Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chronochallenge 79

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Titi

avatar

Féminin Lion Messages : 515
Date d'inscription : 29/06/2016
Localisation : Dans la région de la cancoillotte :la:
Humeur : Ça dépend

MessageSujet: Chronochallenge 79   Sam 28 Oct 2017 - 22:19

Hellow :la:

Je vous propose un CC ce samedi, où, bien évidemment, même s'il est déjà bientôt 22h30, vous aurez 1 h à partir du moment où ce message est posté pour écrire :D
En accord avec ce qu'a demandé Nain Fougère sur un topic il y a peu, il n'y aura PAS de vidéo youtube/de musique.


1/ La même chanson

2/ La flamme de l'espoir

3/ Les quatre éléments

4/ La cerise sur le gâteau

5/ Injustice

A vos plumes ? Prêt.e.s ?
Ecrivez !! AHDE

------------------------------------------------------------------------------------------------
Les mercredis, 21h30 environ (heure française), à partir du 1er novembre, j'animerai les CC.
Vous êtes libres de m'envoyer (ou non) vos suggestions par mp (ou sms, ou messenger).


CDF :la:
Mon signe distinctif est ♫
Mes catégories assignées sont : Poésies, Chansons, Chamarrés


-
"Je leur rendrai ce grand service parce qu'on ne me l'a pas rendu à moi." (Philippe Labro - Les cornichons au chocolat)

-
Tous mes sens charmés
Hypnose et divins délices
J'aime les haïkus
Revenir en haut Aller en bas
http://je-seme-des-poemes.skyrock.com/3113348789-Index-des-poeme
Wishy

avatar

Féminin Vierge Messages : 72
Date d'inscription : 17/08/2016
Localisation : Dans le brouillard d'Angers
Humeur : bisounours

MessageSujet: Re: Chronochallenge 79   Sam 28 Oct 2017 - 23:13







Je refuse de spoiler le thème, s'avez qu'à lire ♥️

“Tu n’as pas le droit.”

Ma voix claque, sèche et je le fixe du regard. Je ne le connais pas. Je veux dire, à un mariage, il est rare que l’on connaisse tout le monde. L’inconnu donc, vêtu d’un costard anthracite à la cravate assorti, hausse un sourcil. Il semble vraiment surpris, mais au moins a arrêté son geste. Sa voix sort de sa bouche aux lèvres pleines :

“Comment ?”

Je tape mon talon aiguille sur le carrelage de la salle des fêtes. Le bruit se perd dans la musique ambiante, variété française qui m’avait vite taper sur le système. Alors, quand “il” était enfin arrivé je m’étais promis de ne pas le rater. Et ensuite, je pourrais quitter la soirée sans regret. Mais voilà que cet homme arrive, passe devant moi et prend ce qui me revient de droit. Il était hors de question que je me laisse faire.

“Cette part, là, elle est à moi.”

Je croise mes bras sur la robe en taffetas bleu sombre réservées aux demoiselles d’honneur. Le genre qui ne risquait pas de faire de l’ombre à la mariée. Et c’est cette même robe qu’il regarde maintenant, comme si mon mouvement avait attiré son attention. Il affiche désormais un sourire en coin qui m’agace foutrement. Le pire est encore lorsqu’il se saisit de mon bien sans me quitter des yeux.

“Tristan pour vous servir.”

Commence-t-il directement, et sans me laisser le temps de répondre il continue, d’une voix profonde et amusée.

“Et pourquoi vous appartiendrait-elle ?”

Je grince des dents sans même m’en rendre compte. Le grand brun aux yeux bleus n’en rate rien d’ailleurs cela l’amuse encore plus. Il a bien insisté sur le vouvoiement, comme pour appuyer mon manque de respect et autre code donc je me fichais bien royalement à l’heure actuelle. Autour de nous, personne ne s’attarde et j’en suis bien heureuse. Bien que je ne lâcherais pas ce… Tristan, je ne tenais pas à faire esclandre. Je doute que ma meilleure amie l’accepte. C’est en silence que notre joute verbale continue.

“C’est la dernière part du gâteau où il y a une cerise, dis-je alors que je la désigne du doigt et dévore des yeux. Et vois-tu, Tristan, je tuerais pour une cerise. Je l’ai attendu, depuis que j’ai aidé Lise à choisir sa pièce montée. Cinq véritables cerises sur l’ensemble, en guise de décoration. Cela fait bien dix minutes que j’attends de pouvoir me servir, pendant ces dix minutes je les ai vu partir les unes après les autres. Et toi, tu passes devant moi pour prendre la dernière… Tu crois vraiment que je vais me laisser faire ? Tu n’as pas le droit. Alors où tu me la rends où…”

Je n’ai pas le temps de finir ma phrase qu’il glisse l’objet du délit entre mes lèvres. Aussitôt, c’est un festival de saveur, ce sucré, cette acidité, je me détends. Que dis-je ? Je fonds littéralement. Je laisse même échapper un petit soupir de contentement.

“Merci…”

Il sourit à nouveau et me tend l’assiette avec la part de gâteau nue de sa cerise.

“De rien, mais maintenant, je vais devoir me prendre une autre part sans jamais connaître le goût de cette cerise en plein hivers.”

Je rougis doucement et une voix m’interpelle.

“Willow, je vais jeter le bouquet, tu viens ?”

Je tourne mon visage vers la meringue blanche au visage resplendissant, aussitôt, tout l’amour que je ressens pour elle déborde. Je suis tellement heureuse pour elle que j’en oublierais les heures d’ennuis à attendre la cerise sur le gâteau. Je lui fais un signe et prononce quand même ces quelques mots à l’intention de mon presque voleur de fruit rouge :

“Je vous en promets une si vous me rejoignez juste après ça.”


------------------------------------------------------------------------------------------------

"J'ai aimé les mots et je les ai détestés,
Et j'espère en avoir fait bon usage."

La voleuse de livres, Markus Zusak


Dernière édition par Wishy le Sam 28 Oct 2017 - 23:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.livraddict.com/profil/wishy/
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 311
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Re: Chronochallenge 79   Sam 28 Oct 2017 - 23:19

La flamme de l'espoir :

De ça et de là, brillaient comme la lune, les os de la bête polis par la pluie.

Sans un mot, sans un bruit elle courait dans le noir, pourtant, parfois, elle parlait.

Ses poils se hérissaient alors, la bave coulait de ses babines, et elle disait "Bonjour" ou "Bonne nuit" ou "Reviens" ou "Pourquoi ?".

Mais elle ne se montrait pas.

De plus en plus, elle s'approchait.

Invisible, mais bien là. Ce n'est que par son odeur de clémentine qu'on l'a reconnaissait.

Puis un jour elle s'est montré, et l'on a enfin vu ses os polis, les hommes avaient construits un brasier éternel pour repousser la nuit. La bête avait comprit qu'elle devait le détruire, car elle était l'incarnation de la nuit.

Imitant la crue et le torrent elle se mit à tourner furieusement autour de la ville qui abritait le grand brasier, mais elle ne put y entrer. Un jour et une nuit les habitant purent voir les traits monstrueux de la créature, son corps emplit de poils, ses griffes, ses crocs et ses yeux humains, remplient de malice comme deux grands miroirs reflétant la lumière.

Voyant qu'elle ne pouvait porter sa griffe sur le feu lui-même, elle se mit à regarder, puis se reculer, puis elle souria et se mit à murmurer.

"Venez, venez..."

Cette fois c'était sur le coeur même des hommes qu'elle portait son regard, pointant ses yeux d'abîmes vers les habitants elle commença à en engloutir, un puis deux, puis des dizaines, jusqu'à ce que un nombre important ai rejoint son ombre.

Un jour pourtant elle s'arreta, laissant la ville seul et tranquille, ses murmures s'arrêtèrent et les hommes finirent pas oublier l'existence même de la bête aux os de lune.

Au fil du temps, les habitants qu'on ne pensait jamais revoir revinrent en ville, libre de l'emprise de la bête.

La bête fut finalement totalement oubliée lorsque les enfants devinrent les vieux et que l'odeur de clémentine qui marchait en ville ne dit plus rien à personne.

Revenir en haut Aller en bas
Titi

avatar

Féminin Lion Messages : 515
Date d'inscription : 29/06/2016
Localisation : Dans la région de la cancoillotte :la:
Humeur : Ça dépend

MessageSujet: Re: Chronochallenge 79   Sam 28 Oct 2017 - 23:21

(Les quatre éléments)

Par le pouvoir de la terre,
Brune, compacte, et mouillée,
Ou claire, sèche, et craquelée,
Que renaissent les espaces verts !

Ces arbres sont les ossements
De cette Nature, protectrice,
Grande nourricière et créatrice,
Que nous révérons pieusement.

Chaque branche est un os,
Chaque feuille, une main tendue,
Par notre vénéré Cernunnos,
Esprit d’amour et de vertu.

Que la terre que nous partageons,
L’air purifié que nous respirons,
Le feu enivrant qui nous unit,
Se joignent à l’eau pour l’harmonie !

Par la bonté du généreux cervidé,
Que la Nature se relève et résiste,
Au mal qui l’a profondément rongée !
En mon coeur cet espoir subsiste.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Les mercredis, 21h30 environ (heure française), à partir du 1er novembre, j'animerai les CC.
Vous êtes libres de m'envoyer (ou non) vos suggestions par mp (ou sms, ou messenger).


CDF :la:
Mon signe distinctif est ♫
Mes catégories assignées sont : Poésies, Chansons, Chamarrés


-
"Je leur rendrai ce grand service parce qu'on ne me l'a pas rendu à moi." (Philippe Labro - Les cornichons au chocolat)

-
Tous mes sens charmés
Hypnose et divins délices
J'aime les haïkus


Dernière édition par Titi le Sam 28 Oct 2017 - 23:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://je-seme-des-poemes.skyrock.com/3113348789-Index-des-poeme
Tifani

avatar

Féminin Poissons Messages : 44
Date d'inscription : 20/05/2015

MessageSujet: Re: Chronochallenge 79   Sam 28 Oct 2017 - 23:21

Tous les thèmes, tant qu'à faire  







Alors que je commençais à sentir mes dernières forces m'abandonner, la grande porte claqua subitement, et il me lâcha, me laissant m'effondrer à terre. Même en suffoquant au sol, je reconnus cette mélodie, sifflotée par des lèvres devenues bien trop familières. Elle s'interrompit quelques secondes à l'entrée, un grand sourire apparaissant sur son visage devant le chaos total qui régnait dans la pièce. Des colonnes étaient effondrées au sol, partiellement réduites en poussière, et des morceaux de glace et de roche parsemaient l'espace, dans des formes qui en disaient long sur la violence du combat. Le Maître ne la quittait pas des yeux, alors qu'elle s'avançait en chantonnant, ses pas résonnant sur les dalles de la grande allée. Elle s'arrêta au bout des colonnes encore en place, et arrivée au refrain, laissa sa voix enfler et être emportée par l'écho de la salle immense.

- Et c'est ainsi qu'est né... l'espoiiir! Coucou les garçons, je vous ai manqué?

Je tentai de me redresser, mais le Maître plaqua son pied sur mon dos au niveau de la blessure encore fraîche, m'écrasant et m'empêchant de bouger tout en m'infligeant une douleur considérable. Mais son regard suspicieux n'avait toujours pas quitté cette silhouette et son sourire narquois. Sans réellement tenter de me dégager, je lui adressai un regard d'incompréhension où se lisait ma souffrance, devant son attitude comme toujours imprévisible.

- C'est... c'est la chanson de Hope...

- Dans le mille. Quoi de mieux que sa chanson pour venir venger sa mort?

C'est alors que je remarquai cette lueur dans son regard, tranchant avec son sourire léger et moqueur. Cette lueur qui m'avait glacé le sang quand je l'avais vue dans les yeux du Maître. La lueur de quelqu'un qui est décidé à tuer. Mais... ça restait impossible, et je n'étais pas le seul à le penser.

- Tyfani. Le gardien du feu. Tu devrais être morte, tout comme ton amie...

Elle sourit de plus belle en jouant nonchalamment avec son amulette ambrée, la faisant glisser entre ses doigts. C'était la première fois que je la voyais sans, et ça ajoutait à l'irréalisme de la scène. Elle s'arrêta quelques secondes, croisant ses bras en observant négligemment la pièce du regard, et l'immense galerie peuplée de colonnes. Puis elle posa sur le Maître son regard d'une intensité telle que je sentis une vague d'énergie traverser la pièce pour nous traverser, et je sursautai presque sous sa force, alors qu'elle plissait les yeux.

- Oh, il y a beaucoup de choses que je ne devrais pas être, crois moi.

- Qu'importe, tu n'es plus rien désormais. J'ai désormais les 4 éléments, qu'espère tu faire contre moi? Le feu contre son égal, l'eau, la roche et le vent? Tu n'as aucune chance.

Elle éclata d'un rire doux qui, croissant progressivement, vint emplir l'immensité de la salle. La lueur revint dans son regard, et ses doigts se resserrèrent autour de son amulette.

- Tu me crois naïve à ce point? Non, ce n'est pas avec ce feu que je compte te vaincre. C'est avec le mien. Il est temps d'y mettre fin.

Je savais parfaitement à quoi elle faisait référence. Elle avait beau l'avoir survolé du regard, j'avais perçu la peine profonde dans son regard quand elle avait vu le corps désarticulé d'Ether. L'injustice de ce massacre, alors que nous avions à peine reçu notre responsabilité. La violence de ces morts impitoyables. Elle voulait qu'il soit le dernier. Mais même moi, je n'aurais pu m'attendre à ce qui allait suivre. Elle jeta brusquement son amulette au sol, et d'un coup de pied sec, elle la brisa sans un regard. Instantanément, les lumières de la salle semblèrent comme happées par l'obscurité qui l'avait envahie, éclairant faiblement sa silhouette et celle du Maître. Je n'arrivais pas à quitter ses yeux d'un vert vif dans lequel luisaient des flammes ambrées. Dans l'obscurité, je distinguai à peine son sourire s'élargir, alors qu'elle prenait son souffle, et que les flammes enflaient d'un même mouvement.

- Alors, prêt?


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chronochallenge 79   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chronochallenge 79
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Compétitions :: Défis :: Les défis Tic-Tac-
Sauter vers: