Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mousikeí Hebdo - Semaine 11

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nain Fougère
Créateur Uchronien
Créateur Uchronien
avatar

Masculin Vierge Messages : 397
Date d'inscription : 03/10/2016
Localisation : Quelque part dans un monde nouveau !
Humeur : Subjectivement Suprême.

MessageSujet: Mousikeí Hebdo - Semaine 11   Mar 4 Avr - 19:51

Salutations !

Le retard est présent avec moi en ce mardi 4 avril AHDE Pardonnez-moi pour la semaine dernière (j'étais atteint de la procrastination niveau 9 sur l'échelle des Nain, aujourd'hui je suis descendu à 6 .w.) et hier j'étais dans des train mochement moderne.
BREF, le MH11 ! :B



Avant de débuter, les règles :


- Écouter la musique de votre choix (ou les deux si vous y arrivez) parmi celles proposées comme source d'inspiration pour votre texte.
- Écrire n'importe quel type de texte (long/court, récit/théâtre/poésie/autre, complet/incomplet, etc), vous êtes libre comme Nelson Mandela.
- Même si ce que vous avez en tête ne colle pas avec la musique, écrivez quand même ! Du moment que c'est la musique qui vous l'inspire, ne vous mettez pas de frein, vous êtes libre vous dis-je !
- Poster au plus tard le samedi (à 21h, car il y a le CC juste après) suivant pour procéder aux votes le dimanche (oui, vous avez une semaine pour faire votre texte). Possibilité de poster le lundi comme le mercredi, comme le samedi, etc, à vous de voir selon vos disponibilités et votre temps !
- Pas besoin de s'inscrire, si vous voulez participer, poster un texte suffit.
- Poster son texte ici à la suite du message !
- Garder ses commentaires pour le sujet des votes afin d'éviter les messages entre chaque texte, ça facilitera la lecture.
- Il est déconseillé d'aller voir le clip de la musique sur Youtube pour ne pas biaiser votre imagination, mais si vraiment vous n'avez pas d'inspiration et que vous voulez participer, aller voir le clip.
- Ne pas participer si la musique ne vous inspire rien du tout ! Ce défis reviendra chaque semaine avec deux musiques différentes à chaque fois et qui pourra plaire comme déplaire. Donc, si une musique ne vous inspire pas à telle semaine, gardez à l'esprit que la suivante pourra vous inspirer !




Voici les musiques pour cette semaine :

Beethoven - 7ème symphonie (deuxième mouvement) :

Record music with Vocaroo >>

Eivor - Undo Your Mind:

Record music and voice >>

A vos marques, prêts... CLAVIER ! è0é/

------------------------------------------------------------------------------------------------
~L'Étrange Nain Fougère~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/LeRevateur/?ref=aymt_homepage_panel
Lame37

avatar

Masculin Vierge Messages : 374
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Célib Breton Hurlant à la Lune
Humeur : je m'ennuie tout seul

MessageSujet: Re: Mousikeí Hebdo - Semaine 11   Sam 8 Avr - 10:37

Salut, ça n' a pas été facile mais j'y suis arrivé. Voici mon texte inspiré du 2ème thème musicale.

Une balle dans la nuit (thème 2 : Eivor - Undo Your Mind)

La nuit dans une ville aux allures futuristes, en Californie, dans un immeuble avec vue sur le pont du Golden Gate.
Un jeune homme (la 20ène), John entre dans une pièce de l'immeuble ; il est traîné par 2 hommes à tête de chiens de Bergers Allemands, le long d'un couloir mal éclairé. Il pourrait s'enfuir, mais il veut savoir pourquoi, il est là. Ils passèrent devant une série de vitrines où l'on peut reconnaître malgré la faible luminosité, la réplique grandeur nature d'un policier cybernétique (RC-D3). Il y a aussi des tableaux et une étrange cuve, le tout est plongé dans une obscurité presque complète. Au fond du couloir dans un salon devant une grande fenêtre, se tient un homme de haute stature et prestance. Il contemple la ville endormie tout en écoutant de la musique classique, c'est le boss Makiavan de la société DMakiav (jeux, argents, proxénétisme, droguerie...).

Lorsque les Dog's Heads arrivèrent derrière le boss, celui-ci se retourna et l'air enthousiaste dit à l'adresse du jeune homme : « Ah ! Monsieur Johnson, vous êtes venus. Excellent ! »

Aux 2 gardes : « Bien, messieurs je vais discuter avec M. Johnson un moment, vous pouvez nous laisser ; mais rester dans les parages ».

Les 2 D-H répondirent ensemble : « Wif, maître ! ». Et ils reculèrent de quelques pas.
Makiavan entraînant Johnson vers la fenêtre – Belle vue n'est-ce pas ? Et, ma collection (en illuminant la pièce et le couloir), elle vous plaît ?

John agacé – Assez parler. Pourquoi suis-je là ?

Makiavan surprit – Quel empressement, mais soit.Vous avez attenté à mon business en soudoyant une de mes filles (de joie).

John l'interrompant – L'amour autre que celui de l'argent, vous ne savez pas ce que c'est. Ce qu'il y a entre Louna et moi, vous ne pouvez comprendre.

Makiavan n'y prêtant peu attention – Sûrement. Mais, j'ai un manque à gagner maintenant et vous devez payer.

John résolu – Très peu pour moi, je ne traite pas avec les ordures.

Makiavan soupirant – Si vous insistez, (faisant signe aux gardes) messieurs veuillez raccompagner M. Johnson à l’ascenseur, procédure habituelle.

Les gardes empoignèrent John et repartirent. Dans le couloir, maintenant illuminé, John reconnut l'étrange cuve et vit qu'il s'agissait d'une cage transparente non fermée par le haut, remplie d'un liquide particulier (on pouvais y respirer). On y mettait une fille de joie pour détendre l’atmosphère. Mais, ce qu'il vit dans cette cuve, le mit hors de lui (c'était Louna). Il faussa alors compagnie à ses
« gardes » en frappant l'un d'eux au niveau de la glotte et l'autre au ventre. Il récupéra le flingue de l'un des deux individus et se mit à courir en renversant des vitrines. Il se dirigeait vers le salon du boss car sans lui, les chiens ne sauraient que faire et Louna serait libre. Les gardes restèrent un moment hésitant, puis poursuivirent John. Un coup de feu se fit entendre.
Dans son salon, Makiavan n'entendait pas le vacarme tant il était plongé dans sa contemplation et la musique. Il n'entendit même pas le coup de feu partir. L'instant d'après, il n'entendit plus rien du tout et s'écroula. C'en était finis de l'empire de Makiavan Devil. John était essoufflé mais satisfait. Il alla libérer Louna en passant à coté des Dog's Heads qui c’étaient arrêtés et avaient mis genoux à terre. C'était désormais, John Hoper leur maître. Et le silence se fit.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Lame37 Loup gris parmi les hommes ; poète, écrivain en herbe et créateur de héros fictifs.
Grand rêveur et Breton dans l'âme ; célib en recherche d'emploi et de compagnie.


Si d’aventure,
Tu te retrouves dos au mur.
Si tu deviens solitaire...
Eh ! Tu n’es pas seul sur terre,
Y a notre groupe,
Rejoins la troupe.
Tu peux réécrire ton destin
Pour plus tard mourir serein...
Loup Aventurier de la Magie Éternelle

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à mes œuvres

http://www.encre-nocturne.com/t1576p30-pages-jaunes-nocturniennes#56180
Entrez dans mon univers
http://www.encre-nocturne.com/t5164-genesis-heros-survivors#59262
Partie 2/4 - Chapitre 1/4
Devenez le héros d'une histoire
http://www.encre-nocturne.com/t5168-dungeon-of-legend-l-aventure-dont-vous-etes-les-heros
Chapitre 5/10?
Revenir en haut Aller en bas
Le Molosse
Habituée de la CB
avatar

Féminin Vierge Messages : 1727
Date d'inscription : 29/12/2015
Localisation : Dans ma chambre
Humeur : Mode Molosse: Off

MessageSujet: Re: Mousikeí Hebdo - Semaine 11   Sam 8 Avr - 17:40

Oula, j'avoue avoir procrastiné à mort pour cette session :la:

Allez c'est parti avec Eivor

-------
Elle ne voyait rien.
N'entendait rien.
Seul le toucher et la sensation d'être un jouet aux mains des types en blanc la maintenaient en vie et l'empêchaient de basculer.

Bats-toi ! lui hurlait sa petite voix intérieure.

Elhira, du Clan du Loup, voulut hurler et se lever mais elle s'en savait incapable. Aussi, son visage se contenta de faire une moue douloureuse. Douloureuse et brûlante d'angoisse.

Peur pour sa vie.
Peur pour la survie de son clan.
Son clan.
Où était-il en ce moment ? En sécurité ? Aux mains de l'ennemi, comme elle ?

Comment s'était-elle retrouvée ici, sur cette table d'acier, dans cette pièce dont l’atmosphère empestait la naphtaline et l'éther ?

Que lui voulaient ces gens qui la regardaient avec une lueur de curiosité malsaine dans les yeux ?  

Elhira peinait à mobiliser ses facultés cognitives. Aussi, la jeune chef attendit que sa vue recouvre un semblant d'acuité avant de regarder vers le plafond parsemé de néons. Une lumière bleue agressive lui fit plisser les yeux. Elle dirigea son regard vers la gauche tandis que la peur lui faisait office d'adrénaline et purgeait son corps de l'anesthésique qui la maintenait hors d'état de nuire.

Elhira la sentait.

Qui ?
La bête.
Non, pas une bête.
Son totem. La louve blanche, Elanaël.

La jeune femme tourna son regard vers la droite et vit qu'on l'avait attaché à l'aide de solides sangles de cuir sur la table. Une machine carrée répertoriait ses battements cardiaques. Un type la regardait, puis, rassuré, il leva le pouce en direction de son confrère. Elhira, paniquée commençait à haleter et tournait la tête frénétiquement.

Qu'avait-il validé ? Permis ?

La jeune chef savait une chose: Cet assentiment était de mauvais augure pour elle.

Alors, Elhira ouvrit la bouche et hurla.
Hurla.
Hurla.

Et laissa la louve jaillir. Ses entraves se déchirèrent et volèrent en éclats. Sous sa forme lupine, Elhira percevait bien davantage que n'importe quel être humain. La louve grogna et bondit sur le type en blouse blanche ayant eu l'idée de lui barrer le passage. L'homme, entre deux âges, tomba violemment au sol et se cogna la tête contre le carrelage rendu bleu par la lumière ambiante. La louve regarda autour d'elle et quitta ce qu'elle devinait comme étant une antre médicale. Epuisée, et encore sous l'influence de l'anesthésique, Elhira ne put maintenir sa forme lupine davantage. Aussi, la jeune femme, sous sa forme humaine, chancelait, étourdie et vit ses ravisseurs courir derrière elle. Leurs pas claquaient contre le sol immaculé.

Une lueur de mauvais présage s'alluma dans ses yeux. Plus jamais elle ne se laisserait capturer !

La jeune chef réunit ses dernières forces et commença à courir malgré sa fatigue, son corps si lourd et si pataud...

------------------------------------------------------------------------------------------------
Signe distinctif de chasseresse de fautes: ~ (pour faire honneur à mon surnom :la:)

N'hésitez pas à venir me lire ici: Mes écrits #TexteDeMathilde
:unjournormal:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.flickr.com/photos/124488553@N07/
Achnologia

avatar

Masculin Capricorne Messages : 201
Date d'inscription : 15/01/2014
Localisation : Dans une grotte
Humeur : Grr

MessageSujet: Re: Mousikeí Hebdo - Semaine 11   Sam 8 Avr - 20:39

Premier thème, Beethoven - 7ème symphonie (deuxième mouvement).

L'ivresse d'une plume

Perdu dans l'evervescence d'une énième symphonie
Symphonie royale, sanglante, pure, douce, mais parfaitement tranchante
Porté par ce souffle incendiaire, j'en perds l'esprit
L'âme vagabondant sous l'éternel regard d'une étoile filante

Les pupilles oscillent donc entre rêve authentique et réalité fictive
C'est-à-dire qu'en définitive et ce, sans ouvrir quelconque livre,
Le monde est un iceberg dont on nomme "réalité" la face visible
Mais il arrive que la gravité s'inverse, c'est ainsi que les langues vicieuses deviennent risibles

La lune s'écroulant sous le poids de ma plume
Le corps tapis dans l'ombre d'une dune quand l'esprit s'embrase sur le sable qui fume
Les vers s'imprègnent de la senteur des roses macabres,
Du parfum des oliviers, attrapant les mots de leurs viles salabres

À l'aube d'un nouveau jour mes pupilles s'arrachent,
Laissant l'encre éblouir la blancheur d'une feuille de son obscure panache
La plume s'étant montré avide de chasse,
Car elle n'est point de n'importe quelle race,
Ignorant la fatigue, combattant la paresse
Jusqu'au crépuscule de son ivresse.

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Everyone wants to eats but few are willing to hunt."


La définition même de la puissance.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mousikeí Hebdo - Semaine 11   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mousikeí Hebdo - Semaine 11
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Compétitions :: Défis :: Défis hebdomadaires-
Sauter vers: