Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  Ecrits publiésEcrits publiés  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Séquencer son texte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yggdarsil
Roi des Koalas
Roi des Koalas
avatar

Masculin Taureau Messages : 503
Date d'inscription : 25/10/2012
Localisation : Dans le doute. Ou l'ignorance. Surement l'un des deux.
Humeur : Pourvu que ça dure !

MessageSujet: Séquencer son texte   Ven 26 Fév 2016 - 11:50

Alors oui vous voyez le titre, vous voyez le pseudo du membre et vous vous dites "Mmmm... dois-je lui faire confiance?". On va essayer.
Séquencer son texte, c'est quoi? Diviser en séquences. Bonbon pour les fayots qui ont deviné. Bon, mais à quoi ça sert, comment on le fait, en quoi ça nous aide, c'est quoi un séquence en plus?
Une question à la fois!
Une séquence, au cinéma, c'est quand on change de lieu ou/et de temps. Marguerite est dans le bus, puis au ciné avec Jean-Jacques, le bus est une séquence, le ciné une autre. En littérature, le découpage est nettement plus libre, mais se tenir à cette définition est, de mon humble avis, la méthode la plus simple.
Un séquencier, ça aide à ne pas faire de "blocage total", de perte d'inspiration en cours de rédaction d'un texte plutôt long. Ca aide à organiser l'intrigue et éviter les incohérences, étant donné que le séquencier et vachement plus court que votre oeuvre finale. Si vous devez enlever une séquence ou la modifier, ce sera nettement plus facile que de le faire avec votre texte.
Enfin, une fois le séquencier écrit, vous avez creusé le chemin et il ne reste plus qu'à le daller. Pas de risque de se trouver en panne d'idées.
A quoi ça ressemble? Un description sommaire, brève et très concise des faits, lieux, dires essentiels des personnages. Petit exemple:

3: Il arrive au conservatoire, un endroit plutôt froid. Il se fait chaleureusement saluer par certains, est ignoré par d'autres. Il se rend dans une salle de cours. Le nom de son professeur, Francis Duroy, est marqué sur la porte.
4: Son professeur n'est pas encore arrivé. Il s'approche du piano dans la salle, regarde les partitions posées dessus et fait une grimace. Il sort son violon de sa housse, l'accorde, et se met à jouer un air de musique irlandaise, l'air réjoui. Au bout d'un certain temps, son professeur ouvre la porte. Georges s'arrête aussitôt et le salue. On comprend par la suite qu'il écoutait derrière la porte et que cela ne lui plait pas que Georges ne se concentre pas sur les morceaux qu'il lui a demandé de travailler, car il doit jouer en soliste à un concerto pour violon prochainement.

Vous avez vu? Ici il y a deux séquence, parce que mentalement, la scène est d'abord le conservatoire, ensuite la salle de cour. Comme je l'ai déjà dit, vous n'êtes pas obligé de le voir comme ça si vous travaillez pour un roman.
Je sais que vous allez me dire: "Mais, description sommaire, description sommaire, tu prend le temps de préciser le nom sur la porte de la salle de cours!" Bien sûr. Dans un séquencier, on ne présente les détails que lorsqu'ils ont leur importance, qu'il y a interaction ou qu'ils donne une information. Ici, l'information, c'est le nom du professeur de violon de mon personnage, et elle joue un rôle important parce que si mon personnage s'y réfère en tant que "M.Duroy" dans la suite du roman, il vaut mieux qu'on sache de qui il s'agit. Mais s'il s'agit de la vieille voisine du dessus qui ne passe que trois secondes dans toute l'histoire, et qu'on l'oublie, pas la peine de noter son nom dans le séquencier.

Mais remontons un petit peu dans le processus pour éviter la panne d'idée au cours de l'écriture du séquencier, ce qui, reconaissons-le, serait complètemet ballot.

A l'origine d'une histoire, il y a un pitch, un situation conflicutelle, critique ou mystérieuse à résoudre. En ce qui concerne les sagas et les univers développés, j'éviterai de me prononcer à ce sujet étant de donner mon manque de maîtrise en la matière (comment faire un pitch qui se subdivise en sous-pitch, etc, etc..).
Avec un roman plus simple, ceci dit, on peut faire exploiter un pitch quelconque: je vous le rappelle, le principe est de faire un résumé court qui serait capable de convaincre un potentiel lecteur durant une descente en ascenceur.

Exemple: Une jeune provinciale s'installe dans le paris du XIXème, embauchée par une nouvelle gallerie marchande qui met en péril tout les commerçants locaux, dont fait partie son oncle. La guerre entre le petit commerce et ce géant dirigé par un génie sans vergogne est annoncée. (Au Bonheur des dames, de Zola)

Ici, on a conflit très simple, A vs B, avec en petite subtilité une jeune femme prise au milieu du conflit. Il y a bien sûr plusieurs sous-intrigues, mais ceci est l'intrigue principale, celle qui ouvre le roman et le referme. Concevoir un pitch est assez difficile pour certains thèmes, surtout si le scénario n'est qu'une excuse pour quelques répliques. Essayez de trouver des situations riches.
Vous aurez remarqué que je n'ai pas utilisé un exemple de cinéma, ce qui est facilement faisable, et ce en raison d'un simple règle: alors qu'un pitch de cinéma doit être très court et facilement identifiable (le temps d'une bande annonce, quoi) celui d'un roman peut se permettre d'être un chouïa plus complexe, au risque de faire beaucoup trop "commercial".

Passé le pitch, nous passons au synopsis: c'est le pitch en plus explicite, où l'on présente en entier les trois actes: exposition, développement, dénouement. Je vous vois venir "Mais on dit pas la fin". Pour un film, non. Pour vendre en général, non. Mais pour que vous écriviez votre livre, il faut bien. En tous cas, il faut savoir à quoi elle ressemble, assez précisément. Je vous rapelle un truc: un synopsis au cinéma est adressé à un quelconque lecteur. Ici, DANS CETTE METHODE, il n'est adressé à personne d'autre que vous (en théorie). Bien entendu, bien qu'un synopsis ai l'air complet, il n'y a pas à s'affoler si le séquencier insère par la suite des éléments additionnels: le synopsis n'est pas très détaillé et peu se permettre un peu de changement. En modération toutefois, histoire de ne pas trop s'éloigner de la trame originale. J'ai déjà rencontré des écrivains qui m'ont dit que s'il y avait disgression par rapport au synopsis, il ne s'en inquiétaient pas, mais veillaient à ce que le récit retrouve son cours.
Je ne suis pas suffisemment doué pour vous fournir un exemple littéraire de qualité, mais pour vous donner une idée, ça fait dans les 10-15 lignes quand on explicite une trame générale simple.
Attention cependant: Un synopsis, ce n'est pas énumérer tout ce qui se passe, mais une synthèse qui explicite les trois actes* en précisant les liens logique qui mènent de l'un à l'autre.
Je ne sais pas si je me suis fais bien comprendre, en tous cas, je suis sûr que de bons exemples existent quelque part sur internet.

*Je dis trois actes, mais honnêtement je ne sais pas s'il y a d'autres modèles qui s'affranchissent des trois actes.

Voilà! Une fois le synopsis en main, il n'y a plus qu'à rédiger les séquences, et une fois chaque séquence mise à une place définitive, il n'y a plus qu'a écrire. Vous pourrez vous permettre d'ajouter des détails, de préciser la description, ou au contraire l'éluder pour ne réveler que plus tard un secret caché...

C'était tout pour moi. Je tiens juste à préciser que je ne suis pas pro du tout de la technique, mais que mon humble avis la considère digne d'intérêt -et puis, il y avait rien d'écrit dessus. Oh, et si quelqu'un qui maîtrise mieux le sujet passe par là et remarque une grosse bêtise, qu'il n'hésite pas à me corriger! Et bien sûr, pensez à rajouter des conseils si vous en avez.



------------------------------------------------------------------------------------------------
Il est des gens qui sont là. Comme ça. En vrai. Et d'autres dont la présence est un mensonge. Une illusion. Efficace, quand elle trompe tout le monde. Ridicule, quand elle ne trompe que son porteur. -Lyonel Trouillot, Kannjawou

Proverbe Nocturnien : Wû Horör, wees qsüj gnü ubo wik s'wee kleesee kvieiir wâ krefüzâ d'wi kraork...

orgie de .-.
.-- .-- .-- .-.-.- .---- ----- --.- ....- ---.. .-.-.- ..- -. -... .-.. --- --. .-.-.- ..-. .-.

http://vocaroo.com/i/s1fCLpFwvSv0


#TextedeYgg
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4452
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Séquencer son texte   Ven 26 Fév 2016 - 12:10

C'est super intéressant tout ça. :la:
Grâce à toi, je me suis rendue compte que je séquence chaque chap de mon roman avant de l'écrire O_o (bon, mais en fait, pour ne pas me retrouver coincée, parce que j'"adore changer l'histoire en cours de route, j'écris les séquences au fur et à mesure que j'avance dans les chapitres précédents... AHDE )

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Séquencer son texte   Ven 26 Fév 2016 - 13:38

C'est vachement bien expliquer, j'avais essayer de vulgariser tout ça dans les tutos de la gazette aec cornouille, j'essaierai de les retrouver pour les mettre en complément, je vais juste réagir sur les actes
Tout d'abord, si ça vous intérèsse, procurez vous "la dramaturgie" de Yves lavandier. Et lisez le. Ce livre est le plus extraordinaire qui soit pour comprendre le fonctionnement d'une histoire.

Les trois actes sont utilisé au cinéma parce que ça permet une construction simple du récit. Mais certains types de récit s'affranchissent de cette règle pour ajouter un quatrième ou un cinquième acte. C'est le cas des comédies romantiques et des biopics. Le quatrième acte dans les comédie romantique c'est le moment "oih, j'ai déconner, elle va prendre son avion pour santiago pour retrouver bernardo, son amour d'enfance de quand elle était encore spermatozoide, que puis-je faire? Oui, je vais courir vers l'aéroport, dire qu'il y a une alerte à la bombe et la reconquérir"
Bon, ma haine des comédie romantique étant déverser, je vais essayer d'expliquer ce qui manque à ton tuto (qui est vraiment bien hein) la définition d'un acte.
Un acte commence et s'achève par un moment fort. Prenons Matrix. L'acte I c'est les présentation, le moment ou tout se met en place, et il s'achève par un moment marquant, une sorte de semi climax: la rencontre entre néo et morphéus. Le choix de néo entre la pillule bleu et la pillule rouge. L'acte trois commence quand le groupe se rend compte de la trahison de l'autre blaireau dont le nom m'échappe. Entre les deux, c'est des péripéties. Du coup, le passage d'un acte à l'autre peut se voir comme ceci: l'arrivée d'un élément décisif dans votre histoire qui redéfinissent votre héros. Il est fasse à une situation qui le fait changer.

Pour faire son séquenceur, je fonctionne différament de toi. Plus que par séquence, j'envisage mes romans par scène, c'est à dire que je considère une scène comme une action qui se joue sans prendre en compte les changements de place. J'essaierai de retrouver mon séquenceur de Léviathan, comme ça vous pourrez voir ce que je veux expliquer.
Pour chaque scène, je donnais le personnage incriminé, son objectif de la scène (un personnage à un objectif global, auquel on appose des obstacle pour que se construive le récit et donc chaque scène parle d'un objectif secondaire: la résolution d'un obstacle.), le lieu, le titre de la scène qui me permettait d'avoir le ton de narration que j'avais défini (tragique, épique, cynique, érotique..) et l'objectif narratif de la scène. par exemple. Dans léviathan, la première rencontre qu'on a avec samuel est une scène de sexe. Dans mon séquenceur j'avais ainsi marqué (de mémoire) présent: Samuel et Marianne. Objectif de Samuel: Trouver un sens à sa vie. Objectif secondaire: la construire avec Marianne, Problème, Marianne et lui ne s'aime plus, ils font l'amour elle se barre. Endroit: appart de samuel (chambre, puis bureau). Titre: La dernière étreinte sous l'aurore. Objectif narratif de la scène: Raccoler le spectateur avec une scène animal parce que sexuel, donc parle à tous, mais poétique, donc plait au public que je recherche. Décrire Samuel dans son plus simple appareil et dans l'action intime, donc permet une vision de lui qui est translucide de tout filtre qu'il se crée.

Bref, voilà, c'était ma contribution qui a un peu déborder...

ps: comme apparement ma définition de l'action n'est pas clair, voilà mon explication sur la cb
[13:43:48] @ Cornedor : Ragne : oui, le truc des actes et tout ça. Même si ta définition d'une scène n'est pas très claire :rire:
[13:44:25] @ Ragne : Bah une scène c'est une action, dur de la définir autrement, c'est la résolution d'un objectif secondaire
[13:44:42] @ Cornedor : Ragne : oui mais donc elle se passe bien dans un lieu particulier
[13:45:42] @ Ragne : En fait pas nécéssairement, je vais faire un parralèle avec le cinéma
[13:46:10] @ Ragne regarde une séquence qui est une action dans un lieu défini et un plan séquence, une action continu sur une multitude de lieu
[13:47:02] @ Ragne : Un plan séquence ne doit pas avoir de cut, c'est la course poursuite entre le gentil et le méchant à travers toute la ville. Le roman te permet de faire un plan séquence avec des éllipse puisque tu peux perdre ton lecteur en route
[13:52:47] @ Ragne : plus conrétement, l'action est: je veux caresser le chat. l'obstacle est : le chat n'est pas trouvable, au cinéma, tu dois faire une série de plan ou chaque pièce est scruté avec en début le constat "je cherche le chat" en fin "le chat n'est pas dans cette pièce" et la résolution de ta scène arrive au bout de x séquence x étant le moment ou le spectateur va lacher. Le roman te permet de faire juste quelques paragraphe sans changer de séquence, la recherche du chat est alors un tout et les différente pièce juste un obstacle pour le trouver. C'est ça ma définition d'une action
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Séquencer son texte   

Revenir en haut Aller en bas
 
Séquencer son texte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Accueil :: Aide à l'écriture et édition :: S'améliorer à l'écriture-
Sauter vers: