Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Julie Bary

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Papagena

avatar

Féminin Bélier Messages : 96
Date d'inscription : 17/04/2016

MessageSujet: Julie Bary   Lun 16 Mai 2016 - 12:14



Julie Bary





Julie Bary , jeune policière d'une vingtaine d'années, vivait dans une grande ville appelée Groovin. Une ville dont les quartiers, plus ou moins sombres, laissaient transparaître les élans meurtriers de quelques novices en matière de crime.

Ainsi, parfois, Julie trouvait au coin d'une ruelle un homme ou une femme à moitié morts. C'était ça son boulot, ramasser les victimes de tueurs débutants et essayer d'arrêter le massacre.

Le réveil sonna, comme chaque matin, vers quatre heures trente. Julie se leva pour prendre son café dans son grand salon offrant une vue dégagée sur tout Groovin. La jeune policière était fatiguée de la veille, fameux jour où elle avait retrouvé une famille entière égorgée sous leur arbre de Noël, autant dire que ça ne sentait pas le sapin, enfin, pas encore. Il fallait qu'elle retrouve ce meurtrier, il fallait qu'elle l'empêche de nuire à nouveau et qu'elle le traduise en justice comme elle l'avait fait pour quatre autres tueurs en série.

Elle se leva de son siège pour aller prendre sa douche. Sa tête lui faisait atrocement mal ; était-ce le surmenage ? Son pied s'accrocha au tapis et, dans sa chute, sa tête heurta la table basse du salon, Julie perdit connaissance.  

La jeune femme se réveilla quelques instants plus tard, son front était en sang. Elle alla doucement jusqu'à la salle de bain et se rinça le visage. Cette journée commençait mal, mais ce n'était pas une raison pour baisser les bras. Elle s'assit un instant pour souffler. Une fois que sa tête eut fini de tourner, elle décida de se remettre en route. Julie avala une aspirine. Son horloge affichait cinq heures trente. Elle sortit, claquant la porte derrière elle.

Au commissariat, tout était calme. Son patron n'était pas encore arrivé, ni ses collègues d'ailleurs. Il y avait juste l'équipe de la nuit, une partie de ses effectifs se trouvant sur la voie publique, l'autre partie étant massée autour d'un bureau à concourir pour celui qui ronflerait le plus fort. La jeune femme était en avance, elle en profita pour relire ses dossiers. Il faisait encore sombre, elle alluma la petite lampe posée sur le bord de son bureau.

Se sentant observée, elle regarda autour d'elle. Il n'y avait personne, personne mis à part les trois hommes endormis à leur table. Un souffle chaud lui caressa l'oreille lui donnant des frissons tout le long de son cou. Les ronflements se turent, les lumières noircissent, plus rien, plus aucun bruit, plus aucune image, rien, c'était le vide. Il ne restait que ce souffle et cette sensation d'être observée. Julie, assise à son bureau, tenta de se redresser, mais ses jambes crispées par la peur ne purent se tendre. La jeune policière était coincée. Aucun son non plus ne put sortir de sa bouche, seul le vide résonnait dans ce qui semblait être une immensité.

Soudain, un coup dans la poitrine suivi d'un éclair blanc. Des horloges se mirent en route, des flashs et des gens inconnus, tous défilèrent comme posés sur des rails, des masques sur le visage. Était-ce une attaque ? Un groupe de terroristes ? « Qui êtes-vous ? Que voulez-vous ? » c'est ce qu'elle leur aurait dit si sa bouche avait pu bouger, si ses cordes vocales pouvaient vibrer.

Puis plus rien ; tout était sombre à nouveau.

Dans le grand salon avec vue sur Groovin, on pouvait encore voir la trace de sang sur la table basse ...




Ceci est une phrase longue invisible pour que la page ne bug pas. Un cadeau de votre admin aimant et tendre qui s'inquiète pour vos yeux




.


Dernière édition par Papagena le Lun 16 Mai 2016 - 17:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
helio

avatar

Masculin Lion Messages : 141
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: Re: Julie Bary   Lun 16 Mai 2016 - 17:19

OOOHh! Gena qui écris une nouvelle policière!!!
Petit com détaillé s'il en est hihi.

@Papagena a écrit:


Julie Bary





Julie (c'est le même nom que mon héroine!! haha)Bary , jeune policière d'une vingtaine d'années, vivait dans une grande ville appelée Groovin. Une ville dont les quartiers, plus ou moins sombres, laissaient transparaître les élans meurtriers de quelques débutants en matière de crime.

Ainsi, parfois, Julie trouvait au coin d'une ruelle un homme ou une femme à moitié morts. C'était ça son boulot, ramasser les victimes de tueurs débutants répétition et essayer d'arrêter le massacre.

Le réveil sonna, comme chaque matin, vers quatre heures trente. Julie se leva pour prendre son café dans son grand salon offrant une vue dégagée sur tout Groovin. La jeune policière était fatiguée de la veille, fameux jour où elle avait retrouvé une famille entière égorgée sous leur arbre de Noël, c'est glauque et j'aime bien mais c'est un peu tôt dans la narration je trouve. autant dire que ça ne sentait pas le sapin, enfin, pas encore. Il fallait qu'elle retrouve ce meurtrier, il fallait qu'elle l'empêche de nuire à nouveau et qu'elle le traduise en justice comme elle l'avait fait pour quatre autres tueurs en série. j'espère qu'au fur et à mesure que le récit avance le personnage aura une psychologie plus subtil.

Elle se leva de son siège pour aller prendre sa douche. Sa tête lui faisait atrocement mal ; était-ce le surmenage ? Son pied s'accrocha au tapis et, dans sa chute, sa tête heurta la table basse du salon, Julie perdit connaissance.  

La jeune femme se réveilla quelques instants plus tard, son front était en sang. Elle alla doucement jusqu'à la salle de bain et se rinça le visage. Cette journée commençait mal, mais ce n'était pas une raison pour baisser les bras. Elle s'assit un instant pour souffler. Une fois que sa tête eut fini de tourner, elle décida de se remettre en route. Julie avala une aspirine. Son horloge affichait cinq heures trente. Elle sortit, claquant la porte derrière elle.

Au commissariat, tout était calme. Son patron n'était pas encore arrivé, ni ses collègues d'ailleurs. Il y avait juste l'équipe de la nuit, une partie de ses effectifs se trouvant sur la voie publique, l'autre partie étant massée autour d'un bureau à concourir pour celui qui ronflerait le plus fort. La jeune femme était en avance, elle en profita pour relire ses dossiers. Il faisait encore sombre, elle alluma la petite lampe posée sur le bord de son bureau.
j'aime bien l'ambiance que tu as décris d'un commissariat encore endormit
Se sentant observée, elle regarda autour d'elle. Il n'y avait personne, personne mise à part les trois hommes endormis à leur table. Un souffle chaud lui caressa l'oreille lui donnant des frissons tout le long de son cou. Les ronflements se turent, les lumières noircissent, plus rien, plus aucun bruit, plus aucune image, rien, c'était le vide. Il ne restait que ce souffle et cette sensation d'être observée. Julie, assise à son bureau, tenta de se redresser, mais ses jambes crispées par la peur ne purent se tendre. La jeune policière était coincée. Aucun son non plus ne put sortir de sa bouche, seul le vide résonnait dans ce qui semblait être une immensité.

Soudain, un coup dans la poitrine suivie d'un éclair blanc. Des horloges se mirent en route, des flashs et des gens inconnus, tous défilèrent comme posés sur des rails, des masques sur le visage. Était-ce une attaque ? Un groupe de terroristes ? « Qui êtes-vous ? Que voulez-vous ? et le trait d'union lol» c'est ce qu'elle leur aurait dit si sa bouche avait pu bouger, si ses cordes vocales pouvaient vibrer.
Joli!!
(en faite, si j'ai bien compris, suite à sa chute elle a eu un truc au cerveaux et on l'a emmenée à l'hopital, sinon elle a été kidnappée, mais par qui et pourquoi? si elle a été kidnappé c'est un peu subite. kidnappind ou hopital?)

Puis plus rien ; tout était sombre à nouveau.

Dans le grand salon avec vue sur Groovin, on pouvait encore voir la trace de sang sur la table basse ...




Ceci est une phrase longue invisible pour que la page ne bug pas. Un cadeau de votre admin aimant et tendre qui s'inquiète pour vos yeux




.

Un style simple comme je les aime, un début intriguant. j'ai relevé quelques fautes ^^ J'attend la suite avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Papagena

avatar

Féminin Bélier Messages : 96
Date d'inscription : 17/04/2016

MessageSujet: Re: Julie Bary   Lun 16 Mai 2016 - 17:36

Hoooo merci Helio de ton super méga commentaire!!!! :huh: :huh: :huh:

J'ai corrigé les fautes que tu m'as souligné sauf "mis à part" et "suivi " qui étaient écrits correctement (espèce de faiseur de fautes XD ).
Et oui tu as bien compris, elle est emmenée à l’hôpital suite à sa chute puis elle meurt. Désolée, mais il n'y a donc pas de suite mouahaha je suis diabolique !!
Revenir en haut Aller en bas
helio

avatar

Masculin Lion Messages : 141
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: Re: Julie Bary   Lun 16 Mai 2016 - 17:44

aaaahhh naaan ptite diablesse! comment oses-tu!!!

ps : tu as raison j'ai mal lu pour suivi, et mise à part et aussi juste, en fait je crois que les deux peuvent être écris. Bref j'ai résolu le mystère de ton texte! je suis trop fort :aha:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Julie Bary   Jeu 30 Juin 2016 - 17:38

J'arrive!!!!!!!!!

@Papagena a écrit:


Julie Bary





Julie Bary , jeune policière d'une vingtaine d'années, vivait dans une grande ville appelée Groovin. Une ville dont les quartiers, plus ou moins sombres, laissaient transparaître les élans meurtriers de quelques novices en matière de crime. haha ce début de roman noir, où on sent le pulp à plein nez, on s'attend presque à ce que le méchant soit un clown cinglé aidée d'un chat et qu'il y ait un inspecteur en complet pardessus désargenté, mais amateur de gros cigare et de whiskey, bref, les clichés dont je raffole

Ainsi, parfois Il y a un connecteur en trop, u need to choose!, Julie trouvait au coin d'une ruelle un homme ou une femme à moitié morts. C'était ça son boulot, ramasser les victimes de tueurs débutants et essayer d'arrêterde juguler? cute le massacre.

Le réveil sonna, comme chaque matin, vers quatre heures trente. Julie se leva pour prendre son café dans son grand salon offrant une vue dégagée sur tout Groovin. La jeune policière était fatiguée de la veille, fameux jour où elle avait retrouvé une famille entière égorgée sous leur arbre de Noël douuuuuuuuuce nuiiiiiiit, saiiiiiiiiinte nuiiiiiiiiiiiiiiit, autant dire que ça ne sentait pas le sapin oh putain :rire:, enfin, pas encore. Il fallait qu'elle retrouve ce meurtrier, il fallait qu'elle l'empêche de nuire à nouveau et qu'elle le traduise en justice comme elle l'avait fait pour quatre autres tueurs en série. trop de elle à la suite, trouve une astuce, nous on sature

Elle se leva de son siège pour aller prendre sa douche. Sa tête lui faisait atrocement mal ; était-ce le surmenage ? Son pied s'accrocha au tapis et, dans sa chute, sa tête heurta la table basse du salon, Julie perdit connaissance.  cette fin qui manque de panache, trop expédié le "perdit connaissance"

La jeune femme se réveilla quelques instants plus tard, son front était en sang. Elle alla doucement jusqu'à la salle de bain et se rinça le visage. Cette journée commençait mal, mais ce n'était pas une raison pour baisser les bras l'hopital et les traumatismes craniens, c'est pour les tafioles. Elle s'assit un instant pour souffler. Une fois que sa tête eut fini de tourner, elle décida de se remettre en route. Julie avala une aspirine. Son horloge affichait cinq heures trente. Elle sortit, claquant la porte derrière elle.

Au commissariat, tout était calme. Son patronc'est bizarre d'utiliser patron qui a un rapport de capital dans cette situation n'était pas encore arrivé, ni ses collègues d'ailleurs. Il y avait juste l'équipe de la nuit, une partie de ses effectifs se trouvant sur la voie publique, l'autre partie étant massée autour d'un bureau à concourir pour celui qui ronflerait le plus fort c'est tellement puuuuuuuulp, j'adore *-*. La jeune femme était en avance, elle en profita pour relire ses dossiers. Il faisait encore sombre, elle alluma la petite lampe posée sur le bord de son bureau.

Se sentant observée, elle regarda autour d'elle. Il n'y avait personne, personne mis à part les trois hommes endormis à leur table. Un souffle chaud lui caressa l'oreille virgulelui donnant des frissons tout le long de son cou. Les ronflements se turent, les lumières noircissent, plus rien, plus aucun bruit, plus aucune image, rien, c'était le vide. Il ne restait que ce souffle et cette sensation d'être observée. Julie, assise à son bureau, tenta de se redresser, mais ses jambes crispées par la peur genre elle a la trouille?elle est pas plutôt angoissé/ sur le qui vive? policière en carton :rire: ne purent se tendre. La jeune policière était coincée. Aucun son non plus ne put sortir de sa bouche, seul le vide résonnait dans ce qui semblait être une immensité.

Soudain, un coup dans la poitrine suivi d'un éclair blanc. Des horloges se mirent en route, des flashs et des gens inconnus, tous défilèrent comme posés sur des rails, des masques sur le visage. Était-ce une attaque ? Un groupe de terroristes ? « Qui êtes-vous ? Que voulez-vous ? » c'est ce qu'elle leur aurait dit si sa bouche avait pu bouger, si ses cordes vocales pouvaient vibrer.

Puis plus rien ; tout était sombre à nouveau.

Dans le grand salon avec vue sur Groovin, on pouvait encore voir la trace de sang sur la table basse ...




Ceci est une phrase longue invisible pour que la page ne bug pas. Un cadeau de votre admin aimant et tendre qui s'inquiète pour vos yeux




.

Cette fin brutale
J'ai bien aimé cette petite nouvelle, elle est trop cool, très bien écrite, tu passes bien ce que tu veux, on ris à tes attaques légères, on a un peu l'impression que c'est expédié le vilain la tué, ok... une suite? un truuuuc, nous laisse pas comme ça quoi
Bref, c'est bien écrit^^
Bravo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Julie Bary   

Revenir en haut Aller en bas
 
Julie Bary
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: