Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Brume épaisse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tôle

avatar

Masculin Cancer Messages : 187
Date d'inscription : 12/01/2016

MessageSujet: Brume épaisse   Mar 18 Oct 2016 - 19:06

« Ce coin de la forêt est dense. Il l'est tellement que les rayons du soleil pénètrent à peine la cime des arbres. Certains d'entre eux parviennent jusqu'au sol mais ce n'est pas suffisant pour empêcher l'humidité et la mousse de se propager et comme si cela n'était pas assez, une brume anormalement épaisse vient s'y mêler. Les conditions ne sont pas favorables à la chasse. À votre chasse, Maître... Quoi qu'il en soit, la bête y rodent sûrement.
— Varko, pouvez-vous m'en dire plus sur cette créature ? À quoi elle ressemble ? Combien de victimes a-t-elle faite ?
— Eh bien, tout ce que je sais c'est que quiconque croise sa route, jamais ne reviens. Pour l'instant l'instant elle a fait six victimes dans notre village.
— Ça fait combien de temps que ça dure.
— Cela fait bien 4 semaines déjà. Je pensais que personne ne viendrai nous aider. Que personne ne répondrai à l'annonce que j'ai laissé en ville.
— Une chance que je sois de passage dans votre région. Je suis un traqueur et un chasseur professionnel. Aucune créature ne m'échappe. Magique ou non.
— Je n'en doute pas. Votre réputation vous précède, Maître Baudier.
— Trève de flagornerie. Connaissez-vous quelqu'un capable de décrire votre monstre ? J'ai une idée de ce que ça peut-être mais il me faut des précisions pour en être sûr.
— Hum.. Peut-être Erikka. Elle habite en bordure du village. C'est la première chaumière à l'entrée. Elle est veuve et a pour habitude d'aller cueillir des champignons dans la forêt. Du moins, elle en avait l'habitude jusqu'il y a trois semaines de ça. Elle est l'une des premières à l'avoir vu et elle est surtout la seule à avoir survécu. Cependant, et je me dois de vous prévenir, la pauvre à quelque peu perdu la raison. Elle peut encore parler mais parfois, ses dires n'ont aucun sens.
— Merci Varko. Maintenant, avant que je continue mon investigation, passons aux termes du contrat et surtout, parlons de ma récompense.
— Bien sûr. Tout le village s'est cotisé pour dûment récompenser celui qui réussira à occire le monstre.
— À combien s'élève la somme que vous avez rassemblée ?
— Deux cents cinquante piastres.
— Une bien coquette somme ! Néanmoins, j'aurais besoin de cinquante piastres d'avances afin de pouvoir acheter l'équipement nécessaire à la traque du monstre.
— Je comprends mais rien ne me garantie votre réussite... Soit ! J'accepte de vous donner une avance. »

Baudier pris la bourse que lui tendit Varko et s'en alla acheter des vivres et de l'équipement avant de s'en aller interroger Erikka.

                                  [À suivre]

------------------------------------------------------------------------------------------------
Écrre et être lu, c'est se devoiler au reste du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Tôle

avatar

Masculin Cancer Messages : 187
Date d'inscription : 12/01/2016

MessageSujet: Re: Brume épaisse   Mer 19 Oct 2016 - 14:19

Erikka était complètement folle et ne disait seulement avoir vu le diable en personne. N'ayant rien appris d'intéressant, Baudier avait décidé qu'il devait d'abord se reposer quelques heures avant de se lancer à la poursuite de son contrat. L'auberge du village était miteuse mais elle fera l'affaire pour se ressourcer. En entrant, la moitié des clients, qui devaient être une bonne douzaine, dévisagèrent le chasseur. Une réaction normale quand un homme, taillé comme une armoire à glace, débarque avec une épée dépassant de son épaule droite et de son flanc gauche et vêtu d'une armure légère faite de cuir clouté dont le plastron a été renforcé par un alliage de fer et de cuivre. Cette armure aussi légère soit-elle offrait une bonne protection et laissait son utilisateur libre de ses mouvements. Ainsi, Baudier était assez impressionnant pour ne pas laisser indifférent les villageois et surtout les villageoises. Non seulement sa carrure impressionnait mais il était aussi un homme ténébreux. Les cheveux noirs comme la nuit et les yeux bleu comme un ciel d'été. Beaucoup de femmes flirtait avec lui sans qu'il ait à fait le premier pas. Une des clientes de l'auberge le reluquait avec insistance. De ses yeux d'Émeraude se dégager un charme incroyable. Un charme accentué par de long cheveux roux ondulés. Baudier l'avait bien remarqué mais il n'avait pas la tête à cela.

Alors qu'il s'était installé au comptoir, il avait commandé une chope de bière, une carafe d'eau et une livre de viande séchée. Le tenancier le servait rapidement et le chasseur errant pouvait se repaitre tranquillement.

La chope était vide et la livre de viande était a moitié consommée. L'aubergiste revenait vers lui et s'apprêtait à lui parler.

« Monsieur désire-t-il une autre bière ?
— Oui, merci. Pendant qu'on y est, je voulais vous demander si vous avez une chambre pour moi ?
— Oh, absolument. Vous êtes le premier voyageur que l'on voit ce mois-ci alors toute mes chambres sont à votre disposition.
— Les affaires ne sont pas bonnes ?
— Oh vous savez... Avec ce monstre qui rode dans les parages...
— Je comprends. Que savez-vous de ce monstre ?
— Pas grand chose. Je ne l'aventure jamais dans la forêt... Mais je me souviens qu'Erikka nous l'avait décrit avant qu'elle ne perde la tête...
— Quelle était cette description ?
— J'y viens messire, j'y viens. D'après elle, l'ombre de la bête avait forme humaine et c'est pour ça qu'elle l'avait approché, pensant que c'était un voyageur perdu. Seulement, lorsqu'elle fût assez proche pour distinguer plus nettement la chose... Elle avait été pris d'effroi qu'elle disait. Le monstre avait de long bras avec de longue pattes et des griffes aussi grandes que des épées et sa gueule pleine de dents recouvertes de chair et de sang. Ensuite elle s'est enfui et elle a juré avoir vu le monstre courir sur deux pattes et disparaître comme enchantement.
— Il ne l'a pas attaqué ?
— Visiblement, non. Sinon elle ne serait plus de ce monde.
— Merci pour ses informations précieuses l'ami.
— Précieuses ? Est-ce que vous allez chasser cette créature ? Je vous le demande car, vous semblez assez robuste et suffisamment armé pour tenter votre chance.
— Oui, j'ai accepté le contrat auprès de Varko. Je suis chasseur et traqueur professionnel. Je suis aussi, un excellent bretteur.
— Alors, je ne me fais aucun soucis quand à votre réussite. Je vous aurais bien fait don de la location de la chambre pour vous remercier par avance mais les affaires sont difficiles... Néanmoins, je tiens à vous offrir une autre bière Maître chasseur !
— Merci. M'appeler Baudier suffira, aubergiste.
— Dans ce cas appelez moi Britt. »

Les soupçons du traqueur était confirmés. Les informations que lui avait révélé Britt ont levé le mystère pesant sur l'identité de la bête qui s'averait être un Brumelin. Baudier allait devoir redoublé d'effort et bien se préparer pour en venir à bout.
                   
                      ...

Les Brouillardiers ou Brumelin peuvent apparaître partout où le brouillard se pose : marécages, forêt, les cols de montagne ou les rives des rivières et des lacs. S'il n'y a pas de brouillard, ils peuvent le créer ou l'invoquer eux-mêmes. En manipulant le brouillard, ils peuvent séparer les voyageurs les uns des autres, les masquer et assourdir le bruit. Comme les horribles vers luisants, leurs corps émettent une lumière pâle qu'ils utilisent pour attirer ceux qui sont perdus dans le brouillard vers les ravins, marécages ou des grottes dans lesquelles ils font leurs tanières. Lors d'un combats avec un brouillardier, un chasseur doit rester calme et garder ses esprits, peu importe ce qui se passe. Ils peuvent aussi prendre une forme immatérielle, un léger miroitement de l'air ou un bruissement dans l'herbe pourraient être les seuls indices pour déterminer son emplacement.

Il avait rejoins sa chambre et par chance, Baudier avait un vieux livre de chasse dans lequel on pouvait y trouver des informations sur bon nombre de monstres, animaux et autres créatures. C'était la première fois que le chasseur itinérant allait se frotter à un Brumelin. Il allait donc prendre en compte les conseils du livre et commençait immédiatement à préparer des mélanges d'herbes et d'autres ingrédients qui lui permettrait de prendre le dessus durant l'affrontement. Baudier avait, fort heureusement, quelques fleurs de valériane séchées grâce aux quelles il allait pouvoir obtenir, après avoir broyer les fleurs et en y ajoutant un peu d'eau et d'avoine, une pâte à mâcher qui calme les nerfs. Ainsi en en mâchant avant et pendant son combat il pourra garder plus facilement son calme. Il préparait également une infusion à base de Tribulus Terrestris qui lui donnera une meilleur endurance dans les heures à suivre. Après avoir bu ce breuvage, le chasseur n'avait plus qu'à affuter sa lame, revoir une ou deux formules magiques offensives et défensives et enfin de piquer un somme pour être au maximum de ses capacités.

[À suivre]

------------------------------------------------------------------------------------------------
Écrre et être lu, c'est se devoiler au reste du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Le Molosse
Habituée de la CB
avatar

Féminin Vierge Messages : 1733
Date d'inscription : 29/12/2015
Localisation : Dans ma chambre
Humeur : Mode Molosse: Off

MessageSujet: Re: Brume épaisse   Dim 23 Oct 2016 - 14:34

Tôle a écrit:
« Ce coin de la forêt est dense. Il l'est tellement que les rayons du soleil pénètrent à peine la cime des arbres. Certains d'entre eux parviennent jusqu'au sol mais ce n'est pas suffisant pour empêcher l'humidité et la mousse de se propager et >. + puis,comme si cela n'était pas assez, une brume anormalement épaisse vient s'y mêler. Les conditions ne sont pas favorables à la chasse. À votre chasse, Maître... Quoi qu'il en soit, la bête y rodent sûrement.
— Varko, pouvez-vous m'en dire plus sur cette créature ? À quoi elle ressemble ? Combien de victimes a-t-elle faite ?
Eh bien, tout ce que je sais c'est que quiconque croise sa route, jamais ne reviens. Pour l'instant l'instant elle a fait six victimes dans notre village.> La première phrase est bizarrement formulée, essaie de la revoir...
— Ça fait combien de temps que ça dure ?
— Cela fait bien 4 semaines déjà. Je pensais que personne ne viendrait nous aider. Que personne ne répondrait à l'annonce que j'ai laissé en ville.
— Une chance que je sois de passage dans votre région. Je suis un traqueur et un chasseur professionnel. Aucune créature ne m'échappe. Magique ou non.
— Je n'en doute pas. Votre réputation vous précède, Maître Baudier.
— Trève de flagornerie. Connaissez-vous quelqu'un capable de décrire votre monstre ? J'ai une idée de ce que ça peut-être mais il me faut des précisions pour en être sûr.
— Hum.. Peut-être Erikka. Elle habite en bordure du village. C'est la première chaumière à l'entrée. Elle est veuve et a pour habitude d'aller cueillir des champignons dans la forêt. Du moins, elle en avait l'habitude jusqu'il y a trois semaines de ça. Elle est l'une des premières à l'avoir vu et elle est surtout la seule à avoir survécu. Cependant, et je me dois de vous prévenir, la pauvre a quelque peu perdu la raison. Elle peut encore parler mais parfois, ses dires n'ont aucun sens.
— Merci Varko. Maintenant, avant que je continue mon investigation, passons aux termes du contrat et surtout, parlons de ma récompense.
— Bien sûr. Tout le village s'est cotisé pour dûment récompenser celui qui réussira à occire le monstre.
— À combien s'élève la somme que vous avez rassemblée ?
— Deux cents cinquante piastres.
— Une bien coquette somme ! Néanmoins, j'aurais besoin de cinquante piastres d'avances afin de pouvoir acheter l'équipement nécessaire à la traque du monstre.
— Je comprends mais rien ne me garantit votre réussite... Soit ! J'accepte de vous donner une avance. »

Baudier pris la bourse que lui tendit Varko et s'en alla acheter des vivres et de l'équipement avant de s'en aller interroger Erikka.

                                  [À suivre]

Bah écoute, ça semble bien cool comme début, je lis la suite plus tard :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Signe distinctif de chasseresse de fautes: ~ (pour faire honneur à mon surnom :la:)

Sections attribuées: Romans et Théâtre


N'hésitez pas à venir me lire ici: Mes écrits #TexteDeMathilde
:unjournormal:

Coucou Invité * Sourire étrange à interpréter comme tu veux
Revenir en haut Aller en bas
https://www.flickr.com/photos/124488553@N07/
Le Molosse
Habituée de la CB
avatar

Féminin Vierge Messages : 1733
Date d'inscription : 29/12/2015
Localisation : Dans ma chambre
Humeur : Mode Molosse: Off

MessageSujet: Re: Brume épaisse   Dim 23 Oct 2016 - 14:46

Tôle a écrit:
Erikka était complètement folle et ne disait seulement avoir vu le diable en personne. N'ayant rien appris d'intéressant, Baudier avait décidé qu'il devait d'abord se reposer quelques heures avant de se lancer à la poursuite de son contrat A la poursuite de son contrat < Maladroit... à la poursuite du monstre maybe ?. L'auberge du village était miteuse mais elle ferait l'affaire pour se ressourcer. En entrant, la moitié des clients, qui devaient être une bonne douzaine, dévisagèrent le chasseur. Une réaction normale quand un homme, taillé comme une armoire à glace, débarque avec une épée dépassant de son épaule droite et de son flanc gauche et vêtu d'une armure légère faite de cuir clouté dont le plastron a été renforcé par un alliage de fer et de cuivre. Cette armure aussi légère soit-elle offrait une bonne protection et laissait son utilisateur libre de ses mouvements. Ainsi, Baudier était assez impressionnant pour ne pas laisser indifférent les villageois, et surtout les villageoises. Non seulement sa carrure impressionnait > Trouve un synonyme car tu l'as déjà mis avant mais il était aussi un homme ténébreux. Les cheveux noirs comme la nuit et les yeux bleus comme un ciel d'été. Beaucoup de femmes flirtaient avec lui sans qu'il ait à faire le premier pas. Une des clientes de l'auberge le reluquait avec insistance. De ses yeux d'Émeraude se dégageaient un charme incroyable. Un charme accentué par de long cheveux roux ondulés. Baudier l'avait bien remarqué mais il n'avait pas la tête à cela.

Alors qu'il s'était installé au comptoir, qu'il avait commandé une chope de bière, une carafe d'eau et une livre de viande séchée J'ai l'impression qu'il manque une partie à ta phrase. Reformule là, sans le "alors".... Le tenancier le servait rapidement et le chasseur errant pouvait se repaitre tranquillement.

La chope était vide et la livre de viande était > Non, pas deux fois dans la même phrase... à moitié consommée. L'aubergiste revenait vers lui et s'apprêtait à lui parler.

« Monsieur désire-t-il une autre bière ?
— Oui, merci. Pendant qu'on y est, je voulais vous demander si vous avez une chambre pour moi ?
— Oh, absolument. Vous êtes le premier voyageur que l'on voit ce mois-ci alors toute mes chambres sont à votre disposition.
— Les affaires ne sont pas bonnes ?
— Oh vous savez... Avec ce monstre qui rôde dans les parages...
— Je comprends. Que savez-vous de ce monstre ?
— Pas grand chose. Je ne m'aventure jamais dans la forêt... Mais je me souviens qu'Erikka nous l'avait décrit avant qu'elle ne perde la tête...
— Quelle était cette description ?
— J'y viens messire, j'y viens. D'après elle, l'ombre de la bête avait forme humaine et c'est pour ça qu'elle l'avait approché, pensant que c'était un voyageur perdu. Seulement, lorsqu'elle fût assez proche pour distinguer plus nettement la chose... Elle avait été prise d'effroi qu'elle disait. Le monstre avait de long bras, de longue pattes et des griffes aussi grandes que des épées et sa gueule pleine de dents recouvertes de chair et de sang. Ensuite elle s'est enfuie et elle a juré avoir vu le monstre courir sur deux pattes et disparaître comme parenchantement.
— Il ne l'a pas attaqué ?
— Visiblement, non. Sinon, elle ne serait plus de ce monde.
— Merci pour ses informations précieuses, l'ami.
— Précieuses ? Est-ce que vous allez chasser cette créature ? Je vous le demande car, vous semblez assez robuste et suffisamment armé pour tenter votre chance.
— Oui, j'ai accepté le contrat auprès de Varko. Je suis chasseur et traqueur professionnel. Je suis aussi, un excellent bretteur.
— Alors, je ne me fais aucun soucis quand à votre réussite. Je vous aurais bien fait don de la location de la chambre pour vous remercier par avance mais les affaires sont difficiles... Néanmoins, je tiens à vous offrir une autre bière Maître chasseur !
— Merci. M'appeler Baudier suffira, aubergiste.
— Dans ce cas appelez moi Britt. »

Les soupçons du traqueur était confirmés. Les informations que lui avait révélé Britt ont levé le mystère pesant sur l'identité de la bête qui s’avérait être un Brumelin. Baudier allait devoir redoubler d'effort et bien se préparer pour en venir à bout.
                   
                                         ...

Les Brouillardiers ou Brumelin peuvent apparaître partout où le brouillard se pose : marécages, forêts, les cols de montagnes ou les rives des rivières et des lacs. S'il n'y a pas de brouillard, ils peuvent le créer ou l'invoquer eux-mêmes. En manipulant le brouillard, ils peuvent séparer les voyageurs les uns des autres, les masquer et assourdir le bruit. Comme les horribles vers luisants, leurs corps émettent une lumière pâle qu'ils utilisent pour attirer ceux qui sont perdus dans le brouillard vers les ravins, marécages ou des grottes dans lesquelles ils font leurs tanières. Lors d'un combats avec un brouillardier, un chasseur doit rester calme et garder ses esprits > rester lucide en gros ?, peu importe ce qui se passe. Ils peuvent aussi prendre une forme immatérielle, un léger miroitement de l'air ou un bruissement dans l'herbe pourraient être les seuls indices pour déterminer son emplacement.

Il avait rejoint sa chambre et par chance, Baudier avait un vieux livre de chasse dans lequel on pouvait y trouver des informations sur bon nombre de monstres, animaux et autres créatures. C'était la première fois que le chasseur itinérant allait se frotter à un Brumelin. Il allait donc prendre en compte les conseils du livre et commençait immédiatement à préparer des mélanges d'herbes et d'autres ingrédients qui lui permettrait de prendre le dessus durant l'affrontement. Baudier avait, fort heureusement, quelques fleurs de valériane séchées grâce auxquelles il allait pouvoir obtenir, après avoir broyé les fleurs et en y ajoutant un peu d'eau et d'avoine, une pâte à mâcher qui calme les nerfs. Ainsi en en mâchant avant et pendant son combat il pourra garder plus facilement son calme. Il préparait également une infusion à base de Tribulus Terrestris qui lui donnera une meilleur endurance dans les heures à suivre. Après avoir bu ce breuvage, le chasseur n'avait plus qu'à affuter sa lame, revoir une ou deux formules magiques offensives et défensives et enfin de piquer un somme pour être au maximum de ses capacités.

                                            [À suivre]

Bon, ça semble cool :) Hâte de voir la suite :) Cependant, tu as quelques soucis de concordances des temps et d'accord. J'ai aussi relevé quelques soucis de formulation de phrases. Essaie de couper afin que ce soit compréhensible...

------------------------------------------------------------------------------------------------
Signe distinctif de chasseresse de fautes: ~ (pour faire honneur à mon surnom :la:)

Sections attribuées: Romans et Théâtre


N'hésitez pas à venir me lire ici: Mes écrits #TexteDeMathilde
:unjournormal:

Coucou Invité * Sourire étrange à interpréter comme tu veux
Revenir en haut Aller en bas
https://www.flickr.com/photos/124488553@N07/
Tôle

avatar

Masculin Cancer Messages : 187
Date d'inscription : 12/01/2016

MessageSujet: Re: Brume épaisse   Sam 19 Nov 2016 - 2:51

L'aube était levé. Baudier était bien reposé et prêt à partir chasser. Il avait prévenu Varko et lui avait demandé de prendre soin de son cheval durant son absence et que s'il n'était pas revenu avant la nuit tombée il pouvait considéré qu'il avait échoué. Cependant il rassura tout de même le villageois en lui disant qu'il y avait peu de chance qu'il échoue. Varko lui faisait une tape sur l'épaule et lui souhaitait bonne chance.
...

Baudier s'était enfoncé dans la forêt et pris une portion de sa pâte de valériane et d'avoine. C'était à la fois nourrissant et calmant. Au fur et à mesure qu'il avançait, à pas léger pour économiser son souffle, son rythme cardiaque s'appaisait grâce aux bienfaits de la plante. Plus il avançait, plus le brouillard s'épaississait. Le chasseur devait resté sur ses gardes car il ne voyait pas plus loin que neuf pied devant lui. Le Brouillardier était sans doute déjà en train de l'observer et d'attendre le moment opportun pour lui tendre un piège.

Cela faisait maintenant une heure que le traqueur marchait. Il décida de prendre quelques minutes pour faire une pause. Il posa genou au sol et s'addossa à un arbre. La forêt était silencieuse. Une brise chasseur fraiche etlégère se glissait entre les cheveux du chasseur, les faisant ondulé lentement. Baudrier pris une profonde bouffée d'air et relâcha ses épaules. Il détacha la gourde de son ceinturon et pris plusieurs petites gorgées. " Toujours bien s'hydrater". Les paroles de l'homme qui lui avait quasiment tout appris sur la chasse le suivaient partout.

Baudier était un orphelin. Ses parents étaient sans doute morts de maladie ou dévorés par on ne sait quelle créature. Peut-être avait-il été abandonner. Nul ne le savait. Tout était possible dans ce monde qui regorgeait de dangers. Fort heureusement, lorsque le chasseur n'était encore qu'un nourrisson, un certain Alrik l'avait recueilli. Ce brave homme avait perdu sa femme et son fils lors d'une attaque de goules dans la village ou il vivait. Alrik n'avait que 21 ans lors du drame et suite à ce tragique événement, il se mit à voyager. Il ne pouvait plus rester là où il vît sa famille périr. Le père d'Alrik,Edzard, était un chasseur lui aussi. Il ne chassait que le gibier pour nourrir sa famille et se tenait à l'écart des monstres. Il avait appris à Alrik dès son plus jeune âge à traquer toutes sortes d'animaux. Ainsi il aurait pu à son tour subvenir au besoin de la famille qu'il fonderait. Ce qu'il fît jusqu'à l'attaque. Se servant de ce qu'il connaissait déjà sur la chasse, il se mit en tête de débarrasser le monde d'un maximum de monstres. C'est alors qu'il approchait la quarantaine et que son corps fatigué sonnait la retraite qu'il trouva baudier dans une maison abandonnée où il était entré pour se reposer. Le marmot était enveloppé de draps dans un berceau. Alrik était loin de s'imaginer qu'il trouverait un successeur pour sa quête de revanche.
...

"Je me suis suffisamment reposé " pensa Baudrier. Il se leva et réajusta ses spalières de cuir ainsi que le fourreau de son épée. Il se remis en marche, toujours aussi attentif. À l'affut de la moindre trace, la moindre empreinte au sol. Il ne pouvait pas voir bien loin mais il pouvait toujours traquer. Le brouillard était encore plus épais, Baudier pensait que le brumelin devait être tout proche. Il avançait lentement. Pas-à-pas, restant le plus silencieux et le plus calme possible. Il se concentrait sur le moindre détail. La valériane faisait effet. Son palpitant était si calme qu'il pouvait encore mieux se concentrer pour entendre le moindre oiseau chanter, les branches frottant entre elles, au grès du vent qui sifflait un air sinistre, presque mortuaire. Le chasseur se stoppa, ferma les yeux en retenant sa respiration. Il entendait. C'était infime, mais il entendait. Des bruits de pas entrecoupés de brindilles qui craquaient. Les bruits ne s'intensifiaient pas,non, ils s'éloignaient. De quelles directions venaient ces sons ? Droit devant? À gauche ou à droite ? Difficile de le dire. Dans un endroits si vaste, le son se disperse beaucoup trop pour en être sûr.

Baudier rouvrit les yeux et observa autour de lui. Rien. La bête se jouait de lui. Il continua tout de même son chemin, toujours silencieux. Il pénétrait dans un espace de la forêt bien plus dense. Il y avait plus d'arbres et le sol était plus humide aussi, presque boueux. Les Pieds du pisteur s'enfonçaient à moitié dans le sol. La terre s'accumulait sur ses chausssures et il était plus difficile d'avancer sans faire de bruit. Cependant, ce sol malléable était une aubaine : " Si le brouillardier était passé par ici, il aura sûrement laissé des traces de pas."

------------------------------------------------------------------------------------------------
Écrre et être lu, c'est se devoiler au reste du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Tôle

avatar

Masculin Cancer Messages : 187
Date d'inscription : 12/01/2016

MessageSujet: Re: Brume épaisse   Jeu 8 Déc 2016 - 18:22

Salut les amis ! La suite de Brume épaisse arrive d'ici quelques jours ! Soyez sur le qui-vive ! :D

------------------------------------------------------------------------------------------------
Écrre et être lu, c'est se devoiler au reste du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brume épaisse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brume épaisse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: