Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Improphétisation [TP]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Improphétisation [TP]   Sam 3 Sep - 23:29

Improphétisation

 Une morne Norne borgne se penche par-delà les racines du monde.

"Ce jour, je prophétise."

 Sa sœur Jötun jette un regard rapide.

"Adonc, les hommes se jetteront à la gueule des hommes tels des loups, nous ne verrons plus que le sang et les boyaux, un âge sombre renverra l'humanité à ses prémices."

 Prophétie bien peu commune. Verdandi s'inquiète de ce sort funeste et ses mains à l'oeuvre sous son tablier de cuir se perdent en tremblements. Elle jette un regard plus long, plus amer, à Skuld. Car Skuld ne possède pas seulement un pouvoir de prédiction. Il arrive que la prédiction bascule dans la prescription. Un chaman humain pourra prédire que le soir, le soleil déclinera derrière les montagnes et emportera son empire de lumière par-delà les vallons clairs. Cela tient de la prédiction simple et évidente. La prescription est plus problématique. Elle échoue aux êtres de pouvoir pour ne plus se séparer d'eux, elle impose que la moindre parole se mue en fait des mois, des années plus tard. Ainsi, Skuld avait déjà prédit et prescrit la guerre de Cent Ans. Le futur s'écrit parce que les humains cherchent à l'éviter, pourtant il existe dans les profondeurs insondables du monde et ses sommets les plus glorieux des êtres et des entités qui aimeraient à voir leurs craintes se réaliser. Skuld n'est pas de ceux-là, prophétiser des drames et des catastrophes n'emplit pas son existence de joie mais de tourments. Elle prophétise sans vraiment le vouloir, comme guidée par une sorte de voix mystique plus haut qu'elle et plus haut que les étoiles elles-même, ce phénomène terrible avait acquis par le passé le nom d'Improphétisation, un croisement fortuit de prophétiser et d'improvisation.

"Adonc, les fils des premiers hommes et les descendants des géants créeront leurs propres armées. Ils travailleront le métal et frapperont les lames des épées une fois encore. Les montures seront sellées et les villages fortifiés. Sous les successions d'alcôves de lumière et d'ombre des villes se plieront les armures. Les forgerons leur donneront des formes épiques, taillées pour la guerre. Une gueule de lion ornera la couronne du roi des hommes et, derrière les remparts trempés d'obscurité de son fief sacré, ses troupes, à la seule vue du symbole de son pouvoir, s'énivreront de l'appel aux armes et sonneront mille trompettes rugissantes. Tel sera le destin des hommes : mourir à la bataille, expirer dans le lit des rivières plutôt que dans le leur, marcher mille jours puis mille jours de plus, tomber au combat pour se relever dans notre royaume.
- Ne continue pas, sœur ! Ne continue pas ! Je t'en supplie !
- Adonc, les géants cracheront leur haine dans leurs cors de guerre et bientôt, aux cris gutturaux des hommes répondront les canons repus de leur pitance explosive des géants. Les deux races se livreront des batailles toujours plus sanglantes, toujours plus décisives, elles défendront les places fortes sans craindre les pertes colossales, elles s'élèveront l'une contre l'autre d'une intensité encore inégalée et quand les boulets auront tous été tirés, quand toutes les lances se seront rompues, quand chaque bouclier aura été défoncé d'une puissante bourrade, alors hommes et géants se battront de leurs griffes et de leurs crocs, ils arracheront à point mûr la chair de l'ennemi, transformant les vallées en vastes carniers, les châteaux en ruines de flèches et de sang, les cathédrales en autels du sacrifice. Nul ne sortira indemne de ce conflit glapissant. Sa violence sera telle qu'il réveillera les habitants des neuf mondes, les abreuvant dans leur soif inextinguible de barbarie, et toutes les âmes se tourneront vers la destruction comme elles furent au commencement liées par le désir de création, puis ..."

 Verdandi, terrifiée par le monologue apocalyptique de sa sœur, sait pertinemment qu'elle ne peut s'empêcher de prophétiser. Alors, dans l'espoir de sauver l'univers d'un chaos si retentissant, elle se résout à l'acte profane.

"Adonc, la clameur infernale des mille peuples s'ébranlant dans leurs univers conviera les dieux à la bataille, les racines de l'arbre du monde brûleront d'un feu qui ne s'éteint pas, l'un après l'autre, les mondes s'écrouleront sur eux-même, entraînant dans leur chute cosmique les guerriers et les meurtriers, avant que ... Aaaah ! A moi ..."

 La Valkyrie est frappée en son sein et plus jamais ne devra choisir les abattus. Sa sœur, consciente de son oeuvre, réprime un cri de terreur et fuit sous le voile pâle de son monde. Hélas, la mort d'une Norne n'annule pas ses prédictions. Le soir-même, sans tout à fait le savoir, un soldat humain polit la lame qui fera de lui un combattant d'exception et l'élèvera au statut d'Einherjar d'un domaine divin, voué à disparaître prochainement.
Revenir en haut Aller en bas
Hartsock

avatar

Masculin Bélier Messages : 1125
Date d'inscription : 19/11/2015
Localisation : À table, comme toujours.
Humeur : J'ai la dalle!

MessageSujet: Re: Improphétisation [TP]   Dim 4 Sep - 1:36

Bonsoir bonsoir, comme promis je me penche sur ton texte :)

 Une morne Norne borgne se penche par-delà les racines du monde.

"Ce jour, je prophétise."

 Sa sœur Jötun jette un regard rapide.

"Adonc, les hommes se jetteront à la gueule des hommes tels des loups, nous ne verrons plus que le sang et les boyaux, un âge sombre renverra l'humanité à ses prémices." bha dis donc il m'a l'air sympa le type qui dit ça AHDE

 Prophétie bien peu commune. Verdandi s'inquiète de ce sort funeste et ses mains à l'oeuvre sous son tablier de cuir se perdent en tremblements. Elle jette un regard plus long, plus amer, à Skuld. Car Skuld ne possède pas seulement un pouvoir de prédiction. Il arrive que la prédiction bascule dans la prescription. Un chaman humain pourra prédire que le soir, le soleil déclinera derrière les montagnes et emportera son empire de lumière par-delà les vallons clairs. Cela tient de la prédiction simple et évidente. La prescription est plus problématique. Elle échoue aux êtres de pouvoir pour ne plus se séparer d'eux, elle impose que la moindre parole se mue en fait des mois, des années plus tard. Ainsi, Skuld avait déjà prédit et prescrit la guerre de Cent Ans. Le futur s'écrit parce que les humains cherchent à l'éviter, pourtant il existe dans les profondeurs insondables du monde et ses sommets les plus glorieux des êtres et des entités qui aimeraient à voir leurs craintes se réaliser. Skuld n'est pas de ceux-là, prophétiser des drames et des catastrophes n'emplit pas son existence de joie mais de tourments. Elle prophétise sans vraiment le vouloir, comme guidée par une sorte de voix mystique plus haut qu'elle et plus haut que les étoiles elles-mêmes, ce phénomène terrible avait acquis par le passé le nom d'Improphétisation, un croisement fortuit de prophétiser et d'improvisation.

"Adonc, les fils des premiers hommes et les descendants des géants créeront leurs propres armées. Ils travailleront le métal et frapperont les lames des épées une fois encore. Les montures seront sellées et les villages fortifiés. Sous les successions d'alcôves de lumière et d'ombre des villes se plieront les armures. Les forgerons leur donneront des formes épiques, taillées pour la guerre. Une gueule de lion ornera la couronne du roi des hommes et, derrière les remparts trempés d'obscurité de son fief sacré, ses troupes, à la seule vue du symbole de son pouvoir, s'énivreront de l'appel aux armes et sonneront mille trompettes rugissantes. Tel sera le destin des hommes : mourir à la bataille, expirer dans le lit des rivières plutôt que dans le leur, marcher mille jours puis mille jours de plus, tomber au combat pour se relever dans notre royaume.
- Ne continue pas, sœur ! Ne continue pas ! Je t'en supplie !
- Adonc, les géants cracheront leur haine dans leurs cors de guerre et bientôt, aux cris gutturaux des hommes répondront les canons repus de leur pitance explosive des géants. Les deux races se livreront des batailles toujours plus sanglantes, toujours plus décisives, elles défendront les places fortes sans craindre les pertes colossales, elles s'élèveront l'une contre l'autre d'une intensité encore inégalée et quand les boulets auront tous été tirés, quand toutes les lances se seront rompues, quand chaque bouclier aura été défoncé d'une puissante bourrade, alors hommes et géants se battront de leurs griffes et de leurs crocs, ils arracheront à point mûr la chair de l'ennemi, transformant les vallées en vastes carniers, les châteaux en ruines de flèches et de sang, les cathédrales en autels du sacrifice. Nul ne sortira indemne de ce conflit glapissant. Sa violence sera telle qu'il réveillera les habitants des neuf mondes, les abreuvant dans leur soif inextinguible de barbarie, et toutes les âmes se tourneront vers la destruction comme elles furent au commencement liées par le désir de création, puis ..."

 Verdandi, terrifiée par le monologue apocalyptique de sa sœur, sait pertinemment qu'elle ne peut s'empêcher de prophétiser. Alors, dans l'espoir de sauver l'univers d'un chaos si retentissant, elle se résout à l'acte profane.

"Adonc, la clameur infernale des mille peuples s'ébranlant dans leurs univers conviera les dieux à la bataille, les racines de l'arbre du monde brûleront d'un feu qui ne s'éteint pas, l'un après l'autre, les mondes s'écrouleront sur eux-même, entraînant dans leur chute cosmique les guerriers et les meurtriers, avant que ... Aaaah ! A moi ..."

 La Valkyrie est frappée en son sein et plus jamais ne devra choisir les abattus. Sa sœur, consciente de son oeuvre, réprime un cri de terreur et fuit sous le voile pâle de son monde. Hélas, la mort d'une Norne n'annule pas ses prédictions. Le soir-même, sans tout à fait le savoir, un soldat humain polit la lame qui fera de lui un combattant d'exception et l'élèvera au statut d'Einherjar d'un domaine divin, voué à disparaître prochainement.
[/quote]
Euh bha du coup je sais pas trop quoi dire à part que c'est bien, rohlala j'avais promis que je te ferai un comm détaillé mais j'ai rien à redire. Euh ouais non je trouve pas, je te dirai juste qu'il est pas mal.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hart, le cerf à chaussettes. Pour vous servir

Signe distinctif de chasseur de fautes: µ
------------------------------------------------------------------------
"Dis moi : je t'aime ! Hélas ! Rassure un cœur qui doute,
Dis-le moi ! Car souvent avec ce peu de mots
La bouche d'une femme a guéri bien des maux." VICTOR HUGO

Eh, venez voir ce que j'écris :p
http://www.encre-nocturne.com/t1576p30-pages-jaunes-nocturniennes#60288
Revenir en haut Aller en bas
http://hartsock.eklablog.com/
 
Improphétisation [TP]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: