Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 À coeur ouvert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yunaheartfilia



Féminin Cancer Messages : 15
Date d'inscription : 26/11/2016

MessageSujet: À coeur ouvert   Sam 26 Nov - 22:37


J’ai demandé à mon deuxième moi. Celui que j’avais à tout prix effacé de ma mémoire et de mon cœur. Celui qui est la partie la plus noire de moi. Le faire ressortir n’a pas été une chose facile, mais je pense que mes larmes et mes cris de douleurs l’ont fait apparaître. Et ce que j’y ai vu était l’image d’une enfant couverte de sang... Elle avait un couteau à la main et me regardait de la même manière que tu l’as fait cette nuit-là.
Mon cœur se serrait et se décomposait à sa simple vue, tellement les souvenirs la matérialisant l’avait rendue effrayante, et à la fois si fragile. Je me mis à lui parler de toi, de moi, de nous. Et sa réponse fut sans appel : « laisse-moi revenir, et je réglerai le problème… ».Des larmes se mirent à couler, et comme paralysée de peur, je ne savais que dire. Elle se mit à crier plus fort, répétant cette même phrase encore et encore, inlassablement et l’effet produit fut comme des coups de poignards dirigés à mon cœur. Je ne voulais pas te perdre. Mais ce qui nous lia autrefois, méritait-il ces larmes si pleines d’amertume ? Je ne peux encore le dire.
Quoi qu’il en soit, prise d’un courage qui m’était encore inconnu de moi-même, je répondis en criant plus fort qu’elle : « je ne veux plus que tu sèmes le doute en mon cœur, je veux que tu répondes à mes questions, toi qui sais quelle est ma véritable nature, toi qui sais mes profondes blessures. » elle se tut enfin, je poursuivais donc : « je ne peux me permettre cette perte, elle serait comme la mort de ce que je suis aujourd’hui, et je sais que tu en profiterais pour reprendre possession de moi, de mon esprit. Je ne suis plus celle que j’étais ». Elle se mit à rire, et elle me dit enfin : « mais, tu l’as déjà perdu, et pourtant regarde, tu es encore toi. Tu ne sais que compter sur les autres, tu ne sais que pleurer, supplier, et tu bloques tes véritables sentiments, la preuve en est, je ne serai pas là sinon ».
En sueur, et tremblante je me levai péniblement de mon lit, et allai me laver le visage à l’eau froide. Non calmée encore de cette douloureuse et cauchemardesque apparition, je sortis fumer, et analysais alors chaque bouffée comme une représentation de mon cœur, qui, pensant à la douleur de te perdre se consumait tout à fait. Puis, sans vie, je me dirigeai vers ma chambre encore sombre, simplement animée de la faible lueur des étoiles transperçant mes volets, et m’enfonçai la tête lourdement dans mes coussins encore mouillés de larmes.
Mon bas-ventre me donnait l’impression d’un déchirement de mes entrailles, et cette douleur m’empêchant de dormir me forçait néanmoins à quelques réflexions sur mes sentiments.
Je voulais revoir mon deuxième moi pour qu’il m’explique la raison pour laquelle il m’avait dit toutes ces choses. Avait-il raison ? Serais-je trop portée sur les sentiments d’autrui ? Pourquoi me proposer de le laisser faire ? Quelle idée avait-il pour me sortir de cette douleur ? Trop de questions m’affaiblissaient le cœur et l’esprit. Et prise de maux de tête, je m’arrêtai alors pour laisser alors à mon esprit le temps de se clarifier et de se reposer.
Le lendemain fut encore plus rude que la veille, et mon estomac refusant chaque aliment que je lui proposais, je décidai de prendre mon portable et de relire tous les messages précédant le terrible souvenir,  d’une nuit pourtant bonne et agréable, qui s’est révélée être, par la suite, la cause de tout mon mal-être, et de ma souffrance.

Souhaitant ne plus y penser, j’écrivis toutes sortes de choses. Je laissais mon cœur s’étaler sur cette page blanche. L’écriture m’enlève cette sensation de mal être et me procure une sensation de liberté ; je vous transcris ce fameux brouillon, afin que vous puissiez voir la douleur dans laquelle je fus alors :

« Tout ce que je n’ai jamais su dire :
Je ne suis pas quelqu’un de bien, et je ne l’ai jamais été. J’ai toujours été égoïste, je ne pense qu’à moi tout le temps. J’ai enfin rencontré quelqu’un avec qui je me sens bien, à l’aise, et à qui je n’ai pas envie de mentir. Parce que voilà, je suis aussi une menteuse, une manipulatrice.
J’aime tout contrôler, garder les gens que j’aime auprès de moi. Ah oui, je suis aussi possessive et maladivement jalouse. Alors comment moi, petite merde de vingt ans, ai-je pu survivre dans ce monde avec tous ces défauts ? Eh bien, c’est assez simple, je me cache. Je ne vois pas les gens. Je ne leur parle pas vraiment. Je me cache derrière un voile qui prend la forme d’une armure lorsque je suis confrontée aux autres. Une de mes pires faiblesses ? Je fais confiance trop facilement. Je défais l’armure dont je me suis vêtue, et je le  dis au monde entier s’il y a un correspondant prêt à m’écouter. Je lui montre mes entailles, mes blessures, mes cicatrices et tout ce qui me fait perdre pied, dans ce monde où je ne me sens pas à ma place.
Non, non, Je ne fais pas une crise d’adolescence à retardement, je vous assure. Elle est bien loin derrière moi ma crise existentielle. Non, vraiment, je suis juste réaliste.

Puis-je vous poser une question ? Avez-vous déjà songé à mourir ? La mort, qu’est-ce sinon une pièce non éclairée, qui semble incroyablement grande, mais qui pourtant ne l’est pas ? Comme tout le monde, je me suis demandée ce que cela faisait de mourir, et surtout, la chose la plus importante pour moi… qui serait vraisemblablement triste ? Qui se dirait, à part nos proches, « elle va tellement nous manquer… » ?.
Je vous le demande à vous, parce que je ne sais plus qui mime, et qui est véritablement sincère dans ses sentiments. Je vais en quelques lignes vous conter mon histoire. Vous en êtes juge, je n’en serai que l’accusé. Mais je vous en prie, ne jugez pas avec votre esprit, mais avec votre cœur. Parce que seul votre cœur est capable de dire si les choses énoncées sont partialement mauvaises ou, de manière nuancée, bonnes. »
Il me plaisait d’écrire comme s’il y eût des lecteurs qui s’intéressaient à la vie faussement malheureuse d’une personne comme moi.
Quelques heures étaient passées alors, comme pour dissoudre des sentiments impurs, je décidai de me laver. Je restai ainsi, assise pendant près d’une heure, l’eau coulant continuellement sur mon corps qui était encore douloureux et tremblant.
Enfin, lorsque je descendis les escaliers de chez moi, il faisait déjà nuit. Il était dans les alentours de minuit. Je me mis donc au lit, vide et sans vie, exactement de la même manière dont je m’étais levée le matin même.
Aux alentours de 4h, mon corps se réveilla tout à fait comme porté par une volonté extérieure à la mienne, et se dirigea vers mon téléphone. Un nouveau message était affiché, et à la simple lecture du nom de l’expéditeur, mon corps se mit à trembler avec tant de force que je ne pouvais lire le contenu du message.
Je me levai alors de mon lit et sortis consommer une dose de nicotine. Ceci calma un peu mes tremblements, mais j’avais toujours aussi peur. Je me décidais à appuyer sur « afficher » et ce que je lu, me fit l’effet d’une espèce de vide dans lequel je tombais violemment. « Cette histoire me bouffe. J’ai besoin de réfléchir, je vais prendre mes distances en attendant ».
Comprenez juste ceci, l’expéditeur de ce message était la seule personne à qui j’avais dévoilé le moi dont je vous parlais plus tôt, et surtout la seule personne qui m’aimait et restait près de moi malgré tout. Je ne sus pas quoi répondre d’abord. Mais mon deuxième moi prit alors le dessus, et la colère surpassant tout, je lui dis quelques atrocités dont seul ce moi-là était capable. Je ne puis les retranscrire…
Mais sachez pourtant qu’en puisant dans mes dernières forces, je parvins à reprendre le contrôle de moi-même. Et je lui demandai s’il y avait une possibilité d’y réfléchir plus calmement, et d’essayer au moins de sauver ce qu’il restait alors de nous, deux cœurs et deux corps pourtant liés autrefois, aussi vide que le néant dans lequel nous étions plongés.
Après une discussion quelque peu agitée, je me rendis compte que mes mains avaient cessé de trembler. Je me décidai à lui envoyer un message : « donne nous au moins la chance d’essayer de sauver notre relation ». Sa réponse fut favorable.
Nous nous donnions donc rendez-vous le lundi avant les cours, avant de prendre une décision définitive.
Nous étions vendredi soir, et je me sentais mieux, je respirai à nouveau normalement, mes tremblements en journée s’étaient arrêtés. Cependant, mon appétit lui ne revint pas. La nuit tombait et mon cœur recommençait à se serrer. Je repensais à son visage, et son corps pendant que je les touchais et caressais de mes doigts… je repensais à la manière dont nous nous sommes embrassées ce soir-là.
Mon esprit se troublait alors, et les larmes prirent possession de mes yeux. Que s’était-il passé… qu’avais-je fait de mal ? Je criai la tête enfoncée dans mon coussin…

Et lorsque le sommeil me prit, je me retrouvai de nouveau face à elle, cette petite fille qui avait mon visage, et qui était la représentation de toutes ces mauvaises choses que j’avais décidé d’oublier, de nier. Je lui demandais ce que j’étais censée dire à cette personne… elle me répondit de son air supérieur : « oublie-la, laisse la se remettre de ce qu’il s’est passé, et s’il le faut efface-toi. C’est ce que tu fais toujours de toute façon. ».
Il est vrai que j’ai toujours fait ça. Ne voulant faire souffrir les autres, je préférais me faire du mal à moi-même en m’éloignant et en les faisant me détester par quelques méchancetés que je laissais dire à mon autre moi.
Bref, je me décidai à ne plus lui envoyer de messages, parce que j’avais la sensation de déranger. Mais je ne puis m’y résoudre. Aucune réponse. Le temps passait et nous étions déjà samedi. Changement de dernière minute, nous ne nous verrions pas le lundi, et pire encore, nous n’irions pas en cours ensemble. Faible tentative de m’évincer de sa vie, alors même que ce qui était prôné était l’effort des deux côtés.
La colère montait en moi et je me battais pour ne pas pleurer. Cette nuit-là, pourtant, je n’étais pas moi-même. S’en était-elle rendu compte ? Je ne pense pas. Ces mots que je lui avais dits, les pensais-je vraiment ? Ai-je fait exprès de lui dire que je la désirais, était-ce le moi d’aujourd’hui ? Ou était-ce ce moi douloureux ? Voulais-je perdre cette relation ?
Une chose est pourtant sûre, cette fille, et cette amitié dont je vous parlais, plus jamais ne seront les mêmes, et nous deviendrons alors de parfaites inconnues l’une pour l’autre. Alors même que nous nous disions ouvertement que notre amour serait éternel, un seul instant de désir charnel, l’aura anéanti pour toujours. Alors écoutez votre cœur, et non votre corps, lorsque pour un moment de faiblesse vous confondez, amour et amitié.

Ancienne version avant la correction de Lacie Baskerville:
 


Dernière édition par Yunaheartfilia le Dim 27 Nov - 1:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nays

avatar

Féminin Capricorne Messages : 35
Date d'inscription : 03/11/2016
Localisation : Le Pays Nayssien
Humeur : Joyeux ennui

MessageSujet: Re: À coeur ouvert   Sam 26 Nov - 22:56

Wow!
Très joli, une prose poétique et une histoire très prenante. Elle m'a vraiment tenue en haleine jusqu'à la fin! C'est très bien écrit, rien à dire. J'adore. Bravo!
Wiii
Revenir en haut Aller en bas
Yunaheartfilia



Féminin Cancer Messages : 15
Date d'inscription : 26/11/2016

MessageSujet: Re: À coeur ouvert   Sam 26 Nov - 23:24

C'est vraiment très gentil ! Merci beaucoup! Pourtant, l'on me dit souvent que l'écriture faite sur le coup de la souffrance ne peut être un bon texte ! Merci pour ce commentaire, qui me rappelle vraiment que la souffrance peut-être source d'inspiration!
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4815
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: À coeur ouvert   Dim 27 Nov - 0:43

SALUUUT :la:


Huhu alors je serais bien partie dans un commentaire détaillé, mais force est de constater que ce texte est d'un très bon niveau donc concrètement je pense pas qu'il y ait besoin que nous venions dire "hohoho il manque une virgule juste là :aha: :aha: "

Enfin bref, niveau style : c'est assez intéressant en fait, très... "classique" (je sais pas trop comment dire) dans la forme, tu as des formulations extrêmement soutenues, un niveau de langage extrêmement élevé, y'a des moments on se croirait au temps de Flaubert, c'est assez perturbant vu qu'on a l'habitude que les textes basés sur le réel et sur le vécu soient plus du niveau ordinaire voire familier, plus oraux, comme si c'était la voix de celui qui racontait son vécu.

Ce style très ample, assez riche en subordonnées et etc etc, donne une temporalité particulière à ton texte, je veux dire par là que pour des actions très simples et rapides, on a l'impression qu'elles sont longues, voire lentes, assez amples ; en fait, en général tes phrases sont amenées sur un coussin de plumes stylistique, du coup ça fait très doux et on voit pas trop les démarcations temporelles entre les actions, tout s'enchaîne sans heurts ni changement de rythme, niveau rythme c'est assez uniforme, ce qui est un peu chelou comme effet, mais qui va bien avec l'ambiance du texte je trouve. oui

Ok je déblatère en mode fofolle, mais il est minuit hein c'est normal è_é


VOILA et le fond, ben écoute du coup j'en déduis que c'est du vécu. Y'a des trucs que je n'ai pas capté, vu que tu nous en dis finalement extrêmement peu sur le passé de la narratrice (beaucoup sur sa personnalité en revanche, ce qui est bien amené et dépeint bien le personnage finalement très naturel, assez ordinaire bien que torturé), ce qui fait qu'on comprend pas du tout au début "de quoi, pourquoi, il se passe quoi et puis c'ets qui la fille bizarre avec son couteau là ? :waaat " D'ailleurs je sais toujours pas qui elle est, en fait, enfin si c'est une sorte de tulpa, mais concrètement pourquoi elle a un couteau, elle vient d'où ? O_o j'ai cru que la fille était une meurtrière du coup AHDE
Donc ça, ça a un peu éparpillé ma compréhension du texte. AHDE

Mais sinon, même si le pourquoi du comment n'est pas clair du tout (t'es pas très sympa avec tes lecteurs :bouhou: ), l'ambiance est vraiment particulière et ton texte a une vraie profondeur. oui


Du coup, bravo.


PAR CONTRE. Tu as l'obligation d'aérer ton texte (ça manque cruellement de paragraphes et de points à la ligne, tu veux nous tuer ou quoi ? AHDE Quelqu'un vient justement de me dire qu'il avait voulu lire ton texte mais qu'il s'est flingué les yeux sur ton pavé gigantesque AHDE ), de BEAUCOUP l'aérer si tu veux que ce soit lisible, et si possible de mettre un fond blanc dessous (lien donné dans mon commentaire à la suite de ta présentation).


------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Yunaheartfilia



Féminin Cancer Messages : 15
Date d'inscription : 26/11/2016

MessageSujet: Re: À coeur ouvert   Dim 27 Nov - 2:02

Je ne suis pas sûre de mériter ces compliments >\\\< !
Mais merci beaucoup. C'est un texte qui est né d'une douleur, d'une souffrance qui, encore aujourd'hui ne s'est pas éteinte.
C'est vrai que je ne suis pas quelqu'un de gentil ! Ahaha :)
Pour l'explication, le deuxième moi dont il est question, est ce que l'on pourrait qualifier d'inconscient conscient. Lorsque nous avons mal suite à un épisode traumatisant de notre vie, nous ( moi en tout cas) j'ai tendance, à le réduire, le mettre dans une boite fermée, la cacher, de manière à prendre de la distance vis à vis de cette souffrance. Un peu comme un déni, comme si ça ne nous était pas arrivé à nous.
Cette petite fille, représente toutes ces choses que j'ai voulu détruire. Et son.couteau, représente la manière dont ces choses vont me détruire moi, pas d'un seul coup, mais justement un coup puis un autre.
Je vais remédier au problème de lisibilité, très très vite, en courant même !
Merci beaucoup pour ton.long commentaire, qui vraiment me fait très plaisir et me gonfle de fierté ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Yunaheartfilia



Féminin Cancer Messages : 15
Date d'inscription : 26/11/2016

MessageSujet: Re: À coeur ouvert   Dim 27 Nov - 2:15

Je n'arrive pas à mettre le fond blanc, malgré les explications... :(
Revenir en haut Aller en bas
Lacie Baskerville
Champion
avatar

Féminin Vierge Messages : 700
Date d'inscription : 07/07/2014

MessageSujet: Re: À coeur ouvert   Mar 29 Nov - 18:53

Alors alors,
Vu que j'ai corrigé le texte, j'en ai du coup un peu perdu le fil du sens de ce texte. Je me suis quand même vaguement reconnue dans quelques passages.
J'aimerais avoir ta capacité à éviter les loudeurs stylistiques et avoir un style aussi fluide ! J'ai rien à dire de plus que ce que Cornedor a dit bien que moi je perçois beaucoup moins les figures de style, lol.

Attention, je crois que tu mets souvent des accents circonflexes au passé simple, or il n'y en a jamais (du moins à ma connaissances pour les verbes un minimum régulier) (hors 1er/2nde personne du pluriel). Genre : il fut, il se lia, etc.

------------------------------------------------------------------------------------------------
JE SUIS LE BRUIT ET LA FUREUR,
LE TUMULTE ET LE FRACAS

Quand Lacie passe, les fautes trépassent...

Invité règnera bientôt sur le forum !

"Prosternez-vous devant moi, vils manants !" Sharon Rainsworth
Revenir en haut Aller en bas
Yunaheartfilia



Féminin Cancer Messages : 15
Date d'inscription : 26/11/2016

MessageSujet: Re: À coeur ouvert   Mar 29 Nov - 19:44

Merci beaucoup lacie, oui j'ai de gros problèmes au niveau des accents circonflexes x)
Merci encore pour ta correctio! J'espère m'améliorer, mais c'est vrai que, j'écris sous le coup de la souffrance, c'est pas forcément l'idéal mais bon !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: À coeur ouvert   

Revenir en haut Aller en bas
 
À coeur ouvert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: