Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le temps des léopards

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4811
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Le temps des léopards   Lun 30 Mai - 16:08

Coucou les pouets :arbre:

Voilà, en fait le thème du Chronochallenge de cette semaine me tentait trop, sauf que je n'étais pas là ce soir-là. Du coup je me suis donné une heure, et je l'ai fait quand même, après coup. (Bon j'avoue qu'en fait c'était plus de l'ordre d'une heure et quart... Je plaide coupable, il m'a fallu effectuer quelques recherches préalables. Timide )

Du coup voilà le résultat AHDE







Le temps des Léopards



     

   

            Ce jour-là, je prenais gentiment l'air au pied de mon arbre favori.

            Je m'en souviens comme si c'était hier !

            Mes feuilles maigrichonnes doucement caressées par le vent du printemps, chargé de soleil et de chaleur ; mes premières corolles tout juste ouvertes, déployant leur palette de roses et de blancs. Des fleurs tendres, aux pétales doux ; mais je ne devinais pas encore la valeur des jolies taches que Mère Nature y avait semées.

            C'est vrai, quoi ; quand on est une orchidée – pas une plante en pot exotique et fragile, mais une vraie orchidée de chez nous, une petite touffe hirsute et timide jaillissant au beau milieu des alpages –, on pense à l'été qui arrive, aux abeilles qui racontent les derniers potins du pré, aux bourdons balourds qui nous font de l'œil et aux voisines toujours en train de bavasser. On est bien loin d'imaginer qu'ailleurs, loin du chêne qui nous surplombe, loin de notre prairie et de la rivière, dans des villes lointaines, des gens s'arrachent les fleurs tachetées comme des jardiniers en manque de couleurs !

            Moi, grande naïve, lorsque des cohortes de touristes en randonnée me remarquaient et venaient chatouiller mes feuilles et me photographier, je pensais que c'était pour ma petite bouille sympathique. C'était rigolo de rendre mes voisines jalouses ; elles, simples herbes ou petites feuilles discrètes, n'attiraient jamais les objectifs.

            Et puis ce fameux jour, alors que mes petits pétales ruisselaient de couleurs sous la lumière du soleil, voici que déboule un type bizarre. Appareil photo en bandoulière, mais cela j'y étais habituée ; non, ce qui m'étonnait, c'était plutôt son grand sac noir. Et le petit godet en plastique qu'il trimballait allègrement.

            Je le reconnus ; il était passé quelques jours auparavant, et toute fière de son vif intérêt, j'avais déployé mes plus beaux autours, gorgée de sève et de lumière.

            Prête pour un nouveau shooting photo, je me pomponnais déjà ; quand soudain ! Sa grande main fondit le long de ma tige, jusqu'à mes racines, et commença à creuser ! Prise de panique – quelle plus grande faiblesse que de pauvres racines toutes pâlichonnes ? –, j'aurais bien voulu le mordre, mais des pétales mous ne font pas de très bonnes mâchoires. Il me dénuda complètement : je manquai attraper froid aux pieds, le saligaud était incapable de prendre soin d'une dame ! Puis il m'attrapa et me planta dans son pot, avant de me rhabiller de terre d'une main leste.

            Diantre ! Je faillis bien m'évanouir. Comment, il voulait que je rentre entièrement dans ce truc minuscule, dans ce machin qui compressait mes racines et me donnait mal aux feuilles ? Moi qui avait grandi dans un pré immense, qui avait étiré bras et pieds avec délice, soudain comprimée dans une cage minuscule !

            Hélas, le supplice ne s'arrêta pas là. Il souleva le pot – et moi avec – au dessus de sa tête, étudiant la transparence de mes feuilles nimbées de soleil, puis ouvrit son grand sac et me planta là, au milieu d'un champ d'autres petits godets fixés les uns aux autres. Un mal de l'air tenace me collait aux pétales – ce n'était pas tous les jours que je décollais de terre – et l'obscurité étouffante du sac n'arrangea rien !
           
            Je vous passe la longue, longue et terrible randonnée qui suivit, où les cahots et les tournants manquèrent me faire faner.

            Je vous passe aussi l'arrivée à la serre gigantesque, au magasin rutilant, je vous passe notre sombre détresse, à nous les petites plantes de montagne, devant le bruit, l'agitation, la foule et sa cupidité. Je vous passe notre terreur et notre incompréhension, sans réponses face à ces étendues de fleurs et de feuilles, immenses, parfaitement alignées, emprisonnées sous un soleil de plomb, sans eau, avec si peu de terre, étouffées par les vapeurs de goudron de la route chauffée à blanc ; en attente de ventes et de transferts. Je vous passe tout cela parce que nous étions pareilles aux Juifs dans leurs wagons insalubres, nous les petits machins verts que vous achetez sans vergogne ; mais que vous n'acceptez de semblables témoignages que de ceux qui vous ressemblent, et cela aurait pour seule utilité de ramener à ma mémoire ces terribles jours.

            De fait, mon pays et l'Europe entière – le monde peut-être – traversaient une période d'engouement massif pour les fleurs à robe de léopards. Les pois, les taches, les cercles concentriques, les marques sombres, absolument tout y passait. Ainsi, dans ma rangée, ma voisine le numéro 506 était une pauvre petite Erythrone dent-de-chien, à la corolle un peu fanée, encore poudrée de rose et de soleil. Pour son malheur, ses grandes feuilles étaient nées  marquées de taches. C'était une fleur rare, ainsi nommée pour son bulbe en forme de croc ; l'Horticulteur n'avait pas hésité à la renommer "dent-de-sabre" pour aguicher les clients.

            A mon côté droit, le numéro 508 était une simple pulmonaire, de celles qu'on croise sur tous les bords de chemins, aux corolles mauves et sucrées et aux feuilles semées de jolies taches de lune. Etiquetée Fleur rare, originaire d'un alpage supérieur à 1300 mètres, elle fut cédée pour quelques milliers d'euros à un quelconque collectionneur des villes, avide de plantes sauvages. Une belle arnaque, si vous voulez mon avis.

            Je partis juste après elle, avant l'Erythrone pourtant jolie, mes pétales pointillés étant bien plus recherchés que ses feuilles marquées.

            En tant qu'Orchis tacheté provenant d'une prairie à haute altitude, je fus vendue à un prix exorbitant ; moi qui jadis me pavanait devant les objectifs des photographes botanistes, je n'en conçus que de l'amertume. Chargée à l'arrière d'un camion, serrée contre des dizaines d'autres petites plantes, nous fûmes déchargées, puis rechargées dans une soute obscure ; nous ne sûmes qu'après que nous avions traversé les mers avant d'atterrir en Amérique.

            Rempotée dans un pot à ma taille, placée sur le rebord d'une fenêtre telle un vulgaire géranium, j'avais une incroyable vue sur le ruban de goudron non loin, mais aussi et surtout sur la télévision de la grande maison. Et donc sur l'histoire de mon peuple, que déroulait allégrement le vôtre.

            La folie des fleurs à robe tachetée dura longtemps, pareille à la tulipomanie du dix-septième siècle. Le cours des orchidées, surtout, ne cessait d'augmenter, donnant lieu à de véritables scandales financiers qui ne cessaient de m'ébahir. Une simple Phalaenopsis parsemée de taches mauves, si tant est qu'elle provienne des serres d'un horticulteur prisé, était vendue autant qu'une pierre précieuse. Moi, sagement plantée sur mon rebord de fenêtre, je n'en croyais pas mes pétales. S'arrachait-on réellement ces spécimens de bas étage  dans les sphères les plus hautes de la société ? Quant aux espèces les plus prisées telles l'orchidée léopard, en provenance d'Afrique, n'en parlons pas. Seuls les millionnaires pouvaient se vanter d'en posséder une collection.

            Les horticulteurs ne cessaient de se lancer dans de nouveaux croisements, de nouvelles espèces, de nouvelles couleurs, toujours plus grande, plus belles, plus fleuries. Ainsi naquirent la Phalaenopsis à robe léopard africaine, dont un exemplaire finit par atterrir à ma gauche, ou encore l'Erythrone léopard dent-de-sabre, une copie de mon ancienne voisine au bulbe pointu, mais dans des tons sable et feu.

            Il y avait des fleurs tachetées partout, sur tous les balcons, tous les bords de fenêtres, dans toutes les serres, sur tous les marchés. De larges pétales doux, semés d'étoiles noires, prenaient le soleil dans toutes les villes, oscillait doucement dans le vent ; des océans colorés teintaient les jardins et les maisons, étiraient des arc-en-ciels le long des rues et des jardinières. C'était magnifique.

            Et un jour, la montagne spéculative – ce n'était plus une bulle depuis longtemps – s'effondra sur elle-même, détruisant les ventes aux enchères, les serres immenses qui scintillaient sous le soleil, les trafics illégaux de plantes protégées ou transgéniques, et les empires des horticulteurs.

            Ce fut la crise des fleurs léopards.

            Il y eut des suicides. Des scandales. Des incendies criminels. Je regardais, glacée de terreur, les serres se morceler au milieu des flammes, les charpentes métalliques se tordre sous la chaleur infernale, les panneaux de verre et de plastique fondre en flaques étincelantes. Et sous ce ciel de cendres et de braises, des centaines de milliers de fleurs lentement écorchées par le feu.

            Les fleurs léopards ne valaient plus rien désormais. Nous étions des miettes, des bouchées de pain dont plus personne ne voulait, des végétaux maudits que l'espèce humaine fuyait désormais.

            Je vis les collectionneurs entreposer leurs pots multicolores dans des soutes obscures, les arroser d'essence et y jeter une allumette. Je vis les horticulteurs retirer leurs milliers de plants, les priver d'eau et les laisser crever sur le bas-côté. Je vis les jardiniers sortir leurs bêches et leurs bottes, et arracher, arracher, arracher. Jetant les cadavres sur les tas de compost. Un long cri de plantes, l'un de ces sons ténus que l'oreille humaine ne perçoit pas, s'exhalait du monde entier à travers la télévision.

            Je quittai mon bord de fenêtre : on me vendit pour presque rien. Et je traversais la mer à nouveau. On me rempota trois fois, me revendit encore, et encore, et encore. Et encore. Je perdais mes couleurs, ma lumière ; mes fleurs baissaient la tête. Dans des éclairs de lucidité, je me voyais jetée dans un fossé, dans ces fosses remplies de cadavres tachetés en décomposition.

            Mais contre toute attente, après des kilomètres de route, de camions et de serres de plus en plus petites et de plus en plus mal foutues, on m'offrit à une petite fille originaire de ma propre région.

            Je retraversai la France, grimpai le long des pentes montagneuses que j'avais si bien connues. Et on me planta dans la terre meuble et douce, la bonne vieille terre de mes prairies, au côté de petites herbes bavardes qui n'avaient jamais vu plus loin que le chêne tout-là bas. Mes vieilles racines réapprirent à pomper une eau pure, à se faufiler entre les pierres souterraines, à subir la morsure des insectes.

            J'ai redressé ma petite touffe hirsute et pleine de couleurs, j'ai déployé mes fleurs au milieu des abeilles et des bourdons, gémissant comme une vieille sous la caresse du soleil. Et petit à petit, j'ai commencé à oublier les serres à perte de vue, les cahots des camions, les rues américaines. Rien qu'un long tapis d'herbes et de fleurs, les vrombissements des insectes et le ciel tendu comme un grand lac bleu.

            Mes fleurs sont toujours roses et tendres, elles sont toujours marquées de taches, rappelant la robe d'un certain fauve. Mais désormais, plus aucun promeneur ne ramène son appareil photo…

            Je crois bien que le temps des léopards est terminé.

         

   

   

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]


Dernière édition par Cornedor le Mer 1 Juin - 16:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tiunterof
Gardien grincheux de la CB
avatar

Masculin Bélier Messages : 1796
Date d'inscription : 24/10/2012
Localisation : Sur la CB, comme toujours.
Humeur : sss

MessageSujet: Re: Le temps des léopards   Lun 30 Mai - 17:07

C'est vraiment original et comme d'habitude c'est vraiment bien écrit. ^^
Tu évolue encore dans le même genre d'univers dont tu as l'habitude, mais tu arrive toujours à faire des choses nouvelles et qui ne font pas déjà vu. :3

En gros c'était encore un plaisir de te lire ! :la:
Revenir en haut Aller en bas
Papagena

avatar

Féminin Bélier Messages : 96
Date d'inscription : 17/04/2016

MessageSujet: Re: Le temps des léopards   Lun 30 Mai - 18:08

Oui c'est super original bravo!
Certains passages sont supers comme lorsque elle est déracinée ou bien qu'elle voit ses consœurs numérotées autour d'elle. D'autres passages sont un peu longs et comme c'est sous forme passive ça alourdit un peu le texte.
Sinon dans l'ensemble c'était une jolie histoire, merci Wink .

Revenir en haut Aller en bas
Scrat

avatar

Féminin Taureau Messages : 392
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Le temps des léopards   Lun 30 Mai - 18:50

Diantre, je l'ai engloutie d'un seul coup ta petite nouvelle. C'est très bien écrit, les métaphores sont très belles et colorées. Sur ton style je n'ai rien à dire (comme d'habitude ?)

J'ai pas trop adhéré sur le sujet. Trop manichéen et dans le fond, extrêmement classique. Je pense que tu peux faire preuve de beaucoup plus de subtilité.

Néanmoins, vu sa qualité, je ne peux pas jurer que tu n'aurais pas fait d'ombre à Titi si tu l'avais posté au moment du chrono !

------------------------------------------------------------------------------------------------
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4811
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Le temps des léopards   Mer 1 Juin - 17:04

Tiun : merciiii :3

Papa : merciii :3

Scrat : merciii :3

(non je rigole. En vrai, merci à vous trois pour vos compliments, remarques et lectures attentives :corn2:
Papa : effectivement, pour le passif, je savais pas du tout comment raconter une longue période de temps en moins d'une page... c'est sûr que ça alourdit AHDE
Scrat : oukay merci AHDE Effectivement, j'ai pas trop nuancé comme je fais d'habitude. (et aussi j'avais jamais fait du point de vue d'une plante, du coup j'ai pris la première idée qui venait...) En même temps, il y a des situations très manichéennes, assez dures à équilibrer Timide )

Merciiiiii :unjournormal:

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Silenuse

avatar

Masculin Balance Messages : 1797
Date d'inscription : 03/06/2015
Localisation : Derrière un pouet
Humeur : pouet

MessageSujet: Re: Le temps des léopards   Sam 4 Juin - 10:42

Le thème est traité vraiment de manière originale, c'est chouette !
C'est très bien écrit pour un challenge en temps limité, bravo !
Les émotions de la petite fleur sont également bien retranscrites, même si je pense que ce serait un peu plus léger au présent, rendant le texte plus instantané.
Mais tu aurais pu remporter ce CC oui

------------------------------------------------------------------------------------------------
pouet




Ah oui, j'écris des trucs aussi
Tutos : Versification & Rythme
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le temps des léopards   Dim 5 Juin - 12:27

C'est un très joli texte. Y'as en gros qu'une erreur formel. C'est le mot mer au lieu d'océan.

Toujours une belle plume et pour une fois, je ne regrette pas l'usage du "je" qui se prête bien à ton texte. Il est peut-être un peu trop pointu pour les néophyte, autant te dire que le jargon botanique, je l'ai sauté à la lecture :p

Par contre, est-ce que tu sais que tu t'inspires d'une crise vraiment existante, une crise qui a changé le monde.
C'est la crise de la tulipe ou tulipomanie. qui eut lieu au XVII aux provinces unie
y'as un très bon roman jeunesse qui en parle, La Fièvre de la tulipe de Moggach. C'est un super bouquin qui fait pas de cours d'histoire Wink

C'est la première bulle spéculative de l'histoire, les bulbes de Tulipe se négociait si cher qu'on les échangeait parfois à prix équivalent avec un galion.
L'histoire comment environ 80 ans auparavant, les provinces unis (c'est les pays bas, à l'époque première puissance mondiale, il ont le plus grand empire colonial du monde, une compagnie commercial des indes qui est surpuissante et Louis XIV leur casse pas encore la gueule dans la guerre de la reine) se prennent de passion pour la plante. Ca devient peu à peu un produit de luxe et l'arrivé des bulbe sur les marchés conduit à une véritable folie d'hybridation, on cherche à produire nouveau, neuf, clinquant. Notamment grâce à une maladie qui touchait la plante.
Comme le temps pour qu'un bulbe arrive à terme est trèèèèèèèèèèès lent (une dizaine d'année) on signe des contrats devant notaire, et on parle de marché à long terme. On voit les tulipes comme un bien ultra précieux.
Et là, Amsterdam s'enflamme, au lieu de payer beaucoup pour un bulbe porteur de la maladie, tout le pays veut ses tulipes et même es bulbes sains atteignent des prix astronomique.
cette course financière amène à des promesse de vente, on spécule sur le nombre de bulbe qu'on aura et on les vend en spéculant aussi sur le cours du marché. En gros on vent du vent beaucoup plus cher que sur l'instant.
On pense que c'était du à la peste qui ravageait à ce moment le pays et qui aurait amener les gens a devenir fou.
DU coup, mi 1637, les cours s'effondre, les province unis sont ruiné et c'est le début de leur chute.
C'est grâce à cette crise que les royaume de France et de grande bretagne regagnent peu à peu l'ascendant sur l'Europe après un XVI marqué par une hégémonie allemande et une transition avec des flandres surpuissantes

Comme quoi, les plantes, c'est dangereux

tu t'es inspiré de cet épisode, ou c'est une coincidence?

Bref, j'ai adoré
Revenir en haut Aller en bas
Scrat

avatar

Féminin Taureau Messages : 392
Date d'inscription : 08/05/2015

MessageSujet: Re: Le temps des léopards   Dim 5 Juin - 12:51

Merci pour ce cours express ragnounet, ça a l'air passionnant ce livre :))

------------------------------------------------------------------------------------------------
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4811
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Le temps des léopards   Dim 5 Juin - 18:27

Ragne a écrit:
Par contre, est-ce que tu sais que tu t'inspires d'une crise vraiment existante, une crise qui a changé le monde.
C'est la crise de la tulipe ou tulipomanie. qui eut lieu au XVII aux provinces unie

Cornedor a écrit:
La folie des fleurs à robe tachetée dura longtemps, pareille à la tulipomanie du dix-septième siècle.

T'as pas sauté que le jargon botanique hein AHDE AHDE (en plus j'en ai même pas mis beaucoup ! J'ai parlé de quoi, trois fleurs, et y'a strictement aucun terme de botanique mis à part le nom de ces fleurs -_-)

Bref, oui, ma mère m'en a parlé lorsque je lui avais raconté mon idée. Du coup je l'ai casé comme référence lors de l'écriture. AHDE

Merci pour ton commentaire :-p

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le temps des léopards   Dim 5 Juin - 18:57

oups
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4811
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Le temps des léopards   Dim 5 Juin - 19:33

Grillé :arbre:

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le temps des léopards   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le temps des léopards
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: