Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Plus rien ne sera comme avant [-15]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dragon Dae

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 233
Date d'inscription : 16/04/2016

MessageSujet: Plus rien ne sera comme avant [-15]   Ven 12 Mai 2017 - 21:17

#Romance #Amitié-Famille #Drame-Tragédie
Bonjour ! En fouillant mes vieux dossiers pour les 5 ans de EN, j'ai retrouvé ce vieux texte qui date de 2014. Je l'avais écrit pour un cours d'écriture de nouvelles à la fac... Je l'aimais bien, et j'ai bien aimé le retrouver, donc je vous le pose là. J'ai juste changé deux-trois noms, et fait quelques modifications mineures, mais sinon je vous le livre presque brut.
Je le mets en -15 par sécurité, à cause du sujet.

(-)
18 janvier 2027

Alex n’écoutait le cours d’histoire que d’une oreille. Quelle plaie que ce soit un cours obligatoire pour le bac… Lui, ce qui l’intéressait, c’était le dessin, point. Mais son père avait insisté pour qu’il fasse des études normales jusqu’au bac, parce que le dessin, même quand on était doué, ça ne permettait pas de gagner sa vie. Son téléphone vibra brièvement dans sa poche, indiquant l’arrivée d’un message. Il jeta un regard furtif à sa prof pour vérifier qu’elle avait bien le dos tourné, avant de sortir l’objet et de vérifier le message.

Il faut qu’on parle – Clo

Clo, alias Chloé Perrin, sa petite amie. Il haussa un sourcil devant le message – « il faut qu’on parle » n’était jamais bon signe de la part d’une petite amie.

Où et quand ? – A

Midi, devant la bibliothèque – Clo

« Monsieur Cartier ! s’exclama soudain une voix. »

Alexandre sursauta et leva la tête ; sa professeur le regardait d’un air sévère.

« Oui, Madame ?

- Pouvez-vous me dire à quoi correspond cette date ? »

Il reporta son regard sur le tableau derrière Mme Vautrot. 15 novembre 2017.

« C’est la date à laquelle l’avortement a été prohibé en France, madame, avec deux exceptions : si la grossesse pose un danger pour la mère – danger certifié par deux médecins extérieurs à l’établissement devant pratiquer l’avortement – ou s’il y a eu viol, auquel cas la mère doit avoir porté plainte.

- Exact, répondit la prof d’un air décontenancé. »

Alex retint un sourire triomphant – cette date et cette loi, il ne risquait pas de les oublier. Lui-même n’avait que sept ans quand la loi était passée, alors il ne s’était pas beaucoup intéressé ; mais sa belle-mère et sa sœur aînée avaient suivi ça de près. Cathy avait 26 ans à l’époque, et vivait en région parisienne ; elle avait participé à toutes les manifestations pour protester contre cette loi, qui était d’abord passée en Espagne quatre ans avant la France. Et dans les années qui avaient suivi, la famille avait souvent débattu au sujet de cette loi. Alors pour Alexandre, le 15 novembre 2017 était une date aussi célèbre que celle des attentats du 11 septembre.


Le reste du cours se déroula sans encombre, et à l'heure dite Alex retrouva sa petite amie sur le lieu du rendez-vous. Celle-ci faisait les cent pas d'un air anxieux, et se précipita vers lui en le voyant arriver.

« On a un problème, annonça-t-elle sans préambule. »

Vérifiant que personne ne se trouvait dans le couloir, elle sortit de sa poche un bâtonnet de plastique blanc qu'elle lui tendit avant de déclarer :

"Je suis enceinte."

Ces trois mots lui firent l'effet d'une douche froide.

"Merde, lâcha-t-il.

- Je ne te le fais pas dire !

- On est trop jeunes pour avoir un bébé ! s'exclama-t-il d'un ton paniqué.

- Non tu crois ? répliqua-t-elle d’un ton sarcastique. Evidemment qu’on est trop jeunes ! Sauf qu’on n’a pas le choix ! »

Alex s’assit lourdement sur une chaise à proximité.

« Mes parents vont me tuer, murmura Chloé.

- Les miens aussi, acquiesça Alexandre. Et je te parle même pas de ma sœur… »

Rien que d’imaginer la réaction de Cathy quand elle apprendrait que son petit frère avait mis sa copine de 17 ans enceinte, il avait envie d’aller se cacher. Avec leurs 18 ans d’écart, ils avaient évité la typique rivalité fraternelle et la jeune femme avait toujours été un modèle à suivre à ses yeux.

Repensant à la loi, il suggéra :

« Tu pourrais toujours porter plainte pour viol… »

Sa petite amie eut l’air outragée.

« Alors petit a, je refuse de déposer une fausse plainte sur un sujet aussi grave. Et petit b, je porterais plainte contre qui ? Toi ?

- Ou tu pourrais faire de faux certificats comme quoi tu es trop fragile pour avoir des enfants…

- Mais bien sûr, je vais aller voir le médecin de mes parents et celui des tiens, qui ne manqueront pas de tout leur rapporter ! Alex, j’ai besoin que tu te serves de ton cerveau, on a un gros problème là !

- Tu es enceinte de combien ? demanda-t-il d’un ton désespéré.

- Je dirais entre deux et trois mois, répondit Chloé. On a encore un peu de temps avant que ça se voie. »

Alex hocha la tête, perdu dans ses pensées. Qui pourrait bien les aider ?

Il y pensait encore quand il retourna dans sa chambre ce soir-là. L’avantage d’être en internat, c’est qu’il avait jusqu’au week-end avant de devoir rentrer chez lui. Sa belle-mère, Lucie, le connaissait si bien qu’elle arrivait à détecter le moindre problème rien qu’en regardant son visage. Si elle l’avait vu à cet instant, elle ne l’aurait pas lâché avant qu’il ne crache le morceau.

Peut-être même qu’il devrait aller chez sa mère ce week-end… Ses parents s’entendaient si mal qu’ils lui laissaient désormais le choix de chez qui passer le week-end avant de retourner au lycée. Beaucoup moins intuitive que Lucie, sa mère ne saurait même pas qu’il avait un problème. Ça lui laisserait plus de temps avant d’affronter son père et sa belle-mère…

Son portable sonna, interrompant ses réflexions. Par réflexe, il répondit sans vérifier l’identifiant.

« Allô ?

- Allô frangin, c’est Cathy ! »

Il se figea. Merde, merde, merde, Cathy était presque aussi douée que sa mère pour deviner quand quelque chose n’allait pas !

« Alex ?

- Oui, je suis là, répondit-il.

- Ça va ? Tu as une voix bizarre.

- Oui, ça va, mentit-il. J’étais juste en train de repenser au cours d’histoire… La prof m’a interrogée sur la date de la loi contre l’avortement, ça m’a fait penser à toi.

- Tu lui as dit ce que tu en pensais, j’espère ! »

Cathy et Lucie étaient convaincues qu’il partageait leurs vues sur l’avortement ; la vérité était que jusqu’à récemment, il ne s’était pas formé d’opinion définie. Quelque chose lui disait qu’il allait bientôt y remédier, cela dit…

« Non, Cat, c’est un cours d’histoire au lycée, pas un débat. Je peux pas vraiment me permettre de me lancer dans une tirade comme quoi toutes les femmes devraient avoir le droit d’avorter.

- Tu as raison, je ne voudrais pas que ta prof t’enlève des points. Et Chloé, comment elle va ? »

Alex avait invité sa petite amie pour la deuxième semaine des vacances de Noël ; elle avait conquis toute la famille. Le fait qu’elle ne soit pas toujours d’accord avec leurs opinions n’avait pas fait de mal : il y avait peu de choses qui plaisaient davantage aux Cartier et aux Bouquet, la famille de Lucie, qu’un bon débat.

« Elle va bien, merci. Et toi, comment ça va à Paris ? »

Il se garda de lui demander des nouvelles de sa vie amoureuse – rien n’agaçait plus sa sœur que la question « Tu as un petit ami ? » posée à tort et à travers…

Une idée lui vint d’un coup. Cathy militait pour le droit à l’avortement. Cathy était, selon ses propres mots, « pour le droit des femmes à disposer de leur corps »… et Cathy l’avait toujours couvert auprès de leurs parents respectifs quand il en avait besoin. Peut-être qu’elle pourrait les aider, Chloé et lui… Il faudrait qu’il en parle d’abord à cette dernière, mais il y avait soudain une lueur d’espoir à l’horizon.

Il écouta d’une oreille distraite sa sœur raconter sa journée, évaluant les chances que Chloé accepte d’en parler à Cathy – élevées, une grande sœur valait mieux que les parents – et que Cathy, à son tour, accepte de les aider sans en parler à la famille – moyennes, elle pouvait estimer que c’était trop important pour leur cacher.

19 janvier 2027

La première chose qu’il fit à la pause déjeuner fut d’entraîner Chloé à l’écart, avant de lui demander :

« Tu te souviens de ma sœur Cathy ?

- La gentille blonde qui vit à Paris ? Oui, je me souviens, pourquoi ?

- Elle a toujours milité pour le droit à l’avortement, expliqua-t-il, et je pense qu’elle pourrait nous aider. Et Paris est tellement grand, que ça doit être possible de trouver deux médecins qui nous fassent de faux certificats…

- Et tu veux lui dire, déduisit Chloé d’un air sceptique. Elle ne risque pas de nous dénoncer ?

- Elle me couvre toujours quand j’en ai besoin, assura-t-il. »

La jeune fille semblait toujours dubitative.

« Ecoute, Chloé… Tu sais comme moi qu’on ne peut pas avoir un bébé à notre âge. On vivrait où ? Chez mes parents, c’est minuscule, et les tiens n’ont pas assez de place non plus… Et puis on n’a pas la maturité non plus, on est à peine plus que des gamins nous-mêmes ! J’ai 18 ans et toi 17, on est encore au lycée…

- On pourrait toujours le faire adopter… souffla sa petite amie.

- On pourrait, mais tu veux vraiment qu’il grandisse dans un foyer, avec tout ce qu’on entend à ce sujet ? Crois-moi il vaut beaucoup mieux qu’on fasse comme ça… »

A contrecœur, l’adolescente hocha la tête.

« Appelle ta sœur. »

La sonnerie retentit pour signaler le début des cours de l’après-midi, repoussant au soir le moment de téléphoner à Cathy. Lorsque le dernier cours se termina, cependant, le couple se rendit dans la chambre d’Alex pour lui parler ensemble.


Elle répondit à la première sonnerie.

« Alex ? Tu ne m’appelles jamais deux jours de suite à moins d’une urgence… Qu’est-ce qui t’arrive ?

- On a besoin de ton aide, Cathy, annonça-t-il avant de prendre une grande respiration et de poursuivre, Chloé est enceinte. »

Il y eut un long silence à l’autre bout de la ligne, puis, d’une voix beaucoup plus calme, mais aussi beaucoup plus froide, sa sœur déclara :

« Je croyais que Maman et Laurent t’avaient mieux élevé que ça, Alex. Que tu savais qu’il fallait se protéger dans ces cas-là.

- Mais on s’est protégé ! C’est un accident, je sais pas quand ça a pu arriver, mais on a fait attention, je te jure !

- Et vous comptez faire quoi, maintenant ?

- Justement, c’est pour ça qu’on a besoin de ton aide… J’ai pensé que, comme tu dis toujours que les femmes devraient pouvoir avorter librement… Tu pourrais nous trouver un médecin. Sans le dire aux parents – les siens ou les nôtres…

- Passe-moi Chloé, demanda Cathy. »

Alex fit passer le téléphone à l’adolescente à ses côtés, qui répondit :

« Salut, Cathy.

- C’est bien ce que tu veux ? Avorter ?

- On peut pas le garder, de toute façon. Et si je le fais adopter… je crois que je me demanderai toujours s’il est quelque part.

- Je comprends. Bon, voilà ce qu’on va faire. Je vais téléphoner à ma mère pour dire que je vous invite tous les deux chez moi pour le week-end ; de ton côté, tu vas demander la permission à tes parents de venir. Donne-leur mon numéro si ça peut les rassurer.

- Et s’ils demandent pourquoi tu nous invites ?

- Dis-leur qu’une pièce de théâtre que tu étudies en cours joue ce week-end, et que je vous ai invités à venir la voir. »


Par chance, les parents de Chloé furent compréhensifs ; ils connaissaient déjà Alexandre qu’ils appréciaient beaucoup et en qui ils avaient confiance. Après avoir téléphoné à Cathy pour confirmer l’invitation, ils acceptèrent de laisser le jeune couple monter à Paris – à condition qu’ils ne dorment pas dans la même chambre. Condition qui fit rire jaune les amoureux – s’ils savaient que le mal était déjà fait…


De son côté, Cathy avait pris rendez-vous avec sa gynécologue – une amie qui accepterait sans mal de pratiquer un avortement clandestin. Il était hors de question d’emmener Chloé chez un inconnu qui risquait de bâcler le travail, mettant sa santé en danger. Elle avait ensuite prévenu sa mère et son beau-père qu’Alex ne rentrerait pas ce week-end puisqu’il venait chez elle, et préparé la chambre d’amis pour les deux adolescents, en dépit de la condition posée par les Perrin. Après tout Alex ne risquait pas de mettre sa petite amie enceinte une deuxième fois, n’est-ce pas ?


Le couple arriva le vendredi soir, ayant pris le train juste après la fin de leurs cours. Elle attendit qu’ils soient arrivés à l’appartement pour leur annoncer :

« Chloé, tu as rendez-vous demain avec ma gynécologue. Je la connais depuis longtemps, elle partage mes idées et sera ravie d’éviter une adolescente de finir à l’hôpital pour avoir essayé de s’avorter toute seule. Tu auras toute la journée de dimanche pour te reposer et récupérer, avant de retourner en cours lundi. Est-ce que vous avez des questions ?

- Est-ce que je pourrai accompagner Chloé ? demanda Alex. Qu’elle n’ait pas à faire ça toute seule…

- C’est aussi ce que tu veux, Chloé ? »

L’adolescente hocha la tête, l’air angoissé.

« Alors vous n’aurez qu’à le dire à Carmen, ça ne posera aucun problème. »

Se levant, elle déclara :

« Je vous ai préparé la chambre d’amis, vous partagerez le même lit mais je ne veux rien savoir de ce que vous y faites, c’est compris ? Je ne veux pas entendre un bruit. »

20 janvier 2027

Le lendemain matin, Chloé fut incapable d’avaler quoi que ce soit au petit déjeuner. Elle avait beau savoir que c’était la meilleure solution, l’idée de l’avortement la terrifiait. Elle ne savait pas du tout à quoi s’attendre, mais n’osait pas poser de questions à Cathy. Celle-ci sembla percevoir son inquiétude et lui adressa un sourire rassurant au-dessus de la table.

« Tout va bien ? »

Incapable de dire un mot tant sa gorge était nouée, l’adolescente hocha la tête.

« Ne t’inquiète pas, Carmen – le docteur Elie – ne va pas te manger. »

Cathy hésita un instant avant de poursuivre :

« Je voulais te demander… tu comptes en parler à tes parents ? Je ne vais pas le faire à ta place, ajouta-t-elle quand Chloé se figea. Et je ne vais pas te forcer à le faire non plus. Je pense juste… que c’est quelque chose de trop important pour leur cacher. Je vais aussi encourager Alex à le dire aux nôtres, pour la même raison. Mais je ne dirai rien, parce que ce n’est pas à moi de le faire.

- Ils ne peuvent pas savoir, répondit l’adolescente en secouant la tête. Ni les miens, ni les vôtres… Si Alex le dit aux vôtres, ils se sentiront obligés de le dire aux miens… et je ne supporterais pas le regard de ma mère si elle savait. Et mon père… il serait capable de poursuivre Alex avec un fusil s’il apprenait qu’on couche ensemble, alors lui dire que je suis tombée enceinte… Il ferait probablement une crise cardiaque. »

C’est à ce moment qu’Alex débarqua dans la cuisine, les cheveux ébouriffés et les yeux encore pleins de sommeil. Le contraste avec le sérieux du sujet dont elles parlaient fut si saisissant que Chloé et Cathy éclatèrent de rire, à la grande confusion de l’adolescent.


Le docteur Elie s’avéra être une femme charmante. Elle accueillit les adolescents avec un sourire rassurant lorsqu’ils entrèrent dans son cabinet.

« Asseyez-vous, voyons, dit-elle en les voyant rester debout au milieu de la pièce. Il n’y a pas de quoi avoir peur – je n’ai jamais mangé personne. Alors, poursuivit-elle quand ils furent assis, qu’est-ce qui vous amène ?

- Je croyais… que ma sœur vous avait prévenue, dit Alex d’un ton incertain.

- Je voudrais l’entendre de votre point de vue à tous les deux, répondit la gynécologue sans se départir de son sourire. Prenez votre temps. »

Les adolescents échangèrent un regard, puis Chloé se lança.

« On a eu… un accident. Je sais pas comment c’est arrivé, je prends la pilule pourtant… Et il met un préservatif à chaque fois…

- Parfois un préservatif peut être défectueux sans qu’on s’en rende compte. Il suffit d’un tout petit trou, expliqua le Dr Elie. Et la pilule n’est pas fiable à 100 % - un jour, peut-être, on en inventera une, mais pour l’instant il y a encore une marge d’erreur.

- En tout cas… Chloé est enceinte, reprit Alex. Et on ne peut pas garder le bébé – on n’est pas prêt.

- Et je ne pourrais pas abandonner mon bébé, ajouta cette dernière. Je veux dire, il n’y a rien de mal là-dedans, mais moi… je ne pourrais pas. Seulement l’avortement est illégal… enfin, on connaît les exceptions mais…

- Mais tu n’entres pas dans ces catégories, conclut Carmen. Je comprends. Et toi, Alex ? demanda-t-elle à l’adolescent. Pourquoi es-tu là ? »

Il sursauta, ne s’attendant pas à ce qu’on lui pose cette question. Il tenta de trouver les mots pour exprimer ses raisons.

« Je suis là parce que… On a été deux quand l’accident est arrivé. Ça me paraît normal d’être deux pour arranger les choses. Et parce que… j’aime Chloé, alors je veux la soutenir, parce que je pense qu’elle en a besoin. »

Carmen lui sourit.

« Excellent. Est-ce que l’un de vous a des questions ? Sur l’avortement, ou sur ce qui va se passer ensuite ?

- Est-ce que… ça peut m’empêcher d’avoir un bébé plus tard ? Quand j’en voudrai un ?

- Pas du tout, répondit fermement la gynécologue. Sauf s’il y a des complications, mais je doute que ce soit le cas. J’ai déjà pratiqué ce genre d’interventions.

- Et… combien de temps on devra attendre, demanda Alex, avant de pouvoir recommencer à… »

Il se mordit la lèvre en voyant le regard incendiaire que lui adressait sa petite amie. Et voilà, il savait qu’il n’aurait pas dû poser cette question, maintenant il avait l’air de ne penser qu’au sexe…

« Quand vous serez prêts tous les deux, dit Carmen. Techniquement vous pourriez recommencer juste après être sortis de ce bureau – si vous en aviez tous les deux envie. C’est une question de mental, et pas de physique. Est-ce que vous vouliez savoir autre chose ? »

Chacun secoua la tête.

« Alors je vais vous expliquer ce qui va se passer. Je vais te donner un médicament, Chloé, que tu vas avaler avec un verre d’eau. Ensuite tu iras dans les toilettes que tu vois là-bas, et tu expulseras l’embryon. Ce sera comme avoir tes règles, mais en légèrement plus douloureux. Est-ce que tu comprends ?

- Je comprends, répondit-elle d’une petite voix.

- Est-ce que je peux aller avec elle ? demanda Alex, désireux de se faire pardonner son faux pas précédent.

- Si Chloé est d’accord, oui. »

Il se tourna vers sa petite amie, anxieux.

« Ne m’en veux pas, mais… pour ça, je préfère être toute seule, souffla-t-elle. »

Il fit de son mieux pour cacher sa déception, et hocha la tête. Le docteur Elie sortit donc une petite boîte de son bureau – pas différente, observa l’adolescent, des boîtes d’aspirine vendues dans n’importe quelle pharmacie – avant d’y prendre une pilule qu’elle tendit à Chloé. Elle remplit ensuite un gobelet en plastique qu’elle lui tendit également.

L’adolescente avala le médicament sans regarder le docteur ou son petit ami, -> puis se rendit aux toilettes que lui avait indiquées le médecin en essayant de penser à tout sauf à ce qu’elle était en train de faire.

Son esprit ne cessait de rejouer le moment où Alex avait demandé quand ils pourraient de nouveau faire l’amour. Elle savait qu’il n’avait pas voulu dire ça comme ça – qu’il voulait savoir comment éviter de la blesser – mais elle n’arrivait pas à se débarrasser du ressentiment qui avait pris place en elle. C’était facile pour lui, après tout. Tout ce qu’il avait à faire, c’était être là, et garder le secret. C’était elle qui devait expulser un fœtus de son ventre… qui devait souffrir le martyr dans des toilettes froides et impersonnelles.

Assise sur le siège de porcelaine blanche, pliée en deux par la douleur, elle se mit à sangloter, la tête dans ses mains.


De son côté, dans le cabinet du docteur, Alex écoutait les sanglots provenant des toilettes et se sentait misérable. Il aurait voulu aller trouver Chloé, essayer de la consoler, lui dire que tout irait bien… Mais elle ne voulait pas qu’il soit là. Elle voulait être seule, et il devait respecter ça. Il repensa à ce que Cathy lui avait glissé, ce matin-là :

« Un truc comme ça, ça peut détruire ton couple ou le renforcer. Et ça va dépendre autant d’elle que de toi. Respecte-la, et fait attention à ce qu’elle veut. Si elle te dit non, pour n’importe quoi, c’est non. C'est valable tout le temps, bien sûr, mais c'est encore plus important maintenant. N’insiste pas, et si tu es blessé, NE LUI MONTRE PAS. Tu vas marcher sur un fil raide, Alex, dans les jours à venir. Garde ça en tête. »

Quelques minutes plus tard, un bruit de chasse d’eau retentit et Chloé sortit des toilettes, les yeux rouges mais secs. Le docteur Elie ne fit aucun commentaire, se contentant de l’examiner – derrière un rideau, à la demande de l’adolescente – pour vérifier que tout avait été expulsé, avant de les reconduire dans la salle d’attente où les attendait Cathy.


Ce soir-là, Chloé partit se coucher sans dîner, prétextant qu’elle n’avait pas faim. Quand Alex vint la rejoindre, contrairement à la nuit précédente, elle ne se blottit pas dans ses bras, maintenant au contraire la plus grande distance possible entre eux. C’est alors que l’adolescent comprit exactement ce que Cathy avait voulu dire.

Il n’était pas sûr de ce qui se passerait dans les prochains jours, semaines, et mois – s’ils finiraient ou non par le dire à leurs parents ; s’il allait perdre sa petite amie ou pas. Il n’était sûr que d’une seule chose : quoi qu’il arrive, plus rien ne serait comme avant.


Dernière édition par Daenerys le Dim 17 Sep 2017 - 16:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 300
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Re: Plus rien ne sera comme avant [-15]   Mar 30 Mai 2017 - 22:47

J'ai lu.

Bien écrit, le tout est fluide et l'histoire avance bien comme il faut, les dialogues sont bien (beaucoup plus naturel que les miens ç_ç).

J'aime le côté informatif qu'il y a dans cette nouvelle aussi.

Par contre la fin est un peu trop brut, il aurait fallu continuer un peu je pense, la retravailler peut-être, une fin trop ouverte je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Dragon Dae

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 233
Date d'inscription : 16/04/2016

MessageSujet: Re: Plus rien ne sera comme avant [-15]   Sam 3 Juin 2017 - 22:55

Merci de ton commentaire (je viens seulement de le voir). Je note ton avis sur la fin, je la retravaillerai peut-être un jour mais c'est vrai que j'ai souvent du mal avec les fins.
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4815
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Plus rien ne sera comme avant [-15]   Dim 4 Juin 2017 - 3:06

Je trouve la fin bien moi, elle est flippante, enfin je veux dire, c'est super triste pour eux :(



MAIS JE RÊVE OU TU AS FAIT DE MOI UNE GYNECOLOGUE PORTANT LE NOM DE NANOUCHE ? AHDE AHDE AHDE AHDE

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Dragon Dae

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 233
Date d'inscription : 16/04/2016

MessageSujet: Re: Plus rien ne sera comme avant [-15]   Dim 4 Juin 2017 - 12:51

ABSOLUMENT J'AI MEME CHANGE LES NOMS EXPRES
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4815
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Plus rien ne sera comme avant [-15]   Dim 4 Juin 2017 - 12:52

MAIS POURQUOIIIIIIIIIIIIII :ffmental: Pourquoi moi ? :( Puorquoi Elie ? AHDE

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Lame37

avatar

Masculin Vierge Messages : 525
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Breton Hurlant à la Lune
Humeur : Je m'ennuie tout seul

MessageSujet: Re: Plus rien ne sera comme avant [-15]   Dim 4 Juin 2017 - 14:06

Vraiment prenant comme texte, j'ai bien aimé, même si la fin est un peu brute. Une lueur d'espoir à la fin aurait peut être mieu value. Mais, le texte est bien dans l'ensemble. J'ai presque pitié pour les 2 protagonistes.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Lame37 Loup gris parmi les hommes ; poète, écrivain en herbe et créateur de héros fictifs.
Grand rêveur et Breton dans l'âme en recherche d'emploi et de compagnie.



Loup Aventurier de la Magie Éternelle

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à mes œuvres
Mes textes

Entrez dans mon univers
Genesis Heros Survivors
Partie 3/4 - Chapitre 1/4

Devenez le héros d'une histoire
Dungeon of Legend
Chapitre 7/9

Venez commenter
Commentaires sur Dungeon & Genesis
Revenir en haut Aller en bas
Dragon Dae

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 233
Date d'inscription : 16/04/2016

MessageSujet: Re: Plus rien ne sera comme avant [-15]   Dim 4 Juin 2017 - 17:53

Corne : Au hasard :p
Lame : En fait quand j'ai écrit cette nouvelle c'était pour un atelier avec thème imposé, et le thème était "plus rien ne sera comme avant". Donc j'ai voulu finir par ça.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plus rien ne sera comme avant [-15]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plus rien ne sera comme avant [-15]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: