorisé par ce qui m’arrivait. Comme baignée dans un brouillard de douleur je distinguais à peine ce qu’il se passait autour de moi.
  -Non surtout pas, ça risque de te tuer ! Sa magie est très puissante et incontrôlable.
  -Je prends le risque quand même, je l’aime trop, je ne veux pas la perdre si elle échoue à son éveil.
Ces derniers mots me firent l’effet d’un électrochoc. Il m’aimait, mais je pouvais mourir aussi. C’était pourtant bien l’impression que j’avais en ce moment, l’impression de mourir. La douleur étant encore plus forte. Je le vis s’approcher de moi et poser ses mains sur mes tempes. Je ne savais pas ce qu’il se passait ou ce qu’il faisait, mais une barrière se leva au fond de moi, et tout explosa. Une onde de choc me parcouru parcourut et j’ouvris les yeux que j’avais fermé quand il avait mis ses mains sur moi. Je le vis être projetés projeté contre le mur à l’opposé de la porte de la chambre, et ce que je vis dans le miroir en face de moi me fis fit frémir.
Mes yeux. Ils avaient changés de couleur, ils étaient passés d’un bleu si clair qu’il en était presque gris, à des yeux de différentes couleurs, l’un d’un bleu de mer et l’autre d’un rouge flamme effrayant. Ces couleurs s’estompèrent aussi vite qu’elles étaient apparue apparues tout comme la douleur dans ma tête. J’étais totalement désorienté désorientée. Accorde ! mais une évidence s’imposa a àmoi, Dero, il était toujours inconscient contre le mur, je me ruai vers lui et posa Et garde une cohérence dans les temps, là ça ne marche pas mes paumes sur sa tête et sans savoir ce que j’avais vraiment fait il rouvrit les yeux. Des yeux différent, l’un gris claire clair et l’autre marron, couleurs qui s’estompèrent aussi vite que les miennes. Grosse répétition avec ce processus identique au premier.
C’est cette nuit-là que je compris que j’étais devenu une maîtresse des éléments tout comme les membres du groupe et que la couleur de nos yeux permettait de définirent définir les éléments que l’on pouvait contrôler, pour moi c’était donc l’eau et le feu et pour Dero l’air et la terre. Quoiiiii ? Euh, ok. Bon, balancer ça en fin de texte c'est vraiment bizarre et pas logique du tout pour le lecteur, mais soit ... On m’expliqua ensuite qu’il était rare de rencontrer un maître des éléments qui puissent puisse en contrôler deux à la fois et plus rare encore ceux qui était complémentaire étaient complémentaires comme moi et Dero qui réunissions les quatre éléments. Des deux autres membres du groupe, l’un contrôlait l’eau et l’autre l’air ce qui était très impressionnant quand je les voyait voyais faire.
Maintenant à chaque fois que je m’exerce à contrôler mes éléments, je repense à cette nuit-là, pour moi ce sera un souvenir inoubliable, un souvenir qui m’aura écrit une nouvelle vie, un nouvel avenir. Au niveau du style la seconde moitié est vraiment bonne mais l'idée d'annoncer un changement dans le personnage pour le laisser en fin de nouvelle est peu conventionnelle, y aura-t-il une suite ? Est-ce que cette nouvelle s'inscrit dans un univers bien défini ? C'est tout pour moi !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Plus qu'un souvenir   Mar 26 Juil 2016 - 15:39

Ca me fait beaucoup penser à Avatar pour les pouvoirs et les yeux x)

Attention avec les "ça/sa".
"Ca" est utilisé pour désigner quelque chose, comme si tu le pointais du doigt. "Ces yeux, ces mots, cette présence" on pourrait dire que c'est "ceux-là", "ceux que je vois". Retiens que quand tu pointes du doigt, ton index et ton pouce forment un "c".
"Sa" est utilisé pour la possession "Ses yeux, ses mots, sa voix" (on pourrait rajouter "à lui", ou "à elle"), tu désignes un objet en appuyant sur la possession.

Quand tu as une phrase qui permet les deux, il faut saisir la nuance :
Quand tu dis que "Ces mots m'ont bouleversée", bien sûr que les mots venaient d'une personne, mais tu n'appuies pas ce fait, tu insistes sur les mots en eux-mêmes. (Ce devaient être des mots très forts, parce qu'en eux-mêmes ils ont suffi à te bouleverser.)
"Ses mots m'ont bouleversée" en revanche, tu utilises la possession donc tu précises que ce sont "les mots de cette personne" qui t'ont bouleversée. Comme tu n'accentue pas les mots en eux-mêmes, ça donne moins de puissance, d'effet dramatique. C'est plus commun.

Après, c'est à toi de choisir selon le style de ton texte et le poids que tu attribues à cette phrase :)




Au niveau du texte en soi. Je trouve que le style est trop hétéroclite, la tendance générale est un langage parlé, mais il y a des formulations qui sont trop soutenues ou peu naturelles pour un langage parlé. Le mieux serait de choisir le registre que tu veux avant d'écrire, et ensuite faire attention à y rester fidèle. Soit complètement soutenu, soit complètement parlé.

Il y a aussi le mot "impression", "l'impression bizarre dans la poitrine" que tu évoques souvent. Je pense que tu gagnerais à varier la désignation. A partir du moment où tu en as parlé et l'as décrite, le lecteur sait à quoi tu te réfères si tu en reparles, même avec d'autres mots.

Et un truc qui me froisse. Il l'a vue à deux concerts et l'a trouvée bien craquante, ils discutent "de tout et de rien" pendant cinq minutes et couchent ensemble direct (ils n'attendaient que ça...) c'est désigné tout du long comme de l'amour ? .-.
Elle est éperdue parce que c'est son idole, lui la trouve pas mal physiquement, mais c'est tout ce qu'ils savent l'un de l'autre et ça résume l'intégralité de leur relation. Apparemment y a beaucoup de désir qui passe entre les deux, mais les mots "tendresse" et "amour" me paraissent déplacés pour leurs interactions...

Bien sûr qu'il est possible qu'il y ait eu un coup de foudre, et que leurs embrassades et plus si affinités soient la conséquence d'un amour immédiat et puissant. Mais ce n'est pas ça que tu as raconté.
Si on suit ta narratrice, (et là je vais exagérer donc ne te sens pas blessée) leur rencontre ressemble plutôt à ça : "hey bb t'es bonne" "hihi, et toi tu es un chanteur célèbre qui apparaît dans des magazines. Si seulement tu me faisais l'honneur de t'approcher de moi !" "Hey bb t'es bonne viens on baise" "Oh mon dieuuuuu c'est le plus beau jour de ma vie, j'ai trouvé le grand amour" et le lendemain, hop, c'est un chevalier servant prêt à sauver sa dulcinée quel qu'en soit le prix.
Je suis violente, ne sois pas choquée x) Mais j'ai vraiment le sentiment que leur relation ressemblait à ça. J'imagine bien que ce n'est pas le but !
Mais dans ce cas il faut que tu expliques au lecteur.
Qu'est-ce qu'il ressent, à quel moment est-ce qu'il a commencé à ressentir de l'amour sincère pour elle, au-delà du désir ? Est-ce qu'ils ont échangé, parlé de choses qui leur tenaient à coeur et se sont liés intimement ? Est-ce que, au contraire, ils n'ont parlé de rien mais leurs silences sont emplis d'un tel sentiment de bonheur et d'harmonie qu'il n'y a pas besoin de mots ?

(Et tu peux raconter tout ça même en restant dans le point de vue de la narratrice. Si tu décris leurs interactions, le comportement de Dero va exprimer plus ou moins d'amour, plus ou moins de désir, etc.)

Je pense à ce passage où le batteur appelle Dero et celui-ci semble triste ou agacé à l'idée d'interrompre l'entrevue avec la fille. C'est une bonne idée, mais comme c'est à peu près le seul indice de son intérêt pour elle et que tu avais auparavant mis l'accent sur le désir sexuel et le fait qu'il a l'air habitué à cette situation, ça peut être interprété également par "Purée, arrête de m'interrompre, j'allais la pécho ! Tu soûles !"
Ce qui est, tu l'admettras, clairement moins amoureux.
Mais c'est de ça que je parle, rajouter plus d'indices qui montrent que quelque chose de fort et de profond est en train de les lier à toute allure ! Ce passage est très bien, il faut seulement que tu en rajoutes d'autres.


Désolée d'être aussi pointilleuse, je me suis étalée plus que je n'aurais voulu x') Mais dans ma tête c'est un point très important.


A part ça, l'idée du texte est chouette ! \o/ J'aurais bien aimé en savoir plus sur ces fameux pouvoirs, est-ce qu'il y a beaucoup de gens qui en sont dotés ? Pourquoi est-ce qu'elle s'est "éveillée" à ce moment et pas un autre ? Comment les membres du groupe se sont éveillés, et comment ils se sont rencontrés et retrouvés à former un groupe de musique ensemble ? Il y a beaucoup de questions qui restent en suspens (et en fait, n'ont pas nécessairement besoin de réponses).
C'aurait été cool que tu t'attardes quand même un peu dessus à la fin du texte : au début tu nous laisses le mystère, on ne sait rien... L'histoire raconte la rencontre des deux chéris... et après l'éveil, elle termine brutalement par la découverte des pouvoirs et une accélération narrative. Je ne suis pas rassasiée xP Certes, on a reçu la donnée manquante, mais après que tu aies tenu le mystère sur tout le texte, ça donne envie de s'attarder sur la réponse, la savourer et en profiter un peu avant de poser le panneau "Fin".

C'est à peu près tout ce que j'avais à émettre, j'espère que je n'ai pas utilisé de mots trop durs, parce que c'est loin d'être un mauvais texte ! Tu as des idées créatives et le texte est fluide et clair.
Au plaisir de te lire encore :D
Revenir en haut Aller en bas
gothica

avatar

Féminin Vierge Messages : 55
Date d'inscription : 31/10/2015

MessageSujet: Re: Plus qu'un souvenir   Mar 26 Juil 2016 - 16:34

Merci à tous les deux pour vos précieux conseils. J'ai toujours un peu de mal avec la grammaire et l'orthographe donc je prend tout les conseils que vous pouvez me donner.
Après au niveau du style, j'ai encore du mal à gérer les différents styles.
Pour l'attirance entre les deux personnages c'est un peu compliquer à expliquer, c'est quelque chose qui les attires sans qu'il s'en rendent compte, c'est spécial. D'ailleurs Mélodie t'a raison d'être pointilleuse c'est comme ça que je peut me rendre compte des défauts de mon texte.
L'inspiration du texte vient effectivement d'Avatar. Après, pour l'instant je me tâte encore pour savoir si je vais écrire une suite ou pas.
Donc voilà, je crois que j'ai répondu a à peut près tout.

------------------------------------------------------------------------------------------------
"La parole est d'argent et le silence est d'or"
J'en ai fait ma devise personnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plus qu'un souvenir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plus qu'un souvenir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: