Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Prose] L'étoile meurt...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Umi



Masculin Cancer Messages : 27
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: [Prose] L'étoile meurt...   Lun 2 Mai - 18:54

L'étoile meurt.

Je la vois faner dans le ciel noir, sombre, sans âme. Sa faible lueur s'éteint doucement, comme un mirage que l'on dissipe sans remords, sans pitié pour cet être qui a illuminé nos douces nuits d'été et veillé la pénombre de notre hiver, rustre et remarquable.
Remarquable, elle l'était, quand le vent susurrait à nos oreilles nos souvenirs et quand son éclat rappelait à notre mémoire les jours heureux. Remarquable : elle l'était quand la nuit s'infiltrait dans nos cœurs et voilait notre regard.

Je la connaissais, sublime et impérieuse, tantôt malicieuse tantôt rieuse mais jamais dure ou isolée. Je n'ai jamais oublié les soirs que je passais, accoudé à la fenêtre de mon petit appartement, écoutant tes vibrations.
Aujourd'hui, ce soir, encore, je suis accoudé à la même fenêtre, avec son même bois vieilli comme les rides de mon visage, avec la même identité qu'elle avait quelques années auparavant, comme moi, qui vois sa jeunesse filer comme une traînée de poussière que le vent éparpille.

Je la vois encore, cette chère étoile, dessiner l’œil de mon épouse dans mon âme constellée de surprises et de quelques regrets d'un temps encore trop neuf. N'est-ce pas signe que je jalouse son envolée, son envolée royale et impérieuse, d'un battement d'ailes, elle s'est envolée, a disparu dans le ciel sans me laisser un signe, alors qu'elle donnait à mon cœur la force du Phénix ? Comme un cygne qui migre, je sais qu'elle ne reviendra pas mais elle laissera dans le ciel quelques éclats, une trace, un phénomène qui me rappelle à ma conscience que les beaux moments sont déjà derrière avant qu'on ne le comprenne.

Et quand je vois la jumelle de cette chère étoile, remplacer son corps parti en éclats, parti en poussière rejoindre les cendres de ma bien-aimée, je ne me sens pas triste, je me sens lassé, las d'un jour ancien, las du jour nouveau, sans savoir ni comprendre pourquoi. Je verse une larme d'adieu qui en rejoindra bien d'autres sur le parquet séché depuis mes jours les plus sombres.

Alors je la contemple. Elle m'attend. Alors, à mon tour, j'attends.
Revenir en haut Aller en bas
Vidrylee

avatar

Féminin Scorpion Messages : 79
Date d'inscription : 09/03/2016
Localisation : Dans un asile abandonné
Humeur : Massacrante

MessageSujet: Re: [Prose] L'étoile meurt...   Lun 2 Mai - 21:15

Aller coucou toi ! C'est partis pour mon point de vue ~

Umi a écrit:
L'étoile meurt. Rien que le titre ça me plait déjà x)

Je la vois faner dans le ciel noir, sombre, sans âme. Sa faible lueur s'éteint doucement, comme un mirage que l'on dissipe sans remords, sans pitié pour cet être qui a illuminé nos douces nuits d'été et veillé la pénombre de notre hiver, rustre et remarquable. C'est beau ça ! J'aurais mis un peu plus de virgules pas contre ~
Remarquable, elle l'était, quand le vent susurrait à nos oreilles nos souvenirs et quand son éclat rappelait à notre mémoire les jours heureux. Remarquable : elle l'était quand la nuit s'infiltrait dans nos cœurs et voilait notre regard. Argh cette reprise de phrase me gène c'est dommage tout ça, tu casse ta musicalité.

Je la connaissais, sublime et impérieuse, tantôt malicieuse tantôt rieuse mais jamais dure ou isolée. Je suis partagée d'un coté j'adore le début et de l'autre je suis triste que tu finisse la phrase comme cela, tu commence fort et finis moins rythmé moins doux. Je n'ai jamais oublié les soirs que je passais, accoudé à la fenêtre de mon petit appartement, écoutant tes vibrations.
Aujourd'hui, ce soir, encore (J'ADORE), je suis accoudé à la même fenêtre, avec son même bois vieilli comme les rides de mon visage, avec la même identité qu'elle avait quelques années auparavant, comme moi, qui vois sa jeunesse filer comme une traînée de poussière que le vent éparpille. C'est beau et très fin, bravo.

Je la vois encore, cette chère étoile, dessiner l’œil de mon épouse dans mon âme constellée de surprises et de quelques regrets d'un temps encore trop neuf. Je trouve les mots moins forts et pertinent. N'est-ce pas signe que je jalouse son envolée, son envolée royale et impérieuse, d'un battement d'ailes, elle s'est envolée, a disparu dans le ciel sans me laisser un signe, alors qu'elle donnait à mon cœur la force du Phénix ? Comme un cygne qui migre, je sais qu'elle ne reviendra pas mais elle laissera dans le ciel quelques éclats, une trace, un phénomène qui me rappelle à ma conscience que les beaux moments sont déjà derrière avant qu'on ne le comprenne. Le lexique est choisi avec une telle justesse je suis fascinée.

Et quand je vois la jumelle de cette chère étoile, remplacer son corps parti en éclats, parti en poussière rejoindre les cendres de ma bien-aimée, je ne me sens pas triste, je me sens lassé, las d'un jour ancien, las du jour nouveau, sans savoir ni comprendre pourquoi. Je verse une larme d'adieu qui en rejoindra bien d'autres sur le parquet séché depuis mes jours les plus sombres.

Alors je la contemple. Elle m'attend. Alors, à mon tour, j'attends. Magique cette fin tu finis en beauté !


Alors, alors, en bref :
-J'aime ton style, attention je vais devenir fan de ce que tu écris jeune homme! Tu me fais aimer la prose !
-C'est beau les répétitions, la finesse du lexique c'est agréable. On voit tout le travail que tu as fais.
-Le moins serai le fais que tu ne joue pas assez avec la musicalité, amuse toi avec les mots et la ponctuation c'est le plus important en poésie.

Bravo quand même j'ai beaucoup aimée. Au plaisir de te relire ~ :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Voici plus de mille ans que sa douce folie
Murmure sa romance à la brise du soir."

A.Rimbaud.
1870, Ophélie.


Je suis mariée à la poésie
et surtout à Rimbaud.



En réalité je suis un chat tout fluff et tout rose. 
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4696
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: [Prose] L'étoile meurt...   Lun 2 Mai - 21:25

POUF
COMMENTAIRE DETAILLEEEEE :ffmental:

+
----
-
L'étoile meurt.

Je la vois faner dans le ciel noir, sombre, sans âme. Sa faible lueur s'éteint doucement, comme un mirage que l'on dissipe sans remords, sans pitié pour cet être qui a illuminé nos douces nuits d'été et veillé la pénombre de notre hiver, rustre et remarquable. C'est bow :la:
Remarquable, elle l'était, quand le vent susurrait à nos oreilles nos souvenirsHmmm un peu bizarre à l'oreille... tu veux pas tester d'échanger les deux ? (susurrait nos souvenirs à nos oreilles), ce serait peut-être plus naturel ou plus fluide ? et quand son éclat rappelait à notre mémoire les jours heureux. Remarquable : Wait c'est quoi ces deux points au milieu de nulle part, là ? AHDE elle l'était quand la nuit s'infiltrait dans nos cœurs et voilait notre regard.

Je la connaissais, sublime et impérieuse, tantôt malicieuse tantôt rieuse mais jamais dure ou isolée. Je n'ai jamais oublié les soirs que je passais, accoudé à la fenêtre de mon petit appartement, écoutant tes vibrations. J'aime bien le fait qu'il finisse par s'adresser à elle ; mais je vois que dans la suite tu n'as pas réitéré... dommage ! Inattention peut-être, alors ? Question
Aujourd'hui, ce soir, encore, je suis accoudé à la même fenêtre, avec son même bois vieilli comme les rides de mon visage, avec la même identité qu'elle avait quelques années auparavant, comme moi, qui voit Hum hum pas très clair ce bout de phrase... la même identité qu'elle ? comme moi ? GEPAKOMPRIIIIII :nooon: sa jeunesse filer comme une traînée de poussière que le vent éparpille.

Je la vois encore, cette chère étoile, dessiner l’œil de mon épouse dans mon âme constellée de surprises et de quelques regrets d'un temps encore trop neuf.
Très bien le "constellée" qui fait écho à l'étoile ! bravo N'est-ce pas signe que je jalouse son envolée, son envolée royale et impérieuse, d'un battement d'ailes, elle s'est envolée, La répétition doit être voulue, mais je la trouve étrange :c a disparu dans le ciel sans me laisser un signe, alors qu'elle donnait à mon cœur la force du Phénix ? Comme un cygne qui migre Haha tu aimes les cygnes, toi, hein :-p , je sais qu'elle ne reviendra pas mais elle De trop, je trouve... je dirais soit tu le dégages soit tu mets "qu'elle". Mais sans, ce serait très bien niveau rythme, je pense :arbre: laissera dans le ciel quelques éclats, une trace, un phénomène qui me rappelle à ma conscience L'un des deux est de trop... soit elle te rappelle, soit elle rappelle à ta conscience, tu me suis ? AHDE que les beaux moments sont déjà derrière avant qu'on ne le comprenne. Triste :(

Et quand je vois la jumelle Euuuh... la jumelle ? Pourquoi la jumelle ? O_o y'en a qu'une ou bien j'ai pas suivi du tout ? O_o de cette chère étoile, remplacer son corps parti en éclats, parti en poussière rejoindre les cendres de ma bien-aimée, je ne me sens pas triste, je me sens lassé, las d'un jour ancien, las du jour nouveau, sans savoir ni comprendre pourquoi. Je verse une larme d'adieu qui en rejoindra bien d'autres sur le parquet séché depuis mes jours les plus sombres.

Alors je la contemple. Elle m'attend. Alors, à mon tour, j'attends.



Dis donc, c'est très mélancolique, toussa AHDE
Mais bref, c'est un très beau texte, plein de nostagie et de poésie, j'ai beaucoup aimé :corn2:

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Umi



Masculin Cancer Messages : 27
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: [Prose] L'étoile meurt...   Lun 2 Mai - 22:09

Plop ~

Je vous remercie de votre passage à toutes les deux, surtout pour vos commentaires précieux. Vidry, dis-moi, comment aurais-tu rajouté deux ou trois virgules au début ? ^^

Corne, effectivement le "tes" est une faute d'inattention. ^^ c'est bien "ses" et non "tes" :p
Sinon, la "jumelle" fait référence à la ressemblance d'une étoile parmi tant d'autres. Quand une étoile meurt, on regarde sa "jumelle", une autre étoile identique et on s'en contente. Là, ça reflétait surtout la mélancolie du personnage : quelqu'un meurt mais tout le monde s'en fout un peu puisqu'on peut regarder l'identique plus loin... C'est l'idée en tout cas ^^

En tout cas, merciiiiii ^_^

C
Petite correction du texte après votre passage ~:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Prose] L'étoile meurt...   Lun 2 Mai - 22:13

Hei !

Tu as déjà reçu deux commentaires détaillés, je ne vais pas t'en ajouter un troisième, ce serait sadique et puis je n'arriverais pas.

Donc voilà mon avis général.

J'ai bien aimé ce poème, et j'ai du mal à cerner ce qu'il faudrait revoir de plus que ce que les deux autres commentaires te disent...

Je crois que ce qu'il pourrait être intéressant de revoir serait la mise en page. Je sais, je suis male placée pour critiquer.... Mais bon ! Je crois que tu ne devrais pas hésiter à revenir à la ligne plus de fois. Par exemple dans le premier paragraphe, tu pourrais revenir à la ligne pour les deux phrases qui commencent par "Remarquable". Ainsi, cela accentuerait l'effet de répétition.

Après si ton choix était de faire des strophes de part égales, laisse comme ça. À ta guise.

Adelaïde Antès

P.S. : tu peux éditer ton poème au lieu de le renvoyer une deuxième fois, c'est plus pratique (-;
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Prose] L'étoile meurt...   Mar 3 Mai - 11:36

Bon du coup, je commente la réécriture. (comme a dit adé (oooooh la joli allitération) édite c'est mieux :p )
Umi a écrit:
L'étoile meurt.

Je la vois faner dans le ciel noir, sombre,j'aurai mis un "et" ici pour le rythme sans âme. Sa faible lueur s'éteint doucement, comme un mirage que l'on dissipec'est lourd les subordonnés en poème, vire ce qu'on pour un participe passé sans remords, sans pitié pour cet être qui a illuminé nos douces nuits d'été et veillé la pénombre de notre hiver, rustre et remarquable.
Remarquable, elle l'était, quand le vent susurrait nos souvenirs à nos oreilles et quand son éclat rappelait à notre mémoire les jours heureux. Quand je la regardais, quand je l'observais de mon œil curieux, je la voyais remarquable, remarquable lorsque la nuit s'infiltrait dans nos cœurs et voilait notre regard.

Je la connaissais, sublime et impérieuse, tantôt malicieuse, tantôt rieuse. Je n'ai jamais oublié les soirs que je passais, accoudé à la fenêtre de mon petit appartement, écoutant ses vibrations.
Aujourd'hui, ce soir, encore, je suis accoudé à la même fenêtre, avec sonle possessif m'a surpris. Il sort un peu de la lecture même bois vieilli comme les rides de mon visage, avec la même apparence qu'elle avait quelques années auparavant, comme moi, moi qui vois sa jeunesse filer comme une traînée de poussière que le vent éparpille.

Je la vois encore, cette chère étoile, dessiner l’œil de mon épouse dans mon âme constellée de surprises et des regrets d'un temps encore proche. N'est-ce pas signe que je jalouse son envolée, son envolée royale et impérieuse, d'un battement d'ailes, elle s'est envolée, a disparu dans le ciel sans me laisser un signe, alors qu'elle donnait à mon cœur la force du Phénix ? Comme un cygne qui migre, je sais qu'elle ne reviendra pas mais elle laissera dans le ciel quelques éclats, une trace, un phénomène qui rappelle à ma conscience que les beaux moments sont déjà derrière avant qu'on ne le comprenne.

Et quand je vois la jumelle de cette chère étoile, remplacer son corps parti en éclats, parti en poussière rejoindre les cendres de ma bien-aimée, je ne me sens pas triste, je me sens lassé, las d'un jour ancien, las du jour nouveau, sans savoir ni comprendre pourquoi. Je verse une larme d'adieu qui en rejoindra bien d'autres sur le parquet séché depuis mes jours les plus sombres.

Alors je la contemple. Elle m'attend. Alors, à mon tour, j'attends.

Outre ces détails, il y a peu à dire, c'est très bien écrit, très touchant, très émouvant.
Bravo!
Revenir en haut Aller en bas
Mister O

avatar

Masculin Verseau Messages : 321
Date d'inscription : 30/11/2014
Humeur : Malheureux

MessageSujet: Re: [Prose] L'étoile meurt...   Mar 3 Mai - 23:57

Bonsoir.

Bon, je vais faire dans l'originalité : j'ai pas envie de faire un commentaire détaillé, mais je dois dire dire que, d'une manière générale, c'est un texte assez agréable à lire.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Petit, petit, petit ! Vient voir Tonton O fou


tonimage
Revenir en haut Aller en bas
Le Molosse
Habituée de la CB
avatar

Féminin Vierge Messages : 1820
Date d'inscription : 29/12/2015
Localisation : Dans ma chambre
Humeur : Mode Molosse: On

MessageSujet: Re: [Prose] L'étoile meurt...   Mer 4 Mai - 20:46

Beaucoup de mélancolie liée à la mort d'un être aimé dans ce poème. C'est beau, ça sonne fort et j'aime bien ton style :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Signe distinctif de chasseresse de fautes: ~ (pour faire honneur à mon surnom :la:)

Sections attribuées: Romans et Théâtre


N'hésitez pas à venir me lire ici: Mes écrits #TexteDeMathilde
:unjournormal:

Et sinon Invité , viens voir ma galerie de dessinatrice & celle de photographe :la:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.flickr.com/photos/124488553@N07/
Aube Kürten

avatar

Masculin Lion Messages : 645
Date d'inscription : 07/06/2015
Localisation : dans l'ombre de la vallée de la mort

MessageSujet: Re: [Prose] L'étoile meurt...   Lun 9 Mai - 6:12

a le titre me plaie :) ces mélancolique, plein de charmes,et cette fin ou tu attend comme l’étoile, sa ces vraiment bon pour clôturé ce magnifique poème :)

merci pour ce doux poème

------------------------------------------------------------------------------------------------



je ne suis pas la beauté de ton cœur
Je suis la pensé sombre que tu t'efforce a cacher


J'incline le miroir face à moi
mon regard me transperce l'âme
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Prose] L'étoile meurt...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Prose] L'étoile meurt...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Poésies-
Sauter vers: