Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Paradoxe d' Halloween 2016, trouvez y vos textes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
rhodan

avatar

Masculin Capricorne Messages : 82
Date d'inscription : 01/08/2014

MessageSujet: Re: Paradoxe d' Halloween 2016, trouvez y vos textes    Mar 5 Juil 2016 - 9:34

Bien, j'avoue ne pas savoir écrire, mon style est rude, bref, peu fluide et compagnie
Donc, je cherche des personnes qui pourrait m'aider à réécrire cette petite nouvelle :

- il faudrait bien plus de descriptif des états psychologiques, des personnages, bref ces quelques lignes pourraient devenir bien bien mieux ; WHO can help ?

Sinon, vous en pensez quoi ?


LE LIVRE

Un mois .Un mois qu’elle était dans ce foutu lit d’hôpital.
Claire n’en pouvait plus , assaillie par une vive douleur au ventre, elle avait dû se rendre aux urgences . Malgré une série de tests, les médecins n’avaient trouvé la nature de son mal.
Il paraît même que le chirurgien en chef avait joint une sommité mondiale pour prendre son avis.
Claire n’avait encore que trente ans, un âge normalement où l’on est au sommet de sa forme .
Dans les couloirs, jamais beaucoup d’agitations, même si cet hôpital universitaire était une vraie ruche, où chaque « abeille » s’active à sa tâche.
Ces journées se déroulaient toujours de même : en matinée des séries de tests médicaux, puis le longues après-midi de repos où elle attendait quelques rares visites.
Elle n’avait qu’une idée rentrée chez elle et retrouver le cours normal de sa vie. Mais , sa douleur encore constante la rendait docile aux traitements médicaux.
Cette fois, les médecins avaient décidé de l’opérer.
Claire ne savait pas quoi en penser, mais après tout il fallait peut-être « exorciser » le mal.
Un soir alors que l’heure des visites était largement dépassée. Un homme entra dans sa chambre.
Cela ne pouvait être un médecin, il était vraiment grand mais mince, tout habillé de noir, jusqu’à son couvre- chef qu’il n’avait pas retiré . Son teint était gris, il avait de longs doigts fins . Dans une main, il semblait porter un livre très lourd.
Claire pensa immédiatement que c’était l’un de ses prêtres, ou de ses pasteurs qui bible en main, voulait venir prier pour ou avec elle.
- C’est bien gentil, Monsieur…ou mon Père, mais je ne suis pas croyante.

Cet homme énigmatique prit une chaise, et dans un mouvement extrêmement lent, il prit place, en déposant son lourd grimoire aux pieds de Claire.

- Je ne suis ni un prêtre, ni même médecin .

Lui dit-il avec une voix douce mais autoritaire.

- Mais alors, du diable, êtes-voir ? Laissez-moi, tranquille je voudrais dormir.

Claire pensait même appeler l’infirmière à la rescousse, mais tout l’hôpital était silencieux, comme plongé dans une profonde léthargie. Plus aucun mouvement, plus aucun bruit.

- Pourriez, vous ( lui dit-il) ouvrir ce Livre, je vous prie.

Claire saisit le vieux livre qui semblait daté d’une époque révolue. Elle eut la surprise de voir son nom imprimer sur la Couverture.
Les premières lignes contenaient sa date de naissance. Puis, elle eut la surprise de découvrir que ce livre contait sa vie, à mesure de sa lecture, des images éclatait dans sa tête, chaque mot lu prenait vie en elle.

- Si, vous le désirez nous avons quelques volumes antérieurs.

Lui répondit , ce curieux et sinistre personnage.

- Qui êtes-vous, comment donc pouvez-vous connaître ainsi tous ces épisodes secrets de ma vie.

- Oh, un ami qui vous a accompagnez de près toutes ces années, a été chargé de ce travail.

- A présent, je viens réaliser le mien, que pensez-vous de votre vie ?

- Oh, elle n’est pas parfaite, il y a certainement eu des imperfections, mais j’ai toujours tenté de faire de mon mieux et de respecter les autres.

- C’est aussi mon avis, à présent je vous prie de me suivre.

Claire se leva péniblement de son lit, curieuse de ce que ce mystérieux étranger allait encore lui montrer.

L’homme lui saisit la main, et se dirigea délicatement avec elle vers la porte de sortie.

En se retournant une dernière fois, elle se vit encore allongée dans son lit.
Revenir en haut Aller en bas
rhodan

avatar

Masculin Capricorne Messages : 82
Date d'inscription : 01/08/2014

MessageSujet: Re: Paradoxe d' Halloween 2016, trouvez y vos textes    Mar 5 Juil 2016 - 17:01

Voilà, c'est une version qu'une première personne m'a corrigée, à vos suggestions

LE LIVRE

Un mois. Un mois qu’elle était dans ce foutu lit d’hôpital.
Claire n’en pouvait plus. Assaillie par une vive douleur au ventre, elle avait dû se rendre aux urgences. Malgré une série de tests, les médecins n’avaient pas trouvé la nature de son mal.
Il paraît même que le chirurgien en chef avait joint une sommité mondiale pour prendre son avis.
D’après ce qu’elle avait crû comprendre, le chirurgien en chef s’était même adjoint les services d’une sommité mondiale afin de recevoir son avis éclairé.
Claire n’avait encore que trente ans, un âge normalement où l’on est au sommet de sa forme .
Agée de juste trente ans, Claire considérait qu’elle aurait dû être au sommet de sa forme, ce qui n’était visiblement pas le cas, à son grand désarroi. Ne pas connaître la nature exacte du mal qui la rongeait ne faisait qu’amplifier son inquiétude.
Dans les couloirs, jamais beaucoup d’agitations, même si cet hôpital universitaire était une vraie ruche, où chaque « abeille » s’active à sa tâche.
L’hôpital universitaire, cette véritable ruche où chaque « abeille » s’activait à sa tâche, lui paraissait étrangement silencieux. En effet, l’agitation et les bruits propres à ce genre d’établissement ne parvenaient pas à franchir les portes de sa chambre. Comme si Claire se trouvait coupée du monde.
Ces journées se déroulaient toujours de même : en matinée des séries de tests médicaux, puis le longues après-midi de repos où elle attendait quelques rares visites.
Les journées défilaient, immuables et déprimantes : tests médicaux le matin, puis repos tout l’après-midi, un repos parfois émaillé de trop rares visites.
Elle n’avait qu’une idée rentrée chez elle et retrouver le cours normal de sa vie.
La patiente n’avait qu’une idée en tête : rentrer chez elle et retrouver le cours normal, ô combien rassurant, de sa paisible existence.
Mais , sa douleur encore constante la rendait docile aux traitements médicaux.
Pourtant, cette douleur constante et persistante ne lui laissait d’autre choix que de rester et subir avec docilité les traitements médicaux.
Cette fois, Aux dernières nouvelles, las de ne pas trouver d’explications à sa pathologie, les médecins avaient décidé de l’opérer.
Claire ne savait pas quoi en penser, mais après tout il fallait peut-être « exorciser » le mal.

Laisser ici une ligne vide pour marquer une ellipse temporelle.
Un soir alors que l’heure des visites était largement dépassée. Un homme entra dans sa chambre .(phrase mal découpée)
Un soir, alors que l’heure des visites était largement dépassée, un homme entra dans sa chambre.
Cela ne pouvait être un médecin, il était vraiment grand mais mince, tout habillé de noir, jusqu’à son couvre- chef qu’il n’avait pas retiré . Son teint était gris, il avait de longs doigts fins . Dans une main, il semblait porter un livre très lourd.
Claire pensa immédiatement que c’était l’un de ses prêtres, ou de ses pasteurs qui bible en main, voulait venir prier pour ou avec elle.
Une chose était sûre, il ne s’agissait pas d’un médecin. Point de blouse blanche. Grand et mince, l’homme était vêtu de noir de la tête aux pieds, jusqu’à son couvre-chef qu’il n’avait pas retiré. Son teint gris en harmonie avec sa tenue lugubre et ses longs doigts fins lui donnaient l’allure d’un oiseau de mauvais augure. Dans sa main droite, un gros livre, sûrement très lourd.
Claire déglutit, mal à l’aise. Ce type lui rappelait les prêtres qui, tels des corbeaux, chassaient les âmes en peine afin de les soulager à grands coups de bible et de prières. Pas sa tasse de thé. Et elle allait le mettre rapidement au parfum.
- C’est bien gentil, Monsieur…ou mon Père, mais je ne suis pas croyante.
― Monsieur… Mon père… je vous le dis tout net, je ne suis pas croyante.
Claire eut du mal à reconnaître sa propre voix, tant elle lui paraissait fluette et dénuée d’énergie.
Cet homme énigmatique prit une chaise, et dans un mouvement extrêmement lent, il prit place, en déposant son lourd grimoire aux pieds de Claire.
Sans un mot, l’homme énigmatique se saisit d’une chaise et, dans un mouvement d’une lenteur extrême, ou calculée, il prit place. Il déposa son lourd grimoire aux pieds de Claire, sur la couverture râpeuse et défraichie de l’hôpital.
- Je ne suis ni un prêtre, ni même médecin .
Lui dit-il avec une voix douce mais autoritaire.
― Je ne suis pas prêtre, ni même médecin, rétorqua-t-il d’un timbre doux teinté d’une autorité certaine.
- Mais alors, du diable, êtes-voir ? Laissez-moi, tranquille je voudrais dormir.
― Dans ce cas, je vous prierais de sortir et me laisser tranquille. Je voudrais dormir.
Claire pensait même appeler l’infirmière à la rescousse, mais tout l’hôpital était silencieux, comme plongé dans une profonde léthargie. Plus aucun mouvement, plus aucun bruit.
L’homme ne bougea pas. Face à son manque de réaction – et de politesse ! – Claire pensa un instant appeler une infirmière à la rescousse afin de faire déguerpir l’importun. Elle n’en fit rien, saisit par le silence oppressant, l’absence totale de mouvement ou de bruit, comme si tout l’hôpital venait d’entrer en léthargie.
- Pourriez, vous ( lui dit-il) ouvrir ce Livre, je vous prie.
― Pourriez-vous ouvrir ce livre, je vous prie ? continua-t-il sans ciller.
Claire saisit le vieux livre qui semblait daté d’une époque révolue. Elle eut la surprise de voir son nom imprimer sur la Couverture.
Comme une automate, Claire saisit le vieil ouvrage qui semblait dater d’une époque révolue. Non sans surprise, elle aperçut son nom imprimé sur la couverture.
Les premières lignes contenaient sa date de naissance. Puis, elle eut la surprise de découvrir que ce livre contait sa vie, à mesure de sa lecture, des images éclatait dans sa tête, chaque mot lu prenait vie en elle.
Les premières lignes indiquaient sa date de naissance, avant de continuer vers le récit de sa propre vie. A mesure de sa lecture, des images éclataient dans sa tête comme des bulles de souvenirs, chaque mot résonnait dans chaque parcelle de son être, bribes d’un passé qui ne demandait qu’à remonter en surface.
- Si, vous le désirez nous avons quelques volumes antérieurs.
Lui répondit (elle n’a rien dit, il ne peut donc lui répondre), ce curieux et sinistre personnage.
― Si vous le désirez, vous pourrez compulser quelques volumes antérieurs, ajouta le curieux et sinistre personnage.
- Qui êtes-vous, comment donc pouvez-vous connaître ainsi tous ces épisodes secrets de ma vie.
Estomaquée, Claire reprit pied dans le présent. Elle leva la tête vers son interlocuteur.
― Qui… qui êtes-vous ? Comment pouvez-vous connaître tous les détails de ma vie ? Même les plus secrets ?
- Oh, un ami qui vous a accompagnez de près toutes ces années, a été chargé de ce travail.
- (attention, même narrateur, pas de tiret) A présent, je viens réaliser le mien, que pensez-vous de votre vie ?
― Oh, un ami vous a accompagné de près toutes ces années, il s’est chargé du travail. A présent, à moi d’œuvrer. Quel bilan tirez-vous de votre vie ?
- Oh, elle n’est pas parfaite, il y a certainement eu des imperfections, mais j’ai toujours tenté de faire de mon mieux et de respecter les autres.
Comme anesthésiée, Claire répondit après une brève réflexion.
― Ma vie n’est pas parfaite, loin de là. Malgré les hauts et les bas, j’ai toujours tenté de faire de mon mieux dans le respect des autres.
- C’est aussi mon avis, à présent je vous prie de me suivre.
La bouche de l’homme s’étira à peine sur un sourire fugace.
― C’est aussi mon avis. A présent, je vous prie de bien vouloir me suivre.
Claire se leva péniblement de son lit, curieuse de ce que ce mystérieux étranger allait encore lui montrer.
L’homme lui saisit la main, (suppr la virgule) et se dirigea délicatement avec elle vers la porte de sortie.
En se retournant une dernière fois, elle se vit encore allongée dans son lit.
Une force inconnue poussa Claire à se retourner une dernière fois. Là, sur ce lit blanc et austère d’hôpital, elle vit. Cette forme, ce corps… Elle, allongée pour l’éternité.
Revenir en haut Aller en bas
rhodan

avatar

Masculin Capricorne Messages : 82
Date d'inscription : 01/08/2014

MessageSujet: Re: Paradoxe d' Halloween 2016, trouvez y vos textes    Mer 6 Juil 2016 - 12:09

Voilà, cela ne répond plus beaucoup ?

Mais voici, ma version et donc proposer d'autres textes, comme ces deux excellentes NOUVELLES, qui seront publiées pour HALLOWEEN

"Une affaire d'enfer" : http://fr.calameo.com/read/003732895b102928650d8
" Au-delà du Purgatoire" : http://fr.calameo.com/read/0037328954b971ff65e90

Un mois. Un mois qu’elle était dans ce foutu lit d’hôpital.
Claire n’en pouvait plus. Assaillie par une vive douleur au ventre, elle avait dû se rendre aux urgences. Malgré une série de tests, les médecins n’avaient pas trouvé la nature de son mal.
D’après ce qu’elle avait crû comprendre, le chirurgien en chef s’était même adjoint les services d’une sommité mondiale afin de recevoir son avis éclairé.

Agée de juste trente ans, Claire considérait qu’elle aurait dû être au sommet de sa forme, ce qui n’était visiblement pas le cas, à son grand désarroi. Ne pas connaître la nature exacte du mal qui la rongeait ne faisait qu’amplifier son inquiétude.

L’hôpital universitaire, cette véritable ruche où chaque « abeille » s’activait à sa tâche, lui paraissait étrangement silencieux. En effet, l’agitation et les bruits propres à ce genre d’établissement ne parvenaient pas à franchir les portes de sa chambre. Comme si Claire se trouvait coupée du monde.

Les journées défilaient, immuables et déprimantes : tests médicaux le matin, puis repos tout l’après-midi, un repos parfois émaillé de trop rares visites.
La patiente n’avait qu’une idée en tête : rentrer chez elle et retrouver le cours normal, ô combien rassurant, de sa paisible existence.

Pourtant, cette douleur constante et persistante ne lui laissait d’autre choix que de rester et subir avec docilité les traitements médicaux.

Aux dernières nouvelles, las de ne pas trouver d’explications à sa pathologie, les médecins avaient décidé de l’opérer.

Claire ne savait pas quoi en penser, mais après tout il fallait peut-être « exorciser » le mal.


***


Un soir, alors que l’heure des visites était largement dépassée, un homme entra dans sa chambre.
Une chose était sûre, il ne s’agissait pas d’un médecin. Point de blouse blanche. Grand et mince, l’homme était vêtu de noir de la tête aux pieds, jusqu’à son couvre-chef qu’il n’avait pas retiré. Son teint gris en harmonie avec sa tenue lugubre et ses longs doigts fins lui donnaient l’allure d’un oiseau de mauvais augure. Dans sa main droite, un gros livre, sûrement très lourd.

Claire déglutit, mal à l’aise. Ce type lui rappelait les prêtres qui, tels des corbeaux, chassaient les âmes en peine afin de les soulager à grands coups de bible et de prières. Pas sa tasse de thé. Et elle allait le mettre rapidement au parfum.

― Monsieur… Mon père… je vous le dis tout net, je ne suis pas croyante.

Claire eut du mal à reconnaître sa propre voix, tant elle lui paraissait fluette et dénuée d’énergie.

Sans un mot, l’homme énigmatique se saisit d’une chaise et, dans un mouvement d’une lenteur extrême, ou calculée, il prit place. Il déposa son lourd grimoire aux pieds de Claire, sur la couverture râpeuse et défraichie de l’hôpital.

― Je ne suis pas prêtre, ni même médecin, rétorqua-t-il d’un timbre doux teinté d’une autorité certaine.

― Dans ce cas, je vous prierais de sortir et me laisser tranquille. Je voudrais dormir.

L’homme ne bougea pas. Face à son manque de réaction – et de politesse ! – Claire pensa un instant appeler une infirmière à la rescousse afin de faire déguerpir l’importun. Elle n’en fit rien, saisit par le silence oppressant, l’absence totale de mouvement ou de bruit, comme si tout l’hôpital venait d’entrer en léthargie.

― Pourriez-vous ouvrir ce livre, je vous prie ? continua-t-il sans ciller.

Comme une automate, Claire saisit le vieil ouvrage qui semblait dater d’une époque révolue. Non sans surprise, elle aperçut son nom imprimé sur la couverture.

Les premières lignes indiquaient sa date de naissance, avant de continuer vers le récit de sa propre vie. A mesure de sa lecture, des images éclataient dans sa tête comme des bulles de souvenirs, chaque mot résonnait dans chaque parcelle de son être, bribes d’un passé qui ne demandait qu’à remonter en surface.

― Si vous le désirez, vous pourrez compulser quelques volumes antérieurs, ajouta le curieux et sinistre personnage.

Estomaquée, Claire reprit pied dans le présent. Elle leva la tête vers son interlocuteur.

― Qui… qui êtes-vous ? Comment pouvez-vous connaître tous les détails de ma vie ? Même les plus secrets ?

― Oh, un ami vous a accompagné de près toutes ces années, il s’est chargé du travail. A présent, à moi d’œuvrer. Quel bilan tirez-vous de votre vie ?

Comme anesthésiée, Claire répondit après une brève réflexion.

― Ma vie n’est pas parfaite, loin de là. Malgré les hauts et les bas, j’ai toujours tenté de faire de mon mieux dans le respect des autres.

La bouche de l’homme s’étira à peine sur un sourire fugace.

― C’est aussi mon avis. A présent, je vous prie de bien vouloir me suivre.

Une force inconnue poussa Claire à se retourner une dernière fois. Là, sur ce lit blanc et austère d’hôpital, elle vit. Cette forme, ce corps… Elle, allongée pour l’éternité.

---------------
http://fr.calameo.com/read/0037328958f45f266b334
http://fr.calameo.com/read/0037328953f2f3e169e5c
http://fr.calameo.com/read/00373289531d5a2fa73df
Revenir en haut Aller en bas
Le Molosse
Habituée de la CB
avatar

Féminin Vierge Messages : 1742
Date d'inscription : 29/12/2015
Localisation : Dans ma chambre
Humeur : Mode Molosse: Off

MessageSujet: Re: Paradoxe d' Halloween 2016, trouvez y vos textes    Sam 9 Juil 2016 - 11:41

Je pense partir sur une de mes anciennes rédactions et la remanier :) ... Enfin essayer lol. On envoie ça à qui?

------------------------------------------------------------------------------------------------
Signe distinctif de chasseresse de fautes: ~ (pour faire honneur à mon surnom :la:)

Sections attribuées: Romans et Théâtre


N'hésitez pas à venir me lire ici: Mes écrits #TexteDeMathilde
:unjournormal:

Coucou Invité * Sourire étrange à interpréter comme tu veux
Revenir en haut Aller en bas
https://www.flickr.com/photos/124488553@N07/
rhodan

avatar

Masculin Capricorne Messages : 82
Date d'inscription : 01/08/2014

MessageSujet: Re: Paradoxe d' Halloween 2016, trouvez y vos textes    Lun 11 Juil 2016 - 12:15

donc pour l'envoi farnemesis -a- Yahoo.fr

Revenir en haut Aller en bas
Matt

avatar

Féminin Poissons Messages : 67
Date d'inscription : 15/09/2016
Localisation : quelque part
Humeur : Maussade, mais pas méchante

MessageSujet: Re: Paradoxe d' Halloween 2016, trouvez y vos textes    Mar 1 Nov 2016 - 21:11

Ouaiii, ça me dit bien! Dans quelle catégorie faut-il poster le texte?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paradoxe d' Halloween 2016, trouvez y vos textes    

Revenir en haut Aller en bas
 
Paradoxe d' Halloween 2016, trouvez y vos textes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Compétitions :: Défis-
Sauter vers: