Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Phoenix | Projet Bradbury 2.0 | [TP à -18]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 544
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Phoenix | Projet Bradbury 2.0 | [TP à -18]   Mer 25 Avr - 16:08

Je vais te faire un retour sur la semaine onze. Je n’ai plus la force de faire des commentaires détaillés, donc ce sera simplement un flot de mots pour donner mon avis sur la semaine onze.

Tout d’abord, comme je t’ai dit, j’apprécie particulièrement ta mise en page, elle est élégante, sobre et très agréable pour les yeux, je te piquerais le template.

Pour le reste, tu as tellement progressé en un an depuis la dernière fois que je t’ai lu, tu as un meilleur sens du rythme, et tu arrives à maintenir l’attention du lecteur.

Le souci dans cette histoire, c’est… qu’il ne se passe pas grand-chose, sauf que à la différence de Kafka où de Buzzati, ton absence d’action n’est pas comblée par grand-chose, on attend avec ton héros, mais… bah il ne se passe pas grand-chose.
J’aurais aimé par exemple un téléphone et des contacts avec les habitants proches qui sont des amis. Des inquiétudes dans leur silence, ne pas savoir si c’est le réseau dévasté par la tempête ou si c’est la mort qui les fauchés. En bref, étoffer ton personnage lui offrir plus de sentiment que sa témérité un peu naïve mais amusante.
En fait, j’aurais aimé plus de temporalité, parler de ce moment où il plante des planches dans les fenêtres même s’il a conscience que ce sera une protection dérisoire, parler de problème de pile de la lampes torche et de la radio, parler des premières alertes, des premières craquelures, sentir l’angoisse monter, tomber, la faire rejaillir.
En soit, ton récit s’il est bien écrit manque de maturité, on sent l’urgence du défi et le manque de temps même dans la narration, et j’aurai aimé terminer par un silence, comme si on ne savait pas si ce héros vit ou meurt, il voit juste la colère du vent et… silence, récit inachevé. Je trouverais ça tendrement élégant.

Mais voilà, tu as tellement progressé, je suis impresionné.

Félicitaiton.
Revenir en haut Aller en bas
Silenuse

avatar

Masculin Balance Messages : 2181
Date d'inscription : 03/06/2015
Localisation : Derrière un pouet
Humeur : pouet

MessageSujet: Re: Phoenix | Projet Bradbury 2.0 | [TP à -18]   Mer 25 Avr - 16:22

pouet

Citation :
Tu pousses le portail en fer forgé noir, il grince et finit lentement (ou un adverbe du genre : les adverbes apportent beaucoup à l'atmosphère de ton univers !) par s’ouvrir. Tu laisses retomber tes bras et tu prends le temps de redécouvrir ce lieu… Cela fait tellement longtemps… Un grand manoir, un peu biscornu, un peu lugubre avec ses murs assaillis par le lierre. Ici, finis la phrase avec un verbe (genre "domine l'horizon" ou je sais pas ; tu aurais alors une description parfaite, car tout le reste est bon Les ronces et les broussailles ont aussi envahi le parc. Tu remontes l’allée de gravier, maintenant colonisée par des herbes folles. Tu arrives devant une vieille porte en bois aux gonds rouillés. Elle est un peu tordue virgule mais tu penses qu’elle s’ouvrira sans trop de problèmes… Avec la deuxième personne, ça rend un peu inhabituel, mais la description est bonne !

Tu sors une clé ancienne de la poche de ton imper et tu la tournes dans la serrure. Des adverbes, pluuuuuuuus :unjournormal: :unjournormal: Force-toi à rajouter des adverbes à tes verbes, ça ajoute beaucoup ! Tu batailles pendant une longue minute… Le mécanisme est un peu grippé virgule mais il finit par fonctionner. Tu ouvres la lourde porte et tu pénètres dans la vieille bâtisse. Il fait sombre et une odeur de renfermé te prend à la gorge. Ce n’est guère étonnant… Tu sors une petite lampe torche de ta poche et tu avances tranquillement dans le hall. Tu distingues le mobilier décris un peu plus et l’escalier qui monte à l’étage. Le carrelage est couvert d’une couche de poussière un peu grasse et tu fais attention où tu marches.

Tu fais rapidement en début de phrase, ça a un peu plus de force le tour du rez-de-chaussée. Tu promènes ta lumière sur les murs et les meubles. à développer un peu plus Les souvenirs remontent peu à peu… Tu te revois petit jouant et courant dans toute la maison avec ton frère. Celui-ci ne devrait pas tarder… Vous deviez je crois qu'on va dire "devez", mais j'ai un doute là dessus vous retrouver ici, pour décider de la vente ou non de la maison. Vous y êtes attachés puisque vous y avez passé votre enfance virgule (toujours une virgule avant "mais" mais aujourd’hui virgule elle est à l’abandon et vous ne pourrez probablement pas la garder… Vous n’avez pas le temps et encore moins l’argent pour entretenir le domaine…

Tu repenses soudain Idem, à mettre en début de phrase à ce bon vieux nounours que vous aimiez tant… Tu souris et tu montes à l’étage. Les vieilles lattes de parquet craquent sous tes pas. Là virgule dans le couloir des chambres à coucher, tu le vois. Poussiéreux et d’un marron clair un peu passé, il est toujours au même endroit. Posé sur une petite table basse, au milieu du couloir. Ses yeux sont toujours rieurs même s’ils sont fatigués et son petit sourire en coin est resté. Tu es à la fois content de le revoir et Attention, tu as mis "à la fois content", ce qui suppose que tu mettes en opposition un autre adjectif ("à la fois content et effrayé") il te fait toujours un peu peur. Comme autrefois…

Tu finis par décider d’aller dehors, l’air vicié de l’intérieur t’incommodant. Tu sors dans le parc par derrière, traversant le grand salon et ses meubles anciens et défraîchis. Comme devant, la nature a repris ses droits et la neige est venue tapisser ce paysage. Tout est d’un blanc immaculé, tu te promènes tranquillement entre les plantes épineuses et les buissons touffus. Tout est calme, silencieux et tu te sens bien. Tu aimes le doux bruissement du vent dans les feuilles de la forêt environnante et le petit crissement quand tu avances dans la neige.

Tu continues ta balade quand tu aperçois des traces étranges dans la neige. Elles sont sombres et tu ne sais pas trop ce que c’est (pour le moment). Tu t’approches rapidement et tu commences à sentir un certain malaise… Celui-ci qui augmente c'est un verbe faible : préfère "s'accentue" ou des verbes avec des sens plus forts quand tu t’approches… Tu comprends qu’il s’agit de sang… Paniqué, tu fais quelques pas de plus. Soudain tu hurles d’effroi ! Cette fin de paragrpahe manque un peu de rythme. Pense ici, dans un tel moment charnière, à faire des phrases plus courtes pour préparer le suspense ("C'est du sang... Paniqué, etc" en fait je me fais juste chier pour la première phrase u_u)

Tu vomis tu te mets à vomir, souillant le sol blanc à tes pieds, repensant à tes souvenirs et à tout le passé, regardant dans les rejets de ton corps les relents de ta mémoire (etc) => envoie la sauce ici, c'est ton moment critique dans le texte, c'est ici qu'il faut nous faire ressentir des émotions fortes !, souillant le sol blanc à tes pieds. Ton frère est étendu là… Son corps est presque méconnaissable virgule mais tu as reconnu ses vêtements… Il porte presque toujours les mêmes… Son manteau clair est maculé de sang. Une entaille béante orne son cou… Il a été égorgé. Son visage semble aussi avoir subi les frasques de son meurtrier…

Ta tête tourne, tu te sens mal… Tu dois appeler quelqu’un… La police… Tu comprends alors qu’il est trop tard… Tu sens une présence inquiétante derrière toi… Avant que tu ne puisses te retourner, il te saute dessus. Tu sens une vive douleur sur ta gorge. Tu y porte les mains et tu sens ton liquide de vie couler. Tu t’effondres, ton sang se répandant sur le tapis neigeux. Ta vision se brouille et tu entends comme une marche funèbre dans tes oreilles… Un orchestre sanglant qui t’accueille dans l’autre monde… Tu rends ton dernier soupir, étendu sur le sol de ton enfance.

Tu ne vois pas l’ombre penchée sur toi. Ta peluche maudite a un rictus mauvais et se venge sur ton visage. Sa besogne terminée, l’ourson repart vers le manoir, laissant un couteau souillé près de ton cadavre. Laissant des traces ensanglantées dans la neige et dans la bâtisse, elle remonte à sa place. Figé sur sa table, elle attend. Je m'attendais TELLEMENT à un "Figée sur sa table, cette ombre, c'est moi" je SUIS DE-CU Wiii(et ça permettrait de donner tout le sens à l'emploi de la deuxième personne, en fait)

Bon, je ne reviens pas sur la deuxième personne AHDE AHDE
Eh ben, c'est bien, ça. Ca pourrait être encore mieux avec plus d'adverbes, plus d'adjectifs, plus de descriptions. Avec ces trois choses en plus, tous tes textes deviennent extraordinaires, crois-moi.
A part ces réserves, le reste est bon, fonctionne bien ; la fin manque un peu de force parce que l'atmosphère est pas suffisamment forte elle-même, mais ça viendra tout seul avec les ajouts d'adverbes et de tout le tintouin Wink

Tu es pas loin de la perfection, continue à progresser comme tu le fais Wink

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Chanter des chansons chez patrick Sébastien , enfin j'avais trouve mon identité je croyais que j'étais spiderman mais en vrai j'étais un agneau qui nage, j'avais plus peur des loup et de la mort car je savais qu'au bout du compte on finirai tous chez patrick Sébastien"
Pierre, 21/04/2018




Ah oui, j'écris des trucs aussi
Tutos : Versification & Rythme
Revenir en haut Aller en bas
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 425
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Re: Phoenix | Projet Bradbury 2.0 | [TP à -18]   Mer 25 Avr - 17:05

Pas mal tout ça, j'ai bien aimé le style.
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix
Piou grincheux accro au café
avatar

Féminin Gémeaux Messages : 1793
Date d'inscription : 06/01/2015
Localisation : Sur tous les fronts
Humeur : Battante

MessageSujet: Re: Phoenix | Projet Bradbury 2.0 | [TP à -18]   Mer 25 Avr - 17:14

Réponse à Ragne:
 

réponse à Sil':
 

@Ouppo : merci :)


Merci à vous trois d'être passé et merci pour les conseils et les annotations coeur je vais continuer d'écrire et de bosser en tenant compte de tout ça !! #Motivation !

------------------------------------------------------------------------------------------------

Lire le phoenix--------> Mes textes o/

Demandez les services de CommandoSuperPho :corn5: :
Bidouillages, test et codage[DISPO]
Beta-lecture [DISPO - TEXTES COURTS UNIQUEMENTS]

*L'oiseau cramé s'approche de Invité et se demande si ce dernier est comestible... Le piaf enflammé a faim...
Revenir en haut Aller en bas
https://kemnyx.wordpress.com/
Phoenix
Piou grincheux accro au café
avatar

Féminin Gémeaux Messages : 1793
Date d'inscription : 06/01/2015
Localisation : Sur tous les fronts
Humeur : Battante

MessageSujet: Re: Phoenix | Projet Bradbury 2.0 | [TP à -18]   Lun 30 Avr - 9:26

Bonjour bonjour o/

[-12] Combat, mort

Voici ma nouvelle de semaine 12 (attention texte long AHDE) elle est postée en entier sur le lien google doc que voici :

Semaine 12


Bonne lecture à vous :la: et un grand merci à Arwen pour la beta et Hartsock pour la correction Wink


------------------------------------------------------------------------------------------------

Lire le phoenix--------> Mes textes o/

Demandez les services de CommandoSuperPho :corn5: :
Bidouillages, test et codage[DISPO]
Beta-lecture [DISPO - TEXTES COURTS UNIQUEMENTS]

*L'oiseau cramé s'approche de Invité et se demande si ce dernier est comestible... Le piaf enflammé a faim...
Revenir en haut Aller en bas
https://kemnyx.wordpress.com/
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 425
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Re: Phoenix | Projet Bradbury 2.0 | [TP à -18]   Dim 20 Mai - 20:28

C'est pas mal, continue.
Revenir en haut Aller en bas
Flopostrophe

avatar

Féminin Scorpion Messages : 378
Date d'inscription : 19/01/2017
Localisation : Sur le toit
Humeur : Le temps passe trop vite

MessageSujet: Re: Phoenix | Projet Bradbury 2.0 | [TP à -18]   Lun 4 Juin - 17:19

Coucou Pho, je viens jeter un œil à tes nouvelles :) je vois que ça fait un moment que tu n'as rien envoyé ici... :O Je vais lire le récit de la semaine 7, comme personne n'a encore fait de commentaire dessus :)


L'homme était assis sur ce banc depuis plusieurs heures. Ses cheveux gris et blancs s'agitaient légèrement avec la légère (répétition du mot léger, c'est un peu dérangeant à la lecture) brise qui soufflait, en cette matinée d'automne. Ses vêtements, un pantalon de velours noir usé et reprisé, un manteau sale et troué, une vieille écharpe élimée et des chaussures en cuir râpé presque sans semelles, ne le protégeaient guère de la fraîcheur et de la pluie fine qui tombait. Mais il restait là, immobile, sur ce banc en bois clair et à l'assise creusée. Je visualise parfaitement cet homme, belle description pour démarrer ! :) Son visage ridé et buriné trahissait un certain âge. Son regard était perdu, plongé dans le vague et dans des choses que lui seul pouvait admirer. Il était là, assit assis et figé.

Autour de lui, le parc, paré de ses couleurs automnales, était en pleine effervescence. Dans le terrain de jeux ensablé, quelques enfants s’amusaient sur les structures en bois et le toboggan, sous l'œil vigilants y a un S en trop ^^ de leurs parents. Un peu plus loin, sur une herbe verte et rase, un autre groupe de bambins jouaient à chat entre les arbres aux couleurs orangés orangées?, manquant de glisser sur les feuilles aux couleurs chaudes (je trouve que ça fait de trop ces description de couleurs, faudrait enlever soit les couleurs orangées soit les couleurs chaudes, mais pas laisser les deux), qui jonchaient la pelouse. Sur les chemins sableux, mouillés par la pluie, se croisaient travailleurs en costumes, familles nombreuses, joggeurs aux couleurs vives (ouais faut vraiment enlever une des deux descriptions de couleur d'au dessus :3 ) et quelques flâneurs venus profiter d'un coin de verdure. Ça m'étonne quand même qu'y ait autant de monde dans ce parc un jour de pluie...

Toutes ces personnes passaient et repassaient sans prêter attention au vieux monsieur, toujours assis sur le banc, juste devant la fontaine. Celle-ci ne coulait plus en cette période et une bande de jeunes y avait élu domicile pour fumer et passer la journée à discuter. L'homme restait là, sans bouger, ses mains jointes et posées sur ses genoux. Au fur et à mesure, il semblait se tasser de plus en plus, comme si ses forces étaient en train de l'abandonner. Il était de plus en plus recroquevillé.

La journée continua et l'homme était toujours prostré sur le banc, indifférent au froid et à la pluie qui continuait de tomber sur le parc. Le temps avait chassé les derniers promeneurs ainsi que les enfants et leurs parents. Seuls de rares sportifs traversaient encore les lieux, à grandes enjambées et sans se soucier de leur environnement. Un de ces joggeurs qui allait qui allaient? ou alors il faut mettre une virgule avant qui allait sinon on croit que c'est tous les joggeurs qui font le tour de la fontaine habituellement... enfin je crois. faire le tour de la fontaine, ralentit en apercevant le vieil homme, ramassé sur lui-même et affaissé contre le dossier. Le jeune, vêtu d'un caleçon de course noir et d'un imper léger et fluo, s'approcha du banc, tout en retirant ces le "ces" est bizarre, j'aurais plutôt mis "ses" écouteurs de ces pareil, c'est mieux "ses" oreilles.

—Monsieur ? Monsieur ? Vous allez bien, point d'interrogation? apostropha le coureur.

Il n'obtint aucune réponse, le vieux monsieur était toujours plongé dans ses pensées et avait le regard dans le néant. Le jeune homme arriva près de l'homme et lui toucha doucement l'épaule, tout en continuant de lui parler pour essayer de nouer le contact.

—Monsieur, vous m'entendez,? demanda encore une fois le sportif avec son bonnet et ses écouteurs à la main.

Le vieillard se redressa, semblant sortir de sa torpeur. Il regarda l'homme qui lui faisait face, le détaillant de la tête aux pieds. Une silhouette fine et élancée, vêtue de vêtements ajustés et aux couleurs criardes avec des baskets de course, un smartphone, un bonnet et des écouteurs à la main(tu décris trop de fois ce gars je trouve). Le jeune joggeur regardait son ainé avec bienveillance, attendant une réponse sur l'état de celui-ci. Le vieillard ne répondit pas, il était replongé dans son monde et ne se préoccupait plus du jeune homme. Ah... On n'avance pas des masses ici XD

Le sportif rangea son téléphone et ses écouteurs, remit son bonnet sur ses oreilles et alla s'asseoir sur le banc, aux côtés de son ainé. Il posa sa main sur l'épaule du vieux monsieur et lui parla doucement.

—Vous allez bien ? Qu'est-ce qu'il vous arrive ?

Le vieillard se trémoussa et se tourna vers le jeune. Il semblait triste et mal à l'aise.

—Je... ça va..., finit par dire le vieux monsieur. J'étais juste plongé dans mes souvenirs... Je me souvenais d'elle, vous comprenez ?

Le sportif était un peu interloqué, les propos de l'homme aux habits usés étaient un peu incohérents mais il décida de l'écouter. Ce dernier semblait avoir envie de parler à quelqu'un.

—Elle était tellement belle vous savez... Une belle chevelure noire comme la nuit, des yeux vert verts? comme l'émeraude qui vous transpercez transpercent à chaque regard, un nez fin et quelques grains de beauté sur les joues... Et sa robe blanche, parsemée de petites fleurs roses et bleues... Elle lui allait tellement bien et ça faisait ressortir ses belles jambes et ses hanches... Je l'aim....

La phrase du vieillard se perdit, il était repartit ailleurs.

—Elle s'appelait comment ? demanda le jeune homme.

—Yvonne... Ah si elle me voyait aujourd'hui... Elle me manque tellement... J'aimerais qu'elle soit à mes côtés mais..., la voix du vieil homme se cassa, partant dans un sanglot. Tes dialogues sont réussis, ça me semble naturel et c'est touchant

La main du jeune, sur l'épaule de son ainé tenta de se faire réconfortante.

—Je comprends, fit le sportif dans un souffle.

Le vieil homme eut un rapide sourire. Il ferma les yeux pendant quelques secondes.

—Je.... Merci d'avoir pris le temps de parler un peu avec moi... Je... Ça me fait chaud au cœur vous savez... Mais j'aimerais être un peu seule seul avec elle maintenant.... Je... Vous comprenez ?

—Vous êtes sûr que ça va aller ? s'enquit tout de même le jeune joggeur.

—Je... Oui ça ira... Merci..., termina le vieil homme avec une voix un peu essoufflée.

Le regard dans le vide, le vieillard était retourné à ces ses ? ce serait mieux pensées. Le jeune joggeur jeta un dernier regard sur son ainé en se levant... Il était un peu inquiet par rapport à lui mais il semblait juste un peu triste et fatigué. En quittant le vieil homme aux cheveux grisonnants, le sportif se promit de repasser une fois sa course finie pour voir si l'homme était toujours ici.

En sortant à l'autre bout du parc, ses écouteurs de nouveau sur ses oreilles, le joggeur vit une patrouille de la police municipale lui faire signe. Il arrêta son footing et alla à leur rencontre.

—Bonjour monsieur, police municipale, es ce est-ce que vous auriez vu ce monsieur je mettrais plutôt cet homme plutôt que ce monsieur, comme ça ça évite une répétition avec le bonjour monsieur, puis ça sonne mieux je trouve ? demanda le policier en tendant une photo. Nous le recherchons depuis plusieurs heures... Il est sorti de la maison de retraite...

Le sportif détailla la photo et il reconnut le vieil homme qu'il venait de quitter.

—Oui, je l'ai vu. Je me suis même arrêté discuter un peu avec lui...

—Où l'avez-vous vu ? Et il y a combien de temps ?

—J'ai dû le quitter il y a quelques minutes... Il était assis sur un des bancs du parc, juste en face de la fontaine, celle qui est en calcaire blanc et surmontée d'une statue. Il était un peu plongé dans ses pensées et triste...

—D'accord, merci beaucoup monsieur !

Le gardien de la paix fit signe à ses collègues.

—Nous l'avons trouvé, ce monsieur l'a aperçu il y a quelques minutes, fit-il en désignant le sportif. Il est dans le parc à priori. Nous allons aller voir et si c'est bien lui, il faudra appeler la famille, comme nous l'a indiqué la maison de retraite. Monsieur, vous voulez bien venir avec nous ? Pour nous dire exactement où vous l'avez rencontré ? Je trouve que cette phrase pouvait être résumée en un signe de main à ses collègues pour qu'ils le suivent et demander au joggeur s'il veut bien les suivre. Le reste me semble inutile, parce que le lecteur le sait déjà alors c'est un peu ennuyant

Le joggeur acquiesça d'un signe de tête et repartit en direction du parc, suivi par la patrouille. Ils traversèrent la partie du parc destinée aux enfants puis arrivèrent en vue de la fontaine. En jetant un rapide coup d'œil, le jeune homme vit que le vieux monsieur était encore assis sur le banc, il n'avait pas bougé d'une semelle. Le policier responsable fit signe au groupe de stopper et prit son téléphone pour appeler la famille, au numéro que la maison de retraite lui avait fourni.

—Bonjour. Madame Samartin ?

—Oui, c'est bien moi...

—Police à l'appareil, j'appelle de la part de la maison de retraite... C'est au sujet de votre père...

—Oui, la maison de retraite m'a prévenue qu'il était encore parti...

—Nous l'avons retrouvé, nous sommes au parc Tuillat, pas très loin de la fontaine...

—Je vous rejoins, si vous y allez, il ne voudra pas vous suivre... Je serai là dans dix minutes...

—Nous vous attendons, merci.

Le gardien de la paix raccrocha et ils patientèrent en attendant la fille du vieux monsieur. Tout était calme dans le parc, même la pluie semblait s'être arrêtée... Seule la brise subsistait, faisant s'agiter les feuilles des arbres. Une jeune femme à la silhouette fine, aux cheveux bruns et aux yeux verts se présenta aux forces de l'ordre.

—Madame Samartin, l'apostropha le chef de section.

—Oui, c'est moi. Où est mon père ?

—Il est sur le banc, juste là.

La jeune femme se dirigea vers le vieil homme, suivie à quelques distances par la patrouille et le jeune sportif. Parvenue près de lui, elle le secoua et se mit à crier. Les policiers et le joggeur arrivèrent au pas de couse course. Le vieil homme ne respirait plus... Deux policiers, assistés du sportif, tentèrent de réanimer le vieil homme tandis que le chef des forces de l'ordre fit appeler les secours et emmena la jeune femme un peu à l'écart. Dommage que ta balise [-12] indiquait qu'un personnage mourrait, parce que du coup je m'en doutais, mais bon tu n'en peux rien... Mais c'est triste :'(

Le SAMU arriva rapidement sur les lieux, prenant le relais des gardiens de la paix et du sportif. Malgré tous leurs efforts, le vieil homme ne reprit pas connaissance. Une fois tout le matériel rangé, la jeune femme regarda son père en essuyant ses larmes. Il avait le visage paisible. Les yeux fermés, il semblait seulement dormir. La brune esquissa un sourire.

— Je crois que je comprends pourquoi il est encore sorti de la maison de retraite ce matin... C'est ici, dans le parc, sur ce même banc qu'il a rencontré ma mère pour la première fois... C'est trop mignon Pho cute sniff

Des larmes coulaient sur les joues de la jeune femme. Le jeune joggeur la prit par les épaules et la fit asseoir sur le banc, sous l'œil attentif des médecins qui emportaient le corps.

—Votre mère vous ressemblait non ? Il m'en a dit quelques mots, un peu plus tôt quand je me suis assis à côté de lui...

—Oui... Elle était très belle... Elle est morte il y a juste un an... Elle lui avait dit qu'elle l'attendrait... Ils s’aimaient tellement tous les deux…, fit la jeune femme entre deux sanglots. Au moins ils sont réunis à présent…

Waah, ben c'est super touchant ! C'est une histoire toute simple, mais bien décrite et réaliste. J'ai bien aimé :) Continue à écrire, que ce soit le projet Bradbury ou d'autres projets, t'es déjà une écrivaine du tonnerre, alors si tu écris encore et encore, j'imagine même pas la qualité que tu vas nous sortir ! Hug

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Les hommes qui en déclassent d'autres hors de l'humanité se déclassent eux-mêmes puisque le geste qu'ils font n'est pas humain" - Levi-Strauss



Chasseresse de fautes  :superman:  Mon signe distinctif : §


Revenir en haut Aller en bas
Flopostrophe

avatar

Féminin Scorpion Messages : 378
Date d'inscription : 19/01/2017
Localisation : Sur le toit
Humeur : Le temps passe trop vite

MessageSujet: Re: Phoenix | Projet Bradbury 2.0 | [TP à -18]   Mer 4 Juil - 11:55

Voici donc un commentaire global pour ta nouvelle 12. C'est vrai qu'elle est longue ^^ mais elle est vraiment bien, ça valait la peine de la lire :D

Par contre, quelques petites remarques vite fait, qui sont plutôt des avis très personnels, à toi de les prendre en compte ou non ^^
A la page 7, tu écris "Le lendemain, ils prennent le ciel. Le bateau s'élance dans les airs...". En lisant j'étais là "heiiiin?? On m'a pas prévenu qu'y aurait des bateaux volants" Alors certes, cette idée est génial et colle bien avec le contexte de ton histoire:) mais je trouve que ce serait pas mal d'ajouter une petite description plus détaillée de l'engin avant que Kerkham monte dedans, en ajoutant par exemple qu'il le trouve grand, beau, ou quelques qualificatifs qui nous présentent un peu le bazar.

A la page 11, tu écris "Grâce à son groin, qui lui donne un excellent flair...", j’avais totalement oublié cet élément de l’histoire, leur mutation en semi-porc… (tu ne le dis pas pendant 10 pages quand même) Il faudrait le rappeler une ou deux autres fois avant je trouve, parce que là en lisant je me suis dit "son groin? Quoi? Aaah oui !" bon, c'est peut-être parce que j'ai lu ta nouvelle en plusieurs fois. Mais un petit rappel de temps en temps avant ce passage ne ferait pas de mal.

A la page 12, tu écris "De son côté, Kerkham examine minutieusement…" Tout ce paragraphe, je l’aurais plutôt vu à l’imparfait car tu refais un mini saut dans le passé en disant ce que faisait Kerkham pendant que sa coéquipière découvrait l’oiseau. Tu vois ce que je veux dire? Ça ne choque pas mais perso je trouve que ce serait mieux.

J'ai remarqué que tu avais plusieurs fois utilisé le déterminant démonstratif "ces" alors que je trouve qu'il était plus judicieux d'utiliser le déterminant possessif "ses". Pour savoir lequel emprunter, tu peux par exemple remplacer le nom pluriel qui suit par le nom au singulier, et tu regardes si tu dis plutôt "son/sa" ou "ce/cette", par exemple "dans ses/ces yeux", tu dis "dans son œil" ou "dans cet œil", ça changera bien sûr en fonction de ton contexte.

Si tu comptes un jour retravailler en profondeur ce texte, je trouve que tu pourrais ajouter des éléments de personnalité pour Kerkham, des points forts et faibles etc, simplement pour qu’on le connaisse mieux et qu’on s’y attache un peu plus. Mais si tu laisses comme ça, c'est bien aussi, je trouve juste que je ne me suis pas fort attachée au personnage principal.

J’aurais aimé qu’il y ait un mini passage qui raconte l’au revoir avec sa compagne avant qu'il parte en mission du genre émouvant, là, "Je reviendrai, promis", "prends soin de toi"... ^^

Sinon voilà, c'est vraiment top. Les événements se succèdent très vite sans beaucoup s’éterniser dessus, et comme c’est une nouvelle, je pense que ça ne dérange pas.
La bagarre avec les pirates puis avec les animaux sont bien réussies je trouve.
L’histoire est bien inventée, c’est prenant, la mission est bien choisie. Voilà, j'ai bien aimé :) Bisous Hug

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Les hommes qui en déclassent d'autres hors de l'humanité se déclassent eux-mêmes puisque le geste qu'ils font n'est pas humain" - Levi-Strauss



Chasseresse de fautes  :superman:  Mon signe distinctif : §


Revenir en haut Aller en bas
Phoenix
Piou grincheux accro au café
avatar

Féminin Gémeaux Messages : 1793
Date d'inscription : 06/01/2015
Localisation : Sur tous les fronts
Humeur : Battante

MessageSujet: Re: Phoenix | Projet Bradbury 2.0 | [TP à -18]   Jeu 5 Juil - 8:44

Flopo :

Semaine 7 : ow merci beaucoup pour ce commentaire et toutes tes remarques et annotations coeur ça va bien m'aider :la:. Faut que j'arrive à améliorer les répétitions et ces foutus descriptions ^^ Vraiment merci <3

Semaine 12 : Dejà un très grand merci pour avoir lu cette longue nouvelle coeur j'irai scruter avec attention ce que tu m'as relevé dans le texte !

Flopo a écrit:


Voici donc un commentaire global pour ta nouvelle 12. C'est vrai qu'elle est longue ^^ mais elle est vraiment bien, ça valait la peine de la lire :D merci Embarassed

Par contre, quelques petites remarques vite fait, qui sont plutôt des avis très personnels, à toi de les prendre en compte ou non ^^
A la page 7, tu écris "Le lendemain, ils prennent le ciel. Le bateau s'élance dans les airs...". En lisant j'étais là "heiiiin?? On m'a pas prévenu qu'y aurait des bateaux volants" Alors certes, cette idée est génial et colle bien avec le contexte de ton histoire:) mais je trouve que ce serait pas mal d'ajouter une petite description plus détaillée de l'engin avant que Kerkham monte dedans, en ajoutant par exemple qu'il le trouve grand, beau, ou quelques qualificatifs qui nous présentent un peu le bazar. Effectivement cpas faux ^^ c'est vrai que je n'ai pas vraiment décrit mes bateaux volants ^^ Je retiens !

A la page 11, tu écris "Grâce à son groin, qui lui donne un excellent flair...", j’avais totalement oublié cet élément de l’histoire, leur mutation en semi-porc… (tu ne le dis pas pendant 10 pages quand même) Il faudrait le rappeler une ou deux autres fois avant je trouve, parce que là en lisant je me suis dit "son groin? Quoi? Aaah oui !" bon, c'est peut-être parce que j'ai lu ta nouvelle en plusieurs fois. Mais un petit rappel de temps en temps avant ce passage ne ferait pas de mal. Vi j'ai essayé de le faire revenir une ou deux fois cet aspect mais je l'ai pas très bien fait ressorti :/ je note Wink

A la page 12, tu écris "De son côté, Kerkham examine minutieusement…" Tout ce paragraphe, je l’aurais plutôt vu à l’imparfait car tu refais un mini saut dans le passé en disant ce que faisait Kerkham pendant que sa coéquipière découvrait l’oiseau. Tu vois ce que je veux dire? Ça ne choque pas mais perso je trouve que ce serait mieux. Je vais aller regarder ça ^^ c'est vrai que les temps de conjugaison c'est pas mon fort, je vais bosser :la: merci !!!

J'ai remarqué que tu avais plusieurs fois utilisé le déterminant démonstratif "ces" alors que je trouve qu'il était plus judicieux d'utiliser le déterminant possessif "ses". Pour savoir lequel emprunter, tu peux par exemple remplacer le nom pluriel qui suit par le nom au singulier, et tu regardes si tu dis plutôt "son/sa" ou "ce/cette", par exemple "dans ses/ces yeux", tu dis "dans son œil" ou "dans cet œil", ça changera bien sûr en fonction de ton contexte. Hum j'avais pas remarqué ça.
Et bien je vais prendre tout ça en compte et voir ce que je peux faire :la: merci :3


Si tu comptes un jour retravailler en profondeur ce texte, je trouve que tu pourrais ajouter des éléments de personnalité pour Kerkham, des points forts et faibles etc, simplement pour qu’on le connaisse mieux et qu’on s’y attache un peu plus. Mais si tu laisses comme ça, c'est bien aussi, je trouve juste que je ne me suis pas fort attachée au personnage principal. *Pho note scrupuleusement pour bosser tout ça !

J’aurais aimé qu’il y ait un mini passage qui raconte l’au revoir avec sa compagne avant qu'il parte en mission du genre émouvant, là, "Je reviendrai, promis", "prends soin de toi"... ^^ Vi effectivement ^^

Sinon voilà, c'est vraiment top. Les événements se succèdent très vite sans beaucoup s’éterniser dessus, et comme c’est une nouvelle, je pense que ça ne dérange pas.
La bagarre avec les pirates puis avec les animaux sont bien réussies je trouve. <3
L’histoire est bien inventée, c’est prenant, la mission est bien choisie. Voilà, j'ai bien aimé :) Bisous Hug


Encore merci pour le temps que tu y as passé et toutes tes remarques !! Merci merci merci coeur
J'ai plus qu'a bosser tout ça moi :la: :la: :la:

------------------------------------------------------------------------------------------------

Lire le phoenix--------> Mes textes o/

Demandez les services de CommandoSuperPho :corn5: :
Bidouillages, test et codage[DISPO]
Beta-lecture [DISPO - TEXTES COURTS UNIQUEMENTS]

*L'oiseau cramé s'approche de Invité et se demande si ce dernier est comestible... Le piaf enflammé a faim...
Revenir en haut Aller en bas
https://kemnyx.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Phoenix | Projet Bradbury 2.0 | [TP à -18]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Phoenix | Projet Bradbury 2.0 | [TP à -18]
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: