Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le prisonnier de Nightstone [TP]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Alwine
Sage des Esprits Codeurs et Graphistes
avatar

Féminin Scorpion Messages : 304
Date d'inscription : 25/05/2016

MessageSujet: Le prisonnier de Nightstone [TP]   Dim 26 Juin - 22:27

Hej !

La correction de ma première nouvelle trainant un peu suite aux précédents commentaires, j'ai décidé de commencer à poster ma 2ème nouvelle du projet Bradbury. Cependant, comme j'essaye de prendre en compte les critiques que j'ai reçu sur mon autre texte, je ne vais pas tout poster d'un coup : j'ajouterai les parties au fur et à mesure de ma correction (une tous les deux-trois jours j'espère, cela ne devrait pas être très long).

Merci d'avance pour votre lecture !

Le tag pour retrouver mes textes : #TextesDAlwine


LE PRISONNIER DE NIGHTSTONE




Projet Bradbury - Nouvelle 2




Fay marchait à grandes enjambées vers sa destination. Elle avait été convoquée la veille par son supérieur à la Garde vampire, qui lui avait remis un ordre de mission pour le moins ennuyant.
Garder personnellement un détenu dans la prison humaine de Nightstone jusqu'à ce qu'il se décide à coopérer avec les autorités
La vampire avait grimacé en lisant ces lignes : elle détestait aller faire son service dans une prison humaine – notamment à cause des tentations. Aucun suceur de sang allant côtoyer des humains n’avait le droit de les goûter, même pas aux condamnés à mort, afin de ne pas éveiller les soupçons. Malgré le temps écoulé, chacun se souvenait encore vivement de la Grande Extermination durant le Moyen-Âge dont les humains avaient été les instigateurs et de ce fait, le Gouvernement vampire condamnait chaque contrevenant à mourir de faim en le sevrant de sang. Sans exception.
De plus, lors de son retour au dortoir commun, ses camarades avaient toutes ricanées et s’étaient moquées d’elle. Fay n’était pas très appréciée malgré ses états de service impeccables. La concurrence était rude au sein de la Garde pour les femmes et l’esprit d’équipe n'était pas vraiment présent. De plus, elle ne correspondait pas au physique de rêve qu’arboraient la plupart du temps les vampires femelles et qu’on lui reprochait fréquemment. Petite et obèse, Fay avait les cheveux noirs bouclés coupés courts et les yeux de la même couleur, contrastant fortement avec les longs cheveux lisses et argentés de ses compatriotes ainsi que leur silhouette élancée.
Malgré le désagrément de sa nouvelle mission, Fay se sentait délivrée de Soulagée d’être enfin partie de l’atmosphère étouffante de la Garde, Fay huma l’air frais de la nuit. Celui-ci, chargé de particules de pollution et d’odeurs de pots d’échappement, lui indiquait également la présence des humains non loin de là. La prison de Nightstone était située en bordure d’une petite ville, à côté d’une forêt touffue et sombre. Fay sourit : elle pourrait au moins se défouler durant ses heures de repos. Le bâtiment, bien plus petit que les prisons traditionnelles, était gris et sinistre à souhait. On pouvait presque sentir le désespoir et le désespoir des prisonniers tant le cadre était désolant. Des barbelés hérissant le haut des murs ajoutait un obstacle supplémentaire dans l’hypothèse où un prisonnier serait assez fou pour tenter de s’évader. Pourtant, l’hiver réussissait à apporter de la féérie à la prison : des résidus de neige pendaient encore des filins de métal et des stalactites ornaient certaines extrémités du toit.
Quelques dizaines de pas plus tard, la vampire se retrouva devant les portes du bâtiment, impeccablement entretenues et hermétiquement closes. Son regard fut attiré par un interphone dont les touches étaient usées par le temps et les visiteurs. Après avoir soigneusement rajusté ses boucles de cheveux noirs dissimulant ses oreilles bien trop pointues pour être humaines, Fay sonna.
- C’pour quoi ? demanda immédiatement une voix d’homme grave.
- Je suis Fay Rosenberg, la nouvelle gardienne de prison envoyée en renfort par le gouvernement.
Ce n’était pas tout à fait exact mais le Gouvernement vampire avait entendu que cette prison là en particulier avait besoin de renforts nocturnes pour garder tous les prisonniers. Il avait jugé que c’était l’endroit le plus sûr pour faire garder leur prisonnier récalcitrant, d’autant plus que la prison était fort isolée.
- C’n’est pas trop tôt, marmonna l’homme avant de taper quelque chose sur un clavier. Les portes vont s’ouvrir. Présentez-vous au chef Kowai pour prendre vos instructions.


TO BE CONTINUED

La V0:
 


Dernière édition par Alwine le Lun 27 Juin - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
helio

avatar

Masculin Lion Messages : 165
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: Re: Le prisonnier de Nightstone [TP]   Lun 27 Juin - 2:54

C'est repartit pour un tour. Je sens que je vais suivre de près ce projet bradbury.

@Alwine a écrit:
Hej !

La correction de ma première nouvelle trainant un peu suite aux précédents commentaires, j'ai décidé de commencer à poster ma 2ème nouvelle du projet Bradbury. Cependant, comme j'essaye de prendre en compte les critiques que j'ai reçu sur mon autre texte, je ne vais pas tout poster d'un coup : j'ajouterai les parties au fur et à mesure de ma correction (une tous les deux-trois jours j'espère, cela ne devrait pas être très long). Y a pas mieux pour progresser, de la pression mais pas trop ^^

Merci d'avance pour votre lecture !

Le tag pour retrouver mes textes : #TextesDAlwine


LE PRISONNIER DE NIGHTSTONE




Projet Bradbury - Nouvelle 2




Fay marchait à grandes enjambées vers sa destination. Elle avait été convoquée la veille par son supérieur à la Garde vampire, qui lui avait remis un ordre de mission pour le moins ennuyant.
Garder personnellement un détenu dans la prison humaine de Nightstone jusqu'à ce qu'il se décide à coopérer avec les autorités vampires vampirique ne serait pas mieux?.
La vampire ça fait un peu beaucoup, ^^avait grimacé en lisant ces lignes : elle détestait aller faire son service dans une prison humaine – notamment à cause des tentations. Aucun vampire allant côtoyer des humains n'avait le droit de les goûter, même pas aux "ceux" et plus juste condamnés à mort, afin de ne pas éveiller les soupçons. Chaque vampire se souvenait de la Grande Extermination durant le Moyen-Âge à cause des humains c'est mal formulait mais l'idée est pas mal, à revoir. et de ce fait, le Gouvernement vampire Mais tu vas arreter oui!! :) condamnait chaque contrevenant à mourir de faim en le sevrant de sang. Sans exception.

Lors de son retour au dortoir commun, ses camarades de la Garde avaient ricané et s'étaient moquées d'elle. Fay n'était pas très appréciée malgré ses états de service impeccables. La concurrence était rude au sein de la Garde vampire pour les femmes et l'esprit d'équipe n'était pas vraiment présent. Pour couronner le tout, elle était loin de correspondre au physique de rêve qu'arboraient la plupart du temps les vampires femelles et qu'on lui reprochait fréquemment Original, tu sors des sentiers battus. Petite et obèse, Fay avait les cheveux noirs bouclés coupés courts et les yeux de la même couleur, contrastant fortement avec les longs cheveux lisses et argentés des autres vampires ainsi que leur silhouette longiligne Il y a mieux comme mot, élancé par exemple.

Soulagée d'être enfin partie Reprend-toi Alwine, c'est mal formulé, je te laisse chercher de meilleur moyen d'exprimer son envie de quitter cette atmosphère dont tu parles de l'atmosphère étouffante de la Garde, Fay huma l'air frais de la nuit. Celui-ci, chargé de particules de pollution et d'odeurs de pots d'échappement, lui indiquait également la présence des humains non loin de là. La prison de Nightstone était située en bordure d'une petite ville, à côté d'une épaisse forêt touffue soit épaisse soit touffue car les deux exprime la même chose donc tu te répète, supprimes-en un et sombre. Fay sourit : elle pourrait au moins se défouler durant ses heures de repos. Le bâtiment était gris et des barbelés ornaient Mouais le haut de chaque mur afin d'empêcher que ce "que" alourdit trop la phrase, essaye une autre formulation les prisonniers ne s'en échappent. Des résidus de neige pendaient encore des filins de métal, apportant un peu de magie à la prison et la rendant Limite l'utilisation des participes, utilise les comme des joker car on finit par en abusé et ton texte peut devenir monotone presque plus belle que d'ordinaire. Quelques dizaines de pas plus tard, la vampire se retrouva devant de gigantesques portes impeccablement entretenues et hermétiquement closes. Son regard fut attiré par un interphone et Fay sonna après avoir rajusté soigneusement inverse les deux mots ^^ses boucles de cheveux noirs dissimulant ses oreilles bien trop pointues pour être humaines.

- C'pour quoi ? demanda immédiatement une voix d'homme grave.
- Je suis Fay Rosenberg, la nouvelle gardienne de prison envoyée en renfort par le gouvernement, dit la vampire. inutile on sait que c'est elle qui parle ici.
Ce n'était pas tout à fait exact mais le Gouvernement vampire avait entendu que cette prison là en particulier avait besoin de renforts nocturnes pour garder tous les prisonniers. Il avait jugé que c'était l'endroit le plus sûr pour faire garder leur prisonnier récalcitrant, d'autant plus que la prison était fort isolée.
- C'n'est pas trop tôt, marmonna l'homme avant de taper quelque chose sur un clavier. Les portes vont s'ouvrir. Présentez-vous au chef Kowai pour prendre vos instructions.


TO BE CONTINUED

Bon bah j'ai chipoté à mort ^^ j'espère que ça t'aideras et on attend la suite. prison d'humain gardé par des vampires.. l'idée me plait beaucoup.

Bon courage!
Revenir en haut Aller en bas
Alwine
Sage des Esprits Codeurs et Graphistes
avatar

Féminin Scorpion Messages : 304
Date d'inscription : 25/05/2016

MessageSujet: Re: Le prisonnier de Nightstone [TP]   Lun 27 Juin - 10:12

Merci d'avoir chipoté à mort Helio ^^ C'est toujours dur de prendre du recul et j'avoue que là, j'ai fais fort avec les répétitions de "vampires" à tout bout de champ Laughing (je n'avais et n'ai toujours pas trouvé de "nom" pour le Gouvernement ni la Garde, ce qui fait qu'il va falloir que je reformule pas mal de phrases pour virer du "vampire"). Ah, les participes ! Je pensais en avoir viré quelques uns, mais pas assez visiblement.
Concernant la prison, il s'agit d'une prison humaine car les vampires de ma nouvelle ont peur qu'avoir trop de bâtiments à eux n'attirent l'attention des humains (une partie de leur population était déjà là lors de la Grande Extermination et ça n'aide pas niveau paranoia). Ils sont en revanche très doués pour manipuler les humains, ce qui fait que le prisonnier en question a pu être installé là bas sans éveiller de soupçons.

Je vais corriger tout ça grâce à tes premiers retours et j'espère éviter de faire les mêmes bêtises durant les prochaines parties. En revanche, il ne faudra pas s'attendre à quelque chose d'hyper creusé non plus, j'ai écris cette histoire en 2 semaines sur mon maigre temps libre x)

Je te remercie chaleureusement pour ton retour !
Revenir en haut Aller en bas
Alwine
Sage des Esprits Codeurs et Graphistes
avatar

Féminin Scorpion Messages : 304
Date d'inscription : 25/05/2016

MessageSujet: Re: Le prisonnier de Nightstone [TP]   Lun 27 Juin - 21:35

Double post, mais c'est pour la bonne cause : j'ai continué de corriger la suite, ce qui fait que j'ai à nouveau de quoi poster ! En espérant que ça plaira :)


LE PRISONNIER DE NIGHTSTONE




Projet Bradbury - Nouvelle 2 - Partie 2




Le chef Kowai était un homme grand et fort, des muscles d’acier se dessinant sous son uniforme bleu foncé. Le regard franc et les cheveux coupés très courts, il dégageait une autorité qui n’admettait aucune contestation. Lorsque Fay entra dans son bureau, l’homme la jaugea d’un œil surpris. Visiblement, il s’attendait pas à avoir des renforts sous la forme d’une femme obèse et n’ayant physiquement pas l’air d’avoir suivi d’entrainement pour maîtriser des prisonniers.
- Bienvenue Rosenberg, dit-il avant de lui serrer la main.
Certain d’être face à une aimable plaisanterie, Kowai tenta de lui broyer la main afin de lui montrer qui était le plus fort. Cependant, il ignorait que Fay était une vampire et qu’elle était, de ce fait, beaucoup plus forte que lui. S’il s’était mis en tête de la défier au bras de fer, ses muscles pourtant bien entrainés n’auraient pas résisté deux minutes. L’homme eut un battement de paupières surpris lorsqu’il vit que la petite femme obèse avait la même poigne que lui, mais décida sagement de ne faire aucun commentaire. Fay voyait presque les rouages dans son cerveau tourner et lui dire que malgré son physique atypique, il l’avait sans doute jugée trop vite. Le directeur de la prison lui désigna alors la chaise en face de son bureau, sur laquelle la vampire s’assit avec un léger craquement. Même si ces formalités l’ennuyaient – elle avait déjà eu plusieurs occasions de venir surveiller des prisonniers dans des endroits remplis d’humains durant ses années d’existence en tant que vampire, elle fit mine d’écouter poliment.
Après un petit discours dénué d’intérêt d’environ une demi-heure sur l’organisation de la prison et le fonctionnement des rondes, Kowai regarda la liste des prisonniers posée devant lui avant de tapoter le nom de l’un d’entre eux. Fay savait que même si les vampires pouvaient influencer les décisions des humains pour faire ce qu’ils voulaient, il n’était pas rare que ces derniers ne fassent pas ce qui leur avait été demandé.
- Vous aurez la charge de garder personnellement Jean Desmarais, un prisonnier arrivé récemment ici, poursuivit-il en relevant la tête. Il s’agit d’un prisonnier assez important d’après ce que l’on m’a dit et il serait mauvais pour votre CV qu’il ne parvienne à s’échapper. Il est dans la cellule 148, située au niveau de l’aile ouest. Si vous n’avez pas de questions, allez voir Ama pour récupérer votre uniforme. Ensuite, je veux que vous soyez devant sa cellule jusqu’à la fin de votre service.
Heureusement pour elle, ses supérieurs de la Garde avaient fait du bon travail et il s’agissait bien du nom qu’on lui avait donné juste avant qu’elle n’arrive à Nightstone. Fay acquiesça docilement une fois de plus et prit congé, tout en traitant mentalement Kowai d’imbécile. Il agissait comme si elle ne connaissait pas le boulot ingrat de gardien de prison et c’était particulièrement déplaisant.
Après avoir fait un détour pour récupérer et enfiler son nouvel uniforme auprès d’Ama, une grande femme noire au caractère exubérant, elle prit la direction de la cellule 148. Les couloirs blancs et dépourvus de personnalité la firent grimacer : même si elle avait l’habitude de ce type de mission, elle préférait les endroits beaux et colorés. Un souvenir d’une de ses missions au Mexique, malgré le danger permanent du soleil qui pouvait la tuer, la fit soupirer d’envie avant que Fay ne le chasse de son esprit. Passer plusieurs mois, voire années, ici jusqu’à ce que le prisonnier craque et accepte de coopérer avec le Gouvernement n’avait rien de réjouissant et cela ne servait à rien de se démoraliser maintenant en pensant à des missions agréables. Elle poursuivit sa route en direction des profondeurs de la prison.
Chemin faisant, elle rencontra un garde à une des nombreuses portes de sécurité et lui demanda où se trouvait la cellule 148 afin de pouvoir s’orienter. Un instant interloqué devant son physique atypique, celui-ci éclata d’un rire gras.
- Vous êtes la nouvelle recrue ? demanda-t-il, hilare. Je vous souhaite bien du courage pour garder ce type !
- Pourquoi ? demanda Fay, intriguée.
- Il est complètement maboul, dit le garde en hochant la tête. Plusieurs collègues ont eu à le garder avant votre arrivée et il n’a pas arrêté de leur parler de transformation, de vampire et d’erreur judiciaire. Ce n’était pas une partie de plaisir, croyez-moi. Enfin, vous devriez vous en sortir ma bonne dame. Si jamais vous avez un problème, appelez-moi et je me ferai un plaisir de vous aider. Je m’appelle David.
Ses yeux louchèrent sur l’imposant décolleté de Fay, lui faisant venir aux lèvres un sourire plein de fossettes. Même dans un endroit pareil, il restait des hommes obsédés par les attributs féminins et incapables de penser qu’elles étaient capables de se débrouiller toutes seules. Néanmoins, cette attention restait flatteuse car bon nombre d’humains lui suggéraient plutôt d’aller faire un régime.
- Enchantée David, répondit-elle. Je suis Fay.
David lui offrit son plus charmant sourire avant de lui ouvrir la porte. Les couloirs se ressemblaient toujours, mais la vampire sentait qu’elle descendait vers les cellules les plus froides et les mieux gardées de la prison. La lumière artificielle fournie par les ampoules, puisque les fenêtres autorisées étaient trop petites pour éclairer suffisamment les couloirs, rendait l’endroit assez glauque. Des lamentations de prisonniers à intervalles réguliers résonnaient dans le couloir. Fay ne broncha pas car il y avait infiniment pire au sein de la Garde, mais l’atmosphère n’était pas des plus agréables. Un agréable fumet de sang lui parvint en passant devant certaines cellules, la faisant saliver.
Elle arriva enfin devant la cellule 148 après avoir franchi une dernière sécurité. Celle-ci comportait une porte métallique peinte en noire comportant le numéro en blanc, bien visible, et était surveillée par deux caméras. Fay hésita une seconde : elle avait reçu l’ordre de vérifier dès son arrivée si Jean Desmarais était prêt à coopérer avec le Gouvernement afin d’écourter la mission le plus rapidement possible, mais elle n’était pas sûre de ce qu’elle allait trouver à l’intérieur de la cellule. Même si le prisonnier était un vampire, elle avait déjà vu certains compatriotes se suicider à l’aide d’un pieu ou s’être totalement desséchés à cause du manque de sang, car ceux-ci ne recevaient pas de nourriture tant qu’ils ne se pliaient pas à la volonté du Gouvernement. Ce n’était pas un spectacle qu’elle souhaitait voir, le résultat étant particulièrement horrible.
Après avoir chassé de son esprit ces appréhensions qu’elle trouvait ridicules, Fay se composa une mine sévère et déverrouilla la porte après avoir frappé à la porte. La cellule était petite et ne possédait aucune fenêtre. L’unique source de lumière provenait d’une petite lampe cabossée. Le mobilier était des plus dépouillés : une table en métal sur laquelle se trouvait la source de lumière, une chaise et une couche à l’air peu confortable. Un homme de grande taille et maigre y était allongé, probablement Jean Desmarais. Malgré le sevrage du sang, il avait l’air toujours en forme bien que fatigué. Celui-ci se redressa en sursaut, un livre usé de biologie avancée entre les mains. Les yeux vifs derrière de fines lunettes en métal, il foudroya Fay du regard.
- Qui êtes-vous ? demanda-t-il, sa voix hargneuse possédant un accent français prononcé. Vous ne savez pas qu’il faut frapper avant d’entrer ?
- Je vous demande pardon ? répliqua-t-elle, piquée au vif. J’ai frappé à la porte, à vous de prêter attention. Quand à votre première question, j’ai été assignée à la surveillance de votre cellule. Je me nomme Fay Rosenberg.
- Encore un autre, marmonna Desmarais dédaigneusement avant de se pincer l’arête du nez. Et en plus, ils s’amusent à m’envoyer des gardes en surcharge pondérale pour se moquer de moi parce que je les ai trop harcelés avec mes histoires…
Fay claqua la porte de la cellule sèchement.
- Garder vos commentaires pour vous Monsieur Jean Desmarais, grogna-t-elle. Maintenant que vous connaissez mon nom, passons aux choses sérieuses. J’ai été dépêchée ici concernant votre refus de coopérer avec le Gouvernement vampire. Avez-vous reconsidéré l’offre proposée durant votre présence ici ?
Le regard de l’intellectuel se chargea de dégoût et ses lèvres se retroussèrent, dévoilant des canines un peu plus pointues que celles des humains. Cependant, elles étaient loin d’être semblables à celles de Fay. Intriguée par cette différence (se pouvait-il que certains de ses compatriotes aient des carences leur cassant les canines ?), elle ne prit pourtant pas le temps de s’étendre sur ce détail. Desmarais posa le livre à côté de lui et la dévisagea avec fureur.
- Vous êtes des leurs, grimaça-t-il en la regardant comme si elle s’était transformée en quelque chose de particulièrement répugnant. Non, je refuse toujours de coopérer avec votre Gouvernement. Leurs conditions sont inadmissibles.
- Le Gouvernement travaille toujours dans l’intérêt des vampires, rétorqua Fay d’un ton acide. C’est vous qui faites une erreur en refusant de comprendre leur démarche. J’espère pour vous que vous n’avez pas faim car j’ai reçu l’ordre de ne pas vous donner de sang jusqu’à ce que vous coopériez.
- Allez au diable avec votre sang humain ! s’écria Desmarais. Je n’en veux pas !
- Comme vous voudrez.
Fay tourna les talons et verrouilla la porte de la cellule avant de pousser un long soupir. Ce Desmarais était une véritable tête de mule ! Les possibilités de vacances dans un pays chaud s’étaient beaucoup amoindries suite à la conversation. La vampire repensa alors à la véhémence du prisonnier lorsqu’elle avait dit qu’il serait privé de nourriture jusqu’à son entière coopération. Il ne voulait pas être nourri ? Qu’est-ce que c’était que cette blague ? Elle avait également relevé une autre anomalie : sans parler de ses canines anormalement courtes, ses oreilles étaient trop rondes pour un suceur de sang. Ce n’était pas étonnant que les gardes humains n’avaient pas prêté attention à ses protestations, car il leur ressemblait trop pour qu’ils puissent tiquer. Le plus étrange était d’avoir parlé des vampires aux humains alors que chacun savait qu’il ne devait en parler sous aucun prétexte pour protéger la communauté. Qui pouvait bien être Jean Desmarais ?
Pensive, Fay retourna quelques hypothèses dans sa tête avant de hausser les épaules. Comme lui avait sagement conseillé son mentor à la Garde, moins elle se poserait de questions, mieux cela irait pour elle. Il valait mieux se convaincre qu’il était potentiellement fou. Après avoir pris note mentalement de remonter à son chef les paroles de Desmarais, Fay récupéra une petite bouteille en plastique de sa poche contenant sa friandise préféré, du sang d’humain asiatique, et la sirota jusqu'à la fin de son service.


TO BE CONTINUED

------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour retrouver mes textes : #TextesDAlwine
Revenir en haut Aller en bas
helio

avatar

Masculin Lion Messages : 165
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: Re: Le prisonnier de Nightstone [TP]   Mar 28 Juin - 0:26

@Alwine a écrit:
Double post, mais c'est pour la bonne cause : j'ai continué de corriger la suite, ce qui fait que j'ai à nouveau de quoi poster ! En espérant que ça plaira :) c'est pas vraiment un double post vu que c'est la suite ^^


LE PRISONNIER DE NIGHTSTONE




Projet Bradbury - Nouvelle 2 - Partie 2




Le chef Kowai était un homme grand et fort, des muscles d’acier se dessinant sous son uniforme bleu foncé. Le regard franc et les cheveux coupés très courts, il dégageait une autorité qui n’admettait aucune contestation description simple et efficace qui introduit très bien le personnage. Lorsque Fay entra dans son bureau, l’homme la jaugea d’un œil surpris. Visiblement, il s’attendait pas à avoir des renforts sous la forme d’une femme obèse et n’ayant physiquement pas l’air d’avoir suivi d’entrainement pour maîtriser des prisonniers.
- Bienvenue Rosenberg, dit-il avant de lui serrer la main.
Certain d’être face à une aimable plaisanterie, Kowai tenta de lui broyer la main afin de lui montrer qui était le plus fort. Cependant, il ignorait que Fay était une vampire et qu’elle était, de ce fait, beaucoup plus forte que lui. S’il s’était mis en tête de la défier au bras de fer, ses muscles pourtant bien entrainés n’auraient pas résisté deux minutes. L’homme eut un battement de paupières surpris lorsqu’il vit que la petite femme obèse avait la même poigne que lui, mais décida sagement de ne faire aucun commentaire. Fay voyait presque les rouages dans son cerveau tourner Ca c'esst le genre d'expression que je "kiff à mort" trop bien!! et lui dire que malgré son physique atypique, il l’avait sans doute jugée trop vite. Le directeur de la prison lui désigna alors la chaise en face de son bureau, sur laquelle la vampire s’assit avec un léger craquement Laisse le lecteur le comprendre, une fois la chaise désignée on comprend qu'elle s'y assoit, donc cette partie et superflue. Même si ces formalités l’ennuyaient – elle avait déjà eu plusieurs occasions de venir surveiller des prisonniers dans des endroits remplis d’humains durant ses années d’existence en tant que bouhou, t'étais si bien partie, c'est pas beau essaye de trouver mieux vampire, ici un point elle fit mine d’écouter poliment.
Après un petit discours dénué d’intérêt d’environ une demi-heure sur l’organisation de la prison et le fonctionnement des rondes, Kowai regarda la liste des prisonniers posée devant lui avant de tapoter le nom de l’un d’entre eux. Fay savait que même si les vampires pouvaient influencer les décisions des humains pour faire ce qu’ils voulaient, il n’était pas rare que ces derniers ne fassent pas ce qui leur avait été demandé.
- Vous aurez la charge de garder personnellement Jean Desmarais, un prisonnier arrivé récemment ici, poursuivit-il en relevant la tête. Il s’agit d’un prisonnier assez important d’après ce que l’on m’a dit et il serait mauvais pour votre CV qu’il ne parvienne à s’échapper mince, t'as vu comment il parle au vampire! il a pas froid aux yeux dis donc. Il est dans la cellule 148, située au niveau de ici "dans" est plus correct l’aile ouest. Si vous n’avez pas de questions, allez voir Ama pour récupérer votre uniforme. Ensuite, je veux que vous soyez devant sa cellule jusqu’à la fin de votre service.
Heureusement pour elle, ses supérieurs de la Garde avaient fait du bon travail et il s’agissait bien du nom qu’on lui avait donné juste avant qu’elle n’arrive à Nightstone. Fay acquiesça docilement une fois de plus et prit congé, tout en traitant mentalement Kowai d’imbécile. Il agissait comme si elle ne connaissait pas le boulot ingrat de gardien de prison et c’était particulièrement déplaisant.
Après avoir fait un détour pour récupérer et enfiler son nouvel uniforme auprès d’Ama, une grande femme noire au caractère exubérant, elle prit la direction de la cellule 148. Les couloirs blancs et dépourvus de personnalité la firent grimacer : même si elle avait l’habitude de ce type de mission, elle préférait les endroits beaux et colorés. Un souvenir d’une de ses missions au Mexique, malgré le danger permanent du soleil qui pouvait la tuer, la fit soupirer d’envie avant que Fay ne le chasse de son esprit. Passer plusieurs mois, voire années, ici la virgule après "ici" jusqu’à ce que le prisonnier craque et accepte de coopérer avec le Gouvernement n’avait rien de réjouissant et cela ne servait à rien de se démoraliser maintenant en pensant à des missions agréables. Elle poursuivit sa route en direction des profondeurs de la prison.
Chemin faisant, elle rencontra un garde à une des nombreuses portes de sécurité et lui demanda où se trouvait la cellule 148 afin de pouvoir s’orienter superflu. Un instant interloqué devant son physique atypique, celui-ci éclata d’un rire gras.
- Vous êtes la nouvelle recrue ? demanda-t-il, hilare. Je vous souhaite bien du courage pour garder ce type !
- Pourquoi ? demanda Fay, intriguée.
- Il est complètement maboul, dit le garde en hochant la tête. Plusieurs collègues ont eu à le garder avant votre arrivée et il n’a pas arrêté de leur parler de transformation, de vampire et d’erreur judiciaire. Ce n’était pas une partie de plaisir, croyez-moi. Enfin, vous devriez vous en sortir ma bonne dame. Si jamais vous avez un problème, appelez-moi et je me ferai un plaisir de vous aider. Je m’appelle David.
Ses yeux louchèrent sur l’imposant décolleté de Fay, lui faisant venir aux lèvres un sourire plein de fossettes. Même dans un endroit pareil, il restait des hommes obsédés par les attributs féminins et incapables de penser qu’elles étaient capables de se débrouiller toutes seules. Néanmoins, cette attention restait flatteuse car bon nombre d’humains lui suggéraient plutôt d’aller faire un régime.
- Enchantée ce mot casse un peu avec l'ambiance que tu as su installé David, répondit-elle. Je suis Fay.
David lui offrit son plus charmant sourire avant de lui ouvrir la porte. Les couloirs se ressemblaient toujours, mais la vampire sentait qu’elle descendait vers les cellules les plus froides et les mieux gardées de la prison. La lumière artificielle fournie par les ampoules, puisque les fenêtres autorisées étaient trop petites pour éclairer suffisamment les couloirs, rendait l’endroit assez glauque La tu as l'occasion de faire une description plus inintéressante et littéraire, profites-en. Des lamentations de prisonniers à intervalles réguliers résonnaient dans le couloir. Fay ne broncha pas car il y avait infiniment pire au sein de la Garde, mais l’atmosphère n’était pas des plus agréables. Un agréable fumet de sang lui parvint en passant devant certaines cellules, la faisant saliver. cooooll!
Elle arriva enfin devant la cellule 148 après avoir franchi une dernière sécurité. Celle-ci comportait une porte métallique peinte en noire comportant c'est pas très joli ça le numéro en blanc, bien visible, et était surveillée par deux caméras. Fay hésita une seconde : elle avait reçu l’ordre de vérifier dès son arrivée si Jean Desmarais était prêt à coopérer avec le Gouvernement afin d’écourter la mission le plus rapidement possible, mais elle n’était pas sûre de ce qu’elle allait trouver à l’intérieur de la cellule. Même si le prisonnier était un vampire, elle avait déjà vu certains compatriotes se suicider à l’aide d’un pieu un peu trop classique à mon gout mais pourquoi pas ou s’être totalement desséchés à cause du manque de sang, car ceux-ci ne recevaient pas de nourriture tant qu’ils ne se pliaient pas à la volonté du Gouvernement. Ce n’était pas un spectacle qu’elle souhaitait voir, le résultat étant particulièrement horrible.
Après avoir chassé de son esprit ces appréhensions qu’elle trouvait ridicules tu peux simplifier par "ces ridicules appréhensions" ^^, Fay se composa une mine sévère et déverrouilla la porte après avoir frappé à la porte elle a besoin d'une invite? nan la c'est pas cohérent. La cellule était petite et ne possédait aucune fenêtre. L’unique source de lumière provenait d’une petite lampe cabossée. Le mobilier était des plus dépouillés : une table en métal sur laquelle se trouvait la source de lumière, une chaise et une couche à l’air je ne crois pas qu'on puisse utilisé cette expression pour un objet, "à la mine peu.." à la rigueur peu confortable. Un homme de grande taille et maigre y était allongé, probablement Jean Desmarais. Malgré le sevrage du sang, il avait l’air toujours superflu en forme bien que fatigué. Celui-ci se redressa en sursaut, un livre usé de biologie avancée entre les mains. Les yeux vifs derrière de fines lunettes en métal, il foudroya Fay du regard.
- Qui êtes-vous ? demanda-t-il, sa voix hargneuse possédant un accent français prononcé. Vous ne savez pas qu’il faut frapper avant d’entrer ?
- Je vous demande pardon ? répliqua-t-elle, piquée au vif. J’ai frappé à la porte, à vous de prêter attention. Quand à votre première question, j’ai été assignée à la surveillance de votre cellule. Je me nomme Fay Rosenberg.
C'est un entretien d'embauche ou quoi? A revoir pour la cohérence je pense parceque il ne se comporte pas vraiment comme un prisonnier
- Encore un autre, marmonna Desmarais dédaigneusement avant de se pincer l’arête du nez. Et en plus, ils s’amusent à m’envoyer des gardes en surcharge pondérale pour se moquer de moi parce que je les ai trop harcelés avec mes histoires…
Fay claqua la porte de la cellule sèchement.
- Garder vos commentaires pour vous Monsieur Jean Desmarais, grogna-t-elle. Maintenant que vous connaissez mon nom, passons aux choses sérieuses. J’ai été dépêchée ici concernant votre refus de coopérer avec le Gouvernement vampire. Avez-vous reconsidéré l’offre proposée durant votre présence ici ?
Le regard de l’intellectuel se chargea de dégoût et ses lèvres se retroussèrent, dévoilant des canines un peu plus pointues que celles des humains. Cependant, elles étaient loin d’être semblables à celles de Fay. Intriguée par cette différence (se pouvait-il que certains de ses compatriotes aient des carences leur cassant les canines ?), elle ne prit pourtant pas le temps de s’étendre sur ce détail. Desmarais posa le livre à côté de lui et la dévisagea avec fureur.
- Vous êtes des leurs, grimaça-t-il en la regardant comme si elle s’était transformée en quelque chose de particulièrement répugnant. Non, je refuse toujours de coopérer avec votre Gouvernement. Leurs conditions sont inadmissibles.
- Le Gouvernement travaille toujours dans l’intérêt des vampires, rétorqua Fay d’un ton acide. C’est vous qui faites une erreur en refusant de comprendre leur démarche. J’espère pour vous que vous n’avez pas faim car j’ai reçu l’ordre de ne pas vous donner de sang jusqu’à ce que vous coopériez.
- Allez au diable avec votre sang humain ! s’écria Desmarais. Je n’en veux pas !
- Comme vous voudrez.
Fay tourna les talons et verrouilla la porte de la cellule avant de pousser un long soupir. Ce Desmarais était une véritable tête de mule ! Les possibilités de vacances dans un pays chaud ils sont pas fou tes vampires? et le soleil alors? et des vacances? bordel c'est vampires! s’étaient beaucoup amoindries suite à la conversation. La vampire repensa alors à la véhémence du prisonnier lorsqu’elle avait dit qu’il serait privé de nourriture jusqu’à son entière coopération. Il ne voulait pas être nourri ? Qu’est-ce que c’était que cette blague ? Elle avait également relevé une autre anomalie : sans parler de ses canines anormalement courtes, ses oreilles étaient trop rondes pour un suceur de sang. Ce n’était pas étonnant que les gardes humains n’avaient pas prêté attention à ses protestations, car il leur ressemblait trop pour qu’ils puissent tiquer. Le plus étrange était d’avoir parlé des vampires aux humains alors que chacun savait qu’il ne devait en parler sous aucun prétexte pour protéger la communauté. Qui pouvait bien être Jean Desmarais ?
Pensive, Fay retourna quelques hypothèses dans sa tête avant de hausser les épaules. Comme lui avait sagement conseillé son mentor à la Garde, moins elle se poserait de questions, mieux cela irait pour elle. Il valait mieux se convaincre qu’il était potentiellement fou. Après avoir pris note mentalement de remonter à son chef les paroles de Desmarais, Fay récupéra une petite bouteille en plastique de sa poche contenant sa friandise préféré, du sang d’humain asiatique, et la sirota jusqu'à la fin de son service.


TO BE CONTINUED

Comme d'habitude je chipote, ne prend pas tout ce que je dis pour argent comptant ^^ Sinon je trouve que c'est très réussi. les personnages sont bien développé.

En fait c'est pas mal du tout. Y a une intrigue qui se forme et on a envie de savoir quelles sont les motivations de ce prisonnier.
Moi j'y ai réfléchi et me suis dit que comme il ressemblait de moins en moins à un vampire et qu'il semble être sevrait du sang des humains, et ajoute à cela le bouquin de biologie et tout, il a peut-être trouvé le moyen de rendre les vampires humains (car il considère sa comme une maladie peut-être). ^^ trop bien!!!

Bref plein d'idée, certaines franchement génial, j'ai hâte de connaitre la suite et de savoir si j'ai tapé dans le mille.

Bonne continuation et courage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le prisonnier de Nightstone [TP]   Jeu 30 Juin - 16:18

Hey we go
A force, t’as du saisir comment je pinailler, donc, deux en un, c’est l’heure de m’attaquer à tes deux parties.
J’aime pas trop les histoires de vampires, donc, je risque d’être un peu sanglant des fois. Désolé :3
@Alwine a écrit:
Hej !

La correction de ma première nouvelle trainant un peu suite aux précédents commentaires, j'ai décidé de commencer à poster ma 2ème nouvelle du projet Bradbury. Cependant, comme j'essaye de prendre en compte les critiques que j'ai reçu sur mon autre texte, je ne vais pas tout poster d'un coup : j'ajouterai les parties au fur et à mesure de ma correction (une tous les deux-trois jours j'espère, cela ne devrait pas être très long).

Merci d'avance pour votre lecture !

Le tag pour retrouver mes textes : #TextesDAlwine


LE PRISONNIER DE NIGHTSTONE




Projet Bradbury - Nouvelle 2




Fay marchait à grandes enjambées vers sa destination. Elle avait été convoquée la veille par son supérieur à la Garde vampire, qui lui avait remis un ordre de mission pour le moins ennuyant.
Garder personnellement un détenu dans la prison humaine de Nightstone jusqu'à ce qu'il se décide à coopérer avec les autorités
T’es sur que ça ressemble à un ordre ? Je chipote, mais ça fait très « voilà ce qu’il va se passer dans l’histoire » plus que « voilà ce que tu as à faire »

La vampire avait grimacé en lisant ces lignes : elle détestait aller faire son service dans une prison humaine – notamment à cause des tentations. Aucun suceur de sang t’as pas moins classe encore ? on dirait que tu parle d’une sangsue de bas étage allant côtoyer des humains n’avait le droit de les goûter, même pas aux condamnés à mort, afin de ne pas éveiller les soupçons. Malgré le temps écoulé, chacun se souvenait encore vivement de la Grande Extermination durant le Moyen-Âge de là jusqu’à la virgule, bof dont les humains avaient été les instigateurs et de ce fait, le Gouvernement vampire condamnait chaque contrevenant à mourir de faim en le sevrant de sang. Sans aucune exception.
De plus, lors de son retour au dortoir commun, ses camarades avaient toutes ricanées et s’étaient moquées d’elle mais c’est des enfants ? C’est très bizarre et la phrase est plutôt maladroite. Fay n’était pas très appréciée malgré ses états de service impeccables. La concurrence était rude pour les femmes (sinon ça va pas) au sein de la Garde et l’esprit d’équipe n'était pas vraiment présent. De plus, elle ne correspondait pas au physique de rêve qu’arboraient la plupart du temps les vampires femelles et qu’on lui reprochait fréquemment. Petite et obèse, Fay avait lesdes cheveux noirs bouclés coupés courts et les yeux de la même couleur, contrastant fortement avec les longs cheveux lisses et argentés de ses compatriotes ainsi que leur silhouette longiligne.

Soulagée d'être enfin partie de l'atmosphère étouffante de la Garde, Fay huma l'air frais de la nuit. Celui-ci, chargé de particulestu allourdis carrément ta phrase, chargés de pollution ça suffit, c’est même plus classe de pollution et d'odeurs de pots d'échappement, lui indiquaitrappellait plutôt, elle doit s’en douter à force également la présence des humains non loin de là. La prison de Nightstone était située en bordure d'une petite ville, à côté d'une épaisse forêt touffue et sombre. Fay sourit : elle pourrait au moins se défouler durant ses heures de repos. Le bâtiment était gris et des barbelés ornaient le haut de chaque mur afinafin ca casse ton rythme, je mettrais un « avec pour but », c’est plus verbeux, mais peut être mieux d'empêcher que les prisonniers ne s'en échappent. Des résidus de neige pendaient encore des filins de métal, apportant un peu de magie à la prison et la rendant presque plus belle que d'ordinaire. Quelques dizaines de pas plus tard, la vampire se retrouva devant de gigantesques portes impeccablement entretenues et hermétiquement closes. Son regard fut attiré par un interphone et Fay sonna après avoir rajusté soigneusement ses boucles de cheveux noirs dissimulant ses oreilles bien trop pointues pour être humaines.

- C'pour quoi ? demanda immédiatement une voix d'homme grave.
- Je suis Fay Rosenberg, la nouvelle gardienne de prison envoyée en renfort par le gouvernement, dit la vampire.
Ce n'était pas tout à fait exact mais le Gouvernement vampire avait entendu que cette prison là en particulier avait besoin de renforts nocturnes pour garder tous les prisonniers. Il avait jugé que c'était l'endroit le plus sûr pour faire garder leur prisonnier récalcitrant, d'autant plus que la prison était fort isolée.
- C'n'est pas trop tôt, marmonna l'homme avant de taper quelque chose sur un clavier. Les portes vont s'ouvrir. Présentez-vous au chef Kowai pour prendre vos instructions.


TO BE CONTINUED

Alors première partie
C’est quelque chose que j’avais remarqué sur ta précédente nouvelle, mais on sent quand tu écris le début de ta nouvelle, c’est assez laborieux, les mots s’enchainent difficilement, et c’est pas terrible. Et au bout d’un moment, t’as le déclic et ça s’améliore, du coup, je sais pas trop quoi en penser
L’histoire m’emballe pas super pour le moment, c’est le début et il ne se passe rien, l’histoire se met en place, du coup, lisons la suite, histoire de voir si s’emballe.

@Alwine a écrit:
Double post, mais c'est pour la bonne cause : j'ai continué de corriger la suite, ce qui fait que j'ai à nouveau de quoi poster ! En espérant que ça plaira :)


LE PRISONNIER DE NIGHTSTONE




Projet Bradbury - Nouvelle 2 - Partie 2




Le chef Kowai était un homme grand et fortBonjour, je suis un cliché, je peux entrer ? Merci ! , des muscles d’acier se dessinantimparfait ici sous son uniforme bleu foncé. Le regard franc et les cheveux coupés très courts, il dégageait une autorité qui n’admettait aucune contestation ca c’est une super jolie phrase qui claque. Lorsque Fay entra dans son bureau, l’homme la jaugea d’un œil surpris. Visiblement, il s’attendait pas à avoir des renforts sous la forme d’une femme obèse et n’ayant physiquement pas l’air d’avoir suivi d’entrainement pour maîtriser des prisonniers.
- Bienvenue Rosenberg, dit-il avant de lui serrer la main.
Certain d’être face à une aimable plaisanterie, Kowai tenta de lui broyer la main afin de lui montrer qui était le plus fort. Cependant, il ignorait quetu refous un que dix mots plus tard, gaffe aux préposition, t’en met trop Fay était une vampire et qu’elle était, de ce fait, beaucoup plus forte que lui. S’il s’était mis en tête de la défier au bras de fer, ses muscles pourtant bien entrainés n’auraient pas résisté deux minutes c’est long déjà deux minute de bras de fer. L’homme eut un battement de paupières surpris lorsqu’il vit que la petite femme obèse avait la même poigne que lui, mais décida sagement de ne faire aucun commentaire. Fay voyait presque les rouages dans son cerveau tourner et lui dire que malgré son physique atypique, il l’avait sans doute jugée trop vite y’as pas vraiment eu de jugement, mais une première impression. Le directeur de la prison lui désigna alors la chaise en face de son bureau, sur laquelle la vampire s’assit avec un léger craquement. Même si ces formalités l’ennuyaient – elle avait déjà eu plusieurs occasions de venir surveiller des prisonniers dans des endroits remplis d’humains durant ses années d’existence en tant que vampire, elle fit mine d’écouter poliment.
Après un petit discours dénué d’intérêt d’environ une demi-heure sur l’organisation de la prison et le fonctionnement des rondes, Kowai regarda la liste des prisonniers posée devant lui avant de tapoter le nom de l’un d’entre eux. Fay savait que même si les vampires pouvaient influencer les décisions des humains pour faire ce qu’ils voulaient, il n’était pas rare que ces derniers ne fassent pas ce qui leur avait été demandé. Donc ils peuvent tenter d’influencer, mais l’humain peut s’en brosser le nombril avec le pinceau de l’indifférence ? damnit
- Vous aurez la charge de garder personnellement Jean Desmarais, un prisonnier arrivé récemment ici, poursuivit-il en relevant la tête. Il s’agit d’un prisonnier assez important d’après ce que l’on m’a dit et il serait mauvais pour votre CV qu’il nequ’il NE ? … donc il faut qu’il s’échappe ? parvienne à s’échapper Quoi quoi quoi, c’est quoi cette prison, c’est le batiment qui garde les prisonnier, le geolier, il s’occupe juste de lui.. Il est dans la cellule 148, située au niveau de l’aile ouest. Si vous n’avez pas de questions, allez voir Ama pour récupérer votre uniforme. Ensuite, je veux que vous soyez devant sa cellule jusqu’à la fin de votre service.
Heureusement pour elle, ses supérieurs de la Garde avaient fait du bon travail et il s’agissait bien du nom qu’on lui avait donné juste avant qu’elle n’arrive à Nightstone. Fay acquiesça docilement une fois de plus et prit congé, tout en traitant mentalement Kowai d’imbécile. Il agissait comme si elle ne connaissait pas le boulot ingrat de gardien de prison et c’était particulièrement déplaisant.
Après avoir fait un détour pour récupérer et enfiler son nouvel uniforme auprès d’Ama, une grande femme noire au caractère exubérant, ellesupprime la virgule et le pronom pour un et, allège tes phrases prit la direction de la cellule 148. Les couloirs blancs et dépourvus de personnalité la firent grimacer : même si elle avait l’habitude de ce type de mission, elle préférait les endroits beaux et colorés. Un souvenir d’une de ses missions au Mexique, malgré le danger permanent du soleil qui pouvait la tuer, la fit soupirer d’envie avant que Fay ne le chasse de son esprit. Passer plusieurs mois, voire années, ici jusqu’à ce que le prisonnier craque et accepte de coopérer avec le Gouvernement n’avait rien de réjouissant et cela ne servait à rien de se démoraliser maintenant en pensant à des missions agréables. Elle poursuivit sa route en direction des profondeurs de la prison.
Chemin faisant, elle rencontra un garde à une des nombreuses portes de sécurité et lui demanda où se trouvait la cellule 148 afin de pouvoir s’orienter. Un instant interloqué devant son physique atypique, celui-ci éclata d’un rire gras.
- Vous êtes la nouvelle recrue ? demanda-t-il, hilare. Je vous souhaite bien du courage pour garder ce type !
- Pourquoi ? demanda Fay, intriguée.
- Il est complètement maboul, dit le garde en hochant la tête. Plusieurs collègues ont eu à le garder avant votre arrivée et il n’a pas arrêté de leur parler de transformation, de vampire et d’erreur judiciaire. Ce n’était pas une partie de plaisir, croyez-moi. Enfin, vous devriez vous en sortir ma bonne dame. Si jamais vous avez un problème, appelez-moi et je me ferai un plaisir de vous aider. Je m’appelle David.
Ses yeux louchèrent sur l’imposant décolleté de Fay, lui faisant venir aux lèvres un sourire plein de fossettes. Même dans un endroit pareil, il restait des hommes obsédés par les attributs féminins parce que leur absence existe ? :rire: et incapables de penser qu’elles étaient capables de se débrouiller toutes seules. Néanmoins, cette attention restait flatteuse car bon nombre d’humains lui suggéraient plutôt d’aller faire un régime.
- Enchantée David, répondit-elle. Je suis Fay.
David lui offrit son plus charmant sourire avant de lui ouvrir la porte. Les couloirs se ressemblaient toujours, mais la vampire sentait qu’elle descendait vers les cellules les plus froides et les mieux gardées de la prison. La lumière artificielle fournie par les ampoules, puisque les fenêtres autorisées réglementaires plutôt non ? étaient trop petites pour éclairer suffisamment les couloirs, rendait l’endroit assez glauque. Des lamentations de prisonniers à intervalles réguliers résonnaient dans le couloir. Fay ne broncha pas car il y avait infiniment pire au sein de la Garde, mais l’atmosphère n’était pas des plus agréables. Un agréable fumet de sang lui parvint en passant devant certaines cellules, la faisant saliver.
Elle arriva enfin devant la cellule 148 après avoir franchi une dernière sécurité. Celle-ci comportait une porte métallique peinte en noire comportant le numéro en blanc, bien visible, et était surveillée par deux caméras. Fay hésita une seconde : elle avait reçu l’ordre de vérifier dès son arrivée si Jean Desmarais était prêt à coopérer avec le Gouvernement afin d’écourter la mission le plus rapidement possible, mais elle n’était pas sûre de ce qu’elle allait trouver à l’intérieur de la cellule. Même si le prisonnier était un vampire, elle avait déjà vu certains compatriotes se suicider à l’aide d’un pieu ou s’être totalement desséchés à cause du manque de sang, car ceux-ci ne recevaient pas de nourriture tant qu’ils ne se pliaient pas à la volonté du Gouvernement. Ce n’était pas un spectacle qu’elle souhaitait voir, le résultat étanttrop courant le verbe être. « s’annonçant » ? particulièrement horrible.
Après avoir chassé de son esprit ces appréhensions qu’elle trouvait ridicules, Fay se composa une mine sévère et déverrouilla la porte après avoir frappé à la porte. La cellule était petite et ne possédait aucune fenêtre. L’unique source de lumière provenait d’une petite lampe cabossée. Le mobilier était des plus dépouillés : une table en métal sur laquelle se trouvait la source de lumièrerépétition, lumineuse ?, une chaise et une couche à l’air peu confortable. Un homme de grande taille et maigre y était allongé, probablement Jean Desmarais. Malgré le sevrage du sang, il avait l’air toujours en forme bien que fatigué. Celui-ci se redressa en sursaut, un livre usé de biologie avancée entre les mains. Les yeux vifs derrière de fines lunettes en métal, il foudroya Fay du regard.
- Qui êtes-vous ? demanda-t-il, sa voix hargneuse possédant un accent français prononcé. Vous ne savez pas qu’il faut frapper avant d’entrer ? jerry
- Je vous demande pardon ? répliqua-t-elle, piquée au vif. J’ai frappé à la porte, à vous de prêter attention. Quand à votre première question, j’ai été assignée à la surveillance de votre cellule. Je me nomme Fay Rosenberg.
- Encore un autre, marmonna Desmarais dédaigneusement avant de se pincer l’arête du nez. Et en plus, ils s’amusent à m’envoyer des gardes en surcharge pondérale pour se moquer de moi parce que je les ai trop harcelés avec mes histoires… ce cliché du français super poli :rire:
Fay claqua la porte de la cellule sèchement.
- Garder vos commentaires pour vous Monsieur Jean Desmarais, grogna-t-elle. Maintenant que vous connaissez mon nom, passons aux choses sérieuses. J’ai été dépêchée ici concernant votre refus de coopérer avec le Gouvernement vampire. Avez-vous reconsidéré l’offre proposée durant votre présence ici ?
Le regard de l’intellectuel se chargea de dégoût et ses lèvres se retroussèrent, dévoilant des canines un peu plus pointues que celles des humains. Cependant, elles étaient loin d’être semblables à celles de Fay. Intriguée par cette différence (se pouvait-il que certains de ses compatriotes aient des carences leur cassant les canines ?), elle ne prit pourtant pas le temps de s’étendre sur ce détail. Desmarais posa le livre à côté de lui et la dévisagea avec fureur.
- Vous êtes des leurs, grimaça-t-il en la regardant comme si elle s’était transformée en quelque chose de particulièrement répugnant. Non, je refuse toujours de coopérer avec votre Gouvernement. Leurs conditions sont inadmissibles. placer ici une insulte envers l’auteur qui ne les développe pas
- Le Gouvernement travaille toujours dans l’intérêt des vampires, rétorqua Fay d’un ton acide. C’est vous qui faites une erreur en refusant de comprendre leur démarche. J’espère pour vous que vous n’avez pas faim car j’ai reçu l’ordre de ne pas vous donner de sang jusqu’à ce que vous coopériez.
- Allez au diable avec votre sang humain ! s’écria Desmarais. Je n’en veux pas !
- Comme vous voudrez.
Fay tourna les talons et verrouilla la porte de la cellule avant de pousser un long soupir. Ce Desmarais était une véritable tête de mule ! Les possibilités de vacances dans un pays chaud s’étaient beaucoup amoindries suite à la conversation. La vampire repensa alors à la véhémence du prisonnier lorsqu’elle avait dit qu’il serait privé de nourriture jusqu’à son entière coopération. Il ne voulait pas être nourri ? Qu’est-ce que c’était que cette blague ? Elle avait également relevé une autre anomalie : sans parler de ses canines anormalement courtes, ses oreilles étaient trop rondes pour un suceur de sang. Ce n’était pas étonnant que les gardes humains n’avaient pas prêté attention à ses protestations, car il leur ressemblait trop pour qu’ils puissent tiquer. Le plus étrange était d’avoir parlé des vampires aux humains alors que chacun savait qu’il ne devait en parler sous aucun prétexte pour protéger la communauté. Qui pouvait bien être Jean Desmarais ?
Pensive, Fay retourna quelques hypothèses dans sa tête avant de hausser les épaules. Comme lui avait sagement conseillé son mentor à la Garde, moins elle se poserait de questions, mieux cela irait pour elle a geuuuuuuuuuu, penser c’est pour les faibles. Il valait mieux se convaincre qu’il était potentiellement fou. Après avoir pris note mentalement de remonter à son chef les paroles de Desmarais, Fay récupéra une petite bouteille en plastique de sa poche contenant sa friandise préféré, du sang d’humain asiatique, pas de virgules avant les et :p et la sirota jusqu'à la fin de son service.


TO BE CONTINUED

Bon, là, tu m’a plus emballé, je suis curieux de lire la suite, y’as un mystère qu’on a envie de résoudre, ton héroine ne me plait pas, elle m’ennuie et manque de personnalité alors que le prisonnier a l’air assez rigolo, monstre de dignité.
Bref, la suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Alwine
Sage des Esprits Codeurs et Graphistes
avatar

Féminin Scorpion Messages : 304
Date d'inscription : 25/05/2016

MessageSujet: Re: Le prisonnier de Nightstone [TP]   Jeu 30 Juin - 19:54

@helio : Merci pour ton commentaire ! Il y a plein de trucs qui me font rager contre moi-même après que tu ais mis le doigts dessus, mais bon, j'apprends ^^

Tes suppositions sont classes, tu as de bonnes idées ! Un soir où j'arrêterai de faire de la correction (j'ai l'impression de passer mon temps à faire ça xD), faudrait que j'aille lire tes nouvelles et commenter un peu :)

Encore merci pour tes encouragements et ton aide !

@Ragne : Tu vas être servi, j'ai deux nouvelles avec des vampires xD J'ai tout de même pour objectif de faire de la SF dans une de mes nouvelles, mais c'est toujours compliqué entre le pas de temps, pas d'idée, etc.

A propos du commentaire du premier morceau :
Merci d'avoir relevé les quelques erreurs, je les corrigerai :) Pour le reste, il faut également savoir que c'est encore une nouvelle que j'ai écrite en deux semaines et que j'ai légèrement remanié depuis sans vraiment pouvoir travailler dessus en profondeur (j'avoue, ça me vexe un peu de savoir que le début de mes nouvelles sont nuls. Faut que j'apprenne à créer des débuts de nouvelles qui en jettent :P). C'est également un univers que je maîtrise assez mal (je n'ai jamais écris sur les vampires ni sur un milieu militaire) d'où le manque de cohérence et des trucs trop gentillets pour que ça soit réel.

A propos du commentaire du deuxième morceau :
Oui, il y a pas mal de clichés Laughing J'avoue que je n'y ai pas fais très attention, j'ai inventé les personnages un peu au pif (le plus clair dans ma tête étant Desmarais, qui est un type qui ne se prend pas pour de la merde). J'ai du mal avec l'héroïne car à la fois, je ne souhaite pas la faire surpuissante comme c'est souvent le cas dans les histoires des auteurs amateurs et de l'autre, j'aimerai quand même qu'elle soit un peu badass ^^
C'est un problème récurrent dans mes histoires : soit le héros a une personnalité qui claque (mais qui claque trop du coup), soit il est fade/mal géré. Va falloir que je fasse quelque chose à ce sujet.

En tout cas, merci beaucoup pour ton commentaire ! Ça m'a fait un peu réfléchir et je pense que je vais éviter de travailler trop sur ce type de nouvelles. Cela nécessite d'installer une atmosphère assez glauque et noire que je n'arrive pas du tout à recréer, vu que je suis plus dans les bons sentiments et les trucs gentillets.

J'ai un peu honte de ma suite du coup Laughing Je vais déjà corriger tout ce que vous m'avez remonté et essayer de rectifier la suite pour que ça soit pas trop dégueu. Encore merci !
Revenir en haut Aller en bas
Alton
Casseur de forum depuis 2005
avatar

Masculin Lion Messages : 557
Date d'inscription : 12/04/2015
Localisation : La taverne la Pomme de Pin
Humeur : Eh Chaussette !

MessageSujet: Re: Le prisonnier de Nightstone [TP]   Sam 5 Nov - 20:11

Mes salutations les plus nocturnes en cette soirée clinquante (ou l'inverse, c'est confus)

En tant que joueur du JDR Vampire la mascarade, mon visage s'est illuminé en comprenant qu'on allait causer de ses saleté de suceur de sang, et j'ai pas été déçu !

Je sais pas si tu connais, le JDR ou si c'est purement fortuit, (bon sang j'ai l’impression de parler comme un disclamer), mais l'ambiance que tu retransmet est très proche du jeu, est ça c'est Top :ok: !

J'aime beaucoup l'ambiance que tu instaure en ce début de nouvelles, plein de détails sont géniaux et font ressortir le coté sombré et violent de ton monde ! La bassesse des humains comme des vampires, les description des lieux très sèches, ou de détailles Sanglant/rigolo, (rayez la mention inutiles) sur la vie des vampires, notamment leur moyen de suicide ou leurs friandises.

Tout ça donne un coté à la fois sombre et grandiloquent à ton histoire, et moi ça me parle pas mal ! J'ai hâte de voir la suite !

Ps. désolé, je ne donne pas mon avis sur le style, étant parfaitement incompétent à ce sujet !

Bye
Revenir en haut Aller en bas
Alwine
Sage des Esprits Codeurs et Graphistes
avatar

Féminin Scorpion Messages : 304
Date d'inscription : 25/05/2016

MessageSujet: Re: Le prisonnier de Nightstone [TP]   Lun 27 Nov - 12:09

Oula, j'étais loin d'avoir terminé ici ! J'avais complètement oublié qu'il reste encore environ deux parties à publier pour terminer cette nouvelle.

@Alton : Je connais Vampires la Mascarade de nom, mais je n'y ai jamais joué. J'espère en avoir l'opportunité un jour, il a l'air super sympa !

Voici donc la "troisième" partie et je posterai la dernière d'ici la fin de la semaine (si je n'oublie pas).


LE PRISONNIER DE NIGHTSTONE




Projet Bradbury - Nouvelle 2 - Partie 3




Durant les jours qui suivirent, Desmarais refusa obstinément d'adresser la parole à Fay lorsqu'elle venait à chaque fois qu'elle lui apportait les repas humains servis par la prison pour lui demander s'il avait changé d'avis. La vampire n'aimait pas du tout faire intrusion plusieurs fois par jour afin de lui poser cette question, mais son chef de la Garde lui avait ordonné de procéder ainsi et elle devait s'exécuter. Son intérêt fut cependant piqué au vif le jour où Desmarais perdit patience et lui indiqua sèchement qu'il ne boirait jamais le sang de ses compatriotes.
— Mais comment faisiez-vous pour vous nourrir avant ? s'étonna Fay. Avez-vous peur qu'ils vous fassent avaler une substance qui permettrait de vous manipuler ? Cela n'existe pas au cas où vous y croyez. Les vampires sont immunisés contre ce genre de substances.
— Non, grogna Desmarais. J'étais un humain il y a encore peu de temps et votre Gouvernement indigne m'a transformé en vampire contre ma volonté !
— Comment ?
Les yeux de Fay s'écarquillèrent, mais elle sut que Desmarais ne mentait pas. Son attitude corporelle n'avait pas changé et il n'avait pas hésité lors de sa déclaration. Son cœur rata alors un battement et des milliers d'interrogations paniquées lui traversèrent l'esprit. Le Gouvernement qui outrepassait ses propres lois ? N'étant pas totalement idiote, Fay savait que même la Garde avait des activités illégales et qu'elle prenait bien garde à ce que le Gouvernement ne le sache jamais. Mais transformer un humain en vampire contre sa volonté était le plus grave des interdits. C'était une des règles fondamentales de la communauté vampire. Afin de ne pas rendre leur nombre trop important et risquer de se faire repérer, chaque humain voulant devenir vampire devait le désirer du plus profond de son être. De plus, le Gouvernement lui faisait passer des tests afin de valider les connaissances et capacités qu'il pourrait apporter à la communauté. Autant dire que ce n'était pas le premier venu qui pouvait devenir vampire. Ceux qui outrepassaient cette règle étaient punis de la pire des sentences : une mort lente et douloureuse par expositions intermittentes au soleil. La durée du supplice des vampires passés par ce châtiment variait entre un et trois mois.
— Ce n'est pas possible, balbutia Fay. Comment est-ce…
— Si, c'est possible, dit douloureusement Desmarais. Un délégué de votre espèce, Dimitri Vigil si je me souviens bien, est venu me voir il y a quelques mois pour me demander des précisions sur toutes les inventions que j'avais créées depuis mon diplôme. Il était fort impressionné et voulait absolument que je rencontre un certain Mr Donovan Phibes, qui souhaiterait m'offrir un travail grassement rémunéré.
Le nom de Vigil était inconnu de Fay, mais en revanche, celui de Donovan Phibes apparaissait régulièrement dans les titres dans le journal vampire qu'elle lisait. Il s'agissait d'un vampire haut placé dans le Gouvernement, mais elle n'aurait jamais imaginé que lui, populaire et haut en couleurs, demander à quelqu'un de kidnapper un humain très intelligent pour l'aider dans sa tâche. Fay l'appréciait beaucoup même si elle ne l'avait jamais rencontré.
— Comme j'aime la science pour ce qu'elle est et que je ne souhaite pas que mes travaux soient dirigés par des personnes soucieuses de leurs propres intérêts, poursuivit Desmarais, j'ai refusé de le rencontrer. Mr Vigil est venu me voir à de nombreuses reprises pour me proposer à chaque fois des offres plus alléchantes, mais j'ai toujours refusé. Au bout de la cinquième fois, des menaces ont surgi du discours de Mr Vigil et j'ai fini par m'entourer de protections adéquates pour le repousser. J'ai ensuite passé quelques mois sans plus entendre parler de ce monsieur, jusqu'au moment où j'ai été kidnappé.
— Kidnappé ? répéta Fay d'une voix faible.
Desmarais sembla stupéfait de constater qu'elle ne connaissait rien à son histoire. Visiblement, il s'était attendu à ce que Fay sache sur le bout des doigts ce qu'il s'était passé. L'homme sembla tout à coup mal à l'aise et rajusta ses lunettes sur son nez pour se donner une contenance. Fay, sentant qu'elle allait tomber de surprise si elle n'allait pas s'asseoir, s'avança vers le lit et s'assit dans un petit grincement de métal. Elle n'en croyait pas ses oreilles. Desmarais reprit ses explications d'une voix plus maîtrisée.
— Oui. C'était il y a quelques semaines il me semble, bien que j'ai perdu la notion du temps depuis. J'étais sorti plus tard que d'habitude à cause d'une expérience qui tournait mal et j'étais encore préoccupé lorsque j'ai pris le chemin habituel de chez moi. Sauf qu'au détour d'une rue, quelqu'un a surgit de derrière mon dos et m'a assommé net. A mon réveil, j'étais attaché à une sorte de table avec des lumières aveuglantes au-dessus de moi. Je n'ai pas très bien compris ce qu'il s'est passé ensuite, mais j'ai ressenti une intense douleur au cou, puis une sorte de feu liquide se répandre dans mes veines.
Desmarais frissonna en regardant dans le vide et Fay le regarda avec compassion. Elle-même avait été transformée en vampire il y avait des décennies, bien avant que l'interdiction de transformer les humains en vampires n'ai été promulguée, et elle se souvenait encore des sensations que provoquait la transformation. Elle n'avait jamais connu une douleur pareille.
— Au réveil, reprit péniblement Desmarais, j'étais toujours attaché à la table. J'étais très faible et une soif épouvantable m'avait asséché la gorge. Quelqu'un m'a donné quelque chose à boire, une substance gluante au goût délicieux et qui a étanché ma soif au bout de longues minutes. J'ai ressenti une grande force m'envahir et on m'a détaché de la table afin que je puisse me relever. Mes souvenirs sont assez confus ensuite, mais lorsque j'ai compris qu'ils m'avaient transformé en… (Desmarais ne put prononcer le mot et balaya son hésitation d'un geste de la main.), je me suis aussitôt rebellé. Ils se sont mis à quatre sur moi pour m'immobiliser puis je me suis retrouvé ici.
Un silence plana dans la pièce. Fay était mal à l'aise de se retrouver avec cet homme arraché à son existence normale pour une raison que seul le Gouvernement savait. Desmarais nettoya ses lunettes à l'aide de son mouchoir avant de les reposer sur son nez.
— Je ne comprends pas pourquoi le Gouvernement vous a fait ça, dit Fay d'un ton accablé. Je suis absolument révoltée par ce que vous avez dû subir.
— Je vous l'ai déjà dit, soupira Desmarais en la regardant avec un peu plus de sympathie. Ils veulent mes connaissances appliquées à leurs problèmes. Ce n'est pas la première fois que j'ai affaire à des personnes prêtes à tout pour obtenir mon cerveau, mais ceux qui m'ont eu sont coriaces. Je trouve ça étrange que vos supérieurs ne vous aient pas prévenu de ma… particularité disons.
Fay rit amèrement.
— Je ne suis pas très haut gradée dans la Garde vampire. On m'a toujours reproché mon physique ainsi que le fait que je sois de sexe féminin. Alors moins j'en sais, plus je passerai pour une imbécile et plus les autres seront satisfaits.
— Cela ne doit pas être facile à vivre.
— Non.
Un silence plana dans la pièce, lourd et désagréable. Bouleversée par tout ce qu'elle avait entendu, Fay ressortit de la cellule d'un pas pesant. Même si Desmarais l'avait touché avec son histoire, elle ne pouvait pas croire que Phibes était mêlé à toute cette histoire épouvantable. Après avoir passé de plusieurs heures à épuiser toutes les théories et explications sur le sujet, Fay se résolut à aller faire un tour discret dans le bureau du chef de la Garde afin de vérifier l'histoire de Desmarais.


**********


Sans troubler le silence paisible de la nuit, une silhouette noire fendit les airs avant de se poser sur une branche d'arbre. Elle ouvrit la gueule en grand et scanna soigneusement le bâtiment semblant à l'abandon qui se dressait devant elle, dissimulé aux yeux des touristes enthousiastes par une végétation touffue aux couleurs sombres, puis reprit son envol. Un rayon de l'aube naissante passa alors à travers le feuillage des arbres et éclaira une chauve-souris au ventre rebondi et à la fourrure noire, qui s'empressa de planer vers une des fenêtres qu'elle avait repérées un peu plus tôt. Elle du cependant se dissimuler derrière une branche d'arbre lorsque son écho lui renvoya la présence d'une autre chiroptère, battant à tire-d'aile pour se réfugier dans un endroit sombre.
Quelques minutes plus tard, la chauve-souris atterrit devant la fenêtre. Celle-ci était éclairée par une douce lumière et entrouverte, mais l'animal ne détecta personne dans la pièce. Elle s'empressa d'entrer, plana jusqu'à un endroit obscur puis se métamorphosa en une petite femme obèse aux boucles noires. Fay, car c'était elle, ouvrit grand les yeux et les oreilles et resta à l'endroit où elle se trouvait. Quelqu'un était là, des bruits de pas et de portes se fermant résonnant dans le couloir. L'inconnu passa dans la salle où elle se cachait, ferma la fenêtre en sifflotant un air à la mode puis ressortit en éteignant les lumières. Un vampire consciencieux, mais pas suffisamment puisqu'il n'avait pas remarqué la présence de Fay. Elle attendit encore un long moment jusqu'à ce qu'aucun bruit ne se fasse plus entendre avant de bouger enfin. D'après ce qu'elle avait scanné sous sa forme de chauve-souris, elle ne devait pas être très loin du bureau de Peter Blackwood, le plus haut gradé de la Garde, et qui devait forcément contenir une information à propos de la transformation de Desmarais et son lien avec Phibes. S'il y avait une personne qui devait savoir quelque chose, c'était bien lui.
Sur la pointe des pieds, Fay remonta le couloir jusqu'à la porte du bureau de Blackwood. Seulement, la porte était fermée à clef, comme on pouvait s'y attendre. Mais la vampire ne se découragea pas. Saisissant une des épingles disciplinant ses cheveux bouclés, elle entreprit de la faire tourner dans tous les sens afin de déverrouiller la porte. Il lui fallut plusieurs minutes de travail avant que le verrou n'émette un cliquetis satisfaisant. Remettant l'épingle dans ses cheveux, Fay poussa doucement la porte déverrouillée et se faufila à l'intérieur.
Le bureau de Blackwood était à l'instar de sa personnalité : rangé à la perfection, il n'y avait pas le moindre papier qui traînait et des rideaux bien épais étaient tirés, dissimulant tout ce que pouvait faire Blackwood dans son bureau. Fay fut enchantée de voir que la paranoïa du plus haut gradé de la Garde pouvait quand même servir à quelque chose, car les rideaux lui permettraient d'éviter de succomber aux rayons du soleil. Se servant de sa vision nocturne, quelques rayons de l'aube filtrant à travers le bas des rideaux l'aidant à mieux voir, elle fureta partout pendant plusieurs heures en faisant attention à bien reposer tel quel ce qu'elle dérangeait. Cependant, les dossiers sur lesquels Fay tomba ne contenaient aucune indication concernant Desmarais. Réfléchissant à toute vitesse, car sa montre indiquait déjà que le soleil était au zénith, la vampire se demanda où un type paranoïaque pouvait avoir rangé des papiers aussi importants. La réponse lui vint alors tout de suite et elle se traita d'idiote : un coffre-fort dissimulé, bien évidemment !
Fay regarda autour d'elle : les possibilités de cachettes étaient nombreuses et elle commença à ausculter la pièce centimètre par centimètre tout en soupirant d'exaspération. A son grand soulagement, le coffre ne se révéla pas être caché derrière un meuble – trop difficile à atteindre si Blackwood avait besoin d'un dossier en urgence –, mais derrière un gros tableau représentant une femme d'une grande beauté. Fay la fixa pendant quelques secondes avant de faire pivoter le tableau, faisant apparaître un gros coffre d'un gris sombre. La sécurité consistait en des molettes de chiffres à tourner, ce qui horrifia la vampire. Les chiffres pouvaient être n'importe lesquels. Elle n'avait pas la moindre idée de qui pouvait être la femme du tableau ni sa date de naissance et encore moins celle de Blackwood si celui-ci avait choisi un code facile à retenir. Cependant, une idée lui vint à l'esprit : sa bonne ouïe pouvait sans doute lui servir afin de découvrir le code secret en écoutant attentivement le mécanisme interne.
Tout en s'interrompant à intervalles réguliers pour vérifier que personne ne circulait dans les couloirs, Fay commença à chercher le code. Il lui fallut deux heures supplémentaires pour le trouver et lorsque les chiffres 9381 déverrouillèrent la poignée, elle soupira de soulagement. La porte épaisse du coffre pivota et une pile de dossiers parfaitement droite apparut. La maniaquerie de Blackwood servit enfin à Fay, car elle finit par trouver un dossier impeccablement rangé intitulé « TOP SECRET - TRANSFORMATIONS H-V ». Ce qu'elle trouva dedans lui fit dresser les cheveux sur la tête. Le Gouvernement et la Garde étaient bel et bien étroitement liés dans l'affaire concernant Desmarais et elle avait la preuve qu'il s'agissait bien de Phibes qui avait demandé à ce que le biologiste soit transformé en vampire. L'ennui était qu'il n'était pas le seul à être concerné. Une liste de noms, dont un qu'elle reconnut car il était plutôt célèbre parmi les vampires, était jointe à de nombreux papiers. Il s'agissait d'une liste des personnes qui avaient été transformées en vampires et une colonne intitulée « A RÉSISTÉ » indiquait visiblement celles qui s'étaient rebellées. Une croix figurait dans cette colonne en face du nom de Desmarais. Le dossier commença à trembler entre les mains de Fay au fur et à mesure que sa fureur augmentait. Comment le Gouvernement pouvait-il à ce point aller dans l'illégalité et balayer toutes les lois qu'il avait lui-même mis en place ?


TO BE CONTINUED

------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour retrouver mes textes : #TextesDAlwine
Revenir en haut Aller en bas
Hartsock
Vieux cerf dalleux invincible face à Timmy
avatar

Masculin Bélier Messages : 1674
Date d'inscription : 19/11/2015
Localisation : À table, comme toujours.
Humeur : J'ai la dalle !

MessageSujet: Re: Le prisonnier de Nightstone [TP]   Lun 27 Nov - 12:27

Ouhlala c'est long Hurk
Bon alors, je suis loin d'être un expert donc ce que je dis est à prendre à la légère x)
Premièrement les personnages: ILS SONT MÉGA CLICHÉS. Mais je suppose que tu t'en doutais AHDE Non mais sérieuxc'est quoi ce Kowai super baraqué? On veut voir des faiblesses, pas que des points forts.
L'histoire: bon bah étant un amateur d'histoires de vampire je ne peux rien dire de plus que : OUUUUUIIIII :ffmental: je plussoie totalement malgré le fait que le héros ne soit pas méga attirant puisqu'on en connaît peu sur lui. Après c'est une nouvelle donc on est pas là pour jouer aux cartes.Ensuite au niveau du style j'y connais pas grand chose. Tu devrais juste faire attention aux répétitions (bon ça c'est ce que je déteste  donc c'est pas très objectif). Puis essaye d'alléger les phrases qui paraissent trop pesantes à la lecture. Voilà :la:
J'ai beaucoup aimé, je repasserai!
*va appliquer ses conseils à ses textes avant d'embêter les autres*

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hart, le cerf à chaussettes. Pour vous servir
------------------------------------------------------------------------
"Dis moi : je t'aime ! Hélas ! Rassure un cœur qui doute,
Dis-le moi ! Car souvent avec ce peu de mots
La bouche d'une femme a guéri bien des maux." VICTOR HUGO
Revenir en haut Aller en bas
https://bloghartsock.wordpress.com/
Alwine
Sage des Esprits Codeurs et Graphistes
avatar

Féminin Scorpion Messages : 304
Date d'inscription : 25/05/2016

MessageSujet: Re: Le prisonnier de Nightstone [TP]   Lun 27 Nov - 12:50

Merci Hart !
J'assume totalement le fait que c'est bien cliché AHDE même si personne n'a remarqué le fait que j'essayais quand même de créer un héros un peu différent. Après, c'est une nouvelle qui date de l'année dernière et même encore aujourd'hui, j'ai encore du mal à créer des personnages attirants pour le lecteur (c'est mon objectif de 2018, créer de bons personnages).
Je pensais avoir fais gaffe aux répétitions et aux phrases un peu longues (mes deux faiblesses), mais visiblement pas assez. Je repasserai dessus vite fais pour la dernière partie ^^

------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour retrouver mes textes : #TextesDAlwine
Revenir en haut Aller en bas
Hartsock
Vieux cerf dalleux invincible face à Timmy
avatar

Masculin Bélier Messages : 1674
Date d'inscription : 19/11/2015
Localisation : À table, comme toujours.
Humeur : J'ai la dalle !

MessageSujet: Re: Le prisonnier de Nightstone [TP]   Lun 27 Nov - 12:53

J'ai oublié de préciser. J'ai commenté le texte dans sa globalité. Il est vrai que la troisième partie a beaucoup moins de répétitions x)
Désolé j'ai été méchant de pas le préciser :p

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hart, le cerf à chaussettes. Pour vous servir
------------------------------------------------------------------------
"Dis moi : je t'aime ! Hélas ! Rassure un cœur qui doute,
Dis-le moi ! Car souvent avec ce peu de mots
La bouche d'une femme a guéri bien des maux." VICTOR HUGO
Revenir en haut Aller en bas
https://bloghartsock.wordpress.com/
Alwine
Sage des Esprits Codeurs et Graphistes
avatar

Féminin Scorpion Messages : 304
Date d'inscription : 25/05/2016

MessageSujet: Re: Le prisonnier de Nightstone [TP]   Sam 2 Déc - 10:06

Ouf, contente de voir que ça s'est amélioré avec la fin du texte que j'ai retravaillé !

Et voici la dernière partie de cette nouvelle ! Merci d'avoir lu :)


LE PRISONNIER DE NIGHTSTONE




Projet Bradbury - Nouvelle 2 - Partie 4




Lorsque Fay retourna à la prison, la colère qu'elle réprimait difficilement garda les autres gardes humains à distance et lui dispensa d'expliquer pourquoi elle était si furieuse. Elle n'arrivait toujours pas à digérer ce qu'elle avait vu dans les papiers de Blackwood. Certains vampires avaient tendance à prendre les humains pour du bétail, mais considérer qu'ils étaient supérieurs et que les humains devaient leur obéir comme des pantins était ignoble. Aux yeux de Fay, aucune raison ne pouvait justifier la transformation de qui que ce soit en vampire sans son consentement absolu. Savoir que Phibes, personnage politique qu'elle aimait beaucoup, faisait partie de ceux n'ayant pas de respect pour les humains l'exaspérait au plus haut point.
Les deux jours qui suivirent, elle fut plus insupportable que jamais : restant dans son coin, Fay refusait de s'asseoir avec les autres gardes humains pour faire semblant de manger (car la nourriture humaine ne convenait pas aux vampires) et restait debout à fixer le mur d'un regard noir. David chuchotait qu'elle allait finir par faire un trou dans le mur avec son regard acide, mais cela ne faisait rire que lui. Un matin alors qu'elle lui apportait son petit déjeuné, Desmarais en eut assez de cette attitude et la chercha afin de la faire réagir :
— Ça y est, vous arrêtez de faire la tête ? Votre comportement est incroyable, vous n'êtes plus une enfant !
Fay, qui était entrée pour poser la sempiternelle question du gouvernement avec le plateau du petit-déjeuner, feula en montrant les crocs. Le spectacle n'était pas des plus agréables à voir et Desmarais recula, effrayé. Elle posa le plateau-repas si violemment sur la table en métal que le gobelet en plastique contenant du jus d'orange se renversa partout.
— La ferme vous, je ne vous ai pas sonné !
— Auriez-vous découvert quelque chose de désagréable ?
Seulement, Desmarais n'aurait pas dû continuer à parler. Sans comprendre ce qu'il se passa par la suite, l'intellectuel se retrouva plaqué contre le mur au-dessus de sa couche, la gorge compressée à l'extrême par la poigne de fer de la vampire. Celle-ci approcha tant son visage du sien qu'il sentait son souffle rapide sur sa peau.
— Écoute espèce de misérable avorton, cracha Fay avec colère en passant au tutoiement, tes manières de te comporter comme si tu étais mieux que tout le monde commencent à sérieusement m'agacer ! J'ai découvert que le Gouvernement était bien pour quelque chose dans ta transformation et cela me fait douter de ses motifs ainsi que l'intérêt de mon engagement dans la Garde ! Tu n'as peut-être jamais douté dans ta vie avec ton cerveau de génie, mais moi, ça remet toute ma vie en question !
Desmarais tenta d'argumenter pour se défendre, mais il ne parvint à produire qu'un gargouillement misérable. La poigne de Fay sur sa gorge était si forte qu'il n'arrivait même plus à parler.
— Mais comment un vulgaire personnage comme toi pourrait-il comprendre ? poursuivit Fay à voix basse. Tu ne fais que me lancer des piques comme si j'étais une attardée. Ce n'est pas parce que je suis moins intelligente que je vaux moins que toi. C'est vraiment minable comme attitude !
Bien qu'étant mort à cause de sa nouvelle condition de vampire et affamé par son jeûne imposé, Desmarais sentait la douleur de sa trachée devenir insupportable et puisa dans ses dernières forces afin de repousser violemment la vampire. Celle-ci sentit enfin que quelque chose n'allait pas et une lueur de raison traversa la fureur qui avait envahi son esprit. Fay relâcha alors sa prise et recula de quelques pas. Libéré de sa poigne, le biologiste retomba sur le lit comme une masse et passa de longues minutes à tousser fortement.
— Désolée, fit timidement la vampire, toute colère soudain envolée. Je ne voulais pas…
— Oh que si vous vouliez, grogna Desmarais avant de tousser de plus belle. Vous n'avez pas honte de ne pas savoir vous maîtriser ? J'ai connu des rats de laboratoire beaucoup plus civilisés que vous.
— J'ai… euh… j'ai pété les plombs.
Se tordant les mains parce qu'elle ne savait quoi faire, Fay finit par revenir vers le lit pour aider le vampire amaigri à se redresser confortablement. Desmarais eut un brusque mouvement de recul à son approche puis se détendit légèrement lorsqu'il vit qu'elle ne voulait plus s'attaquer à sa gorge.
— Alors ? demanda-t-il sèchement une fois bien installé. On ne vous a jamais à vous excuser correctement ? Les vampires sont décidément les créatures les plus malpolies que je connaisse.
— Je vous prie de m'excuser, marmonna Fay en jouant avec ses pouces.
Desmarais haussa un sourcil avant de soupirer.
— Excuses accordées. Je vous fais également des excuses car je reconnais ne pas avoir été très diplomate. Le manque de nourriture correspondant à mon nouveau métabolisme me rend plus agressif que d'habitude.
Sans un mot, Fay sortit quelque chose de sa poche et le tendit à Desmarais. Tout d'abord méfiant, il vit qu'il s'agissait une poche en plastique contenant un liquide rouge sombre. Une espèce de paille sortait d'un des côtés de la poche. L'intellectuel jeta un regard noir à son interlocutrice.
— Du sang ? Je vous ai déjà dit qu'il était hors de question que je boive le sang d'autres humains.
— Il s'agit de sang artificiel, précisa Fay en lui fourrant la poche dans les mains. Aucun humain n'a été touché pour le fabriquer. Certes, cela ne sera pas aussi efficace que du sang humain, mais cela vous requinquera un peu.
Devant son air exaspéré, Desmarais jugea bon de ne pas discuter. Une seule attaque de la vampire obèse lui avait prouvé que son apparence physique n'empêchait pas la dangerosité de Fay lorsqu'elle était en colère. Il but sagement le contenu de la poche. A sa grande surprise, le goût n'était pas mauvais et il ne put s'empêcher de terminer jusqu'à la dernière goutte. Le repas lui avait fait du bien car des couleurs avaient réapparu sur ses joues maigres, mais il se sentait toujours un peu faible. Il rendit alors la poche à Fay qui la rangea.
— Vous semblez vraiment différente des autres vampires que j'ai rencontré, dit le biologiste d'une voix tranquille, le ventre plein. En dehors du fait que vous m'ayez sauté à la gorge il y a moins de cinq minutes bien sûr. Qu'avez-vous trouvé pour être si en colère ? Vu votre réaction, j'ai l'impression que ce que vous avez découvert au sujet de ma transformation est assez délicat.
— Effectivement, répondit Fay avant de s'asseoir sur l'unique chaise de la cellule. Je me suis infiltrée dans le bureau du chef de la Garde et j'ai découvert un dossier comportant des informations au sujet de votre transformation… le pire, c'est que vous n'êtes pas le seul.
— Pas le seul ?
— Oui. J'ai découvert une liste de noms, dont certains sont déjà passés dans les journaux vampires en les présentant comme des nouvelles recrues désireuses de travailler pour le Gouvernement. Je suppose qu'ils les ont hypnotisés.
— Hypnotisés ? répéta Desmarais.
— C'est le seul moyen connu actuellement pour influencer les vampires, expliqua Fay. Cela permet de leur faire croire des choses qu'ils ne voulaient pas à la base. Seulement, le pouvoir d'hypnotiser les vampires est très rare et il n'existe actuellement que deux Hypnotiseurs dans notre communauté. Si le Gouvernement n'a pas fait appel à eux pour vous, c'est qu'ils sont déjà occupés autre part.
Desmarais ne répondit rien, préoccupé. Fay tapota le bord de la table durant un moment, semblant réfléchir à un plan, avant de se lever brusquement avec le plateau repas, toujours dégoulinant de jus d'orange.
— Il faut vous sortir d'ici, dit Fay. Je refuse d'être complice de ce genre de choses répugnantes.
— Vous allez vous mettre à dos la Garde, contra Desmarais d'un ton réprobateur. Même si je ne me plains pas de votre initiative, bien au contraire.
— Peu m'importe, répliqua Fay. J'ai conservé le dossier de Blackwood que j'ai caché près d'ici. A moins qu'il n'en ait eu besoin au cours de ses derniers jours, il n'a pas encore du remarquer sa disparition. Je le donnerai au Mouvement Pirate Vampire pour la Liberté, que j'ai contacté hier, lorsque je les rejoindrais. Ça me fera du bien de changer d'air.
— Vous avez déjà tout prévu.
— Oui. C'est surtout pour vous que je m'inquiète. Voulez-vous venir avec moi ?
Desmarais resta un long moment silencieux.
— Non, finit-il par dire. Je me débrouillerai pour retourner à Londres et brouiller les pistes pour que la Garde ne me retrouve plus jamais.
— Faites attention, le prévint Fay, la Garde est très douée pour retrouver les gens. Pas plus tard qu'hier, le journal a annoncé qu'elle avait récupéré un vampire qui était devenu fou deux semaines plus tôt et qui avait commencé à tuer plein d'humains.
— Je m'en sortirai, lui dit Desmarais d'un ton ferme. Vous oubliez que j'ai un bon cerveau. Étant jeune, j'étais grand amateur des séries policières qui regorgeaient d'exemples de criminels qui tentaient d'échapper à la justice.
Fay eut un petit sourire crispé et se dirigea vers la porte. Il ne manquait plus maintenant qu'à trouver un plan efficace pour le faire sortir de là avant que Blackwood ne s'aperçoive du dossier manquant. En remontant les couloirs pour déposer le plateau en cuisine, la vampire grimaça devant le nombre de sécurités qui la frappait soudain. Cela n'allait pas être de la tarte.

*********

Lorsque Desmarais posa un pied en dehors de sa cellule, il fut ému jusqu'aux larmes : enfin il allait être libre ! Les derniers mois en captivité ainsi que sa transformation en vampire avaient été très difficiles à supporter. Même la récente présence de Fay qui bavardait avec lui durant les repas n'avait pas éliminé entièrement les désagréments de la vie de prisonnier. Derrière lui, la vampire ferma silencieusement la porte avant de lui donner une bourrade dans le dos.
— Tu t'extasieras plus tard ! le sermonna-t-elle. Nous ne sommes pas sortis de l'auberge car tu n'es pas encore assez fort pour rester sous forme de chauve-souris bien longtemps. Je te l'ai déjà dit mais malgré tout le sang artificiel que je t'ai donné, cela ne te donnera jamais autant d'énergie que du vrai sang humain. Surtout que les transformations sont très coûteuses en énergie.
Elle jeta un coup d'œil aux alentours. Tout le monde, hormis ceux de garde, dormait à une heure du matin, mais elle se méfiait malgré les caméras qu'elle avait orientées dans un autre sens. Il y avait TOUJOURS un problème lorsqu'un prisonnier essayait de s'échapper. Fay reporta son attention sur Desmarais et le pressa de se transformer. Celui-ci grimaça au souvenir de la transformation douloureuse mais s'exécuta. Un POUF ! retentit et une chauve-souris apparut à la place du biologiste. La vampire la ramassa et la dissimula dans sa poche. C'était loin d'être confortable pour Desmarais, mais apporter un sac précisément cette nuit aurait été suspect. Elle prit ensuite une profonde inspiration : c'était le moment d'y aller !
Fay remonta les couloirs avec grande facilité. La nuit, il n'y avait que peu de gardes, la surveillance étant presque exclusivement reléguée aux caméras de surveillance et aux fils intégrés aux portes des cellules permettant de détecter si les prisonniers parvenaient à débloquer le loquet. Le silence régnant dans les couloirs était presque angoissant et la vampire s'appliqua à marcher le plus silencieusement possible tout en restant l'air impassible. Il ne fallait pas qu'elle attire l'attention des gardes surveillant les caméras. Soudain, Desmarais couina du fond de sa poche.
— Non, pas encore, lui chuchota Fay du coin des lèvres. Attends encore un peu, on y est presque.
Le dernier passage avant l'accès aux portes extérieures de la prison était gardé par quelqu'un en chair et en os et la vampire eut la surprise de découvrir David. Fay poussa un juron mental : il n'avait pas arrêté de la draguer de plus en plus lourdement ces derniers jours, sans comprendre qu'elle n'était pas intéressée. Le garde de prison ronflait, un filet de bave coulant sur son menton. Il était installé sur une chaise en équilibre et les clefs permettant de déverrouiller la porte pendaient sur sa cuisse gauche. Toute la difficulté résidait dans l'approche discrète afin de les récupérer, mais c'était un jeu d'enfant pour un vampire normalement constitué. Fay avança silencieusement quand soudain Desmarais poussa un nouveau couinement, réveillant David. La vampire se dépêcha de toussoter pour se donner bonne contenance et donna un léger coup dans sa poche gonflée. Ce n'était pas le moment de faire capoter l'opération en poussant des couinements.
— Douce Fay, s'exclama le garde avant de bailler largement. Que fais-tu ici si tard ? Tu as un petit creux ?
La vampire soupira mentalement de soulagement. Il lui donnait une excuse toute faite et elle n'allait pas le démentir.
— C'est exact. J'ai très faim et j'aimerai bien me mettre quelque chose sous la dent.
— Ça ne m'étonne pas, dit David avec un grand sourire. Tu n'as rien mangé pendant le repas du soir.
— Je n'avais pas faim tout à l'heure, mais maintenant oui. Peux-tu me déverrouiller la porte ? demanda Fay avec une légère impatience dans la voix. Je reviens dans cinq petites minutes.
Cependant, rien ne se déroula comme prévu. Un tremblement violent secoua brusquement le fond de la poche de Fay et elle se déchira dans un craquement sonore alors que Desmarais se retransformait à nouveau en humain. Horrifié par l'apparition brutale d'un homme provenant de la poche de celle qui l'intéressait depuis des mois, David poussa un hurlement terrible, forçant la vampire à l'assommer avant qu'il n'alerte tout le monde. Malheureusement, le cri de David avait réveillé les prisonniers aux alentours et des voix rauques s'élevèrent des cellules. Desmarais et Fay échangèrent un regard anxieux. Il fallait filer et vite. Fay, ignorant les dégâts que la transformation du biologiste avait causé à son blouson, arracha le trousseau de clefs du pantalon de David, y laissant un gros trou, puis déverrouilla la porte à toute vitesse.
— ON FONCE ! cria Fay à Desmarais avant de se mettre à courir à une vitesse inhumaine.
L'intellectuel la suivit, un peu éberlué de la vitesse à laquelle elle pouvait aller malgré son physique imposant. Il fut encore plus surpris de voir qu'il arrivait parfaitement à tenir l'allure même s'il s'essoufflait vite. Il avait encore beaucoup de choses à apprendre sur le métabolisme des vampires. Fort heureusement pour eux, la porte de la prison n'opposa aucune difficulté pour s'ouvrir et Fay bénit la courte formation que David lui avait prodiguée à son arrivée. Elle eut une dernière pensée pour lui avant de franchir la porte de la prison entrouverte.
La liberté, riante et joyeuse, s'offrit alors aux deux compères qui s'enfoncèrent dans la noirceur de la nuit.


THE END

------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour retrouver mes textes : #TextesDAlwine
Revenir en haut Aller en bas
helio

avatar

Masculin Lion Messages : 165
Date d'inscription : 04/04/2016

MessageSujet: Re: Le prisonnier de Nightstone [TP]   Sam 2 Déc - 12:32

OOO enfin la suite et fin. J'ai hâte de découvrir le dénouement. C'est Parti!

Citation :
Lorsque Fay retourna à la prison, la colère qu'elle réprimait difficilement garda les autres gardes humains à distance et lui dispensa d'expliquer pourquoi elle était si furieuse. Elle n'arrivait toujours pas à digérer ce qu'elle avait vu dans les papiers de Blackwood. Certains vampires avaient tendance à prendre les humains pour du bétail, mais considérer qu'ils étaient supérieurs et que les humains devaient leur obéir comme des pantins était ignoble. Aux yeux de Fay, aucune raison ne pouvait justifier la transformation de qui que ce soit en vampire sans son consentement absolu. Savoir que Phibes, personnage politique qu'elle aimait beaucoup, faisait partie de ceux n'ayant pas de respect pour les humains l'exaspérait au plus haut point.vision original des rapport vampire/humain j'aime bien
Les deux jours qui suivirent, elle fut plus insupportable que jamais : restant dans son coin, Fay refusait de s'asseoir avec les autres gardes humains pour faire semblant de manger (car la nourriture humaine ne convenait pas aux vampires) et restait debout à fixer le mur d'un regard noir. David chuchotait qu'elle allait finir par faire un trou dans le mur avec son regard acide, mais cela ne faisait rire que lui. Un matin alors qu'elle lui apportait son petit déjeuné, Desmarais en eut assez de cette attitude et la chercha afin de la faire réagir :
— Ça y est, vous arrêtez de faire la tête ? Votre comportement est incroyable, vous n'êtes plus une enfant !
Fay, qui était entrée pour poser la sempiternelle question du gouvernement avec le plateau du petit-déjeuner, feula en montrant les crocs. Le spectacle n'était pas des plus agréables à voir et Desmarais recula, effrayé. Elle posa le plateau-repas si violemment sur la table en métal que le gobelet en plastique contenant du jus d'orange se renversa partout.
— La ferme vous, je ne vous ai pas sonné !
— Auriez-vous découvert quelque chose de désagréable ?
Seulement, Desmarais n'aurait pas dû continuer à parler. Sans comprendre ce qu'il se passa par la suite, l'intellectuel se retrouva plaqué contre le mur au-dessus de sa couche, la gorge compressée à l'extrême par la poigne de fer de la vampire. Celle-ci approcha tant son visage du sien qu'il sentait son souffle rapide sur sa peau.
— Écoute espèce de misérable avorton, cracha Fay avec colère en passant au tutoiement, tes manières de te comporter comme si tu étais mieux que tout le monde commencent à sérieusement m'agacer ! J'ai découvert que le Gouvernement était bien pour quelque chose dans ta transformation et cela me fait douter de ses motifs ainsi que l'intérêt de mon engagement dans la Garde ! Tu n'as peut-être jamais douté dans ta vie avec ton cerveau de génie, mais moi, ça remet toute ma vie en question !
Joli scène avec une réaction cohérente, on comprend tout à coup toute cette colère ^^
Desmarais tenta d'argumenter pour se défendre, mais il ne parvint à produire qu'un gargouillement misérable. La poigne de Fay sur sa gorge était si forte qu'il n'arrivait même plus à parler.
— Mais comment un vulgaire personnage comme toi pourrait-il comprendre ? poursuivit Fay à voix basse. Tu ne fais que me lancer des piques comme si j'étais une attardée. Ce n'est pas parce que je suis moins intelligente que je vaux moins que toiCette réplique est trop niaise, trop naïve, elle parle comme une enfant, on y croit pas et le rapport d'intelligence non plus, je n'ai jamais trouvé ton personnage stupide. C'est vraiment minable comme attitude !
Bien qu'étant mort à cause de sa nouvelle condition de vampire et affamé par son jeûne imposé, Desmarais sentait la douleur de sa trachée devenir insupportable et puisa dans ses dernières forces afin de repousser violemment la vampire. Celle-ci sentit enfin que quelque chose n'allait pas et une lueur de raison traversa la fureur qui avait envahi son esprit. Fay relâcha alors sa prise et recula de quelques pas. Libéré de sa poigne, le biologiste retomba sur le lit comme une masse et passa de longues minutes à tousser fortement.
— Désolée, fit timidement la vampire, toute colère soudain envolée. Je ne voulais pas…
— Oh que si vous vouliez, grogna Desmarais avant de tousser de plus belle. Vous n'avez pas honte de ne pas savoir vous maîtriser ? J'ai connu des rats de laboratoire beaucoup plus civilisés que vous.
— J'ai… euh… j'ai pété les plombs.
Moi je ne trouve pas qu'elle ait pété les plomb... Question Et la réaction du du biologiste...bah il manque pas de culot dis donc, il a failli se faire démolir et il lance une pic comme ça, et Fay qui s'excuse? là je n'arrive pas à suivre la relation qui s'intalle entre tes personnages. à aucun moment, lors des visites tu crées entre eux une relations qui aurait instauré un certain respect mutuel entre les deux personnages. Hors si tu avais bien installé cette relation (où alors j'ai loupé quelque chose pendant la lecture) ce dialogue prendrait tout à coup sens et ne serait que la résultant d'un respect mutuel. je crois que c'est ce que tu as essayé de faire...mais la je divague un peu  Hurk
Se tordant les mains parce qu'elle ne savait quoi faire, Fay finit par revenir vers le lit pour aider le vampire amaigri à se redresser confortablement. Desmarais eut un brusque mouvement de recul à son approche puis se détendit légèrement lorsqu'il vit qu'elle ne voulait plus s'attaquer à sa gorge.
— Alors ? demanda-t-il sèchement une fois bien installé. On ne vous a jamais "appris"  tu as oublié le mot hihi je croyais qu'il n'y avait qu'à moi que cela arrivait Wiii à vous excuser correctement ? Les vampires sont décidément les créatures les plus malpolies que je connaisse.
— Je vous prie de m'excuser, marmonna Fay en jouant avec ses pouces.Réaction trop bébé, je veux c'est une femme forte, avec une personnalité, des ambitions de carrières qui essaye de surmonter les obstacle du au fait que se soit une femme et qui plus ait petit et enveloppée... au finale j'ai du mal à saisir ta vision du personnage de Fay : un gros nounours qui joue les durs?
Desmarais haussa un sourcil avant de soupirer.
— Excuses accordées. Je vous fais également des excuses car je reconnais ne pas avoir été très diplomate. Le manque de nourriture correspondant à mon nouveau métabolisme me rend plus agressif que d'habitude.
Sans un mot, Fay sortit quelque chose de sa poche et le tendit à Desmarais. Tout d'abord méfiant, il vit qu'il s'agissait une poche en plastique contenant un liquide rouge sombre. Une espèce de paille sortait d'un des côtés de la poche. L'intellectuel jeta un regard noir à son interlocutrice.
— Du sang ? Je vous ai déjà dit qu'il était hors de question que je boive le sang d'autres humains.
— Il s'agit de sang artificiel, précisa Fay en lui fourrant la poche dans les mains. Aucun humain n'a été touché pour le fabriquer. Certes, cela ne sera pas aussi efficace que du sang humain, mais cela vous requinquera un peu.
Devant son air exaspéré, Desmarais jugea bon de ne pas discuter. Une seule attaque de la vampire obèse lui avait prouvé que son apparence physique n'empêchait pas la dangerosité de Fay lorsqu'elle était en colère. Il but sagement le contenu de la poche. A sa grande surprise, le goût n'était pas mauvais et il ne put s'empêcher de terminer jusqu'à la dernière goutte. Le repas lui avait fait du bien car des couleurs avaient réapparu sur ses joues maigres, mais il se sentait toujours un peu faible. Il rendit alors la poche à Fay qui la rangea.
— Vous semblez vraiment différente des autres vampires que j'ai rencontré, dit le biologiste d'une voix tranquille, le ventre plein. En dehors du fait que vous m'ayez sauté à la gorge il y a moins de cinq minutes bien sûr. Qu'avez-vous trouvé pour être si en colère ? Vu votre réaction, j'ai l'impression que ce que vous avez découvert au sujet de ma transformation est assez délicat.
— Effectivement, répondit Fay avant de s'asseoir sur l'unique chaise de la cellule. Je me suis infiltrée dans le bureau du chef de la Garde et j'ai découvert un dossier comportant des informations au sujet de votre transformation… le pire, c'est que vous n'êtes pas le seul.
— Pas le seul ?
— Oui. J'ai découvert une liste de noms, dont certains sont déjà passés dans les journaux vampires en les présentant comme des nouvelles recrues désireuses de travailler pour le Gouvernement. Je suppose qu'ils les ont hypnotisés.
— Hypnotisés ? répéta Desmarais.
— C'est le seul moyen connu actuellement pour influencer les vampires, expliqua Fay. Cela permet de leur faire croire des choses qu'ils ne voulaient pas à la base. Seulement, le pouvoir d'hypnotiser les vampires est très rare et il n'existe actuellement que deux Hypnotiseurs dans notre communauté. Si le Gouvernement n'a pas fait appel à eux pour vous, c'est qu'ils sont déjà occupés autre part.
Desmarais ne répondit rien, préoccupé. Fay tapota le bord de la table durant un moment, semblant réfléchir à un plan, avant de se lever brusquement avec le plateau repas, toujours dégoulinant de jus d'orange.
— Il faut vous sortir d'ici, dit Fay. Je refuse d'être complice de ce genre de choses répugnantes.Formulation maladroite ^^
— Vous allez vous mettre à dos la Garde, contra Desmarais d'un ton réprobateur. Même si je ne me plains pas de votre initiative, bien au contraire.
— Peu m'importe, répliqua Fay. J'ai conservé le dossier de Blackwood que j'ai caché près d'ici. A moins qu'il n'en ait eu besoin au cours de ses derniers jours, il n'a pas encore du remarquer sa disparition. Je le donnerai au Mouvement Pirate Vampire pour la Liberté, que j'ai contacté hier, lorsque je les rejoindrais. Ça me fera du bien de changer d'air.
— Vous avez déjà tout prévu.
— Oui. C'est surtout pour vous que je m'inquiète. Voulez-vous venir avec moi ?
Desmarais resta un long moment silencieux.
— Non, finit-il par dire. Je me débrouillerai pour retourner à Londres et brouiller les pistes pour que la Garde ne me retrouve plus jamais.
— Faites attention, le prévint Fay, la Garde est très douée pour retrouver les gens. Pas plus tard qu'hier, le journal a annoncé qu'elle avait récupéré un vampire qui était devenu fou deux Ça, c'est intéressant, des vampire devenant fou!! c'est une idée à développer semaines plus tôt et qui avait commencé à tuer plein d'humains.
— Je m'en sortirai, lui dit Desmarais d'un ton ferme. Vous oubliez que j'ai un bon cerveau. Étant jeune, j'étais grand amateur des séries policières qui regorgeaient d'exemples de criminels qui tentaient d'échapper à la justice.
Fay eut un petit sourire crispé et se dirigea vers la porte. Il ne manquait plus maintenant qu'à trouver un plan efficace pour le faire sortir de là avant que Blackwood ne s'aperçoive du dossier manquant. En remontant les couloirs pour déposer le plateau en cuisine, la vampire grimaça devant le nombre de sécurités qui la frappait soudain. Cela n'allait pas être de la tarte.

*********

Lorsque Desmarais posa un pied en dehors de sa cellule, il fut ému jusqu'aux larmes : enfin il allait être libre ! Les derniers mois en captivité ainsi que sa transformation en vampire avaient été très difficiles à supporter. Même la récente présence de Fay qui bavardait avec lui durant les repas n'avait pas éliminé entièrement les désagréments de la vie de prisonnier. Derrière lui, la vampire ferma silencieusement la porte avant de lui donner une bourrade dans le dos.
— Tu t'extasieras plus tard ! le sermonna-t-elle. Nous ne sommes pas sortis de l'auberge car tu n'es pas encore assez fort pour rester sous forme de chauve-souris bien longtemps. Je te l'ai déjà dit mais malgré tout le sang artificiel que je t'ai donné, cela ne te donnera jamais autant d'énergie que du vrai sang humain. Surtout que les transformations sont très coûteuses en énergie.
Elle jeta un coup d'œil aux alentours. Tout le monde, hormis ceux de garde, dormait à une heure du matin, mais elle se méfiait malgré les caméras qu'elle avait orientées dans un autre sens. Il y avait TOUJOURS un problème lorsqu'un prisonnier essayait de s'échapper. Fay reporta son attention sur Desmarais et le pressa de se transformer. Celui-ci grimaça au souvenir de la transformation douloureuse mais s'exécuta. Un POUF ! retentit et une chauve-souris apparut à la place du biologiste. La vampire la ramassa et la dissimula dans sa poche. C'était loin d'être confortable pour Desmarais, mais apporter un sac précisément cette nuit aurait été suspect. Elle prit ensuite une profonde inspiration : c'était le moment d'y aller !
Fay remonta les couloirs avec grande facilité. La nuit, il n'y avait que peu de gardes, la surveillance étant presque exclusivement reléguée aux caméras de surveillance et aux fils intégrés aux portes des cellules permettant de détecter si les prisonniers parvenaient à débloquer le loquet. Le silence régnant dans les couloirs était presque angoissant et la vampire s'appliqua à marcher le plus silencieusement possible tout en restant l'air impassible. Il ne fallait pas qu'elle attire l'attention des gardes surveillant les caméras. Soudain, Desmarais couina du fond de sa poche.
— Non, pas encore, lui chuchota Fay du coin des lèvres. Attends encore un peu, on y est presque.
Le dernier passage avant l'accès aux portes extérieures de la prison était gardé par quelqu'un en chair et en os et la vampire eut la surprise de découvrir David. Fay poussa un juron mental : il n'avait pas arrêté de la draguer de plus en plus lourdement ces derniers jours, sans comprendre qu'elle n'était pas intéressée. Le garde de prison ronflait, un filet de bave coulant sur son menton. Il était installé sur une chaise en équilibre et les clefs permettant de déverrouiller la porte pendaient sur sa cuisse gauche. Toute la difficulté résidait dans l'approche discrète afin de les récupérer, mais c'était un jeu d'enfant pour un vampire normalement constitué. Fay avança silencieusement quand soudain Desmarais poussa un nouveau couinement, réveillant David. La vampire se dépêcha de toussoter pour se donner bonne contenance et donna un léger coup dans sa poche gonflée. Ce n'était pas le moment de faire capoter l'opération en poussant des couinements.
— Douce Fay, s'exclama le garde avant de bailler largement. Que fais-tu ici si tard ? Tu as un petit creux ?
La vampire soupira mentalement de soulagement. Il lui donnait une excuse toute faite et elle n'allait pas le démentir.
— C'est exact. J'ai très faim et j'aimerai bien me mettre quelque chose sous la dent.
— Ça ne m'étonne pas, dit David avec un grand sourire. Tu n'as rien mangé pendant le repas du soir.
— Je n'avais pas faim tout à l'heure, mais maintenant oui. Peux-tu me déverrouiller la porte ? demanda Fay avec une légère impatience dans la voix. Je reviens dans cinq petites minutes.
Cependant, rien ne se déroula comme prévu. Un tremblement violent secoua brusquement le fond de la poche de Fay et elle se déchira dans un craquement sonore alors que Desmarais se retransformait à nouveau en humain. Horrifié par l'apparition brutale d'un homme provenant de la poche de celle qui l'intéressait depuis des mois, David poussa un hurlement terrible, forçant la vampire à l'assommer avant qu'il n'alerte tout le monde. Malheureusement, le cri de David avait réveillé les prisonniers aux alentours et des voix rauques s'élevèrent des cellules. Desmarais et Fay échangèrent un regard anxieux. Il fallait filer et vite. Fay, ignorant les dégâts que la transformation du biologiste avait causé à son blouson, arracha le trousseau de clefs du pantalon de David, y laissant un gros trou, puis déverrouilla la porte à toute vitesse.
— ON FONCE ! cria Fay à Desmarais avant de se mettre à courir à une vitesse inhumaine.
L'intellectuel la suivit, un peu éberlué de la vitesse à laquelle elle pouvait aller malgré son physique imposant. Il fut encore plus surpris de voir qu'il arrivait parfaitement à tenir l'allure même s'il s'essoufflait vite. Il avait encore beaucoup de choses à apprendre sur le métabolisme des vampires. Fort heureusement pour eux, la porte de la prison n'opposa aucune difficulté pour s'ouvrir et Fay bénit la courte formation que David lui avait prodiguée à son arrivée. Elle eut une dernière pensée pour lui avant de franchir la porte de la prison entrouverte.
La liberté, riante et joyeuse, s'offrit alors aux deux compères qui s'enfoncèrent dans la noirceur de la nuit.

En conclusion :

Sur la forme : Après un  certain moment j'ai arrêté de relever les trucs qui me dérangeait, mais avec du travail ca peu devenir  vraiment très bon. Certain formulation son maladroite, et il manque des figure de style, pas des compliqué mais tu as une écriture direct, tu ne tourne pas autour du pot. C'est bien, c'est efficace! mais parfois ca fait ressortir une écriture bâclé et pauvre. Bref voilà pour la forme.

Sur le fond : J'avoue que j'attendais un autre dénouement, tu avais installé un mytère intéressant autour du biologiste mais finalement tu ne l'as pas développé, il a juste été transformé contre son gré. Surtout, c'est l'évolution du rapport entre les deux personnages principaux, j'ai vraiment eu du mal avec. Il faut soit plus de cohérence, soit mieux développer leur relation.

Autant j'était enthousiaste au début, mais la fin m'a déçu. Je préfère être honnête avec toi. Après peut-être que j'en attendais trop vue les très bon deux 1ère partie de ta nouvelle.

J'espère que mon honnêteté ne te fera pas trop de peine et bonne continuation.
Gros bisous et câlin à toi! Timide

PS : j'ai remarqué un drôle de chose. C'est marrant que ton personnage soit petite et un peu obèse, brune et tout, quand on s'est que toi tu es très belle et grande aux cheveux blond vénitiens (merci trombiduscop!)
Revenir en haut Aller en bas
Alwine
Sage des Esprits Codeurs et Graphistes
avatar

Féminin Scorpion Messages : 304
Date d'inscription : 25/05/2016

MessageSujet: Re: Le prisonnier de Nightstone [TP]   Dim 3 Déc - 13:56

Merci beaucoup pour ton long commentaire Helio et merci pour ton honnêteté ! :)

Je suis vraiment désolée que tu ai été déçu par la fin :( Les nouvelles écrites pendant le projet Bradbury ont été rédigées assez rapidement et je n'avais pas forcément de fin en tête, raison pour laquelle elles sont en très grande majorité décevantes. Je suis tout de même contente de savoir que le contexte est intéressant, peut-être qu'elle sera mieux en la reprenant pour la développer et en mettant une vraie fin (j'avoue que des idées me viennent là, mais je vais les laisser de côté pour l'instant).

De plus, concernant le rapport entre les personnages et les personnages en eux-même, c'est ce avec quoi je rencontre des difficultés à présent et je vais travailler davantage ça dans mes futures nouvelles :) A propos de ton ps au sujet de l'apparence du personnage principal, c'est totalement voulu qu'elle soit hors des standards de beauté vampires (et humains). Les héros ont assez rarement des physiques atypiques et je me suis dis que ça serait bien de représenter davantage tout type de morphologie (même si je ne suis pas très douée encore pour l'instant).

Concernant le style d'écriture, c'est vraiment pauvre si on ne met pas de figure de style ? J'avoue que je ne suis pas très à l'aise avec, j'ai l'impression que ça fait toujours too much et d'écrire n'importe quoi :/ Je ne suis pas très poétique non plus, ce qui fait que mon écriture est pauvre.

Pour finir, par curiosité, tu t'attendais à quoi comme développement de l'histoire et de fin ?

(Et c'est là où je suis contente de mon évolution personnelle car, même si j'ai eu un pincement au coeur en lisant ton commentaire, j'arrive à prendre de la distance et à me dire que je ferais mieux la prochaine fois :D)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour retrouver mes textes : #TextesDAlwine
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le prisonnier de Nightstone [TP]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le prisonnier de Nightstone [TP]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: