Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les gens ne sont pas ce qu'ils sont.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maylis W.

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 953
Date d'inscription : 19/09/2012
Localisation : avec ma biere et mon bouquin !! :)
Humeur : soit ivre de joie, soit ivre... enfin, vous voyez, quoi !!!

MessageSujet: Les gens ne sont pas ce qu'ils sont.   Sam 3 Nov - 0:08

"Les reves apportent beaucoup de choses... et pas que des bonnes."
Je ne ferai pas une grande entree en matière, mais j'ai écrit ce texte parce que c'était la et que je devais me défouler... Rien de grave, bien sur Wink Mais je préviens la populace que c'est un texte qui se veut marquant. Apres, l'effet produit dépend de vous...

Les gens ne sont pas ce qu'ils sont.

Mes parents tiennent un restaurant, dans une grande avenue à Strasbourg. Un truc plutot sympa avec de grandes baies vitrées et de longues tables blanches, épurées et en meme temps vivantes avec les nombreuses plantes vertes qui les entourent. C'est un endroit agréable, ou les gens aiment venir prendre un gouter ou un diner de temps en temps. J'ai moi-meme fait les tableaux de la grande salle et toutes les personnes qui travaillent avec mes parents me disent qu'ils sont superbes. Ca me rassure et ca me fait plaisir a la fois, parce que j'y ai mis tout mon coeur pour faire plaisir aux clients et leurs donner envie de venir.
"Mets-y toute ta bonne energie et je suis sur qu'elles seront magnifiques", m'avait dit mon père. Et apparemment, il avait adoré. Mais bon, je ne peux pas vraiment dire si c'est vrai ou pas. Je suis fille unique et je suis la huitieme merveille du monde pour lui... Mais je dois dire que j'aime quand il me prend dans ses bras et qu'il me regarde avec cette petite lueur de fierte dans les yeux. Meme si maintenant j'ai 16 ans, il n'empeche qu'il reste mon père et que je l'aime plus que tout. Je crois que jamais il ne m'a grondée de ma vie. Et je ne lui ai pas encore donné de raison de le faire...
Parmi les choses que j'aime le plus dans ce restaurant, les habitués du bar y ont une place primordiale. Je suis d'une nature plutot simple et j'aime réconforter les gens quand il me parle d'eux, de leur vie, ou qu'ils sont malheureux comme les pierres. Et la personne avec qui je m'entend le mieux est un vieux monsieur d'une soixantaine d'années qui vient chaque soir, qu'il pleuve ou qu'il neige. Il est très gentil et il est seul, sans enfant ni femme pour le soutenir. J'ai l'impression qu'il me considère un peu comme sa petite fill et moi qui aime me faire bichonner, je ne dis pas non à une ou deux friandises quand il en a dans ses poches. Il est tout doux, il ne hausse jamais la voix et il a toujours un sourire gentil accroché au visage. C'est le seul qui se préoccupe de moi, qui me demande si tout va bien au lycée et si je sors parfois avec mes amis. Au début, j'avais un peu peur que ce soit un psychopathe ou autre mais il l'a senti tout de suite et il a fait connaissance avec mes parents pour me prouver le contraire. Depuis, c'est une véritable délivrance. Chaque soir, meme heure, je peux parler avec quelqu'un qui semble me comprendre, ou en tout cas qui essaie de le faire et qui prend le temps pour. Parce que sans vouloir blesser mes parents, un restaurant me tourne pas tout seul et ils ne sont pas souvent disponibles pour m'aider dans mes devoirs ou me demander comment s'est passée ma journée. Alors je lui parle.

Mais un soir, je suis rentrée plus tard que prévue (j'avais un rendez-vous un garcon plutot mignon et je dois dire que je n'est pas vu le temps passer...) et j'ai decouvert mon cher client, mon vieil ami, devant un verre de whisky. Et ce n'etait visiblement pas son premier.
Je me suis approchée doucement de lui et je l'ai salué de la tete. IL faisait deja nuit et personne n'était dans le restaurant. Bizarre. IL avait du dire à mes parents qu'il m'attendrait. Il avait leur entiere confiance. La rue était déserte et l'homme était immobile. Je ne savais plus que faire.
"Aujourd'hui, elle aurait eu 33 ans, dit le vieil homme d'une voix pateuse.
_ Monsieur, dis-je, interloquée par cette phrase si singulière, je crois que vous avez un peu bu et je pense que vous feriez mieux de rentrez."
Il semblait perdu dans son propre monde, jusqu'à ce que je parle. Il se tourna vers moi, un sourire tordu sur le visage, et commenca à divaguer:
"Je t'ai deja parlé de l'affaire de la petite Marie ?" Sa voix trembla en prononcant ce nom." Je ne pense pas... C'était tellement affreux... Mais il faut que je te raconte... IL faut que tu saches comment le monde est fait, ma petite..."
Sa voix était redevenue comme d'habitude, douce et grave, caressante. On aurait dit qu'il avait chassé l'alcool de ses veines par la force de ses paroles. Un sourire triste assombrissait son visage. Je repenssais à ses mots: je me souvenais vaguement qu'il avait été avocat dans sa jeunesse.
Il était tard, et ma mère allait m'incendier si elle apprenais que j'étais rentrée à cette heure, mais j'étais aussi très curieuse... Et mon ami avait un talent de conteur, je le savais pour l'avoir maintes fois écouté pendant des heures me décrire les paysages les plus fantastiques de ses livres.
Alors je m'assis.
Il me regarda d'un regard vide que je ne lui connaissais pas (surement l'effet de l'alcool englouti) et il commenca:
"Il y a très longtemps, un homme vivant heureux, avec sa petite fille de 8 ans et sa femme. Ils étaient bien ensembles et la vie leurs souriait. Mais un jour, la femme annonca à son mari qu'elle s'ennuyait et son mari ne mit pas longtemps à découvrir que sa femme avait un amant. Plus jeune que lui, plus beau que lui. Plus riche, aussi. Ca l'a beaucoup énervé mais il ne voulait pas passer pour un idiot aupres de sa femme. Il voulait la reconquérir et lui prouver qu'il valait mieux que son amant, mais il voulait aussi qu'elle s'excuse. Et il l'aimait toujours."
"Alors il lui a fait des cadeaux. Il l'a emmené en voyage à Naples, à Venise, sans la petite fille. Ils étaient en amoureux, tranquilles et reposés, allongés sur la plage de sable fin de Naxos, en Grèce. Quand ils sont revenus, il lui a acheté une décapotable, des manteaux de fourrures et des bijoux. Ils partaient au cinéma en famille et le mari et la petite fille s'amusaient comme des fous. Marie était heureuse de voir son papa si joyeux apres son air abattu quelques mois plus tot. Ils faisaient des sorties ensemble, avec sa maman, ils riaient dans des cafés jusqu'a embeter les voisins et elle adorait ca. Le soir, son papa venait la border dans son lit et il lui racontait des histoires. Elle aimait beaucoup l'écouter parce qu'apparemment il avait un talent d'orateur."
"Comment savez-vous tout ca ? lui demandai-je en l'interrompant quand il reprennait son souffle.
_On a lu son journal intime. Mais ne t'inquiete pas, je t'expliquerai plus tard."
"Mais la femme nétait toujours pas satisfaite. Alors elle a repris contact avec son amant. Et son mari l'a su.
Il était désespéré. IL ne savait plus quoi faire. Il était aussi en colère. Pourquoi ? Alors qu'il avait tout fait pour elle, pourquoi ne lui était-elle pas reconnaissante ? Il l'aimait, bon sang ! Il l'aimait plus que tout ! Et il avait tout fait pour qu'elle soit heureuse et qu'elle l'aime en retour !"
" Et là, sa fille est apparue. Toute jolie, toute mignonne, du haut de ses 8 ans. Elle est juste arrivée au mauvais moment. IL avait besoin de se défouler. Alors il lui a donné une claque. Puis une autre. La petite fille a reculé, effrayée par la douleur toute nouvelle et injustifiée que son père, son propre père lui avait infligé. Et quand leur regard se sont croisés, il a pris conscience de son geste. Il est tombé à genoux devant sa fille, et il l'a serrée dans ses bras, tout en s'excusant sans s'arreter pendant des heures et des heures. La petite fille etait maline et elle savait que quelque chose n'allait pas entre son père et sa mère. Et elle était douce, si douce, et si gentille...Alors elle a pardonné à son pauvre papa et elle est allée se poser une compresse sur sa joue enflée."
"Quelques heures plus tard, la femme est rentrée et a vu létat du visage de sa fille. Une violente dispute s'est déclenchée et deux heures plus tard, la femme était partie de la maison, abandonnant sa famille et son "psychopathe de mari" pour rejoindre son amant.
Et son mari, furieux, ne pouvait rien y faire."
"Dévasté par la fuite de sa femme, lui qui était généralement doux s'emportait pour un rien. Lui qui souriait toujours ne remuait presque plus les lèvres. Il était plus froid, et il ne bordait plus sa fille le soir. Un désagrément au travail et il boudait toute la soirée dans sa chambre, sans manger ni boire. Sa fille encaissait tout sans broncher, s'occupant elle meme de la maison et devenant petit à petit autonome.
Mais le père devenait de plus en plus irritable et il recommenca à frapper sa fille. D'abord une fois, parce qu'il avait passé une très mauvaise journée. Il la frappa une seule fois, violemment. Elle tomba par terre, et se releva tout doucement, des larmes coulant sur son visage. Le père fila dans la salle de bain et lui tamponna le visage avec un linge mouillé. Il lui jura qu'il ne recommencerait plus. Mais il se sentait apaisé apres cela. Il se sentait en paix avec lui meme, et un instant il avait oublié sa femme et la douleur qui lui serrait continuellement la poitrine. Il chassa vite cette pensée."
"La deuxieme fois il la fit tomber et la rua de coups de pieds au sol. La pauvre petite poupée de chiffon ne put rien faire pour se défendre et sa lèvre s'ouvrit. Son père s'arreta quand il vit le sang couler et s'empressa de la soigner. Il ne promit pas à sa fille qu'il allait arreter, cette fois."
"Stop, ordonnai-je au vieux monsieur. S'il vous plait, j'ai passé une excellente soirée et je ne veux pas en savoir plus sur...
_ Tu ne veux pas savoir ?"
Savoir quoi ? La suite ? Ca me terrifiait. J'avais les larmes aux yeux. Cette histoire était... Je n'avais pas envie de la connaitre. On ne peut pas vraiment faire des choses aussi horribles. On ne peut pas.
Mais je me rassis sur ma chaise et j'attendis la suite. Pourquoi ?
"La troisième fois, je ne te la raconterai pas. La petite fille a souffert. Beaucoup. Mais elle n'a rien dit. Elle a tout supporté en silence. Et son père ne s'en voulait meme plus. Il savait que sa fille allait le dénoncer un jour et il aurait ce qu'il méritait mais pour l'instant il profitait. Il sentait qu'il avait du pouvoir. Qu'il n'était pas "rien". Il sentait qu'il existait."
"Mais la quatrième fois, la petite fille est morte."
Il se tut. Je repassais plusieurs fois la phrase dans ma tete. Elle était morte ? Vraiment ?
Je guettais un sourire rieur du la part de mon voisin, toujours prompte à me faire tourner en bourrique. Tout ce que je vis ce fut ce regard vide et terne, épuisé, mort. Je pris peur et une violente envie de me retrouver ailleurs me prit. Je voulais partir, refuser tout ca, toute cette horreur, tout refuser en bloc et l'oublier. Je me levai et pris mon sac.
"Dégoutant, n'est ce pas ? Malsain. Mais réel. Ne crois pas que la vie est toute rose, jeune fille.
_ Et qu'est il arrivé au tueur ? demandai-je d'une voix rauque.
_ Il était avocat et il a réussi à s'en tirer. Maintenant, il est libre.
_ Une personne comme cet homme est libre ? Vous rigolez j'espère ? m'échauffai-je.
_ Il était trop lache pour se livrer et il n'a pas eu le courage d'avouer la vérité. Il doit etre ronger par le remord en ce moment meme. C'était un homme bon, dans le fond. Il ne voulait pas devenir ce qu'il est devenu."
Un frisson me parcourut. Et alors une question toute simple, toute logique me vient à l'esprit.
"Comment peut-on connaitre autant de détails sur l'homme et ce qu'il a ressenti s'il a menti au tribunal ?"
Lorsque je me tournai vers le vieillard, je vis une grosse larme couler sur sa joue.

All rightd reserved...

------------------------------------------------------------------------------------------------
La tentation existe pour qu'on y cède.


Dernière édition par Maylis W. le Lun 5 Nov - 20:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Z!wos



Masculin Poissons Messages : 33
Date d'inscription : 29/10/2012
Humeur : Bonne humeur

MessageSujet: Re: Les gens ne sont pas ce qu'ils sont.   Sam 3 Nov - 8:50

Très bien!

------------------------------------------------------------------------------------------------
:!:
Revenir en haut Aller en bas
http://ziwosbooks.wordpress.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les gens ne sont pas ce qu'ils sont.   Sam 3 Nov - 10:24


très touchant comme histoire !
Tous les personnages sont très bien. J'adore !

J'ai bien aimé quand tu dis qu'il bat sa fille parce qu'il sent encore qu'il existe, qu'il a du "pouvoir". On peut aussi dire que la colère lui servait à cacher ses faiblesses, comme sa frustration de ne pas avoir pu empêcher sa femme de partir.
Revenir en haut Aller en bas
Maylis W.

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 953
Date d'inscription : 19/09/2012
Localisation : avec ma biere et mon bouquin !! :)
Humeur : soit ivre de joie, soit ivre... enfin, vous voyez, quoi !!!

MessageSujet: Re: Les gens ne sont pas ce qu'ils sont.   Sam 3 Nov - 11:33

Merci ^^
Oui, je voulais bien montrer que l'homme était perdu et qu'il ne savait plus comment "exister". Avant il aimait sa famille et il ne se posait pas de questions, mais quand sa femme est partie, il s'est remis en cause et il n'a rien trouvé de vivant en lui.
Ça m'a un peu perturbée d'écrire un truc comme ça mais c'est le résultat qui compte !! Wink

------------------------------------------------------------------------------------------------
La tentation existe pour qu'on y cède.
Revenir en haut Aller en bas
Pandoraz
.: Démone-chat & Princesse des Kicks :.
avatar

Masculin Taureau Messages : 942
Date d'inscription : 18/07/2012
Localisation : Meh, partout, nul part, quelle différence.
Humeur : J'te bouffe ton âme.

MessageSujet: Re: Les gens ne sont pas ce qu'ils sont.   Sam 3 Nov - 13:51

Good.

J'aime le petit côté psychologie cute

Je ne dirais qu'une chose à la fille de l'histoire.
Welcome to the real world, little girl...

------------------------------------------------------------------------------------------------


Anciennement BlackCat
Revenir en haut Aller en bas
http://blacky-cat.deviantart.com/
Maylis W.

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 953
Date d'inscription : 19/09/2012
Localisation : avec ma biere et mon bouquin !! :)
Humeur : soit ivre de joie, soit ivre... enfin, vous voyez, quoi !!!

MessageSujet: Re: Les gens ne sont pas ce qu'ils sont.   Sam 3 Nov - 15:48

Je lui transmettrais Wink
Merci Blacky ^^

------------------------------------------------------------------------------------------------
La tentation existe pour qu'on y cède.
Revenir en haut Aller en bas
Fantaisie

avatar

Féminin Bélier Messages : 633
Date d'inscription : 10/10/2012
Localisation : ???
Humeur : … !!!

MessageSujet: Re: Les gens ne sont pas ce qu'ils sont.   Lun 5 Nov - 15:28

J'ai toujours du mal avec ce genre d'histoire, mais je trouve ton texte assez saisissant … Je me permettrais juste une petite correction : on dit "délivrance", pas "délivrement" …
Sinon, bravo, et bonne continuation … Wink
Revenir en haut Aller en bas
Kawet

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 2153
Date d'inscription : 16/09/2012
Localisation : Ici
Humeur : Itseu djok ?

MessageSujet: Re: Les gens ne sont pas ce qu'ils sont.   Lun 5 Nov - 17:03

Touchant et vrai

------------------------------------------------------------------------------------------------
Merci Maw' :D:
 



Aide à l'orthographe ici Wink
Quand vous êtes connecté, n'oubliez pas la chat-box !! (n'est-ce pas, Invité :p )


BE AN ALCOHOLIC HORSE, ADULATE WHALE, FUCK THE REST :la: 
LPBCRQA :la: 
MawPowaaaaaa :la: 
Revenir en haut Aller en bas
Maylis W.

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 953
Date d'inscription : 19/09/2012
Localisation : avec ma biere et mon bouquin !! :)
Humeur : soit ivre de joie, soit ivre... enfin, vous voyez, quoi !!!

MessageSujet: Re: Les gens ne sont pas ce qu'ils sont.   Lun 5 Nov - 20:12

Merci ^^
Fantaisie> c'est corrigé ! Merci ! :D Tu as raison, "délivrance sonne mieux que "délibérément".

------------------------------------------------------------------------------------------------
La tentation existe pour qu'on y cède.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les gens ne sont pas ce qu'ils sont.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les gens ne sont pas ce qu'ils sont.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: