Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CC n°54

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4801
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: CC n°54    Sam 13 Mai 2017 - 21:28

COUCOU

Vous avez de 21h30 jusqu'à 22h30 très exactement pour nous pondre un écrit de votre choix sur l'un de ces trois thèmes ! :ffmental:



Un être né du feu

ou

Charge mentale

ou

Linkin Park - Lost in the Echo
http://vocaroo.com/i/s0YYwiogcrtQ




Bonne chance oui

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Dragon Dae

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 233
Date d'inscription : 16/04/2016

MessageSujet: Re: CC n°54    Sam 13 Mai 2017 - 22:13

Mes parents disent souvent que je suis né du feu ; c'est leur plaisanterie préférée, d'ailleurs. Ils affirment que le feu a joué un rôle essentiel, pour ma conception comme pour ma naissance...

Quand j'ai été conçu, ça faisait des années qu'ils essayaient d'avoir un bébé. FIV, don d'ovule, don de sperme, ils avaient tout tenté. La science était incapable de leur dire pourquoi ça ne marchait pas : les spermatozoïdes de mon père étaient au-dessus de la moyenne, l'utérus de ma mère en parfait état. Alors ils ont fini par renoncer.

Et puis un soir, quelques semaines plus tard, il y eut une panne d'électricité. C'était généralisé à tout le quartier ; les voisins n'avaient pas de courant non plus, les lampadaires ne fonctionnaient pas. En plein mois de février, autant dire qu'il faisait froid ! Heureusement pour eux, mes parents avaient une cheminée. Alors pour avoir chaud, ils ont fait un feu, et ils ont étendu une couverture devant pour ne pas dormir dans une chambre sans chauffage. Ils ont aussi allumé des bougies un peu partout dans le salon, pour s'éclairer, et ils ont dîné 'aux chandelles', comme ils disent.

Je ne sais pas ce que les chandelles et les feux de cheminée ont d'aphrodisiaque, mais ça a dû les inspirer, parce que j'ai été conçu ce soir-là, à la lumière du feu – les bougies avaient été éteintes entre-temps. Mon père, qui aime bien me dégoûter, blague souvent qu'il ne manquait que la peau de bête pour faire film porno.

Pas d'histoire de feu pendant la grossesse, enfin pas directement. Mais il paraît que j'aimais beaucoup la chaleur, et que je ne bougeais jamais autant dans le ventre de ma mère que quand elle était au chaud. Par contre, c'est le jour de ma naissance qui est particulièrement lié au feu...

Ma mère était enceinte de neuf mois, et je ne voulais toujours pas sortir. Les médecins commençaient à envisager de déclencher l'accouchement de façon artificielle, disant que si je grossissais trop la naissance serait dangereuse pour elle. Un poids pareil à porter 24/7, forcément, ça épuise. Donc elle passait beaucoup de temps à dormir.

Jusqu'au jour où elle s'est réveillée en sentant une odeur de fumée. Elle s'est levée pour aller voir d'où ça venait, et a trouvé la cuisinière en flammes. Apparemment, elle avait oublié de l'éteindre après avoir préparé le dîner.

Passé le premier moment de panique, ma mère s'est bien gardée de s'approcher du feu – pas question de prendre le risque de se brûler, ou de s'asphyxier (et moi avec) avec la fumée. Elle a fermé la porte de la cuisine pour que la fumée ne se répande pas partout, et elle a appelé les pompiers.

« Bonjour, pouvez-vous envoyer quelqu'un au 6 rue de l'Abreuvoir, s'il vous plaît ? Ma cuisinière a pris feu... »

C'est alors qu'elle a senti quelque chose couler entre ses jambes. Sans perdre son calme, elle a ajouté :

« Et envoyez aussi une ambulance, s'il vous plaît. Je viens de perdre les eaux, je dois aller à l'hôpital. »

Fan de la chaleur jusqu'au bout, c'est ce mini-incendie qui m'a poussé à sortir. En tout cas, c'est ce qu'affirment mes parents ; les médecins, plus prosaïques, disent que c'est le choc qui a fait perdre les eaux à ma mère. Quoi qu'il en soit, mes parents ont trouvé très drôle de m'appeler Iblis, comme le personnage de Sonic, et d'affirmer pendant tout ce temps que j'étais 'un être né du feu'.
Revenir en haut Aller en bas
Titi

avatar

Féminin Lion Messages : 459
Date d'inscription : 29/06/2016
Localisation : Dans la région de la cancoillotte :la:
Humeur : Ça dépend

MessageSujet: Re: CC n°54    Sam 13 Mai 2017 - 22:22

(linkin park)
-----

J’ai vu dans ton regard le désespoir. Je l’ai perçu. Je l’ai senti. Tout comme ton cœur, battant beaucoup trop vite. Trop vite. Le temps passait à la fois trop vite, et trop lentement. Tu souffrais. Cette saleté à atteint ton cœur. Maman a précisé qu’il y avait aussi les poumons. Combien de temps aurais-tu tenu ? Le vétérinaire ne te donnait même pas deux semaines. Tôt ou tard le crachat de sang aurait été annonciateur de la fin.
Je me souviens encore du regard que tu avais. J’étais revenu de train. Je savais que je ne pourrais te voir qu’une heure et demi. Une heure et demi seulement. Je me suis dépêchée de manger le repas préparé pour rester le plus longtemps possible auprès de toi. Je savais que c’étaient nos derniers instants. Que je ne te reverrais plus jamais, à part dans mes souvenirs nostalgiques.
Je me souviens du jour où je t’ai vue au chenil avec mon père. Tu étais avec tes frères et sœurs, dont Cassiopée et Cyrus. Tu étais vive, pleine d’énergie. Je me souviens de ton arrivée à la maison. Tu avais dévoré les croquettes de ta gamelle et de celle de l’autre chien. Je me souviens de certains jours, où je rentrais la première, et où je te promenais dans le village. Je me souviens des peluches de ma sœur, du chargeur téléphonique, des chaussures que tu avais détruites. Je me souviens qu’une fois il m’a fallu aller acheter des nouvelles baskets avant le cours de sport du lendemain. Je me souviens de toutes les fois où tu réclamais des caresses en posant ta tête sur nos genoux. Toutes les fois où accompagnée de la nouvelle chienne, vous gambadiez dans la neige d’hiver du jardin. Tant de souvenirs qu’il serait impossible de tous les énumérer.
Je me souviens surtout de ce samedi 06 mai 2017, 14h00, où ma mère et toi avez quitté le seuil de la porte. Je me souviens avoir entendu l’autre chienne hurler à plusieurs reprises, telle une louve à qui on aurait arraché la sœur. Je me souviens avoir pleuré. Je me souviens avoir eu mal. Très mal.
J’ai encore mal. Je n’oublie pas. Je n’oublierai jamais ces 10 ans. Cassie. Je t’aime.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Les mercredis, 21h30 environ (heure française), à partir du 1er novembre, j'animerai les CC.
Vous êtes libres de m'envoyer (ou non) vos suggestions par mp (ou sms, ou messenger).


CDF :la:
Mon signe distinctif est ♫
Mes catégories assignées sont : Poésies, Chansons, Chamarrés


-
"Je leur rendrai ce grand service parce qu'on ne me l'a pas rendu à moi." (Philippe Labro - Les cornichons au chocolat)

-
Tous mes sens charmés
Hypnose et divins délices
J'aime les haïkus
Revenir en haut Aller en bas
http://je-seme-des-poemes.skyrock.com/3113348789-Index-des-poeme
Alton

avatar

Masculin Lion Messages : 432
Date d'inscription : 12/04/2015
Localisation : La taverne la Pomme de Pin
Humeur : Eh Chaussette !

MessageSujet: Re: CC n°54    Sam 13 Mai 2017 - 22:30

Mes salutations les plus clinquantes, bon baj je poste, mais je suis forfait de toute façon ! Je voulais présenter une épée éclat, née du feu de la forge. Mais bon c'est une idée à la con eut 10 min avant la, je suis pas convaincu et c'est pas fini donc voilà !

Brouillon pourrie !

Héros solitaire dans les ruines de la cité,
Ferveur rougeoyante sous une cape de jais,
Seul face au monstre ailé, tyran de braise et d'écaille.
Bottes usées contre le sol fumant,espoir de toute un peuple avec lui.
Main gantée de cuir et d'acier sur le pommeau de sa lame
Éclat.


Deux siècles de paix et reconstruction,
oublié les héros du passée et leur fardeau de flamme et de fracas,
Oublié les démons despotes, les seigneurs avides de sang.
Rangés les épées et lances, puisse la rouille les faire tomber en poussière.

Puis par le nord revient le sombre monarque,
Âmes, spectres et damés dans ses pas,
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CC n°54    

Revenir en haut Aller en bas
 
CC n°54
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Compétitions :: Défis :: Les défis Tic-Tac-
Sauter vers: