Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CC n°26

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: CC n°26   Mer 7 Sep 2016 - 21:29

Bonjour bonsoir !

Le thème de ce CC sera "Moi, je siffle quand la mer gronde".
Comme d'habitude vous avez une heure pour écrire ! Je clos le sujet à 22h30, ne soyez pas en retard.

Bonne chance à tous pw

EDIT : Changement de programme, je ne verrouillerai jamais ce sujet, vous m'entendez, jamais !! Alors postez bande de schwibiditrucs !


Dernière édition par Mélodie le Mer 7 Sep 2016 - 22:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CC n°26   Mer 7 Sep 2016 - 22:31

Qui a entendu les cris des manants sur le sol ? Qui arrêtait mon père quand il frappait trop fort ? Perdus au milieu du néant, tout au fond des canards crient. Je ne sais qui fleurait la gentiane. J'aime ce parfum. Vous savez, les paroles d'un homme qui supplie pour sa vie ? Il n'y a pas plus douce musique. Mais lorsque les trompettes de Jericho se taisent, lorsque tombe le dernier écho, il règne un silence... Qui me glace jusqu'aux os. C'est alors que la mer se soulève. Elle me rappelle qui je suis. Alors je siffle un air joyeux.

Version longue et nulle:
 


Dernière édition par Mélodie le Jeu 8 Sep 2016 - 0:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix
Gardien du GIBET
Gardien du GIBET
avatar

Féminin Gémeaux Messages : 1152
Date d'inscription : 06/01/2015
Localisation : Serbie
Humeur : Révolution !

MessageSujet: Re: CC n°26   Mer 7 Sep 2016 - 23:28

Bon, il semblerait que je ne tienne pas une heure ^^ Mais voici mon texte (ou j'ai pris le temps de relire et de corriger les fautes :p ) (mais pour une reprise, c'est pas mal :p )

Moi, je siffle quand la mer gronde


Je vis de pillage et d'abordage. J'ai parcouru les mers déchainées et tous les océans du globe pour amasser fortune. Je n'ai pas de maître, je suis au service de moi-même. Personne ne me fait peur je suis un monstre qui n'a d'égale de sa méchanceté que son appétit pour l'or étincelant. Je cherche des trésors par-delà les îles et les déserts et jusque dans vos entrailles. Je calme ma violence dans les combats les plus rudes. Je n'ai d'égale que la cupidité du monde.
Moi je siffle quand la mer gronde


Tous connaissent mon navire aux voiles noires et déchirées. Mon oiseau des mers sombres, semant la terreur en cette terre des Hommes. Abordant frégates marchandes et bâtiments  de guerre, la peur se répand comme une trainée de poudre noire. Explosions funestes, jets de sang, sinistre glouglou... Je sème la panique partout où je passe. Silencieux comme l'air je fonds sur mes proies tel un fantôme de l'enfer se déchaînant sur la planète.

Moi je siffle quand la mer gronde

Les vagues déferlent avec moi sur mes ennemis. Le tonnerre gronde avec mes canons. Les éclairs accompagnent mes boulets mortels. Les flots engloutissent les naufragés et leurs coquilles de noix dont ils ne restent que des débris fumant. L'écume dissipe le sang des morts.
Moi je siffle quand la mer gronde

Je fais peur aux enfants. J'effraie les femmes les plus courageuses. Je fais trembler d'effroi les hommes les plus déterminés. Je suis le pire cauchemar des marins les plus chevronnés.
Je suis le plus ignoble pirate qui existe et je siffle à la barre de mon sombre navire quand la mer gronde et que les éléments se déchainent.

Voila :huh:

------------------------------------------------------------------------------------------------
PHOENIX 

Piaf cramé un peu fou
Geek Codeur Bidouilleur
Oiseau de feu révolutionnaire


Demandez les services de CommandoSuperPho :corn5: :
Bidouillages[DISPO]
Test en tout genre[DISPO]
Beta-lecture [INDISPO]
Aide power-point :p [DISPO]

*L'oiseau cramé s'approche de Invité et se demande si ce dernier est comestible... Le piaf enflammé a faim...
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4815
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: CC n°26   Jeu 8 Sep 2016 - 19:55

Bon bah vous n'avez été que deux dont un hors-temps (coucou Phé :-p ) du coup ben les votes c'est pas trop ça x))

Mélodie : super bien écrit cute cute (super GLAUQUE aussi. Y'a un petit air de Pantouffe, en un moins trash quand même. :arbre: )

Phé : héééé mais c'est ce que c'est pas mal du tout pour une reprise ! :la:
Deux trucs que j'ai notés (ben oui faut bien que je fasse genre je suis constructive) : le "sinistre glouglou" est bien trouvé mais glouglou ça fait pas très peur, c'est dommage AHDE
Et sinon : des phrases parfois un peu longues ce qui instaure un rythme peut-être trop laborieux par moments. oui
Sinon c'ets vachement cool, tu m'as envoyé une image de Pirates des Caraïbes dans les dents :la: :la:

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix
Gardien du GIBET
Gardien du GIBET
avatar

Féminin Gémeaux Messages : 1152
Date d'inscription : 06/01/2015
Localisation : Serbie
Humeur : Révolution !

MessageSujet: Re: CC n°26   Jeu 8 Sep 2016 - 20:06

Corne : j'ai toujours des soucis avec mes phrases longues ^^ :p Et je crois avoir un peu trop jouer à Assassin Creed 4 Black Flag qui est au Caraïbes avec des pirates ^^ Donc c'est normal :huh:
Sinon merci pour les remarques :la:

------------------------------------------------------------------------------------------------
PHOENIX 

Piaf cramé un peu fou
Geek Codeur Bidouilleur
Oiseau de feu révolutionnaire


Demandez les services de CommandoSuperPho :corn5: :
Bidouillages[DISPO]
Test en tout genre[DISPO]
Beta-lecture [INDISPO]
Aide power-point :p [DISPO]

*L'oiseau cramé s'approche de Invité et se demande si ce dernier est comestible... Le piaf enflammé a faim...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CC n°26   Jeu 8 Sep 2016 - 22:18

Corne, Pho a écrit en moins d'une heure, en soi ! oui Quant à moi, la version courte a été gribouillée en 5 minutes et la version longue... ben je m'en foutais, on était déjà hors-temps, donc j'ai laaargement dépassé les limites.
Au final, Pho est la plus dans les temps de ce CC. *tousse et rigole*

Murci pour le com coeur c'est chic
Revenir en haut Aller en bas
Pantouffe

avatar

Masculin Verseau Messages : 125
Date d'inscription : 22/02/2016
Localisation : Quelque part dans mes cheveux...

MessageSujet: Re: CC n°26   Ven 9 Sep 2016 - 11:59

Mélodie > OWAI. Ça fait un peu écriture automatique. J'aime bien. Y a plein de phrases chouettes et belles qui me parlent bien, je te cite ça plus bas. Je saisis plus ou moins une histoire dans ton texte, mais c'est flou, et certains éléments m'échappent ; genre les canards, et les "ils" qui rient, qui ne savent rien et qui crèvent. Quand j'ai lu ça hier soir j'avais la tête dans le cul et je suis pas du tout renté dedans. MAIS AUJOURD'HUI CA M'A GRAVE PLU.
Y a quelques formulations qui me gênent quand même, genre >
"Entrailles se déversent, ciseaux, griffes."
"Le vert change partout, oreilles s'emplissent."

Je saisis la liberté poétique dans ces formulations, mais ça ne me plaît pas malgré tout.
Comme le dit Corne, je me reconnais dans ce texte, ce qui prouve une fois de plus que tu as plusieurs cordes à ton arc littéraire 8D. Mais je reconnais quand même aussi ton style.

Mais..... Des gens qui meurent. C'est tr/APOLLO13/

Qui a entendu les cris des manants sur le sol ? Qui arrêtait mon père quand il frappait trop fort ? > PARCE-QUE CA COMMENCE FORT. Et c'est rythmé, j'aime bien. ( C'est drôle, treize et puis douze syllabes. ) L'enchaînement d'image marche très bien aussi, elles sont liées dans leur violence et c'est comme si le narrateur rapprochait deux situations différentes en raison de son passé, ça lui donne de suite un peu de consistance. Comme si il avait des souvenirs traumatisants qui surgissaient dans cette situation, là, et que nous, IMPUDENTS LECTEURS, arrivions juste au moment où la fracture s'opère dans son esprit à cause du jaillissement de ce passé dans une scène de violence dont le narrateur semble être l'investigateur. ENFIN VOILA. Ce ne sont que deux phrases qui peuvent sembler anodines, mais elles installent déjà quelque chose de fort.
Le tas de chair s'effondre, précoce mariage avec la pierre. Poussière. Tu es poussière et caillots visqueux. La fraîcheur de la nuit m'appelle à respirer. Il fut un temps, j'étais marin. Les soucis poussent dans les jardins comme dans les cimetières. Un ami disait ça. > NON BEN LA VOILA. Un mariage avec la pierre, c'est beau. Et passer de caillots visqueux à la fraîcheur de la nuit, je trouve bizarrement que c'est approprié, que ça fait sens, que c'est JUSTIFIE et tout à fait bien comme ça. Autant certaines transitions me semblent étranges dans ce texte, autant, certaines sont vraiment bien trouvées et ça s'enchaîne merveilleusement malgré l'aspect anarchique ; naturellement, ça marche juste. Pareil pour le fait de dire qu'il est marin, que ça vienne après l'appel de la nuit à respirer, je trouve ça juste, même si je ne pourrais pas dire pourquoi. ET PUIS LA PHRASE SUR LES CIMETIÈRES. C'est de la phrase qui claque juste, de la phrase qui sonne bien, le genre dont on se souvient.
Les organes de leur corps battent pitoyablement. Cancrelats, visqueux, pouilleux... Qui ?! Qui le leur a demandé ? Je vous hais, et ils sauront bientôt, ils sauront... Ce que contient leur ventre, c'est de la nourriture. Entrailles se déversent, ciseaux, griffes. Vous n'avez rien dans le ventre qui se répand et s'engloutit dans les replis somptueux des guirlandes sanguinolentes vous semblez hébété vous faut-il un bol, voulez-vous vomir ? > Waiiii on parle d'entrailles ! /O/ *mec chelou* Non mais voilà. Somptueux replis organiques, gnn, que ça me parle. ( J'ai des soucis. Mais je me soig-ah non en fait. ) Même si cette phrase manque d'une virgule après "sanguinolentes", j'adore la petite touche caustique qui passe avec cette question. Et le "ce que contient leur ventre, c'est de la nourriture", je..... Non mais voilà. Je m'incline, c'est intense.
Mes épaules et mes larmes tombent. > Parce-que ça aussi c'est beau, le rapprochement est cool.
Mon père disait, "une drache". Mon père disait aussi, "une mandale". > DAMN. J'aime beaucoup à la fois dans le rythme et la forme, la parallélisme entre les phrases, quand il n'est pas poussif, ça fait toujours son effet.
Mes cheveux s'allongent et je pense au romarin. > J'ai imaginé une tapisserie médiévale, je ne sais pas pourquoi. Cette image m'a paru étrange au début, mais en fait, je l'aime bien. Là encore, le fait de parler de cheveux qui poussent et de romarin, alors que ça pourrait sembler totalement gratuit et sortit de nul part, bah. Obscurément, je trouve ça approprié.
Au loin, à l'horizon, je sens mon village s'endormir. > Un village qui s'endort, ça pourrait être une phrase déjà vu. Mais le fait que ce soit au loin, et qu'il le sente, je sais pas..... Ça donne une sorte de puissance mélancolique et inquiétante. Je peux presque imaginer la sensation, comme si une main glissait très doucement dans mon ventre, en touchant à peine mes entrailles ( ENTRAILLES ), avec dans le même temps, un bourdonnement frais au niveau des tempes.

Phoenix > J'AIME BIEN LE RYTHME. Il ressemble au roulement grondant des vagues. J'imagine des roulement de tambour avec un peu de batterie en arrière fond de ton texte.
C'est fluide et bien écris, quoique certaines formulations soient maladroites ( un fantôme surgit des enfers semant la mort sur la planète par exemple, je trouve ça lourd ), mais y a quand même de bonnes idées, comme l'analogie avec la traînée de poudre noire :D. Et au tout début de ton texte, je trouve qu'on sent la sauvagerie du personnage, une violence ivre. C'est exaltant. /O/
Par contre, je trouve la dernière phrase trop longue ou mal rythmée.
Je cherche des trésors par-delà les îles et les déserts et jusque dans vos entrailles. > Ça c'était cool. "Jusque dans vos entrailles", ça claque, c'est fort.

Pas de vote du coup, mais bravo à vous deux pour votre participation :D.



------------------------------------------------------------------------------------------------
We are not affraid, let the night come.

If the Story is over... Split on the ashes... It's time to run away... Where is the light, wonder if it's weeping somewhere ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CC n°26   Dim 11 Sep 2016 - 18:47

GEEEENRE TOUUUUFFE, tu me fais un long com positif alors que j'ai torché ce texte avec mon dépit et mes crachats ! J'suis contente que ça te plaise. Et ça m'donne envie de le retravailler, la virgule que tu proposes est uultra nickel chrome il faudrait que je la rajoute *_* Et effectivement y'a des associations d'idées qui coulent comme de l'eau (réliaaaane) et d'autres qui étaient poussives, et que j'ai cherchées, et que j'ai collées au reste avec de la patafix dégueulasse. ET CA SE VOIT.
Explication : j'ai d'abord fait le truc en 5 minutes, et quand je suis revenue plus tard en me disant "Bon ! On va rallonger ce texte, j'ai 55 minutes !" Ben j'étais plus du tout dans l'esprit et j'ai dû me forcer à revenir aux mêmes façons de penser, ce qui n'était pas DU TOUT naturel. Vwéla.

 Est-ce que t'avais pigé la phrase "le vert change partout, oreilles s'emplissent" ou est-ce que tu l'as pas aimée justement parce que tu voyais pas le sens ? Mais j'avoue que les sonorités sont pas belles.
Héhé, j'ai mis "entrailles" dans ce texte, j'aurais dû me douter que t'aimerais xD
Du coup j'ai relu mon texte et.
Mon père disait, "une drache". Mon père disait aussi, "une mandale".
JE KIFFE cette phrase. Elle me fait mourir de rire ! C'est le narrateur "hein, de quoi je parlais déjà ? Ah oui-" et qui applique une beigne au lecteur sans aucune considération. Y'a plus de respect x'D
 Ahvoui et les cheveux qui s'allongent, c'est pas tant qu'ils poussent que la pluie tombent dessus donc ils se lissent. Et ils. S'allongent. Enfin, en quelque sorte. Tu vois ? Bon faut pas imaginer avec les tiens, mais...

Han son père était violent c'est tr/MANDALE/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CC n°26   

Revenir en haut Aller en bas
 
CC n°26
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Compétitions :: Défis :: Les défis Tic-Tac-
Sauter vers: