Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les avions folâtres volaient dans les cieux...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tchekta



Masculin Capricorne Messages : 7
Date d'inscription : 09/05/2015

MessageSujet: Les avions folâtres volaient dans les cieux...   Mar 16 Fév - 17:04

Bonjour, c'est Lolo (pour ceux qui me connaissaient avant), et je vais vous partager une poésie que j'ai finie il y a quelques jours. Pour vous dire, les 1ères strophes je les ai rédigées il y a plusieurs mois et j'ai essayé de le finir il y a une semaine, en faisant strophe par strophe. J'ai pas respecté la métrique partout mais c'est pas grave, ça sonne quand même bien.

Il a déjà été publié sur le site Scribay où j'ai le pseudo Lolo Naud (afin de balayer tout doute lol car il est tout droits réservés) :

Les avions folâtres, volant dans les cieux,
Plongeaient tels des goélands de nacre dans l'abîme de la mer,
Noire était la peur, rouge était le feu,
Les ailes évitaient les tirs silencieux qui fendaient l'air,

Un élan de courage montait dans le ciel,
Le grand hymne de la nation, retentissait au loin, à l'horizon,
Ils chantaient, les morts de la guerre, démentiels !
Le sang du désespoir coulait dans les rigoles du tréfonds,

Où était passée leur famille et leurs amis ?
Dans les ténèbres du soir, la Mort se tenait prête à ôter,
Où était passée la Beauté, elle nous trahit ?
Parmi les grands champs azurés qui se déroulent à nos pieds,

La vive lumière d'un été sans rides,
Resplendissait tel un vieux phare caché dans le brouillard,
Et les avions formaient un voile lucide,
Qui se riait des pilotes et arrêtait le regard,

Les volutes traçaient des lignes fuyantes,
S'amusant près du Soleil noir, s'échappant loin de la Terre,
Et la Lune, endormie, n'était plus qu'une fente,
Dont la lueur, faible et blanche, zigzaguait tel un éclair,

Et le bruit des balles sifflait dans le chaos,
Les pensées des hommes s'évanouissaient tels des espoirs
Envolés, et délestés de leurs fardeaux,
Il n'y avait plus d'yeux pour voir, il n'y avait plus de foi pour croire,

Leurs aieux criaient le nom de leurs batailles,
D'une voix forte, grande et qui emplissait le champ de guerre,
Les aéronefs étaient pris en tenaille,
De ces murmures s'effaçant, des souvenirs éphémères,

L'eau de l'océan semblais se changer en sang,
Abreuvée par les vies des combattants au moral d'acier,
Les astres bleutés laissaient place lentement,
À la grande lumière du jour épandue telle une trainée,

Ce fut le paroxysme de la terreur,
Le métal criait d'une voix aiguë, terrorisant l'âme,
Et l'issue n'était plus qu'une question d'heures,
Dans un dernier sursaut, les soldats pensaient à leurs femmes,

Ô Terre anéantie et ensanglantée !
Combien de tes enfants te faudra t-il pour panser la plaie ?
Ils sont tous ensemble en train de s'entre-tuer,
De ce long souffle des âmes perdues dont ton coeur se repaît !

Le silence domina sur le grand chaos,
Trève du massacre, épilogue certain de la guerre,
Aucun mot ne pouvait décrire le fléau,
Aucun bruit ne sortait des corps abandonnés là, faits de chair,

Au loin à l'horizon, là où les lignes se confondent,
La paix semblait se lever parmi les esprits rescapés,
On sonnait du clairon et désormais le monde,
Pourrait vivre l'espoir d'une Terre pacifiée.
Revenir en haut Aller en bas
Aube Kürten

avatar

Masculin Lion Messages : 658
Date d'inscription : 07/06/2015
Localisation : dans l'ombre de la vallée de la mort

MessageSujet: Re: Les avions folâtres volaient dans les cieux...   Jeu 18 Fév - 6:55

bon ba sujet de guerre, le thème et très bien respecté , on a limite l'impression d'être dans un avion de tir, te suivant en escadron ou tu nous narre l'objectif

je ne sais que dire de plus puisque tout est bien écrit, alors je te dis un merci pour cette lecture Lolo :)

------------------------------------------------------------------------------------------------



je ne suis pas la beauté de ton cœur
Je suis la pensé sombre que tu t'efforce a cacher


J'incline le miroir face à moi
mon regard me transperce l'âme
Revenir en haut Aller en bas
tchekta



Masculin Capricorne Messages : 7
Date d'inscription : 09/05/2015

MessageSujet: Re: Les avions folâtres volaient dans les cieux...   Jeu 18 Fév - 8:55

Merci ^^ J'ai mis beaucoup de stylistique je trouve que ça enrichit beaucoup le propos. J'ai passé pas mal de temps dessus, c'était un peu fastidieux mais j'ai réussi héhé
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les avions folâtres volaient dans les cieux...   Dim 28 Fév - 14:54

Yo
Je sais pas si tu te souviens comment je fonctionne.
J'annote ton texte en bousillant sa mise en forme et en expliquant ce qui pour moi empêche ton texte d'être génial.
C'est jamais que mon avis et par défaut, ce que je tait est bon :)
@tchekta a écrit:

Les avions folâtres, volant dans les cieux,
Plongeaient tels des goélands de nacre dans l'abîme de la mer,
Noire était la peur, rouge était le feu,
Les ailes évitaient les tirs silencieux qui fendaient l'air,ta subordonné allourdit la structure, de fait, je mettrait un "ces" plus qu'un "les" et donc me permettrait un participe présent qui permet d'enlever le "qui"

Un élan de courage montait dans le ciel,
Le grand hymne de la nation, retentissait au loin, à l'horizon, j'ai jamais été trop fan de la répétition d'une idée en littérature et encore plus en poésie qui doit pour moi être simple et évolué sans se répéter. Donc, l'une des deux entités est de trop
Ils chantaient, les morts de la guerre, démentiels ! "la" pose un problème grammaticale, comme tu ne la pas défini, tu fait ici référence aux victimes de toutes les guerres, ce qui fait beaucoup. Cette est mieux.
Le sang du désespoir coulait dans les rigoles du tréfonds,

Où était passée leur famille et leurs amis ?
Dans les ténèbres du soir, la Mort se tenait prête à ôter, à oter quoi? Problème gramaticale que tu peux certes faire passer pour une licence poétique, mais j'aime pas. D'autant que tu appose deux voyelle à la suite ce qui fait que la langue se casse la gueule en cours de diction. Je te conseille "rôder" plutôt.
Où était passée la Beauté, elle nous trahit ? gé pa le lien logique là
Parmi les grands champs azurés qui se déroulent à nos pieds,

La vive lumière d'un été sans rides,
Resplendissait tel un vieux phare caché dans le brouillard,
Et les avions formaient un voile lucide,
Qui se riait des pilotes et arrêtait le regard,

Les volutes traçaient des lignes fuyantes,
S'amusant près du Soleil noir, s'échappant loin de la Terre,
Et la Lune, endormie, n'était plus qu'une fente,
Dont la lueur, faible et blanche, zigzaguait tel un éclair, là bah, je voit pas comment une lumière peut zizaguait, et surtout ce verbe est moche. Louvoyait, zébrait, vaccillait... c'est mieux

Et le bruit des balles sifflait dans le chaos,
Les pensées des hommes s'évanouissaient tels des espoirs
Envolés, jamais de virgule avant un et et surtout pas làet délestés de leurs fardeaux,
Il n'y avait plus d'yeux pour voir, il n'y avait plus de foi pour croire,

Leurs aieux criaient le nom de leurs batailles,
D'une voix forte, grande etce et n'a aucune raison d'être. il rend ta phrase incorrect qui emplissait le champ de guerre,
Les aéronefs étaient pris en tenaille,
De ces murmures s'effaçant, pas de virgule ici, même chose inutile, sans raison d'être. Le participe présent est également malheureuxdes souvenirs éphémères,

L'eau de l'océan semblais ait se changer en sang,
Abreuvée par les vies des j'aurais mis "de ces" plus logique combattants au moral d'acier,
Les astres bleutés laissaient place lentement,
À la grande lumière du jour épandue telle une trainée,

Ce fut le paroxysme de la terreur,
Le métal criait d'une voix aiguë, terrorisant l'âme,
Et l'issue n'était plus qu'une question d'heures,
Dans un dernier sursaut, les soldats pensaient à leurs femmes, donc y'as que des hétéros male marié? :D (je taquine^^)

Ô Terre anéantie et ensanglantée !
Combien de tes enfants te faudra t-il pour panser la plaie ?
Ils sont tous ensemble en train de s'entre-tuer,
De ce long souffle des âmes perdues dont ton coeur se repaît !

Le silence domina sur le grand chaos,plus abrupte comem transition, c'est difficile
Trève du massacre, épilogue certain de la guerre,
Aucun mot j'aurai repris par "aucun mot, aucun mort" c'est plus badass ne pouvait décrire le fléau,
Aucun bruit ne sortait des corps abandonnés là, faits de chair,

Au loin à l'horizon, là où les lignes se confondent,
La paix semblait se lever parmi les esprits rescapés,
On sonnait du clairon et désormais le monde,
Pourrait vivre l'espoir d'une Terre pacifiée.

Bon
J'ai pas aimé. C'est des choses qui arrivent et j'ai essayer de ne pas en tenir compte dans mon commentaire pour t'apporter un avis beaucoup plus critique que personnel
C'est je pense le trop grand renfort d'épithète, d'emphase qui m'a donné l'impression d'une caricature de poésie. Du coup, j'ai saturé trop vite et c'est pas passé.
C'est pas grave, mille autre aimeront :)

Au plaisir de te relire
Revenir en haut Aller en bas
tchekta



Masculin Capricorne Messages : 7
Date d'inscription : 09/05/2015

MessageSujet: Re: Les avions folâtres volaient dans les cieux...   Mar 1 Mar - 15:41

Merci pour ton commentaire détaillé, je sais que j'ai utilisé beaucoup de stylistique et d'emphase un peu à la façon des romantiques, mais je te rassures ce n'est pas mon style de poésie habituel :p. Je préfère ne pas respecter la métrique et faire au feeling, même si des fois ça colle pas parfaitement au niveau des rimes. Je repartagerais ici quelques poèmes pour donner plus de matière à juger (1 ou 2 par semaine ça dépendras je pense).

Les détails grammaticaux que tu as relevé sont à corriger certes, j'ai fait une version améliorée de ce poème que je posterais peut-être ici.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les avions folâtres volaient dans les cieux...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les avions folâtres volaient dans les cieux...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Poésies-
Sauter vers: