Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vendetta de la nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 283
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Vendetta de la nuit   Dim 31 Juil - 0:21

Doucement Auguste Peluche émergeait de son sommeil morbide, morbide car induit par la rencontre d'une barre à mine avec son crâne.

-Bonjour Mr.Peluche.

Une voix grave, éraillé, fumé et alcoolisé surement.

Un visage à mettre sur cette voix émergea enfin de l'obscurité, un crocodile en peluche bedonnant et de taille qui n'imposait que le respect dû aux quadra plus ou moins respectable ou dangereux d'aspect, dans le cas de Mr.Holmes c'était son aspect incassable et impassible qui faisait que les badauds s'écartaient sur son chemin et que les jeunes imbéciles préféraient s'attaquer à une grand-mère revenant des courses plutôt qu'à cet homme d'âge mûr en Armani, d'une élégance inexistante malgré les centaines d'euros qui le recouvrait.

Qu'importe, l'élégance est l'arme de celui qui n'en a pas pour appuyer ses propos, cette enveloppe le faisait ressembler à un grand squale et sa peau pouvait être considéré comme celle d'un requin, dentelé de lames, qui s'y frottait y perdait bien plus que la main.

-Bonjour, Mr.Peluche ! reprit le crocodile en Armani avec un ton qui attendait une réponse, si possible dans la seconde qui suivait.

-Bon-bonjour, où ?

-Taisez-vous.

-Mais que...

-Taisez-vous ! tonna Mr.Holmes.

-Savez-vous où vous êtes ?

-Je ne sais pas...

-Tenez-vous à la vie ?

-Oh non ! Je vous en supplie ne me tuer pas je...

-La ferme.

-Je... oui.

-Si vous tenez à la vie vous allez être raisonnable Mr.Peluche. Vous savez ce que vous êtes Mr.Peluche ?

-Je... non. Je...je, je ne sais pas.

-Vous êtes privilégié Mr.Peluche, vous l'êtes pour deux raison Mr.Peluche.

-Non non je... non... oui je...

-Vous êtes un privilégié parce que vous êtes un ours en peluche Mr.Peluche, vous êtes de la race supérieur, privilégié, vous êtes privilégié et vos privilèges vous sont montés à la tête n'est-ce pas ?

-Non non pas du tout, j'ai toujours milité pour l'égalité entre les ours en peluche et les autres types de peluches.

-Alors comme ça vous dites la vérité Mr.Peluche, dommage que je me fiche de votre vérité ou de la vérité, qu'importe quelle vérité l'on me sert la seule vérité viendra toujours de moi ou de mon patron.

-Vous...

-Vous êtes privilégié Mr.Peluche parce que vous êtes un héritier, héritier de tout, vous ne vous êtes jamais battu, à peine de né vous aviez déjà tout et en cela je vous plaint car vous n'avez jamais connu le frisson Mr.Peluche, celui qui vous prouve que vous êtes fort, celui qui vous montre que vous êtes destiné à compter parmi les vrais puissants de ce monde, ceux qui tiennent l'épée de Damoclès au dessus de vos existences de tyran de papier empaperassé.
Je, oui moi, nous, tenons, le coupe papier au dessus de votre tête, vous nous importez peu, moins que rien, mais vous nous rapporter beaucoup de papier, d'argent et de magazine people à lire dans les chiottes, en cela vous avez notre faible estime, estime qui vous tient en vie, estime à laquelle vous tenez tellement car elle retient l'épée de tomber sur vos têtes, tenue par une nuque misérablement blême et fragile.

-C'était une malédiction. C'est une malédiction encore maintenant si j'en crois ma situation.

-Oh je n'en doute pas.

-Pourquoi suis-je ici ? Est-ce parce que...

-Oh, bien sûr que vous voulez savoir pourquoi vous êtes là Mr.Peluche, mais vous savez qui d'autre aimerait le savoir ici ? Pas moi, bien que je ne sache pas totalement la raison de votre présence ici, néanmoins j'en sais assez Mr.Peluche, je sais que vous avez fait une erreur, une erreur dont vous ne vous souvenez très certainement pas, celle d'énervé mon patron, peut-être l'avez vous insulté sur la route, peut-être l'avez vous doublé dans une file d'attente, peut-être ne lui avez-vous pas rendu son bonjour dans la rue, et très certainement je m'en fout.

-Mais c'est injuste... bouhouhou. Trop injuste !

-Mr.Peluche, avez-vous une famille, une femme, des enfants ?

-Oui...

-Très bien, je ne leur ferait pas de mal.

-Merci, vous êtes un homme...

-Je leur ferait beaucoup de mal, beaucoup beaucoup de mal, tellement de mal, très très mal, que cette douleur pourrait bien se transformer en plaisir, ou en encore plus de douleur.

-Non pitié !

-Chut.

Il se tut. Mr.Holmes avait mit son index devant sa bouche, son index ne l'avait jamais faillit jusqu'à présent, que ce soit dans la rue, dans une fusillade ou une négociation, quand Mr.Holmes faisait le signe au monde de se taire, alors le monde se taisait, le silence régnait et lui régnait sur le silence, de son index.

-Maintenant vous allez vivre l'enfer Mr.Peluche, pleurez, maudissez votre destin... l'absurde destin, mais cela ne servira à rien Mr.Peluche, pleurez, pleurez encore et encore plus, c'est tout ce que vous pouvez faire.
Revenir en haut Aller en bas
Dragon Dae

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 200
Date d'inscription : 16/04/2016

MessageSujet: Re: Vendetta de la nuit   Lun 1 Aoû - 20:17

Ouppo a écrit:
Doucement Auguste Peluche émergeait de son sommeil morbide, morbide car induit par la rencontre d'une barre à mine avec son crâne. Une barre à mine sur une peluche, je suis pas sûre que ça fasse grand-mal. Cela dit je n'ai jamais demandé aux miennes. Mais je doute qu'elles me répondent si j'essaye.

-Bonjour Mr.Peluche.

Une voix grave, éraillé, fumé et alcoolisé surement.

Un visage à mettre sur cette voix émergea enfin de l'obscurité, un crocodile en peluche Un crocodile en peluche... avec la voix d'un fumeur ? C'est tellement WTF que j'adore ! bedonnant et de taille qui n'imposait que le respect dû aux quadra plus ou moins respectable ou dangereux d'aspect, dans le cas de Mr.Holmes en plus il a le nom de Sherlock ! c'était son aspect incassable et impassible qui faisait que les badauds s'écartaient sur son chemin et que les jeunes imbéciles préféraient s'attaquer à une grand-mère revenant des courses plutôt qu'à cet homme d'âge mûr en Armani, d'une élégance inexistante malgré les centaines d'euros qui le recouvrait. J'avoue j'ai du mal à imaginer un croco en peluche porter un costume et jouer, manifestement, un rôle de mafieux. Mais c'est vachement bien amené, j'adhère totalement quand même !

Qu'importe, l'élégance est l'arme de celui qui n'en a pas pour appuyer ses propos, cette enveloppe le faisait ressembler à un grand squale et sa peau pouvait être considéré comme celle d'un requin, dentelé de lames, qui s'y frottait y perdait bien plus que la main.

-Bonjour, Mr.Peluche ! reprit le crocodile en Armani avec un ton qui attendait une réponse, si possible dans la seconde qui suivait.

-Bon-bonjour, où ?

-Taisez-vous. Tu demandes une réponse et après tu lui dis de se taire. Tu manques de cohérence, mon croco.

-Mais que...

-Taisez-vous ! tonna Mr.Holmes.

-Savez-vous où vous êtes ? En tout cas, il est pas à la fête (bah quoi ça rime et c'est plus élégant que "dans ton c*l)

-Je ne sais pas...

-Tenez-vous à la vie ? Est-ce quelqu'un, un jour, a déjà répondu "non" à cette question ? Surtout dans une situation pareille ? (n'empêche ce serait un truc à faire ça, genre un mafieux veut menacer quelqu'un en lui demandant s'il tient à la vie, et l'autre lui répond "Bof, pas plus que ça...")

-Oh non ! Je vous en supplie ne me tuer HAHA ! Je commençais à me demander si j'allais en trouver une, mais y a une faute ! pas je...

-La ferme.

-Je... oui.

-Si vous tenez à la vie vous allez être raisonnable Mr.Peluche. Vous savez ce que vous êtes Mr.Peluche ? Une peluche. C'est dans son nom, en même temps. Oui, je sais, je sors.

-Je... non. Je...je, je ne sais pas.

-Vous êtes privilégié Mr.Peluche, vous l'êtes pour deux raison Et une deuxième faute ! (premier texte où je suis contente de trouver des fautes sinon j'aurais rien à mettre en rouge) Mr.Peluche.

-Non non je... non... oui je... Alors, c'est purement personnel, mais autant dans les films, ou les séries, bref quand y a des acteurs j'aime bien le balbutiement, autant quand c'est écrit, ça a plus tendance à m'agacer.

-Vous êtes un privilégié parce que vous êtes un ours en peluche Mr.Peluche, vous êtes de la race supérieur, privilégié, Il manque un E à supérieure, au moins ; et peut-être à privilégié, selon qu'il qualifie "vous" ou "la race". vous êtes privilégié et vos privilèges vous sont montés à la tête n'est-ce pas ?

-Non non pas du tout, j'ai toujours milité pour l'égalité entre les ours en peluche et les autres types de peluches.

-Alors comme ça vous dites la vérité Mr.Peluche, dommage que je me fiche de votre vérité ou de la vérité, qu'importe quelle vérité l'on me sert la seule vérité viendra toujours de moi ou de mon patron. C'était bien la peine de lui dire de répondre la vérité alors...

-Vous...

-Vous êtes privilégié Mr.Peluche parce que vous êtes un héritier, héritier de tout, vous ne vous êtes jamais battu, à peine de Qu'est-ce que ce "de" fai là ? né vous aviez déjà tout et en cela je vous plaint car vous n'avez jamais connu le frisson Mr.Peluche, celui qui vous prouve que vous êtes fort, celui qui vous montre que vous êtes destiné à compter parmi les vrais puissants de ce monde, ceux qui tiennent l'épée de Damoclès au dessus de vos existences de tyran de papier empaperassé.
Je, oui moi, nous, tenons, le coupe papier au dessus de votre tête, vous nous importez peu, moins que rien, mais vous nous rapporter Là encore, mauvaise conjugaison ! beaucoup de papier, d'argent et de magazine people à lire dans les chiottes, en cela vous avez notre faible estime, estime qui vous tient en vie, estime à laquelle vous tenez tellement car elle retient l'épée de tomber sur vos têtes, tenue par une nuque misérablement blême et fragile.

-C'était une malédiction. C'est une malédiction encore maintenant si j'en crois ma situation.

-Oh je n'en doute pas.

-Pourquoi suis-je ici ? Est-ce parce que...

-Oh, bien sûr que vous voulez savoir pourquoi vous êtes là Mr.Peluche, mais vous savez qui d'autre aimerait le savoir ici ? Pas moi, bien que je ne sache pas totalement la raison de votre présence ici, néanmoins j'en sais assez Mr.Peluche, je sais que vous avez fait une erreur, une erreur dont vous ne vous souvenez très certainement pas, celle d'énervé Tu as un peu de mal avec les "é" toi mon patron, peut-être l'avez vous insulté sur la route, peut-être l'avez vous doublé dans une file d'attente, peut-être ne lui avez-vous pas rendu son bonjour dans la rue, et très certainement je m'en fout. Il faut un s et pas un t

-Mais c'est injuste... bouhouhou. Trop injuste !

-Mr.Peluche, avez-vous une famille, une femme, des enfants ?

-Oui...

-Très bien, je ne leur ferait Le t est en trop, c'est un futur... pas de mal.

-Merci, vous êtes un homme...

-Je leur ferait beaucoup de mal, beaucoup beaucoup de mal, tellement de mal, très très mal, que cette douleur pourrait bien se transformer en plaisir, ou en encore plus de douleur.

-Non pitié !

-Chut.

Il se tut. Mr.Holmes avait mit son index devant sa bouche, son index ne l'avait jamais faillit Décidément tu aimes bien mettre des t là où il ne devrait pas y en avoir jusqu'à présent, que ce soit dans la rue, dans une fusillade ou une négociation, quand Mr.Holmes faisait le signe au monde de se taire, alors le monde se taisait, le silence régnait et lui régnait sur le silence, de son index.

-Maintenant vous allez vivre l'enfer Mr.Peluche, pleurez, maudissez votre destin... l'absurde destin, mais cela ne servira à rien Mr.Peluche, pleurez, pleurez encore et encore plus, c'est tout ce que vous pouvez faire.
Bon alors, j'avoue que je m'attendais pas à ça du tout lol. En voyant qu'il était question de Mr Peluche, je pensais que ça allait être genre "les enfants te préfèrent à nous, on n'est pas d'accord" plutôt que cette scène sortie d'un film de la mafia ! Mais j'ai beaucoup aimé, et à part les fautes, rien à redire...
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4631
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Vendetta de la nuit   Lun 19 Sep - 21:18

Ouah c'est...

...

... original. AHDE


En vrai bah au risque de te décevoir (vu que tu voulais me prouver qu'on pouvait faire des trucs glauques avec un sujet mignon) j'ai pas trouvé ça glauque. AHDE Justement le fait que ce soit des peluches ben j'ai pas pu prendre ça au sérieux, j'étais en mode "oh trop chou un crocodile en peluche qui se la joue mafieux" cute

Mais sinon oui c'est plutôt cool comme histoire. ça se termine un peu vite, on dirait pas une fin en fait. Mais c'est bien rendu comme idée. oui (Bon par contre la répétition des "M. Peluche" à la fin des phrases du croco, sans virgules ni rien, a tendance à ENERVER A MORT, ça fait très mécanique, t'as envie de taper dessus pour qu'il arrête de terminer ses phrases par ça. x)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Le Molosse
Habituée de la CB
avatar

Féminin Vierge Messages : 1742
Date d'inscription : 29/12/2015
Localisation : Dans ma chambre
Humeur : Mode Molosse: Off

MessageSujet: Re: Vendetta de la nuit   Sam 5 Nov - 13:47

Ouppo a écrit:
Doucement Auguste Peluche émergeait de son sommeil morbide, morbide car induit par la rencontre d'une barre à mine avec son crâne.

-Bonjour Mr.Peluche.

Une voix grave, éraillée, fumée > Euh fumée ? caractéristique du fumeur tu veux dire ? et alcoolisée sûrement.

Un visage à mettre sur cette voix émergea enfin de l'obscurité, un crocodile en peluche bedonnant et de taille qui n'imposait que le respect dû aux quadra plus ou moins respectable ou dangereux d'aspect, dans le cas de Mr.Holmes c'était son aspect incassable et impassible qui faisait que les badauds s'écartaient sur son chemin et que les jeunes imbéciles préféraient s'attaquer à une grand-mère revenant des courses plutôt qu'à cet homme d'âge mûr en Armani, d'une élégance inexistante malgré les centaines d'euros qui le recouvrait. >>> Essaie de le couper car tu sembles vouloir mettre beaucoup d'éléments qui rendent ta phrase moins compréhensible...

Qu'importe, l'élégance est l'arme de celui qui n'en a pas pour appuyer ses propos, cette enveloppe le faisait ressembler à un grand squale et sa peau pouvait être considérée comme celle d'un requin, dentelée de lames, pointqui s'y frottait y perdait bien plus que la main.

-Bonjour, Mr.Peluche ! reprit le crocodile en Armani avec un ton qui attendait une réponse, si possible dans la seconde qui suivait.

-Bon-bonjour, où ?

-Taisez-vous.

-Mais que...

-Taisez-vous ! tonna Mr.Holmes.

-Savez-vous où vous êtes ?

-Je ne sais pas...

-Tenez-vous à la vie ?

-Oh non ! Je vous en supplie ne me tuer pas je...

-La ferme.

-Je... oui.

-Si vous tenez à la vie vous allez être raisonnable Mr.Peluche. Vous savez ce que vous êtes Mr.Peluche ?

-Je... non. Je...je, je ne sais pas.

-Vous êtes privilégié Mr.Peluche, pointvous l'êtes pour deux raison Mr.Peluche.

-Non non je... non... oui je...

-Vous êtes un privilégié parce que vous êtes un ours en peluchevirgule ? Mr.Peluche, vous êtes de la race supérieure, privilégiée, vous êtes privilégié et vos privilèges vous sont montés à la tête n'est-ce pas ?

-Non non pas du tout, j'ai toujours milité pour l'égalité entre les ours en peluche et les autres types de peluches.

-Alors comme ça vous dites la vérité Mr.Peluche,point dommage que je me fiche de votre vérité ou de la vérité, qu'importe quelle vérité l'on me sert la seule vérité viendra toujours de moi ou de mon patron.

-Vous...

-Vous êtes privilégié Mr.Peluche parce que vous êtes un héritier, héritier de tout, pointvous ne vous êtes jamais battu, à peine de né vous aviez déjà tout et en cela je vous plaint car vous n'avez jamais connu le frisson Mr.Peluche, celui qui vous prouve que vous êtes fort, celui qui vous montre que vous êtes destiné à compter parmi les vrais puissants de ce monde, ceux qui tiennent l'épée de Damoclès au dessus de vos existences de tyran de papier empaperassé.
Je, oui moi, nous, tenons, le coupe papier au dessus de votre tête, vous nous importez peu, moins que rien, mais vous nous rapportez beaucoup de papier, d'argent et de magazine people à lire dans les chiottes, en cela vous avez notre faible estime, estime qui vous tient en vie, estime à laquelle vous tenez tellement car elle retient l'épée de tomber sur vos têtes, tenue par une nuque misérablement blême et fragile.

-C'était une malédiction. C'est une malédiction encore maintenant si j'en crois ma situation.

-Oh je n'en doute pas.

-Pourquoi suis-je ici ? Est-ce parce que...

-Oh, bien sûr que vous voulez savoir pourquoi vous êtes là Mr.Peluche, mais vous savez qui d'autre aimerait le savoir ici ? Pas moi, bien que je ne sache pas totalement la raison de votre présence ici, néanmoins j'en sais assez Mr.Peluche,point je sais que vous avez fait une erreur, une erreur dont vous ne vous souvenez très certainement pas, celle d'énerver mon patron, pointpeut-être l'avez vous insulté sur la route, peut-être l'avez vous doublé dans une file d'attente, peut-être ne lui avez-vous pas rendu son bonjour dans la rue, Il manque des ? iciet très certainement je m'en fout.

-Mais c'est injuste... bouhouhou. Trop injuste !

-Mr.Peluche, avez-vous une famille, une femme, des enfants ?

-Oui...

-Très bien, je ne leur ferait pas de mal.

-Merci, vous êtes un homme...

-Je leur ferait beaucoup de mal, beaucoup beaucoup de mal, tellement de mal, très très mal, que cette douleur pourrait bien se transformer en plaisir, ou en encore plus de douleur.

-Non pitié !

-Chut.

Il se tut. Mr.Holmes avait mit son index devant sa bouche, son index ne l'avait jamais faillit jusqu'à présent, que ce soit dans la rue, dans une fusillade ou une négociation, pointquand Mr.Holmes faisait le signe au monde de se taire, alors le monde se taisait,point le silence régnait et lui régnait sur le silence, de son index.

-Maintenant vous allez vivre l'enfer Mr.Peluche, pleurez, maudissez votre destin... l'absurde destin, mais cela ne servira à rien Mr.Peluche, pleurez, pleurez encore et encore plus, c'est tout ce que vous pouvez faire.

Alors, j'aime bien, c'est bizarre comme ambiance. Cependant, des phrases trop longues et des maladresses de formulation font perdre en fluidité à ton texte. Puis, on ne ressent pas assez ce qu'ils ressentent dans les dialogues. N'hésite pas à préciser si les personnages crient, sont en colère...

------------------------------------------------------------------------------------------------
Signe distinctif de chasseresse de fautes: ~ (pour faire honneur à mon surnom :la:)

Sections attribuées: Romans et Théâtre


N'hésitez pas à venir me lire ici: Mes écrits #TexteDeMathilde
:unjournormal:

Coucou Invité * Sourire étrange à interpréter comme tu veux
Revenir en haut Aller en bas
https://www.flickr.com/photos/124488553@N07/
Tiunterof
Gardien grincheux de la CB
avatar

Masculin Bélier Messages : 1762
Date d'inscription : 24/10/2012
Localisation : Sur la CB, comme toujours.
Humeur : sss

MessageSujet: Re: Vendetta de la nuit   Sam 5 Nov - 15:10

Bon, j'avais promis que je lirais tes textes, eh bien je commence !

Celui-ci est assez marrant mais laisse un peu perplexe. En fait tu nous précipite directement dans l'action, mais je trouve ça bien fait, je ne sais pas pourquoi mais on ne se sent pas largué au début du texte alors que pourtant tu ne situe pas plus ton histoire plus que ça. Le problème c'est qu'une fois qu'on a fini de lire, ben on ne voit pas trop où tu voulais en venir. C'est peut-être juste moi mais j'ai l'impression que le dialogue ne va nul part.

Bon, ça j'imagine que c'est volontaire mais le personnage de monsieur peluche est assez vide. C'est peut-être une explication pour le problème que je viens de soulever. Puisque ce personnage ne nous touche pas particulièrement et que le texte nous le fait plus voir comme une loque sans personnalité ni existence au final on se sent pas vraiment concerné par ce qui lui arrive. Du coup toute la souffrance qui lui est promise nous passe un peu au dessus de la tête.

Enfin, à par ça le texte est plutôt bien, l'écriture est assez agréable. Tu choisis bien tes mots et tu te permet de jouer avec leur musicalité, c'est assez appréciable. Le seul point noir c'est que parfois tes phrases sont un peu longue. Et à des endroits où on s’attend à voir un point, tu ne met qu'une virgule alors que tu te met ensuite à parler de quelque chose de différent, c'est assez troublant.

Enfin bref, je lirais d'autres de tes textes ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Hartsock
Gardien du GIBET
Gardien du GIBET
avatar

Masculin Bélier Messages : 942
Date d'inscription : 19/11/2015
Localisation : À table, comme toujours.
Humeur : J'ai la dalle!

MessageSujet: Re: Vendetta de la nuit   Sam 5 Nov - 15:18

C'est bien la première fois que je lis un autre texte que Darling (d'ailleurs ce serait cool que tu reprennes :p ) et je dois avouer que c'est...assez différent.
Contrairement à Tiun je trouve que tes phrases on une bonne longueur, j'aime pas les phrases trop brèves qui racontent qu'une chose à la fois.
Bon au final j'ai toujours pas compris à quoi ça menait m'enfin c'est sympa, tiens un point commun avec Darling AHDE
Mis à part ça les autres ont tout dit, je n'ai rien à ajouter, c'est un bon texte.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hart, le cerf à chaussettes. Pour vous servir

Signe distinctif de chasseur de fautes: µ
------------------------------------------------------------------------
"Dis moi : je t'aime ! Hélas ! Rassure un cœur qui doute,
Dis-le moi ! Car souvent avec ce peu de mots
La bouche d'une femme a guéri bien des maux." VICTOR HUGO

Eh, venez voir ce que j'écris :p
http://www.encre-nocturne.com/t1576p30-pages-jaunes-nocturniennes#60288
Revenir en haut Aller en bas
http://hartsock.eklablog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vendetta de la nuit   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vendetta de la nuit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: