Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Yorffeez
Vélo bourré au fond d'un puits
avatar

Masculin Verseau Messages : 310
Date d'inscription : 19/02/2017
Localisation : Dans le puits
Humeur : Imbibé

MessageSujet: Re: L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]   Ven 1 Déc - 16:14

Chapitre 9 : La Baguette du Gévaudan





De tous les clients de chez « Barjow et Beurk », Remus Lupin était sans doute le plus bienveillant même si à côté de figures prestigieuses comme celles de Lucius Malefoy il lui arrivait d'être méprisé par les vendeurs de l'établissement. Un mépris qui se lisait dans leur regard à chaque fois qu'il se rendait chez eux...

Si Remus avait choisi de s'approvisionner en potions Tue-Loup dans cette boutique à la sombre réputation, c'était avant tout parce que ces sinistres marchands ne communiquaient pas au Ministère de la Magie l'identité des acheteurs de tels breuvages. Comme tous les autres loups-garous de son époque, Remus était en effet réticent à l'idée de figurer dans le registre des loups-garous, qui était l'initiative d'un certain Norbert Dragonneau...

Et après avoir traversé une Allée des Embrumes aussi miteuse que ses vêtements, il entra dans la boutique la plus noire et obscure des lieux... Comme d'habitude, il fut accueilli par l'habituel sourire grimaçant du maigre et vieux vendeur qui se trouvait là derrière un comptoir poussiéreux.

-Je prendrai deux flacons de Tue-Loup... fit l'ancien professeur à basse-voix.

Encore le même regard méprisant dans les yeux du commerçant avec, cette fois-ci, un éclair d'étonnement.

-Deux... tiens donc...

Lupin ne releva pas et se contenta de hocher la tête. Le marchand, quant à lui, siffla de mépris avant de rapporter les produits demandés que Remus s'empressa de dissimuler dans sa veste.

-Je prendra aussi un Philtre de Paix.

Le vendeur arqua un sourcil avant de se racler la gorge pour ensuite asséner d'une voix froide :

-Monsieur le loup-garou, ici, on ne vend pas ce genre de breuvage.
-Je n'en suis qu'à moitié surpris, répondit Lupin en désignant le reste de la pièce du regard.

Une pièce dans laquelle étaient exposés de nombreux outils de magie noire. Des livres interdits, de vieux flacons, des jeux de cartes tâchés de sang, des cordes de pendus... et un stock de grandes et longues plumes à écrire... Stock qui visiblement était réservé à une certaine D. Ombrage...

-Soit... fit le vendeur en tendant sa main afin de recevoir les pièces qui lui étaient dues.

Remus, après avoir payé, s'en alla donc d'un pas pressé, désireux de quitter le désagréable bonhomme. Et, ouvrant la porte grinçante, il laissa entrer un nouveau client : un jeune homme blond aux yeux gris et prématurément vieilli, agité de nombreux tremblements. Le nouvel arrivant remercia Remus avant de s'avancer dans le magasin.

-Monsieur Baldwin Vandenbeer, le salua le vendeur, je vous attendais.

Le dénommé Baldwin s'assura que Remus avait bien quitté les lieux pour exprimer son enthousiasme :

-Vous avez reçu ma commande ! Mon hibou vient de m'en informer.

Le marchand nota que son anglais était hésitant et imprégné d'un fort accent. Et en effet, Baldwin Vandenbeer ne parcourait l'Angleterre que depuis peu de temps mais s'y était déjà fait un nom. D'origine belge, Baldwin Vandenbeer était connu dans le monde sorcier de Grande-Bretagne pour être le plus gros actionnaire ayant jamais investi dans la bièraubeurre. Ses actions aussi audacieuses que fructueuses avaient fait de lui l'un des plus importants clients de Gringotts. Il se disait dans le milieu que cet ancien élève de Beauxbâtons devait ses tremblements nerveux à sa consommation abusive de Félix Félicis dont il était à présent extrêmement dépendant...

-Justement, votre commande, ajouta le marchand en posant sur le comptoir un grand boîtier que Baldwin s'empressa d'ouvrir de ses mains agitées.

La commande en question n'était autre qu'une impressionnante baguette magique. Longue et terminée par une poignée en argent qui avait la forme d'une gueule de loup...

-La Baguette du Gévaudan, murmura Baldwin émerveillé en la prenant dans sa main le plus gracieusement possible malgré son agitation constante. Elle est magnifique...
-Bois de chêne, précisa le marchand. Son cœur est composé d'un poil de loup-garou.

Baldwin esquissa un sourire amusé. « Poil de loup-garou », pensa-t-il. Pour le peu que ces créatures en possédaient, il ne devait pas exister beaucoup de baguettes similaires... en fait, il n'existait que celle-ci. Cette baguette, qui avait longtemps été la propriété de Beauxbâtons, avait atterrie quelques années auparavant chez le talentueux Ollivander à qui l'école française avait demandé de l'examiner pour évaluer sa puissance. Ce dont ledit Ollivander n'avait pas eu l'occasion car, à peine la baguette avait-elle atterrie dans sa boutique que le Ministère de la Magie l'avait réquisitionné en invoquant d'opaques prétextes. Beauxbâtons s'était bien entendu indigné d'un tel acte et avait entamé de nombreuses démarches pour se la réapproprier. C'était sans compter sur la lenteur administrative du Ministère et les crapuleux fonctionnaires qui y travaillaient. Après avoir « mystérieusement disparue » elle s'était donc retrouvée sur le marché illégal dans lequel la boutique « Barjow et Beurk » excellait et finalement entre les mains du riche actionnaire en cet instant.

-Il se dit que son efficacité décuple lors des nuits de pleine lune, ajouta encore le marchand. Et qu'on en devient le propriétaire en...
-En tuant un loup-garou avec elle, je sais, coupa Baldwin.

L'actionnaire sortit alors de son long manteau rouge aux boutons dorés une épaisse bourse remplie de galions qu'il jeta sur le comptoir.

-Pas un mot de tout ceci, siffla-t-il. Nous ne nous sommes jamais croisés...
-Comptez sur moi, monsieur Vandenbeer... susurra le vendeur qui intérieurement était dégoutté de voir ainsi des sorciers de sang-mêlé prospérer impunément.

Et Baldwin quitta la boutique, satisfait, en rangeant dans son manteau sa nouvelle baguette à côté de l'autre, plus sobre et en bois de pin.

Tandis qu'il se dirigeait vers la sortie de l'Allée des Embrumes, où il ne souhaitait pas s'attarder, il se se souvint qu'il n'avait plus bu de Félix Félicis depuis plusieurs heures et commençait à craindre pour sa chance... Chance qui pourrait se retourner contre lui s'il n'en reprenait pas dans les prochains instants. D'ailleurs, sa tête commençait à tourner et il avançait maintenant titubant dans cet endroit sombre qui peu à peu tombait dans les ténèbres de la nuit. Ce fut alors qu'il fut interpellé par trois sorciers aux visages dissimulés sous de grandes capuches :

-Tiens donc, Baldwin Vandenbeer qui vient nous rendre visite, fit l'un.
-Ce n'est pas un endroit très recommandé pour les bourgeois comme toi, ajouta un autre.

Baldwin pesta intérieurement. La malchance commençait à faire son effet. Les trois sorciers qui lui faisaient face n'avaient pas l'air très recommandables. Et les rares passants qui se trouvaient là semblaient se dépêcher de quitter les lieux.

-Laissez-moi passer, demanda-t-il vainement.
-Tes ordres, tu les gardes pour les abrutis de Gringotts, beugla l'une des silhouettes. Aujourd'hui, c'est à nous que tu vas payer une taxe, Vandenbeer.
-Une taxe ? répéta l'actionnaire en dégainant sa baguette en pin qu'il pointa tremblante vers le trio qui lui faisait barrage.

Ses agresseurs éclatèrent de rire et Baldwin lança un premier sort qui, par manque de chance, n'en toucha aucun. Leurs moqueries redoublèrent et s'engagea un bref combat. Seuls quelques jets de lumières illuminèrent les atroces bâtiments de l'Allée qui retomba bien vite dans l'ombre lorsque l'actionnaire fut désarmé et projeté blessé contre le sol. Si violemment que de nombreuses pièces d'or étaient sorties de ses poches...

L'un des attaquants se pencha alors sur lui en ricanant, lorsque, sans prévenir, un sortilège de stupéfaction le frappa en plein visage. Les deux autres, alarmés, se retournèrent pour constater qu'un individu aux cheveux châtains et grisonnants venait d’apparaître. Baldwin, lui, constata que c'était le client de chez « Barjow et Beurk » qu'il avait croisé quelques instants plus tôt.

-Aidez-moi...
-Vous n'avez plus rien à craindre, lui lança Lupin.

Remus pointa alors sa baguette vers les deux malfrats encore debout.

-Mais vous, oui.

Et les désignés prirent d'assaut Remus qui, avec une habilité déconcertante, repoussait leurs sortilèges les plus fourbes tandis que Baldwin observait la scène fasciné. Son secourant, visiblement pauvre et faible, semblait pouvoir tenir en respect deux sorciers à la fois. Pis, plus les secondes passaient et plus il paraissait prendre l'avantage.

Conscient de cela, l'un des deux combattants fit quelques moulinets avec sa baguette. Alors, de nombreux avis de recherche collés contre les murs alentours s'arrachèrent et se dirigèrent vers Lupin qui fut très vite déconcentré par des portraits animés de Sirius Black venus se coller par dizaines sur son visage. Les trois sinistres personnages en profitèrent pour prendre la fuite non sans ramasser au passage les pièces qui jonchaient le sol.

Lorsque Remus de débarrassa des Sirius en papier qui lui obstruaient la vue, il constata que ses adversaires avaient quitté les lieux. Il se dirigea alors vers le malheureux Baldwin toujours au sol et l'aida à se relever.

-Je vous dois beaucoup... murmura Baldwin avec son accent prononcé. Merci beaucoup ! Merci !

L'actionnaire jeta ensuite un œil à la tenue précaire de son salvateur avant d'ajouter :

-J'insiste pour vous récompenser... je n'ai plus d'argent sur moi. Mais mes coffres en débordent et... s'il vous faut quelque chose, dites-le moi...
-Je... ça ira, répondit Lupin avec pudeur même s'il n'ignorait pas que ses propres comptes étaient presque à sec. Surtout après l'achat de non pas une mais deux potions Tue-Loup !

Ledit Remus s'inquiéta ensuite de voir comment Baldwin tremblait et il lui tendit un morceau de chocolat :

-Tenez, ça vous fera du bien.
-Non merci, fit l'actionnaire en sortant de son propre manteau du chocolat belge. Le mien est meilleur.

Remus leva discrètement les yeux au ciel :

-J'insiste, décida Baldwin, suivez-moi jusqu'à mes quartiers. Nous y boiront une bonne bièraubeurre et discuteront de votre récompense.

Et Lupin se laissa entraîner par cet enthousiaste bonhomme aussi agité que nerveux vers un nouveau bar qui venait d'ouvrir au Chemin de Traverse : « Le Manneken Pis ».


[/color]

[/color]

[/justify]



------------------------------------------------------------------------------------------------
"Pas un jour sans une ligne"


N'hésitez pas à aller y jeter un oeil :
-Mon DeviantArt
-Mon Wattpad
-Mes textes sur Encre Nocturne

Revenir en haut Aller en bas
http://yorffeez.deviantart.com
Yorffeez
Vélo bourré au fond d'un puits
avatar

Masculin Verseau Messages : 310
Date d'inscription : 19/02/2017
Localisation : Dans le puits
Humeur : Imbibé

MessageSujet: Re: L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]   Lun 4 Déc - 18:28

Un nouveau chapitre les zamis ! ^^ Ici, Remus se prend une petite pause dans une nouvelle taverne du Chemin de Traverse. J'espère que vous l'apprécierez autant que le 9 (d'ailleurs, vu l'absence de commentaires pour le 9, je pense que plusieurs ne l'ont pas vu.  fou ... ^^) Soyez pas timides  coeur


Chapitre 10 : Le chasseur de Veaudelunes





Il avait fallu peu de temps à Remus et à Baldwin pour rejoindre le « Manneken pis », bistrot chaleureux dans lequel flottait une constante odeur de fritures et où de nombreux elfes de maison se précipitaient vers les clients pour leur servir de généreux plats. Côtelettes de porc, hachis Parmentier, saucisses frites… Il y en avait pour tous les gouts.

Baldwin, après avoir eu sa dose de Félix Félicis, invita Remus à s’installer prêt d’une fontaine à Bièraubeurre assez particulière. Il s’agissait en effet d’une petite statuette représentant un jeune garçon occupé à uriner. Un rictus dans lequel se mélangeaient dégout et surprise s’afficha sur le visage de Remus quand il vit d’où sortait la Bièraubeurre qui remplissait la grosse chope de Baldwin. Celui-ci se tourna vers Lupin :

-Bière ? propos a-t-il

-Non… Merci… déclina poliment Lupin. Un jus de citrouille suffira.

Baldwin claqua alors des doigts et un elfe de maison se présenta devant lui.

-Va chercher un jus de citrouille pour notre ami. Et ramène aussi son plat qui sera… hum…

-Juste un steak, ajouta Lupin.

-Cuisson ?

-Saignant…

Baldwin arqua un sourcil puis se tourna de nouveau vers son elfe :

-La même chose pour moi, mais bien cuit.

L’elfe s’en alla donc d’un pas précipité vers les cuisines.et Baldwin ramena son attention à Lupin dont la tenue abimée et les yeux fatigués continuaient de l’interpeller.

-Si je puis me permettre, que faisait une âme aussi bienveillante que la votre dans l’Allée des Embrumes ?

Remus se pinça donc les lèvres en tenant de trouver une réponse à lui fournir sans lui révéler qu’il avait acheté des potions Tue-Loup… Potions qui lui étaient destinés à lui comme à la Mila O’Moonell.

-La curiosité… répondit-il évasivement.

Baldwin souffla du nez :

-Vous êtes un aventurier… ça se voit. Et un aventurier bien efficace, je dois l’avouer. Vos performances devant ces trois gredins étaient remarquables ! Vous devez sûrement être un solitaire pour ainsi être capable de vous défendre seul, non ?

-Hum… oui, en effet.

Bladwin sourit, satisfait d’avoir vu juste puis lui demanda alors quelles étaient ses occupations. Ce à quoi Remus lui répondit qu’il avait été jusqu’à très récemment professeur de défense contre les forces du mal à Poudlard et actuellement chasseur de Veaudelunes. Chasseur de Veaudelunes, oui, ça sonnait plutôt bien et cela n’avait pas manqué de surprendre Baldwin qui ne put s’empêcher, poussé par se manifeste curiosité, de l’interroger :

-Mais enfin… Quitter un poste aussi prestigieux que le vôtre pour… des Veaudelunes ? Pourquoi ?

-L’aventure… répondit Remus sans trop de sincérité. Et puis, j’aime beaucoup les Veaudelunes…

Cette dernière affirmation lui rappela alors l’une de ses maraudes de pleine lune passée en compagnie de ses trois amis alors qu’il était encore étudiant à Poudlard. La nostalgie s'installa dans son esprit et il se rémora ce moment, cette matinée qui avait été un lendemain de pleine lune parmi tant d'autres.

D'abord réveillé par le gazouillis des oiseaux, Remus, alors âgé de dix-sept ans, ouvrit lentement ses yeux pour constater qu'il se trouvait étendu sous un grand sapin de la Forêt Interdite. Quelques épines mortes étaient dispersées là autour de son nombril et sur son torse. Il voulu bailler et ce fut à ce moment qu'il réalisa combien sa mâchoire lui faisait atrocement mal.Sans doute avait-il passé la nuit à hurler beaucoup trop abondamment à la lune.

Une faible brise printanière vint alors rencontrer son corps découvert. Il frissonna et, lorsqu'il voulu se redresser, constata que trois étranges créatures dormaient blotties contre lui. L'une sur ses jambes, l'autre appuyée contre son ventre et la dernière juste à côté de son visage. Toutes les trois avaient ce même teint gris pâle, d'énormes pieds plats et de gros yeux au-dessus de la tête...



-Qu'est-ce que... murmura-t-il.



Et ce fut un Sirius éclatant de rire qui, amusé, lui répondit :



-On dirait que tu aimes bien les Veaudelunes, Lunard! Et ils te l'ont bien rendu !



Patmol avait ri si fort que les créatures en question s'étaient empressées de décamper à toute allure pour se réfugier dans un terrier dont elles ne ressortiraient qu'à la prochaine pleine lune...



-D'où sont-ils venus ? demanda Remus grelottant mais néanmoins légèrement amusé par la situation tandis que Cornedrue posait sur ses épaules nues une couverture chaleureuse dans laquelle il s'enveloppa.

-En fait, commença Patmol, c'est toi-même qui est allé à leur rencontre en allant enfoncer ton museau dans leur terrier.

-Museau qui s'y est retrouvé momentanément coincé, précisa James sur un ton moqueur. Heureusement que je suis arrivé pour...

-Dites, on devrait peut-être ramener Lunard à la Cabane avant que Madame Pomfresh ne la trouve vide, les coupa Queudver sur un ton inquiet.



Et Cornedrue secoua la tête, légèrement agacé par ce rabat-joie craintif de Peter avant de tous les recouvrir de la Cape d'Invisibilité pour se diriger vers le Saule Cogneur. C'était des lendemains de pleine lune tels que ceux-ci que Remus appréciait par-dessus tout. Cela lui changeait de ces nuits horribles où, quand il se transformait seul dans cette hideuse cabane délabrée, il se mutilait jusqu'aux petites aurores pour se découvrir blessé à son réveil. Passer ses pleines lunes accompagnés de ses amis et, de sympathiques Veaudelunes cette-fois, lui était bien plus supportable.




-La viande va refroidir.



Baldwin venait de sortir Lupin de ses pensées. Celui-ci, momentanément évadé dans un passé qui lui manquait, n'avait même pas réalisé que leurs plats avaient été servis.



-Je n'ai pas beaucoup d'imagination pour les récompenses, lui avoua Baldwin. Mais je crois que cette bourse pleine de Gallions devrait satisfaire.



Remus posa alors ses yeux sur ladite bourse qui avait été posée à côté de lui par un elfe de maison. Il écarquilla les yeux. Cette bourse ressemblait plus à un sac plein à craquer. Cela faisait longtemps qu'il n'avait plus vu autant d'argent amassé devant lui.

-Et si un jour vous vous lassez des Veaudelunes, continua Baldwin, n'hésitez pas à frapper ici. Il me plairait d'avoir quelqu'un comme vous dans mon équipe.

-Une équipe ? Pour faire quoi ? demanda Remus interpellé.

-Il m'arrive parfois d'investir dans certaines entreprises risquées, de vouloir explorer certains places abandonnées... Si j'ai la curiosité en moi, je n'ai pas toujours vos talents pour m'en sortir dans certaines situations un peu « dangereuses ».


Remus pencha sa tête sur le côté, intrigué.


-Pensez-y, insista Baldwin en finissant son assiette.

Remus le remercia et acheva lui aussi son plat. Ils bavardèrent ensuite de quelques sujets variés et divers quelques instants jusqu'à ce que Remus prenne congé du généreux actionnaire pour rejoindre au plus vite Sainte-Mangouste où il devait retrouver Mila pour lui donner le Philtre de Paix qu'il avait finalement trouvé dans une autre boutique de l'Allée des Embrumes avant de sauver Baldwin de ses agresseurs.

L'actionnaire, quant à lui, vit Remus quitter l'établissement en espérant intiment qu'il se retrouveraient. Ce fut alors qu'un de ses elfes de maison vint le sortir de ses pensées.



-Maître, un hibou de Gringotts, pour vous.



Baldwin, de sa main redevenue tremblante, déplia le message, curieux, et y lu satisfait les lignes suivantes :



« (...) Le Manoir des Jedusor de Little Hangleton est désormais vôtre. Nous avons débité la somme suivante de votre coffre, à savoir (...) »



Baldwin s'affala sur sa chaise. Il avait longtemps rêvé de posséder une demeure paisible à la campagne.



[/color]

[/justify]



------------------------------------------------------------------------------------------------
"Pas un jour sans une ligne"


N'hésitez pas à aller y jeter un oeil :
-Mon DeviantArt
-Mon Wattpad
-Mes textes sur Encre Nocturne

Revenir en haut Aller en bas
http://yorffeez.deviantart.com
Nain Fougère
Créateur Uchronien
Créateur Uchronien
avatar

Masculin Vierge Messages : 446
Date d'inscription : 03/10/2016
Localisation : Quelque part dans un monde nouveau !
Humeur : Subjectivement Suprême.

MessageSujet: Re: L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]   Mer 6 Déc - 15:18

Pas mal la baguette du Gévaudan :D

------------------------------------------------------------------------------------------------
~L'Étrange Nain Fougère~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/LeRevateur/?ref=aymt_homepage_panel
Yorffeez
Vélo bourré au fond d'un puits
avatar

Masculin Verseau Messages : 310
Date d'inscription : 19/02/2017
Localisation : Dans le puits
Humeur : Imbibé

MessageSujet: Re: L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]   Mer 6 Déc - 22:43

Merci beaucoup Nain ! J'ai vraiment pris beaucoup de plaisir à rédiger cette description de la Baguette du Gévaudan, il était temps d'inventer une baguette constituée non pas d'un crin de sombral ou d'un ventricule de dragon ... mais d'un poil de loup-garou ahah^^

Aussi, il était temps d'amener une "french touch" à cette fanfic ^^

Encore merci pour ta lecture :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Pas un jour sans une ligne"


N'hésitez pas à aller y jeter un oeil :
-Mon DeviantArt
-Mon Wattpad
-Mes textes sur Encre Nocturne

Revenir en haut Aller en bas
http://yorffeez.deviantart.com
Nain Fougère
Créateur Uchronien
Créateur Uchronien
avatar

Masculin Vierge Messages : 446
Date d'inscription : 03/10/2016
Localisation : Quelque part dans un monde nouveau !
Humeur : Subjectivement Suprême.

MessageSujet: Re: L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]   Jeu 7 Déc - 17:38

AU FAIT
ça m'a percuté bien après ma lecture, mais Lupin quitte Poudlard justement parce que sa lycanthropie a était rendu publique, du coup il n'a plus aucune raison logique de continuer à acheter sa potion Tue-loup chez Barjow & Beurk pour ne pas figurer sur la liste des personnes atteinte vue que le ministère le sait forcément maintenant .x.
Du coup le frère de Mila doit tiquer toute suite dans ses recherches en voyant qu'un professeur de Poudlard lycanthrope enseignait encore au moment où Mila s'est faite attaquée. C'est le suspect numéro un là .x.

------------------------------------------------------------------------------------------------
~L'Étrange Nain Fougère~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/LeRevateur/?ref=aymt_homepage_panel
Yorffeez
Vélo bourré au fond d'un puits
avatar

Masculin Verseau Messages : 310
Date d'inscription : 19/02/2017
Localisation : Dans le puits
Humeur : Imbibé

MessageSujet: Re: L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]   Jeu 7 Déc - 18:24

BIEN VU
Mais après je me dis que c'est quand même pour être à l'abris des regards qu'il va chez Barjow et Beurk s'en cherché, qu'on devine beaucoup moins fréquenté que le Chemin de Traverse ^^ après oui je peux effacer l'argument du ministère .. :p

Quant au frère, oui ses recherches vont porter leurs fruits cest qu'il n'a pas encore été introduit fou

Merci de l'avoir soulevé ^^

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Pas un jour sans une ligne"


N'hésitez pas à aller y jeter un oeil :
-Mon DeviantArt
-Mon Wattpad
-Mes textes sur Encre Nocturne

Revenir en haut Aller en bas
http://yorffeez.deviantart.com
Yorffeez
Vélo bourré au fond d'un puits
avatar

Masculin Verseau Messages : 310
Date d'inscription : 19/02/2017
Localisation : Dans le puits
Humeur : Imbibé

MessageSujet: Re: L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]   Mar 12 Déc - 14:56

Hello les loups ! Voilà le chapitre 11 qui amène son lot de suspens par rapport au secret de Mumus de plus en plus menacé ! :o J'espère que vous apprécierez :o

Chapitre 11 : Le croque-mitaine de Strathtully





Comme l'avaient annoncé les guérisseurs de Sainte-Mangouste, Mila avait été autorisée à revenir chez elle, à Pré-au-Lard. Et comme convenu, Remus avait accompagné les O'Moonell qui lui payaient les nuits qu'il passait à la Tête de Sanglier, située à une centaine de mètres de leur demeure. Remus se rendait chaque jour chez les O'Moonell pour y effectuer quelques basses besognes et expliquer quelques anecdotes sur la lycanthropie à Mila. Avec les jours, il avait appris à ne plus craindre la présence de Mila et, même s'il continuait de culpabiliser, n'était plus saisi par la peur quand il la voyait....

Ainsi, au bout d'une semaine, il avait noté que la jeune femme était devenue plus vivante que sur son lit d'hôpital à Sainte-Mangouste. Ses joues étaient plus roses et son regard plus vif. Par ailleurs, elle et Remus avaient appris à sympathiser et une bonne entente passait entre eux, ce que le père O'Moonell voyait positivement. Toutefois, Ambrose ne cessait de s'inquiéter. D'abord, la maladie de sa fille continuait de le préoccuper. Ensuite, il n'arrêtait pas de se demander où était son fils : Andrew, qui avait quitté furieux Pré-au-Lard la nuit même durant laquelle Mila avait été mordue, se jurant d'éliminer le monstre qui avait fait ça...

Ledit Andrew, désireux de venger sa famille, se trouvait en fait à Londres, au Ministère. Il y avait épluché quelques dossiers concernant les rares sorciers atteints de lycanthropie. Dossiers qui, l'avait-il remarqué, n'avaient pas été mis à jour depuis plusieurs années ! Une négligence qui l'avait fortement irrité. Il s'était alors précipité dans le bureau de la responsable pour lui hurler dessus avec véhémence pendant plus d'une heure. Deux de ses collègues Aurors étaient alors intervenus pour le calmer.

Les recherches que menait Andrew étaient malheureusement parvenues jusqu'aux oreilles de Lucius Malefoy, membre du conseil d'administration de Poudlard. Le notable avait alors proposé à Andrew de le rencontrer. Un entretien qui devait se tenir aujourd'hui-même, dans le sombre bureau du jeune homme qui attendait le riche sorcier avec impatience. Un sourire se dessina sur son visage quand il vit le sang-pur à la longue chevelure blonde approcher.

-Monsieur Malefoy, se dépêcha de le saluer Andrew. Ravi de vous voir ! J'ai tellement hâte d'entendre ce que vous avez à me dire à propos de vos « pistes ».

-Je n'ai rien à vous dire sur mes pistes, répondit froidement Malefoy. Pas gratuitement, en tous cas...

Andrew pencha sa tête sur le côté, à la fois déçu et contrarié.

-C'est une information que je tiens du conseil d'administration. Le secret professionnel m'oblige normalement à ne pas la divulguer...

-Une information du conseil d'administration de Poudlard, ricana Andrew.

Lucius se contenta d'arquer un sourcil et, d'un mouvement, menaça de faire demi-tour.

-Je vous écoute... se résigna le jeune homme.

-D'abord, exigea Malefoy, j'aimerais avoir votre promesse que la sécurité du stade lors de la finale de Quidditch sera allégée... C'est bien vous le responsable de ce dispositif, il me semble.

-Allégée ? s'étonna Andrew. Mais pourquoi voudriez-vous que je décide l'allég...

Malefoy le coupa en tapant une fois sa canne contre le sol et en claquant sa langue, agacé.

-Bien, j'allégerai le dispositif... fit le jeune Auror.

-Il m'a été rapporté qu'un certain Remus Lupin, professeur de Défense contre les Forces du Mal, a été obligé de remettre sa démission suite à un accident.

-Un accident de quel type ? demanda Andrew qui avait bien entendu parler d'un professeur de défense contre les forces du mal ayant quitté son poste récemment.

Il n'avait pas prêté plus d'attention à cette histoire de démission. Comme beaucoup, il savait que ce poste à Poudlard était maudit et qu'annuellement, celui ou celle qui l'occupait se voyait d'une façon ou d'une autre obligé de l'abandonner. Il n'avait donc pas creusé cette piste qui lui paraissait des plus banales... En fait, les causes et raisons d'un remplacement de professeur de DCFM n'intéressait plus personne dans le monde sorcier et peu nombreux étaient les élèves à avoir partagé cette information à leurs parents au sujet de Remus.

-De type pleine lune, ajouta Lucius avec un sourire mauvais. Il s'est avéré qu'il s'agissait d'un loup-garou assez négligeant qui a oublié de prendre sa potion Tue-Loup à la dernière pleine lune. Il aurait ensuite attaqué trois élèves et un professeur et...

-ET IL A MORDU MA SŒUR ! acheva Andrew en se relevant avec colère.

-Vous m'en voyez désolé pour elle, susurra Lucius. Quel dommage, une louve-garou dans une famille aussi respectable que la vôtre...

Andrew quitta alors la pièce avec colère, se maudissant d'avoir perdu autant de temps à fouiller dans de la vieille paperasse en désordre sur les loups-garous d'Angleterre. Persuadé qu'il trouverait des indices dans ces cartons poussiéreux, il en était resté sourd à cette histoire de loup-garou à Poudlard. Il lui restait maintenant à trouver ce Remus Lupin... et ce mauvais enquêteur était bien loin d'imaginer que le concerné se trouvait en ce moment-même chez lui, à Pré-au-Lard, avec sa sœur !

En effet, loin d'imaginer qu'un Auror jurait sa perte depuis le Ministère, Lupin était en ce moment même occupé à converser joyeusement avec une Mila toute heureuse de lui partager son savoir sur les animaux fantastiques. Tous deux échangeaient en se promenant paisiblement dans la propriété des O'Moonell, simples jardins qui longeaient une Forêt Interdite rendue moins effrayante par les lumières et les oiseaux de l'été.

-Vous savez, lui confia Mila, j'ai entendu parler des aventures de votre père. Lui aussi s'y connaissait en animaux fantastiques.

-Que voulez-vous dire ? demanda Lupin embarrassé en pensant qu'il s'agissait d'un sous-entendu.

-Il chassait les épouvantards ! fit Mila avec enthousiasme. J'ai entendu parler de sa confrontation avec le croque-mitaine de Strathtully.

Lupin soupira secrètement de soulagement tandis que Mila ajouta :

-On dit que ce croque-mitaine était en fait un terrifiant épouvantard qui harcelait des Moldus et que votre père, Lyall Lupin, l'aurait enfermé dans une boîte d'allumettes.

-Et c'est exact, fit Lupin en sortant de sa vieille veste un petit boitier en carton. Vous voulez le voir ?

-Avec plaisir ! bondit joyeusement Mila.

Alors, Lupin s'exécuta et passa la petite boite à Mila qui s'empressa de l'ouvrir. Des longues brumes noires en sortirent et formèrent devant la jeune femme une image qui frappa Remus de consternation... il s'agissait en effet d'une grande créature sauvage, grise et squelettique. Elle possédait de longs ongles sombres et se tenaient debout sur ses deux pattes arrière...

C'était la première fois que Remus rencontrait sa forme monstrueuse, qu'il voyait à quoi ressemblait sa forme loup-garou autre que dans ses souvenirs. Une bête humanoïde et difforme qui respirait bruyamment.

Et entre lui et ce monstre maigre à la gueule de loup, Mila.

La jeune femme, d'abord effrayée, fit quelques pas en arrière avant de sortir sa baguette magique pour la tendre vers l'apparition. Elle se concentra alors devant cette bête horrible qui commença à avancer vers elle. Mila grimaça de dégoût en voyant que cette atrocité, uniquement recouverte de quelques longs poils sombres sur le dos, l'aine et autour du museau, salivait beaucoup. Le loup-garou leva alors son long bras dans les airs et émit un bref grognement...

-Riddikulus, lança-t-elle.

Et l'image de lycanthrope qui lui faisait face se retrouva malgré-elle avec une grande collerette de chien autour du coup, tournant sa gueule dans tous les sens, paniquée en poussant de petits gémissements canins.

Mila se recula alors un peu mal à l'aise et prenant le temps de voir à quoi elle ressemblerait grosso modo à la prochaine pleine lune, ce qui lui glaçait le sang.

Lupin décida alors de s'interposer pour mettre fin à ce spectacle. L'épouvantard prit très brièvement une forme de pleine lune que Remus s'empressa de changer en ballon baudruche, qui, dégonflé, atterrit dans la boite à allumettes.

-C'était peut-être une mauvaise idée, reconnu-t-il embarrassé soulagé par rapport au fait que l'épouvantard ne s'était pas changé en Mila, cette fois.

-Ce... ce n'est rien, fit Mila avant de se détourner pour rejoindre sa chambre toute bouleversée.

-Une pleine lune se répétât-t-elle à elle-même. Peut-être qu'il a eu un frère ou un parent loup-garou... il a bien dit qu'il avait connu une famille dans laquelle se trouvait un loup-garou...


[/color]

[/color]

[/justify]



------------------------------------------------------------------------------------------------
"Pas un jour sans une ligne"


N'hésitez pas à aller y jeter un oeil :
-Mon DeviantArt
-Mon Wattpad
-Mes textes sur Encre Nocturne

Revenir en haut Aller en bas
http://yorffeez.deviantart.com
Yorffeez
Vélo bourré au fond d'un puits
avatar

Masculin Verseau Messages : 310
Date d'inscription : 19/02/2017
Localisation : Dans le puits
Humeur : Imbibé

MessageSujet: Re: L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]   Mer 27 Déc - 18:00

Chapitre 12 : Le Manoir des Jedusor





Baldwin Vandenbeer était contrarié. Certes, il avait acheté le Manoir des Jedusor à un prix raisonnable mais le jardinier moldu qui était supposé l'entretenir, un certain Frank Bryce n'avait donné aucun signe de vie depuis une bonne semaine. Or, Baldwin aurait bien aimé le rencontrer. Cet ouvrier moldu était resté le responsable des jardins du manoir pour les différentes familles qui s'étaient succédé en tant que propriétaires.


Baldwin avait donc décidé de se rendre sur place pour vérifier par lui-même ce qu'il était advenu de ce moldu qui ne daignait pas répondre à ses courriers. Le riche actionnaire avait alors enfourché son balai : un Eclair de Feu flambant neuf ! Étant donné sa maladresse, Baldwin évitait aussi souvent qu'il le pouvait le transplannage et il était hors de question pour lui de recourir à la chance liquide juste pour se déplacer...


Ainsi, une fois arrivé dans le petit hameau de Little Hangleton, il atterrit non loin de la petite maison qui devait être celle de Frank. Il posa alors précieusement son balai contre un petit muret qui n'était autre que celui encerclant un grand cimetière composé de tombes, vieilles et mousseuses, toutes disposées de façon asymétrique dans un désordre morbide au milieu duquel se dressait une imposante statue encapuchonnée munie d'une faux qui accentuait toute la malévolence qu'elle dégageait.


Détournant le regard avec crainte de ce lieu malsain, Baldwin se dirigea d'un pas rapide vers la petite maison du jardinier. La nuit tombait doucement et il ne souhaitait pas s'attarder plus longtemps dans cet endroit qu'il jugeait sinistre. Il aperçut alors les formes du Manoir des Jedusor situé au loin, sur une petite colline, colosse de briques baigné dans la pénombre.


-Monsieur Bryce... commença Baldwin en frappant plusieurs fois à la porte. Vous êtes là ?


Mais aucune réponse ne se fit entendre. Pis, la maison semblait inanimée de toute forme de vie. Ni lumière ni agitation... comme inhabitée.


-Monsieur Bryce ! répéta Baldwin avec agacement.


Résigné, il fini toute fois par se détourner non sans contrariété. Contrariété qui fut d'autant plus grande quand il remarqua une certaine luminosité animer le Manoir des Jedusor au loin. Son manoir, désormais. Baldwin arqua alors un sourcil :


-Sûrement des sales gamins, se dit-il à lui-même en se dirigeant en toute hâte vers l'immense demeure.


Et chemin faisant, Baldwin remarqua qu'il avait recommencé à trembler mais jugea que gaspiller de la chance liquide pour faire déguerpir des enfants un peu trop curieux ne serait pas nécessaire. Ainsi, traversant les jardins de la propriété, il décida d'y voir un peu plus clair là où il mettait les pieds et sorti sa baguette en pin de sa poche.


-Lumos ! s'exclama-t-il en faisant apparaître une faible mais très efficace lueur à l'extrémité de sa baguette.


Poussant alors la lourde porte en bois qui se trouvait sur le côté du bâtiment, il fut de suite frappé par l'odeur de renfermé qui se trouvait à l'intérieur. C'était en effet la première fois qu'il pénétrait dans cette propriété dont il était désormais le propriétaire... La lumière de sa baguette mis alors en évidence des murs et un plancher recouverts de saletés. De la poussière, de la poussière partout...


Il grimaça de dégoût et débuta sa progression dans ce dédale de corridors. Ce fut alors qu'il aperçut une canne de vieillard posée là contre un meuble. Il en approcha sa baguette. Il y avait des lettres inscrites sur ladite canne et elles indiquaient le nom de son propriétaire : Frank Bryce. D'abord stupéfait, Baldwin décida néanmoins de continuer sa route vers l'étage et manqua de bousculer au passage une énorme pendule à l'arrêt et couverte de toiles d'araignée.


Ses pas l'amenèrent ensuite à enjamber les marches d'un vieil escalier grinçant et ce fut lorsqu'il entendit des voix qui n'étaient certainement pas celles de morveux qu'il décida d’éteindre sa baguette. Comme des chuchotements faibles. Il tendit l'oreille tout en continuant à se rapprocher le plus discrètement possible de la seule pièce éclairée.


-Très convainquant, Croupton... très convainquant...

-Le plus difficile sera de le dissimuler quelque part, ajouta une petite voix craintive.

-Tu es un imbécile, Queudver. Le plus difficile a déjà été fait : mettre cet arrogant de Maugrey hors d'état de nuire.


Baldwin plissa les yeux et remarqua qu'un homme se trouvait agenouillé près d'un siège qui lui tournait le dos. Et cet homme n'était pas très gracieux. Il possédait de nombreuses cicatrices et portait un œil magique. La voix murmurante reprit alors depuis le fauteuil :


-Mettre son nom dans la coupe... c'est ta prochaine tâche, Croupton...

-Je ne vous décevrai pas, maître ! répondit l'autre à l’œil magique.


L'actionnaire tenta alors de se rapprocher encore un peu plus et sursauta quand il remarqua qu'un énorme serpent venait tout juste de lui frôler les pieds ! L'horrible reptile se dirigea ensuite vers le siège et un échange sifflant réalisé dans une langue incompréhensible parvint aux oreilles horrifiées de Baldwin qui avait le mauvais pré-sentiment d'être le sujet de cette très étrange conversation.


-Nagini me dit qu'un jeune sang-mêlé nous écoute... derrière la porte... annonça la voix sifflante.


Réalisant avec horreur qu'il venait d'être repéré, Baldwin sortit de son long manteau sa deuxième baguette magique, celle du Gévaudan, espérant que cela impressionnerait les occupants des lieux s'ils venaient à l’agresser. La forme d'un être grassouillet à la tête de rat apparut alors entre l'actionnaire et le siège.


-Écarte toi, Queudver... ordonna la voix faible. Que j’accueille notre invité comme il le mérite...


Le Queudver en question adressa alors un sourire mauvais à Baldwin avant de se déplacer sur le côté, laissant à l'actionnaire une vision qui lui souleva le cœur. Une créature aussi difforme que chétive qui, depuis le siège, pointait vers lui une baguette à la poignée d'os. À cet instant, Baldwin regretta de ne pas avoir Remus Lupin à ses côtés pour le protéger. Il inspira profondément lorsque le monstrueux bonhomme au visage de serpent lança l'incantation suivante :


-Petrificus totalus !


Le corps inerte de l'actionnaire tomba immobile au sol, soulevant ainsi un épais nuage de poussières. Une expression de terreur était figée sur son visage. Peter Pettigrow se dandina alors jusqu'à la victime et lui arracha ses deux baguettes des mains. Très vite, il fut rejoint par Croupton qui affichait encore les traits d'Alastor Maugrey. L'imposteur reconnu alors la Baguette du Gévaudan qu'il confisqua à Pettigrow.


-Enlève tes sales pattes de ça ! C'est la Baguette du Gévaudan !

-Apporte-moi ça, Croupton... ordonna la créature d'une voix sifflante toujours depuis son fauteuil. Et toi, Queudver, porte cet imbécile dans la pièce voisine... Nous nous occuperons de lui plus tard.


Croupton offrit alors la puissante baguette à son maître qui la considéra longuement avec intérêt.


-La Baguette du Gévaudan... puissante les nuits de pleine lune, dit-on. Mais on ne bénéficie de ses pouvoirs qu'à condition de l'utiliser pour tuer un loup-garou.


Un silence pesant s'installa alors dans la pièce.


-Vous pensez à Greyback, maître ? osa Croupton.

-Greyback... Greyback... répéta la créature. Un loup-garou vicieux, certes... mais qui pourrait encore nous être utile. Non... il nous faudrait quelqu'un d'autre...


Croupton haussa les épaules puis baissa la tête. Il ne connaissait pas d'autres lycanthropes. Le petit être vêtu de noir attendit donc contrarié le retour de Pettigrow dans la pièce pour lui demander :


-Et toi, Queudver... connais-tu un loup-garou ?


Pettigrow se pinça un instant les lèvres avant de lui vendre, terrorisé, le nom de Remus Lupin.


[/color]

[/color]

[/justify]



------------------------------------------------------------------------------------------------
"Pas un jour sans une ligne"


N'hésitez pas à aller y jeter un oeil :
-Mon DeviantArt
-Mon Wattpad
-Mes textes sur Encre Nocturne

Revenir en haut Aller en bas
http://yorffeez.deviantart.com
Yorffeez
Vélo bourré au fond d'un puits
avatar

Masculin Verseau Messages : 310
Date d'inscription : 19/02/2017
Localisation : Dans le puits
Humeur : Imbibé

MessageSujet: Re: L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]   Mar 2 Jan - 20:30

Chapitre 13 : Retrouver Sirius Black







Loin des intrigues de Little Hangleton qui le concernaient, Remus Lupin, penché devant la cheminé de sa chambre des Trois Balais, tentait désespérément de contacter son ami Sirius Black. En effet, Lunard n'avait cessé de s'inquiéter de la situation de son ami Patmol même s'il ne doutait pas que celui-ci avait sans doute trouvé un endroit sûr où se réfugier. Et tandis qu'il attisait les braises qui allaient lui permettre de revoir son ancien camarade, Remus ne put s'empêcher de se rappeler cette nuit où Sirius avait fait parler de lui à Poudlard. Cette nuit où la Grosse Dame avait été agressée...Il s'en souvenait parfaitement :


***


-Remus, l'interpella Dumbledore tandis que dans l'agitation les élèves s'apprêtaient à dormir dans la Grande Salle. Venez avec moi dans mon bureau, j'aimerais vous parler.

-Maintenant ? demanda Remus avec inquiétude.

Le directeur se rapprocha et lui murmura sur un ton qui se voulait rassurant :

-Je sais que la pleine lune va bientôt apparaître... croyez-moi, nous allons l'utiliser à notre avantage.

Et Albus l'invita à le suivre jusqu'à son bureau avec un clin d'œil complice. Remus s'exécuta, alors curieux de savoir ce que Dumbeldore entendait par « utiliser la pleine lune à leur avantage ».

Tous deux arrivèrent donc quelque minutes plus tard dans la pièce pleine de noblesse et de majesté.

-Professeur, commença faiblement Lupin qui sentait déjà l'imminence de la pleine lune le faire vaciller, je ne suis pas sûr que ça soit le meilleur moment, sauf votre respect...

-C'est le meilleur moment, répondit Dumbledore en s'essayant comme si de rien n'était derrière son bureau. Si bien sûr vous n'avez pas oublié votre potion Tue-Loup. Je serais bien embarrassé de devoir neutraliser un lycanthrope furieux dans cette pièce.

Remus sentit son cœur battre de plus en plus vite dans sa poitrine. Sa tête tournait et il avait l'impression de brûler intérieurement.

-Et nous serions bien embarrassés de voir un loup-garou tout casser ici ! ajouta l'un des nombreux tableaux de la pièce.

-J'ai pris ma potion Tue-Loup ! s'impatienta Lupin qui avait remarqué que l'une de ses mains était désormais dotée de griffes noires. Professeur, je... ça commence...

-Vous serez donc en mesure de garder le contrôle sur votre forme lupine, Lupin, fit Dumbledore sur un ton curieusement amusé.

Dubitatif devant ce jeu de mots, le souffle coupé et agité par légers tremblements, Remus s'appuya contre le premier meuble qu'il vit.

-Je... pas ici... pas maintenant... commença-t-il tandis que ses yeux larmoyants viraient au jaune ambré.

-Sirius Black est dans le château, annonça Dumbledore. Je préfère charger un loup-garou lucide de le pister plutôt qu'une horde de Détraqueurs.

Remus ne fit capable que de lui répondre par un long cri d'agonie. Un cri teinté d'une telle souffrance que plusieurs tableaux se plaquèrent les mains contre les oreilles.

-Je ne veux pas voir ça ! s'indigna l'un des portraits.

« Et je ne veux pas que vous voyez ça », aurait voulu ajouter Remus qui ne put se contenter que d'émettre un long gémissement, révélant de la sorte de grandes dents désormais devenues pointues.

Lupin sentit ensuite ses os s'allonger, sa cage thoracique s'élargir et sa taille augmenter. Tandis qu'il entamait une soudaine et douloureuse poussée de croissance, sa veste se déchira en deux dans le sens des coutures, révélant de la sorte un dos grisâtre sur lequel germait un discret duvet noir. Comme le reste de ses habits, ladite veste tomba déchirée sur le sol du bureau, juste à côté de ses pieds qui, ayant pris une forme et une structure digitigrade, venaient de quitter ses chaussures.

Le malheureux fut par après sujet à une intense souffrance. Un mal de crâne qui le frappa de plein fouet en même temps que ses oreilles s'agrandissaient pour prendre une apparence animale et devenir mobiles.

S'ajoutèrent à cette inquiétante métamorphose qui horrifiait les portraits les plus sensibles de petits sons cartilagineux. Comme une mélodie d'os produite par ce corps en pleine transformation qui, peu à peu, apparaissait comme celui d'un homme-loup squelettique.  

Un dernier cri s'échappa alors des lèvres de Remus lorsque, sur son visage déformé, sa bouche et son nez s'étirèrent ensemble pour former une grande muselière gorgée de crocs canins. Il secoua alors plusieurs fois de droite à gauche sa gueule animale qui termina de s'allonger avant de jeter accidentellement au sol le meuble qui lui avait servi d'appui.

Ainsi, endolori et sonné par cette nouvelle métamorphose, Remus, désormais prisonnier dans ce corps qu'il méprisait tant, se recula honteusement dans un coin sombre de la pièce émettant de petites plaintes canines.

Dumbledore se releva alors de son siège et se rapprocha de la créature grisâtre.

-Mauvaise idée, murmura un tableau. Mauvaise idée...

-Professeur, commença Dumbledore. Professeur Lupin ?

L'interpellé, au corps désormais mi-homme mi-bête, adressa alors au directeur un regard qui se voulait sans hostilité.

-Le vrai Remus est dans ce cœur, fit Dumbledore. Je le savais : ce corps n'est qu'un corps...

Le lycanthrope pencha sa gueule sur le côté.

-Je suis désolé de vous imposer cela, cher ami, mais peut être que cette forme vous permettra de mieux voir et rattraper l'évadé d'Azkaban qui se dissimule dans les ténèbres du château. Je compte sur vous.

« Je compte sur vous ». Cette phrase, venue de Dumbledore, avait encouragé Remus à sortir de la pénombre et à se redresser fièrement sur ses deux grandes pattes en s'avançant vers le directeur. Cela lui permis de constater qu'il dépassait maintenant Albus Dumbledore de plusieurs têtes.

-S'il vous plaît, fit Dumbledore, trouvez Sirius Black !

Rien qu'en entendant le nom de ce traître, la créature retroussa ses babines et émit un faible grognement avant de se lancer à toute vitesse dans les couloirs du château inondés actuellement de nuit, de mystère et d'aura lunaire.

Hélas, sa chasse, qui avait duré plusieurs heures, se révéla infructueuse et Remus dû s'empresser de rejoindre très rapidement et à quatre pattes son bureau lorsque les premières lueurs d'une aube automnale vinrent sur le château.

Le soleil, venu éclairer son corps, força en effet ce dernier à rétrécir et à reprendre une forme de plus en plus humaine. Une apparence humaine que Remus récupéra totalement quand il entra de justesse à l'abri des regards dans son bureau qui était annexé à la salle du cours de DCFM. Libéré de cet aspect monstrueux, l'homme qui venait de retrouver son aspect normal s'effondra dénudé et grelottant sur son siège dans un long soupir. Épuisé et à la fois déçu de ne pas avoir retrouvé Sirius... Il lui fallu alors un certain temps pour trouver la force de se vêtir. Son choix se porta alors sur une chemise de nuit qu'il enfila par-dessus son corps courbaturé.

Et tandis qu'il s'apprêtait à somnoler malgré la séance de cours qui allait débuter juste de l'autre côté de la porte, les premières voix des élèves de troisième année se firent entendre. Ce fut d'abord celle d'un Malefoy qui s'exclama :

-Pouah ! Mais pourquoi ça sent le chien mouillé dans cet endroit !?

Remus se pinça les lèvres... puis se rassura en se disant qu'un élève comme Malefoy ne pourrait pas, sur base de cela, découvrir le pot-aux-roses. Ce fut alors que quelques instants plus tard il entendit son remplaçant du jour, Severus Rogue, demander à ses élèves d'ouvrir leur livre à la page 394, soit au chapitre qui concernait les loups-garous...



***


Puis Remus fut sorti de ses souvenirs lorsque, dans les flammes de la cheminée, lui apparut le visage de son ami : Sirius Black.

-Patmol, heureux de te voir s'exclama Lupin. Tu as trouvé un endroit où être tranquille, j'imagine.

-Lunard, répondit Sirius. Content de t'entendre à nouveau...


[/justify]




------------------------------------------------------------------------------------------------
"Pas un jour sans une ligne"


N'hésitez pas à aller y jeter un oeil :
-Mon DeviantArt
-Mon Wattpad
-Mes textes sur Encre Nocturne

Revenir en haut Aller en bas
http://yorffeez.deviantart.com
Yorffeez
Vélo bourré au fond d'un puits
avatar

Masculin Verseau Messages : 310
Date d'inscription : 19/02/2017
Localisation : Dans le puits
Humeur : Imbibé

MessageSujet: Re: L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]   Dim 11 Fév - 14:11

Chapitre 14 : La pleine lune










Remus resta un long moment silencieux devant sa cheminée, tant il était soulagé d'avoir réussi à contacter son ami Sirius dont la forme du visage flottait à présent dans les flammes. Patmol s'empressa alors de mettre fin à son mutisme sur le ton de l'humour :

-La dernière fois qu'on s'est vu tu avais plus mauvaise mine, Lunard. De grands yeux, de grandes oreilles, de grandes dents !

-Tu n'as rien perdu de ton sens de l'humour, Sirius ! lui lança Lupin.

-Mon humour, non. Mais des dents, ça j'aurais pu en perdre lors de ta dernière pleine lune. On ne m'avait encore jamais lancé comme ça dans les airs...

Remus se pinça les lèvres. Il se souvenait en effet de comment, à la fin de sa métamorphose, il avait accidentellement expédié Sirius dans les airs. Celui-ci était alors tombé plusieurs mètres plus loin avant de réapparaître sous la forme d'un grand chien noir et l'empêcher de faire du mal aux trois élèves et à Rogue...

Cette nuit là, Mila avait été la seule victime de Remus. D'ailleurs, il n'osa pas lui évoquer ce drame lorsque Sirius engagea la conversation avec lui. Une conversation lors de laquelle Patmol lui apprit qu'il était bel et bien à l'abri des sbires du Ministère avec Buck. Et même si leur échange dura une bonne heure, Remus ne trouva pas le courage de parler à Sirius de cette pauvre jeune femme qu'il avait mordu dans la Forêt Interdite.

Lupin dû mettre soudainement fin à la discussion lorsque trois coups furent portés à la porte de sa chambre. Son visiteur, qui n'était autre que le père de Mila, était venu lui rappeler combien il s'inquiétait pour le prochaine pleine lune. En effet, cette dernière allait apparaître dans deux petites semaines seulement... Remus tenta alors de le rassurer avec quelques conseils avisés et, bien entendu, quelques morceaux de chocolat.

Et plus les jours passaient, plus Ambrose O'Moonell s'inquiétait pour sa fille. Mila, quant à elle, se sentait de plus en plus nerveuse et angoissée à l'approche de la nuit fatidique. Néanmoins, pour se rassurer et penser à autre chose, elle s'imposait de parler à Remus des Veaudelunes. Elle lui avait en effet plusieurs fois affirmé qu'elle comptait beaucoup sur lui pour lui en rapporter le lendemain de la pleine lune.

-Et puis ça vous éviteras de me voir « comme ça »... avait-elle ajouté. C'est pas super joli un loup-garou.

Lupin n'avait pu s'empêcher d'esquisser un léger sourire devant l'ironie la situation même si cela pouvait le mettre quelque peu mal à l'aise... Mais ce qui le mit davantage mal à l'aise n'avait hélas pas tardé à arriver dans les jours qui suivirent. Le cycle lunaire avait en effet continué sa progression impitoyable de nuit en nuit. Agitant tant le sommeil de Lupin que celui de Mila. Chacun des deux rendus fiévreux et épuisés de leur côté. Tous deux redoutant la soirée qui s'annonçait. Celle où la lune se ferait pleinement ronde, reine de loups et déesse des cieux.

-La pleine lune va se lever dans une heure... fit Ambrose à Remus sur un ton très inquiet.

-Comment se porte Mila ? demanda Lupin qui tentait tant bien que mal de dissimuler sa propre anxiété.

-Elle a bu sa dose de Tue-Loup et patiente dans sa chambre. Elle est très brûlante et nerveuse...

-Les premières pleines lunes sont toujours les plus traumatisantes, se désola Lupin. Mais vous n'aurez rien à craindre avec la potion Tue-Loup.

Remus se dépêcha de quitter la demeure des O'Moonell avant d'ajouter :

-Oh ! Un petit conseil personnel : le lait de poule aide les loups-garous à mieux récupérer après une pleine lune.

-J'en prends note ! Merci beaucoup, monsieur ! Et courage pour votre chasse aux Veaudelunes ! Faites attention à vous. Le loup-garou qui a mordu ma fille sera peut-être encore dans la Forêt Interdite !

Remus acquiesça et s'empressa de tourner les talons pour se diriger au plus vite vers la Forêt Interdite, guère tenté de s'attarder dans Pré-au-Lard et prendre ainsi le risque de se transformer là au milieu des passants... Même s'il avait également pris sa potion Tue-Loup, la situation aurait été bien embarrassante... Une fois dans la forêt, il utiliserait son corps de loup-garou pour tenter de capturer des Veaudelunes.

La distance qui séparait le village de la forêt lui parut interminable tant son angoisse et son inquiétude gagnaient en intensité. Des gouttes de sueurs perlaient déjà sur son front et ce fut presqu'en titubant qu'il atteignit la lisière de la Forêt Interdite. Il se dépêcha ensuite de s'enfoncer dans les bois afin d'être au plus vite à l'abri des regards. Ainsi, à peine eut-il marché quelques mètres dans cet endroit sauvage que la lune tant redoutée s'invita parmi les étoiles pour jeter sur lui toute sa lumière d'argent.

-D...déjà...

Remus sentit alors tous ses muscles se tendre et son corps s'agiter. Une migraine puissante s'ajouta par après à ces quelques maux qui ne firent que s'amplifier dans les instants qui suivirent. Pourtant, il serra ses dents, prêt à de nouveau endurer sa condition et tentant tant bien que mal d'avancer toujours un peu plus vers le cœur de la forêt.

-Oh...

Sa façon de marcher devint alors de plus en plus chaotique. En effet, il s'efforçait de continuer son chemin en ignorant la lune et ses conséquences. De fait, plus il avançait, et moins son apparence était humaine. Sur son pénible trajet, il sema ainsi quelques morceaux de vêtements déchirés. Sa veste, sa chemise, ses chaussures, son pantalon, sa cravate... tous des habits qui ne pouvaient plus envelopper son corps devenu trop grand et trop difforme.

D'abord épuisé par le stress et l'angoisse provoqué par cette nouvelle métamorphose, celui qui désormais se retrouvait enfermé une fois de plus dans ce corps d'homme-loup s'appuya contre le premier arbre qu'il vit. Sa respiration était encore sifflante et son nouveau corps toujours un peu tremblant. Une étincelle d'inquiétude anima ensuite les yeux jaunes du loup-garou quand ses pensées se dirigèrent vers Mila.

***

Celle-ci, enfermée dans sa chambre à quelques kilomètres de là, venait elle aussi d'achever son tout premier changement. Une véritable épreuve... Mila, désormais louve-garou méconnaissable, était blottie toute tremblante contre son lit. Recroquevillée là, déboussolée, au milieu de ses habits déchirés. Seuls des sanglots similaires à ceux d'un chiot s'échappaient de son long museau. Elle osait à peine ouvrir les yeux, de peur de constater quelle horreur elle était devenue. Néanmoins, ses deux grandes oreilles pointues entendirent quelqu'un arriver dans la pièce. C'était son père, Ambrose, qui n'avait osé entré quand il avait entendu les premiers hurlements de douleurs de sa fille lorsque la pleine lune était apparue... Incapable de la regarder souffrir en étant impuissant, il avait patienté effrayé et angoissé derrière la porte.

-Oh, Mila... commença-t-il.

La femme-louve releva vers son paternel un visage désormais animal. Seule sa longue chevelure ondulée, qui tombait sur le côté de son museau, rappelait qu'elle avait été une humaine quelques instants plus tôt. Le reste de son maigre corps, quant à lui, se résumait à une peau grisâtre parsemée de quelques rares poils sombres, de longs bras et de longues pattes même si les contours de sa nouvelle silhouette soulignaient encore sa féminité.

-Mila.

La créature ne fut capable que de lui répondre par un faible sanglot animal. Puis, voyant combien son père semblait attristé par son état, elle se releva maladroitement, encore peu habituée à ce nouveau corps et trébucha sur lui. Surpris, Ambrose s'empressa de la récupérer dans ses bras et fut un instant choqué de réaliser combien elle était plus puissante et plus grande que lui. En effet, il avait manqué de tomber avec elle.

-Mila... Je...

Mais ladite Mila laissa échapper une longue plainte canine avant de repousser le plus doucement possible son père. Elle ne voulait pas qu'il la voit plus longtemps dans cet état. Très vite, elle s'écarta pour s'enfuir par la fenêtre, indifférente aux cris surpris, paniqués et indignés des rares passants qui avaient aperçus ce « monstre » surgir de la demeure des O'Moonell pour se diriger maladroitement vers la Forêt Interdite afin d'échapper au regard si triste de son père.








------------------------------------------------------------------------------------------------
"Pas un jour sans une ligne"


N'hésitez pas à aller y jeter un oeil :
-Mon DeviantArt
-Mon Wattpad
-Mes textes sur Encre Nocturne

Revenir en haut Aller en bas
http://yorffeez.deviantart.com
Eodia

avatar

Féminin Lion Messages : 67
Date d'inscription : 08/08/2017

MessageSujet: Re: L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]   Sam 17 Fév - 19:59

Alors, je viens de finir de lire touuuuuuus les chapitres que j'avais en retard et...bon Dieu que c'est bien !

J'a-dore ! mais vraiment, je suis fan :)

Encore une fois, y'a un respect et une fidélité au matériel de base qui me plait vraiment, pour moi les fanfics ca devrait être exactement ça et seulement ça^^

Après je me demande un peu ou tu nous amènes, mais je kiffe !

Chapeau !
Revenir en haut Aller en bas
Hartsock

avatar

Masculin Bélier Messages : 1477
Date d'inscription : 19/11/2015
Localisation : À table, comme toujours.
Humeur : J'ai la dalle!

MessageSujet: Re: L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]   Lun 19 Fév - 11:07

C'est géniaaaaal :la:
Moi aussi j'avais du retard mais tout ça se lit comme des ptits pains. La suuuite! :D

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hart, le cerf à chaussettes. Pour vous servir

Signe distinctif de chasseur de fautes: µ
------------------------------------------------------------------------
"Dis moi : je t'aime ! Hélas ! Rassure un cœur qui doute,
Dis-le moi ! Car souvent avec ce peu de mots
La bouche d'une femme a guéri bien des maux." VICTOR HUGO

Eh, venez voir ce que j'écris :p
http://www.encre-nocturne.com/t1576p30-pages-jaunes-nocturniennes#60288
Revenir en haut Aller en bas
http://hartsock.eklablog.com/
Yorffeez
Vélo bourré au fond d'un puits
avatar

Masculin Verseau Messages : 310
Date d'inscription : 19/02/2017
Localisation : Dans le puits
Humeur : Imbibé

MessageSujet: Re: L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]   Dim 25 Fév - 12:48

Merci beaucoup Da et Hart ! ça me fait super chaud au cœur ! ^^ C'est motivant pour moi et encore merci pour avoir tout lu d'une traite c'est cool :ok:

Voilà la suiiiiiite cheers


Chapitre 15 : Les Acromentules







Tourmenté et inquiet, Remus, qui avait maintenant l'apparence d'un terrifiant homme-loup, s'était caché des rayons de la pleine lune dans une petite caverne de la Forêt Interdite. Et, dans ses longs bras monstrueux, un Veaudelune qui ne comprenait pas très bien ce que lui voulait son inquiétant ravisseur. Visiblement, le loup-garou qui l'avait amené dans cette caverne obscure ne comptait pas le dévorer.

Ledit lycanthrope avait en effet projeté d'offrir ce Veaudelune à Mila une fois qu'il aurait retrouvé son apparence humaine. En attendant, il lui fallait patienter là à l'abri des regards en attendant que prenne fin son inconfortable métamorphose. Sa conscience, dont l'humanité avait été préservée grâce à la potion Tue-Loup, ne cessait de lui crier le prénom de Mila. Remus était en effet tracassé par la situation que devait vivre la jeune femme en ce moment même ! Elle devait certainement être très bousculée par sa récente transformation. Et il n'avait pas tort, car des plaintes canines lui parvinrent et, par curiosité, jeta un œil à l'extérieur.

Son cœur manqua un battement quand il comprit qu'il s'agissait d'une louve-garou totalement affolée, venue de Pré-au-Lard, qui détalait à toute vitesse et très maladroitement à travers les ténèbres de la Forêt Interdite, le tout, en émettant de petits sanglots à chaque fois qu'elle manquait des trébucher sur une pierre ou une racine. Il ne pouvait s'agir que de Mila...

Ainsi, après de longues secondes d'hésitation, Remus se résigna à la suivre et il ne lui fut pas difficile de la rattraper. Le loup-garou était en effet plus habile pour utiliser ce corps imposé par la pleine lune que ne l'était Mila qui, quant à elle, le découvrait tout juste. En effet, la louve-garou peinait à tenir debout sur ses deux pattes arrières et ne courait qu'avec trop d'hésitation en position quadrupède...

Lupin tentait de ne pas perdre Mila de vue mais ne put s'empêcher de se retourner vers la grotte d'où il venait pour constater que son captif, ce Veaudelune benêt avec ses deux gros yeux ronds et sa tête d'innocent, prenait la poudre d'escampette en dandinant dans la direction opposée... Remus émit un râle de frustration puis ne put s'empêcher de grogner quand il constata que la louve-garou n'était plus dans son champs de vision...

Lui vint alors l'idée d'utiliser son odorat que cette nuit avait nettement décuplé. Tant qu'à être prisonnier dans un corps de monstre, autant utiliser les rares avantages qu'il procure. La truffe de Remus détecta donc une odeur de cannelle dans l'air. Un parfum qui lui servit de piste. Une piste dangereuse, toutefois...

En effet, le loup-garou arriva peu de temps après devant une véritable vision d'horreur ! Devant lui, des grosses araignées autour d'une louve-garou complètement terrifiée et prisonnière de toiles solides. Une Mila quasi-immobilisée par ces monstres à huit pattes, suspendue là entre deux arbres.

Et oppressée par cette soie magique tissée là tout autour de son corps de femme-louve, des patte jusqu'au cou, Mila cessa de se débattre quand elle vit apparaître au loin ce qui ressemblait ... à un loup-garou. Et sa surprise fut d'autant plus grande lorsque sa mémoire lui rappela qu'il s'agissait du lycanthrope qui l'avait agressé ! Tétanisée, elle commença alors à se demander ce que lui voulait ce monstre. Et plus il se reprochait, plus Mila percevait son odeur. Une odeur familière... une odeur de chocolat qui ne pouvait appartenir qu'à Remus Lupin. Et malgré sa situation plus qu'inconfortable, Mila comprit directement pourquoi il s'inquiétait tant pour elle.

Tout cela était tellement bouleversant. D'abord sa première métamorphose, puis se retrouver à la merci de ces araignées et enfin deviner qui était le responsable de sa lycanthropie... non... c'en était trop pour Mila qui tomba immédiatement dans les pommes tandis que Lupin bondissait sur elle dans un grognement qu'il avait émit pour espérer faire fuir les araignées.

D'un coup de griffes, le lycanthrope détacha sa congénère piégée et emballée dans ce qui ressemblait à un cocon blanc. Hélas, d'autres Acromentules arrivèrent prêt de lui, très rapidement et dans un cliquetis angoissant. Remus s'empressa alors de porter Mila sur son épaule et, de sa patte libre, tenta de se défendre. Il en envoya ainsi une première dans les airs, une deuxième, une troisième ... mais elles étaient toujours plus nombreuses et Remus se sentit faiblir de plus en plus. Pourtant, il s'obstinait à garder Mila contre lui... à ne pas la laisser aux araignées qui de toutes façons comptaient sans doute les manger tous deux.

Il s'écroula malheureusement au sol lorsqu'un dard venimeux s'enfonça profondément dans son abdomen. Les Acromentules eurent alors tout le loisir de se regrouper autour de ces deux humanoïdes sauvages à la gueule de loup qui gisaient côte à côte inconscients au sol... et ce sous l'œil indifférent de la pleine lune.

« Le repas est servi, les enfants » s'exclama Aragog un peu plus loin. Celui-ci était curieux de goûter du loup-garou...




------------------------------------------------------------------------------------------------
"Pas un jour sans une ligne"


N'hésitez pas à aller y jeter un oeil :
-Mon DeviantArt
-Mon Wattpad
-Mes textes sur Encre Nocturne

Revenir en haut Aller en bas
http://yorffeez.deviantart.com
Yorffeez
Vélo bourré au fond d'un puits
avatar

Masculin Verseau Messages : 310
Date d'inscription : 19/02/2017
Localisation : Dans le puits
Humeur : Imbibé

MessageSujet: Re: L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]   Dim 4 Mar - 16:01

Chapitre 16 : Chérémon









Remus pensait qu'il était mort. Qu'ils étaient morts, Mila et lui. Car ce fut d'abord une aveuglante lueur blanche qu'il aperçut lorsque ses yeux s'ouvrirent. Mais il ne tarda pas à réaliser, à son plus grand soulagement, qu'il s'agissait des premiers rayons de l'aube matinale et estivale. Une lumière qui lui avait rendu son humanité. Son corps était en effet redevenu celui d'un sorcier chétif, faible, déshabillé et appuyé contre le tronc d'un arbre.

L'homme sentit alors son ventre lui faire mal. Il y porta sa main et se rappela comment une araignée lui avait enfoncé son dard avant qu'il ne perde connaissance. Une grande cicatrice se trouvait désormais à côté de son nombril. Une cicatrice parmi tant d'autres...

Immédiatement, il ramena alors son attention autour de lui et devina qu'il était entouré de centaures. Une quinzaine, plus ou moins... et en face de lui, allongée sur le sol, Mila, humaine elle aussi, qui gisait là sur la terre avec seulement quelques épais morceaux de toile d'araignée pour cacher son intimité.

La jeune femme retrouvait elle aussi ses esprits. Sa tête tournait... sa mâchoire lui faisait mal et elle se sentit courbaturée de partout. Elle se mit alors à frissonner et se rendit bien vite compte qu'elle était là, seule, au milieu des ces hommes-chevaux et devant ce Remus qui semblait la regarder d'un air inquiet. Elle détourna les yeux, mal à l'aise, et croisa les bras contre sa poitrine, toute grelottante et embarrassée. Endolorie et dégoûtée par ce qu'elle avait été les heures précédentes... à savoir, une louve-garou difforme et répugnante.

Elle avait honte d'être ainsi dans un état lamentable devant autant de monde. Sale, faible et dégageant une odeur de terre et de sueur.

Elle sursauta lorsqu'un des centaures déposa une couverture sur ses épaules et eut à peine la force de remercier la créature. Trop honteuse de sa condition et de sa situation...

-Remus, commença un centaure, la dernière fois que nous t'avons trouvé après une pleine lune tu étais plus jeune. Beaucoup plus jeune.

-Une lointaine époque, oui... confirma l'intéressé qui se remémorait les quelques fois où lui et ses amis Maraudeurs étaient redevenus humains au milieu des centaures après l'une ou l'autre nuit sauvage.

-Tu as eu de la chance, hier soir. Nous vous avons sauvé des Acromentules ! Elles y réfléchiront à deux fois la prochaine fois qu'elles voudront manger sur nos terres !

Le centaure présenta ensuite au sorcier une vieille cape dans laquelle il s'empressa de s'enrouler. La créature s'empressa alors de demander en désignant Mila des yeux :

-C'est ta fille ?

Remus sentit son cœur s'arrêter.

-Non... c'est ... un acc... Mila je suis... j'aurais dû vous le dire plus tôt...

Mais ladite Mila feignit ne pas entendre et se détourna. Remus, même s'il s'était attendu à cette réaction, n'en resta pas moins déçu. Une déception silencieuse, cependant...

-Un accident, devina le centaure avant de galoper vers la jeune femme toute étourdie et nauséeuse.

-Qu'est-ce que vous faites ? demanda Mila avec inquiétude lorsque l'homme-cheval la plaça sur son dos.

-Je connais Remus depuis très longtemps, lui répondit-il. Je sais qu'il ne t'aurait jamais fait ça volontairement ! Je vais te montrer quelque chose.

Mila, encore somnolente, fut trop faible pour répondre et se laissa emmener par la créature plus loin dans la Forêt Interdite. Tous deux arrivèrent ainsi quelques minutes plus tard dans une grande clairière tandis que le jour commençait à se lever et que les premiers oiseaux se faisaient entendre.

Il y aperçurent alors une bien étrange créature qui avançait maladroitement vers le ciel enflammé de l'aube. Un centaure, ou presque ... car il s'agissait d'un corps de cheval prolongé par un buste d'homme à la gueule de loup ! Un demi centaure, demi loup. Un homme-cheval atteint de lycanthropie !

-C'est Chérémon, commenta le centaure. Le plus jeune d'entre-nous, vingt-et-un ans, mordu lui aussi par un loup-garou dans un passé proche... Et le loup-garou qui a fait ça l'a fait « volontairement », contrairement à ce que vous a fait Lupin. Un pari idiot... Le loup-garou qui a fait ça à Chérémon s'était toujours demandé ce qu'il adviendrait d'un centaure mordu par un homme-loup. Cette ordure s'est donc arrangée pour se métamorphoser non loin de Chérémon... et voilà le résultat.

Le résultat en question était donc un pauvre centaure qui, baignant dans la lueur matinale, retrouvait douloureusement son apparence d'origine... Il tomba d'ailleurs au sol et continua de s'y tortiller tandis que le soleil lui rendait son vrai corps. D'abord, le rare duvet grisonnant présent sur son buste musclé s'en alla tandis que la fourrure de sa queue fut progressivement remplacée par d'innombrables crins de cheval. Le centaure-loup émit une longue plainte canine.

Alarmée et poussée par son amour pour les créatures magiques, Mila descendit très maladroitement du centaure sur lequel elle se trouvait pour se rapprocher de celui qui, toujours secoué par son retour à la normal, continuait de gémir sur le sol.

Quand elle arriva à sa hauteur, Mila constata que le museau de l'hybride rétrécissait de plus en plus pour prendre progressivement les traits d'un jeune et beau visage.. Celui de Chérémon qui lança un regard paniqué à Mila lorsqu'il retrouva ses esprits.

-Qui... qui êtes-vous... demanda dans un souffle le jeune centaure à la longue chevelure noire.

-Je... Je suis comme toi, lui annonça Mila en posant sur lui sa couverture.

-Je... je... commença Chérémon ahuri avant de tomber dans l'inconscience.





------------------------------------------------------------------------------------------------
"Pas un jour sans une ligne"


N'hésitez pas à aller y jeter un oeil :
-Mon DeviantArt
-Mon Wattpad
-Mes textes sur Encre Nocturne

Revenir en haut Aller en bas
http://yorffeez.deviantart.com
Hartsock

avatar

Masculin Bélier Messages : 1477
Date d'inscription : 19/11/2015
Localisation : À table, comme toujours.
Humeur : J'ai la dalle!

MessageSujet: Re: L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]   Lun 5 Mar - 1:05

AAAAAARGH cette fin! La suite!!! T'as pas le droit de nous laisser comme ça et de te barrer pendant qu'il s'évanouit! Reviens! T.T

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hart, le cerf à chaussettes. Pour vous servir

Signe distinctif de chasseur de fautes: µ
------------------------------------------------------------------------
"Dis moi : je t'aime ! Hélas ! Rassure un cœur qui doute,
Dis-le moi ! Car souvent avec ce peu de mots
La bouche d'une femme a guéri bien des maux." VICTOR HUGO

Eh, venez voir ce que j'écris :p
http://www.encre-nocturne.com/t1576p30-pages-jaunes-nocturniennes#60288
Revenir en haut Aller en bas
http://hartsock.eklablog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'homme aux cicatrices [Fanfiction Harry Potter]
Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits longs :: Fanfictions-
Sauter vers: