Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CC Unofficial 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
flocon

avatar

Féminin Taureau Messages : 133
Date d'inscription : 06/06/2017
Localisation : perdue en Hiver
Humeur : désespérée par le monde qui l'entoure

MessageSujet: CC Unofficial 2   Sam 7 Oct 2017 - 21:36

pour ceux qui veulent absolument un cc.

ordre et desordre

le crime parfait


c'est pas de ma faute

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je suis un flocon de quoi je ne sais pas. D'avoine ou peut être de glace.
Je préfère le flocon de neige, magnifique mais fragile et avant tout éphémère.

* * * * *
* * * * *

Je suis un flocon de neige solitaire
Délaissé par mes pairs, abandonné
Dans une région où le soleil règne en maître
Sous ce ciel bleu infini qui n'a jamais vu l'hiver
Je vis en espérant voir le jour où virevolteront
dans ce ciel tristement bleu de doux cristaux de glace


*    *    *   *    *
Revenir en haut Aller en bas
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 310
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Re: CC Unofficial 2   Sam 7 Oct 2017 - 22:33

Ordre et désordre :



Bouleversant et antique, le chaos.

L'ordre, nouveauté et tradition.

Ils étaient deux et seulement parce qu'ils étaient, l'un et l'autre pouvait être.

Sans désordre, pas d'ordre.

***

Deux enfants tapis dans l'ombre se dévisageaient.

Théo en tailleur sous la table et Arthur allongé sur le tapis.

Ce salon plein de poussière, à l'odeur d'ombre et d'humidité était leur refuge.

Là, sans aucune lumière ils pouvaient passés des heures dans le silence ou dans les murmures rieurs, la maison abandonnée rayonnait alors à nouveau, retrouvant un peu de vie.

La fenêtre cassée ne pouvait empêcher complètement l'extérieur d'entrer à la rencontre des deux jeunes enfants, des voix d'oiseaux, des bruits occasionnels de voitures, venaient alors les surprendre.

Néanmoins, malgré ces quelques petites interruptions, la pièce était calme et c'est pour cela qu'ils y venaient.

Arthur et Théo étaient deux êtres tranquilles et qui aspiraient à la tranquillité.

Et puisque cet endroit leur fournissait le silence qu'ils aimaient, les deux pouvaient être alors eux-même.

Arthur pouvait se mettre en colère et Théo pouvait se mettre à rire, mais le tout dans une relative discrétion.

Ils venaient d'endroits différents, ils étaient différents et c'est pour ça qu'ils s'appréciaient autant.

Il n'y avait pas que ça bien sûr, il fallait prendre en compte leur gentillesse, politesse, etc...

Mais ce qui les liaient le plus c'était la différence.

Souvent ils se battaient, quand Arthur amenait sa lampe par exemple, ou quand Théo la lançait dehors pour rester à l'abri dans le noir.

Les coups de pieds et coups de poings et coups de têtes fusaient alors en silence. Puis, fatigués, ils arrêtaient de se battre tout doucement et s'allongeaient l'un contre l'autre pour dormir.
Pendant des heures ils pouvait se blottirent ainsi, quelque fois une journée passait.

Soudainement, comme une grande vague balaye un château de sable, les années passèrent.

Le vent était le même, mais les oiseaux ne parlaient plus et la lumière passait à travers la rideau de la chambre blanche de Arthur.

Dans son fauteuil roulant, silencieux, il attendait.

Théo, avait commit un accident et Arthur en avait été la victime.

Paraplégique à vie avait été le diagnostique.

Alors, dans sa grande chambre blanche que Arthur n'avait jamais voulu décoré, des pensées s'agitaient.

Parce que Théo était parti Arthur l'attendait.

Depuis un ou deux ans.

Dans sa grande maison, Arthur réfléchissait à ce qu'il pourrait dire, à quoi il ressemblerait.

Encore et encore il le voyait.

Franchir la porte, casser son monde en blanc, prendre son fauteuil dans ses mains et l'emmener partout ailleurs.

Mais leur maison et leur salon abandonné n'était plus.

Ils ne pourrait plus se battre, se disputer. Est-ce qu'on se bat avec un paraplégique ? Est-ce qu'on l'insulte et insulte sa mère ?

Est-ce qu'on rigole avec un paraplégique ?

Encore et encore, Arthur le voyait, la pitié dans son regard, les pleurs, les excuses de son ami.

Il ne voulait de la pitié de personne, surtout pas de la sienne.

-Merde.

Et puis merde, viens juste me voir. Viens me voir, insulte-moi, plains-moi, enfuis-toi, je m'en fout. Je veux juste te revoir.

De nouveau Arthur repensa à ces années éternelles, où lui et son ami, tapis dans l'ombre, se regardaient, murmuraient, riaient et dormaient.

Un courant d'air souffla, des oiseaux chantèrent, la porte grinça.

Revenir en haut Aller en bas
 
CC Unofficial 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Compétitions :: Défis :: Les défis Tic-Tac-
Sauter vers: