Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Communiquer sans tout niquer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yggdarsil
Roi des Koalas
Roi des Koalas
avatar

Masculin Taureau Messages : 504
Date d'inscription : 25/10/2012
Localisation : Dans le doute. Ou l'ignorance. Surement l'un des deux.
Humeur : Pourvu que ça dure !

MessageSujet: Communiquer sans tout niquer   Sam 13 Aoû - 22:26

Coucou !
Alors, je sais pas si c'est une bonne idée de placer ça ici, mais perso, je pense qu'un tuto sur la communication ne sera jamais de trop sur ce forum, et surtout parce que j'ai eu la chance d'avoir un petit atelier de formation sur la question et que je trouverai cool de partager mes savoirs, et puis zut, ça fait trois semaine que j'attend d'écrire ça donc allez on arrête de parler et on commence. *hype* *hype* *hype*

Alors, quand je parle de communiquer, je parle de quoi ? De dire un message à X ou Y. Simple jusque là, non ?
Bon, déjà, mettons en avant le simple fait que entre le moment ou je sors mon pavé de commentaire (ou mon petit mot choupinou) à X et le moment où il le lit, il s'en passe, des choses. Déjà, il faut trouver les mots, les écrire. Ils seront transmis à une base de donnée puis renvoyer chez le destinateur. Le destinateur doit ensuite réencoder le message dans sa compréhension à lui, dans son environnement à lui. Emetteur-encodage-milieu de transmission-décodage-récepteur. Jusque là, tout se passe comme un placement banquaire en paradis fiscal, mais c'est oublié un problème important : le bruit.
-"Gné mé ya pa de brui sur interneeeetteuh !"
Pas ce bruit là, illetré, le bruit dans le sens de "perturbation". Ainsi, le bruit pourrit la donne pendant tout le processus : vous arrivez pas à trouver les bons mots, vous faites une faute de frappe, de grammaire, que sais-je, et voilà que l'encodage rejoint la confiture d'oignons de tante Ginette à la poubelle. Ajoutez une connexion saturée, le récepteur qui lit un mot de travers et en plus, reçoit son mail alors qu'il est stressé par autre chose, vous pourissez tout le reste de la chaîne.
Mais alors, comment éviter ce désastre ? Avoir une bonne orthographe, se relire, envoyer et recevoir dans de bonne conditions, vérifier sa connexion internet, c'est déjà bien. Mais le plus important, c'est le message en lui même.
La première chose dont vous devez être capable, c'est de comprendre :
1-En quoi les conditions dans lesquelles vous êtes influencent votre expression et votre compréhension
2-En quoi les conditions dans lesquelles est votre interlocuteur influencera sa lecture du message et sa réponse.
Si vous demandez à Marcel de clarifier son commentaire sur votre texte érotique avant demain soir alors que ledit Marcel est en voyage diplomatique à Pyongyang, il y a des chances qu'il soit un peu gêné par ce que les autorités du Guide Suprême trouveront dans sa boîte mail -et vous réponde gentiment "non".
Attendez, j'ai dit gentillement ?
Et bien, pas toujours, et pour améliorer tout ça, il n'y a qu'à appliquer trois principes :

Clarté : Le message ne contient pas d'ambiguité, pas de sous-entendus obscurs, défini bien et précisément les choses, ne se contredit pas (un bon exercice un peu difficile et de fonctionner sans le "c'est très bien mais"), et surtout, est compréhensible même pour quelqu'un n'ayant pas fait Khagne-Hypokhagne. Simplifiez les mots techniques, le jargon, oubliez les syntaxes du dix-septième siècle.

Concision : Le message va droit au but sans faire des détours pouvant éventuellement faire naitre le débat sur des sujets sans liens ou, le cas échéant, compliquer la vie à votre interlocuteur. Pour vous aider, posez vous la question, régulièrement : est-ce que j'ai déjà dis le plus important ? J'ai déjà discuté avec quelqu'un qui manquait profondément de concision, et croyez-moi, c'est fatiguant. Une demi-heure pour dire "il faudrait que tu visites cette page facebook". On s'en passe.

Empathie : Vous devez vous mettre à la place du récepteur, dans leur contexte, après leurs efforts, les problèmes qu'ils ont surmonté, le rôle qu'ils jouent, mais aussi le bonheur qu'ils ont vécu en faisant telle ou telle chose. Evitez tout adjectif du style "horrible", "moche", "abject", etc, qui reflètent peut-être bien votre sentiment, mais n'ont pour seule conséquence de choquer votre adversaire et au mieux, de faire naitre une ambiance lourde de rivalité et de débat pollué (allez sur youtube et trouvez des commentaires qui tournent mal, ça commence toujours avec des insultes/catégorisations/accusations à la pelle... "ces infâmes propos de bobo gauchiste/fasciste de droite" - "cette simplification puérile, vous nous prenez pour des c*ns" etc.. ).
Vous devez aussi avoir conscience qu'une des pires choses à faire, c'est de nier le bonheur qui nait d'un acte que l'on fait spontanément par plaisir intrinsèque (on est pas motivé par le but, on est juste heureux de mener l'acte). Et quand on le fait, on se rend rarement compte, vu qu'on peine à imaginer tout le bonheur qu'à prit l'autre à pondre ce qui nous semble être un étron reluisant sous le soleil. Je m'égare. En somme, quand vous êtes dur, rappellez vous que plus votre accusé a prit du bonheur à faire ce que vous critiquez, plus il s'en sentira blessé.
J'insiste sur l'empathie par ce qu'elle est difficile à mettre en application, et je vais même vous donner un exemple :
Jeanne attend sa soeur aux toilettes.
Jeanne : Mais allez heu ! Dépêche toi !
Soeur : Mais attend ! J'ai pas fini !
Mère : Jeanne, tu pourrais arrêter de grogner comme une truie, oui !
STOP! Alors, vous avez vu ? Gaffe sur gaffe sur gaffe = grosse merde (et c'est le cas de le di//SHPAFF. Première étape, Jeanne oublie l'empathie, oubliant de se mettre à la place de sa soeur qui fait tout pour, euh, vous avez compris.
Deuxième étape, la soeur oublie aussi l'empathie, déjà enervée par le manque de gentillesse de Jeanne et ignorant sa situation/vessie pressante.
Troisième étape, la mère en rajoute une couche de manière complètement contradictoire : elle reproche à Jeanne son manque d'empathie... en manquant d'empathie. La gaffe à ne pas faire...
Mais du coup, comment faire des reproches sans s'énerver de la sorte ? Parce que des reproches, il en faut, non de non ! Il serait d'une absurdité monumentale de passer son temps à ne relever que les points positifs et à jeter tout le reste à la trappe. Ces derniers sont certes à relever, mais les points noirs AUSSI.
La solution, c'est de retirer ses sentiments négatifs. Etre objectif, comprendre la situation d'éventuelle ignorance de l'autre. Ainsi, à la place de "les infinitifs ça finit toujours en ER, tête de [censuré]", dire "les infinitifs finissent toujours en ER Wink pour t'en rappeller, etc " fonctionne beaucoup mieux. A la place "c'est très mal écrit tu gères mal l'accord des temps", peut-être que "Fais attention à l'accord des temps : il dit qu'il a mangé, il disait qu'il avait mangé. Une fois ce point corrigé, ton texte prendra de la gueule" va être saisi avec plus d'enthousiasme. C'est ça tout le but du jeu : montrer les points noirs de sorte à celui qui a fait les erreurs les corrige avec le plus d'enthousiasme possible et le plus de gratitude envers la personne qui lui a montré ses erreurs. Le vrai honneur, ce n'est pas celui d'être supérieur aux autres, mais d'être supérieur à son moi du passé, a dit un célèbre écrivain anglophone. C'est ce sentiment là qui doit naître, à terme.
Et si jamais quelqu'un vous fait la version dure, il faut comprendre qu'un instant, il s'est senti protégé par cette dématerialisation du net et a oublié un moment qu'il y avait un humain qui lirait ça. Souvent, on est incapable d'évaluer à juste titre ce qui nous semble une boutade et peut sembler une insulte à quelqu'un d'autre. Et souvent, on oublie que ce que l'on croit être une insulte peut être une simple boutade amicale de la part d'un autre.

Enfin, si quelqu'un vous énerve, voilà un petit truc à lui qui devrait vous aider :
1-Quand tu fais/dit X
2-et que je suis dans une situation Y
3-que j'ai besoin de Z
4-et désire A
5-alors que je gère le role B
6-ça me contrarie.
(Je sais, ça ressemble à une équation, mais ça a l'avantage de citer beaucoup de variable qui ont un poids important dans la compréhension d'un quelconque message.)
L'incriminant n'oubliant pas de se rappeller qu'une erreur n'est rien d'autre que la traduction d'une somme d'ignorances, d'éventuels problèmes de dernières minutes, et surtout, de schémas qui se répètent. L'incriminé peut gagner beaucoup à trouver lui même ces schémas répétitifs le conduisant systématiquement à l'erreur pour trouver des solutions.
Mais bon, on atteint à partir de là des points un peu plus techniques qui sont peu concerné par l'univers d'un forum.

Quoi qu'il en soit, j'espère que ce petit bout de rien vous a été utile, et que ça vous a appris des choses ! oh, et essayez de penser à analyser les engueulades autour de vous, regarder comment elle naissent, évoluent et se termine, c'est passionnant et ça vous apprend plein de choses sur les préjugés qu'on a de nous même, à savoir celui de parfaitement comprendre l'autre...


------------------------------------------------------------------------------------------------
Il est des gens qui sont là. Comme ça. En vrai. Et d'autres dont la présence est un mensonge. Une illusion. Efficace, quand elle trompe tout le monde. Ridicule, quand elle ne trompe que son porteur. -Lyonel Trouillot, Kannjawou

Proverbe Nocturnien : Wû Horör, wees qsüj gnü ubo wik s'wee kleesee kvieiir wâ krefüzâ d'wi kraork...

orgie de .-.
.-- .-- .-- .-.-.- .---- ----- --.- ....- ---.. .-.-.- ..- -. -... .-.. --- --. .-.-.- ..-. .-.

http://vocaroo.com/i/s1fCLpFwvSv0


#TextedeYgg
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4811
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Communiquer sans tout niquer   Dim 14 Aoû - 12:44

Hey Yggy !

J'adore, comme d'habitude, c'est clair, très intéressant. Je faisais déjà très attention à la manière de manier mes commentaires dans le but d'être claire, d'encourager les gens et de ne froisser personne, mais je n'y pense pas IRL, alors je vais essayer de m'y mettre en suivant les clés que tu nous proposes ! :la:


PS :
Par contre ça me fait bizarre d'avoir ce topic là... scratch Oui je sais c'est pas un conseil d'écriture, mais bon... Je le déplacerai sans doute autre part... Un jour... AHDE

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
 
Communiquer sans tout niquer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Accueil :: Règles & Présentations :: Tutoriels-
Sauter vers: