Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  Ecrits publiésEcrits publiés  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | 
 

 Mousikeí Hebdo - Semaine 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nain Fougère
Créateur Uchronien
Créateur Uchronien
avatar

Masculin Vierge Messages : 323
Date d'inscription : 03/10/2016
Localisation : Quelque part dans un monde nouveau !
Humeur : Subjectivement Suprême.

MessageSujet: Mousikeí Hebdo - Semaine 2   Lun 9 Jan 2017 - 11:09

Salutations ! Voici le deuxième MH, j'espère qu'il y aura plus de participant que pour le premier. x)

Avant de débuter, les règles :
- Écouter la musique que je donne arbitrairement et l'utiliser comme source d'inspiration d'un texte.
- Écrire n'importe quel type de texte (long/court, récit/théâtre/poésie/autre, complet/incomplet, etc), vous êtes libre comme la Reine des Neiges.
- Poster au plus tard le samedi (à 21h, à 21h30 il y a le CC) suivant pour procéder aux votes le dimanche (oui, vous avez une semaine pour faire votre texte). Possibilité de poster le lundi comme le mercredi, comme le samedi, à vous de voir selon vos disponibilités et votre temps !
- Pas besoin de s'inscrire, si vous voulez participer, poster votre texte suffit.
- Poster son texte ici à la suite du message !
- Garder ses commentaires pour le sujet des votes afin d'éviter les message entre chaque texte, ça facilitera la lecture.
- Ne pas participer si la musique ne vous inspire rien du tout ! Ce défis reviendra chaque semaine avec une musique différente à chaque fois et qui pourra plaire comme déplaire. Donc, si une musique ne vous inspire pas à telle semaine, gardez à l'esprit que la suivante pourra vous inspirer !
- Il est déconseillé d'aller voir le clip de la musique sur Youtube pour ne pas biaiser votre imagination, mais si vraiment vous n'avez pas d'inspiration et que vous voulez participer, aller voir le clip.

BIEN, voici le bébé :

Rone - Bey Bey Macadam

Audio recording and upload >>

A vos marques... prêt... CLAVIER ! è-é

------------------------------------------------------------------------------------------------
~L'Étrange Nain Fougère~

Je suis un Grodoudou tellement chou !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/LeRevateur/?ref=aymt_homepage_panel
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4436
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Mousikeí Hebdo - Semaine 2   Dim 15 Jan 2017 - 14:15

VOILA bah puisque tous les autres sont nuls (AHDE) et que personne n'a participé, moi j'ai pondu un texte, nah.

(je sais j'étais censée bosser. Zut hein. AHDE AHDE )







Le garage de minuit






             La lune veillait doucement sur la métropole.

             Plus particulièrement sur ce quartier-ci, tout étincelant sous sa clarté blanche, qui étendait en arc de cercle ses filaments d'acier et de verre et ses infrastructures gigantesques. Des phares, des projecteurs et des feux s'illuminaient avec langueur sous les gouttières, promenant des lueurs vertes, rouges et bleues le long des rues immobiles.

             La zone industrielle.

             Un bâtiment surplombait tout ceci, s'élevant vers le ciel en étirant ses longs os bardés de fer ; une large verrière fleurissait au sommet, sur son dos. Une porte d'entrée dédiée aux esprits du ciel.

             Il s'agissait d'un garage, un simple garage spectaculaire sous la lumière de la lune. Un garage à baleines nimbé d'une aura délicate.

             Il y eut soudain un frémissement sous les nuages, qui rida le surface de la nuit comme le dos d'un poisson l'aurait fait d'un étang. Un projecteur s'éveilla sur la surface ouest de l'infrastructure, projeta une onde rouge le long des rues avant de relever son pinceau de lumière vers la voûte céleste. Quelque chose d'immense y défilait lentement, étendant sa lourde masse au dessus du garage silencieux. C'était un long ventre pâle, strié de lignes irrégulières qui réfractaient la lumière écarlate à l'infini.

             Un long mugissement naquit entre les murs noirs, déployant des harmoniques artificielles et réveillant la bâtisse cybernétique. L'alarme vagit encore plusieurs minutes, le temps que de nouveaux projecteurs prennent vie le long de la verrière, qu'ils y tracent un laçage de lumière signalétique destiné à guider l'être qui se préparait à entrer.

             Le garage déverrouilla ensuite son squelette de poutres métalliques dans une nuée de claquements rouillés ; puis il ouvrit le toit de verre avec un grincement de fin du monde, déployant lentement ses pales translucides comme il l'aurait fait d'une corolle de fleur. Des éclats de lumière apparurent dans le noir, dansèrent sur les murs environnants.

             Un clignotement naquit dans les ténèbres du ciel, puis toute une ligne de diodes s'allumèrent à la chaîne, traçant les contours du ventre blanc de la baleine. Sa lourde masse s'inclina doucement vers le toit ouvert du garage, glissant dans l'air de la nuit avec l'immense délicatesse d'une plume. La lumière des projecteurs rouges éclaboussait sa peau rugueuse, dégoulinait le long de ses flancs mangés de mousse et de vermine ; mais les lacis de lumières implantées qui se déployaient le long de ses os, sous sa chair translucide, faisaient scintiller tout son corps meurtri sous des symboles chargés de poésie.

             La ballerine monstrueuse pénétra doucement dans le garage, effleurant les pétales de la verrière avec son ventre lumineux ; elle patienta un instant, suspendue avec majesté entre les poulies, les poches cybernétiques, les mini-grues, les échelles métalliques et les diodes ensommeillées, nimbant tout cet appareillage de sa clarté phosphorescente ; puis un long bras robotique se déploya dans le silence, traversant toute la profondeur du garage avant d'ouvrir sa large paume de fer. La baleine cybernétique vint doucement poser sa masse dans le berceau ainsi formé ; sa longue gueule souriante s'entrouvrit d'aise et elle ferma les paupières, voilant ses iris minuscules.

             Un deuxième bras robotisé cliqueta en s'éveillant, étira ses longs os de plastique jusqu'à venir caresser doucement la peau usée de la baleine. Il ouvrit sa gueule parsemée de symboles chimiques et cracha l'éclat jaune d'un scanner, promenant sa lumière le long du corps abîmé. Des tremblements agitèrent la lourde carcasse de sa cliente lorsqu'il enregistra dans un clic les tags toxiques qui couvraient son dos, les grappes de mousse humide et de lichens qui parasitaient les stries de son ventre, les fêlures qui étoilaient ses diodes et les verres cassés de ses lucarnes latérales.

             Il lut ensuite le numéro de série imprimé le long de son flanc, rassembla et compulsa toutes ces données avant de les envoyer à la base mémorielle du garage.

             Deux minutes plus tard, tout un ballet de petites machines malicieuses se déployait autour de l'être cybernétique, illuminant le garage et l'emplissant de cliquetis et de frottements de rouages agacés. Soupirant d'aise, la baleine à bosse roulait doucement sur le flanc, sur le dos, sur le ventre au rythme des bons soins de ses réparateurs. Elle fut lavée, désinfectée, frottée, savonnée, rincée, polie, cirée puis repeinte dans une nuance arc-en-ciel digne des aérobus de la métropole ; toutes ses lucarnes furent changées, ses oculaires remplacés. Son ventre fut ouvert à la scie circulaire, toutes ses articulations rouillées changées et remplacées par des prothèses flambants neuves ; ses vieux sièges en cuir percé furent extraits de son estomac puis brûlés, troqués contre des blancs en plastique multicolores. Les implants lumineux de sa chair furent retirés, puis réinsérés suivant un nouveau motif plus moderne qui traçait des arabesques délicates le long de ses muscles cybernétiques ; ses nageoires plastifiées furent découpées au laser le long de ses os, refondues selon une nouvelle forme asymétrique et percluse de découpes dentelées, trempées dans un bain fluorescent puis ressoudées sur ses moignons de métal. Tous ses boulons furent dorés ou argentés à la feuille et protégés d'une couche de vernis antioxydant.

             Lorsque la baleine, qui s'était endormie, rouvrit ses yeux lumineux dans un bâillement digne de Gargantua, les petits robots lui tendirent un grand miroir en arc-de-cercle. Elle s'y mira, longtemps. Puis elle leva les nageoires, fit jouer sa nouvelle queue fluorescente, et s'éleva doucement vers la verrière qui ouvrait de nouveau ses pétales translucides.

             L'aube nimbait à présent la ville, peignant un horizon teinté de violet et d'orange ; dans un silence fasciné, les petites machines du garage observèrent, tête levée, la baleine aérienne disparaître au loin, dans la brume dorée de l'aurore. Elle projetait des éclats multicolores à l'intérieur de tout le garage, étincelante comme un joyau lustré.




Ceci est une phrase longue qui n'a d'autre but que d'élargir le fond blanc afin que vos mirettes ne se fatiguent pas jusqu'à l'usure, que dis-je, jusqu'à la dissolution ! (ça, vous devez le laisser, de toute manière on le verra pas, faites-moi confiance je vous dis !)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Amiral Kunkka

avatar

Masculin Taureau Messages : 179
Date d'inscription : 07/07/2016

MessageSujet: Re: Mousikeí Hebdo - Semaine 2   Dim 15 Jan 2017 - 15:10

Et si notre réalité en était une parmi tant d’autres ? Que nous avions la ferme pensée que nous sommes les seuls êtres vivants alors qu’au fond nous ne sommes qu’une facette du vrai monde ? Et bah moi c’est mon travail de chercher les failles temporelles. Je suis un gardien du temps. Sur terre j’ai l’apparence d’une entité vivante d’une vingtaine d’années alors que je suis en vérité âgé de 150 ans d’existence derrière moi. Nous avons une terre qui reflète une réalité subalterne sur diverses phases astrales qui par elles-mêmes décident de créer une seconde réalité. Au fond, nous avons une réalité différente pour chaque terre. C’est assez compliqué d’expliquer le phénomène de base, personne ne sait réellement ce qui s’est passé.. Les seuls aux courants sont les Maîtres du Temps et leurs subalternes les Gardiens du Temps.  Nous sommes au 30ième siècle, l’homme est devenu de plus en plus égoïste et cruel envers ses congénères. Certains dirigeants se permettent même d’essayer de changer la ligne du temps et ainsi causer de faux liens de causalité entre plusieurs univers et époques qui ne sont même pas reliées et sont totalement différentes. La relation des Gardiens du Temps et des êtres humains est assez ambigue.  Les Gardiens du Temps sont restreints à l’utilisation d’émotions et nous devons rester dans l’indifférence la plus totale possible. Si vous voulez mon avis nous sommes coupables de la souffrance humaine à force de changer leur destinée et le temps pour tenter de les sauvés supposément, enfin c’est ce que dit le Conseil suprême mais moi j’y crois pas. Vous voyez ? Même dans mon journal temporel JE SUIS OBLIGÉ de m’exprimer de manière neutre. Je n’avais jamais ressenti de l’empathie pour l’être humain excepté depuis les trois dernières semaines.. Je ressens ce qu’ils appellent de la colère. Ils disent que c’est souvent causé par une frustration justifiée... Je me sens bloqué dans le temps, c’est assez ironique vu mon travail mais c’est le ressenti que j’ai. Je voudrais bien fuir mais comme j’ai dit mon moi d’ici est simplement une réalité parmi tant d’autres. Je ne vaux rien au sein du temps.



PS: Texte court je sais mais j'ai pas assez d'imagination j'arrive pas à coller à la musique en plus :/




Correction par Cornouille

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Time is a river with many endings"
Revenir en haut Aller en bas
Nain Fougère
Créateur Uchronien
Créateur Uchronien
avatar

Masculin Vierge Messages : 323
Date d'inscription : 03/10/2016
Localisation : Quelque part dans un monde nouveau !
Humeur : Subjectivement Suprême.

MessageSujet: Re: Mousikeí Hebdo - Semaine 2   Lun 16 Jan 2017 - 18:13

Je vous remercie d'avoir participer alors que cette semaine était foutu.
Je vous souhaite de participer au prochain MH qui, j'espère, sera meilleur. En attendant, je ferme ce sujet, au revoir ! :B

------------------------------------------------------------------------------------------------
~L'Étrange Nain Fougère~

Je suis un Grodoudou tellement chou !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/LeRevateur/?ref=aymt_homepage_panel
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mousikeí Hebdo - Semaine 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mousikeí Hebdo - Semaine 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Compétitions :: Défis :: Défis hebdomadaires-
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Sauter vers: