Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Roll a 20

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 300
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Roll a 20   Mer 13 Juil - 22:20

Bonjour, j'ai écrit cette nouvelle en hâte comme toujours, le thème est le jdr l'appel de Cthulhu, voilà.




Les angles se transformaient subitement en coin et la géométrie n'était qu'un concept aussi vague et brumeux que l'esprit du pauvre petit humain perdu dans la forteresse du Grand.

Ses bras étaient écarlates et noirs, du sang dégoulinait de chacune des plaies qu'il s'était infligé "pour rester fou... non... pour rester vivant...", et peut-être que la douleur qui devenait de moins en moins aigüe et de plus en plus distante, comme si elle n'était qu'un rêve lointain, l'avait effectivement aidé à traîner sa carcasse apathique jusqu'ici.
Jusqu'où exactement ?

47° 9' S, 123° 43' W, dans le Pacifique, dans la cité qui songe, où depuis des millénaires celui qui rêve la destiné de la Terre dort, et qui a à maintes reprises déversé sur la terre ses sombres démons issus de son esprit aussi créateur et aussi noir que l'abysse.

Mais qui pourrait juger du bien ou du mal, du rêve ou du cauchemar ?

Qui pourrait dire si la nuit qui retenait prisonnier l'Immortel et qui touche à son terme, annonce le crépuscule de l'humanité ou son renouveau ?

Qui pourrait dire si le sang versé, si les cris de souffrances et l'abîme de folie où seront plongés les hommes  déplaisent aux divinités de la nature ?

Nul mortel ou immortel, humain tout du moins ne pourrait le dire, une montagne particulièrement vieille le pourrait peut-être, et encore, que sont ces millions d'années face aux éternités que les Anciens ont vu et créés ? Peu de choses, et indéniablement insuffisantes pour comprendre ces êtres.

Et pourtant cet homme se dressait, face à la porte de la mort, face à un destin irrévocable, les astres avaient déjà prédit ce moment irrévocable depuis des éons, mais lui y croyait encore.

Alors il ouvrit la porte.


Ce qu'il vit était au delà des mots.



Une sensation peut-être, la peur.




Une peur qui consumme l'esprit jusqu'à la folie.




Oh, mais il réussit à supporter la terrible vue du Grand Ancien.


Soit serat-il détruit par la masse gigantesquede cette montagne mouvante ?

Il semblerait que non, et il semblerait que le Grand Ancien se soit prit les pieds dans rien du tout et il tombe sur la tête.

Et en tentant de se relever il tombe encore.

C'est ce moment que choisit Eric pour sortir sa lame maudite, donner par un mystérieux vieil homme, dérisoire curedent, seul esporie de l'humanité.

Il semblerait que le dieu éternel n'en supporte pas la vue et tombe dans la folie.

Eric frappe.

Le Grand Ancien souffre mais une blessure aussi infime peut-être facilement soigné par ses immenses pouvoirs occultes.

Et il échoue à se soigner.

Eric frappe encore et regarde l'Être qui a vu le temps naître dans les yeux.

Le Grand Ancien tombe un peu plus dans la folie, il échoue à soutenir le regard d'Eric.

Le Grand Ancien deviens alcoolique et se suicide.


-Bon et bien, t'as tué Cthulhu mec, sacré série de critiques.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Roll a 20   Lun 18 Juil - 15:43

@Ouppo a écrit:
Bonjour, j'ai écrit cette nouvelle en hâte comme toujours, le thème est le jdr l'appel de Cthulhu, voilà.




Les angles se transformaient subitement en coin et la géométrie n'était qu'un concept aussi vague et brumeux que l'esprit du pauvre petit humain perdu dans la forteresse du Grand. ça commence de manière forte, je n'ai pas compris cette phrase à la première lecture et il m'en a fallu d'autres pour la saisir petit à petit ... Tout aussi brumeuse que l'esprit de ce pauvre humain donc !

Ses bras étaient écarlates et noirs, du sang dégoulinait de chacune des plaies qu'il s'était infligé "pour rester fou... non... pour rester vivant...", et peut-être que la douleur qui devenait de moins en moins aigüe et de plus en plus distante, comme si elle n'était qu'un rêve lointain Pour moi l'image du rêve ne fonctionne pas, je n'arrive pas à comparer la douleur à un rêve qui s'éloigne, peut-être ne suis-je pas assez imaginatif , l'avait effectivement aidé à traîner sa carcasse apathique jusqu'ici.
Jusqu'où exactement ?

47° 9' S, 123° 43' W, dans le Pacifique, dans la cité qui songe, où depuis des millénaires celui qui rêve la destiné destinée de la Terre dort, et qui a à maintes reprises déversé sur la terre ses sombres démons issus de son esprit aussi créateur et aussi noir que l'abysse. Grande phrase ! Je sens une sorte de souffle derrière, comme de la narration qui se veut très forte et imposante avec de grandes évocations puissantes, mais ça ne verse pas non plus dans l'incroyablement épique.

Mais qui pourrait juger du bien ou du mal, du rêve ou du cauchemar ?

Qui pourrait dire si la nuit qui retenait prisonnier l'Immortel et qui touche à son terme, annonce le crépuscule de l'humanité ou son renouveau ?

Qui pourrait dire si le sang versé, si les cris de souffrances et l'abîme de folie où seront plongés les hommes  déplaisent aux divinités de la nature ?

Nul mortel ou immortel, humain tout du moins Une virgule ici. Chez toi la ponctuation est toujours un peu à côté ... C'est dommage parce que ça enlève un peu de la force de tes phrases pour donner une oralité qui à mon humble avis ne leur sied pas si bien que ça. ne pourrait le dire, une montagne particulièrement vieille le pourrait peut-être, et encore, que sont ces millions d'années face aux éternités que les Anciens ont vu et créés ? Peu de choses, et indéniablement insuffisantes pour comprendre ces êtres.

Et pourtant cet homme se dressait, face à la porte de la mort, face à un destin irrévocable, les astres avaient déjà prédit ce moment irrévocable depuis des éons Aaah, les bons vieux éoooons , mais lui y croyait encore.

Alors il ouvrit la porte.


Ce qu'il vit était au delà des mots.



Une sensation peut-être, la peur.




Une peur qui consumme consume l'esprit jusqu'à la folie.




Oh, mais il réussit à supporter la terrible vue du Grand Ancien.


Soit serat-il détruit par la masse gigantesquede cette montagne mouvante ? Cette phrase a trop de problèmes. Le serat-il ne marche pas. Ce doit être sera-t-il que tu veux. Puis pourquoi un soit avant, si ce n'est pas pour en mettre un après ? Ou alors il faut placer une virgule avant : Soit, ? gigantesque et de sont attachés, à corriger. Puis ... Détruit par une masse ? ça ne me semble pas trop lié, il faut autre chose, comme écrasé ou étouffé, ou alors il faut opter pour une alternative à masse comme courroux ou fureur ou force.

Il semblerait que non, et il semblerait que le Grand Ancien se soit prit les pieds dans rien du tout et il tombe sur la tête. Je ne comprends pas bien ... Jusqu'au moment ou Eric arrive devant le poulpe géant, j'arrivais à tout me représenter, mais là c'est la zizanie ... Il tombe ? Eric l'a frappé ? Il a marché sur une peau de banane géante ?

Et en tentant de se relever Il manque une virgule là. Encore cette oralité trop marquée il tombe encore.

C'est ce moment que choisit Eric pour sortir sa lame maudite, donner donnéepar un mystérieux vieil homme, dérisoire cure Manque un tiret dent, seul esporie Ouhla ... Faut se relire, c'est espoir x) de l'humanité. Pas convaincu par le fait que tu donnes en fin de texte comme ça un nom au personnage et une histoire à son épée.

Il semblerait que le dieu éternel n'en supporte pas la vue et tombe dans la folie.

Eric frappe.

Le Grand Ancien souffre mais une blessure aussi infime peut-être facilement soigné soignéepar ses immenses pouvoirs occultes.

Et il échoue à se soigner. Ah bon

Eric frappe encore et regarde l'Être qui a vu le temps naître dans les yeux. Dans les yeux ? Avec ses yeux non ? Et à quoi ça sert, puisque voir implique qu'il l'a vu ... Justement avec ses yeux ?

Le Grand Ancien tombe un peu plus dans la folie, il échoue à soutenir le regard d'Eric.

Le Grand Ancien deviens Devient alcoolique et se suicide. Mouais ... D'accord.


-Bon et bien, t'as tué Cthulhu mec, sacré série de critiques. Pas convaincu non plus par la fin de cette nouvelle, j'avais compris avec le titre et la préface que c'était un JDR du coup toute la surprise a été supprimée, ce qui est je pense la cause de mon désarroi profond. Le style est bon mais envoyé par le fond par de trop nombreuses erreurs d'inattention et une ponctuation défaillante. Ce ne sont hélas pas des détails négligeables. Une pointe d'humour vers la fin qui tranche beaucoup avec le côté épique et grandiloquent du début, mais si c'est le contexte qui le veut, soit. Je suis sûr que tu peux améliorer cette nouvelle dans un deuxième jet !
Revenir en haut Aller en bas
 
Roll a 20
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: