Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Drôld'oizo

avatar

Masculin Bélier Messages : 36
Date d'inscription : 10/12/2016
Localisation : Dans une réalité subjective
Humeur : Bizarre

MessageSujet: Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]   Ven 25 Aoû - 2:00

Le Câble -Prologue + Chap 11 (publication sur fond blanc)
Le Câble - Chapitre 2

Le Câble


Prologue


      Assis sur un tabouret en plastique bon marché, Phil le parano sirotait, du bout de ses lèvres desséchées par la chaleur ambiante, la bière qu'il avait commandé il y a maintenant cinq heures. Il s'hydratait ainsi afin d'obtenir une place à durée limité, à l'abri des rayons ultra-violet qui sévissaient cruellement à ce moment-là, dans un vieux bouiboui crasseux appelé le « Harvey's Club ».

Les lieux étaient remplient d'augmentés, des humains fanatiques de prothèses cybernétiques, au grand désarroi de Phil le technophobe. Malgré tout, cette vieille cabane à cyborgs au rabais, pensait-il, a ces petits charmes, comme le rob-bar qui servait des blagues vaseuses de qualités aux piliers de comptoir, ou comme la bière qui, à défaut d'être coupé à l'eau croupie et d'être tiède, ne contenait aucune trace d'essence, contrairement aux bières servies dans les autres bars miteux du niveau inférieur . Mais, s'est en essayant de relativiser sur son enlisement qu'il se reprit à épier les « chiens déguisés en boites de conserves », qui buvait autour de lui. Il se mit à songer à eux, c'était devenu un de ces pêchés mignons. « Ce sont tous des paumés de la Nouvelle Vague, ils ont de la came technologique à la place des organes. Y a plus rien à faire pour eux, ils ne forment plus qu'un tas d'abrutis parasités par une intelligence mécanique qui finira par les détruire. » Puis, retrempant ces lèvres dans le liquide brunâtre et presque chaud, il détacha son regard des augmentés qui lui faisaient face, et se mis à rembobiner son passé.

Cela faisait vingt ans qu'il avait perdu son poste de PDG chez Robz industries, une vielle entreprise qui possédait le monopole sur la vente et la fabrication des robots et des prothèses cybernétiques ; vingt ans qu'il passait ses journées, caché dans ce « trou à rats amputés et rafistolés », à observer des « zombies court-circuités gobeur de diodes » et à déguster de délicieux « cocktails à la merde » ainsi que de « la boue coupé à l'eau et à la pisse d'ivrogne ». Son licenciement s'était fait sous le feux des zap-flingues ; il était le seul a avoir survécu à l'attaque, tout les autres employés et employeurs ont été désintégrés, le bâtiment lui même n'existe plus. Le raid mené par leur opposant commercial n'a rien laissé à la postérité, aucuns documents ni données, tout a été annihilé, tout, sauf lui. Il ne pouvait s'imaginer la mort atroce dont ont périt les premiers ; une bombe à impulsions ondulatoires électroniques avait explosé dans le centre du bâtiment, plongeant tous les ouvriers et employés dans une frénésie sans nom, grillant la totalité des circuits électriques reliées à leur encéphale. Leurs connexions synaptiques durent s'embrasser une à une, avant qu'ils n'atteignent le seuil incontournable de la mort cérébral, essaya-t-il de concevoir.

Il tenta aussi, avec autant d'aisance qu'un vieux atteint d'alzheimer, de se rappeler comment il survécut à cette « assimilation » ; tous les PDG de la compagnie avait été réunis ce jour là. Le siège de l'entreprise, qui était aussi le centre industrielle, était plein à craqué, et, en y réfléchissant bien, Phil le complotiste pensa que l'assimilation avait été calculé ; la date de la réunion, l'heure de l'explosion, l'emplacement de la bombe, tout semblait avoir été anticipé par un tiers, et cela ne lui plaisait pas.

Il était arrivé en retard ce jour-ci, se souvenu t-il, il avait passé la veille à « apprécier les joies de ses gains » et c'était réveillé en dehors du système solaire, sur la station stellaire XKRI. Cette « sauterie à but lucratif » lui avait coûté son porte-feuille ainsi qu'une majeure partie de ses habits, et s'est en émergeant, dans les poubelles d'un bar à sex-bots, le nœud dans les ordures, qu'il s'était rappelé ses obligations. Mais ses efforts pour rejoindre les siens s'étaient avérés inutiles ; il avait trouvé difficilement un chauffeur enclin à le ramener sur Terre, le seul caleçon qu'il eût pour vêtement et le peu de salive qui lui restait pour l'identifier n'y aidait pas, mais il réussit malgré cela à se faire accepter et embarquer, trop tard, sur son lieu de travail.

Il avait atterri sur ce qui devait être l'usine d'assemblage des robots, mais au lieu d'y trouver le bâtiment gargantuesque qu'il honnissait tant, il découvrit un champs de cendres fumantes s'étaler à perte de vue.

Ce jour-ci il se rendit compte, non seulement qu'il errerait en sous-vêtement pendant le reste de ses jours, mais aussi qu'il avait tout perdu, jusqu'au sens même de son existence. Nul ne se souvenez de lui ni de ce qu'avait été Robz industries. Désormais, prit-il conscience, il n'était plus l'ombre de personne puisqu'il n'était plus rien, ou du moins, plus rien dans « cette société de névrosés sado-masochistes bons à produire et manger des coprolithes ». Maintenant il n'était plus que le vieux misanthrope du fond du bar, celui qui mâte tout sans cesse et rit en silence de la mort programmé « de tous ces macchabées survoltés », sans oublier qu'on l'avait à l'oeil.

« Ils savent que je vis encore et que je résistes à leur lobotomie numérique. Mais ici je suis à l'abri, je ne les gènes pas et roule ma bosse pépère comme tous ces débiles semi-mécaniques. » Soudain il observa des particules qui se mouvait sur le mur qui lui faisait face. Il les reconnaissait très bien, « les p'tites mouches qui nous observent » le dévisageaient complètement. « Si seulement ce n'était qu'une impression », rumina t-il en les voyant, maintenant, tourner autour de lui. « Leurs sales petits yeux de curieux n'arrêtes jamais de m'épier, ils ne peuvent pas s'empêcher d'avoir les yeux posés sur moi, ces enfoirés d'minis pervers ! », pensa t-il en portant la substance insalubre et malsaine que contenait son verre, vers l'antre béante qu'ouvrait sa bouche.

Mais, se ravisant sur cette goulée trop hâtive au vue du temps qui lui restait à passé avant le crépuscule, il remarqua qu'on l'espionnait, une fois de plus, ou le reluquait. Une vieille junkie de la Casse lui jetait un regard qui trahissait mille et unes pulsions sexuelles bestiales qui ne demandaient qu'à être assouvie . Soudain il eu envie de vomir lorsque, après s'être retourné pour voir qui « cette guenon édenté » pouvait bien regarder aussi intensément, il comprit qu'il était la cause du sourire sans dents qui se profilait, aussi sensuellement qu'une octogénaire nymphomane, devant lui. Puis quelqu'un entra dans le bar et, par le fracas causé par la porte battante rouillé qui s'abattait sur elle-même, un sourd se réveilla et Phil sortit de sa contemplation.

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Celui qui se fait bête se débarrasse de la douleur d'être homme" Dr.Johnson

Venez lire mes trucs cheers  :

-http://www.encre-nocturne.com/t4813-l-homme-gadoue-18#55142 (Nouvelle pas encore terminée)
-http://www.encre-nocturne.com/t5033-le-reveil#57492


Dernière édition par Drôld'oizo le Mer 20 Sep - 1:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://soundcloud.com/prodmr-bear
Alton

avatar

Masculin Lion Messages : 379
Date d'inscription : 12/04/2015
Localisation : La taverne la Pomme de Pin
Humeur : Eh Chaussette !

MessageSujet: Re: Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]   Ven 25 Aoû - 13:43

Mes salutations les clinquantes !

Bon et ben c'est vachement cool ! :ffmental:

Bon soyons un peu plus précis !

Déjà là tu joues sur les sentiments, en bon shadowrunner que je suis (dans mes rêves ... et pas le lus inspirés) cette ambiance me parle plutôt beaucoup ... le cynisme, la guerre entre entreprise, les cyber-implants ... tout ça je trouve ça génial.

Et il faut bien dire que tu rend toussa vraiment bien, l'ambiance est lourde a souhait, parano, cynique, sombre ... vraiment chapeau pour cette ambiance à couper à l'elctro-scie.

Pour chippoter un peu, c'est très personnel, je pense que tu va parfois un peu dans l’excès de sombreur, (oui ce mot existe ... j'écris bientôt mon dictionnaire qu'on appelera le petit Alton qui ne comportera que 542 mots et le reste de sera que des onomatoppé Mono-sylabique ... mais je m'égare comme trop souvent ... Facepalm2 ).

Le passage avec l'essence dans la bière (sauf si ça a un rapport avec le fait que tout le monde soit a moité robot) c'est peut-être un peu de trop ... (On peut supposer qu'avec une telle techno on peut arriver à faire des filtre un peu efficaces, et si la physionomie n'évolue pas trop dans le futur, les gens ont, les scientifique m'arretront peut-etre, tendance à mourir si on boit de l'essence). Pareil pour ton histoire de fête dans l'espace, outre le fait que si on voyage dans l'espace, ça implique vraisemblablement des tas de trucs qui rendront ton début d'histoire miteux un peu obsolète, imaginer ton perso faire du spatio-stop en slip après une fête pour rentrer au boulot, ça me fait un peu plus penser à une comédie cosmique qu'a l'histoire roman noir avec des yeux bionique que tu veux instaurer au début.

Bon j’arrête de râler, a part ça les thématique que tu instaure sont cool, (seul contre tous, la corruption de cyber-implant ...) et j'ai vraiment envie de lire la suite. Ton perso est aussi hyper attachant. Le cow-boy dépassé par son temps, cynique et désabusé, traqué par tous, c'est un archétype qui me parle, et puis ces expression sont géniales et font ressortir son cynisme (zombies court-circuités gobeur de diodes :niark: ).

Juste pour dire un mot du style, il se lit bien pas grand chose à dire, fait juste gaffe a certaine phrase un peu longue (Notamment la première)

Wala My two cent, je viendrai relire la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Drôld'oizo

avatar

Masculin Bélier Messages : 36
Date d'inscription : 10/12/2016
Localisation : Dans une réalité subjective
Humeur : Bizarre

MessageSujet: Re: Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]   Ven 25 Aoû - 15:46

Merci de m'avoir donné ton avis, ça me fais plaisir de lire que mon délire paranoïaque plait à quelqu'un ^^ Par contre je te préviens que le ton de l'histoire va être assez léger tout le long de la nouvelle, même si, comme tu l'as bien deviné, c'est du cyberpunk.

En faite j'aime bien rire dans la vie, et même si c'est juste pour rire jaune, alors prépare toi a devoir lire des âneries comme le taxi-fusée en slip parce que va y en avoir d'autres ^^

En tout cas merci pour ce premier retour, ça me donne la motivation d'aller jusqu'au bout de cette histoire :ok: Je fais chauffé la deuxième partie et je vais essayer de la servir dans la journée x)

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Celui qui se fait bête se débarrasse de la douleur d'être homme" Dr.Johnson

Venez lire mes trucs cheers  :

-http://www.encre-nocturne.com/t4813-l-homme-gadoue-18#55142 (Nouvelle pas encore terminée)
-http://www.encre-nocturne.com/t5033-le-reveil#57492
Revenir en haut Aller en bas
https://soundcloud.com/prodmr-bear
Drôld'oizo

avatar

Masculin Bélier Messages : 36
Date d'inscription : 10/12/2016
Localisation : Dans une réalité subjective
Humeur : Bizarre

MessageSujet: Re: Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]   Jeu 31 Aoû - 9:04

Bon bah ça aura mit un peu plus d'une journée mais voilà la suite ^^

Chapitre 1

   -Eh salut Phil ! Toujours à siroter cette ignoble mélasse coupé à l'eau de vidange ? Entonna la voix pleine de vanité de l'homme qui avançait, irradiant le bar d'une lueur synthétique qui provenait de son manteau jaune fluo, en jetant un regard hautain sur les yeux, incrédules et cyber-modifiés, qui se posaient sur lui.

-Qu'est ce qui te fais dire que je bois toujours « cette » mélasse, j'en ai peut être commandé une autre depuis la dernière fois, qu'est ce 't'en sais d'abord ? Tu me surveilles, bourgeois de classe inférieur ? Lança Phil, en avalant une gorgée de la boisson fétide qu'il avait tant fait languir.

-Juste une intuition. Je ne suis pas précognitif, mais je connais très bien ton petit jeu ; tu commandes une de ces saletés imbuvables, la moins chère bien sûr, et puis tu t'installe tranquillement dans le fond de ce bidonbar, pour ne toucher ta bière que lors des rares passages du rob-bar. Et tout ça afin de profiter d'un toit, aussi sordide soit-il, où te reposer et te cachés.

Tirant sur le col de son locuteur, Phil souffla à son oreille « Ferme-là abruti, les murs, et même les mouches, ont des oreilles. J'pensais que t'avais bien capté la dernière fois, tu veux me faire griller ? »

-C'est quoi encore ce délire paranoïaque, un énième problème dû à la nanotechnologie ? Plaisanta t-il bruyamment, tout en décrochant la main qui l'étreignait. Mais cette dernière revint à la charge de plus belle,  et cette fois-ci, c'est un déluge de postillon qui rencontra son pavillon. -Boucle-la grand con, on nous écoute j'te dis ! S'époumona Phil, tout en essayant de rester discret devant l'auditoire imaginaire qui se composait sous ses yeux.

Coupant une deuxième fois le lien qui le saisissait, l'homme au manteau fluo s'écarta du visage de Phil et lâcha : -Mouais... Mais c'est pas en restant ici que ça va s'arranger. D'ailleurs, en parlant d'arrangement...

-Combien de fois faut te l'dire pour que t'imprimes ? Je vomis sur ces améliorations cybernétiques ! Tous ces bouts de ferrailles implantés vont déconner un d'ces jours, et c'est tous ces baisés d'augmentés qui payeront leur connerie de transhumanisme.

-Mais non, tu te goures complètement, je veux te parler de réalité virtuelle, pas de prothèse. C'est un tout autre domaine, et je fais le pari que ça va te plaire. Lui dit, en souriant, l'homme en costume fluorescent.

-Tu paris ? Ok Freddy, là tu commences à m'intéresser.

-Je te propose ma maison contre un peu de ton temps ; tu vas venir avec moi et je vais te payer un p'tit saut « de l'autre côté du mur », si cette autre réalité te plaît alors je te refile la propriété de ma baraque. Ça te dis ?

-Bof, tu veux pas plutôt me donner ta femme ? Ta maison je m'en tamponne le carillon, je suis sûr qu'elle est truffée de gadgets à la con, et entre nous, je préfère le vivant à la technologie.

-Ah d'accord je comprend mieux maintenant. Ironisa Freddy, en mimant la compréhension. « C'est pour ça que tu passes tout ton temps dans ce bar, tenu par un robot et remplit d'augmentés qui ont les neurones carbonisés. C'est aussi pour ça que tu vas voir les prosti-bots plutôt que de te trouver une femme en chaire et en os. »

-Oh la ferme, c'est le seul bistro du coin où on peut boire autre chose que du diesel. Et puis je te rappels que les prosti-bots c'est plus rentable, à long termes, que les femmes du niveau supérieur, et pas la peine d'essayer de chercher ici, elles sont toutes augmentés ou édentés. En plus ces boîtes à bonheur, qui sont les seules vraies prodiges de la technologie humaine, acceptent de faire des crédits aux clients réguliers, et mieux encore, elles les fidélises avec des soldes pouvant grimper jusqu'à moins 70% ! Insista Phil en sautant de sa chaise, ravivé par le souvenir de ses offres juteuses.

-Ce que tu voudras, tant que tu m'épargnes les détails glauques de ta vie. Puis, Prenant Phil par le bras, Freddy se retourna en direction de la sortit et dit, surtout pour lui que pour le vieux désabusé qu'il venait d'agripper : « Allons-y maintenant avant que des charognards démembrent ma voiture. »

-T'es con aussi de descendre ici avec ta tire si tu connais les risques. Et puis d'abord, attend moi dehors si ça te chantes mais j'en ai pas terminé ici.

-Comme tu veux mais fais vite, j'ai pas de temps à perdre à t'attendre.

Freddy sortit du bar et Phil avala l'immondice liquide qui traînait encore sur sa table. Puis, se tournant face à la femme qui n'avait pas cessé de le contempler, et serrant toujours le verre qu'il avait dans la main, il se mit à l'insulter : « T'as pas finis de m'mater tronche de babouin lobotomisé ?! Tu veux peut être que je t'enfonce mon point dans la gueule ?! »

-Oh oui vas-y grand fou, enfonce le où ça te plaît ! Je veux sentir ta peau contre la mienne. Lui répondit une voix grinçante, découvrant un charnier dentaire nauséabond.

Portant sa main libre sur sa bouche, Phil projeta son poing droit, le verre toujours empoigné, contre la mâchoire édenté de cette dernière. Un bruit de porcelaine brisé éclata dans la salle, et tout un groupe de curieux aux yeux perfectionnés se remua pour assister à la scène qui venait d'exploser.

-Tu le veux mon poing ?! Et bah tiens prend ça ! Balança Phil en cognant une fois de plus l'être misérable qui gisait à ses pieds.

-Encore ! Encore ! Brise-moi ! Tabasse-moi ! Défigure-moi ! Ricana la chose, visiblement en manque de tendresse, et crachant au passage quelques gerbes de sang ainsi que des dents.

Phil s'arrêta soudainement et se mit à hurler, en fusillant du regard le cercle qui s'était formé autour d'eux :  « Putain, encore plus dingue que ce que je pensais ! Tu mérites même pas que j'te vomisse au visage, ça ne ferais que t'exciter un peu plus j'suis sûr. » Puis, avançant sur la foule « Et vous, bande de décérébrés, vous allez nous fixer encore longtemps ?! Retournez donc vous faire injecter vos merdes virtuelles ! Vous n'êtes qu'un troupeau d'moutons élevé par des firmes commerciales. Les médias sont les chiens gardiens de votre troupeau, et vous passez votre vie à becter leurs conneries avilissantes ! Je vous hais tous ! » Deux cyborgs, chargés de la sécurité du bar, vinrent l'empoigné après lui avoir préalablement assénés, chacun, un uppercut dans l'estomac et un crochet sur le menton. Puis le jetèrent en dehors du bar tout en le menaçant de ne plus jamais revenir. « T'as compris ?! Si on revoit ta sale tronche de déranger ici, on te la feras bouffer avec une paille après te l'avoir réduit en charpie ! »

Phil gisait, à son tour, au sol, irradié par la lumière qui le calcinait. Freddy vint le relever et ne put se contenir de rire sur le sort de ce dernier. « Eh bah on peut dire que tu t'es mis dans de beaux draps l'ami. »

-Ta gueule, j'ai pas besoin de ta condescendance de bourges ! Ramène moi chez toi, j'en ai marre de tous ces connards synthétiques. Demanda Phil en essuyant le sang qui dégoulinait sur ses lèvres.

-Le carrosse de monsieur est déjà avancé. Puis-je vous suggérer de prendre un sédatif pour apaiser cette mauvaise passe ? Renchérit Fred en pouffant de plus belle, désignant du doigt son véhicule anti-gravitationnel, signé Wheinz, constructeur automobile bas de gamme.

 Freddy inséra sa carte magnétique grise dans la fente du tableau de bord, l'appareil se mit en branle et, à l'intérieur comme à l'extérieur, alluma plusieurs voyants multicolores, le faisant briller de milles feux, comme une boule à facettes disco .

-Éteins ça, on y voit plus rien ici ! Cria Phil en se protégeant les yeux de la lumière synthétique, avec ses mains. Puis, tout en s'asseyant sur le siège passager en polystyrène « Ça a dû te coûter bonbon toutes ces ampoules clignotantes, j'me trompe ? »

-Non tu as raison, toutes ces « ampoules » mon coûté un bras, mais c'est nécessaire si je veux que ce vieux tacot soit aux normes. Et donc non, je ne peux pas les éteindre, si je le faisais la police routière me tomberaient sur le coin du bec en moins d'une demie secondes. Lui répondit Freddy en s'attachant, avec la ceinture à scratch du siège pilote, et en actionnant plusieurs boutons devant lui. La voiture commença tout d'abord par trembler, comme si un séisme la secouait, puis, tout doucement, elle lévita à quelques centimètres au dessus du sol, qui devinrent, au bout d'une minute, quelques mètres. Enfin, le Niveau Inférieur se transforma sous leurs yeux, du moins à leur altitude, en un vaste champs de bidonvilles et d'usines s'étirant à perte de vue. « Décidément cette ville me fout vraiment le cafard. Mais d'un autre côté ça me ravie de m'éloigner de cette grosse tache grise toute fumante » Phil détacha son regard du sol et l'orienta vers le ciel ; le sol du niveau supérieur les surplombait tel un nuage de plomb, et ne laissait, à leur vaisseau, que le choix d'y pénétré par l'intermédiaire d'une plate-forme, reliée au reste de l'édifice métallique par d'énormes câbles. « Par contre ça me fout toujours autant les jetons de voir cette foutue plaque en acier de près. Faut vraiment être dingue pour venir vivre en dessous d'un machin pareil, surtout qu'en on s'est qu'elle est maintenu en lévitation par des réacteurs vieux de 100 ans. »

-Je suis bien d'accord avec toi, t'es complètement siphonné vieux. Plaisanta Fred en actionnant des commandes, et en en désactivant d'autres.

-Je te permet pas de me juger, même maintenant je pourrais « monter » avec un meilleur engin ! On a encore de la chance si ton épave arrive à nous poser jusqu'à la station d'atterrissage.

-Je ne te juge pas, je constate, nuance. Regarde, t'as bien voulu me suivre dans ce vieux tacot, et en plus tu vis en dessous, qu'est ce que tu veux de plus comme preuve ? T'es barge mon pauvre, accepte le c'est tout. Renchérit Fred en manœuvrant son atterrissage sur la station, maintenant à quelques mètres en dessous d'eux.

-Pardon ?! Tu veux p'têtre que l'dingue te r'fasses la mâchoire ?! Le menaça Phil en serrant le poing.

-Non, juste qu'il ouvre les yeux. Mais ne t'inquiète pas, tout ira mieux une fois que tu auras fais tes premier pas sur le « Câble ». Tu verras, après ça tu ne souhaiteras plus jamais retourner vivre ta vie ennuyeuse et malsaine, tout te paraîtras nul et triste comparé à ce que tu auras découvert « à l'intérieur ». Phil se mit à rire au éclats et frappa le siège de Freddy plusieurs fois avec sa main. « Merde t'es con, je vais finir par m'étouffer avec tes conneries ! » Puis, adoptant un ton soudainement sérieux « Crois pas que j'te suis pour changer de vie. Non je viens pour gagner ta femme et ta case, point barre. J'ai aucunes cochonnes d'envies de me perdre dans une réalité qui n'en ai pas vraiment une, et encore moins si c'est pour que tu sois sur mon dos H24, capiche ? »

-Je m'en tape la coquille de tes motifs ; tu vas adorer le Cerebro-câblage au point de ne plus vouloir quitter cette nouvelle réalité, c'est tout. Maintenant tais-toi deux secondes je dois aller me signaler à la station.

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Celui qui se fait bête se débarrasse de la douleur d'être homme" Dr.Johnson

Venez lire mes trucs cheers  :

-http://www.encre-nocturne.com/t4813-l-homme-gadoue-18#55142 (Nouvelle pas encore terminée)
-http://www.encre-nocturne.com/t5033-le-reveil#57492


Dernière édition par Drôld'oizo le Jeu 14 Sep - 20:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://soundcloud.com/prodmr-bear
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4631
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]   Dim 10 Sep - 1:48

COUCOU !

Je viens te proposer de copier tout ton début d'histoire dans notre super interface de publication. Elle est accessible grâce au lien "Ecrits Publiés" situé en haut de la page du forum, à gauche dans la barre de la messagerie.
Si tu vas dessus, que tu ouvres une nouvelle publication, et que tu copies ton histoire en la mettant un minimum en page (sauts de lignes etc), cela la publiera de manière lisible et claire, sur fond blanc. C'est plus agréable et plus attractif pour les lecteurs :la:
Le but est de donner envie aux gens de lire et de formuler des commentaires. Ce serait bien que toi et les autres nocturniens, vous commenciez à utiliser cet outil de publication Wink

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Drôld'oizo

avatar

Masculin Bélier Messages : 36
Date d'inscription : 10/12/2016
Localisation : Dans une réalité subjective
Humeur : Bizarre

MessageSujet: Re: Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]   Dim 10 Sep - 12:15

Salut ! :D

Merci du conseil, j'y vais de ce pas ^^

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Celui qui se fait bête se débarrasse de la douleur d'être homme" Dr.Johnson

Venez lire mes trucs cheers  :

-http://www.encre-nocturne.com/t4813-l-homme-gadoue-18#55142 (Nouvelle pas encore terminée)
-http://www.encre-nocturne.com/t5033-le-reveil#57492
Revenir en haut Aller en bas
https://soundcloud.com/prodmr-bear
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4631
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]   Dim 10 Sep - 14:02

Super ! J'ai mis le lien au tout début de ton texte pour ceux qui voudraient :unjournormal:

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4631
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]   Dim 10 Sep - 14:21

Double post coucou !

J'ai tout lu et c'est un excellent début. Tu gères l'ambiance, les détails, les personnages et les coutumes de ce monde futuriste et glauque. C'est vraiment génial bravo Les trucs qu'a relevés Alt ne m'ont pas marquée outre mesure. J'avoue que l'essence dans les bières, c'est pas mal, mais j'aime bien mettre des trucs aussi dérangeants dans mes propres textes de science-fiction, donc moi ça me choque pas, j'aime bien les trucs exagérés AHDE La science-fiction trop réaliste,je trouve ça convenu, alors que quand ça commence à partir plus loin que les limites du monde qu'on connaît, là ça devient vraiment intéressant.

Par contre, lorsque tes paragraphes de description se mélangent à des pensées et à du dialogue de ton personnage, c'est souvent un peu décousu, pas facile à suivre. N'hésite jamais à passer à la ligne, à chaque fois qu'il rumine à voix haute ou qu'il prononce une tirade, pour bien séparer la description et le dialogue. Histoire qu'on s'y retrouve un peu.



EDIT : en fait c'est le Prologue que j'ai lu. Tu aurais pu mettre le premier chapitre dans la publication avec le prologue, tu sais Wink Plusieurs chapitres à la suite c'est encore mieux pour bien suivre l'histoire.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Hartsock
Gardien du GIBET
Gardien du GIBET
avatar

Masculin Bélier Messages : 942
Date d'inscription : 19/11/2015
Localisation : À table, comme toujours.
Humeur : J'ai la dalle!

MessageSujet: Re: Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]   Dim 10 Sep - 14:30

Rien à rajouter, j'aime beaucoup. Continue! Wink
Ps: t'as vu ce commentaire so constructif? AHDE

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hart, le cerf à chaussettes. Pour vous servir

Signe distinctif de chasseur de fautes: µ
------------------------------------------------------------------------
"Dis moi : je t'aime ! Hélas ! Rassure un cœur qui doute,
Dis-le moi ! Car souvent avec ce peu de mots
La bouche d'une femme a guéri bien des maux." VICTOR HUGO

Eh, venez voir ce que j'écris :p
http://www.encre-nocturne.com/t1576p30-pages-jaunes-nocturniennes#60288
Revenir en haut Aller en bas
http://hartsock.eklablog.com/
Drôld'oizo

avatar

Masculin Bélier Messages : 36
Date d'inscription : 10/12/2016
Localisation : Dans une réalité subjective
Humeur : Bizarre

MessageSujet: Re: Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]   Lun 11 Sep - 20:14

Corne : Merci pour ton commentaire ça me fais plaisir de voir que l'excentricité de mon texte plaise :D Et je suis d'accord avec toi, la SF c'est mieux, et parfois même plus poussé, quand ça se passe dans une réalité alternative. Là l'imagination et la connaissance peuvent s'entremêler sans limites, et ainsi créer une infinité d'avenirs ou d'univers possibles, n'ayant comme unique cadre que les bords de notre esprit, si ils en existent vraiment. ^^

Hart : Merci, des commentaires comme ça on en fait plus, ça manque :rire:


------------------------------------------------------------------------------------------------
"Celui qui se fait bête se débarrasse de la douleur d'être homme" Dr.Johnson

Venez lire mes trucs cheers  :

-http://www.encre-nocturne.com/t4813-l-homme-gadoue-18#55142 (Nouvelle pas encore terminée)
-http://www.encre-nocturne.com/t5033-le-reveil#57492
Revenir en haut Aller en bas
https://soundcloud.com/prodmr-bear
Hartsock
Gardien du GIBET
Gardien du GIBET
avatar

Masculin Bélier Messages : 942
Date d'inscription : 19/11/2015
Localisation : À table, comme toujours.
Humeur : J'ai la dalle!

MessageSujet: Re: Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]   Lun 11 Sep - 23:32

C'est gratuit pour cette fois, mais t'y habitues pas trop :p

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hart, le cerf à chaussettes. Pour vous servir

Signe distinctif de chasseur de fautes: µ
------------------------------------------------------------------------
"Dis moi : je t'aime ! Hélas ! Rassure un cœur qui doute,
Dis-le moi ! Car souvent avec ce peu de mots
La bouche d'une femme a guéri bien des maux." VICTOR HUGO

Eh, venez voir ce que j'écris :p
http://www.encre-nocturne.com/t1576p30-pages-jaunes-nocturniennes#60288
Revenir en haut Aller en bas
http://hartsock.eklablog.com/
Drôld'oizo

avatar

Masculin Bélier Messages : 36
Date d'inscription : 10/12/2016
Localisation : Dans une réalité subjective
Humeur : Bizarre

MessageSujet: Re: Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]   Dim 17 Sep - 23:07

Chapitre 2


   L'homme au teint blafard, accoudé sur le comptoir de la station, accueillit Freddy avec un large sourire emplit d'hypocrisie et d'ennui ; « Bienvenue à la réception du Niveau 2, ou, aussi bien nommé, « Le Iumentis ». Que puis-je pour vous ? » Lui servit-il, appliquant ainsi la formule qu'il se devait de respecter scrupuleusement, sous-peine de stérilisation.

-Bonjour, je voudrais un traîneau pour New Heaven s'il vous plaît. Lui demanda Fred, remarquant, tout en parlant, une ombre se faufiler derrière le réceptionniste.

-Pardon ? De quoi vous parlez ? On a pas de traîneau ici. Et puis c'est quoi New Heav...
Avant qu'il n'ait le temps de prononcer ces derniers mots, un son électrique tonna, et l'homme s'écroula, sans faire plus de bruit, sur son comptoir. Un trou, fumant et rouge comme du fer chauffé à blanc, béait désormais à la place de son visage et de l'arrière de son crâne. L'ombre s'effaça soudainement, une femme à crinière dorée, masqué et revêtue d'un sombre uniforme, la remplaça. Elle s'avança de plus en plus, arracha le réceptionniste à son bureau, et s'installa en face de Freddy, encore ébahit par ce qui venait de se produire.

-B-b-bonjour, je voudrais un traîneau pour New Heaven s'il vous plaît. Lui demanda t-il en essayant de reprendre ses esprits.

-Un rouge ou un bleu ? Je vous conseil le rouge, cela me semble plus approprié par les temps qui courent. Lui répondit t-elle courtoisement en posant ses jambes sur l'étal.

-Eh bien, va pour le rouge alors ! Compléta, avec beaucoup d'entrain, Freddy qui reprenait son rôle en main.

-Vous avez fait vite, trop d'ailleurs. Un peu plus et on se manquait, vous avez idée de ce que ça aurait pu engendrer ? Non, bien sûr ! J'imagine que vous vous en beurrez les noisettes de savoir qu'il est primordial de tenir un timing parfait, je me trompe ?! Lui lança, d'un ton colérique, la femme masqué.

-Oh la, tout doux ma belle, du moins j'ose espérer. Pas besoin de crier. J'ai eu de l'avance et alors ? Y a pas mort d'homme à ce que je sache ? Enfin, mis à part lui. Signifiait d'un coup de tête Fred, tout en observant sournoisement son interlocutrice.

-Dis donc tête de nœud, je dois te rappeler que je tiens un désintégrateur ou tu veux juste jouer au con ? Et si, y a mort d'homme; à cause de ta foutue avance j'ai dû éliminer les deux ou trois clampins qui aurait été susceptible de nous voir, y comprit celui-ci. Dit-elle en pointant l'homme troué, reposant au sol.

-Fallait pas les buter si ça te refile des hauts le cœur, poupée.

-Appelle moi encore une fois poupée, et c'est ton cul que je m'en vais transformé en passoire fumante. Maintenant arrête tes conneries et écoute moi bien. Lui intima t-elle en le visant avec son revolver.

-Ok, t'as de bons arguments, je t'écoute, poupée. Plaisanta t-il en esquivant, de peu, un rayon meurtrier.

-Abruti dégénéré ! Qu'est ce que tu fous dans nos rangs bordel ?! Enfin merde, on a déjà perdu assez de temps comme ça. Prend ce bidule et fixe le derrière la console virtuelle, ça devrait empêché notre ami de se « décâbler », lorsqu'il sera brancher au système. Ensuite tu nous appelles à ce numéro et tu nous attends. Peu importe le temps que ça prendra, tu bouges pas. Une fois qu'il sera connecté, tu devras surveiller bébé, au cas où on est pas les seuls sur le coup. On peut te faire confiance ? Tu vas pas faire le con ? Lui demanda t-elle en lui donnant une carte plastifié, sur laquelle été écrit : « Léo & Carol, services de dépannage à domicile. NI (Numéro Identitaire) 777-4747-7474 »

-Bien reçu, chef ! Ironisa Fred avec un salut militaire.

-T'as pas finis de te payer ma poire ?! Allez disparaît. Et ne communique avec nous que si c'est nécessaire. On est pas censé avoir eu de discussion auparavant je te rappelles, donc comme tout à l'heure, tu ne t'adresses qu'en code. Y a pas intérêt qu'on se fasse gaulé par l'ALID (le bureau des Affaires Louches et Inter-Dimensionnelles) ; ils écoutent toutes les ondes de la ville, et ils pourraient, sans aucuns problèmes, nous faire regretter de ne pas être né déformé ou pauvre. Compris ?
Puis, se levant et faisant dos à Freddy, elle dit : « Et t'as pas intérêt à nous vendre ; sois en sûr, tu ne ferais qu'écourter ton bref séjour dans le monde des vivants » Sur ces derniers mots, elle se fonda dans les ombres de la station, et disparut totalement.

En sortant du bâtiment, Freddy tenait encore dans ses mains la machine qui venait de lui être confié, ainsi que la carte en plastique. Il se mit à réfléchir tout en marchant en direction de son auto-anti-gravité.
« Pourquoi cette hystérique était-elle si à cran ? C'est moi qui lui fait cet effet ou c'est l'autre benêt ? En tout cas quelque chose me dit que j'y gagnerai à les dénoncer. Je crois me rappeler qu'on peut encore toucher une prime en remettant à l'ALID des « double-vie », mais je risque aussi de tomber si je fais ça. Non, le mieux serait encore de retrouver leur commanditaire, et de lui remettre le « paquet » moi-même. Ensuite je balance cette poule survitaminée, ainsi que son gus, à la police, et à moi le pognon ! Chic, je vais enfin pouvoir me tirer de cette usine géante, et me payer du bon temps sur la Côte Artificielle. La plage, les filles et aucuns soucis, bref, le paradis ! » Et c'est avec un sourire, étiré jusqu'aux pommettes, qu'il pénétra dans son véhicule et rétablit le contact.

-Pourquoi tu souris comme un con ? Quelqu'un vient de te pomper ou bien ? Lui demanda Phil en le dévisageant avec dédain.

-Oh non, malheureusement. Mais la guichetière avait une bonne grosse paire de jumelles ! Répondit Fred en riant, tout en manipulant le tableau de bord.

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Celui qui se fait bête se débarrasse de la douleur d'être homme" Dr.Johnson

Venez lire mes trucs cheers  :

-http://www.encre-nocturne.com/t4813-l-homme-gadoue-18#55142 (Nouvelle pas encore terminée)
-http://www.encre-nocturne.com/t5033-le-reveil#57492
Revenir en haut Aller en bas
https://soundcloud.com/prodmr-bear
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 4631
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]   Lun 18 Sep - 0:33

COUCOU

Je suis en train de lire ton chap 2 (et j'ai validé la publication et mis le lien dans ton premier message oui )

Par contre au vu de ce que je suis en train de lire, ton roman mérite une balise plus du style [-15] ou [-16], il faudrait que tu changes AHDE

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Jugement

avatar

Masculin Taureau Messages : 232
Date d'inscription : 07/07/2016

MessageSujet: Re: Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]   Lun 18 Sep - 0:48

Juste émerveillé par le talent présent dans le texte. le SF n'est habituellement pas mon genre mais pour cette fois je fais une exception !

Rien à redire.

(excepté que effectivement faudrait mettre -16 pour la balise lel)

------------------------------------------------------------------------------------------------
"This world will always judge"
Revenir en haut Aller en bas
Le Molosse
Habituée de la CB
avatar

Féminin Vierge Messages : 1742
Date d'inscription : 29/12/2015
Localisation : Dans ma chambre
Humeur : Mode Molosse: Off

MessageSujet: Re: Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]   Lun 18 Sep - 9:43

Drôld'oizo a écrit:
Le Câble -Prologue + Chap 11 (publication sur fond blanc)
Le Câble - Chapitre 2

Le Câble


Prologue


      Assis sur un tabouret en plastique bon marché, Phil le parano sirotait, du bout de ses lèvres desséchées par la chaleur ambiante, la bière qu'il avait commandé il y a maintenant cinq heures. Il s'hydratait ainsi afin d'obtenir une place à durée limitée, à l'abri des rayons ultra-violet qui sévissaient cruellement à ce moment-là, dans un vieux bouiboui crasseux appelé le « Harvey's Club ».

Les lieux étaient remplis d'augmentés, des humains fanatiques de prothèses cybernétiques, au grand désarroi de Phil le technophobe. Malgré tout, cette vieille cabane à cyborgs au rabais, pensait-il, a ces petits charmes, comme le rob-bar qui servait des blagues vaseuses de qualités aux piliers de comptoir, ou comme la bière qui, à défaut d'être coupée à l'eau croupie et d'être tiède, ne contenait aucune trace d'essence, contrairement aux bières servies dans les autres bars miteux du niveau inférieur . Mais, c'est en essayant de relativiser sur son enlisement qu'il se reprit à épier les « chiens déguisés en boites de conserves », qui buvait autour de lui. Il se mit à songer à eux, c'était devenu un de ces pêchés mignons. « Ce sont tous des paumés de la Nouvelle Vague, ils ont de la came technologique à la place des organes. Y a plus rien à faire pour eux, ils ne forment plus qu'un tas d'abrutis parasités par une intelligence mécanique qui finira par les détruire. » Puis, retrempant ces lèvres dans le liquide brunâtre et presque chaud, il détacha son regard des augmentés qui lui faisaient face, et se mit à rembobiner son passé.

Cela faisait vingt ans qu'il avait perdu son poste de PDG chez Robz industries, une vieille entreprise qui possédait le monopole sur la vente et la fabrication des robots et des prothèses cybernétiques ; vingt ans qu'il passait ses journées, caché dans ce « trou à rats amputés et rafistolés », à observer des « zombies court-circuités gobeur de diodes » et à déguster de délicieux « cocktails à la merde » ainsi que de « la boue coupée à l'eau et à la pisse d'ivrogne ». Son licenciement s'était fait sous le feux des zap-flingues ; il était le seul a avoir survécu à l'attaque, tous les autres employés et employeurs ont été désintégrés, le bâtiment lui même n'existe plus. Le raid mené par leur opposant commercial n'a rien laissé à la postérité, aucuns documents, ni données,point tout a été annihilé,point tout, sauf lui. Il ne pouvait s'imaginer la mort atroce dont ont périt les premiers > Un peu maladroit comme phrase ; une bombe à impulsions ondulatoires électroniques avait explosé dans le centre du bâtiment, plongeant tous les ouvriers et employés dans une frénésie sans nom, grillant la totalité des circuits électriques reliées à leur encéphale. Leurs connexions synaptiques durent s'embrasser une à une, avant qu'ils n'atteignent le seuil incontournable de la mort cérébrale, essaya-t-il de concevoir. > Ce paragraphe est formulé assez maladroitement je trouve. Ca manque de fluidité. Et en plus, ça va trop vite, je n'ai pas le temps de ressentir ce qui se passe

Il tenta aussi, avec autant d'aisance qu'un vieux atteint d'alzheimer, de se rappeler comment il survécut à cette « assimilation » ; tous les PDG de la compagnie avait été réunis ce jour là. Le siège de l'entreprise, qui était aussi le centre industrielle, était plein à craquer, et, en y réfléchissant bien, Phil le complotiste pensa que l'assimilation avait été calculée ; la date de la réunion, l'heure de l'explosion, l'emplacement de la bombe, tout semblait avoir été anticipé par un tiers, et cela ne lui plaisait pas.

Il était arrivé en retard ce jour-ci, se souvenait-il Je mettrais plutôt quelque chose comme: Il se souvenait que ce jour..., il avait passé la veille à « apprécier les joies de ses gains » et c'était réveillé en dehors du système solaire, sur la station stellaire XKRI. Cette « sauterie à but lucratif » lui avait coûté son portefeuille ainsi qu'une majeure partie de ses habits, et c'est en émergeant, dans les poubelles d'un bar à sex-bots, le nœud dans les ordures, qu'il s'était rappelé ses obligations. Mais ses efforts pour rejoindre les siens s'étaient avérés inutiles ; il avait trouvé difficilement un chauffeur enclin à le ramener sur Terre,point le seul caleçon qu'il eût pour vêtement et le peu de salive qui lui restait pour l'identifier n'y aidait pas, pointmais il réussit malgré cela à se faire accepter et embarquer, trop tard, sur son lieu de travail.

Il avait atterri sur ce qui devait être l'usine d'assemblage des robots, mais au lieu d'y trouver le bâtiment gargantuesque qu'il honnissait tant, il découvrit un champs de cendres fumantes s'étaler à perte de vue > Maladroit.

Ce jour-ci il se rendit compte, non seulement qu'il errerait en sous-vêtements pendant le reste de ses jours, mais aussi qu'il avait tout perdu, jusqu'au sens même de son existence. Nul ne se souvenait de lui ni de ce qu'avait été Robz industries. Désormais, prit-il conscience, il n'était plus l'ombre de personne puisqu'il n'était plus rien, ou du moins, plus rien dans « cette société de névrosés sado-masochistes bons à produire et manger des coprolithes ». Maintenant il n'était plus que le vieux misanthrope du fond du bar, celui qui mâte tout sans cesse et rit en silence de la mort programmé « de tous ces macchabées survoltés », sans oublier qu'on l'avait à l'oeil.

« Ils savent que je vis encore et que je résistes à leur lobotomie numérique. Mais ici je suis à l'abri, je ne les gênepas et roule ma bosse pépère comme tous ces débiles semi-mécaniques. » Soudain il observa des particules qui se mouvait sur le mur qui lui faisait face. Il les reconnaissait très il manque pas un mot ici ?, « les p'tites mouches qui nous observent » le dévisageaient complètement. « Si seulement ce n'était qu'une impression », rumina t-il en les voyant, maintenant, tourner autour de lui. « Leurs sales petits yeux de curieux n'arrêtes jamais de m'épier, ils ne peuvent pas s'empêcher d'avoir les yeux posés sur moi, ces enfoirés d'minis pervers ! », pensa t-il en portant la substance insalubre et malsaine que contenait son verre, vers l'antre béante qu'ouvrait sa bouche.

Mais, se ravisant sur cette goulée trop hâtive aux vues du temps qui lui restait à passer avant le crépuscule, il remarqua qu'on l'espionnait, une fois de plus, ou le reluquait. Une vieille junkie de la Casse lui jetait un regard qui trahissait mille et unes pulsions sexuelles bestiales qui ne demandaient qu'à être assouvies . Soudain il eut envie de vomir lorsque, après s'être retourné pour voir qui « cette guenon édenté » pouvait bien regarder aussi intensément, il comprit qu'il était la cause du sourire sans dents qui se profilait, aussi sensuellement qu'une octogénaire nymphomane, devant lui. Puis quelqu'un entra dans le bar et, par le fracas causé par la porte battante rouillé qui s'abattait sur elle-même, un sourd se réveilla et Phil sortit de sa contemplation.

Héhéhé mais ça semble bien cool ^^ J'attaque la suite ce soir si j'ai un peu de temps ^^ J'aime bien cet univers chelou, glauque et j'ai envie d'en savoir plus ^^

------------------------------------------------------------------------------------------------
Signe distinctif de chasseresse de fautes: ~ (pour faire honneur à mon surnom :la:)

Sections attribuées: Romans et Théâtre


N'hésitez pas à venir me lire ici: Mes écrits #TexteDeMathilde
:unjournormal:

Coucou Invité * Sourire étrange à interpréter comme tu veux
Revenir en haut Aller en bas
https://www.flickr.com/photos/124488553@N07/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Câble (-12) [C~ Prologue - Chapitres 1/2]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: