Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A Dismal Life [-18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Hartsock
Gardien du GIBET
Gardien du GIBET
avatar

Masculin Bélier Messages : 934
Date d'inscription : 19/11/2015
Localisation : À table, comme toujours.
Humeur : J'ai la dalle!

MessageSujet: Re: A Dismal Life [-18]   Lun 23 Jan 2017 - 23:02

CHAPITRE III : Flottements

Miranda n'en revenait pas, elle avait entendu durant toute son enfance que les légendes n'existent pas, que rien ne tombe du ciel et que pour obtenir ce que l'on souhaite il faut aller le chercher jusqu'au bout du monde. Le père Callid lui avait enseigné ce vieux proverbe "acta non verba", plus clairement: on nous définit par nos actes, pas nos paroles. Chaque être vivant possède des cartes, à lui de les utiliser à sa guise. C'était pourtant simple; il appartenait à elle seule de se forger un avenir stable ou bien une vie pleine de rebondissements, à elle seule d'avoir la lucidité pour concevoir si quelque chose est réel ou pas. Pourtant aujourd'hui on lui dictait un futur intégralement tracé, une destinée, certes hors du commun mais on la lui imposait. Hélas la jeune fille ne s'en souciait aucunement, pour elle c'était un rêve irréalisable de devenir une héroïne, devenir l'exemple à suivre dans les siècles prochains. En effet, Miranda se préoccupait déjà de sa postériorité, après tout le vieux Callid lui avait raconté: l'être c'est le devenir. La pédante pouvait donc être confiante avant l'exorde. Du moins c'est ce qu'elle pensait...


***


 Sidonis, quant à lui était à l'extérieur miroitant le soleil levant. Ce dernier songeait à la désillusion future de ses nouveaux camarades. Il avait perçu le visage de Miranda empli de la conviction d'aller loin... Quelques lieux, elle était à quelques lieux de mettre un terme à sa liberté et à celle de son grand-oncle. En effet, le jeune homme était en fait une sorte de mercenaire, il avait comme dessein de livrer Miranda et Callid à ses employeurs. En échange on lui avait promis plusieurs centaines de shaklas, l'unité de monnaie officielle dans le royaume. Une telle somme, le garçon ne pouvait pas la réprimander. C'était une mauvaise chose qu'il s'apprêtait à faire, il ne l'ignorait pas. Cependant il avait l'épouvantable sensation de réaliser quelque chose d'inique.


***


Callid de son côté vidait méticuleusement le foyer de tous les objets qui avaient une quelconque utilité à ses yeux. Quelque chose d'utile pour lui ça signifiait quelque chose sur quoi il pourrait utiliser sa magie. Oui en effet, il était néo-mage. Il maîtrisait donc la lumière, mais uniquement la lumière vespérale. C'est pourquoi quand il était encore pasteur quelques années auparavant il avait été excommunié de l’Église de la Lumière, car exploitant la force de la lumière crépusculaire, il était devenu un hérétique aux yeux des néo-spiritualistes.
Sa préparation fut plus rapide et concise que celle de ses congénères, effectivement il n'avait pratiquement rien à emporter.

De part et d'autre on se fut préparé au voyage; hélas le doute subsistait dans l'esprit de Sidonis, il ne savait plus qu'elle action il devait entreprendre, ni quand ni comment. Ses pensées laissaient place au trouble et à la confusion.
Malgré ce manque de confiance en lui, il savait ce qu'il faisait et bien qu'il fut encore quelque peu fatigué, il était conscient de sa tache première: survivre.
Ce fut donc dans ces conditions qu'ils démarrèrent leur périple dans la Fédération Castéenne.

La première partie du voyage fut plutôt laconique. Étant donné que les trois individus marchaient d'un bon pas, la journée fut relativement brève.
En début de soirée, ils firent une première halte dans une auberge bordant le sentier qui menait aux Basses Contrées ; vers le sud.
Sidonis entra le premier, ses lèvres laissèrent un léger sourire se dessiner. Le vestibule donnait place à un ample tapis bordeaux menant à un escalier tournant. On pouvait apercevoir à proximité, une armoire remplie de vaisselle et d'argenterie. Il était simple de deviner que le bois du meuble avait été fastueusement poli. Plus haut, le lustre resplendissait. Tandis que les murs étaient couverts d'une tapisserie vermeille.
Un vieil homme s'approcha et s'exclama d'une voix douce :

-Bienvenue à vous étrangers. J'espère que vous avez fait bonne route. Souhaitez vous vous joindre à nous ? Le dîner est sur le point de commencer.

-Avec plaisir, répondit le père Callid, devenu jovial.

-Veuillez me suivre, je vous prie.

Le vieil homme les emmena dans la salle principale. Ici, une grande table les attendait, avec de grands pichets qui possédaient une quantité de vin considérable. Des chandelles étaient disposées un peu partout sur le long du buffet. On apercevait que tout était en or : les coupes, les assiettes et les couverts ; tous brillaient de leur plus beau vermeil. On les invita alors à s’installer sereinement. Immédiatement Miranda fut animée par l'odeur saisissante de la nourriture. Le festin commença par une coupe d'hypocras et un délicieux rôti de porc à la sauce cameline. La jeune fille était époustouflée devant tant de nourriture dans son écuelle. C'était certainement la première fois qu'elle pouvait manger à sa faim. Toute la soirée fut fructueuse en découvertes pour l'adolescente. Ils parlèrent jusqu'à plus soif. Callid fut quelque peu décontenancé après les quelques coupes de vin qu'il avala. Miranda se régala du tailli de fruits secs qui lui fut servi en fin de soirée. Finalement Sidonis prit ses affaires et se dirigea vers sa chambre sans même souhaiter bonsoir aux deux derniers. Miranda raccompagna Callid tranquillement puis ils dormirent d'un profond sommeil.

Le lendemain matin, Callid fut réveillé par la lumière du soleil qui traversait les fines fentes des volets. Il descendit dans le réfectoire et aperçu que Sidonis avait son sac sur une table, il s’apprêtait à partir.

-Que fais-tu ?

-Je pars, monsieur. Je pars.

-Mais pourquoi donc ? Eh, oublierais-tu que tu dois nous aider ? Reste.

-Je ne quémandais pas votre autorisation, je dois partir.

-Alors tu ne nous aideras pas, c'est exact ?

-Au contraire mon père, je vous aide considérablement en partant.

-Pourquoi donc ? Explique-toi !

Miranda descendait l'escalier.
-Eh mais vous allez où comme ça ?

-Nul part ma fille, nul part. Répondit le père Callid en tentant de la rassurer.

-Eh bien moi je pars, bonne chance à vous deux !

-Mais en quoi est-ce que ça nous aiderait ? Je ne saisis pas.

-Croyez moi vous ne tenez absolument pas à le savoir.

-Oh si ! S'exclama Miranda.

-Bon, qu'il en soit ainsi. Laissez moi vous raconter...

La suite dans le chapitre 4: l'anti piège.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hart, le cerf à chaussettes. Pour vous servir

Signe distinctif de chasseur de fautes: µ
------------------------------------------------------------------------
"Dis moi : je t'aime ! Hélas ! Rassure un cœur qui doute,
Dis-le moi ! Car souvent avec ce peu de mots
La bouche d'une femme a guéri bien des maux." VICTOR HUGO

Eh, venez voir ce que j'écris :p
http://www.encre-nocturne.com/t1576p30-pages-jaunes-nocturniennes#60288
Revenir en haut Aller en bas
http://hartsock.eklablog.com/
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 280
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Re: A Dismal Life [-18]   Sam 4 Fév 2017 - 23:28

Hum... développe, prend ton temps, relis-toi, tu rush l'action, quelques maladresses.

Pas grand chose à dire, il faut que tu fasse des exos pour apprendre à décrire et développer, j'ai le même problème pour développer, je sais que c'est dur, mais ça viens avec le temps.
Revenir en haut Aller en bas
 
A Dismal Life [-18]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: