Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CC n°60

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4621
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: CC n°60   Sam 8 Juil - 21:25

BONJOUR A TOUS ! Nous voici réunis pour un nouveau Chrono-Challenge ! Vous avez de 21h30 à 22h30 tr-s exactement pour nous pondre un texte/poème/ce-que-vous-voulez sur l'un (ou plusieurs) des thèmes qui vont suivre !

Et comme c'est un CC spécial en tant que numéro 60, le premier thème sera :




N°666


ou


La tapette à mouches
(on l'avait dit au camping, eh bien oui, c'est enfin l'heure de la tapette à mouches)


ou






Vous réclamiez des thèmes sur des univers et des genres différents ? Ben voilà. Bon courage AHDE Que le meilleur gagne !

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Jugement

avatar

Masculin Taureau Messages : 229
Date d'inscription : 07/07/2016

MessageSujet: Re: CC n°60   Sam 8 Juil - 22:22

(j'avais pas d'inspiration franchement les thèmes données ne m'évoquaient rien)
Tout les jours, je me réveille. Chaque jour est le même. Je déjeune, j'vais me brosser les dents et puis ensuite je me dirige vers le poste de police. Je travaille jour et nuit je suis comme un hibou je ne peux dormir de nuit et de jour je suis occupé. Protéger et servir, tel est notre devise. Mais comme la nuit le poste est plus sombre que l'on peut penser. Les gens que je côtoie sont loin d'être des hibou comme moi. Ils n'assurent aucunement la sécurité si ce n'est la leur. Voir tout cela chaque jour me donne envie de vomir, mais je dois rester fort pour nourrir mes petits. Même si le poste de police me dégoûte je dois garder un oeil ouvert. Je leur permet de faire leur petite magouille mais jamais les plus grosses. Cette corruption à l'état pur me lacère le coeur. La promesse que j'ai faite celle d'aider les autres et de ne jamais abuser de mon pouvoir.. Cette promesse en laquelle j'accorde tant d'importance.. Elle ne veut donc rien dire pour les autres ? Moi qui tente de faire mon boulot, je suis toujours mal vu par tout le monde:Les jeunes, les vieux, les adultes. Être flic c'est ingrat. Jamais de reconnaissance à cause des erreurs, de la corruption des autres. Constamment en état de stress jamais sûr de ce qui peut se passer. J'ai vu des horreurs dans ma vie et j'aurais besoin d'un psychologue. Mais même si je râle en écrivant ses lignes je m'efforce d'ouvrir la portière, de démarrer la patrouille et rendre les rues sûr pour mon prochain. Parce que, même si je déteste me faire critiquer et me faire passer pour un faquin de première, que la pression est énorme et que je sanglote souvent la nuit, je continue de me dévouer à mon emploie. J'avais préparé un dossier contre un gros baron de la drogue, et vous savez quoi ? Jamais il n'a été arrêté. C'est drôle comment la justice est faite quand même hein? Vous savez quoi ? De toute façon, jamais cela ne changeras.. Les gens changent oui mais toujours négativement jamais un nuage devient un soleil.


------------------------------------------------------------------------------------------------
"This world will always judge"
Revenir en haut Aller en bas
Alwine

avatar

Féminin Scorpion Messages : 181
Date d'inscription : 25/05/2016

MessageSujet: Re: CC n°60   Sam 8 Juil - 22:31


   
N°666




   

   

           

   
   — Je peux pas ce soir, il faut que je me lave les cheveux.
La voix perçante de Déborah s'élevait depuis sa chambre, partageant avec le reste de la maisonnée ses problèmes d'adolescente. N°666 s'arrêta un instant sur le pallier, fit des grimaces dans le dos de la jeune fille puis repartit silencieusement. Il détestait les heures qu'elle passait au téléphone, car celui-ci grésillait affreusement, et avait songé plusieurs fois à sectionner le fil électrique reliant le manoir où il était attaché au reste du monde, afin de ne plus avoir à entendre ce bruit désagréable. Malheureusement, il n'y avait qu'un seul petit problème pour exécuter son plan : n°666 était un fantôme.
Il n'était pas un spectre banal pourtant. Étant le 666ème du manoir depuis que ce dernier avait été construit, il avait le malheur d'être le seul visible par les humains qui y habitaient. Cela avait amené des situations peu agréables : par exemple, une des familles ayant habité là avait fait appel à un nombre si élevé de charlatans en tous genre pour se débarrasser de lui qu'ils avaient fini en interdit bancaire et qu'ils avaient été forcés de vendre le manoir pour renflouer leurs dettes. D'autres, plus désireux de faire les choses eux même, avaient acheté divers pièges à fantômes et se baladaient en permanence avec des objets sensés repousser les spectres, sans aucun succès. Ils avaient fini par revendre le manoir faute de pouvoir y déloger l'indésirable.
Pourtant, la famille ayant racheté le manoir (la troisième en moins de cinq ans), les Fougerouse, était différente des autres. Aucun des quatre humains ne paraissaient contre le fait de partager leur maison avec un fantôme. Plus surprenant encore, le chat qui était arrivé avec eux, Léonard, avait prit l'habitude de le suivre et de piquer des sommes à ses côtés comme s'il était un véritable compagnon. N°666 ne comprenait pas ce comportement et avait tenté de les faire partir : il avait déjà 665 autres fantômes à gérer, chacun d'entre eux lui demandant de faire passer divers messages aux humains pour qu'ils avertissent leur famille que tout allait bien pour eux. Cependant, n°666 était réticent à interagir avec les humains : il avait déjà tenté de devenir ami avec un des anciens habitants du manoir, mais ce dernier avait fini par lui faire un sale coup et le fantôme ne voulait plus jamais revivre ça. Il avait donc essayé plusieurs choses pour faire partir les Fougerouse.
Tout d'abord, il avait poussé des hurlements déchirants en pleine nuit en agitant ses chaînes fantomatiques, ce qui avaient poussé chaque humain à se doter de boules quies pour continuer à dormir en toute tranquillité. Fou de rage en constatant cet échec cuisant, n°666 avait réussi à briser des vitres en passant à travers à toute vitesse, mais les parents Fougerouse avaient trouvé la parade en les remplaçant par du plastique transparent extrêmement résistant. Déterminé à leur mener la vie dure, le fantôme avait trouvé le moyen d'allumer toutes les radios sur des stations différentes et à mettre le volume à fond durant la journée. C'était un des coups qu'il avait le plus apprécié, ayant toujours adoré la musique lorsqu'il était encore en vie. Cependant, les radios furent remplacées par des chaînes hi-fi au fonctionnement si compliqué que n°666 n'avait jamais réussi à les allumer. Il s'était donc résigné à leur faire peur en surgissant de nulle part lorsque quelqu'un était sous la douche. Cela avait fait son petit effet les dix premières fois, puis la famille Fougerouse avait décidé de prendre ses douches à l'extérieur du manoir en attendant de trouver un matériau empêchant le fantôme de s'infiltrer dans la salle de bain, privant n°666 d'un rare plaisir - les douches lui avaient beaucoup manqué.
Un jour, alors que n°666 errait dans le salon principal du manoir à la recherche d'une idée pour faire partir cette famille indésirable - les autres fantômes ayant accepté pour une fois de le laisser tranquille, il tomba nez à nez avec une des amies des parents Fougerouse. Celle-ci poussa un hurlement si perçant qu'il crut que ses tympans fantomatiques avaient lâché. Cependant, la mère avait fini par calmer la femme avec une phrase qui avait laissé le spectre bouche-bée :
— Ne t'inquiètes pas Jeanne, c'est juste le fantôme. Il est farceur mais totalement inoffensif.
N°666 se sentit atteint dans sa dignité : farceur, lui ? Il voulait simplement qu'on lui rende son manoir et qu'il passe la fin de ses jours… enfin, jusqu'à ce qu'il trouve un moyen de trouver le repos. En attendant, comment se faisait-il que la mère le considérait comme rien d'important ? Ressassant de noires pensées, le fantôme alla s'installer dans un coin du jardin, là où aucun des membres de la famille ne pourrait le déranger. Cependant, c'était sous-estimé le potentiel du petit dernier, Jérémie, 8 ans.
— Oh, Mr le fantôme !
N°666 sursauta si fort qu'il se retrouva dix mètres en l'air. Cherchant de tous les côtés, ses yeux tombèrent sur le petit Fougerouse, apparut comme par magie à côté de l'endroit où il se trouvait, et qu'il fusilla du regard. Qu'est-ce qu'il fichait ici ? Il ne pouvait même pas être tranquille ? Jérémie, qui n'était pas idiot, interpréta correctement le comportement du fantôme.
— Je veux pas te faire peur. Je veux juste jouer avec toi, je n'ai pas d'ami à l'école. Tout le monde me dit que les fantômes n'existent pas et ils me laissent tout seul.
Le visage du petit garçon prit un air si triste que n°666 fut touché. Le fantôme redescendit lentement jusqu'au banc où il était installé en gardant une distance de sécurité.
— Je sais que tu peux pas parler. Tu veux bien jouer avec moi ? J'ai trouvé un jeu dans la bibliothèque, mais Deb est méchante, elle ne veut pas jouer avec moi.
N°666 haussa un sourcil en voyant le titre du jeu de société : effectivement, c'était pour les moins de 6 ans. Cependant, Jérémie semblait être si heureux de partager enfin quelque chose avec quelqu'un que le fantôme n'eut pas le coeur de s'en aller. Il le laissa donc joyeusement expliquer les règles, que le petit garçon inventait pour l'occasion car il avait toujours des difficultés pour lire, et ils commencèrent à jouer. Ce ne fut que lorsque la voix de la mère de Jérémie retentit dans le jardin qu'ils cessèrent leur partie.
— Jérémie ? Où es-tu ? C'est l'heure de manger !
— Hm, j'ai faim !
Le petit garçon sauta sur ses pieds puis ramassa maladroitement les cartes. N°666 le regarda ranger avec application le matériel en souriant.
— Merci d'avoir joué avec moi Mr le fantôme ! Je reviendrais te voir avec plein de bonnes choses !
Jérémie lui fit un signe de la main avant de se ruer vers la maison. Le fantôme lui rendit son signe, mais celui-ci avait déjà disparu à l'intérieur. Il prit alors conscience que le soleil était en train de se coucher et qu'il n'avait même pas songé à un seul plan pour se débarrasser de la famille. N°666 s'interrogea longuement puis haussa les épaules avant de s'élever dans les airs sous les moqueries des autres fantômes, qui avaient observé tout l'après midi le jeu avec Jérémie. Peut-être que les Fougerouse n'étaient pas des habitants si mauvais après tout.
   
   
   

------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour retrouver mes textes : #TextesDAlwine


Dernière édition par Alwine le Sam 8 Juil - 22:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
flocon

avatar

Féminin Taureau Messages : 46
Date d'inscription : 06/06/2017
Localisation : perdue en Hiver
Humeur : désespérée par le monde qui l'entoure

MessageSujet: Re: CC n°60   Sam 8 Juil - 22:33

finalement j 'ai pris la tapette à mouche


Il fait sombre, l'obscurité règne sur l'univers qui m'entoure. Cela fait si longtemps que je n'ai pas vu le soleil, sa lumière éclatante qui à le pouvoir de dévoiler tous les secrets cachés dans les ténèbres.
Ses même ténèbres qui ont plongé cette cabane et tous ses trésors dans les profondeur de l'oubli. Tous ces objets qui ont un jour été indispensable à la survie d'une personne, dorment aujourd'hui paisible entassé sur des étagère ou dans des malles.
Ces sabres, ces couteaux et toutes ces épées qui n'ont jamais eu d'autre but que de donner la mort, de répandre le sang et la haine.
Cette cabane rassemble les plus grands voleurs d’âmes, ces objets qui ont dérobé plusieurs dizaines de vie chacun et qui sont condamnés à rester dans ce paradis où la poussière a fini par découvrir ces héros de l'Histoire.
Je suis comme ces lames faites de fer et d'acier au bord autrefois tranchant aujourd'hui émoussé.
J'ai mis fin à des centaines de vie, peut être même plus, mais je ne pense pas avoir ma place parmi tous ces soldats de guerres qui ont vu les champs de batailles et qui en sont revenu.
Je ne suis qu'une simple tapette à mouche.

------------------------------------------------------------------------------------------------
* * * * *
* * * * *

Je suis un flocon de neige solitaire
Délaissé par mes pairs, abandonné
Dans une région où le soleil règne en maître
Sous ce ciel bleu infini qui n'a jamais vu l'hiver
Je vis en espérant voir le jour où virevolteront
dans ce ciel tristement bleu de doux cristaux de glace


*    *    *   *    *


Dernière édition par flocon le Sam 8 Juil - 22:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nain Fougère
Créateur Uchronien
Créateur Uchronien
avatar

Masculin Vierge Messages : 398
Date d'inscription : 03/10/2016
Localisation : Quelque part dans un monde nouveau !
Humeur : Subjectivement Suprême.

MessageSujet: Re: CC n°60   Sam 8 Juil - 22:33

Le premier thème è-é

Forgeur Corrompu.


     Ça fait des heures durant que nous avançons dans la neige en perçant telle une foreuse avec nos trains de guerre. Pour cette bataille, nous avons pu établir un semblant de paix entre les descendants, êtres félins aillant quatre bras et une intelligence prodigieuse, et les humains, possédant la magie, pour affronter la mort elle-même ensemble.
     Quand j'étais jeune, j'ai lu un livre avec des légendes plus épiques les unes que les autres. L'une d'elle parlait d'un Dieu déchu qui ravagerait notre monde pour établir un âge de ténèbres et asservir les vivants, comme les morts. Il était appelé le "Malin", "Satan", le "Diable", ou encore "666", le nombre maudit... Dans cette histoire, on dépeignait un monde rongé par les flammes, le chaos, l'injustice, la maladie, etc...
     Aujourd'hui je me rends compte que les horreurs de cette légende sont en train de se produire, mais c'est le froid qui vient tout nous prendre... Nous sommes dans un monde désolé, presque rien ne vit et le froid s'intensifie plus chaque jour depuis trop longtemps. Je n'ai jamais ressenti la chaleur depuis ma naissance, je ne connais que le gel, le nez qui coule, les mains qui tremblent, les engelures douloureuses et l'appel quasi constant du sommeil sans réveil... Et maintenant, une créature aussi grande qu'une montagne pourfend la mort pour s'éveiller et venir nous prendre.
     Une secousse m'extirpe de mes pensées. L'atmosphère est tendue, tout le monde se cramponne à une une tourelle et tend l'oreille en redoutant le signal qui viendra nous prévenir de notre dernier combat. Je regarde par l'ouverture de ma tourelle qui sur la gauche du wagon, en face de moi, le Magesti HV200 s'avance à la même vitesse que nous. Prodigieux train de guerre humain, ils fonctionne entièrement à la magie.
      Je me retourne, par l'ouverture de la tourelle droite, j'aperçois l'US 2000. Un train monstrueux créé par les descendants les plus vicieux que ce monde ait connus, jamais aucun échec, une marrée de morts après chacun de leurs passages... Leur technologie me donne des frissons. Cette chose ne touche même pas le sol alors qu'ils n'ont pas de magie !
     Je n'avais pas remarqué, mais il fait de plus en plus sombre alors que la nuit est encore loin devant nous. Au même moment l'alerte est donnée, l'interphone s'allume dans la foulée et la voix grave et usée de notre mentor Nathaniel s'élève avec force.
     - Le Forgeur est en face de nous, tenez vous prêts ! Contact dans 36km.
     Mais, c'est impossible... Visiblement, à en juger le regard interrogateur de tout le monde je ne suis pas le seul à trouver ça bizarre.
     - 36km ? Comment on peut voir une cible d'aussi loin ? s'écrie un homme.
     - Le Forgeur est un Crolme. Le Créateur lui-même lui a donné vie. Les Crolmes font la taille de vraies montagnes d'après Nath... fait remarquer une femme.
     - Ils disait ça comme une image pour qu'on comprenne à quel point c'est dangereux, répond-je.
    - Vérifions en montant ? S'il est aussi grand qu'on le dit, on devrait le voir depuis des kilomètres à la ronde, suggère une autre femme.
     Après un moment d'hésitation, l'homme qui a pris la parole en premier sort et monte à l'échelle pour passer sa tête au dessus du wagon. Soudain un cri de stupéfaction mêlé d'effroi retentit.
     Tout le monde se précipite pour voir ce qu'il se passe dehors. Je monte à l'échelle, il s'est arrêté de neiger et le ciel se teinte petit à petit d'un gris sombre mêlé de pourpre. Il va neiger du violutium, ce poison violet... il me faut mon masque à gaz.
     Arrivé en haut de l'échelle, je regarde en face de moi. La première chose que je vois ce sont les centaines de trains de guerre différents qui avancent avec nous au même rythme, mais je ne vois rien à part...
      La peur s'empare de moi, jamais nous ne gagneront cette bataille, on court au suicide !... Une larme de détresse s'échappe de mon œil malgré moi. Au loin, une masse immense dont le sommet perse un plafond nuageux bouge dans notre direction. Autour d'elle on distingue difficilement une sorte de marrais noir très active. Comme si un gigantesque incendie noir ravageait le sol... On s'approche à toute vitesse, on est quasiment dessus.
     - C'est de la folie !!! m'écriai-je désespéré. Fuyons !
     - Il est trop tard pour faire demi-tour et où qu'on aille cette chose nous retrouvera toujours... lâche une femme incapable de détourner le regard de l'horizon funeste.
     - Contact dans 15km, tous à vos postes ! s'écrie Nath dans l'interphone.
     Tout à coup, un bruit métallique sur ma droite détourne mon attention, l'US 2000 est en train de déployer un énorme canon recouvert de plaques métalliques rouges, presque aussi-tôt un flash ébloui suivi d'un déluge de détonations. Tous les canons longue portée des trains de guerre, qu'ils soient magiques ou de technologie descendante, tirent en rafale sur l'immense créature qui se trouve presque au dessus de nous tant elle est grande.
     La bataille contre le fléau 666 a commencé.

------------------------------------------------------------------------------------------------
~L'Étrange Nain Fougère~


Dernière édition par Nain Fougère le Sam 8 Juil - 22:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/LeRevateur/?ref=aymt_homepage_panel
Poulpie

avatar

Féminin Poissons Messages : 56
Date d'inscription : 30/06/2016
Localisation : Je me suis perdue quelque part dans l'océan
Humeur : Comme si j'étais un poulpe!

MessageSujet: Re: CC n°60   Sam 8 Juil - 22:34

N°666

Il courait, glissant silencieusement dans la forêt sombre. Les feuilles dentelaient la lumière de la Lune sur le sol et les oiseaux s’envolaient au son de sa respiration haletante. Les troncs humides et la pluie fine rendaient l’air lourd, et l’odeur de la terre fraichement retournée avait déjà imbibé ses vêtements. Et lui courait, seul élément perturbateur dans ces bois majestueux et sur ce magnifique territoire qui n’appartenait pas encore à l’Homme.

Ses yeux rougis par les larmes et ses cheveux ébouriffés lui donnaient un air fou alors que ses vêtements sobres et propres laissaient croire qu’il vivait bien. Ses bras étaient maigres et ses mains, fines comme celles d'un pianiste, étaient liées. Si quelqu’un l’avait vu dans cet état ce soir-là, il l’aurait comparé à une proie terrifiée s’échappant d’un fauve affamé. Et ce fauve, en vérité, était un pion, un surveillant de l’Orphelinat. Il le poursuivait, ne cherchant pas le jeune garçon, mais bien la proie, le sujet n°666, en fait.

(c'est court mais écrit en 10 minutes)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Le bia dominera le mondeeeeeuh!
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4621
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: CC n°60   Sam 8 Juil - 22:45


------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CC n°60   

Revenir en haut Aller en bas
 
CC n°60
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Compétitions :: Défis :: Les défis Tic-Tac-
Sauter vers: