Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chronochallenge n°45

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tiunterof
Gardien grincheux de la CB
avatar

Masculin Bélier Messages : 1796
Date d'inscription : 24/10/2012
Localisation : Sur la CB, comme toujours.
Humeur : sss

MessageSujet: Chronochallenge n°45   Sam 28 Jan 2017 - 21:29

C'est partit les enfants ! Meurci à Carmichou de m'avoir envoyé de jolies images pour le CC.

Car OUI, pour la première fois depuis des millénaires (environs) l'un des thèmes du CC sera, une image.

Mais vu que j'aime les thèmes musicaux vous y aurez droit aussi.

Mais puisque j'ai pitié vous aurez aussi droit à un thème normal.

Ne ratez pas cette offre exceptionnelle de trois thèmes pour le prix d'un ! (Mieux que le téléachat dis donc)

Sans plus attendre, les thèmes :

Thème classique :

Les raisons de la colère.



Thème iconographique : (J'en connais des mots dis donc)





Thème musical :

Revenir en haut Aller en bas
Le Molosse
Habituée de la CB
avatar

Féminin Vierge Messages : 1913
Date d'inscription : 29/12/2015
Localisation : Dans ma chambre
Humeur : Mode Molosse: Off

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°45   Sam 28 Jan 2017 - 21:48

LES RAISONS DE LA COLERE
(Pour changer, ce sera un texte défouloir tiens !)


----
Je la sens, elle est présente en moi.
Pour l'instant, elle dort, mais plus pour longtemps.
Je la sens germer, répandre son essence maléfique qui empoisonne mon présent et obscurcit mon futur.

Tout ça à cause de Toi, connard de la pire espèce !

J'ai peur.
Peur de moi.
Peur de mon corps qui m'est devenu étranger.

Mais surtout,Je te hais.
JE TE HAIS SI FORT POUR TOUT CE QUE J'AI SUBI PAR TA FAUTE ! POUR TOUTES CES CRISES D'ANGOISSE ! POUR CETTE IMPOSSIBILITÉ DE NOMMER CE QUE JE RESSENS AUTREMENT QUE PAR ÉCRIT !

Tu as cru me tuer ? Détrompe-toi, je suis encore vivante et j'ai bien l'intention de le rester ! J'étais ténèbres et je suis devenue une Guerrière animée par une force puisée on ne sait où.

Tu sais, il y a peu, j'ai rencontré une personne formidable qui a réussi à m'aider à surmonter certaines de mes angoisses. Elle est mon bouclier, et mes proches, eux, sont mon glaive, dans la lutte contre ce chemin sombre qui me miroite des promesses vaines.

Ne pas renoncer.
Jamais.
Continuer à avancer.
Encore.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Signe distinctif de chasseresse de fautes: ~ (pour faire honneur à mon surnom :la:)

Sections attribuées: Romans et Théâtre


N'hésitez pas à venir me lire ici: Mes écrits #TexteDeMathilde
:unjournormal:

Et sinon Invité , viens voir ma galerie de dessinatrice & celle de photographe :la:

Beta lectrice acharnée: [INDISPONIBLE]
Revenir en haut Aller en bas
https://www.flickr.com/photos/124488553@N07/
ArtVanCastel

avatar

Masculin Gémeaux Messages : 174
Date d'inscription : 02/08/2016
Localisation : Essonne
Humeur : Tristoune

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°45   Sam 28 Jan 2017 - 22:03

Il était à terre, affublé d’une marque rouge sur sa joue droite. Devant lui, Patrick, fulminant à moitié, l’autre moitié étant trop occupé à regretter son acte. Ils auraient pu s’arrêter là, et faire comme si rien ne s’était passé en enfermant cet évènement dans le fin fond de leur mémoire, mais la rage était trop forte en Louis. Celui-ci se précipita alors sur son ami de toujours dans le but inavouable, mais clair, de lui faire bouffer ses dents à ce petit enfoiré.

Patrick était profondément choqué, comme dirait l’autre. Il ne pensait pas que Louis pouvait avoir accès à ses données privées. Fou de rage, il protesta. Comment se fait-il ? Lui qui avait si bien caché ce profond secret. Mais ce n’est pas tout. Cette enflure avait les liens, et il s’apprêtait à les divulguer. C’en était trop, il se leva et lui administra une bonne gifle tonitruante.

Louis le prit mal, il ne put prendre sur lui, dans cette ville grouillante et polluée qui le considérait comme étranger, il se croyait exempt de tous préjugés vis-à-vis de son camarade. Immédiatement, il répliqua par une piquante remarque sur les vidéos étranges que regardaient son ami en cachette sur son ordinateur…

La première réaction de Patrick fut une gentille moquerie que tout petit habitant de Paname légèrement prétentieux. Louis et Lui s’étaient rencontrés à la fac, mais celui-ci avait passé son enfance à Pau, ville paisible qui comprend comme avantage, entres autres, le Soleil et François Bayrou. Cela ne semblait rien, mais, inconsciemment, cela casait Louis comme « provincial » par l’éternel francilien qu’était Patrick.

Louis et Patrick étaient considérés comme tout leur voisinage comme les meilleurs amis du Monde (si l’on excepte le vieil Aristide qui les considérait plus comme « un duo malaisant de jeunes déviants en puissance sans respect ni avenir », mais ce n’est qu’un point de détail de notre histoire). Cependant, notre récit débute dans leur duplex commun, quand Louis prétendit aller acheter une « chocolatine ».

------------------------------------------------------------------------------------------------
Quand bae te regarde comme ça, c'est que t'as gagné.
Revenir en haut Aller en bas
http://artvancastel.wordpress.com
Titi

avatar

Féminin Lion Messages : 467
Date d'inscription : 29/06/2016
Localisation : Dans la région de la cancoillotte :la:
Humeur : Ça dépend

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°45   Sam 28 Jan 2017 - 22:04

Thème Les raisons de la colère :

De l’humain, je n’ai plus que le nom.
Mon identité ? Je crois l’avoir perdue.
Regardez ce monstre que je suis devenu !
Vous avez donné naissance à un démon !

Combien ai-je de visages, déformés ?
Combien de temps vais-je tenir ?
On m’a donné vie, je vais l’ôter.
De mes mains, vous allez périr.

Je ne suis plus le même qu’autrefois,
Je ne crois plus en mes semblables.
Plus d’espoir, j’ai perdu la fois,
Perdu dans un monde effroyable.

Fruit d’expériences, je suis déchu,
Je n’ai plus ma place parmi vous,
Pour lui-même, l’homme est un loup,
Autant lâche, cruel, que corrompu.

Au nom de la science et du progrès,
Dans l’oubli de l’éthique et de la pitié,
J’ai perdu mon âme et ma dignité :
Du plus profond de moi, je vous hais !

Je rependrai le sang et la terreur,
Autant que mes larmes aient pu couler,
Jamais je ne vous le pardonnerai.
Sentez mon dégoût et mon malheur !

Vous m’avez utilisé comme cobaye.
Vous m’avez fait vivre l’enfer.
La vengeance, seule solution qui m’aille.
Vous êtes les raisons de ma colère.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Les mercredis, 21h30 environ (heure française), à partir du 1er novembre, j'animerai les CC.
Vous êtes libres de m'envoyer (ou non) vos suggestions par mp (ou sms, ou messenger).


CDF :la:
Mon signe distinctif est ♫
Mes catégories assignées sont : Poésies, Chansons, Chamarrés


-
"Je leur rendrai ce grand service parce qu'on ne me l'a pas rendu à moi." (Philippe Labro - Les cornichons au chocolat)

-
Tous mes sens charmés
Hypnose et divins délices
J'aime les haïkus
Revenir en haut Aller en bas
http://je-seme-des-poemes.skyrock.com/3113348789-Index-des-poeme
Dragon Dae

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 233
Date d'inscription : 16/04/2016

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°45   Sam 28 Jan 2017 - 22:08

La visite guidée

Le navire glisse sur l'eau sans un bruit ; seule la voix du guide brise le silence.

« Et sur votre droite, les grandes pyramides d'Égypte. L'Histoire nous apprend qu'autrefois, cet endroit entier était un désert et qu'il était possible de visiter les monuments de l'intérieur. Les photographies de l'époque nous montrent des images magnifiques.

- Plus personne ne peut visiter les pyramides ? demande un passager du bateau. »

Le guide se retourne vers l'homme qui a posé la question.

« Malheureusement, seuls des plongeurs expérimentés peuvent atteindre l'entrée ; quant à voir l'intérieur, c'est presque impossible. Il faut descendre très profond pour entrer, et les pyramides sont de vrais labyrinthes. Un humain risquerait de se perdre et de manquer d'air avant d'avoir retrouvé la sortie.

- Pourquoi est-ce que l'eau a autant monté ? veut savoir un enfant.

- Nos ancêtres étaient arrogants, explique l'historien. Ils pensaient maîtriser la planète et se croyaient invincibles. Quand l'eau a commencé à monter, ça s'est fait très lentement ; si lentement que très peu de gens ont écouté les quelques scientifiques qui donnaient l'alerte. Et puis ça a été comme quand on remplit une bouteille : l'eau est montée de plus en plus vite. Mais il était trop tard pour tout arrêter.

- Mais pourquoi elle a commencé ? Qu'est-ce qu'ils ont fait, les gens d'autrefois, pour que l'eau monte ?

- Ils utilisaient des énergies sales ; le pétrole, le charbon, le nucléaire. L'atmosphère de la planète s'est réchauffée, et les glaciers ont fondu petit à petit.

- Les vendeurs de glace ont fondu ? »

Un rire indulgent parcourt les passagers devant la question de l'enfant.

« Non, répond le guide avec amusement. Les glaciers, c'étaient de grands blocs de glace qu'on trouvait très au Nord du globe. À l'époque, le pôle était recouvert de glace, tu sais ; il y avait même des gens qui y vivaient, et aussi des animaux.

- Et eux, ils sont devenus quoi ?

- Les gens sont allés vivre sur les continents, dans les zones trop reculées pour être touchées par la montée des eaux ; et les animaux, certains ont évolué, d'autres ont changé de lieu d'habitation. Mais beaucoup ont disparu. »

L'enfant paraît triste à cette nouvelle, et l'homme s'en aperçoit.

« Mais tu sais, c'était il y a très longtemps. À une époque où on mangeait encore les animaux, tu te rends compte ! »

Une grimace de dégoût remplace l'air triste du petit garçon.

« Berk !

- Comme tu dis, approuve l'adulte. En tout cas, beaucoup de monuments qu'on visitait à l'époque à pied ont été engloutis, en partie ou complètement. Tu as entendu parler de la Statue de la Liberté ?

- Oui, c'est en Amérique ; on voit la tête et la main de la dame quand on y passe en bateau.

- Exactement ; eh bien autrefois, la statue sortait complètement de l'eau. »

Le bateau, qui s'était arrêté, recommence à avancer. Le guide, qui connaît son métier, y reconnaît le signe qu'il est temps de reprendre son discours habituel.

« Et maintenant, nous allons nous diriger vers ce qui était autrefois la Mosquée... »
Revenir en haut Aller en bas
Alton

avatar

Masculin Lion Messages : 437
Date d'inscription : 12/04/2015
Localisation : La taverne la Pomme de Pin
Humeur : Eh Chaussette !

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°45   Sam 28 Jan 2017 - 22:29

Allez Zou !

Image (je connais moins de mots)

La cité des anciens :

La fumée acide émanant des cheminées du Ragnörock ne troublait en rien l'émerveillement de Shian devant les reflets cyans et jade de la mer Inconnue. L'odeur pestilentielle du charbon et graisse brûlée n'avait aucun poids à ces narines face à l'odeur subtile des embruns et du vent salé. Le tintamarre de la machinerie obsolète du galion volant était couvert par le murmure des vagues paisible contre les vielle roches des vénérables pyramides.

La sagesse dit que la victoire altère tous les sens, l’observation le prouve, Shian ne voyait plus qu'en  jaune or, pourpre éclatant et bleu espoir.

Il posa les point sur le pont de l'épave volante, et hurla !

On l'a fait putain ! J'ai maudit chaque rouage de ta foutue machinerie, j'ai rêve de te voir déboulonner par un charcutier, et convertie en millier de montre a gousset de pacotille qu'on aurait vendu a vil prix dans tout les marchés miteux ! Mais on l'a fait vielle branche ! Tu nous a emmener à l'autre bout du monde !

Il hurla au ciel et à une bourgeoisie bien trop loin et bien trop grasse !

Le Ragnörock est le meilleurs bateau du monde !

Tiorn, s'inclina devant Shian. Première fois pour le conte, il s’inclina encore plus bas. Qui aurait cru que Shian au sang bleu, celui dont la fierté était si poussée qu'elle tournait en péché se courberait devant une fripouille telle que Tiorn le vandale ? Le capitaine du Ragnoröck lacha un brutal

- Un honneur !

- De même !

Shian n'avait jamais aimé le vandale. Le vaurien ne voulait rien d'autre que le salut en s’acoquinant un nobliaux, même déshérité, Shian le savait mais il était le seul a lui avoir accordé un semblant de confiance. Même si la parodie de bateau avait trempé dans les histoires les plus sordides du huitième port, Tiorn avait fait le boulot !

Maintenant les chemins allaient se séparer, l'érudit profiterait à jamais de la sérénité de ces lieux oublié tandis que l'imprévisible pirate continuera a écumer les quartes cieux vivant de pillage et de beuverie, laissant derrière lui taverniers enrichi et fille attendant le retours de leur beau navigateur !

Une sorte de fin de conte de fée !

Comme pour finir comme il se doit, Shian hurla

Pas besoin de vos piécettes tocards, voilà un homme qui vous surpasse tous !

Gardant son légendaire sang froid, Tiorn ironisa,

Enfin moi les piécettes je prend !

Pensant à toute sa famille qui avait refusé de financer son expédition, il alla patauger dans les eaux chaudes et paisible de la mer, il repensa a tout ce qu'il avait affronté pour trouver cette terre que tout le monde pensait légendaire.

Il lança un regard plein de tendresse à Larme, le jeune mousse du bateau. A douze ans, le môme avait sauver le plus grand explorateur que ce monde a connut, en sabotant une mutinerie d'une partie de l'équipage du Ragnorock. Il pourrait rester là, commencer et finir sa vie en ses terre gardée par les anciens, le plus jeune colons de cette antique citée ! Mais tout le monde savait qu'il continuerait sa vie sur le pont défoncé de l 'épave. L'admiration du minot pour le capitaine dépassait toute envie de vie abondante et paisible.

D'autres équipier se mirent à le suivre, parmi eux il porta une attention particulière à la Orienne, la vigie.

Parmi tout qui avaient souffert dans cette expédition, que la plupart qualifié « d'aller directe en enfer »  elle était celle qui aurait du être brisée dix fois. Des mois durant elle avait affronté les vents, le froid polaire des nuits sous la voûte stellaire et les pluie diluviennes pour guider l'équipage a travers une destination aussi floue que les indices de Shian. Un tours de force dont seule elle n'avait pas conscience du caractère héroïque.

Seul sa voix douloureuse après les hurlements d'euphorie poussait le noble a baissé d'un ton et de s'approcher de la jeune femme.

- Ici plus jamais vous n'aurez à subir la colère des dieux ! Profitons de leurs clémence et de la douceur de ce climat et des fruits sucré qu'il nous offres ! Les dieux soient loué !

Philosophe elle sourit et termina !

-    Non, seul la sagesse des anciens qui ont obtenue cette clémence soit louée !
Revenir en haut Aller en bas
Nays

avatar

Féminin Capricorne Messages : 35
Date d'inscription : 03/11/2016
Localisation : Le Pays Nayssien
Humeur : Joyeux ennui

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°45   Sam 28 Jan 2017 - 23:00

Excusez le retard... Cute 2  Timide
J'ai choisi le thème musical
____________________________________________

Yuki


Dans la maison au mille tourments
Vivait une famille maudite depuis longtemps.
En ce jour défini, à l'aube d'un matin printanier,
Quatre enfants dormaient paisiblement dans ce foyer.
Le mot paisible n'existe point pour cette famille tragique,
Il y avait un cinquième enfant, une fille aux yeux magiques.

On ne résiste pas longtemps à une malédiction.
Destin, fatalité ou sort dont ils sont les pions.
A la veille de son seizième anniversaire,
Yuki, loin de prévisibles pensées de rosière
Considérait son proche avenir
Pressentant l'obscurité à venir.

Yuki, sombre et triste enfant aux yeux bleus,
Observait le monde de ses iris aux pétales pluvieux,
Dans ce pays aux cheveux de jais, peaux d'albâtre et regards d'ébène,
Seuls ses yeux la différenciaient des siennes.
Yuki était triste. Yuki était seule. Yuki...
Elle savait que sa place ne serait bientôt plus ici.

Le soleil se levait sur la maison de son enfance,
L'astre serait désormais le guide de son errance.
Ses poignets écorchés l'aidèrent à se lever,
Il était quatre heure trente, l'heure de tout quitter.
Elle a fait une grave erreur, impardonnable,
Une erreur stupide, une erreur minable.

Elle sentait la vie grandir en son sein,
Et elle devait s'en aller, loin.
Son ventre maternel était sa raison, sa vie,
Et ce qu'il protégeait serait l'enfant de Yuki.


Partir. Yuki devait partir.
Partir.


Et cette enfant aux yeux invraisemblables,
Serait bientôt une mère, forte, incroyable.
Elle se battra. Toujours.
Et si elle s'enfuit, c'est par amour.

Yuki n'est pas la première,
Ne sera pas la dernière,
Après elle, il y aura
Sa petite sœur, Misa,
Et aussi son frère,
Asao, le fier...


Dans la maison aux mille tourments,
Vit une famille maudite depuis longtemps,
On ne résiste pas à une malédiction,
Lancée sur toutes les générations.
Tristesse, Désespoir ou Tragédie,

Cette malédiction est appelée Vie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chronochallenge n°45   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chronochallenge n°45
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Compétitions :: Défis :: Les défis Tic-Tac-
Sauter vers: