Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Plumes Nocturnes - LES RESULTATS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4845
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Plumes Nocturnes - LES RESULTATS   Mar 4 Avr 2017 - 16:45

Saloute ! Vous les attendiez depuis teeeeellement longtemps ! (oupa) Mais bon, c'est pas facile quand on est tout seule pour tout faire hein ! :(
(j'espère que vous me pardonnerez pour les résultats, je vous jure, j'ai soudoyé personne :défi: :défi: )


Devant vos yeux éblouis voici les
Grrrrrrrrands Résultats des Plumes Nocturnes







*Récapitulatif des participations*

Asian Journey, par dr. lama de Creepypasta From The Crypt
La louve blanche - La Traque, par Le Molosse (Mathilde) d'Encre Nocturne
[Sans Titre] par Titi d'Encre Nocturne
Le convoi qui touchait le ciel, par Cornedor d'Encre Nocturne
Matériaux Sublimes, par Ptit_Pimousse du Monde de l'Ecriture
Poursuite, par Alton d'Encre Nocturne
La Guerre sans fin, par Nain Fougère d'Encre Nocturne
Juste une bière… par manu bass du Monde de l'Ecriture


Note : le texte concourant "Lettres d'Or" a été disqualifié pour plagiat total de l'œuvre du rappeur Euphonik -  https://genius.com/Euphonik-lettres-dor-lyrics










*Prix des lecteurs*



10 votes sur Encre Nocturne :
- ex aequo avec 3 votes chacun : La louve blanche - la Traque / Le convoi qui touchait le ciel / La Guerre sans fin.
- 1 vote : Matériaux Sublimes

Lien vers le fil de commentaires sur les textes :
http://www.encre-nocturne.com/t4930-concours-plumes-nocturnes-3-venez-lire-et-voter-pour-votre-auteur-favori  


1 vote sur Creepypasta From The Crypt :
- 1 vote : Poursuite


4 votes sur Le monde de l'Ecriture :

- 1 vote ex aequo : Sans Titre / Le convoi qui touchait le ciel / Lettres d'Or / Juste une bière…




Lien vers le fil de commentaires sur les textes :
http://monde-ecriture.com/forum/index.php/topic,23577.0.html








* Palmarès final *

Grand Prix (1er avec 4 votes) : Le convoi qui touchait le ciel
2ème Prix ex aequo avec 3 votes : La louve blanche, La Guerre sans fin
3ème Prix ex aequo avec 1 vote : Matériaux Sublimes, Poursuite,  Sans Titre, Juste une bière…










*Critiques du Jury*



Daenerys d'EN (Vote : La Guerre sans fin)

Asian Journey : Points négatifs : Le contraste vêtements ternes/bijoux qui devraient briller au début. Je vois mal des riches porter des vêtements ternes s'ils sont du genre à porter du bling-bling.
On ne s'attache pas vraiment au personnage, j'ai même dû chercher sur Internet si c'était une personne réelle. Il n'y a que quelques lignes entre son introduction et la conclusion, et les 2 lignes pour expliquer son voyage ne suffisent pas à lui donner de la profondeur.
Points positifs : L'association vêtements blancs/bijoux en or. (Au passage si les vêtements blancs sont comptés parmi les ternes, c'est à mettre dans le négatif. Le blanc n'est pas terne.)
La description de la ville qui donne envie d'y être et l'impression de se trouver sur le bateau.

La louve blanche - La Traque :
Point négatif : J'ai du mal à accepter des gestes 'félins' chez quelqu'un qui se transforme en loup, personnellement.
Point positif : L'action est bien décrite, on ne voit pas les lignes passer et on imagine bien la scène

Sans Titre : Points positifs : J'ai souri devant l'exaspération d'Eloise quand le flic décide de l'accompagner. Les deux hommes qui discutent de loups qu'on ne trouve pas mais qu'on entend m'a intriguée. Plus encore quand Eloise se sait en sécurité. Par contre j'ai été perturbée quand l'eau bénite lui a fait mal ; je me suis dit que dans les légendes elle ne faisait rien aux loups-garous. Et puis tout s'est expliqué quand on lui explique qu'elle est une vampire.
Points négatifs : J'aime moyennement quand on modifie les légendes. Surtout des trucs bien ancrés comme le soleil qui est néfaste pour les vampires.


Le convoi qui touchait le ciel :
Point négatif : Je n'ai pas bien compris l'histoire, en fait. Je ne sais pas si ça se passe dans un monde post-apo, ou dans un monde de SF, ou autre chose. Du coup j'ai eu du mal à lire et à appréhender les enjeux.
Point positif : Parler de la Tortue comme d'une créature vivante, c'est bien trouvé.

Matériaux Sublimes :
Point positif : J'ai bien aimé lire l'histoire du point de vue d'un oiseau, c'est original.
Point négatif : Je n'ai pas compris ce qu'avait fabriqué l'homme

Poursuite :
Point négatif : La concordance des temps ! Écris-tu au passé ou au présent ? Il faut faire un choix et s'y tenir...
Point positif : On s'identifie au personnage, on a envie qu'elle s'en sorte et on imagine bien le décor.

La Guerre sans fin :
Point négatif : La concordance des temps ! C'est la deuxième fois que je vois un mélange du présent et du passé, il faut choisir !
Point positif : On imagine sans peine le déclenchement de la guerre, la Corée du Nord qui prend de l'audace à force de faire des essais sans recevoir de sanction puis le reste. Et on ressent bien la futilité de la guerre dans les réflexions du protagoniste.

Juste une bière... : Point négatif : Des fautes de français surtout au début. Et je suis pas fan du style de dialogue mais c'est personnel.
Point positif : Un point de vue original sur la liberté des SDF.





Loïc du MdE (Vote : Juste une bière)

Asian Journey : Beaucoup de maladresses dans les formulations. La ponctuation semble parfois posée au hasard. Il faudrait relire le texte à voix haute, en s’arrêtant aux virgules et aux points pour le retravailler sur ce sujet. Beaucoup de détails sont donnés pour un texte aussi court. Au final, on arrive à la fin en se demandant où est l’histoire. Le dernier paragraphe est de trop, pas du tout dans le ton ; c’est documentaire, pas de la fiction.

La louve blanche - la Traque : Beaucoup, beaucoup trop de répétitions pour un si petit texte. Beaucoup de elle est trop forte, et quelques incohérences aussi. Le combat texte, c’est compliqué en général, là je m’y suis vite perdu et j’avais du mal à me repérer. Les effets de suspense ont du mal à marcher, surtout qu’ils fonctionnent tous de la même façon.

[Sans Titre] : La dernière phrase gâche un peu la fin, ce qui est dommage parce qu’elle est plutôt bien menée. Y a une belle ambiance assez lourde, c’est sympa. Par contre beaucoup beaucoup de répétitions, et au début une belle incohérence sur la description d’Eloïse.

Le convoi qui touchait le ciel : Texte assez efficace, avec une belle fin, même si on aurait pu espérer un peu plus. Principal problème, l’accumulation de reformulations de la même chose. Au final, le texte pourrait être deux fois plus cours avec le même effet ; ou être densifié sur l’histoire.

Matériaux Sublimes :  Texte qui est tombé à plat pour moi. Pour une seule description comme ça, il faut que ce soit extrêmement travaillé pour accrocher l’attention, qu’on veuille savoir ce qu’il y a à savoir. Là, j’ai eu le sentiment de lire beaucoup de répétitions et une accumulation de faits.

Poursuite : Pas de vraie fin, c’est dommage. Il y a du bon, avec un rythme agréable qui nous attrape et tire jusqu’au bout. Mais bon, en plus du texte tronqué, il y a de gros problèmes de concordance des temps et d’efficacité dans l’écriture, avec des détails ou des fioritures inutiles. Sur un texte de ce genre, ça doit aller vite et droit au but ! Ponctuation parfois hasardeuse.

La Guerre sans fin : Le combat est bien mené. Pour le reste, la première partie contextuelle est froide et c’est du gâchis de place — il faut laisser de la place à l’histoire ! Pas de problème majeur, mais rien qui m’ait enchanté non plus.

Juste une bière… : Belle écriture et bon déroulement d’histoire, c’était globalement bon à lire. Le texte manque tout de même de travail à mon avis — histoire qu’il soit moins brut et embrouillé —  et est encore gâché par de trop nombreux points de suspension.

Le fichier critique de Loïc avec quelques annotations sur les textes peut être envoyé aux candidats à la demande.







Lame 37 d'EN (Vote : La louve blanche - La Traque)

Asian Journey : Le texte est assez court (une page). Il commence calme avec une bonne description de l'arrivée d'un bateau. Le narrateur ne s'attarde pas sur celle rapide des passagers pour se concentrer sur le personnage principal. Ensuite l'action s’accélère comme la musique. Le lecteur est transporté dans l'histoire et se met à la place du héros ou plutôt de l’héroïne car c'est une femme qui est mise en avant (ça change). Le texte est bien écrit et presque bien rythmé (il colle pratiquement à la musique) On entre sans peine dans le récit. Il y a cependant un petit bémol, le texte aurait pus être plus long et mieux coller au thème si le narrateur avait insisté sur la scène de spectacle trop rapidement décrite vers la fin du texte.

La louve blanche - la Traque : Le texte est plus long (quatre pages) que l'autre du même thème. Néanmoins, il se lit d'une traite. On est directement plongé dans le vif du sujet avec de très belle description du paysage et l'ambiance calme de début de récit. On a une sensation de calme avant la tempête. L'action s’accélère part la suite avec une belle scène de combat bien décrite et rythmée. On a malheureusement qu'une courte évocation de la traque qui a déclenché ce combat. Cependant, on vit presque l'action et on se met à la place du personnage principal qui est là aussi une femme, mais cette fois-ci une guerrière. Une magnifique transformation et des apparitions soudaines d'ennemis (à la ninja) rajoutent du fantastique à la scène. L'héroïne sort triomphante mais blessée de ce combat montré comme difficile. On évite donc le cliché du héros trop fort. Le texte est un peu long, mais il a l'avantage de mieux retenir l'attention et d'être en bonne adéquation avec la musique, comparé à l'autre texte.

[Sans Titre] : Le texte est long (six pages), mais il tient en haleine (suspense). Il y aussi de belles descriptions sur l'endroit et l'ambiance qui est à la fois calme mais inquiétante. Le personnage principal est ici une jeune femme qui se croit être responsable des malheurs qui arrivent dans son village (disparitions, meurtres). On veut savoir la vérité (révélation, tromperie...) et on a presque de la pitié pour l'héroïne dont on finit par accepter le destin. Le narrateur n'est pas avare en descriptions et sait installer une atmosphère de peur. Le récit colle bien avec le thème musical. C'est dommage qu'il n'y ait pas de titre.

Le convoi qui touchait le ciel : Le texte est court (deux pages) et se lit aussi vite qu'écouter la musique du thème. Le narrateur choisit ici de donner le rôle principal à une machine de guerre (tortue de métal) qui a donc une âme et des sentiments. On a de la peine pour cette machine qui veut se rebeller contre sa nature et son maître. Elle ne peut faire qu’obtempérer aux ordres et accepter son destin.

Matériaux Sublimes : Le texte est court, on regrette presque que la musique soit encore plus courte, tant le récit est en adéquation. On est plongé dans l'histoire. Le point de vue ici est original car il s'agit de celui d'un rapace (milan noir). Le lecteur se met dans la peau de cet animal qui observe d'un air interrogateur et émerveillé le travail d'un artisan-sculpteur. Tout cela, on le doit aux descriptions précises qui rythment le texte et rendent vivant chaque chose (animal, artisan, son œuvre) décrite et énoncée.

Poursuite : Le texte fait deux pages et demie. Il s’agit de la description d’une traque, poursuite dans laquelle on suit une femme. On apprend ce qu’elle fuit que vers la fin. Le récit tient en haleine du début à la fin avec beaucoup de suspense. Il colle à la musique. Le final est tellement inattendu, qu’il surprend le lecteur qui est jusqu'au bout à la place de l’héroïne.

La Guerre sans fin : Le texte est long de cinq pages. Il y a beaucoup de descriptions pour rendre l’histoire concrète et ses personnages vivants. Le sujet est une guerre qui se passe dans le futur. Elle est tellement bien décrite comme dévastatrice que l'on se demande s'il ne s'agit pas d'une 3ème Guerre mondiale. On a aussi les raisons de son déclenchement. Le personnage principal, un homme vit donc la guerre, de plus c'est un soldat. Il ne sait contre ni pour qui il se bat. Remarque le lecteur est lui même perdu. Mais ce n'est pas ici un inconvénient car on s'identifie sans peine au héros qui n'est pas seul dans cette galère, enfer. On s'attache aussi à ses coéquipiers et on ne veut lâcher aucun d'entre eux. On veut qu'ils survivent (surtout le héros dont le destin tragique m'a tiré une larme).

Juste une bière… : Le texte fait trois pages et se lit d’une traite. Toute l’action se passe dans un bar où l’on s’intéresse juste sur la discussion amicale dans un bar de deux hommes sur leur quotidien et leurs tracas. Le récit est bien construit avec une description sur l’ambiance. Cependant le cadre de l’action et les personnages ne sont pas assez décrits. On a du mal à se mettre dans leurs peaux même si leur histoire parait réelle.






Raven Ghost d'EN (Vote : Le convoi qui touchait le ciel)


Asian Journey : Point(s) positif(s) :
- On est captivé par le texte et on a envie de savoir la suite.
Point(s) négatif(s) :
- La fin est un peu précipité mais ceci est dû à la longueur du texte (2 paragraphes pour poser le contexte et 2 autres pour l'arriver à Qingdao)
- Le texte et le thème choisit ne vont pas trop ensembles, Cela aurait été une bataille navale et le thème correspondait.

La louve blanche - la Traque :
Point(s) positif(s) :
- Texte plutôt clair, et agréable à lire
- Héroïne attachante (Bien qu'un peu clichée)
- Thème plutôt bien choisit bien qu'un peu en décalage avec le récit
Point(s) négatif(s) :
- Beaucoup de répétition au niveau des types d’attaques (Elle a faillit se faire éventrer pas mal de fois notamment)
- Manque d'originalité, encore un héros "tout puissant" qui n'a que des dégâts légers et qui peut se transformer en loup, lancer des dagues à l'infini et supporter la douleur. Il aurait fallu connaître le contexte, ce genre d'histoire dans un univers complet serait passé sans soucis, mais pour une histoire à part entière c'est du déjà vu et revu.
Néanmoins, le fait qu'il y ait une combinaison de plusieurs inspirations (Le héros qui s'en sort toujours et ne craint pas grand-chose, Les dagues à la "Naruto" qui sont infini et la transformation du héros en loup (alors que cela aurait pu être un autre personnage moins important par exemple)) arrive à créer une atmosphère unique dans le sens où il est rare d'avoir tout ces éléments combinés.

[Sans Titre] :
Point(s) positif(s) :
- On a envie de savoir la suite quand on a commencé à lire
- Texte agréable à lire et cohérent.
- Thème et écrit très adaptés !
Point(s) négatif(s) :
- Petit manque d'originalité... J'ai vraiment l'impression de lire une histoire de Twillight, ou de Underworld.

Le convoi qui touchait le ciel : Point(s) positif(s) :
- Ouah ! Plus sérieusement c'est un texte d'une qualité rarement vu sur le net.
- Un texte très imagé, très parlant, j'ai vu ces "Tortues" et mieux encore : Je les ai ressenties ! Beaucoup de synonymes différents sont utilisés, ce qui donne une vraie richesse de vocabulaire au récit.
- Le tout est très cohérent, sombre et délicieusement mélancolique et gore tout en étant très poétique.
- Texte extrêmement original et profond !!!
Point(s) négatif(s) :
- Trop court ! (même s’il n'est pas évident d'en raconter davantage, mais une "série" d'histoires centré sur des conquêtes ou des attaques pourrait valoir le coup.)

Matériaux Sublimes : Point(s) positif(s) :
- Le thème choisit colle à l'histoire malgré un décalage entre le rythme de la musique et le déroulement de l'histoire qui est trop lent.
- Histoire originale et plutôt étrange... Bon point !
Point(s) négatif(s) :
- Le texte est plutôt difficile à suivre malgré qu'il soit prenant. On ne comprend pas bien où tu veux en venir, et la fin me laisse... Sur ma fin ! C'est le cas de le dire ^^ Mais qu'elle était cet structure ?! Un fourneau ? Un automate ?
Poursuite :
Point(s) positif(s) :
- Texte très captivant et plutôt bien écrit pour la forme.
-La fausse fin, qui permet d'écrire une suite voir une série.
Point(s) négatif(s) :
- Très répétitif ! Je ne sais pas comment l'expliquer, mais même si on a envie de savoir la fin, j'ai décroché un peu avant.

La Guerre sans fin :
Point(s) positif(s) :
- Style de récit plutôt original
- Histoire plausible et plutôt bien référencé au niveau des armes, des combats et de la date/heure
- Colle parfaitement à l'ambiance de la musique.
Point(s) négatif(s) :
- Il manque un truc. L'histoire est intéressante mais plutôt banale. Peut-être que plus de détails, ou un texte plus long aurait été un plus.

Juste une bière… :
Point(s) positif(s) :
- Original comme texte... Troublant en même temps.
Point(s) négatif(s) :
- Plutôt compliqué à suivre et comprendre qui parle de qui etc...
- Ne colle pas vraiment à l'ambiance instauré par le thème musical



Skiwiwi d'EN (Vote : Le convoi qui touchait le ciel)


Asian Journey : Le sujet du texte et son évolution collent bien à la musique, sa structure et même ses subtilités. Bel effort Wink
Le texte manque de ponctuation, de virgules pour aérer les phrases et les rendres plus compréhensibles. Le 2ème et le 3ème paragraphe, par exemple.
L’effort de décrire des tableaux pour nous emmener dans une ambiance est très maladroit : j’ai été noyé par les descriptions pleines d’adjectifs et de locutions adverbiales, en particulier dans l’avant dernier paragraphe (commençant par « le paquebot… »). L’intention était sans doute de faire appel aux sens, ce qui est une bonne idée, mais prendre un adjectif recherché pour faire des phrases originales ne suffit pas à rendre un texte intéressant. Au contraire, il perd du sens ! Ici des personnages sont évoqués au milieu de plein d’autres détails, dans une écriture très brouillonne (le paragraphe 6…).
Le texte, bien que collant au thème, n’est pas du tout confortable selon moi, car très maladroit dans la forme.  
La louve blanche - la Traque : Un récit très vivant, bien rythmé (variation de la longueur des phrases, articulation), dans l’esprit de la musique !
Les premiers paragraphes nous placent tout de suite en spectateurs attentifs de la scène, le décor et l’ambiance sont bien plantés par des descriptions habiles ! Quelques formulations maladroites tout de même, comme « elle renforça sa sérénité » ou encore « n’importe quel novice. Sauf elle » (« Pas elle » aurait mieux covenu puisqu’elle n’est pas un novice). Des maladresses dans le vocabulaire employé également : parler d’adversaires dans une situation pareille ? Le terme n’est pas assez fort. De même « rigoler «  ne colle pas avec l’ambiance. La répétition du mot « proie » ou « assassine » alourdit le récit, ces répétitions peuvent souvant être évitées par un pronom.

[Sans Titre] : Un joli conte avec beaucoup de rebondissements et un dénouement inattendu, qui va au-delà de l’ambiance de la musique !
Si le fond mérite des compliments, la forme est à revoir. Déjà il y a un manque d’efficacité dans la narration. Enormément de répétitions qui alourdissent le récit : des mots (« exaspérée », « Ecoutez », etc), 3 phrases quand une suffirait, manque de rigueur dans beaucoup de descriptions (si celle de la nuit au début ou celle de l’Eglise sont réussies, toutes les autres sont floues, on sent que l’auteur n’en avait pas une vision précise). Un décor « nébuleux » aurait participé à l’ambiance de l’histoire, mais il se fait par un choix d’adjectif et non par des imprécisions.
Le changement de vocabulaire nuit aux dialogues, on évolue entre un langage semi-soutenu bancal à un langage courant mal à propos (le « super… » ou à l’inverse le discours ronflant du prêtre-loup- garou, long et alambiqué, alors qu’une rupture dans sa manière de parler aurait été bienvenue pour accompagner le rebondissement du récit.
Un bon scénario qui aurait aisément pu tenir en deux pages de moins pour gagner en efficacité et intensité !

Le convoi qui touchait le ciel : Excellente ambiance, original par rapport à la musique tout en étant dans le ton !
La description du début est un véritable petit bijou à laquelle je n’ai qu’une chose à redire : la phrase « la tuait à petit feu ». Le mot feu ayant déjà été employé en tant que couleur et étant voué à être réutilisé, c’est dommage de faire une redite à ce stade. Aussi, ne pas répéter « piétiner » au paragraphe d’après, il existe tant de mots pour ça…
Mais sinon, les premières phrases nous immergent dans un monde apocalyptique et concret (les deux étant subtilement liés par la mise en opposition de mots et d’adjectifs « réels » (peau, nuages, caravane) à des « mystiques » dans un même schéma de construction. Le message est limpide : une transposition d’un futur proche diabolisé.
Constamment l’auteur fait appel à nos sensations, nous fait toucher le réel plus par des noms communs que par des adjectifs, lui donnant une grande force (d’ailleurs, parfois l’adjectif aurait pu être mis plus en avant pour servir le côté « concret » du récit : des « nuages lourds » nous ancre dans le décor plus que des « lourds nuages » (qui fait poésie planante).
Le mystère concernant le personnage du « maître », seul à ne pas être décrit, allégorie de l’inconnu, donne une force supplémentaire au récit. Il est en parfaite adéquation avec ses machines vivantes, qui sont dotées d’une sensibilité qu’accroit leur excellente définition livrée au compte goutte dans le récit. Mon récit préféré !

Matériaux Sublimes : Mais quel est donc ce mystérieux objet que l’homme a façonné ? Wink
Le récit est bien découpé par rapport à la musique (l’opposition extérieur-intérieur est plutôt réussie). Cepandant on peine à entrer dans le récit, certes les descriptions sont en général assez précises, mais les phrases s’enchaînent mal dans le sens où par moments aucune ne semble l’action logique de l’autre.
Le milan noir se demande ce que l’homme fait, or l’intérêt de prendre un regard extérieur à nous-mêmes est de faire comprendre ce que fait l’homme sans le dire, en le suggérant, pas de décrire des actions d’hommes avec une écriture d’homme (l’aigle ne doit pas savoir ce qu’est lélectricité, ça aurait pu être une occasion de le décrire du point de vue d’un animal). Je crois que c’est cette incohérence qui gêne la narration, entretenue par la confusion des temps (parfois l’imparfait est utilisé à la place du passé simple, surtout au début).

Poursuite : Etonnant d’avoir choisi le thème 2 avec ce genre de texte, mais pourquoi pas ! Etant donné la musique on ne doute pas que la druidesse va l’emporter. L’introduction est excellente et de merveilleuses descriptions sont faites (le paragraphe à partir de « comme vomi par la brume mauvaise »), les mots sont en général soigneusement choisis (à part « à l’autre côté de la mer » ou autres expressions qui font un peu tâche). Un défaut du récit selon moi est le choix des temps. « il la traquera jusqu’à la mort » : le conditionnel est plus approprié (il la traquerait), de même dans le paragraphe 5 (magnifique par ailleurs), « le froid se faisait plus mordant » rend la constatation plus implacable.
Le récit est bien rythmé, on est entraîné dans l’action, dont les rebondissements sont appuyés par le « Non, pas cette fois » C’est d’ailleurs dommage de ne pas avoir poussé l’idée jusqu’au bout en faisant une phrase courte et incisive : « Pas cette fois ». De subtiles descriptions, mettant l’action en pause, nous maintiennent dans le suspense tout en nous ancrant mieux dans le décor. Merci pour ce texte !

La Guerre sans fin : Bonne idée d’avoir fait un futur catastrophique ! Je pense même que le filon aurait pu être davantage exploité en décrivant des choses futuristes (soit dans les armements, soit dans les décors, soit en disséminant des infos sur le monde en général). Le récit historique n’est pas mal mené, ça aurait été encore plus réaliste de nous faire voir le présent dans l’œil du futur, là on voit que c’est quelqu’un d’aujourd’hui qui décrit le monde d’aujourd’hui, c’est un peu dommage. L’action est bien racontée, on comprend ce qui se passe et on est bien mis en situation. Il y a quand même beaucoup de fautes d’ortographe (le « demadé-je » à répétition). Dommage de ne pas avoir rendu cette guerre différente des autres, pour donner paradoxalement plus de dimension au réalisme du récit.

Juste une bière… : C’est toujours difficile de recréer le discours décousu du gars bourré tout en restant cohérent et intéressant. Si le début part mal, il y a des passages vraiment intéressants du mec désabusé qui sort ses quatre vérités pour lui seul ! Malheureusement la fin vient entâcher ce processus. Déjà, la narration passe de la 3ème à la 1ère personne ! On ne sait pas s’il parle de sa « belle » qu’il vient de larguer ou s’il parle d’une antérieure. On s’y perd, je pense qu’il faut garder en vue que si notre personnage sait où il est, où il en est, on doit le savoir aussi ou du moins le deviner. A la fin du récit on est comme le héros : paumés ! Certaines phrases (la première narration) on ne comprend pas ce que l’auteur veut dire, de plus commencer par un « ouais ! » c’est comme assumer un manque total d’inspiration. C’était sans doute parti d’une volonté de faire « réaliste » mais ce qui fait réaliste c’est le concret, or la description du cadre est insuffisante, et floue. Pour nous faire partager les pensées du héros, pour qu’on s’identifie à lui, il nous faut une bonne définition de celui-ci et lui donner des sensations, pas seulement des idées et sentiments !





Bestiole d'EN (Vote : Asian Journey)

Asian Journey :
Points forts : situation et actions très claires. On comprend bien tout ce qui se passe, tout ce qui est décrit l’est clairement. On comprend bien également qui sont les personnages et d’où ils viennent (en l’occurrence Heather). + la situation est enthousiasmante : la découverte d’un nouveau pays, c’est toujours quelque chose ! La brume rend une bonne impression de mystère avant la fabuleuse découverte !
Seul Bémol (majeur) : le style manque de rythme et de force pour accompagner tout ça… les phrases sont très longues (beaucoup trop ! des paragraphes entiers!!) ce qui les rend monotones, et donne une impression générale d’ennui, c’est dommage ! Comme j’aurais voulu ressentir les palpitations du cœur d’Heather à la vue d’un tel spectacle ! Inspirer moi-même les odeurs du festival ! Ressentir le rythme de la fête ! (quelques répétitions également)
Bref : Une bonne mise en situation dévoilée par un style très clair mais qui demande encore à murir notamment via des variations dans la longueur des phrases, pour mieux accompagner les évènements.

La louve blanche - la Traque : Points forts : un bon rythme et une action trépidante. Le style est souple et fluide, s’adapte bien aux évènements. Quel combat acharné ! On gagne beaucoup de respect pour cette Aravenh.
Points faibles : manque de cohérence et de clarté parfois dans le combat… elle se met en garde alors qu’elle y était déjà, en tue deux sur cinq puis il en reste quatre…  enfin j’ai eu un peu de mal à m’y retrouver, quand les expressions n’étaient pas carrément farfelues (« parer le coup salvateur », par exemple, je ne vois pas du tout ce que ça peut vouloir dire).  Quelques virgules mal placées et répétitions. + un des paragraphes est beaucoup trop long pour une scène aussi rythmée ! on se perd à l’intérieur ! + la présentation des personnages est quasiment absente et je trouve ça dommage. On ne sait pas du tout pourquoi elle peut se changer en louve, alors que c’est quand même un sacré pouvoir ! un minimum de mise en contexte aurait été un +
Bref : Un bon texte rythmé bien comme il faut, globalement assez clair mais parfois confus voire incohérent dans le feu de l’action (ce qui est tout à fait compréhensible, ce ne sont pas des scènes évidentes à écrire).

[Sans Titre] : Points forts : style fluide, globalement assez clair + ambiance de petit village qui abrite un mystère, c’est toujours sympa à se représenter… + caractère des personnages bien représenté.
Points faibles : Je pense que le suspense gagnerait en force si les indices permettant l’élucidation du mystère étaient plus discrets et en même temps plus omniprésents… On voit bien qu’elle a été manipulée par tout le village, qu’il y a un complot, etc, mais je trouve que c’est expédié un peu rapidement, et que cette histoire de vampires arrive vraiment comme un cheveu sur la soupe… C’est déjà suffisamment compliqué d’écrire un texte angoissant dépeignant un complot dans un village, sans y ajouter en plus le côté surnaturel… là ce côté surnaturel a même presque l’air de trop en fait… Le fait qu’ils soient tous changés en loup dans la scène finale a l’air d’être juste complètement accessoire ! pas même une petite description pour faire montrer l’angoisse ! Donc pourquoi ?
Bref : un bon texte, mais qui manque de précisions et de détails pour vraiment nous immerger dans l’intrigue, au point que le dénouement  m’a semblé presque farfelu.

Le convoi qui touchait le ciel :
Points forts : avec un rythme de phrases ultra souple qui s’adapte à ce qui doit être décrit, martelant quand il faut marteler, plus délicat quand il faut l’être, on a ici une excellente mise en ambiance qui joue superbement sur ce contraste entre le vivant et le métal, entre la délicatesse (et l’amour sous toutes ses formes) et la destruction. La marche infatigable de la désolation qui consume le monde dans cette histoire est extrêmement parlante dans ce texte. Tout en finesse. Fin poignante. Cette « Tortue » est en plus décidément mignonne. + images frappantes.
Points faibles : Le début est un peu obscur, c'est-à-dire que la mise en place de tous les éléments pour qu’on comprenne que le troupeau est fait d’animaux-machines et que la Tortue en est une est un peu longue. + j’aurais mis une majuscule à « maitre » vu la révérence de la Tortue envers lui. + si tout le reste est excellent de finesse, « arsenal lugubre et gracieux » en fait trop. On n’insiste pas sur la délicatesse, c’est le principe de la délicatesse. De plus le contraste était déjà hyper clair, ce n’était vraiment pas nécessaire de le souligner avec cette phrase.
Bref : Très bon texte, vraiment bien maitrisé, poignant de subtilité notamment dans son jeu de contrastes, qui manque juste un peu de clarté sur le début pour nous permettre d’entrer plus vite dans l’histoire.

Matériaux Sublimes : Points forts : Il y a de l’intrigue… on se demande ce que cet homme a bien pu créer, et sa création a l’air très intéressante… l’idée de prendre un oiseau comme narrateur est intéressante.
Points faibles : Ici, utiliser un oiseau comme narrateur instaure de la distance. Rien d’autre. C'est-à-dire qu’on ne peut pas s’identifier à l’homme, ni se sentir intégré dans quoi que ce soit qui le concerne puisque notre point de vue se trouve à l’extérieur de l’atelier, et on ne peut pas vraiment non plus s’identifier à l’oiseau puisque son caractère n’est pas du tout esquissé…il n’y a de plus aucun intérêt pour lui de rester planté là à regarder l’homme travailler toute la journée, il n’y a même aucune complicité entre les deux de construite dans ce texte… ils auraient pu avoir un lien, mais rien. Quand on fait un choix aussi surprenant, il faut le justifier, sinon ça a juste l’air vide de sens. + le rythme des phrases est monotone et demande à mûrir un peu pour mieux accompagner l’action.
Bref : un texte plein de potentiel, avec des idées originales, mais qui demandent à être mûries et justifiées dans le texte lui-même, développées suffisamment pour que le lecteur puisse vraiment entrer dans l’histoire et s’intéresser aux personnages.

Poursuite : Points forts : belle poursuite ! Le début est excellemment bien rythmé et la majeure partie du texte également. J’aime bien le fait qu’on ne sache pas quelle est cette créature, qu’elle ne soit décrite que par fragments, puis cette histoire d’incarnation, etc… c’est pas mal du tout.
Points faibles : plein de petits détails qui font que certains passages sont moins clairs ou un peu bizarres… la ponctuation n’est pas toujours la plus adaptée, de même que le temps des verbes, surtout quand Nianne est en train de prévoir ses futures actions et les futurs évènements (un conditionnel aurait été mieux qu’un futur selon moi). Parfois quelques mots qui on l’air d’être utilisés un peu de travers…
Bref : un bon texte bien rythmé aux personnages et à l’action bien définis mais dont le style est parfois moins maitrisé, ce qui entame la clarté de certains passages.

La Guerre sans fin : Points forts : il y a du potentiel et de l’idée dans ce texte… on sent bien qu’il y a un message. Le rythme est correct sans pour autant crever le plafond. Les personnages sont relativement bien représentés.
Points faibles : le début est vraiment long, et oscille entre un style très neutre et un style plus familier, mais en même temps à ce moment-là du texte on a personne à qui s’identifier… donc ce n’est pas vraiment évident de rentrer dans l’histoire… Ensuite, quand vient notre narrateur, il se présente comme s’il ne savait rien de cette guerre, alors ça justifie mal ce long passage bien détaillé sur ce qui s’est passé dans le monde auparavant… L’histoire des puces dans la colonne vertébrale n’est pas du tout expliquée, on ne sait rien des conditions de vie en général, on ne sait pas s’il y a quand même autre chose que la guerre… tout se passe un peu trop vite, tout manque un peu trop de réalisme pour qu’on puisse bien se représenter ce monde de « guerre sans fin ».
Bref : Il y a des idées et une volonté derrière ce texte qui n’est pas mal écrit, mais concrètement il lui manque beaucoup de choses pour que le message qui se veut certainement fort passe véritablement.

Juste une bière… : Points forts : Ce texte rend bien les pensées décousues de ceux qui s’immergent dans l’alcool et se déconnectent peu à peu de tout. La manière d’envisager la vie du clochard et aussi la psychologie de celui qui rêve d’en devenir un, dans son antagonisme avec ce qui fait la société, sont bien faites et intéressantes. Les dialogues, bien que décousus, sont assez réalistes (justement car ils savent être décousus).
Points faibles : La clarté des différentes situations n’est pas toujours au rendez-vous : situation spatiale, identité des autres personnages… Le narrateur parle de son amour pour sa copine, dit que tout va bien entre eux, puis, à la fin, qu’il n’a plus de copine… c’est surprenant et il est difficile de comprendre à quoi s’en tenir. + pas mal de problèmes d’accords.
Bref : un texte intéressant mais pour lequel on ne sait pas si le manque de clarté quasi continuel est du à la mentalité du narrateur ou simplement à quelques lacunes dans l’écriture.





Alton d'EN (Vote : Le convoi qui touchait le ciel)

Asian Journey : Voilà un petit texte sympathique, mais qui aurait pu être génial s'il avait été un poil plus long et développé, je m'explique. L'idée de l'inspiration qu'apporte la noble Asie est plutôt bien rendue, notamment avec le paragraphe de description du port et de la rue, mais ça va trop vite ! Il fait pas beau, on voit que pouik, et puis paf soleil, description de la rue et un paragraphe plus loin la composition est dans les bacs, prêt à concourir aux victoires de la musique. C'est un peu dommage car je voulais plus de description des terres chinoises,moi. Sinon je note le petit retour de la description des bijoux qui refusent de briller puis qui s'y mettent avec le soleil, qui est bien trouvée. Ainsi que le fait de finir sur une composition musicale alors que le point de départ était une musique qui m'a fait sourire.    

La louve blanche - la Traque : Whéé baston ! Je le reconnais je suis un peu basique, mais des assassins qui règlent leurs comptes et ceux de leurs guildes à coup de sabres et de transformation en loup, ça me parle. L'histoire est bien menée et agréable à suivre, le combat vif et impitoyable, bref on s'y retrouve. J'ai aussi beaucoup apprécié le début du texte, le calme avant la tempête avec la pression qui monte progressivement. Seul petit bémol pour moi : j'ai eu du mal à m'attacher à Aravenh, car j'ai peiné à saisir ses motivations et son but, mais bon, elle se transforme en loup, alors on lui pardonne !    

[Sans Titre] : Huum … Voilà une nouvelle qui éveille en moi des sentiments contraires. J'ai totalement adhéré à plusieurs points : Tout d'abord l'ambiance paranoïaque du village assailli par les bêtes, puis au thème pas évident du combat contre soit même et contre la bête qui dévore (peut-être) Eloïse, enfin et surtout à la progression de la recherche du personnage, Loup-garou ? Pas loup-garou ? Tu brouilles pas mal les pistes et on a envie de savoir. J'ai été un tantinet plus embêté par la fin et ses révélations en chaînes qui m'ont un peu donné l'impression de tomber en version brute de fonderie. Prêtre et libraire lycanthrope, présence des vampires en guerre contre nos bons amis en fourrure puis pieux dans le cœur tombent en quelques lignes, tout cela manque à mon sens d'un peu de préparation, c'était peut-être le but ?  
   
Le convoi qui touchait le ciel : Un très beau texte, à la fin sombre et désespérée, mais d'où je ne peux m’empêcher d'y voir un peu d'espoir. Oui  c'est un peu paradoxal, mais c'est qu'il me plaît dans ce texte : les jeux de contrastes. Contraste entre la noirceur de ce qui est en train de se dérouler et certaine descriptions très épiques. Contraste entre l'espoir touchant de la tortue et la violence de la bataille.  Tout cela donne une couleur particulière au texte.  
 
Matériaux Sublimes : Avant toute chose je tiens à noter l'originalité qui se dégage de ce texte, principalement dans le thème, voilà un des seuls textes du concourt où il n'est pas question de trucs qui veulent tuer, manger, taper ou détruire d'autres trucs, il en ressort une sorte de sérénité très appréciable. Il y a beaucoup de bonnes idées dans cette nouvelle, le narrateur emplumé, le regard complètement extérieur sur ce drôle de bonhomme, la ferveur créatrice rendue avec justesse, bref j'approuve ! Pour chipoter un peu, il y a quelques maladresses, notamment des phrases un peu longues et quelques accumulation d'adjectifs superflus. À part ça, c'est vraiment un chouette texte !
   
La Guerre sans fin : Amis de la bonne humeur, bonjour ! C'est du moins ce que j'ai pensé en lisant la première partie de texte qui m'a filé un sacré bourdon. Bon je suppose qu'elle fait son job du coup, le côté livre d'histoire colle plutôt bien avec le thème de la suite. Suite sur laquelle j'ai bien peu de choses à dire, on n'y retrouve l'ambiance propre à celle des histoires de guerre, camaraderie entre soldat, préparation anxiogène avant l’assaut, fureur de la bataille … Ton style s'accorde à merveille avec l'histoire que tu nous racontes, les phrases sont courtes, les mots simples mais durs, ce qui amplifie la rudesse de ton récit. J'aurais simplement réduit, voir supprimé l'introduction pour entrer directement avec l'escouade de Edward, quitte à en savoir plus sur le passé pendant l'histoire. Bon OK ça reste du domaine du détail !

Juste une bière… : J'ai un sentiment assez mitigé sur ce texte, désolé. Il veut, à mon sens, faire transparaître un sentiment quotidien, le quotidien de ce type un peu marginal avec sa vie, ses galères et ses victoires, ses réflexions et tentations de tout envoyer balader et ses sorties au bar. Tu t'en tires plutôt bien, on s'attache par moment à ton personnage, notamment quand il parle de sa femme, hélas certains passage brise un peu cette empathie,  la faute à mon avis au fait que l'on connais un peu les persos sans vraiment les connaître (clarté bonjour, non on fera sans toi aujourd'hui…). On ne connaît ni les noms des protagonistes, ni leur travail, leurs buts et on a parfois l'impression qu'ils changent de comportement sans crier gare.





Cornedor d'EN (Vote : Poursuite)


Asian Journey : J'aime bien la manière d'inclure la musique en elle-même dans le texte, en tant que composition relative au personnage principal - ce que personne d'autre n'a fait. Par ailleurs, la scène est belle, le style reste sobre mais il y a de très belles images, notamment avec la brume du début, le soleil qui apparaît ou le port asiatique qui se dévoile. Dommage qu'elles restent aussi discrètes ! Sinon, la seule chose qui m'a réellement dérangée et m'a presque empêchée de bien entrer dans la scène, c'est le rythme. Les phrases sont extrêmement loooongues, tant et si bien qu'en tant que lecteur on a du mal à respirer, à trouver des points d'ancrage, des pauses dans le récit. Une phrase par paragraphe, c'est trop peu je pense (surtout pour les plus longs paragraphes). Au final ça fait beaucoup trop d'actions dans une seule et même phrase, on s'y perd un peu. Vraiment dommage parce qu'avec un rythme plus posé, la lecture aurait été beaucoup plus agréable et on aurait pu apprécier la qualité de l'écrit à sa juste valeur ! (allez, je chipote. C'est un bon texte !) Concernant la relation avec la musique, elle inspire plus une scène d'action très vive dans mon esprit, mais c'était bien vu.

La louve blanche - La Traque : Ouah c'est un très bon texte ! Tu arrives à nous mettre directement dans l'ambiance, à nous tisser une société de guildes et de combats mystérieux dont on ne sait rien mais qu'on devine suffisamment pour appréhender l'histoire à sa juste valeur. Les éléments sont bien dosés, le style clair, net et précis parfaitement adapté à une scène de combat, laquelle est pour moi totalement en osmose avec la musique. Le retournement de situation final (pour le combat) est bien réalisé, j'ai bien cru que la louve allait se faire dégommer ! Et l'opposition entre bêtes (Louve et Corbeau même si, si j'ai bien suivi, on ne le voit pas apparaître après que tu en fasses mention) et "Chasseurs" est bien pensée. Le rythme du récit bien géré, les phrases fluides, agréables. ça manque peut-être encore un peu des cinq sens (y'a quelques bruits mentionnés tout de même mais pas tant) notamment les odeurs (sang, sueur, fer ?) qui pourraient encore renforcer ton ambiance. A propos, celle du marché, au début, est vraiment bien rendue !

[Sans Titre] : Alors déjà : fais attention aux petites incohérences lors des relectures, par ex' les chaussures d'Eloïse au début qui changent de talons en l'espace de deux phrases (c'était rigolo) ou encore que le gendarme lui demande son identité et qu'elle ne donne que son prénom… Pas très sérieux ce gendarme, il a pourtant l'air à cheval sur les règles ! Bon sinon j'ai bien aimé ce duo improbable et sympa, lui le grand machin un peu nouille, elle la femme fatale (je rigole) à la langue bien pendue. J'ai deviné très vite qu'elle se prenait pour un loup-garou, en revanche les retournements de situation (quand le gendarme se ramène pendant la nuit dans les bois, puis quand on apprend la véritable nature d'Eloïse) m'ont bien surprise et ont contribué à m'accrocher à l'histoire. Bon, ce n'est qu'un goût personnel mais la longue tirade du loup-garou façon grand méchant de dessin animé ne m'a pas parue  crédible ; quant à l'opposition vampire-loup-garou, j'ai trouvé ça dommage de retomber dans un tel lieu commun alors que ton histoire était assez vive et sympa au début… J'ai quand même apprécié la lecture, surtout pour la 1ère moitié, même si j'ai décroché vers la fin  (les histoires de vampires-loups-garous ne sont pas trop ma tasse de thé :p )

Matériaux Sublimes : ALORS saperlipopette, j'aime beaucoup le style (travaillé et élégant), ainsi que l'histoire, et j'aurais probablement voté pour ce texte s'il ne m'avait pas posé de tels lapins au niveau visuel. Je veux dire par là que tout en "décrivant" beaucoup la scène et les objets présents, tu perds un peu ton lecteur par l'absence de vision globale (en tout cas moi j'étais paumée dans toute la 2e partie). On ne demande pas mieux que de saisir la scène, de la voir dans notre esprit, mais cela est extrêmement difficile vu qu'on ne reconnaît absolument pas l'objet mystérieux que fabrique l'homme. On n'a pas assez d'éléments clairs de description pour pouvoir faire notre enquête et deviner de quoi il s'agit. Je me doute que cela est voulu puisque le milan noir, lui, ne connaît pas cet objet (peut-être même que nous-mêmes ne le connaissons pas dans notre société ?), mais c'est un réel obstacle pour lecteur qui a désespérément envie de saisir de quoi il s'agit ! J'avoue que j'ai un peu ragé pendant la lecture, alors que le texte en lui-même est typiquement du genre que j'adore. Dommage !

Poursuite : Wow wow wow mais c'est du bon tout ça ! Totalement accrocheur, en phase avec la musique dans son atmosphère comme dans son rythme, l'histoire est de plus bien contée, la scène vive et bien décrite sans pour autant tomber dans la surenchère de détails. On s'imagine bien les lieux, la course désespérée, la lutte. Tu laisses de plus transparaître en filigrane tout un univers ou une histoire beaucoup plus complexe que ce que tu nous laisses bien voir ici (via les indices des relations entre Pan, Nianne, son poursuivant…) Je plussoie également une bonne gestion de l'atmosphère, tu n'oublies pas de décrire ce qu'elle sent (douleur etc), le goût dans sa gorge, les bruits de la poursuite… Très bien rendu ! Il y a de plus de très belles images disséminées dans le texte. J'ai pas grand-chose de négatif à dire. Rien du tout en fait.  *^*

La Guerre sans fin : C'est sinistre tout ça… Héhé j'aime//SBAFF Plus sérieusement, l'idée de base est très originale tout en réussissant à coller au thème. Tu plantes une uchronie noire et sinistre partant d'un fait réel et extrêmement proche de nous temporellement, ce qui la rend plus forte. Je trouve la transition du début un peu maladroite entre l'énoncé objectif, presque journalistique, du tout début, et après lorsque tu commences à inclure des jugements du narrateur (sur la réaction des EU face au lancement balistique, par ex) qui arrivent un peu comme un cheveu sur la soupe en déconcertant le lecteur. Il aurait peut-être fallu commencer dès le début donner un ton subjectif au récit, histoire que ça ne rompe pas le ton de l'histoire. (JE CHIPOTE ON SE CALME) Sinon la scène de bataille est bien rendue, je trouve, j'apprécie les dialogues vivants et réalistes, parfois comiques qui apportent un décalage vivant dans ce monde mort. La mort du narrateur m'a surprise mais après tout, elle a l'avantage de clore la nouvelle et de montrer, au contraire de tant d'histoires prétendument réalistes, que la mort arrive n'importe quand et que personne, fût-il narrateur, n'est à l'abri.  
La chute est violente, elle est efficace et clôt bien l'histoire…

Juste une bière : Euuuuuh… euuh… Comment dire… Je me sens inapte à commenter ce texte parce que je ne l'ai pas compris. Je veux dire, j'ai dû zapper l'idée principale, le but, ou même rien que le scénario, malgré mes deux ou trois relectures… Je ne vois aucunement le rapport avec le thème musical, le récit me paraît extrêmement décousu, on oscille entre passé présent sans transition claire et explicite, et euh… bah… voilà. Ce texte m'a perdue. Il y a cependant une dénonciation assez intéressante de la société pesante, rigide, vide de sens, mais mise à part ça… Joker !




Lalya de CFTC (Vote : Le convoi qui touchait le ciel)


Asian Journey : C’est un peu léger comme texte, même s’il correspond à la musique. Il ne se passe pas grand-chose, et les descriptions n’arrivent pas vraiment à faire oublier ce manque d’action puisqu’elles sont assez brèves, même si elles réussissent à offrir une vision de la ville. Les sentiments d’Heather sont presque inexistants, c’est dommage, les coupler avec une description plus détaillée aurait pu enrichir le texte tout en entraînant le lecteur.

La louve blanche - la Traque : La lecture est fluide, le vocabulaire employé est bon et colle bien aux combats décrits. Le texte est prenant et colle bien au rythme de la musique. Il manque cependant un peu d’émotion pour moi, on ne ressent pas assez les sentiments de l’héroïne du coup le texte me semble un peu creux. Cela est tout de même légèrement compensé par l’ambiance intrigante dans laquelle se déroule la scène.

[Sans Titre] :  L’ensemble est plutôt bien écrit et cohérent, mais je n’ai pas réussi à avoir une lecture fluide. J’ai l’impression que l’histoire tout comme son écriture se fait assez « forcée » par moments. Le passage sur le libraire qui supprime des informations est largement superflu par exemple, qu’une légende urbaine se révèle fausse c’est plus que courant, hors là l’auteur nous entraîne dans une sorte de théorie du complot à la sauce loup-garou et j’accroche moyennement, je trouve ça un peu gros. Au final j’ai eu l’impression de lire un mélange entre le film du Petit Chaperon Rouge (celui avec des loups-garous justement) et la saga des Underworld… Concernant la cohérence par rapport à la bande-son, c’est en raccord, je trouve le choix des loups-garous peut-être un peu facile, mais on est sans doute plus dans l’avis personnel là. Un titre serait un plus aussi…

Le convoi qui touchait le ciel : Le texte a un côté poétique très agréable, malgré la thématique choisie il parvient à être beau, à être envoûtant, on aurait presque de la compassion pour la Tortue. Le côté paradoxal se retrouve également dans l’univers choisi, l’ensemble a beau être dévasté, désertique, l’auteur réussit à y créer la vie et là aussi on se retrouve partagé entre tristesse et une forme d’émerveillement un peu enfantin. Le seul bémol que j’ai à mettre c’est le lien avec la musique, qui pour moi est absent. Certes, il y avait sur la bande-son une petite mélodie en « arrière-plan » qui pourrait faire penser à une sorte de marche, mais cette note à un côté inquiétant hors, je ne retrouve pas d’inquiétude en lisant le texte. Comme j’ai pu le dire il est triste, mais malgré l’ouverture laissée par la fin, je ne perçois pas cette inquiétude, ce côté un peu glauque. La bande-son numéro 2 aurait sans doute été plus adapté, malgré tout cette histoire restera mon petit coup de cœur.

Matériaux Sublimes : L’ensemble est bien écrit, il colle assez bien à la bande-son. L’idée de la raconter du point de vue animal a le mérite d’être original. L’histoire en elle-même est assez intrigante et attise la curiosité, de ce fait la lecture est fluide même si la fin me laisse un peu sur ma faim. J’ai pas vraiment de points négatifs à pointer, des tournures peut-être un peu lourdes parfois, mais c’est plus une question de style et de goût littéraire, qu’un véritable défaut puisque l’ensemble s’intègre bien dans le texte et sans tomber dans le « trop ». Le seul reproche que je pourrais formuler, c’est que le texte m’a laissé indifférente pour ne pas dire froide, ça manque d’émotion, de sentiments, après il est possible que sur ce point aussi ça soit seulement mon ressenti personnel. Mais je pense que jouer sur la curiosité que le travail de l’humain crée sur l’aigle pourrait être intéressant. Il est tout de même resté un long moment à l’observer au point d’en délaisser sa chasse, mais à aucun moment il n’explique pourquoi rester, comportement qui est tout de même assez surprenant pour un oiseau.

Poursuite :  C’est prenant à lire au final, on veut savoir la fin, savoir comment se termine cette bataille, malgré le texte un peu court on s’attache à l’héroïne. On se retrouve à être pris d’empathie pour elle et la lecture du texte devient aussi haletante que cette poursuite. L’écriture est bien maitrisée, le vocabulaire est bon, sans tomber dans la lourdeur ce qui arrive parfois. L’ensemble colle plutôt bien à la musique, bref, j’ai pas grand-chose de plus à dire, et encore moins de points négatifs à pointer, ton texte est bon, pour ne pas dire très bon.

La Guerre sans fin : Bon, on va commencer par les points négatifs. La cohérence de l’histoire pose problème. Ok, on a sans pu en cinquante ans faire des progrès médicaux, mais un mec coupé en deux qui reste conscient et qui trouve le moyen de faire la conversation comme si tout était normal, c’est non. Je peux admettre qu’à la limite on puisse ne pas mourir sur le coup, mais rester éveillé sous le choc et la douleur me paraît juste irréaliste. Pour finir par du positif, l’ensemble de l’histoire est plutôt bien pensé, c’est prenant, j’ai un peu eu l’impression d’avoir un mix entre Call of Duty et des romans comme Le combat d’hiver ou Maintenant c’est ma vie. Le texte est en plus de cela assez agréable à lire.

Juste une bière :  Il y a une trame qui dessine, mais à aucun moment elle n’est véritablement exploitée et c’est dommage. Au final, j’ai l’impression d’avoir lu quelque chose d’un peu creux. Il y a un style mais là aussi ça coince, il y a pas mal de faute, de tournures qui sont lourdes ou ne veulent pas dire grand-chose « Une voiture de police passa sans s' inquiéter un seul instant de qui ou quoi ou quand se passait à ce niveau. » cette phrase en est un bon exemple. Les dialogues sont un souci, on a pas besoin d’avoir le nom (l’initiale pour le coup) de la personne qui parle. On retrouve ça dans une pièce de théâtre uniquement et là ça n’en est pas une. Je ne fais pas non plus le lien avec la musique. Dans le fond ce texte me met plus en colère qu’autre chose. Le style et la trame sont là mais tout le reste coince et c’est regrettable, parce que ça aurait pu être génial autrement. Une bonne relecture et le respect des règles de présentation d’un texte devraient remédier à ça, c’est pas très dur à faire. Dans tous les cas, je ne peux que t’encourager pour continuer à écrire et te perfectionner sur ses points techniques.








*Palmarès du Jury*

Prix du Jury : Le convoi qui touchait le ciel (avec 4 votes)

Et les prix spéciaux décernés par consensus au sein du jury :

Prix de l'Originalité : Matériaux Sublimes
Prix de l'Ambiance : Poursuite
Prix de la Description : Le Convoi qui touchait le ciel  
Prix de l'Univers : La Guerre sans fin












Voilà voilà, pfiouh j'en peux plus Ouf !

Merci à tous d'avoir participé, les jurés étaient unanimes, il s'agissait d'un bon cru, c'est un joli concours ! :unjournormal:

Ces palmarès, ainsi que les textes gagnants seront affichés sur les forums partenaires, mis à la lecture sur Facebook et ici-même. Les auteurs sont bien sûr libres de les poster sur les forums en vantant le prix gagné, pour attirer les badauds AHDE




Retrouvez les textes concourant ici : http://www.encre-nocturne.com/t4930-concours-plumes-nocturnes-3-venez-lire-et-voter-pour-votre-auteur-favori

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]


Dernière édition par La Lapine Cornue le Dim 9 Avr 2017 - 17:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lame37

avatar

Masculin Vierge Messages : 548
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Breton Hurlant à la Lune
Humeur : Je m'ennuie tout seul

MessageSujet: Re: Plumes Nocturnes - LES RESULTATS   Mar 4 Avr 2017 - 18:29

Jolis travail, repose toi bien après tout ça.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Lame37 Loup gris parmi les hommes ; poète, écrivain en herbe et créateur de héros fictifs.
Grand rêveur et Breton dans l'âme en recherche d'emploi et de compagnie.

Loup Aventurier de la Magie Éternelle

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à mes œuvres
Mes textes

Entrez dans mon univers
Genesis Heros Survivors
Partie 3/4 - Chapitre 2/4, 11 et 12 à venir et préparation à une "suite".

Devenez le héros d'une histoire
Dungeon of Legend
Chapitre 8/9, 9 en cours.

Venez commenter
Commentaires sur Dungeon & Genesis
Revenir en haut Aller en bas
RavenGhost
Invocateur de la CB
avatar

Masculin Vierge Messages : 326
Date d'inscription : 05/09/2013
Humeur : Mélancolique comme bien souvent...

MessageSujet: Re: Plumes Nocturnes - LES RESULTATS   Mar 4 Avr 2017 - 21:12

Raven a voté sans hésitations et avec toute sa méchanceté Twisted Evil

Franchement terrible le concours, GG à tous les participants ! :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Entrez dans mon monde : http://le-monde-de-raven.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
https://le-monde-de-raven.jimdo.com/
Le Molosse
Habituée de la CB
avatar

Féminin Vierge Messages : 1922
Date d'inscription : 29/12/2015
Localisation : Dans ma chambre
Humeur : Mode Molosse: Off

MessageSujet: Re: Plumes Nocturnes - LES RESULTATS   Dim 9 Avr 2017 - 13:14

Merci à vous pour le concours (et bien contente d'être 2e ^^) et au jury pour les avis constructifs <3

------------------------------------------------------------------------------------------------
Signe distinctif de chasseresse de fautes: ~ (pour faire honneur à mon surnom :la:)

Sections attribuées: Romans et Théâtre


N'hésitez pas à venir me lire ici: Mes écrits #TexteDeMathilde
:unjournormal:

Et sinon Invité , viens voir ma galerie de dessinatrice & celle de photographe :la:

Beta lectrice acharnée: [INDISPONIBLE]
Revenir en haut Aller en bas
https://www.flickr.com/photos/124488553@N07/
Dragon Dae
Reine des dragons
avatar

Féminin Sagittaire Messages : 234
Date d'inscription : 16/04/2016

MessageSujet: Re: Plumes Nocturnes - LES RESULTATS   Dim 9 Avr 2017 - 15:41

Tu aurais pas oublié les commentaires d'une jurée par hasard ? AHDE
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4845
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Plumes Nocturnes - LES RESULTATS   Dim 9 Avr 2017 - 17:30

Oooooops. AHDE AHDE

C'est fait, encore désolée, tu es maintenant en tête des critiques :unjournormal:

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plumes Nocturnes - LES RESULTATS   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plumes Nocturnes - LES RESULTATS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Compétitions :: Concours-
Sauter vers: