Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La fugue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La fugue   Dim 26 Juin 2016 - 15:23

rendeer


Dernière édition par Mara le Sam 27 Aoû 2016 - 22:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La fugue   Dim 26 Juin 2016 - 16:10

Mara a écrit:
Yop, dans mes commentaires, je relève autant le négatif, ce qui m'a fait tiquer ou ne m'a pas plu, que le positif, ce qui m'a touché, un peu, beaucoup mais jamais à la folie, hélas (Faut bien avoir des limites). Ne prends donc pas peur si je suis strict sur certains conseils, ils ne sont énoncés que par ma propre personne et tu es libre de t'en éloigner s'ils te semblent incorrects ! Mon but est de t'aider avant tout. Voilà, maintenant, dans le vif du sujet, anda anda anda ! Journée ennuyeuse pour Naya, hormis ses devoirs, elle n'avait rien fait de particulier. Il y' Pas d'apostrophe après un y d'il y a avait bien ce jeune homme qui lui avait souri à la fac Ce n'est pas vraiment quelque chose qu'elle a fait, du coup le lien avec la phrase précédente se perd un peu en route. . Au fond Tu pourrais préférer une autre formulation à "Au fond", peut-être trop simpliste ou creux , ça lui faisait plaisir, mais elle était bien trop fière pour se l'avouer. Pendant ce temps là, Karine et Élodie s'étripaient. Les travaux de groupe, une vraie plaie. Pour une fois, elle ne participait pas au débat, complètement absorbée par son téléphone.

Il voulait me parler. Hop, c'est un changement de narrateur soudain ! A ses 50 sms aujourd'hui, j'ai supposé que ça n'allait peut – être pas comme il le voulait. Le soir venu, on se rejoint à la gare. On arrive jusqu'à une sorte de KFC. Pour les non – initiés, le Kentucky Fried Chicken, c'est une chaîne de restauration rapide (fast-food) où on sert des recettes (des menus frites Tropico) à base de poulet frit avec une épaisse couche de chapelure (des maladies cardio-vasculaires en seau). Le KFC malgré tout c'est bon. Les KFC contrefaits sauce ghetto c'est autre chose Je n'aime pas trop ce passage. Pour moi, il ne relève pas de l'esprit d'une nouvelle mais plutôt d'un message à un ami. Car les name-dropping, les parenthèses et de plus les anglicisations le rendent légèrement indigeste. De plus, KFC est une chaîne de restauration rapide très connue, pas autant que MacDonalds, certes. Il vaut mieux dans l'intérêt des choses juste la citer et se dispenser des explications qui suivent. . Je passe le pas de la porte, je sens l'odeur de l'huile bientôt à la retraite, de ce fameux poulet, et je me dis « oh non ! ». Mon ami veut s'asseoir à table et parler, je suis là pour ça, alors je ne pense à rien et prends une barquette de frites. Le plateau à la main, un cafard passe, je défaillis. Je veux mon sac à main en face de moi. En cas d'attaque rampante contre lui, je pourrais plus facilement compter les ennemis. Un peu de sauce algérienne pour mes frites, du Bruno Mars, et mon cœur reprend un rythme normal. They got nothing on you baby. Les frites sont chaudes, c'est agréable en faim de compte. Il parle. Il lâche quelque mots puis des phrases, puis des anecdotes, puis des discours. Je l'accuse de noircir le tableau. La  frite de trop, je commence à me sentir barbouillée, mais j'ai commandé alors je termine, foutue habitude. Il n'en reste plus tant que ça. Ce passage m'accroche nettement plus, il y a des actions, des syntaxes variées et puis une fluidité dans le déroulement de la scène.

Ce qui pousse Lucas à se confier de la sorte à elle Commencer une phrase interrogative avec ce qui pour ne pas la finir avec une formule telle ne serait-il pas ... ou autre, c'est assez maladroit, ici la phrase paraît bancale. ? Qui sait ? Tout les séparaient séparait pourtant, ils n'avaient rien vécu de similaire, ni même ensemble. Leur rencontre était le pur fruit du hasard, et comme tant d'autres avant lui, il avait décidé de se faire de la jeune femme une amie, sûrement séduit par sa naïveté toute enfantine. Elle se donne du mal, elle le conseille. Dans sa façon d'être opaque, de volontairement faire des omissions, elle a parfois la sensation de comprendre la valeur des silences qu'il emploie. Même s'il n'en n'est rien, cet homme étant un mystère a plus d'un égard. De demi-pauses en soupirs, tout ce qui se jouait prend son sens en la présence des deux employés qui se trouvaient là et de leur cortège rampant. La carte de la problématique. Les nationales de soucis, les autoroutes vers les orages. Les chemins de terre ensoleillés et agréables qu'on oublie toujours d'indiquer sur la carte. De loin, les deux amis avait avaient l'air passionné par leur discussion. Que disaient Pas d'espace avant le tiret -ils ? Des banalités sur l'amour, sous forme de métaphores automobiles. Bon retour sur ta métaphore, qui me plaisait bien et qui me plait plus puisque tu as su la prendre à contre-pieds. On oublie quand le réservoir était plein, on reste scotché devant l'icône rouge statique qui indique le manque d'essence. Science de l'essence amoureuse n'est rien sans conscience de l'échec. Joli, les envolées lyriques l'emportent sur les actions citadines un peu plates. Jouer, c'est risquer de perdre, mais pas forcément ce à quoi on pense. Juliette avait menti, mais Roméo n'était qu'un imposteur. Une vie en nuances de gris. C'est de cela dont parlait Lucas Oui c'est moi , mais pensait-il vraiment que Naya pouvait le comprendre ?

A quoi tu penses ? A la prochaine étape ? A ce que tu feras demain ? Quand tu dors, qu'est ce qui te hante ? De quoi as-tu peur? Je n'ai rien dit de tout cela bien entendu. J'ai écouté, j'ai souris. Des réponses, parfois j'en ai, parfois je n'en ai pas. Et là, je ne savais pas trop quoi dire, alors je le laissais vider son sac.

Mais lorsqu'on pose une question, souvent ce que l'on attend, ce n'est pas réellement une réponse ma petite Naya. Heu ... La narratrice, ce n'était pas Naya, depuis le deuxième paragraphe ? Je crois que je me suis un peu perdu en cours de route ^^' Ce qu'on attend c'est nous, notre reflet au détour d'un verre de Fanta coupé à l'eau, comme Lucas ce soir. C'est de se prendre en pleine figure ce truc qu'on n'a pas envie de se dire à soi, n'est-ce pas ? Ce n'est pas un ami, ce n'est pas une oreille que l'on désire mais un miroir criant d’une réalité hypocrite et complaisante.

Quand on rentre, on parle, on rit, on se dit des bêtises comme d'habitude. On arrive au croisement. Il me fait poliment la bise, je passe un bras autour de son épaule et je le serre furtivement. « Bonne soirée ». Il fait frais, et lorsque j'arrive le comité d'accueil à l'entrée de la cité est toujours là, à sa bonne place. J'arrive à la maison tout est calme, maman dort déjà. J'ouvre la porte de ma chambre, mon téléphone sonne.

Allô ?
C'est moi.
Quelque chose ne va pas ? Pourquoi tu m'appelles si tard ?
Je dois partir, je suis en bas de chez toi, je voulais te dire au revoir avant...
Partir où, pour faire quoi ? Je comprends pas, qu'est ce que tu racontes ?
Descends s'il te plaît.


Je raccroche. Il avait l'air tellement préoccupé. Qu'est ce qui a bien pu arriver ? Dis donc, je joue à SOS amis en détresse malgré moi ce soir.

Naya n'a aucune idée de ce qu'elle fait. Et lorsqu'elle son Problème avec ce passage, il manque sans doute un mot image se profile au loin, Damien Personnage qu'on n'a pas aperçu jusqu'ici je crois, lui, sourit intérieurement.

Elle arrive. C'est quand même dingue qu'elle veuille bien me parler après tout ce qui s'est passé cette année. Parfois je me demande si elle m'aime. Sa façon d'être constamment positive, gentille même quand je sens qu'elle a juste envie de m'étriper tout au fond. Est ce que c'est un volcan qui dort où est-ce sa vraie nature ?

Alors qu'est ce qui se passe ?
Avec mes parents, ça a pété, j'ai pris toutes mes affaires et je pars ce soir.
Mais ça va pas ? Qu'est ce qui s'est passé ?
Et si on allait s'asseoir quelque part pour parler ?
Il est plus de 23h00 tu sais … et je reviens déjà du faux KFC.
S'il te plaît, juste aujourd'hui, promis je ne t'embêterai plus après.

J'aime pas dire non. Je devrais faire une cure de non. 20 « non », 3 fois par jour. Une thérapie du non. Je suis certaine qu'il le sait.

Ok. Mais pas trop longtemps d'accord ?

Il sourit.

Où est ce qu'on va, tout est fermé à cette heure-ci ?
T'en fais pas je connais un endroit, fais moi confiance.
J'aime pas quand tu me demandes de te faire confiance...

On roule. Au bout d'une demie-heure je commence à me plaindre.

Il est minuit et demi, et j'ai soif avec tes histoires.
Je savais que t'allais dire ça, j'ai une bouteille de jus dans mon sac à dos prends-en ! Ouhla, ça part sur de mauvais rails, ou alors j'ai un esprit débridé.

Tout va mieux quand on a plus soif. Loul Je mets de la musique, je chante par dessus, je commence à faire la folle. « Calme-toi Naya qu'est ce qui t’arrive ? » « Rien je suis contente, je ne sais pas pourquoi mais je suis vraiment contente ».

Je ne sais pas ce qu'il s'est passé ce soir là, mais ce matin lorsque je me suis réveillée, tout était étrangement blanc autour de moi. Et cette odeur. L'hôpital. Maman était endormie juste à côté de moi. Je sens mon cœur qui lâche. Une infirmière passe, je veux parler, mais je n'y arrive pas. Aucun mot ne sort, je suis comme enfermée dans mon propre corps. Où est Damien ? Conclusion : Une nouvelle sympathique que je n'aurais pas compris du début à la fin, juste au milieu, le passage au KFC, où les choses se sont stabilisées avant de s'orienter dans un peu toutes les directions à la fin. Profusion de lieux : KFC, la cité, la voiture, l'appart' ... Et de personnages qui ne sont pas toujours introduits clairement : Damien, Lucas, Naya ... Je me suis perdu dans tout cela ! Selon moi, tu devrais 1) éclaircir cette nouvelle, c'est-à-dire expliquer les choses, pas forcément le principe du KFC mais les relations entre les personnages et 2) l'allonger encore, il ne faut pas avoir peur de faire trop long, surtout pour ce texte qui semble se construire et s'imbriquer dans un univers plus développé qu'il en a l'air, puisque les personnages passent comme si tu les connaissais depuis longtemps ... Mais pas les lecteurs ! Donc, plus de clarté. Au niveau du style, je ne te reprocherai rien, tu sais décrire vivement les actions et accorder de l'importance à celles qui font avancer l'intrigue, et parfois tu as de très jolies phrases qui sortent de ta plume, comme il y en a d'autres qui sont plutôt boiteuses. Enfin, cette nouvelle n'est pas parfaite mais elle est quand même très bonne, et puis tu es ici pour t'améliorer tout en partageant, nous t'y aiderons comme tu nous y aideras, donc profite bien de ton séjour !
Revenir en haut Aller en bas
Silenuse

avatar

Masculin Balance Messages : 1797
Date d'inscription : 03/06/2015
Localisation : Derrière un pouet
Humeur : pouet

MessageSujet: Re: La fugue   Dim 26 Juin 2016 - 16:18

Mara a écrit:
Journée ennuyeuse pour Naya, point hormis ses devoirs, elle n'avait rien fait de particulier. Il y' pas d'apostrophe avait bien ce jeune homme qui lui avait souri à la fac. Au fond, ça lui faisait plaisir, mais elle était bien trop fière pour se l'avouer. Pendant ce temps là, Karine et Élodie s'étripaient. Les travaux de groupe, une vraie plaie. Pour une fois, elle ne participait pas au débat, complètement absorbée par son téléphone.

Il voulait me parler. A ses 50 sms aujourd'hui, le sens de cette phrase n'est pas clair, mais je crois que tu as voulu dire quelque chose comme "A la vue de ses 50 sms..." si je ne me trompe pas (ne me traitez pas d'éléphant...) j'ai supposé que ça n'allait peut – être pas comme il le voulait.



Le moment Mise en page

HEY
Tu veux une mise en page qui déchire ?
Utilise des tirets simples pour les mots composés comme "peut-être" ou "non-initiés" !
Les tirets que tu utilises sont des tirets cadratins, qu'on utilise généralement pour les dialogues !
Wala.

C'était le moment Mise en page




Le soir venu, on se rejoint à la gare. Oulà, ça passe au passé, fais gaffe ! On arrive jusqu'à une sorte de KFC. Pour les non – initiés, le Kentucky Fried Chicken, c'est une chaîne de restauration rapide (fast-food) où on sert des recettes (des menus frites Tropico) à base de poulet frit avec une épaisse couche de chapelure (des maladies cardio-vasculaires en seau). Le KFC virgule malgré tout virgule c'est bon. Les KFC contrefaits sauce ghetto virgule c'est autre chose. Je passe le pas de la porte, je sens l'odeur de l'huile bientôt à la retraite, de ce fameux poulet, et je me dis « oh non ! ». Mon ami veut s'asseoir à table et parler, je suis là pour ça, alors je ne pense à rien et prends une barquette de frites. Le plateau à la main, un cafard passe, je défaillis. Chouette phrase Je veux mon sac à main en face de moi. En cas d'attaque rampante contre lui, je pourrais plus facilement compter les ennemis. Un peu de sauce algérienne pour mes frites, du Bruno Mars, et mon cœur reprend un rythme normal. They got nothing on you baby. Les frites sont chaudes, c'est agréable en faim fin, sauf si c'est un calembour, mais celui-ci serait malheureux... de compte. Il parle. Il lâche quelque mots puis des phrases, puis des anecdotes, puis des discours. Je l'accuse de noircir le tableau. La  frite de trop, je commence à me sentir barbouillée, mais j'ai commandé alors je termine, Des points de suspension ? c: foutue habitude. Il n'en reste plus tant que ça.

Ce qui pousse Lucas à se confier de la sorte à elle ? Qui sait ? Tout les séparaient pourtant, ils n'avaient rien vécu de similaire, ni même ensemble. Leur rencontre était le pur fruit du hasard, et comme tant d'autres avant lui, il avait décidé de se faire de la jeune femme une amie, sûrement séduit par sa naïveté toute enfantine. Elle se donne du mal, elle le conseille. Dans sa façon d'être opaque, de volontairement faire des omissions, elle a parfois la sensation de comprendre la valeur des silences qu'il emploie. Même s'il n'en n'est rien, cet homme étant Nooooon, pas un participe présent là, ça alourdit teeeeellement ta phrase Wiii un mystère a plus d'un égard. De demi-pauses en soupirs, tout ce qui se jouait prend son sens en la présence des deux employés qui se trouvaient là et de leur cortège rampant. La carte de la problématique. Les nationales de soucis, les autoroutes vers les orages. Les chemins de terre ensoleillés et agréables qu'on oublie toujours d'indiquer sur la carte. De loin, les deux amis avait l'air passionné par leur discussion. Que disaient -ils ? Des banalités sur l'amour, sous forme de métaphores automobiles. On oublie quand le réservoir était plein, on reste scotché devant l'icône rouge statique qui indique le manque d'essence. Science de l'essence amoureuse n'est rien sans conscience de l'échec. Jouer, c'est risquer de perdre, mais pas forcément ce à quoi on pense. Juliette avait menti, mais Roméo n'était qu'un imposteur. Une vie en nuances de gris. C'est de cela dont parlait Lucas, mais pensait-il vraiment que Naya pouvait le comprendre ? Malraux ? Malraux, c'est toi ? J'ai VRAIMENT l'impression de lire du style Malraux AHDE Et j'aime le style Malraux AHDE

A quoi tu penses ? A la prochaine étape ? A ce que tu feras demain ? Quand tu dors, qu'est ce qui te hante ? De quoi as-tu peur? Je n'ai rien dit de tout cela bien entendu. J'ai écouté, j'ai souris. Des réponses, parfois j'en ai, parfois je n'en ai pas. Et là, je ne savais pas trop quoi dire, alors je le laissais vider son sac.

Mais lorsqu'on pose une question, souvent ce que l'on attend, ce n'est pas réellement une réponse ma petite Naya. Ce qu'on attend c'est nous, notre reflet au détour d'un verre de Fanta coupé à l'eau, comme Lucas ce soir. C'est de se prendre en pleine figure ce truc qu'on n'a pas envie de se dire à soi, n'est-ce pas ? Ce n'est pas un ami, ce n'est pas une oreille que l'on désire mais un miroir criant d’une réalité hypocrite et complaisante.

Quand on rentre, on parle, on rit, on se dit des bêtises comme d'habitude. On arrive au croisement. Il me fait poliment la bise, je passe un bras autour de son épaule et je le serre furtivement. « Bonne soirée ». Il fait frais, et lorsque j'arrive virgule le comité d'accueil à l'entrée de la cité est toujours là, à sa bonne place. J'arrive à la maison "et" ou point tout est calme, maman dort déjà. J'ouvre la porte de ma chambre, mon téléphone sonne.

Allô ?
C'est moi.
Quelque chose ne va pas ? Pourquoi tu m'appelles si tard ?
Je dois partir, je suis en bas de chez toi, je voulais te dire au revoir avant...
Partir où, pour faire quoi ? Je comprends pas, qu'est ce que tu racontes ?
Descends s'il te plaît.


Je raccroche. Il avait l'air tellement préoccupé. Qu'est ce qui a bien pu arriver ? Dis donc, je joue à SOS amis en détresse malgré moi ce soir.

Naya n'a aucune idée de ce qu'elle fait. Et lorsqu'elle son image se profile au loin, Damien, lui, sourit intérieurement.  Attends... qui est le narrateur ? J'ai pas compris Question Je me suis mélangé dans les personnages, je crois...

Elle arrive. C'est quand même dingue qu'elle veuille bien me parler après tout ce qui s'est passé cette année. Parfois je me demande si elle m'aime. Sa façon d'être constamment positive, gentille même quand je sens qu'elle a juste envie de m'étriper tout au fond. Est ce que c'est un volcan qui dort où est-ce sa vraie nature ?

Alors qu'est ce qui se passe ?
Avec mes parents, ça a pété, j'ai pris toutes mes affaires et je pars ce soir.
Mais ça va pas ? Qu'est ce qui s'est passé ?
Et si on allait s'asseoir quelque part pour parler ?
Il est plus de 23h00 tu sais … et je reviens déjà du faux KFC.
S'il te plaît, juste aujourd'hui, promis je ne t'embêterai plus après.

J'aime pas dire non. Je devrais faire une cure de non. 20 « non », 3 fois par jour. Une thérapie du non. Je suis certaine qu'il le sait.

Ok. Mais pas trop longtemps d'accord ?

Il sourit.

Où est ce qu'on va, tout est fermé à cette heure-ci ?
T'en fais pas je connais un endroit, fais moi confiance.
J'aime pas quand tu me demandes de te faire confiance...

On roule. Au bout d'une demie-heure virgule je commence à me plaindre.

Il est minuit et demi, pas de virgule et j'ai soif avec tes histoires.
Je savais que t'allais dire ça, j'ai une bouteille de jus dans mon sac à dos prends-en !

Tout va mieux quand on a plus soif. Je mets de la musique, je chante par dessus, je commence à faire la folle. « Calme-toi Naya qu'est ce qui t’arrive ? » « Rien je suis contente, je ne sais pas pourquoi mais je suis vraiment contente ».



[/color]
Le moment Mise en page

HEY
Tu veux une mise en page qui déchire ?
Sois régulier avec l'utilisation des guillemets ! Soit tu mets partout les même, soit tu n'en mets pas, soit tu marques précisément les différences qui font que tu utilises deux sortes de guillemets.
Wala.

C'était le moment Mise en page





Je ne sais pas ce qu'il s'est passé ce soir là, mais ce matin lorsque je me suis réveillée, tout était étrangement blanc autour de moi. Et cette odeur. L'hôpital. Maman était endormie juste à côté de moi. Je sens mon cœur qui lâche. Une infirmière passe, je veux parler, mais je n'y arrive pas. Aucun mot ne sort, je suis comme enfermée dans mon propre corps. Où est Damien ?

Pas mal de choses à dire sur ce début !
D'abord, la concordance des temps. Tu te balades entre le passé et le présent, ce qui est maladroit. Choisis un temps entre le passé et le passé, et écris au passé.
Pourquoi le passé ?
J'avoue que si tu mettais tout à la troisième personne et au passé, ça rendrait ta narration très élégante !
Mis à part ça, c'est un début intéressant et on aimerait savoir où tu nous mènes ! L'écriture est assez sombre, mais efficace. Néanmoins, tu pourrais gagner à jouer sur les mots, les sons, les phrases pour donner davantage de mordant à ton style et à ton histoire !
Voilà, je ne veux que la suite !
(J'ai galéré pour mettre en page cette connerie u_u)

------------------------------------------------------------------------------------------------
pouet




Ah oui, j'écris des trucs aussi
Tutos : Versification & Rythme
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La fugue   Dim 26 Juin 2016 - 19:12

rendeer


Dernière édition par Mara le Sam 27 Aoû 2016 - 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La fugue   Ven 1 Juil 2016 - 22:32

rendeer
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La fugue   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fugue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: