Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bliene 51b

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le troubadour

avatar

Masculin Taureau Messages : 20
Date d'inscription : 11/07/2014
Localisation : Dans un hydriel...
Humeur : Comme un Colibri !

MessageSujet: Bliene 51b   Ven 29 Jan - 21:44

Bonsoir tout le monde !

Me revoilà, après quelques mois d'absences (excusez-moi, le brevet, l'école, tout ça, je ne trouve plus autant le temps d'écrire)...  😢

En attendant de reprendre ma plume à fables, je vous propose un texte de ma plume à nouvelles : Bliene 51b ! Mais que signifie ce titre ? Je vous laisse le découvrir !

Enfin je vous reprécise quand même le contexte : ce texte était à la base fait pour le lycée, avec pour consigne "Décrivez une planète idéale". J'avoue être un peu sorti des limites, mais le résultat est là, assez réussi à mon avis, alors je vous laisse juger !

Pour info : Ce texte se lit avec plusieurs voix. Saurez-vous trouvez qui elles sont ?


Bliene 51b

  Par où commencer ? J’ai tant de choses à vous raconter ! Quand je l’ai vu, j’avais l’impression de rêver… C’était le Paradis, l’île d’Avalon, le jardin d’Eden, le monde du printemps éternel, appelez-le comme vous voudrez. Mais j’y ai rencontré un lapin bleu.
  Imaginez... Ou essayez d’imaginez, au moins. Créez dans votre esprit une planète, presque deux fois plus grande que notre Terre. Ajoutez-lui des mers innombrables et des îles-continents dispersées sur toute sa surface, avec une égalité quasi-parfaite. Cette planète étant plus lourde, l’atmosphère est plus épaisse : cela permet à ce globe d’avoir une surface assez plate. Pas de sommets inhabitables ; pas de banquises désertes ; pas de déserts brûlants. Cette configuration parfaite permet alors une température douce, ainsi qu’un climat agréable : des pluies tropicales abreuvent abondamment la végétation, les orages sont rares, et le Soleil brille de son bel éclat.
  Le Soleil ? Presque. Ici, ce Soleil se nomme Bliene 51. C’est une naine orange, une étoile K, comme aiment l’appeler nos scientifiques. La planète que vous avez imaginée se nomme Bliene 51b. Elle tourne autour de cette étoile avec une orbite circulaire parfaite : elle crée alors sur la planète un printemps perpétuel. Quant à la couleur orange de l’étoile, elle confère aux mers et au ciel une teinte orangée, rouge presque, semblable aux couchers de soleil : cet orange, d’un aspect de velours, se pose délicatement sur l’eau limpide, enrobe les nuages cotonneux, et se dérobe au loin sur l’horizon.
  La faune et la flore, quant à elles, sont si variées et diverses qu’une encyclopédie ne pourrait en recenser un millième. Le règne animal abonde partout, et la végétation, légèrement plus sombre, donne un air de jungle luxuriante au tout. Cependant, ce globe étant plus grand que le nôtre, la pesanteur y est plus élevée : les animaux sont donc plus petits. A l’inverse, les oiseux, eux, bénéficient alors d’une envergure plus grande, qui s’avère dans la plupart des cas magnifique.

  Imaginez bien ce petit monde. Imaginez… Là-bas, devant-vous, posé sur une grande branche d’un arbre biscornu, aux feuilles vertes foncées plates en forme de citron, se tient un grand oiseau bleu. Il tient en son bec une proie, qu’il vient d’attraper. Il vous voit. Prend peur. Lâche sa proie. S’envole un peu plus haut dans les branches. Et chante.
  Toutes les espèces le suivent. Toutes se mettent à chanter, elles aussi. Elles chantent, elles gazouillent, elles fredonnent, elles chantonnent, elles braillent, elles crient, elles s’égosillent, elles beuglent, elles dégoisent, elles s’époumonent, elles exultent ! Toutes en chœur, elles chantent à la gloire de la Vie !
  Et en bas, cloués au sol, tous les animaux sortent de leur tanière, les lapins bleus virevoltent, les renards verts sautent dans tous les sens, les taupes grises sortent de terre et dansent avec les furets ! Même les arbres semblent danser pour cette fête aussi inattendue qu’improbable !

  Mais ?! Le voyez-vous ? Le petit lapin bleu, là-bas, avec une tâche violette sur le front. Il s’échappe, il court le galopin ! Venez, vite ! Suivons-le ! Regardez au fond, à gauche là-bas : il emprunte une galerie sous les arbres ! Là ! Il en ressort ! Mais… Mais que fait-il ? Voilà qu’il grimpe aux arbres, maintenant ! Cet arbre… On dirait un arbre fruitier, mais… Quels drôles de fruits ! Ils ont une forme de pomme, mais ils sont marrons, presque bruns, avec une bosse au-dessus, une autre sur un côté, et une troisième sur l’autre côté ! On dirait une sorte de triple poire…
  Mais voilà que le lapin bleu grimpe de plus en plus haut, court avec une agilité impressionnante sur une branche, et se poste droit, immobile, tout au bout de la branche ! Mais… Oh malheur ! Voilà un immense rapace qui s’approche, avec au moins trois mètres d’envergure ! Et il ne va pas tarder à voir le petit rongeur bleu, posté au bout de sa branche. Vite, aidez-moi ! Nous pouvons encore le sauvez ! Grimpez ! Montez ! Escaladez l’arbre ! Voilà, vous y êtes presque. Avancez tout doucement maintenant, vous risqueriez de briser la branche. Voilà…
  Horreur ! Le rapace a aperçu le lapin ! Vite, dépêchez-vous ! Mais ? Mais ? Le lapin bleu a sauté de la branche, et atterrit sur le sol comme si de rien n’était. Le rapace n’aura pas le plaisir de déguster du lapin aujourd’hui. Mais alors… Pourquoi l’oiseau continue-t-il sa course vers la branche ? Descendez ! Descendez vite !

  Hélas… Il est trop tard… J’aperçois déjà les serres du rapace au-dessus de ma tête. L’oiseau plonge et se pose juste devant moi. J’aperçois son bec reluisant, recourbé à la manière des charognards. Son œil orange vif m’observe, cherchant sûrement à déterminer si je suis mangeable pour lui ou non. Ses plumes sont tantôt oranges pour certaines, tantôt bleues pour d’autres. Elles reflètent les couleurs du ciel de cette planète. Ses serres se terminent par des pointes recourbées, sûrement très dures, et sa tête se rapproche de moi dangereusement. Ses yeux clignent. Ils deviennent rouges. Suis-je comestible ou non ? Je crois qu’il a pris sa décision. Je ferme les yeux et me laisse aller à mon destin.
  Mais ? Quel est ce bourdonnement sourd que j’entends ? Seraient-ce déjà les anges venus m’emmener là-haut ? J’ouvre les yeux. Et un spectacle inattendu m’attend.
  Oh merveille des merveilles ! Une nuée de papillons arrive, tous plus magnifiques et plus gigantesques les uns que les autres ! L’un est vermeil, l’autre est doré, celui-ci est brun, celui-là violet, un autre orangé, le suivant jaune et vert, et tous sont ainsi bariolés de couleurs toutes aussi ravissantes les unes que les autres ! Quelle merveille ! Quelle merveille !
Cette armée multicolore a vite fait de mettre en fuite le rapace et, profitant de leur taille, je m’accroche à l’un deux et pars dans les airs.  Ce que j’ai vu est au-dessus de tout ce qui est imaginable : de l’eau à perte de vue, jonchée d’îles toutes aussi singulières les unes que les autres, des animaux marins de toutes formes et de toutes tailles, des oiseaux tous aussi ravissant les uns que les autres (hormis quelques exceptions), et une végétation abondante, riche, et colorée, comme je n’en avais jamais vu.

« La terre était plate, et les oiseaux dorés.
« Le ciel rougeâtre et la nature colorée.
« Le long de la forêt, des lapins bleus nichaient.
« Les ruisseaux s’écoulaient, et la Vie prospérait.
  »


Mais il est maintenant temps de se réveiller.

Le troubadour

------------------------------------------------------------------------------------------------
Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage
Jean de La Fontaine
C'est tout ce qu'il faut savoir pour écrire des ouvrages
Le troubadour



Cliquez ici pour voir toutes mes fables !
Et ici pour voir ma nouvelle nouvelle : Bliene 51b.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bliene 51b   Sam 30 Jan - 13:56

Ouais, c'est moi. Go.
J'analyse en général en deux deux, j'annote et donne mon avis global en fin. C'est que mon avis, t'en offusque pas :)

@Le troubadour a écrit:


Bliene 51b

  Par où commencer ? J’ai tant de choses à vous raconter ! Quand je l’ai vu, j’avais l’impression de rêver… C’était le Paradis, l’île d’Avalon, le jardin d’Eden, le monde du printemps éternel, appelez-le comme vous voudrez. Mais j’y ai rencontré un lapin bleu. Ce début roxe, il cavalcade comme un cheval au galop, c'est endiablé, particulièrement bien rythmé et pensé. J'adhère
  Imaginez... Ou essayez d’imaginez, au moins. Créez dans votre esprit une planète, presque deux fois plus grande que notre Terre. Ajoutez-lui des mers innombrables et des îles-continents dispersées sur toute sa surface, avec une égalité quasi-parfaite. Cette planète étant plus lourde, l’atmosphère est plus épaisse : cela permet à ce globe d’avoir une surface assez plate. Pas de sommets inhabitables ; pas de banquises désertes ; pas de déserts brûlants. Cette configuration parfaite permet alors une température douce, ainsi qu’un climat agréable : des pluies tropicales abreuvent abondamment la végétation, les orages sont rares, vire moi cette virgule saloupiaud et le Soleil brille de son bel éclat.
  Le Soleil ? Presque. Ici, ce Soleil se nomme Bliene 51. C’est une naine orange, une étoile K, comme aiment l’appeler nos scientifiques. La planète que vous avez imaginée se nomme Bliene 51b. Elle tourne autour de cette étoile avec une orbite circulaire parfaite : elle crée alors sur la planète un printemps perpétuel. Quant à la couleur orange de l’étoile, elle confère aux mers et au ciel une teinte orangéeorange à peine au dessus, ça m'a fait grimacé, rouge presque, semblable aux couchers de soleil : cet orange, d’un aspect de velours, se pose délicatement sur l’eau limpide, enrobe les nuages cotonneux, pas de virgule avant un et et se dérobe au loin sur l’horizon. j'aime vraiment ce que tu écrit, une sorte de Vernes moderne, je pinaille encore jusqu'à la fin, mais je suis conquis
  La faune et la flore, quant à elles, sont si variées et diverses qu’une encyclopédie ne pourrait en recenser un millième. Le règne animal abonde partout, et la végétation, légèrement plus sombre, donne un air de jungle luxuriante au tout. Cependant, ce globe étant plus grand que le nôtre, la pesanteur y est plus élevée : les animaux sont donc plus petits. A l’inverse, les oiseux, eux, bénéficient alors d’une envergure plus grande petit au dessus, grand ici, faible, qui s’avère dans la plupart des cas magnifique.

  Imaginez bien ce petit monde. Imaginez… Là-bas, devant-vous, posé sur une grande branche d’un arbre biscornu, aux feuilles vertes foncées plates en forme de citron, se tient un grand oiseau bleu. Il tient en son bec une proie, qu’il vient d’attraper. Il vous voit. Prend peur. Lâche sa proie. S’envole un peu plus haut dans les branches. Et chante.
  Toutes les espèces le suivent. Toutes se mettent à chanter, elles aussi. Elles chantent, elles gazouillent, elles fredonnent, elles chantonnent, elles braillent, elles crient, elles s’égosillent, elles beuglent, elles dégoisent, elles s’époumonent, elles exultent ! Toutes en chœur, elles chantent à la gloire de la Vie ! j'ai jouis. Vraiment, c'est magnifique
  Et en bas, cloués au sol, tous les animaux sortent de leur tanière, les lapins bleus virevoltent, les renards verts sautent dans tous les sens, les taupes grises sortent de terre et dansent avec les furets ! Même les arbres semblent danser pour cette fête aussi inattendue qu’improbable !

  Mais ?! Le voyez-vous ? Le petit lapin bleu, là-bas, avec une tâche violette sur le front. Il s’échappe, il court le galopin ! Venez, vite ! Suivons-le ! Regardez au fond, à gauche là-bas : il emprunte une galerie sous les arbres ! Là ! Il en ressort ! Mais… Mais que fait-il ? Voilà qu’il grimpe aux arbres, maintenant ! Cet arbre… On dirait un arbre fruitier, mais… Quels drôles de fruits ! Ils ont une forme de pomme, mais ils sont marrons, presque bruns, avec une bosse au-dessus, une autre sur un côté, et une troisième sur l’autre côté ! On dirait une sorte de triple poire…
  Mais voilà que le lapin bleu grimpe de plus en plus haut, court avec une agilité impressionnante sur une branche, et se poste droit, immobile, tout au bout de la branche ! Mais… Oh malheur ! Voilà un immense rapace qui s’approche, avec au moins trois mètres d’envergure ! Et il ne va pas tarder à voir le petit rongeur bleu, posté au bout de sa branche. Vite, aidez-moi ! Nous pouvons encore le sauvez ! Grimpez ! Montez ! Escaladez l’arbre ! Voilà, vous y êtes presque. Avancez tout doucement maintenant, vous risqueriez de briser la branche. Voilà…
  Horreur ! Le rapace a aperçu le lapin ! Vite, dépêchez-vous ! Mais ? Mais ? Le lapin bleu a sauté de la branche, no virgule et atterrit sur le sol comme si de rien n’était. Le rapace n’aura pas le plaisir de déguster du lapin aujourd’hui. Mais alors… Pourquoi l’oiseau continue-t-il sa course vers la branche ? Descendez ! Descendez vite !

  Hélas… Il est trop tard… J’aperçois déjà les serres du rapace au-dessus de ma tête. L’oiseau plonge et se pose juste devant moi. J’aperçois son bec reluisant, recourbé à la manière des charognards. Son œil orange vif m’observe, cherchant sûrement à déterminer si je suis mangeable pour lui ou non. Ses plumes sont tantôt oranges pour certaines, tantôt bleues pour d’autres. Elles reflètent les couleurs du ciel de cette planète. Ses serres se terminent par des pointes recourbées, sûrement très dures, et sa tête se rapproche de moi dangereusement. Ses yeux clignent. Ils deviennent rouges. Suis-je comestible ou non ? Je crois qu’il a pris sa décision. Je ferme les yeux et me laisse aller à mon destin.
  Mais ? Quel est ce bourdonnement sourd que j’entends ? Seraient-ce déjà les anges venus m’emmener là-haut ? J’ouvre les yeux. Et un spectacle inattendu m’attend.
  Oh merveille des merveilles ! Une nuée de papillons arrive, tous plus magnifiques et plus gigantesques les uns que les autres ! L’un est vermeil, l’autre est doré, celui-ci est brun, celui-là violet, un autre orangé, le suivant jaune et vert, et tous sont ainsi bariolés de couleurs toutes aussi ravissantes les unes que les autres ! Quelle merveille ! Quelle merveille !
Cette armée multicolore a vite fait de mettre en fuite le rapace et, profitant de leur taille, je m’accroche à l’un deux et pars dans les airs.  Ce que j’ai vu est au-dessus de tout ce qui est imaginable : de l’eau à perte de vue, jonchée d’îles toutes aussi singulières les unes que les autres, des animaux marins de toutes formes et de toutes tailles, des oiseaux tous aussi ravissant les uns que les autres (hormis quelques exceptions), et une végétation abondante, riche, et colorée, comme je n’en avais jamais vu.

« La terre était plate, et les oiseaux dorés.
« Le ciel rougeâtre et la nature colorée.
« Le long de la forêt, des lapins bleus nichaient.
« Les ruisseaux s’écoulaient, et la Vie prospérait.
  »


Mais il est maintenant temps de se réveiller.

Le troubadour
J'ai adoré.
Ca fait longtemps que j'avais pas été autant bercé d'un mot à l'autre, l'histoire est extraordinaire, le rythme saississant.
Vraiment, j'ai trouvé ça génial. J'en redemande.
Fais juste gaffe aux virgules, on en met pas avant un et, mais on en met avant un met. Mais c'est que du pinaillage syntaxique.

Bwarf, la baffe...
Je te met en conseil de lecture
Revenir en haut Aller en bas
Le troubadour

avatar

Masculin Taureau Messages : 20
Date d'inscription : 11/07/2014
Localisation : Dans un hydriel...
Humeur : Comme un Colibri !

MessageSujet: Re: Bliene 51b   Sam 30 Jan - 18:54

Merci, ça fait super plaisir :D !

------------------------------------------------------------------------------------------------
Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage
Jean de La Fontaine
C'est tout ce qu'il faut savoir pour écrire des ouvrages
Le troubadour



Cliquez ici pour voir toutes mes fables !
Et ici pour voir ma nouvelle nouvelle : Bliene 51b.
Revenir en haut Aller en bas
PlumeAPapote

avatar

Féminin Scorpion Messages : 178
Date d'inscription : 28/05/2015
Localisation : Lyon
Humeur : Avide de mots

MessageSujet: Re: Bliene 51b   Sam 30 Jan - 19:10

Hello Le Troubadour ! :D
@Le troubadour a écrit:
Bonsoir tout le monde !

Me revoilà, après quelques mois d'absences (excusez-moi, le brevet, l'école, tout ça, je ne trouve plus autant le temps d'écrire)...  😢

En attendant de reprendre ma plume à fables, je vous propose un texte de ma plume à nouvelles : Bliene 51b ! Mais que signifie ce titre ? Je vous laisse le découvrir !

Enfin je vous reprécise quand même le contexte : ce texte était à la base fait pour le lycée, avec pour consigne "Décrivez une planète idéale". J'avoue être un peu sorti des limites, mais le résultat est là, assez réussi à mon avis, alors je vous laisse juger !

Pour info : Ce texte se lit avec plusieurs voix. Saurez-vous trouvez qui elles sont ?


Bliene 51b

  Par où commencer ? J’ai tant de choses à vous raconter ! Quand je l’ai vu, j’avais l’impression de rêver… C’était le Paradis, l’île d’Avalon, le jardin d’Eden, le monde du printemps éternel, appelez-le comme vous voudrez. Mais j’y ai rencontré un lapin bleu So cute :D.
  Imaginez... Ou essayez d’imaginez, au moins. Créez dans votre esprit une planète, presque deux fois plus grande que notre Terre. Ajoutez-lui des mers innombrables et des îles-continents dispersées sur toute sa surface, avec une égalité quasi-parfaite. Cette planète étant plus lourde, l’atmosphère est plus épaisse : cela permet à ce globe d’avoir une surface assez plate. Pas de sommets inhabitables ; pas de banquises désertes ; pas de déserts brûlants. Cette configuration parfaite permet alors une température douce, ainsi qu’un climat agréable : des pluies tropicales abreuvent abondamment la végétation, les orages sont rares, et le Soleil brille de son bel éclat.
  Le Soleil ? Presque. Ici, ce Soleil se nomme Bliene 51. C’est une naine orange, une étoile K, comme aiment l’appeler nos scientifiques. La planète que vous avez imaginée se nomme Bliene 51b. Elle tourne autour de cette étoile avec une orbite circulaire parfaite : elle crée alors sur la planète un printemps perpétuel. Quant à la couleur orange de l’étoile, elle confère aux mers et au ciel une teinte orangée, rouge presque, semblable aux couchers de soleil : cet orange, d’un aspect de velours, se pose délicatement sur l’eau limpide, enrobe les nuages cotonneux, et se dérobe au loin sur l’horizon.
  La faune et la flore, quant à elles, sont si variées et diverses qu’une encyclopédie ne pourrait en recenser un millième. Le règne animal abonde partout, et la végétation, légèrement plus sombre, donne un air de jungle luxuriante au tout. Cependant, ce globe étant plus grand que le nôtre, la pesanteur y est plus élevée : les animaux sont donc plus petits. A l’inverse, les oiseux, eux, bénéficient alors d’une envergure plus grande, qui s’avère dans la plupart des cas magnifique.

  Imaginez bien ce petit monde. Imaginez… Là-bas, devant-vous, posé sur une grande branche d’un arbre biscornu, aux feuilles vertes foncées plates en forme de citron, se tient un grand oiseau bleu. Il tient en son bec une proie, qu’il vient d’attraper. Il vous voit. Prend peur. Lâche sa proie. S’envole un peu plus haut dans les branches. Et chante.
  Toutes les espèces le suivent. Toutes se mettent à chanter, elles aussi. Elles chantent, elles gazouillent, elles fredonnent, elles chantonnent, elles braillent, elles crient, elles s’égosillent, elles beuglent, elles dégoisent, elles s’époumonent, elles exultent ! Toutes en chœur, elles chantent à la gloire de la Vie !
  Et en bas, cloués au sol, tous les animaux sortent de leur tanière, les lapins bleus virevoltent, les renards verts sautent dans tous les sens, les taupes grises sortent de terre et dansent avec les furets ! Même les arbres semblent danser pour cette fête aussi inattendue qu’improbable !

  Mais ?! Le voyez-vous ? Le petit lapin bleu, là-bas, avec une tâche violette sur le front. Il s’échappe, il court le galopin ! Venez, vite ! Suivons-le ! Regardez au fond, à gauche là-bas : il emprunte une galerie sous les arbres ! Là ! Il en ressort ! Mais… Mais que fait-il ? Voilà qu’il grimpe aux arbres, maintenant ! Cet arbre… On dirait un arbre fruitier, mais… Quels drôles de fruits ! Ils ont une forme de pomme, mais ils sont marrons, presque bruns, avec une bosse au-dessus, une autre sur un côté, et une troisième sur l’autre côté ! On dirait une sorte de triple poire…
  Mais voilà que le lapin bleu grimpe de plus en plus haut, court avec une agilité impressionnante sur une branche, et se poste droit, immobile, tout au bout de la branche ! Mais… Oh malheur ! Voilà un immense rapace qui s’approche, avec au moins trois mètres d’envergure ! Et il ne va pas tarder à voir le petit rongeur bleu, posté au bout de sa branche. Vite, aidez-moi ! Nous pouvons encore le sauvez ! Grimpez ! Montez ! Escaladez l’arbre ! Voilà, vous y êtes presque. Avancez tout doucement maintenant, vous risqueriez de briser la branche. Voilà…
  Horreur ! Le rapace a aperçu le lapin ! Vite, dépêchez-vous ! Mais ? Mais ? Le lapin bleu a sauté de la branche, et atterrit sur le sol comme si de rien n’était. Le rapace n’aura pas le plaisir de déguster du lapin aujourd’hui. Mais alors… Pourquoi l’oiseau continue-t-il sa course vers la branche ? Descendez ! Descendez vite !

  Hélas… Il est trop tard… J’aperçois déjà les serres du rapace au-dessus de ma tête. L’oiseau plonge et se pose juste devant moi. J’aperçois son bec reluisant, recourbé à la manière des charognards. Son œil orange vif m’observe, cherchant sûrement à déterminer si je suis mangeable pour lui ou non. Ses plumes sont tantôt oranges pour certaines, tantôt bleues pour d’autres. Elles reflètent les couleurs du ciel de cette planète. Ses serres se terminent par des pointes recourbées, sûrement très dures, et sa tête se rapproche de moi dangereusement. Ses yeux clignent. Ils deviennent rouges. Suis-je comestible ou non ? Je crois qu’il a pris sa décision. Je ferme les yeux et me laisse aller à mon destin.
  Mais ? Quel est ce bourdonnement sourd que j’entends ? Seraient-ce déjà les anges venus m’emmener là-haut ? J’ouvre les yeux. Et un spectacle inattendu m’attend.
  Oh merveille des merveilles ! Une nuée de papillons arrive, tous plus magnifiques et plus gigantesques les uns que les autres ! L’un est vermeil, l’autre est doré, celui-ci est brun, celui-là violet, un autre orangé, le suivant jaune et vert, et tous sont ainsi bariolés de couleurs toutes aussi ravissantes les unes que les autres ! Quelle merveille ! Quelle merveille !
Cette armée multicolore a vite fait de mettre en fuite le rapace et, profitant de leur taille, je m’accroche à l’un deux et pars dans les airs.  Ce que j’ai vu est au-dessus de tout ce qui est imaginable : de l’eau à perte de vue, jonchée d’îles toutes aussi singulières les unes que les autres, des animaux marins de toutes formes et de toutes tailles, des oiseaux tous aussi ravissant les uns que les autres (hormis quelques exceptions), et une végétation abondante, riche, et colorée, comme je n’en avais jamais vu.

« La terre était plate, et les oiseaux dorés.
« Le ciel rougeâtre et la nature colorée.
« Le long de la forêt, des lapins bleus nichaient.
« Les ruisseaux s’écoulaient, et la Vie prospérait.
  »


Mais il est maintenant temps de se réveiller.

Le troubadour

J'ai particulièrement bien aimé le début, c'est accrocheur, je me suis laissée totalement guider par tes mots pour imaginer ce Monde, bien aimé la relation faite avec les astres :) Rien à redire, le style est fluide :) Vers la fin, quelques mots un peu lourd mais ta nouvelle est vraiment belle :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
***********************************


***********************************
Revenir en haut Aller en bas
http://lesplumesdor.forumactif.org/forum
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bliene 51b   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bliene 51b
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: