Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La plainte du ficus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4801
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: La plainte du ficus   Jeu 21 Jan 2016 - 23:45




Robuste et réputé facile à entretenir, le ficus est une plante de la famille des Moracées courante dans tous les intérieurs.





          Regardez-la bien.
          Regardez-la bien parce que dans deux minutes, comme tout le monde, vous l'aurez oubliée.
          Elle est là, échange deux mots, rit un peu à vos blagues, puis s'enfuit discrètement. Et pouf, disparue. Oubliée. Ou bien elle était invitée à une soirée ; mais elle n'est pas venue. Quelle importance au final, puisque personne ne s'en rendra compte ?
          Vous savez ce que c'est d'être invisible ? Réellement invisible ? Moi non plus. On me voit, après tout. C'est juste qu'on… m'oublie. Toujours.
          La seule chose que je connais, c'est faire le yoyo entre spectre et être humain.
          Je suis presque sûre de savoir pourquoi. C'est parce qu'il n'y a rien entre ces côtes, rien dans ce crâne, rien d'autre que du vent. Un courant d'air. Et l'extérieur ? Une plante en pot. Un truc qui est là parce qu'il doit être là et qu'il ne sait pas où il pourrait être, ailleurs. Alors il est là. On le regarde cinq minutes, parce qu'il est planté devant nous, puis on l'oublie.
          Forcément, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise, moi. Vous avez bien raison. Vous le sentez bien, hein, que quand je ris avec vous, il n'y a rien derrière. Que quand je compatis gentiment à vos malheurs, que je vous soutiens de toute ma force forcée, eh bien sous cette mine pleine de bonté, sous ce jeu d'actrice qui m'octroie la chance d'être une plante en pot et non plus un invisible spectre, sous toutes les couches et toutes les carapaces qui se sont forgées au fil des ans, et bien il n'y a rien. Rien que du vide. Je suis désolée pour vous, sincèrement. Regardez, tout mon visage est empreint de pitié et de compréhension.
          Mais dans trente secondes, quand nous nous quitterons et que la plante en pot sera à nouveau seule, j'aurai déjà oublié vos problèmes, et tout ce qu'ils représentent pour vous. Tout comme vous m'aurez oubliée.
          Il est pourtant joli, ce ficus, selon certains.
          La vérité, c'est que la coquille qui traîne ses casseroles d'un bout à l'autre du métro chaque jour, elle n'est rien, elle n'est personne. Voilà.
          Oh, je vous entends déjà. Celle-là elle est gonflée ; profite de ta vie de plante en pot et puis laisse-nous traîner nos propres boulets !
          Dites, vous aimez les caméléons ?
          Vous aimez les miroirs ?
          Non. On aime un caméléon pour sa langue préhensible et ses gros yeux, pas pour sa faculté à passer inaperçu. Moi, je n'ai ni langue préhensible ni gros yeux. Et puis personne n'aime les miroirs, mais seulement le reflet qu'ils renvoient. Parfois.
          Maintenant que j'y pense, c'est vrai. On se voit dans un miroir, on s'y regarde, on se fixe au plus profond des yeux, on s'épile les poils de nez. Mais qui regarde vraiment le miroir ? Qui ?
          Lorsque je ris, c'est un mélange d'Alice et de Florine. Lorsque mes yeux se lèvent au ciel en papillonnant des paupières, c'est Marielle. Quoique non, Marielle a tendance à disparaître de moi… Il y a trop longtemps que l'on ne s'est pas vues. Entendez-vous les expressions de Camille et de Pauline dans mes mots ? Les gloussements idiots de Blandine dans ma voix ? L'ironie acerbe de… qui était-ce déjà ? Qui ?
          Je suis un camaïeu de visages et de gestes, un automate qui récite sa leçon. Une masse de gens que j'ai côtoyés, copiés, puis oubliés. Maintenant, je n'ai même plus besoin d'y penser. La mécanique de mon corps est bien huilée. Maintenant, je peux compatir sans presque me forcer. Rire sans y réfléchir. Sourire par réflexe.
          Je suis tout le monde et je ne suis pas moi. Qui suis-je ? Voyez-vous seulement quelqu'un en moi ? Allez, jouons cartes sur table. Vous le sentez, inconsciemment, vous le savez bien que cette fille-là, c'est une façade. Vous seriez bien incapable de reconnaître quelqu'un dans ce petit cri enthousiasmé, ou dans cette moue ennuyée, mais vous le savez, que quelque chose cloche, que cette plante en pot juste là qui vous tient le crachoir, en vérité c'est un trou noir. Un trou noir déguisé en foule, habillé d'oripeaux factices, couvert de cuirasses multicolores.
          Alors oui,  comme vous le sentez peut-être, je m'en contrefous de vos problèmes. Pas mon corps. Mon corps, lui, aime partager. Mon corps m'aime bien, au fond ; il a fait tout ça pour cette petite fille silencieuse qui ne ressentait rien, ne montrait rien, jamais. Il a fait ce qu'il a pu. Il s'est bien endurci. Il a tout pompé autour de lui, comme une éponge plus sèche qu'un désert ; il s'est gonflé de photocopies. Il essaie tant qu'il peut de me faire croire que moi aussi, je peux ressentir. Exprimer.
          Mais tout ce que je dis, ce sont les mots des autres. Tout ce que je fais, ce sont les gestes des autres. Tout ce à quoi je suis bonne, c'est faire le caméléon, pour tenter de limiter la casse.
          Mon rire, mes grimaces, mes intonations, mes mots. Rien n'est à moi dans tout ça. Rien.
          Le vide.
          Vous connaissez ce vide ? Celui du miroir qui ne peut exister que lorsqu'il reflète ?



          Allez, petit ficus. Cesse de braire et reprend ta placidité décorative. Tout le monde s'en portera mieux.



------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]


Dernière édition par La Lapine Cornue le Sam 16 Sep 2017 - 16:14, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La plainte du ficus   Ven 22 Jan 2016 - 0:40

Ma corne.
Je savais de quoi parlait ce texte avant que tu l'es écrit.
Tu es bien plus belle que ça, bien plus merveilleuse que ce sinistre mimétisme. (ça fait dix minute que je cherche ce mot, je pense être fatigué)

C'est bien écrit, comme d'habitude, mais par rapport à ta plume habituel, c'est sinistre, sombre, il n'y a plus ton ton guilleret.

Dans ma vie, tu as toujours eu de l'importance. Tu n'as pas été un ficus, mais une note sautillante et magnifique. Un opéra de couleurs, la partition du bonheur.

Pour le reste, on en as déjà parler, on en reparlera. Mais tu existe sous ton prisme d'imitation, je l'ai vu.
Et le dépressif ici c'est moi, pas toi, donc tu remballe ta tristesse immédiatement sale copiteuse et tu me téléphone quand ça va pas.


C'est un joli texte.
Y'as même pas de problème de virgule.
Revenir en haut Aller en bas
mikaroman
Scrutateur zélé
Scrutateur zélé
avatar

Masculin Taureau Messages : 42
Date d'inscription : 28/07/2015

MessageSujet: Re: La plainte du ficus   Ven 22 Jan 2016 - 1:03

En revenant de vacances, un jour j'ai fait les poubelles de mes voisins, ça a fait hurler ma femme. Il y avait deux arbres quasi morts que les voisins en question avaient négligé de faire arroser pendant qu'ils étaient absents. L'un de ces deux arbres était un ficus. Une petite chose moche et sèche.

Je l'ai arrosé et quelques branches ont repris. Il était toujours moche, objectivement personne n'aurait voulu d'une telle plante en pot, mais j'ai continué, patiemment...

À ce jour, près de dix ans après ce sauvetage et deux déménagements, la bestiole est plus grande que moi.

J'ai eu une petite fille et je sais que j'ai bien fait de prêter attention à ce ficus, car tous les ans, nous le décorons et, là où toutes les familles déposent les cadeaux au pied d'un banal sapin, nous, nous avons la chance d'avoir un ficus de noël. Il fait partie de la famille, c'est notre rose du Petit Prince à nous.

Passé cette anecdote, j'ai beaucoup de mal à commenter ton texte, sa forme m'a échappé tant son contenu m'a semblé authentique et rempli d'émotions réelles. Alors que son propos est de décrire une sensation de vide, d’inexistence, il produit l'effet inverse.

Je ne sais pas si je dois commenter le texte, j'en serais bien incapable, ou y répondre en supposant tristement que tu y parles de toi. Si c'est le cas, prends soins de toi, tu vaux plus que ce que tu sembles croire.

Je reviendrai sans doute relire ce texte ensuite, quand il me touchera moins, pour tenter de t'en faire enfin un commentaire. Dans l'immédiat, c'est impossible car il est bouleversant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La plainte du ficus   Ven 22 Jan 2016 - 1:59

On ne se connait pas, on a jamais discuter.
J'étais dans le coin, juste pour déposer un texte et je me suis arrêté en chemin, tu sais comme un détour pour lire un truc sur le bord de la route. Pour voir.

Je voulais juste te dire que j'aimais bien parler aux plantes. Alors, si un jour, t'as besoin d'être écouté. Ben suffit juste de parler. C'est plutôt simple, faut bouger les lèvres et la langue, souffler en même temps. Ouais, en fait c'est un peu plus complexe, y'as tout un travail d’élocution, la construction d'un langage, la décomposition entre signifiant et signifié, l'articulation social d'un sens au monde. Pour un ficus, je trouve ça assez impressionnant. Je veux dire, Saussure, Bjerkson, Jacobson, Chomsky, il ont mis des années à le comprendre, de la part d'une plante verte, c'est un joli pied de nez.
Est-ce que tu sais comment un mot se définit par rapport aux autres? Dans la construction du langage chez l'enfant, on le définit par l'absurde. C'est à dire qu'un fourchette est une fourchette parce que ce n'est pas une chaise. J'ai toujours eux la faiblesse de croire que c'est comme ça que les humains -ou les ficus, voir les cerf comme le dit ton avatar, je suis quelqu'un d'ouvert- marchaient également entre eux. Du coup, l'entité cornedor, qui est un médlé entre le cerf, l'humain et le ficus, existe parce que ce n'est pas Florine, Alice ou blandine. Qu'importe qu'il y ait les traits de tous ces gens en elle. Ce qui compte c'est qu'elle est la somme d'expérience et de choix, et non pas une copie. C'est ça qui fait -n'en déplaise à ceux qui ne te voient pas- que tu existe. Puisque, jusqu'à preuve du contraire, pour produire un texte il faut exister.

Je dis beaucoup de bétises, il faut me pardonner, je ne connait l'humain qu'à travers le prisme de lectures soi-disant intelligente.
Au fond je crois que je t'envie. Car avoir du Alice, du Florine, du blandine et je jsaispluqui en soit. C'est avoir fait des autres sa vie. Moi en moi, il y a du Camus, du Nietzsche, du Pascal, du Hobbes, du Tocqueville. Ils avaient beau être des génies sans doute très gentil, ils m'invitent pas à leur soirée où je peux être invisible.

Alors on se connait pas, je suis un spectre, tu es une plante verte, y'as pas besoin d'être Shakespeare pour comprendre que notre amour est impossible.
Mais j'aime bien parler aux plantes vertes. Il y a un truc de merveilleux en elles. Si en plus elles savent parler, c'est encore plus merveilleux.

Donc, ce que tu as écrit, c'est un texte très triste. Terriblement bien narré, magnifiquement bien pensé. Du coup, je voulais juste te dire que je l'avais lu. Et que je t'avais écouté. Et que même si ça pas beaucoup d'importance, je m'en souviendrais toute ma vie, puisque je me souviens d'absolument tout. Donc, voilà, dans un coin de ma tête, tu es immortelle.
Comme le plus beaux des ficus que j'ai pu croiser.
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix
Gardien du GIBET
Gardien du GIBET
avatar

Féminin Gémeaux Messages : 1122
Date d'inscription : 06/01/2015
Localisation : Serbie
Humeur : Révolution !

MessageSujet: Re: La plainte du ficus   Ven 22 Jan 2016 - 7:20

*Un petit lichen s'approche doucement du petit ficus, le regarde sous toutes les coutures avant de s'aventurer dans son feuillage, essayant de ne pas le déranger.

Le lichen lui aussi est invisible, petit être fait d'un mélange subtile de champignon et d'algue. Peut de gens connaisse son existence, le confondant avec une mousse ou avec l'écorce de l'arbre qui lui sert de support et auquel il s'arime.

Mais quelques êtres voient le petit lichen, tantot mimétique, tantot aux couleurs criardes. Ils savent que le lichen sert à quelque chose, qu'il est bien vivant... Alors pour tout ces êtres qui le reconnaissent dés qu'il passent a coté, le petit lichen se réjouit a chaque fois et il en oublie ceux qui passent sans jamais le regarder ou qui l'arrache sans vergogne.

Le petit lichen éponge tout les mots de la forêt, les mots de son hôte... Il se gorge, se gorge a tel point qu'il en change de couleur puis, le soleil revient et le lichen, sêche, essuyant les larmes de son ami... Parfois le lichens reste des moi sans eau, seul et triste parce que personne ne vient le voi, que ses amis ne lui parlent plus mais quand revient l'eau, tout est beau et frais et tout redevient comme avant.

Le petit lichen voit que le ficus tressaille, alors il s'étend pour se mettre autour de lui et l'éteindre, montrant ainsi son attachement au ficus et lui dire qu'il sera toujours la pour lui."

Je n'ai moi non plus pas la force de commenter ce texte maintenant... Ou est passé notre cerf divin adoré qui arrive en trombe sur la CB avec ses couleurs de l'arc-en-ciel et son bataillon de smiley ? Tu es une petite note joyeuse et mélodieuse qui vient chatouiller les oreilles et une dessinatrice de génie qui fait danser les formes et les couleurs ! Tu es une personne géniale, ne l'oublie jamais !
Ce texte est très beau, comme a ton habitude, tu sais magner les mots mais il est aussi empli de tristesse... N'oublie pas que les étoiles veille sur toi, tout comme le soleil !

Aller va mon amie, le calme est après la tempête... On va t'aider a trouver un meilleur pallier petit ficus, tu verra ! Un pallier comme celui de Mika, beau et aimant !

:ippa: mon amie, repose toi et surtout, on a nos téléphones et nos PC, a 12h00 comme a 00h00 alors Wink

------------------------------------------------------------------------------------------------
PHOENIX 

Piaf cramé un peu fou
Geek Codeur Bidouilleur
Oiseau de feu révolutionnaire

Demandez les services de CommandoSuperPho :corn5: : codage [DISPO], beta-lecture [DISPO], et autres... :corn5:

*L'oiseau cramé s'approche de Invité et se demande si ce dernier est comestible... Le piaf enflammé a faim...
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4801
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: La plainte du ficus   Sam 23 Jan 2016 - 11:43

Merci à tous les quatre pour vos commentaires, vous m'avez fait beaucoup de bien. :3
Je ne pensais pas que ce texte vous toucherait autant. Mika, tu as bien supposé, il s'agit bien de ce que je ressens au quotidien.
Ragne m'a faite sourire, Mika verser une larme avec son histoire de ficus, et Phé et Olirne... Merci beaucoup. Juste merci.

Enfin bref, ne vous inquiètez pas pour moi, je survis toujours malgré l'adversité, comme une mauvaise herbe :niark:

Bisou à vous coeur

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Silenuse

avatar

Masculin Balance Messages : 1797
Date d'inscription : 03/06/2015
Localisation : Derrière un pouet
Humeur : pouet

MessageSujet: Re: La plainte du ficus   Sam 23 Jan 2016 - 11:59

Comme mes comparses, qui sont tout comme moi tes amis, j'aurai bien du mal à commenter.
Je connais ce vide, je le comprends, mais j'essaie de ne pas y prêter attention et de me concentrer sur les autres, sur mes amis, sur des gens comme toi, qui sont là en face de moi et qui se cachent derrière une peine imperceptiblement affreuse et abstraite, je ne veux pas voir ce vide, je ne l'aime pas, plutôt l'oublier, oublier l'oubli et se rappeler du reste, se rappeler que derrière le ficus il y a un petit pouet dont l'état d'âme se meut dans le repos le plus serein, c'est ce que je veux voir et je sais où le trouver : dans ceux que je n'oublierai pas, mes amis, et tu en fais partie, je n'oublierai pas, je ne les oublierai pas, ce serait acerbe, ce serait injuste, je les aime, je veux les aimer, et tu en fais partie, vous en faites tous partie, je vous aime et je ne veux pas vous perdre.
Allez, pose ces perles qui coulent sur la colline tranquille que forme tes paupières et viens, rentre dans la ronde que l'on forme, cette même ronde que l'on a formé tous ensemble pendant des heures, des jours, des mois, cette ronde tu ne l'as pas oubliée.

------------------------------------------------------------------------------------------------
pouet




Ah oui, j'écris des trucs aussi
Tutos : Versification & Rythme
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4801
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: La plainte du ficus   Dim 24 Jan 2016 - 15:33

Syr... merci. coeur Ce sont effectivement mes amis, et donc vous puisque vous y occupez une trèèèès grande place, qui me permettent de tenir... Que serais-je devenue cette année sans EN, sans votre humour pourri, sans vos dépressions et sans les pouets de notre admin préféré ? :Pouet: cette fameuse ronde dont tu parles avec ton lyrisme pouetique, je ne risque pas d'en sortir. Plutôt mourir ! :unjournormal:

Merci merci merci d'être là, vous tous !

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La plainte du ficus   Mer 11 Mai 2016 - 19:20

Il est joli ton texte, Corn. Il me ressemble un peu aussi.
C'est dur d'être invisible.
Ca te fait encore le coup, des fois ? Ca fait pas si longtemps, je sais, mais le temps s'écoule pas pareil pour tout le monde alors je demande...
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4801
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: La plainte du ficus   Mer 11 Mai 2016 - 20:08

Coucou Mélo :unjournormal: (J'ai une envie folle de t'appeler Mélofée :rire: :rire: )

Comment dire ? Disons que je mes cours en tant que tels sont terminés depuis plus de deux mois ; du coup, je n'ai plus à me farcir des gens sont je n'ai rien à fiche, à me forcer de me montrer sociable avec eux, à soutenir une conversation avec eux, etc. En ce moment, je partage mon temps entre mes diverses occupations solitaires, la CB d'Encre nocturne et puis mes amiiiiiiiis (auprès de qui tout va beaucoup mieux, je redeviens quelqu'un) :unjournormal:

Mais sinon, c'est une impression assez cyclique, qui revient souvent dans ma vie, qui va et qui vient selon les saisons et les gens qui m'entourent ^^

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Donaldo75

avatar

Masculin Bélier Messages : 137
Date d'inscription : 08/04/2015
Localisation : Paris
Humeur : Atonale

MessageSujet: Re: La plainte du ficus   Dim 15 Mai 2016 - 19:37

Bonsoir Cornedor,

J'aurais aimé écrire un tel texte, qui sonne véritablement authentique. Ce n'est jamais simple de décortiquer le comportement humain, de disséquer le conformisme, les attentes des uns et des autres, en face de ses propres sentiments.

Le propos est violent, sous une forme en apparence anodine mais qui monte en puissance à chaque ligne, comme un ostinato musical dans une pièce sans fin.

Bravo et merci pour le partage !

Donald

------------------------------------------------------------------------------------------------
Des paroles carrées n'entrent pas dans des oreilles rondes.(Lao-Tseu)
Revenir en haut Aller en bas
https://donaldghautier.wordpress.com
Scrat

avatar

Féminin Taureau Messages : 392
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: La plainte du ficus   Dim 15 Mai 2016 - 20:17

Moi, j'ai toujours rêvé d'être une plante verte. On échange les rôles ?

Plus sérieusement, je dirais qu'on a souvent cette impression-là quand on reste avec des gens qui nous sont indifférents (tu le dis très bien, depuis que tu ne vois plus ces personnes, tu te portes mieux).
Le moment où on ne ressent plus ça, c'est quand on se sent vraiment utile. Je donne des cours bénévolement à des jeunes parfois qui ont des difficultés. Ce sont parmi les moments les plus précieux de ma vie. Quand on se sent utile et écoutée, quand on s'accomplit soi-même, c'est là qu'on est en vie.
Tout ça pour dire... prends simplement plus la parole, petit ficus. Réalise-toi !


------------------------------------------------------------------------------------------------
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Papagena

avatar

Féminin Bélier Messages : 96
Date d'inscription : 17/04/2016

MessageSujet: Re: La plainte du ficus   Dim 15 Mai 2016 - 22:26

Corne, courage on est avec toi !!! Allez, pour t'encourager:

Le ficus et le cactus.

Un ficus dit à un cactus :
« je suis une plante sans âme
et si je pars nul me réclame
pour être vu, quelle est l'astuce ?

-Moi je vit seul dans le désert
on mange mes fruits en dessert
j'aurais aimé être invisible
avant que je sois comestible.

Pourtant je réplique et je pique
mais l'homme vient, c'est la panique
il saigne mes amis mes frères,
je ne sais vraiment plus quoi faire.

- Mon cher cactus, j'ai une idée :
pourquoi ne pas nous associer ?
si tu es visible et pas moi
je pourrais me coller à toi ! »

Ainsi les deux amis se pressent
l'un contre l'autre, avec tendresse
les jolies feuilles du ficus
cachent les bons fruits du cactus.

Ce duo ne faisant plus qu'un,
ne rencontraient plus d'importuns,
Les gens passaient et les voyaient,
ce nouvel arbre était choyé.

Lorsqu'on est triste à en pleurer
d'être invisible aux yeux de tous
trouvons des amis à presser
ensemble on a la vie plus douce.


Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4801
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: La plainte du ficus   Lun 16 Mai 2016 - 11:18

Hahahahaha mon dieu Papa mais c'est excellent :rire: :rire: :rire:

Merci coeur (chuis contente que ce texte t'ai inspirée, il aura au moins servi à quelque chose AHDE )

Scrat : merci beaucoup de ta lecture et de tes conseils. Malheureusement, y'a certains cas où c'est un peu dur de les appliquer :huh:

Donald : ooow un commentaire de Donald, je suis flattée, huhu. Merci beaucoup :arbre:

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La plainte du ficus   Lun 16 Mai 2016 - 14:19

Tu vas donc mieux, c'est formid' !
Eh, hésite pas à venir papoter avec moi si t'es dans un groupe de gens chiants à l'avenir. Je te filerai mon skype ou mon numéro ou un truc pour qu'on puisse papoter et tu auras une autre occupation que de te sentir seule comme ça.
Je te fais masse câlins !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La plainte du ficus   

Revenir en haut Aller en bas
 
La plainte du ficus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: