Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Souffle'cendres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alton

avatar

Masculin Lion Messages : 375
Date d'inscription : 12/04/2015
Localisation : La taverne la Pomme de Pin
Humeur : Eh Chaussette !

MessageSujet: Souffle'cendres   Ven 25 Mar - 21:39

'Alut à vous nobles nocturniens, je vous présente mon nouveau texte de DRAGON !!! YAHHHHAAA !

Alton prend ses cachets et essaie de poster la suite rapidement !
Bonne Lecture :ffmental:


Le soleil était déjà couché quand le trio arriva à destination. Les douze menhirs disposés en cercle, formant le nid de la bête se dressaient devant eux.
- Enfin, soupira une guerrière au visage dissimulé sous un heaume finement ouvragé. Elle souffla de nouveau et s'adossa contre les racines noueuses d'un grand chêne. Le voyage avait été éprouvant pour la combattante pour qui la lourde armure de plates avait été une difficulté supplémentaire. Même pour leur guide, pourtant habitué à parcourir les vastes forets de l'est, le voyage avait été difficile. l'adolescent but une longue gorgé de sa gourde et essuya la sueur sur son visage à peine adulte. Recruté deux jours plus tôt, il n'avait pas hésité une seconde avant d'accepter la mission, qui, il le savait, l'emmènerait là où même les plus grands pisteurs de la tributs n'auraient eut la folie d'aller. Il n'était pas peu fier d'avoir réussi à guider sans encombre les deux nobles à travers l'antique foret.
Le troisième homme remotiva le groupe, tout dans attitude relevait sa condition de chef de guerre, il avait une voix autoritaire, une stature austère et un visage dur qui semblait ne jamais avoir connu le sourire.

- Maintenant qu'on est là, il ne va pas tarder à prendre conscience de notre intrusion, on ne dormira pas sans avoir livré bataille. En position !

- Je vous suis depuis des heures pensa, Skaïrn en survolant la clairière tout en prenant garde de rester dissimulé par la ramure des arbres millénaires. Il regarda presque attristé le trio de chasseurs s'activer.

La guerrière, fatiguée par sa longue marche, préféra se passer de la protection de son casque plutôt que devoir supporter son poids sur sa nuque ankylosée. Elle enleva donc la lourde pièce d'équipement découvrant ainsi un visage à la peau tannée par le soleil du sud, un nez déformé après de multiple brisures, des yeux bleus foncé et de courts cheveux blonds. Le guide arma son arc et lança un regard inquiet à sa coéquipière. Il n'avait jamais réellement combattu, aussi il savait qu'il n'avait que peu de chance de survivre à son baptême du feu. Elle lui rendit un regard plein de cette détermination qui illumine les yeux les combattants avant une charge héroïque. Ces encouragements muets ne le rassuraient qu'à moitié.

Continuant de surplomber les hommes, le dragon n'eut aucun mal à déterminer l'origine de chacun d'eux. Le jeune guide ne pouvait venir que de la cité arboricole de Yeniarth, l'armure d'acier noircie par procédés alchimique témoignait du haut rang de la combattante dans la noblesse vélianne et il avait reconnu l'accent si caractéristique des îles de braises du chef de la troupe.


- On dit que les frères ennemis s'assemblent quand les temps sont troubles. Philosopha, las Skaïrn.

Il y avait bien des années qu'il n'avait pas eu la visite de chasseur de monstre. Il pensait, à tort, que la guerre entre les Humains et les dragons était terminée et que jamais pareil massacre ne se reproduirait. Même si depuis des années les signes avant-coureurs s'étaient multipliés, Skaïrn refusait d'y croire. Hélas les hommes étaient de nouveaux prêts à combattre et il en avait la preuve devant ses yeux. Il se remémora les siècles de batailles et de destruction. Il revit les flammes réduisant des citées entières en fumée et les nuages de carreaux pleuvant depuis les remparts des forteresses humaines. Il s'imagina un futur proche où tout cela pouvait bien recommencer de plus belle.

Il hésita un instant, lui aussi avait un rôle à jouer pour tenir la fragile harmonie entre les mortels et immortels. Il n'était pas obligé de massacrer aveuglément les trois insectes qui venaient de pénétrer son territoire. Il pouvait ne pas répondre à cette agression, tout simplement ignorer cet acte de guerre en restant dissimulé et en attendant qu'ils reviennent sur leurs pas.
La dangerosité de cette action le rappela à l'ordre.
- Non, ils répandront la rumeur de ma disparition, bientôt c'est toute une armée de colons qui viendront conquérir mon royaume. Et si le Conseil venait à apprendre ma mort, ces vautours ce battront pour les miettes de mon pouvoir. Je dois les tuer.


L'arrogance du chef du groupe ne l'incita pas à la tempérance.
Sans se soucier de la valeur sacrée du cercle de pierre, il bondit sur un menhir et brandit sa longue lance, spécialement forgée pour l'occasion. Cette posture lui donna presque la force d'une statue. Le combattant avait fière allure. Son manteaux gris battait sur son plastron frappé du blason de sa famille. Toute sa panoplie de pièces d'armure, valant chacune au moins une année de salaire d'un mercenaire en tant de guerre, reflétait le peu de lumière lunaire qui filtrait à travers le plafond de feuillage.
Il cria, solennel.
- C'en est fini de ton règne Skaïrn. Ce soir, par nos lames, tu retourneras aux enfers qui t-on vomit.
-Mon peuple a massacré des milliers d'hommes, mais ce ne sera pas nous qui les détruirons. C'est leur fierté qui les fera sombrer dans l'oubli. Pensa Skaïrn en se découvrant.
Il descendit en piquet à travers les feuillages avant de prendre position légèrement au-dessus du chef du groupe.
- Votre sort est scellé ! rugit le dragon entre deux battements d'ailes.
- Fait tes prières démons ! Répondit l'homme en faisant tomber son manteaux. Le regard de Skaïrn fut alors attiré par une pierre rouge incandescente incrusté dans la ceinture du chasseur. Aussitôt deux autres lueurs identiques apparurent dans la nuit. Les trois combattants s'étaient équipés de la même pierre.


- Tu ne peux rien contre nous ! Hurla le chef galvanisé par l'imminence du combat en exhibant sa ceinture sertie.

- Imbéciles, souffla le dragon comme pour lui-même.

Skaïrn ne connaissait que trop bien ces artefacts. C'étaient les pierres de feu qui avaient empêché la disparition pure et simple des hommes pendant la guerre des Cieux. Ces gemmes incroyablement rares et précieuses avaient, pour une raison qui échappait autant aux dragons qu'aux humains, la particularité de rendre leurs porteurs insensibles aux souffles draconiques. Même si les mythes des mortels narraient d'avantage le courage, la vaillance et la force des défenseurs des rares cités à avoir survécu à cet âge sombre, c'était uniquement les pierres de feu qui avaient empêché celle-ci de partir en fumée comme toutes les autres.

Visiblement, les Hommes n'avaient rien appris, ce n'était pas trois gravillons qui tiendraient en échec Skaïrn, il avait bien d'autres armes que son souffle.

Sans plus de palabres, il fondit sur l'arrogant chevalier. Peu impressionné par la masse de muscle et d'écaille qui s'approchait, il se mit en garde, les poings crispés sur la hampe de sa lance dressée vers son adversaire. Le choc aura lieu, c'était évident, mais le dragon n'avait d'autre choix que de s'empaler sur la pointe si cruellement effilée.


#Fantasy

Spoiler:
 


Dernière édition par Alton le Jeu 14 Sep - 19:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tiunterof
Gardien grincheux de la CB
avatar

Masculin Bélier Messages : 1759
Date d'inscription : 24/10/2012
Localisation : Sur la CB, comme toujours.
Humeur : sss

MessageSujet: Re: Souffle'cendres   Ven 25 Mar - 22:14

Hey hey hey !
Eh bien c'est cool tout ça, au début ça m'a fait un peu penser à une partie de jeu de rôle romancé d'ailleurs, un peu comme dans les livres Dragonlance. ^^

Bon, là c'est le début, du coup j'ai pas grand chose à dire, en fait je ne sais même pas quels personnages sont les héros. Même si j'imagine que c'est le dragon mais c'est pas forcément hyper clair.
Sinon l'écriture est fluide, agréable à lire, j'ai hâte de voir ce que ça donnera en pleine scène d'action. ^^
Et enfin, le seul défaut que j'ai pu trouver c'est au niveau de la situation dans le temps, vers le milieu du texte tu parle de nuit, et un personnage dit "ce soir" et je me suis dit "Ah, c'est le soir... Ok." Du coup faudrait peut-être trouver un moyen de le suggérer un peu avant. ^^

Mais dans l'ensemble ça a l'air prometteur, j'attends la suite ! :3
Revenir en haut Aller en bas
Alton

avatar

Masculin Lion Messages : 375
Date d'inscription : 12/04/2015
Localisation : La taverne la Pomme de Pin
Humeur : Eh Chaussette !

MessageSujet: Re: Souffle'cendres   Dim 27 Mar - 8:28

Coucou,

Merci à toi pour ton commentaire ! cheers

Du coup, oui c'est bien le dragon le personnage principal de la nouvelle, mais j'ai eut une idée stupide en cours de route (Oh oh, et si la nouvelle ne commençait pas sur le point de vue du héro Oh oh oh, que je suis roublard oh oh )

Par contre je pensais que la situation temporelle était claire, bon je modifierait !

Pour finir je suis content que l'on retrouve l'ambiance jeu de rôle, je dois dire que cette noble activité est une de mes principale source d'inspi.
Dragonlance tu dis ? je connais pas et j'irais zieuter !

merci encore !
Revenir en haut Aller en bas
Silenuse

avatar

Masculin Balance Messages : 1797
Date d'inscription : 03/06/2015
Localisation : Derrière un pouet
Humeur : pouet

MessageSujet: Re: Souffle'cendres   Mar 5 Avr - 11:07

J'avais dit que je passerai... Je suis donc en retard AHDE

Alton a écrit:
Le soleil était déjà couché quand le trio arriva à destination. Les douze menhirs disposés en cercle, formant le nid de la bête virgule se dressaient devant eux.
- Enfin, soupira une guerrière au visage dissimulé sous un heaume finement ouvragé. Elle souffla de nouveau et s'adossa contre les racines noueuses d'un grand chêne. Le voyage avait été éprouvant pour la combattante pour qui la lourde armure de plates avait été une difficulté supplémentaire. Même pour leur guide, pourtant habitué à parcourir les vastes forets de l'est, le voyage avait été difficile. L majuscule 'adolescent but une longue gorgée de sa gourde et essuya la sueur sur son visage à peine adulte. Recruté deux jours plus tôt, il n'avait pas hésité une seconde avant d'accepter la mission, qui, il le savait, l'emmènerait là où même les plus grands pisteurs de la tribu(ts n'auraient eu(t) la folie d'aller. Il n'était pas peu fier d'avoir réussi à guider sans encombre les deux nobles à travers l'antique foret.
Le troisième homme remotiva le groupe, tout dans son ? attitude relevait sa condition de chef de guerre, deux points il avait une voix autoritaire, une stature austère et un visage dur qui semblait ne jamais avoir connu le sourire. Une petite assonance/allitération en [èr] ? Timide

- Maintenant qu'on est là, il ne va pas tarder à prendre conscience de notre intrusion, on ne dormira pas sans avoir livré bataille. En position !

- Je vous suis depuis des heures pensa, virgule mal placée Skaïrn en survolant la clairière tout en prenant garde de rester dissimulé par la ramure des arbres millénaires. Il regarda presque attristé le trio de chasseurs s'activer. Attends attends. Qui parle là ? Si j'ai compris, c'est un quatrième homme qui pense ; seulement, sa réplique est ancrée d'une telle manière qu'elle semble répondre à celle du guide, comme dans un dialogue. Je pense qu'il faudrait un petit paragraphe disant simplement "Un homme était caché, derrière..." etc.

La guerrière, fatiguée par sa longue marche, préféra se passer de la protection de son casque plutôt que devoir supporter son poids sur sa nuque ankylosée. Elle enleva donc la lourde pièce d'équipement découvrant ainsi un visage à la peau tannée par le soleil du sud, un nez déformé après de multiple brisures, des yeux bleus foncés et de courts cheveux blonds. Le guide arma son arc et lança un regard inquiet à sa coéquipière. Il n'avait jamais réellement combattu, aussi il savait qu'il n'avait que peu de chance de survivre à son baptême du feu. Elle lui rendit un regard plein "rempli" plutôt de cette détermination qui illumine les yeux des combattants avant une charge héroïque. Ces encouragements muets ne le rassuraient qu'à moitié.

Continuant de surplomber les hommes, le dragon n'eut aucun mal à déterminer l'origine de chacun d'eux. Le jeune guide ne pouvait venir que de la cité arboricole de Yeniarth, l'armure d'acier noircie par des procédés alchimiques témoignait du haut rang de la combattante dans la noblesse vélianne et il avait reconnu l'accent si caractéristique des îles de braises du chef de la troupe. phrase trop longue :virgule:


- On dit que les frères ennemis s'assemblent quand les temps sont troubles. virgule Philosopha, las virgule Skaïrn.

Il y avait bien des années qu'il n'avait pas eu la visite de chasseur de monstre. Il pensait, à tort, que la guerre entre les Humains et les dragons était terminée et que jamais pareil massacre ne se reproduirait. Même si depuis des années les signes avant-coureurs s'étaient multipliés, Skaïrn refusait d'y croire. Hélas virgule les hommes étaient de nouveaux prêts à combattre et il en avait la preuve devant ses yeux. Il se remémora les siècles de batailles et de destruction. Il revit les flammes réduisant des citées entières en fumée et les nuages de carreaux pleuvant depuis les remparts des forteresses humaines. Il s'imagina un futur proche où tout cela pouvait bien recommencer de plus belle.

Il hésita un instant, lui aussi avait un rôle à jouer pour tenir la fragile harmonie entre les mortels et immortels. Il n'était pas obligé de massacrer aveuglément les trois insectes qui venaient de pénétrer son territoire. Il pouvait ne pas répondre à cette agression, tout simplement ignorer cet acte de guerre en restant dissimulé et en attendant qu'ils reviennent sur leurs pas.
La dangerosité de cette action le rappela à l'ordre.
- Non, ils répandront la rumeur de ma disparition, bientôt c'est toute une armée de colons qui viendront conquérir mon royaume. Et si le Conseil venait à apprendre ma mort, ces vautours se battront pour les miettes de mon pouvoir. Je dois les tuer. Ce serait encore plus classe que tu intègres la réplique dans le paragraphe narratif et en faire une sorte de monologue intérieur !


L'arrogance du chef du groupe ne l'incita pas à la tempérance.
Sans se soucier de la valeur sacrée du cercle de pierre, il bondit sur un menhir et brandit sa longue lance, spécialement forgée pour l'occasion. Cette posture lui donna presque la force d'une statue. Le combattant avait fière allure. Son manteaux gris battait sur son plastron frappé du blason de sa famille. Toute sa panoplie de pièces d'armure, valant chacune au moins une année de salaire d'un mercenaire en tant de guerre, reflétait le peu de lumière lunaire qui filtrait à travers le plafond de feuillage.
Il cria, solennel.
- C'en est fini de ton règne Skaïrn. Ce soir, par nos lames, tu retourneras aux enfers qui t'ont vomi(t).
-Mon peuple a massacré des milliers d'hommes, mais ce ne sera pas nous qui les détruirons. C'est leur fierté qui les fera sombrer dans l'oubli. Pensa Skaïrn en se découvrant.
Il descendit en piquet à travers les feuillages avant de prendre position légèrement au-dessus du chef du groupe.
- Votre sort est scellé ! rugit le dragon entre deux battements d'ailes.
- Fait tes prières virgule démon(s) ! Répondit l'homme en faisant tomber son manteaux. Le regard de Skaïrn fut alors attiré par une pierre rouge incandescente incrustée dans la ceinture du chasseur. Aussitôt virgule deux autres lueurs identiques apparurent dans la nuit. Les trois combattants s'étaient équipés de la même pierre.


- Tu ne peux rien contre nous ! Hurla le chef galvanisé par l'imminence du combat en exhibant sa ceinture sertie.

- Imbéciles, souffla le dragon comme pour lui-même. Expression confuse et peu claire

Skaïrn ne connaissait que trop bien ces artefacts. C'étaient les pierres de feu qui avaient empêché la disparition pure et simple des hommes pendant la guerre des Cieux. Ces gemmes incroyablement rares et précieuses avaient, pour une raison qui échappait autant aux dragons qu'aux humains, la particularité de rendre leurs porteurs insensibles aux souffles draconiques. Même si les mythes des mortels narraient d'avantage le courage, la vaillance et la force des défenseurs des rares cités à avoir survécu à cet âge sombre, c'était uniquement les pierres de feu qui avaient empêché celle-ci renvoie à quoi ? de partir en fumée comme toutes les autres.

Visiblement, les Hommes n'avaient rien appris, ce n'était pas trois gravillons qui tiendraient en échec Skaïrn, il avait bien d'autres armes que son souffle.

Sans plus de palabres, il fondit sur l'arrogant chevalier. Peu impressionné par la masse de muscle et d'écaille qui s'approchait, il se mit en garde, les poings crispés sur la hampe de sa lance dressée vers son adversaire. Le choc aura lieu, c'était évident, mais le dragon n'avait pas d'autre choix que de s'empaler sur la pointe si cruellement effilée.

Des petites maladresses qui parcourent ça et là ton texte - parfois par inattention - qui contrebalancent une histoire bien ficelée et une construction solide des personnages faite en peu de temps : ce petit texte regorge d'idée bien travaillées. Fais attention aux surenchères d'adjectifs et aux phrases qui s'allongent : tu gagnerais en efficacité et en classe !

------------------------------------------------------------------------------------------------
pouet




Ah oui, j'écris des trucs aussi
Tutos : Versification & Rythme
Revenir en haut Aller en bas
Serpent
Scrutateur zélé
Scrutateur zélé
avatar

Masculin Gémeaux Messages : 168
Date d'inscription : 15/06/2014
Localisation : Partout où l'on peut faire des bêtises

MessageSujet: Re: Souffle'cendres   Mar 5 Avr - 14:21

Silenuse a globalement dit tout ce qu'il y avait à redire, donc je ne vais pas m'y attarder. Fais attention à la construction de tes dialogues, tu mets des virgules un peu n'importe comment, c'est ce qui m'a principalement dérangé.
Sinon, c'est un chouette début, tu poses bien tes personnages, on rentre facilement dans la scène et c'est simple à visualiser grâce à tes petites descriptions par-ci par-là.^^ Hâte de lire la suite et d'assister à une bonne scène de combat épique. :la:
Revenir en haut Aller en bas
Alton

avatar

Masculin Lion Messages : 375
Date d'inscription : 12/04/2015
Localisation : La taverne la Pomme de Pin
Humeur : Eh Chaussette !

MessageSujet: Re: Souffle'cendres   Mar 5 Avr - 14:59

Salut et merci à vous pour ces conseils ! cheers
Soyez maudites virgules ! Twisted Evil

Non sérieusement je vais faire gaffe à ça.
J'essaie de m'activer écrire la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Alton

avatar

Masculin Lion Messages : 375
Date d'inscription : 12/04/2015
Localisation : La taverne la Pomme de Pin
Humeur : Eh Chaussette !

MessageSujet: Re: Souffle'cendres   Mar 8 Nov - 7:57

Hey Vent

J'ai l'impression de faire cette blague à chaque fois, mais, oh la suite d'un texte d'Alton commencé il y a huit mois ! Par tout les dieux le déluge est en route !
Bon pour la suite, comme d'hab, quand les astres seront propices, mais le temps est couvert alors je vois rien.

En scelle !

Le temps sembla s'allonger. Le chevalier serra la mâchoire et fixa la cuirasse de son ennemi, il devait trouver la faille et frapper juste. Il n'avait qu'une seule chance. Skaïrn, lui, se concentra seulement sur le torse de l'homme, il regardait plus loin que la pointe de la lance, frêle parois entre lui et les os ridiculement fragile de l'humain. La manœuvre était inconsciente, si l'acier parvenait à pénétrer ses écailles, il serait une proie facile. Pourtant, il devait le faire, même un seigneur draconique de sa trempe pouvait être mis en danger par trois chasseurs déterminés, il se devait de marquer les esprits des les premières secondes de la confrontation.
Skaïrn gagnait plus de vitesse à chaque seconde, le destin n'avait plus qu'à faire son office, il ferma les paupières.
Arrivé à portée de coup, le cœur de l'homme manqua un battement. Poussé par l'instinct de survie, il plongea sur le côté.

Aucun coup ne vient non plus du dragon. À l'ultime moment, à quelques pouces seulement de la pique, il puisa la force de tous ses muscles pour dévier sa trajectoire, l'effort lui arracha un râle. Puis il força sur ses ailes, qui se déplièrent dans un bruit de cuir frappé. Il reprit finalement de l'altitude, levant avec lui un nuage de feuilles mortes.

La tension baissa légèrement. La première joute avait été nulle. Pourtant, il ne pouvait pas ne pas y avoir de vainqueur, une seconde passe, encore plus sauvage, devait commencer.

Le chasseur se releva d'un bond. Il cracha par terre, sa salive avait le goût amer de l'adrénaline. La fureur autant que la honte faisaient bouillir ses tripes. Il remonta sur son perchoir et brailla !

Je me suis battu pendant des années contre les Nziertch, aucune de tes ruses ne prendra ! Bas toi comme un homme !

Sa voix tremblait sous le poids de la peur passée et de la colère l'envahissant, mais elle ne s'enrailla pas. L'homme était un roc, il ne fléchira pas de nouveau.
Skaïrn ne laissa pas plus de temps à son adversaire. Comme pour s'empêcher de réfléchir il répondit viscéralement à la provocation et fonça. Cette fois il décala sa charge. Surpris par rapidité de la réaction, le chasseur n'eut pas le temps de se mettre en garde. Arrivé à son niveau, le colosse ailé fit claquer sa longue queue. Le brouillard quitta l'esprit de Skaïrn quand il sentit celle-ci frapper une masse. Touché à l'abdomen, le chevalier émis un bruit étouffé. Projeté par le coup, il alla s'écraser contre une racine noueuse dans un craquement sinistre.

Entraîné par son propre élan, Skaïrn fondait droit sur le sol à pleine vitesse. Sa lucidité retrouvée, il tenta désespérément d'arrêter son mouvement. Il était hélas bien trop tard pour réagir. Il mobilisa ses puissantes pattes pour amortir la chute, elles encaissèrent le choc, mais une vague de douleur envahit ses muscles. Il était un dragon des cimes, aussi, il était par nature, plus petit, plus rapide et agile que les dragons de son âge. Hélas avec le temps ses écailles s'étaient alourdies, ses os épaissis et ses articulations raidies, il n'était plus en mesure de réaliser ses numéros de voltiges meurtriers. Oublier une fois de plus les effets du temps sur lui, est une erreur qui pourrait coûter très cher à Skaïrn.

Il n'eut cependant pas plus de temps pour se laisser aller à la nostalgie, un nouveau danger entra soudainement dans son champ de vision. Surgis de derrière le tronc d'un châtaigner., le jeune guide décocha une flèche, étonnamment précise malgré la main peu assuré du tireur. Le projectile se planta légèrement dans la cuirasse du dragon sans l'affecter réellement. Aussi peu expérimenté était il, l'archer restait un problème pour lui, l'empêchant en effet de rester inaccessible en plein vol. Il convint donc qui lui fallait l'éliminer rapidement.

Il s'éleva de quelques pieds, et chargea l'adolescent. Malgré la peur, il comprit qu'il n'aurait pas le temps de bander une flèche, il tira son Nertiis, l'arme traditionnelle de son peuple. Un brusque éclat alumina son regard, cet éclat qui irradit de force et de fierté, cet éclat accompagnant la transformation d'un guerrier en héros. Tous les muscles bandés, il prit appuie à son tour sur une pierre et sauta vers Skaïrn, lame en avant.

Hélas, les mythes héroïques des humains ne sont seulement que des fables pour enfants, des chimère crée par les hommes pour se mentir sur leurs propres faiblesses.

Skaïrn le frappa en plein vol, ses griffes fendirent l'air puis son visage. Le forestier émit son dernier râle avant de toucher le sol. Le dragon chassa de son esprit l'idée fugace qu'il aurait pu au moins épargner le jeune garçon, se servir de son retour au pays pour instiller de nouveau la peur parmi les hommes, en un sens, participer au maintient de la paix par crainte mutuelle entre les hommes et les dragons. Il avait agi dans le feu de la bataille mais n'éprouvait aucun remords d'avoir tué un adversaire qui n'avait aucune chance. Il connaissait bien le point commun entre les deux espèces ennemies, outre le goût immodéré pour la destruction, l'honneur fanatique, il était mort arme à la main, une sorte de fin heureuse.

Le dragon chercha du regard son dernier adversaire, qui s'avança d'un pas calme, les deux poings serrés sur la poignée de sa claymore. Dans un rugissement bestial elle frappa d'un large coup circulaire, Skaïrn eut un mouvement de recul pour éviter la lame. Elle surenchérit immédiatement, attaquant de nouveau se rapprochant dangereusement de son adversaire. Pour rompre l'assaut, Skaïrn abattit ses griffes, espérant trancher le haut de la nuque découverte de la combattante. Elle esquiva d'un pas en arc de cercle assuré, typique de ces bretteurs rodés à l'escrime académique. Il prit un instant pour analyser la guerrière. Elle avait des nerfs d'acier, une garde longuement étudiée, ses coups, quoique puissants étaient calculés avec une précision quasi-mathématique. Sa plus grande défense n'était pas son armure, mais bien sa large lames qui prenait des airs de rempart létal. Skaïrn prit la décision de passer au-dessus sa garde, s'aidant d'une impulsion sur le sol avec sa patte encore meurtrie, il survola la combattante, qui, anticipant la ruse se retourna suffisamment vivement pour éviter d'êtres prise à revers.

Les deux combattants attaquèrent en même temps, l'acier frappa violemment les griffes du dragon. La lame s'enfonça légèrement et se bloqua dans la chitine sanguinolente. Skaïrn fut pris d'une légère douleur, un frisson parcouru sa patte à l'endroit où naissait ses griffes. En dépit de la désagréable sensation que provoquant le sillon tracé dans ses serres, le dragon s'en servit pour reprendre l'avantage, il fouetta l'aire avec sa patte, cherchant à renverser la guerrière fixée de l'autre côté de la lame.

Celle-ci eut la présence d'esprit de ne pas mesurer sa force à celle du monstre volant et lâcha aussitôt son arme, qui vola à quelques pieds de là.
Les deux pieds fermement encrés dans le sol mais désarmée, elle vit ses chances de victoires réduites à néant, elle réagit pourtant avec toute la force et la valeur que son rang lui imposait. Quasi immédiatement elle frappa le poing serré. Surpris par une tel assaut, Skaïrn ne put échapper au coup. Le lourd gantelet d'acier s'écrasa sous sa mâchoire. Le choc n'était bien évidement pas suffisant puissant pour ébranler le dragon, mais il eut le mérite d'écarter au moins temporairement le danger. Comme mue par un esprit meurtrier, elle doubla son attaque, elle cogna sur le côté de la gueule du dragon, une grimace odieuse lui déforma le visage quand ses phalanges craquèrent sous l'impact. Voulant préserver sa main écrasée par le choc, elle utilisa sa main gauche pour porter le nouvel assaut. Cette fois la mâchoire de Skaïrn se referma sur la main avant qu'elle ne touche sa cible. Il sentit ses crocs traverser l'armure pour s'enfoncer dans la chair, il sentit les os et le cartilage se disloquer sous la pression de sa puissante gueule, il sentit le sang couler sur sa langue. Il tira brutalement sur sa prise, déchirant en partie la main de son adversaire.
Il cracha par terre le mélange de viande, d'os, d'acier et de nerf. Skaïrn n'avait jamais dévoré de chair humaine. Contrairement à beaucoup de ces semblables, il ne considérait pas les hommes comme une forme particulièrement teigneuse et rebelle de bétail. Cette fois le goût fut encore plus amer qu'a l'accoutumé. Il espérait ne jamais avoir tué de nouveauet puis l'armure traité alchimiquement avait un goût odieux et les éclats de métal lui estropiaient le palet.

Livide, le regard vitreux la jeune femme semblait s'être transformée en fantôme, seul le sang se déversant de ses eux mains meurtries rappelait la vie qui l'animait encore. La vie qui s'enfuyait.

La cruauté n'était pas des vices du seigneur des cimes, il fondit sur son adversaire et la tua brusquement, la préservant d'une lente agonie.

La mort dans l'âme il retourna au côté du corps brisé du chef de l'escouade. Il vivait encore faiblement, au prix de la plus vive des douleurs à chaque soubresauts de sa cage thoracique. Le chasseur avait perdu de sa splendeur. Il n'était plus qu'une loque, une marionnette désarticulée à la respiration sifflante et aux lèvres couverte de sang noir et de bile.

Dans un soupir difficilement supportable par qui que ce soit ayant un tant soit peu d'empathie, il grogna.

Pitié ….

Skaïrn, baissa les paupières, résigné. Un instant plus tard, l'intrusion arriva à sa sanglante conclusion.

Le seigneur des cimes, parcourut une dernière fois le champ de batailles, s'arrêtant sur chacun des trois cadavres, déchiré, brisé, lacéré ou transpercé. Pourtant il ne pensa pas outre mesure, comme si une nuit de plomb étaient tombée sur son esprit. Qu'il le voulait ou non, il savait qu'il devait protéger son royaume, que les humains et dragons étaient des ennemis mortel depuis la nuit des temps. Et surtout, que, de par propre nature, le sang et la destruction étaient en lui.

Il prit son envol, laissant derrière lui les trois macchabées. Lui qui interdisait aux vyvernes vivants sur son territoire de tuer des humains, il leur laissa en pâture ses victimes. Des qu'il sera assez loin, elles viendront se repaître de la chaire morte, les corps disparaîtront et les noms sombreront dans l'oubli. Skairn faisait également tout son possible pour oublier cela, si cette intrusion venait aux oreilles du conseil, alors il pourra légitiment déclarer de nouveau la guerre aux humains, faisant renaître une période de chaos.
Revenir en haut Aller en bas
Tiunterof
Gardien grincheux de la CB
avatar

Masculin Bélier Messages : 1759
Date d'inscription : 24/10/2012
Localisation : Sur la CB, comme toujours.
Humeur : sss

MessageSujet: Re: Souffle'cendres   Mar 8 Nov - 17:55

Bon, j'ai pas commencé les commentaires détaillés depuis longtemps mais je suis en train de me rendre compte que j'avais beaucoup de mal à relever ce qui était bien. Donc s'il y a plein de orange dans ton texte et peut de vert ça veut pas dire que je l'ai trouvé nul. Les parties laissées en blanc c'est celle qui me semblent bien, mais ne sont pas particulièrement remarquables.

Alton a écrit:

Le temps sembla s'allonger. Le chevalier serra la mâchoire et fixa (vu qu'il est en plein combat, "fixa" donne l'impression qu'il s'arrête et regarde, bah, fixement son adversaire. C'est pas très dynamique, je pense que "détailla) pourrait bien fonctionner.) la cuirasse de son ennemi, il devait trouver la faille et frapper juste. Il n'avait qu'une seule chance. Skaïrn, lui, se concentra seulement sur le torse de l'homme, il regardait plus loin que la pointe de la lance, frêle parois (Je ne sais pas pourquoi mais j'ai buté plusieurs fois sur cette expression. Elle ne me revient absolument pas et je trouve qu'elle va mal avec le reste. Pourquoi pas autre chose, comme "risible rempart" ?) entre lui et les os ridiculement fragile de l'humain. La manœuvre était inconsciente, si l'acier parvenait à pénétrer ses écailles, il serait une proie facile. Pourtant, il devait le faire, même un seigneur draconique de sa trempe pouvait être mis en danger par trois chasseurs déterminés, il se devait de marquer les esprits des les premières secondes de la confrontation.
Skaïrn gagnait plus de vitesse à chaque seconde, le destin n'avait plus qu'à faire son office, il ferma les paupières.
Arrivé à portée de coup, le cœur de l'homme manqua un battement. Poussé par l'instinct de survie, il plongea sur le côté.

Aucun coup ne vient non plus du dragon. À l'ultime moment, à quelques pouces seulement de la pique, il puisa la force de tous ses muscles pour dévier sa trajectoire, l'effort lui arracha un râle. Puis il força sur ses ailes, qui se déplièrent dans un bruit de cuir frappé (J'sais pas pourquoi mais je trouve cette phrase cool, ça évoque facilement un son à l'esprit). Il reprit finalement de l'altitude, levant avec lui un nuage de feuilles mortes.

La tension baissa légèrement. La première joute avait été nulle. Pourtant, il ne pouvait pas ne pas y avoir de vainqueur, une seconde passe, encore plus sauvage, devait commencer.

Le chasseur se releva d'un bond. Il cracha par terre, sa salive avait le goût amer de l'adrénaline. La fureur autant que la honte faisaient bouillir ses tripes. Il remonta sur son perchoir et brailla !

Je me suis battu pendant des années contre les Nziertch (Hein, qui ? Quand ? Comment ?), aucune de tes ruses ne prendra ! Bas toi comme un homme !

Sa voix tremblait sous le poids de la peur passée et de la colère l'envahissant, mais elle ne s'enrailla pas. L'homme était un roc, il ne fléchira pas de nouveau.
Skaïrn ne laissa pas plus de temps à son adversaire. Comme pour s'empêcher de réfléchir il répondit viscéralement (Je ne sais pas trop si ça se dit) à la provocation et fonça. Cette fois il décala sa charge. Surpris par rapidité de la réaction, le chasseur n'eut pas le temps de se mettre en garde. Arrivé à son niveau, le colosse ailé fit claquer sa longue queue. Le brouillard quitta l'esprit de Skaïrn quand il sentit celle-ci frapper une masse (Une masse ? Hein ? C'est pas très beaucoup précis, on sait pas s'il a touché son adversaire ou juste frappé le sol, enfin, on le sait après, mais sur le coup c'est pas génial) . Touché à l'abdomen, le chevalier émis un bruit étouffé. Projeté par le coup, il alla s'écraser contre une racine noueuse dans un craquement sinistre.

Entraîné par son propre élan, Skaïrn fondait droit sur le sol à pleine vitesse. Sa lucidité retrouvée, il tenta désespérément d'arrêter son mouvement. Il était hélas bien trop tard pour réagir. Il mobilisa ses puissantes pattes pour amortir la chute, elles encaissèrent le choc, mais une vague de douleur envahit ses muscles. Il était un dragon des cimes, aussi, il était par nature, plus petit, plus rapide et agile que les dragons de son âge. Hélas avec le temps ses écailles s'étaient alourdies, ses os épaissis et ses articulations raidies, il n'était plus en mesure de réaliser ses numéros de voltiges meurtriers. Oublier une fois de plus les effets du temps sur lui, est une erreur qui pourrait coûter très cher à Skaïrn.

Il n'eut cependant pas plus de temps pour se laisser aller à la nostalgie, un nouveau danger entra soudainement dans son champ de vision. Surgis de derrière le tronc d'un châtaigner., le jeune guide décocha une flèche, étonnamment précise malgré la main peu assuré du tireur. Le projectile se planta légèrement dans la cuirasse du dragon sans l'affecter réellement. Aussi peu expérimenté était il (C'est pas très zoulie, ça, je proposerais "aussi peu expérimenté qu'il soit"., l'archer restait un problème pour lui, l'empêchant en effet de rester inaccessible en plein vol. Il convint donc qui lui fallait l'éliminer rapidement.

Il s'éleva de quelques pieds, et chargea l'adolescent. Malgré la peur, il comprit qu'il n'aurait pas le temps de bander une flèche, il tira son Nertiis, l'arme traditionnelle de son peuple. Un brusque éclat alumina son regard, cet éclat qui irradit de force et de fierté, cet éclat accompagnant la transformation d'un guerrier en héros. Tous les muscles bandés, il prit appuie à son tour sur une pierre et sauta vers Skaïrn, lame en avant.

Hélas, les mythes héroïques des humains ne sont seulement que des fables pour enfants, des chimère crée par les hommes pour se mentir sur leurs propres faiblesses.

Skaïrn le frappa en plein vol, ses griffes fendirent l'air puis son visage (dégueu mais très bien dit). Le forestier émit son dernier râle avant de toucher le sol. Le dragon chassa de son esprit l'idée fugace qu'il aurait pu au moins épargner le jeune garçon, se servir de son retour au pays pour instiller de nouveau la peur parmi les hommes, en un sens, participer au maintient de la paix par crainte mutuelle entre les hommes et les dragons. Il avait agi dans le feu de la bataille mais n'éprouvait aucun remords d'avoir tué un adversaire qui n'avait aucune chance. Il connaissait bien le point commun entre les deux espèces ennemies, outre le goût immodéré pour la destruction, l'honneur fanatique, il était mort arme à la main, une sorte de fin heureuse.

Le dragon chercha du regard son dernier adversaire, qui s'avança d'un pas calme, les deux poings serrés sur la poignée de sa claymore. Dans un rugissement bestial elle frappa d'un large coup circulaire, Skaïrn eut un mouvement de recul pour éviter la lame. Elle surenchérit immédiatement, attaquant de nouveau se rapprochant dangereusement de son adversaire. Pour rompre l'assaut, Skaïrn abattit ses griffes, espérant trancher le haut de la nuque découverte de la combattante. Elle esquiva d'un pas en arc de cercle assuré, typique de ces bretteurs rodés à l'escrime académique. Il prit un instant pour analyser la guerrière. Elle avait des nerfs d'acier, une garde longuement étudiée, ses coups, quoique puissants étaient calculés avec une précision quasi-mathématique. Sa plus grande défense n'était pas son armure, mais bien sa large lames qui prenait des airs de rempart létal (bien dit aussi). Skaïrn prit la décision de passer au-dessus sa garde, s'aidant d'une impulsion sur le sol avec (pas joli.) sa patte encore meurtrie, il survola la combattante, qui, anticipant la ruse se retourna suffisamment vivement pour éviter d'êtres prise à revers.

Les deux combattants attaquèrent en même temps, l'acier frappa violemment les griffes du dragon. La lame s'enfonça légèrement et se bloqua dans la chitine (C'est pas les griffes des arthropodes qui sont en chitines ?) sanguinolente. Skaïrn fut pris d'une légère douleur, un frisson parcouru sa patte à l'endroit où naissait ses griffes. En dépit de la désagréable sensation que provoquant le sillon tracé dans ses serres, le dragon s'en servit pour reprendre l'avantage, il fouetta l'aire avec sa patte, cherchant à renverser la guerrière fixée de l'autre côté de la lame.

Celle-ci eut la présence d'esprit de ne pas mesurer sa force à celle du monstre volant et lâcha aussitôt son arme, qui vola à quelques pieds de là.
Les deux pieds (Des répétitioooons ! Blblblblbbl !) fermement encrés dans le sol mais désarmée, elle vit ses chances de victoires réduites à néant, elle réagit pourtant avec toute la force et la valeur que son rang lui imposait. Quasi immédiatement elle frappa le poing serré. Surpris par une tel assaut, Skaïrn ne put échapper au coup. Le lourd gantelet d'acier s'écrasa sous sa mâchoire. Le choc n'était bien évidement pas suffisant puissant pour ébranler le dragon, mais il eut le mérite d'écarter au moins temporairement le danger. Comme mue par un esprit meurtrier, elle doubla son attaque, elle cogna sur le côté de la gueule du dragon, une grimace odieuse lui déforma le visage quand ses phalanges craquèrent sous l'impact. (Image forte et bien écrite) Voulant préserver sa main écrasée par le choc, elle utilisa sa main gauche pour porter le nouvel assaut. Cette fois la mâchoire de Skaïrn se referma sur la main avant qu'elle ne touche sa cible. Il sentit ses crocs traverser l'armure pour s'enfoncer dans la chair, il sentit les os et le cartilage se disloquer sous la pression de sa puissante gueule, il sentit le sang couler sur sa langue. Il tira brutalement sur sa prise, déchirant en partie la main de son adversaire.
Il cracha par terre le mélange de viande, d'os, d'acier et de nerf. Skaïrn n'avait jamais dévoré de chair humaine. Contrairement à beaucoup de ces semblables, il ne considérait pas les hommes comme une forme particulièrement teigneuse et rebelle de bétail. Cette fois le goût fut encore plus amer qu'a l'accoutumé. Il espérait ne jamais avoir tué de nouveauet puis l'armure traité alchimiquement avait un goût odieux et les éclats de métal lui estropiaient le palet.

Livide, le regard vitreux la jeune femme semblait s'être transformée en fantôme, seul le sang se déversant de ses eux mains meurtries rappelait la vie qui l'animait encore. La vie qui s'enfuyait. (Même chose ^^)

La cruauté n'était pas des vices du seigneur des cimes, il fondit sur son adversaire et la tua brusquement, la préservant d'une lente agonie.

La mort dans l'âme il retourna au côté du corps brisé du chef de l'escouade. Il vivait encore faiblement, au prix de la plus vive des douleurs à chaque soubresauts de sa cage thoracique. Le chasseur avait perdu de sa splendeur. Il n'était plus qu'une loque, une marionnette désarticulée à la respiration sifflante et aux lèvres couverte de sang noir et de bile.

Dans un soupir difficilement supportable par qui que ce soit ayant un tant soit peu d'empathie, il grogna.

Pitié ….

Skaïrn, baissa les paupières, résigné. Un instant plus tard, l'intrusion arriva à sa sanglante conclusion.

Le seigneur des cimes, parcourut une dernière fois le champ de batailles, s'arrêtant sur chacun des trois cadavres, déchiré, brisé, lacéré ou transpercé. Pourtant il ne pensa pas outre mesure, comme si une nuit de plomb étaient tombée sur son esprit. Qu'il le voulait ou non, il savait qu'il devait protéger son royaume, que les humains et dragons étaient des ennemis mortel depuis la nuit des temps. Et surtout, que, de par propre nature, le sang et la destruction étaient en lui.

Il prit son envol, laissant derrière lui les trois macchabées (Raaaah, ce mot gâche tout ! >:c ). Lui qui interdisait aux vyvernes vivants sur son territoire de tuer des humains, il leur laissa en pâture ses victimes. Des qu'il sera assez loin, elles viendront se repaître de la chaire morte, les corps disparaîtront et les noms sombreront dans l'oubli. Skairn faisait également tout son possible pour oublier cela, si cette intrusion venait aux oreilles du conseil, alors il pourra légitiment déclarer de nouveau la guerre aux humains, faisant renaître une période de chaos.
Revenir en haut Aller en bas
Alton

avatar

Masculin Lion Messages : 375
Date d'inscription : 12/04/2015
Localisation : La taverne la Pomme de Pin
Humeur : Eh Chaussette !

MessageSujet: Re: Souffle'cendres   Mar 8 Nov - 19:01

Merci de ton commentaire ! Une myriade de couleur, c'est Zooooliiiiie !  :highfive:


Tiunterof a écrit:

La lame s'enfonça légèrement et se bloqua dans la chitine (C'est pas les griffes des arthropodes qui sont en chitines ?) sanguinolente.

Euh ... si tu le dis ... Je n'ai aucun doute sur le fait que tu sois bien plus calé que moi sur ce genre de trucs !
(J'ai googlé arthropode pour voir ce que c'était c'est pour dire ... Question )

Je prends en compte tout, ça quand  réécriture il y aura !
Revenir en haut Aller en bas
cnslancelot

avatar

Masculin Vierge Messages : 69
Date d'inscription : 21/02/2017
Localisation : Dans le Nord
Humeur : Joyeuse

MessageSujet: Re: Souffle'cendres   Sam 25 Fév - 19:16

Texte très intéressant pour moi qui adore les histoires de dragons ! La guerre entre hommes et cracheurs de feu est légendaire et éternelle Wink
J'adore tes descriptions et dialogues, surtout Skaïrn.

------------------------------------------------------------------------------------------------
CnsLancelot pour vous servir cheers

Jouant des mots comme on manie l'épée
Moi, Lancelot fait chanter proses et versets
A bras ouverts, ou embrassées
J'accueille les rimes que sur le papier j'ai posées
Et au son du vent d'automne
Soufflant par la fenêtre ses accords monotones
Je dévoile à travers ma poésie
Tout l'état de mon être

Si vous souhaitez me lire, c'est par ici
Revenir en haut Aller en bas
Alton

avatar

Masculin Lion Messages : 375
Date d'inscription : 12/04/2015
Localisation : La taverne la Pomme de Pin
Humeur : Eh Chaussette !

MessageSujet: Re: Souffle'cendres   Sam 25 Fév - 19:20

Houla tu fais un peu de la nécrologie là, (faudrait que je continue cette histoire aussi, un jour ....)

Merci beaucoup ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Souffle'cendres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Souffle'cendres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: